Les pays méditerranéens de l'UE accordent leurs violons sur l'immigration

Le duo italo-français veut une intensification des contrôles européens en mer (Photo d'illustration, AFP).
Le duo italo-français veut une intensification des contrôles européens en mer (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 29 septembre 2023

Les pays méditerranéens de l'UE accordent leurs violons sur l'immigration

  • Les dirigeants des neuf pays méditerranéens de l'Union européenne se retrouvent vendredi à Malte pour accorder leurs positions
  • La France espère que le sommet Med9 à La Valette adressera un «message clair» sur le fait que la réponse est à chercher au «niveau européen»

LA VALETTE: Les dirigeants des neuf pays méditerranéens de l'Union européenne se retrouvent vendredi à Malte pour accorder leurs positions, en mettant l'accent sur l'immigration, forts d'une entente inattendue mais croissante entre Emmanuel Macron et Giorgia Meloni et au lendemain d'un accord à Bruxelles sur un texte clé.

Le président français, qui se revendique progressiste et pro-européen, et la Première ministre italienne, à la tête d'une formation postfasciste et élue il y a un an sur un programme aux accents nationalistes, se sont longuement entretenus mardi à Rome sur fond de nouvelle crise migratoire provoquée par un afflux record sur l'île italienne de Lampedusa.

"Il y a une vision partagée de la gestion de la question migratoire entre la France et l'Italie", a-t-on estimé à Paris.

Déjà dimanche, Emmanuel Macron avait salué la position de Giorgia Meloni, qui "prend sa responsabilité", loin des tensions franco-italiennes passées sur ce sujet explosif. Et loin aussi de la "réponse simpliste et nationaliste" qu'il a attribuée, sans le nommer, à un pilier de la coalition gouvernementale italienne, le chef de la Ligue Matteo Salvini, allié de la figure de proue de l'extrême droite française Marine Le Pen.

Avec cette entente de raison, la France espère que le sommet Med9 à La Valette adressera un "message clair" sur le fait que la réponse est à chercher au "niveau européen". "On peut en attendre une vision commune de l'engagement européen en matière de lutte contre l'immigration illégale", juge la présidence française.

Les pays du Sud de l'Europe, souvent en première ligne, ont pu se réjouir du feu vert donné jeudi à Bruxelles par l'Allemagne à un volet clé du pacte migratoire européen, qui bloquait les négociations sur cette réforme du système d'asile des Vingt-Sept. Rome a toutefois émis jeudi quelques réserves, demandant plus de temps pour examiner son contenu plus en détail.

Plus de 2500 migrants morts ou disparus en Méditerranée en 2023

"Au 24 septembre, plus de 2.500 personnes ont été comptabilisées comme mortes ou disparues" depuis le début de l'année, soit une augmentation de près de 50% comparé "aux 1.680 personnes lors de la même période" de 2022, a déclaré Ruven Menikdiwela, directrice du bureau du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) à New York, lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la crise des migrants en Méditerranée.

Selon ses chiffres, entre le 1er janvier et le 24 septembre 2023, au total 186.000 migrants sont arrivés dans le sud de l'Europe (Italie, Grèce, Chypre et Malte), dont 130.000 en Italie, "soit une augmentation de 83% par rapport à la même période de 2022".

Quant aux pays de départ, entre janvier et août 2023, plus de 102.000 migrants ont tenté de traverser la Méditerranée depuis la Tunisie, et 45.000 depuis la Libye. Sur ce nombre, 31.000 ont été secourus en mer ou interceptés et débarqués en Tunisie, et 10.600 en Libye, a-t-elle ajouté.

 

 

Duo italo-français

Malte a donc mis les migrations à l'ordre du jour, où figurent aussi le soutien à l'Ukraine, l'élargissement ou les questions économiques, avant des rendez-vous cruciaux de l'UE, à Grenade en Espagne une semaine plus tard, puis à Bruxelles fin octobre et en décembre.

Le gouvernement de l'île située entre les côtes italiennes et l'Afrique du Nord a aussi organisé une discussion sur les relations avec les voisins de la "rive Sud" de la mer Méditerranée, parmi lesquels la Tunisie et la Libye, pays de transit migratoire dont les Européens attendent davantage d'efforts pour endiguer les traversées.

Les dirigeants du Med9, qui réunit aussi Croatie, Chypre, Espagne, Grèce, Portugal et Slovénie, vont probablement évoquer l'instabilité au Sahel qui pourrait encore davantage affecter ces pays nord-africains, point de passage obligé pour les migrants d'Afrique subsaharienne.

Giorgia Meloni, confrontée depuis janvier à un nombre d'arrivées en forte hausse par rapport à 2022 malgré ses promesses de fermeté, et Emmanuel Macron, plaident tous deux pour une collaboration plus étroite avec la Tunisie, malgré les craintes des défenseurs des droits humains quant aux pratiques de ce pays du Maghreb.

Le duo italo-français veut aussi une intensification des contrôles européens en mer.

Les dirigeants doivent également évoquer les défis régionaux que représentent les catastrophes naturelles, après un séisme dévastateur au Maroc et des inondations meurtrières en Libye. Le chef de l'Etat français aura un entretien bilatéral sur la sécurité civile avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, lui-même objet de critiques pour la gestion des incendies et inondations ayant frappé son pays cet été.


Londres annonce 245 millions de livres pour aider l'Ukraine à s'approvisionner en munitions

Le ministre britannique de la Défense Grant Shapps (Photo, AFP).
Le ministre britannique de la Défense Grant Shapps (Photo, AFP).
Short Url
  • L'aide militaire vise à «revigorer les chaînes d'approvisionnement afin de produire les munitions d'artillerie dont l'Ukraine a un besoin urgent pour augmenter ses réserves»
  • Le Royaume-Uni, l'un des principaux soutiens de Kiev, a récemment annoncé augmenter son aide militaire à l'Ukraine

LONDRES: Le Royaume-Uni a annoncé samedi 245 millions de livres sterling (287 millions d'euros) pour aider l'Ukraine à reconstituer ses munitions deux ans après le début de l'invasion russe, le Premier ministre Rishi Sunak assurant le soutien de Londres jusqu'à la victoire.

"En ce sinistre anniversaire, nous devons renouveler notre détermination", a déclaré Rishi Sunak vendredi soir dans un communiqué.

"C'est le moment de montrer que la tyrannie ne triomphera jamais et de dire une nouvelle fois que nous resterons aux côtés de l'Ukraine aujourd'hui et demain", a ajouté le chef du gouvernement britannique.

"Nous sommes prêts à faire tout ce qu'il faut, aussi longtemps qu'il le faudra, jusqu'à ce que (l'Ukraine) l'emporte", a-t-il promis.

Londres, qui est l'un des principaux soutiens de Kiev, a récemment annoncé augmenter son aide militaire à l'Ukraine, qui, pour l'année 2024/2025, s'élèvera à 2,5 milliards de livres sterling (2,9 milliards d'euros).

Mi-janvier, le Premier ministre britannique a annoncé lors d'un déplacement à Kiev la signature d'un accord de sécurité d'une durée de dix ans entre le Royaume-Uni et l'Ukraine, salué comme "sans précédent" par le président Volodymyr Zelensky.

Jeudi encore, le Royaume-Uni a annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie et de nouvelles livraisons de missiles aux Ukrainiens.

L'aide militaire annoncée samedi vise à "revigorer les chaînes d'approvisionnement afin de produire les munitions d'artillerie dont l'Ukraine a un besoin urgent pour augmenter ses réserves", indique dans un communiqué le ministère britannique de la Défense.

«Villes et villages décimés»

L'armée ukrainienne a "repoussé l'envahisseur russe pour récupérer la moitié du territoire que Poutine a volé, tout en causant des dégâts significatifs aux capacités russes, avec environ 30% de la flotte russe en mer Noire détruite ou endommagée, et des milliers de chars et véhicules blindés réduits à l'état d'épave", a déclaré le ministre britannique de la Défense Grant Shapps.

Fragilisée par le blocage de l'aide américaine, l'échec de sa contre-offensive estivale et un manque croissant d'hommes et de munitions, l'armée ukrainienne fait face à une situation "extrêmement difficile", de l'aveu même du président Volodymyr Zelensky qui a dû se résoudre il y a une semaine à céder la ville forteresse d'Avdiïvka dans l'Est.

En plus des milliers de drones déjà promis, Grant Shapps a fait état jeudi au Parlement de la prochaine livraison de 200 missiles antichars Brimstone supplémentaires à l'armée ukrainienne, assurant que ce type d'armes avait eu "un impact important sur le champ de bataille".

En outre, le ministère des Affaires étrangères a annoncé 6 millions de livres sterling d'aide à destination de la Croix-Rouge et 2,5 millions de livres au fonds humanitaire pour l'Ukraine.

"Les Ukrainiens défendent courageusement leur territoire contre l'invasion brutale russe, mais les deux années passés ont eu un impact tragique pour des millions de personnes à travers l'Ukraine", a déclaré dans un communiqué le chef de la diplomatie britannique David Cameron.

"Des familles ont été séparées, des villes et des villages décimés, et des infrastructures civiles essentielles détruites. Le Royaume-Uni se tient aux côtés de l'Ukraine et s'engage à soutenir les Ukrainiens les plus vulnérables qui vivent les horreurs de cette guerre", a-t-il ajouté.

Selon Londres, plus de 14,6 millions de personnes, soit 40% de la population ukrainienne, aura besoin d'aide humanitaire en 2024.

Ces 8,5 millions de livres font partie des 357 millions de livres (417,8 millions d'euros) d'aide humanitaire engagée depuis le début de l'invasion par le Royaume-Uni, qui, tous types d'aide confondus, a consacré près de 12 milliards de livres sterling (14 milliards d'euros) à l'Ukraine.


Ioulia Navalnaïa accuse Poutine d'avoir «pris en otage» la dépouille de l'opposant

Des fleurs sont placées autour des portraits du leader de l'opposition russe Alexei Navalny, décédé dans une prison de l'Arctique russe, dans un mémorial improvisé devant l'ancien consulat russe à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 20 février 2024. (Photo par AFP)
Des fleurs sont placées autour des portraits du leader de l'opposition russe Alexei Navalny, décédé dans une prison de l'Arctique russe, dans un mémorial improvisé devant l'ancien consulat russe à Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le 20 février 2024. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Neuf jours depuis que Poutine a tué mon mari (...) mais il s'avère que tuer ne suffisait pas, maintenant il a pris sa dépouille en otage, humilie sa mère pour la forcer à accepter un enterrement dans le secret», a dit la veuve de Navalny
  • Selon la mère de l’opposant, les autorités ont fixé comme condition pour lui rendre le corps que l'enterrement soit secret

VARSOVIE: Ioulia Navalnaïa, qui a juré de poursuivre le combat de son mari Alexeï Navalny mort dans une prison russe, a accusé Vladimir Poutine samedi d'avoir pris en otage le corps pour obliger sa mère à accepter un enterrement dans le secret.

"Neuf jours depuis que Poutine a tué mon mari (...) mais il s'avère que tuer ne suffisait pas, maintenant il a pris sa dépouille en otage, humilie sa mère pour la forcer à accepter un enterrement dans le secret", a dit d'une voix tremblante la veuve de l'adversaire numéro 1 du Kremlin dans une vidéo en ligne.

"C'est Poutine (...) qui donne les ordres disant : +ne le rendez pas, faites pression sur la mère, brisez-la, dites-lui que le corps de son fils est en train de se décomposer+", poursuit-elle.

Mme Navalnaïa a également souligné que le président russe démontre ainsi que sa foi est "factice".

"Ce que Poutine fait maintenant, c'est de la haine. Non. Pas de la haine. C'est une forme de satanisme", a-t-elle dit.

Depuis plus d'une semaine, Lioudmila Navalnaïa, la mère de l'opposant tente de récupérer la dépouille de son fils mort le 16 février dans une prison d'une contrée reculée de l'Arctique où Navalny était emprisonné.

Selon elle, les autorités ont fixé comme condition pour lui rendre le corps que l'enterrement soit secret. De l'avis d'observateurs, le Kremlin craint que des obsèques deviennent un événement public, d'autant que la Russie organise mi-mars une élection présidentielle qui doit voir triompher une fois encore Vladimir Poutine.

"Vous le torturiez quand il était vivant, maintenant vous le torturez après sa mort", a encore lâché Mme Navalnaïa.

Le président russe n'a pas réagi à la mort de son principal détracteur, qui purgeait une peine de prison de 19 ans et avait survécu à un empoisonnement.

Le Kremlin a orchestré, en particulier depuis l'invasion de l'Ukraine il y a deux ans jour pour jour, une répression sans merci de tous ses détracteurs.

Mme Navalnaïa a également dénoncé cet assaut samedi.

"Vous répondrez de tout ça, de (la mort de Navalny) (...) et de la guerre que vous avez déclenchée il y a deux ans, en vous cachant là aussi derrière des valeurs chrétiennes", a-t-elle dit, "vous tuez, vous tuez de nuit des gens dans leur sommeil avec des missiles bénis par l'Eglise".

Vladimir Poutine se pose sans cesse en défenseur de valeurs chrétiennes conservatrices face à un Occident jugé décadent qui se serait juré de détruire la Russie. Et l'Eglise orthodoxe russe, fidèle au Kremlin, a en effet l'habitude de bénir les missiles.


Le président brésilien Lula persiste à accuser Israël de «génocide» à Gaza

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva s'exprime lors de la cérémonie d'ouverture de la 37e session ordinaire de l'Assemblée de l'Union africaine (UA) au siège de l'UA, à Addis-Abeba, le 17 février 2024 (Photo, AFP).
Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva s'exprime lors de la cérémonie d'ouverture de la 37e session ordinaire de l'Assemblée de l'Union africaine (UA) au siège de l'UA, à Addis-Abeba, le 17 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le dirigeant brésilien, qui réagissait pour la première fois depuis la polémique lancée par sa comparaison de l'offensive israélienne à l'Holocauste nazi, a maintenu sa position
  • «C'est un génocide. Ce sont des milliers d'enfants morts et des milliers de disparus. Ce ne sont pas des soldats qui meurent, ce sont des femmes et des enfants à l'hôpital», a martelé Lula

RIO DE JANEIRO: Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a persisté vendredi à accuser Israël de "génocide" envers les Palestiniens à Gaza, après avoir récemment déclenché une crise diplomatique en comparant l'offensive israëlienne contre le Hamas à la Shoah.

"Ce que l'Etat d'Israël est en train de faire, ce n'est pas une guerre, c'est un génocide, car il est en train de tuer des femmes et des enfants", a lancé Lula lors d'une cérémonie à Rio de Janeiro, après avoir été déclaré lundi "persona non grata" par Israël pour avoir tenu ces mêmes propos.

Le dirigeant brésilien, qui réagissait pour la première fois depuis la polémique lancée par sa comparaison de l'offensive israélienne à l'Holocauste nazi, a maintenu sa position, soulignant à plusieurs reprises le terme de "génocide".

"C'est un génocide. Ce sont des milliers d'enfants morts et des milliers de disparus. Ce ne sont pas des soldats qui meurent, ce sont des femmes et des enfants à l'hôpital. Si cela n'est pas un génocide, je ne sais pas ce qu'est un génocide", a martelé Lula.