Migrations et changement climatique: lien évident, conséquences fluctuantes

Vue aérienne du " Refuge Santa Rosa ", un camp de maisons de paille et de tentes précaires, installé en 2017 par la Défense civile sur le bord de l'autoroute panaméricaine, à 980 km à Piura au nord de Lima, le 17 octobre 2021. Des milliers de migrants climatiques qui ont perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance à cause du phénomène El Nino Costero vivent dans des camps précaires dans le désert du nord du Pérou. (AFP)
Vue aérienne du " Refuge Santa Rosa ", un camp de maisons de paille et de tentes précaires, installé en 2017 par la Défense civile sur le bord de l'autoroute panaméricaine, à 980 km à Piura au nord de Lima, le 17 octobre 2021. Des milliers de migrants climatiques qui ont perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance à cause du phénomène El Nino Costero vivent dans des camps précaires dans le désert du nord du Pérou. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 23 septembre 2023

Migrations et changement climatique: lien évident, conséquences fluctuantes

  • Pour l'heure, la migration est plutôt une forme d'«adaptation» au changement climatique, qui donne des résultats «paradoxaux», observe pour sa part le démographe François Héran, qui dirige la chaire migrations du Collège de France
  • «Une hausse de la température dans les pays les plus pauvres tend plutôt à baisser la migration internationale», les personnes concernées se déplaçant plutôt dans leur propre pays, confirme l'économiste Katti Millock

PARIS: Le climat, futur moteur des migrations ? Pas si simple, jugent les spécialistes du sujet: le changement climatique est certes déjà à l’œuvre dans les déplacements de populations, mais il explique rarement à lui-seul des flux migratoires, qu'il peut même contribuer à freiner.

Un constat partagé par de nombreux experts français et internationaux réunis vendredi par l'Institut convergences migrations (ICM) en banlieue parisienne. Ces derniers se sont accordés, lors d'une journée scientifique sur ce thème, pour balayer les projections alarmistes de certaines organisations comme la Banque mondiale, qui chiffre à plus de 200 millions le nombre de personnes qui seront poussées à l'exode en 2050 en raison des impacts du changement climatique.

C'est aussi cet horizon lointain qui a fait débat.

"La migration climatique est systématiquement présentée comme un phénomène futur. Cela nous rend aveugles quant au fait qu'il y a déjà des millions de déplacés en raison de catastrophes climatiques ou d'impact plus lent du changement climatique", relève François Gemenne, membre du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) et spécialiste des migrations.

L'essentiel de ces personnes ne quittent pas des pays pauvres pour s'installer dans des pays occidentaux, mais sont généralement des déplacés dans leur propre pays.

Facteur aggravant

Parmi les 60 millions de "déplacés internes" recensés au 31 décembre 2022 par l'International displacement monitoring centre (IDMC), qui fait référence, 32,6 millions l'étaient en raison d'événements naturels, dont un quart à cause des inondations au Pakistan ou encore plus d'un million après les épisodes de sécheresse en Somalie.

Des chiffres qui montrent qu'il y avait "davantage de déplacés internes en raison de catastrophes naturelles que pour des conflits ou des violences", souligne le professeur de géopolitique de l'environnement à Sciences Po.

Toutefois, il est difficile d'"isoler" le facteur climatique dans les migrations internationales, explique François Gemenne. "L'environnement pèse dans la décision de migrer et s'intègre aux différents facteurs qui poussent à l'exil", insiste-t-il.

"Quand on sait que dans les pays du Sahel 70% des ménages dépendent de l'agriculture de subsistance, très vulnérable aux variations de pluviométrie ou de température, il est certain que la dégradation de l'environnement a un impact direct sur les ressources des familles. Dans ces cas-là, les facteurs économiques ou climatiques de la migration, cela revient un peu au même", ajoute l'expert du Giec, soulignant que parmi les personnes récemment débarquées sur l'île italienne de Lampedusa se trouvent "potentiellement des migrants dits +climatiques+".

«Pas de déferlement»

En tout état de cause, "il n'y aura pas de déferlement de migrants climatiques" en Europe, estime le géographe Etienne Piguet, de l'université de Neuchâtel (Suisse). Pour lui, "l'essentiel" des déplacements devraient rester internes ou "Sud-Sud".

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ces pays ne sont pas plus favorables que les Occidentaux à la création d'un statut de réfugié climatique, notion qui a fait irruption depuis quelques années dans le débat public mais exclue sur la scène internationale, le statut de réfugié restant intimement liée au risque de persécution politique.

Pour l'heure, la migration est plutôt une forme d'"adaptation" au changement climatique, qui donne des résultats "paradoxaux", observe pour sa part le démographe François Héran, qui dirige la chaire migrations du Collège de France: "Si la sécheresse sévit dans un pays, cela diminue les ressources des personnes, ce qui restreint la possibilité de migrer", illustre-t-il.

"Une hausse de la température dans les pays les plus pauvres tend plutôt à baisser la migration internationale", les personnes concernées se déplaçant plutôt dans leur propre pays, confirme l'économiste Katti Millock.

Cette dernière convient qu'il n'existe pas de "consensus" scientifique sur la relation de cause à effet entre migration et changement climatique, à ce stade.

Voilà pourquoi le débat autour du statut de réfugié climatique est "une fausse piste", reprend le démographe Etienne Piguet. Vu la "multicausalité" du phénomène, avec le climat qui se superpose progressivement aux conflits et à la pauvreté, dit-il, il s'agirait plutôt d'explorer l'idée d'un "réfugié de survie".


L'Ukraine va annoncer des mesures pour faire rentrer ses hommes de l'étranger

Des habitants locaux se tiennent devant une affiche de recrutement de la troisième brigade d'assaut ukrainienne alors qu'ils se réfugient dans une station de métro souterraine lors d'une alerte de raid aérien à Kiev le 23 avril 2024 (Photo, AFP).
Des habitants locaux se tiennent devant une affiche de recrutement de la troisième brigade d'assaut ukrainienne alors qu'ils se réfugient dans une station de métro souterraine lors d'une alerte de raid aérien à Kiev le 23 avril 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon des estimations de médias, des dizaines de milliers d'hommes ont fui le pays illégalement pour éviter d'aller au front
  • Des centaines de milliers d'Ukrainiens vivaient en outre à l'étranger avant l'invasion

KIEV: Le chef de la diplomatie ukrainienne a indiqué mardi des "mesures" imminentes visant à faire rentrer en Ukraine les hommes en l'âge de combattre se trouvant à l'étranger.

L'Ukraine, qui combat depuis deux ans l'invasion russe, a cruellement besoin de soldats, d'autant que Kiev s'attend à ce que la Russie lance une nouvelle offensive dans les semaines ou mois à venir.

"Le fait de séjourner à l'étranger ne dispense pas un citoyen de ses devoirs envers sa patrie", a déclaré Dmytro Kouleba sur X, annonçant avoir ordonné des "mesures pour rétablir l'équité entre les hommes en âge d'être mobilisés en Ukraine et ceux à l'étranger".

Il n'a pas précisé la nature de ces mesures se bornant à dire que le ministère allait "prochainement fournir des éclaircissements" sur de nouvelles procédures à suivre pour "accéder aux services consulaires".

L'Ukraine interdit aux hommes en âge de combattre de voyager à l'étranger à quelques exceptions près.

Déserteurs 

Mais, selon des estimations de médias, des dizaines de milliers d'hommes ont fui le pays illégalement pour éviter d'aller au front.

Des centaines de milliers d'Ukrainiens vivaient en outre à l'étranger avant l'invasion.

La déclaration du ministre intervient alors qu'un influent site d'information ukrainien ZN.UA a publié lundi soir ce qu'il affirme être une lettre officielle signée par un adjoint de M. Kouleba et préconisant aux consulats ukrainiens de suspendre à partir de mardi tout service consulaire pour les hommes âgés de 18 à 60 ans.

Selon des médias ukrainiens, plusieurs consulats ukrainiens ont cessé d'accepter ces dossiers.

La compagnie d'Etat Dokument qui facilite la délivrance de documents ukrainiens a annoncé mardi sur son site qu'elle "suspendait" les procédures à l'étranger pour des "raisons techniques".

L'Ukraine, dont l'armée est en difficulté face aux troupes russes, a adopté une loi sur la mobilisation visant à durcir les punitions pour les récalcitrants.

Elle a aussi baissé l'âge de mobilisation de 27 à 25 ans.


Début des discussions entre Washington et Niamey sur le retrait des troupes américaines du Niger

Les manifestants réagissent alors qu'un homme brandit une pancarte exigeant que les soldats de l'armée américaine quittent le Niger sans négociation lors d'une manifestation à Niamey, le 13 avril 2024. (AFP)
Les manifestants réagissent alors qu'un homme brandit une pancarte exigeant que les soldats de l'armée américaine quittent le Niger sans négociation lors d'une manifestation à Niamey, le 13 avril 2024. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement du Niger, issu d'un coup d'Etat en juillet dernier, avait dénoncé en mars l'accord de coopération militaire en vigueur avec les Etats-Unis
  • Washington a accepté de retirer du pays ses plus de 1 000 soldats et annoncé envoyer une délégation à Niamey pour s'accorder sur les détails de ce retrait

WASHINGTON: Washington a entamé les discussions avec Niamey sur le retrait du Niger des troupes américaines qui y étaient déployées dans le cadre de la lutte antidjihadiste au Sahel, a déclaré lundi le Pentagone.

Le gouvernement du Niger, issu d'un coup d'Etat en juillet dernier, avait dénoncé en mars l'accord de coopération militaire en vigueur avec les Etats-Unis, estimant que la présence américaine était désormais "illégale".

Washington a finalement accepté la semaine dernière de retirer du pays ses plus de 1 000 soldats et annoncé envoyer une délégation à Niamey pour s'accorder sur les détails de ce retrait.

"Nous pouvons confirmer le début des discussions entre les Etats-Unis et le Niger sur le retrait ordonné des forces américaines du pays", a déclaré le porte-parole du Pentagone Pat Ryder.

Une "petite délégation du Pentagone et du commandement militaire américain pour l'Afrique" participe aux discussions, a-t-il précisé.

Les Etats-Unis vont "continuer à explorer les options possibles afin d'assurer que nous soyons toujours en mesure de faire face aux potentielles menaces terroristes", a-t-il encore dit.

A Niamey, le ministre nigérien des Affaires étrangères, Bakari Yaou Sangaré, a indiqué dans un communiqué avoir eu lundi "des discussions" avec l’ambassadrice des États-Unis à Niamey, Kathleen Fitzgibbon, portant "sur la question du départ des troupes militaires américaines du Niger".

L’entretien s’est déroulé en présence de Maria Barron, directrice de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) à Niamey, qui a assuré que l'agence allait "poursuivre sa coopération bilatérale" avec le Niger, annonçant "un nouvel accord devant remplacer celui en cours qui expire en septembre 2024", selon le communiqué.

Au Niger, les Etats-Unis disposent notamment d'une base de drone importante près d'Agadez, construite pour environ 100 millions de dollars.

Après le coup d'Etat qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum fin juillet, le nouveau régime militaire a rapidement exigé le départ des soldats de l'ancienne puissance coloniale française et s'est rapproché de la Russie, comme le Mali et le Burkina Faso voisins, également dirigés par des régimes militaires et confrontés à la violence de groupes jihadistes.


L'Ukraine s'attend à une détérioration sur le front vers la mi-mai

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée ukrainienne traverse une période délicate, confronté à une pénurie de nouvelles recrues et de munitions en raison de retards importants de livraisons d'aide occidentale, notamment américaine
  • La Russie, qui est à l'initiative depuis l'automne 2023, a revendiqué lundi la conquête d'un village de l'Est ukrainien situé non loin de Vougledar

KIEV: La situation sur le front ukrainien va empirer autour de la mi-mai et début juin, qui sera une "période difficile", a prévenu lundi le chef du renseignement militaire ukrainien Kyrylo Boudanov, sur fond de craintes d'une nouvelle offensive russe.

La Russie, qui est à l'initiative depuis l'automne 2023, a revendiqué lundi la conquête d'un village de l'Est ukrainien situé non loin de Vougledar, localité à la jonction des fronts Est et Sud, dont elle cherche à s'emparer depuis deux ans.

"N'allons pas trop dans les détails, mais il y aura une période difficile, à la mi-mai et début juin", a prévenu M. Boudanov, interrogé sur l'état du front, dans une interview au service ukrainien de la BBC.

L'armée russe "mène une opération complexe", a-t-il dit.

"Nous pensons qu'une situation plutôt difficile nous attend dans un futur proche. Mais il faut comprendre que ce ne sera pas catastrophique", a estimé Kyrylo Boudanov.

"Armageddon ne se produira pas, contrairement à ce que beaucoup disent en ce moment. Mais il y aura des problèmes à partir de la mi-mai", a-t-il ajouté.

L'armée ukrainienne traverse une période délicate, confronté à une pénurie de nouvelles recrues et de munitions en raison de retards importants de livraisons d'aide occidentale, notamment américaine.

En face, les troupes russes, bien plus nombreuses et mieux armées, ne cessent de pousser à l'Est et revendiquent régulièrement la prise de petits villages dans le Donbass.

En février, Moscou s'est emparé d'Avdiïvka, une ville forteresse, et vise désormais la cité  stratégique de Tchassiv Iar.

Cette cité, perchée sur une hauteur, s'étend à moins de 30 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, la principale ville de la région sous contrôle ukrainien, qui est un important nœud ferroviaire et logistique pour l'armée ukrainienne.

Offensive estivale? 

Lundi, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir "libéré" Novomykhaïlivka, à une trentaine de kilomètres de Donetsk.

Ce village est proche de Vougledar, une cité minière à la jonction des fronts Sud et Est. Début 2023, l'Ukraine était parvenue à y repousser un assaut de l'armée russe, infligeant des pertes humaines importantes.

Kiev craint désormais une offensive estivale russe encore plus puissante.

Fin mars, le commandant des forces terrestres ukrainiennes Oleksandre Pavliouk avait jugé "possible" un tel scénario, impliquant un groupe de 100.000 soldats russes.

Le commandant en chef des forces ukrainiennes, Oleksandre Syrsky, a déjà admis mi-avril que la situation sur le front Est s'était "considérablement détériorée" récemment.

Il a affirmé voir une "intensification significative" de l'offensive russe depuis mars, aboutissant à des "succès tactiques".

La grande contre-offensive ukrainienne de l'été 2023 s'était heurtée à de puissantes lignes de défense russes qui ont épuisé les ressources de l'armée ukrainienne, sans permettre de libérer les régions occupées par la Russie.

L'Ukraine fait désormais face aux hésitations de ses alliés occidentaux, même si une aide militaire américaine de 61 milliards, longtemps bloquée, a finalement été votée par la Chambre des représentants des Etats-Unis samedi. Le texte doit encore être adopté par le Sénat puis promulgué par le président Joe Biden.

Kiev espère désormais que l'aide des Etats-Unis pourra atteindre le front très rapidement. Le Kremlin a, lui, jugé que qu'elle ne changerait "rien"