Irlande du nord: contestées par les unionistes, les nouvelles règles post-Brexit entrent en vigueur

Une photo polycopiée publiée par le Parlement britannique montre le député du DUP (Parti unioniste démocratique) et porte-parole du Brexit, Sammy Wilson, s'exprimant à la Chambre des communes à Londres, le 19 octobre 2019, lors d'un débat sur l'accord de Brexit. (Photo Parlement britannique Jessica Taylor FP)
Une photo polycopiée publiée par le Parlement britannique montre le député du DUP (Parti unioniste démocratique) et porte-parole du Brexit, Sammy Wilson, s'exprimant à la Chambre des communes à Londres, le 19 octobre 2019, lors d'un débat sur l'accord de Brexit. (Photo Parlement britannique Jessica Taylor FP)
Short Url
Publié le Vendredi 29 septembre 2023

Irlande du nord: contestées par les unionistes, les nouvelles règles post-Brexit entrent en vigueur

  • A partir de dimanche, les biens arrivant dans la province depuis la Grande-Bretagne et destinés au marché irlandais subiront des contrôles spécifiques pour vérifier leur adéquation avec le marché unique européen
  • Depuis février 2022, pour protester contre les règles post-Brexit, le DUP boycotte les institutions locales nord-irlandaises, empêchant la formation d'un gouvernement, censé être partagé avec les républicains du Sinn Fein

BELFAST, Royaume-Uni : Les nouvelles règles post-Brexit pour l'importation de marchandises en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne entrent en vigueur ce week-end, résultat de l'accord signé en février dernier entre Londres et Bruxelles, sans avoir, pour autant, apaisé les unionistes de la province.

A partir de dimanche, les biens arrivant dans la province depuis la Grande-Bretagne et destinés au marché irlandais — ou à d'autres pays de l'Union européenne — subiront des contrôles spécifiques pour vérifier leur adéquation avec le marché unique européen.

Les biens destinés à être vendus et consommés en Irlande du Nord bénéficieront d'une procédure plus rapide.

Mais pour les unionistes d'Irlande du Nord, ces nouvelles règles menacent l'unité du Royaume-Uni et la place de la province en son sein.

«Dimanche, ce sera la confirmation que l'Irlande du Nord a une frontière dans la mère Irlande», a déclaré sur la BBC Sammy Wilson, député du parti unioniste démocrate (DUP), qui estime que cela fait de «l'Irlande du Nord un membre de l'UE plutôt qu'un membre intégral du Royaume-Uni».

Depuis février 2022, pour protester contre les règles post-Brexit, le DUP boycotte les institutions locales nord-irlandaises, empêchant la formation d'un gouvernement, censé être partagé avec les républicains du Sinn Fein, devenu depuis l'an dernier la première force politique de la province.

Afin de préserver la paix obtenue en 1998 après trois décennies de conflit et d'éviter le retour de contrôles frontaliers entre la province — seule frontière terrestre du Royaume-Uni avec l'UE — et la République d'Irlande, le protocole nord-irlandais a créé de fait une frontière entre l'île de Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord.

En février dernier, ce protocole a été amendé avec un nouveau «cadre» signé entre Londres et Bruxelles, sans pour autant satisfaire les unionistes qui refusent toujours de mettre fin à leur blocage.


Trump promet à Zelensky de "mettre fin à la guerre" en Ukraine

L'ancien président des États-Unis et candidat républicain à l'élection présidentielle de 2024, Donald Trump, monte sur scène après avoir accepté l'investiture de son parti lors du dernier jour de la Convention nationale républicaine de 2024 au Fiserv Forum à Milwaukee, Wisconsin, le 18 juillet 2024. (AFP)
L'ancien président des États-Unis et candidat républicain à l'élection présidentielle de 2024, Donald Trump, monte sur scène après avoir accepté l'investiture de son parti lors du dernier jour de la Convention nationale républicaine de 2024 au Fiserv Forum à Milwaukee, Wisconsin, le 18 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • Donald Trump et Volodymyr Zelensky se sont parlé au téléphone vendredi, l'ex-président américain affirmant avoir promis au président ukrainien de "mettre fin à la guerre" entre l'Ukraine et la Russie en cas de retour à la Maison Blanche
  • Volodymyr Zelensky a confirmé l'appel téléphonique, au cours duquel il a félicité le milliardaire pour son investiture officielle la veille en tant que candidat du Parti républicain à la présidentielle

WASHINGTON: Donald Trump et Volodymyr Zelensky se sont parlé au téléphone vendredi, l'ex-président américain affirmant avoir promis au président ukrainien de "mettre fin à la guerre" entre l'Ukraine et la Russie en cas de retour à la Maison Blanche.

"En tant que votre prochain président des Etats-Unis, je vais apporter la paix dans le monde et mettre fin à la guerre qui a coûté tant de vies", a déclaré le candidat républicain à la présidentielle de novembre sur sa plateforme Truth Social, décrivant un "très bon appel".

Donald Trump affirme fréquemment qu'il serait capable de mettre un terme au conflit en Ukraine très rapidement à son retour au pouvoir, mais sans jamais fournir de détails sur comment il y parviendrait.

Volodymyr Zelensky a confirmé l'appel téléphonique, au cours duquel il a félicité le milliardaire pour son investiture officielle la veille en tant que candidat du Parti républicain à la présidentielle.

"J'ai souligné le soutien vital des deux partis et des deux chambres du Congrès américains pour protéger la liberté et l'indépendance de notre nation", a-t-il déclaré sur son compte X.

Les fréquents éloges appuyés de Donald Trump au président russe Vladimir Poutine, de même que ses critiques des autres pays membres de l'Otan, suscitent l'inquiétude parmi les alliés occidentaux de l'Ukraine.

En février, il avait menacé, en cas de retour à la Maison Blanche, de ne plus garantir la protection des pays de l'Alliance atlantique face à la Russie si ceux-ci ne payaient pas leur part, affirmant même qu'il "encouragerait" Moscou à s'en prendre à eux.

L'ex-président américain a également usé de son emprise sur les républicains pour bloquer pendant des mois au Congrès une enveloppe de 61 milliards de dollars d'aide militaire pour Kiev, finalement adoptée fin avril.

- "Choquante" -

Les Etats-Unis de Joe Biden représentent de loin le premier donateur d'aide militaire à l'Ukraine, et une victoire de Donald Trump pourrait mettre en péril toute aide future et ainsi contraindre Kiev à négocier avec Moscou en position défavorable.

Dans son discours jeudi d'acceptation de l'investiture du Parti républicain à la présidentielle de novembre, Donald Trump s'est dépeint en dirigeant à la stature internationale, capable de mettre fin aux conflits dans le monde "avec un coup de téléphone".

"Je mettrai fin à toutes les crises internationales que l'administration actuelle a créées, y compris l'horrible guerre avec la Russie et l'Ukraine, qui n'aurait jamais eu lieu si j'étais président", a lancé le candidat républicain, citant également la guerre dans la bande de Gaza, provoquée par l'attaque du Hamas contre Israël, le 7 octobre.

Dans sa publication sur X vendredi, Volodymyr Zelensky a indiqué s'être "mis d'accord avec le président Trump pour discuter, lors d'un entretien en personne, sur les mesures à prendre en vue d'une paix juste et durable" en Ukraine.

Le président ukrainien a également condamné la tentative d'assassinat "choquante" qui a visé Donald Trump samedi en Pennsylvanie.

Il avait déjà dit lundi ne pas craindre une nouvelle présidence du républicain, malgré les incertitudes que son élection entraînerait sur la pérennité du soutien de Washington à Kiev.

"Je pense que si Donald Trump devient président, nous travaillerons ensemble. Je n'ai pas peur", avait-il affirmé lors d'une conférence de presse à Kiev.

Volodymyr Zelensky et Donald Trump ont également un lourd passif. Le milliardaire américain a été la cible à la fin de son mandat en 2019-2020 d'une procédure de destitution aux Etats-Unis pour avoir tenté de faire pression, lors d'un coup de téléphone, sur le président ukrainien pour que l'Ukraine enquête sur le fils de Joe Biden, son rival pour la présidentielle de 2020.


La panne informatique mondiale, ayant également touché les aéroports du Golfe, résolue

Les agences de cybersécurité ont déclaré qu'il n'y avait aucune information suggérant que la panne était une cyberattaque. (Photo X/Reuters)
Les agences de cybersécurité ont déclaré qu'il n'y avait aucune information suggérant que la panne était une cyberattaque. (Photo X/Reuters)
Short Url
  • Une mise à jour défectueuse ou une mauvaise configuration par la société de cybersécurité CrowdStrike a entraîné des pannes technologiques internationales
  • Les compagnies aériennes et les passagers du Golfe touchés par une panne informatique mondiale ont trouvé un correctif

DUBAI : Les passagers aériens du golfe Persique et du monde entier ont dû faire face à des retards, des annulations et des problèmes d'enregistrement, car les aéroports et les compagnies aériennes ont été victimes d'une panne informatique massive qui a également touché des secteurs allant des banques aux entreprises de médias.

L'industrie du voyage a été l'une des plus durement touchées, des aéroports du monde entier, notamment Tokyo, Amsterdam, Berlin et plusieurs aéroports espagnols, ayant signalé des problèmes avec leurs systèmes et des retards.

À Riyad, capitale de l'Arabie saoudite, l'aéroport international King Khalid a signalé des perturbations sur certains vols, ce qui a incité les autorités à mettre en place un plan d'utilisation de systèmes alternatifs.

L'aéroport a invité les passagers à contacter les compagnies aériennes avant de se rendre à l'aéroport.


La compagnie aérienne saoudienne flynas s'est excusée et a signalé des perturbations sur certains vols, qui ont entraîné des retards au décollage et une lenteur des services en ligne.

"La compagnie aérienne travaille actuellement avec le fournisseur de services et toutes les parties concernées pour résoudre le problème et fournir des systèmes alternatifs afin d'assurer la reprise des opérations dès que possible", a déclaré flynas dans un communiqué.

"Nous nous excusons également auprès de nos clients pour la confusion causée par cette panne mondiale qui échappe à notre contrôle. Nous les remercions de leur compréhension face à cette situation d'urgence.

"Nous affirmons l'engagement de flynas à préserver les droits des voyageurs et à les dédommager conformément aux règlements de protection des droits des clients de l'Autorité générale de l'aviation civile", a ajouté la compagnie.

L'opérateur de l'aéroport international de Dubaï, l'un des aéroports les plus fréquentés au monde et plaque tournante de la compagnie aérienne Emirates, a déclaré vendredi que l'aéroport fonctionnait à nouveau normalement après qu'une panne du système global a affecté le processus d'enregistrement de certaines compagnies aériennes.

Dubai Airports a déclaré dans un communiqué que la panne avait affecté certaines compagnies aériennes opérant à partir des terminaux 1 et 2, mais que le processus d'enregistrement avait été basculé sur un système alternatif, ce qui a permis une reprise rapide des processus normaux.

Flydubai, qui opère à partir du terminal 2, a déclaré que ses opérations n'avaient pas été affectées.

Etihad Airways, qui opère à partir de l'aéroport international Zayed d'Abu Dhabi, a également déclaré qu'elle fonctionnait normalement, mais qu'il pourrait y avoir des retards limités sur l'ensemble de son réseau.

Dans un communiqué, un porte-parole de Wizz Air Abu Dhabi a déclaré que la compagnie suivait de près la situation actuelle des pannes informatiques dues à un fournisseur tiers qui affectent le secteur de l'aviation dans le monde entier.

"Nous conseillons à tous les passagers d'arriver à l'aéroport au moins trois heures avant l'heure de départ prévue.

"Nos équipes travaillent en étroite collaboration avec les parties prenantes concernées sur l'ensemble de notre réseau afin de garantir à tous nos passagers un voyage sans encombre. Nous vous remercions de votre patience et de votre coopération.

L'aéroport international du Koweït a quant à lui indiqué que certains vols avaient été affectés par la panne.

Des transporteurs, des sociétés de médias, des banques et des entreprises de télécommunications du monde entier ont signalé vendredi que des pannes de système perturbaient leurs activités.

Un porte-parole du transporteur national Emirates, basé à Dubaï, a déclaré qu'il était au courant de la perturbation informatique mondiale et qu'il suivait la situation de près.

"Pour l'instant, les opérations aériennes d'Emirates n'ont pas été affectées", a-t-elle ajouté.

Elle a toutefois lancé un avertissement : "Il se peut que certains vols soient retardés plus tard dans la journée, en raison des retombées des départs retardés dans certains aéroports de notre réseau.

"Les clients peuvent consulter notre site web et notre application pour obtenir les dernières informations sur les vols, et il leur est conseillé de mettre à jour leurs coordonnées sur leur réservation."

Dans un communiqué publié sur la plateforme de médias sociaux X, le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a déclaré que certains de ses systèmes avaient été affectés par la panne.

"Nous vous informons qu'un problème technique global a affecté certains systèmes électroniques du ministère des Affaires étrangères, notamment le service d'attestation du ministère des Affaires étrangères. Nous conseillons aux utilisateurs de s'abstenir d'effectuer des transactions jusqu'à ce que ce problème soit résolu", peut-on lire dans le communiqué.


Les compagnies aériennes internationales, dont Ryanair, la plus grande compagnie aérienne d'Europe en nombre de passagers, ont mis en garde contre des problèmes avec leurs systèmes de réservation et d'autres perturbations.

La Saudi Data & AI Auhthority a confirmé qu'elle n'avait pas été affectée par la panne.

Dans un communiqué publié sur X, elle a déclaré "La SDAIA confirme que ses systèmes et les systèmes nationaux qu'elle héberge dans le Royaume ne sont pas affectés par la panne technique qui a frappé la plupart des pays du monde aujourd'hui.


Dans un communiqué, Crowdstrike Holdings a déclaré qu'il travaillait activement avec les clients touchés par un défaut découvert dans une seule mise à jour de contenu pour les hôtes Windows. "Le problème a été identifié, isolé et un correctif a été déployé", précise le communiqué.

Selon une alerte envoyée par Crowdstrike à ses clients et examinée par Reuters, le logiciel "Falcon Sensor" de la société provoquait le plantage de Microsoft Windows et l'affichage d'un écran bleu, connu sous le nom informel de "Blue Screen of Death" (écran bleu de la mort).
L'alerte, qui a été envoyée à 5h30 GMT vendredi, proposait également une solution de contournement manuelle pour remédier au problème.


Une panne informatique géante paralyse de nombreuses entreprises dans le monde

"Tous les vols, quelle que soit leur destination, sont cloués au sol en raison de problèmes de communication, a indiqué la FAA dans un avis aux compagnies aériennes. (Photo: AFP)
"Tous les vols, quelle que soit leur destination, sont cloués au sol en raison de problèmes de communication, a indiqué la FAA dans un avis aux compagnies aériennes. (Photo: AFP)
Short Url
  • Une panne informatique paralyse vendredi de nombreuses entreprises partout dans le monde tandis que le géant de la tech américain Microsof, affecté, a affirmé prendre des "mesures d'atténuation" le temps de régler le problème
  • Avions cloués au sol, files d'attente dans les aéroports, problème de télécommunication de la TV australienne ABC, Bourse de Londres perturbée: depuis quelques heures, le nombre d'entreprises faisant état de panne ou de perturbations se multiplie

WASHINGTON: Une panne informatique paralyse vendredi de nombreuses entreprises partout dans le monde tandis que le géant de la tech américain Microsof, affecté, a affirmé prendre des "mesures d'atténuation" le temps de régler le problème.

Avions cloués au sol, files d'attente dans les aéroports, problème de télécommunication de la TV australienne ABC, Bourse de Londres perturbée: depuis quelques heures, le nombre d'entreprises faisant état de panne ou de perturbations se multiplie.

Dans un message intitulé "Dégradation du service", Microsoft indique que les utilisateurs "peuvent être dans l'incapacité d'accéder à diverses applications et services Microsoft 365".

Alors que la responsabilité de cette panne n'est pas encore clairement attribuée, Microsoft ajoute rester "mobilisé pour gérer cet événement avec la plus haute priorité et en urgence, tout en continuant à traiter l'impact persistant pour les applications Microsoft 365 restantes qui sont dans un état dégradé".

Selon Oleg Gorokhovsky, fondateur de la banque en ligne ukrainienne Monobank, la panne est "liée à une interaction entre l'antivirus Crowdstrike et Windows".

De nombreux aéroports ont déclaré être affectés par la panne, et notamment ceux de Zurich, Berlin, d'Amsterdam-Schipol et tous ceux d'Espagne, tandis que plusieurs compagnies aériennes ont fait état de problèmes: les américaines Delta, United et American Airlines, Air France, l'irlandaise Ryanair, ainsi que trois compagnies indiennes.

Un portera-parole de l'aéroport de Berlin, a annoncé la reprise partielle du trafic en milieu de matinée. Auraparavant, il avait annoncé "des retards dans l'enregistrement".

La compagnie aérienne néerlandaise KLM, membre du groupe Air France-KLM, a de son côté annoncé avoir dû suspendre "la majeure partie de ses opérations, la panne informatique "rendant impossible la gestion des vols".

- Hôpitaux touchés aux Pays-Bas -

Le gestionnaire des aéroports espagnols Aena, premier opérateur aéroportuaire au monde en nombre de passagers, a fait état de possibles "retards" dans un message sur le réseau social X, soulignant que cet "incident technique mondial affecte principalement les points d'enregistrement et d'information des passagers".

En attendant que la panne soit réglé, le gestionnaire a indiqué effectuer certaines opérations "à l'aide de systèmes manuels", tout comme le transporteur indien à bas prix SpiceJet, qui est revenu à l'enregistrement et à l’embarquement manuels.

Selon l'agence de presse Press Trust of India, des passagers étaient "bloqués" dans la région côtière de Goa, zone prisée par les vacanciers, à cause d'un problème technique qui touche l'enregistrement.

Ryanair, de son côté, conseillait à "tous les passagers d'arriver à l'aéroport au moins trois heures avant l'heure de départ prévue".

A Beauvais, en France, d’où opèrent les compagnies à bas-coûts Ryanair et Wizz Air, les opérations se déroulent normalement, selon le tableau en direct des vols et arrivées sur le site internet de l'aéroport.

Plusieurs hôpitaux aux Pays-Bas ont indiqué être touchés par la panne, entraînant la fermeture d'un service d'urgences et le report d'opérations.

Le plus important opérateur ferroviaire britannique a, lui, évoqué de "potentielles annulations de dernière minute", les compagnies ne pouvant accéder à certains systèmes concernant les conducteurs.

"D'autres systèmes-clés, notamment nos plateformes d'information des clients en temps réel, sont également affectés", poursuit le message, incitant les passagers à se renseigner avant leur trajet.

Les Bourses mondiales reculaient vendredi face à un lot d'incertitudes économiques et politiques, mais aussi inquiètes à cause de cette panne qui a également empêché les indices des Bourses de Londres et Milan d'afficher leur taux de variation à leur heure habituelle d'ouverture à 07H00 GMT. Elles ont finalement commencé à coter avec une vingtaine de minutes de retard.

La Bourse de Londres reste cependant perturbée selon une note publiée sur son site internet: "le service d'information RNS est actuellement confronté à un problème technique mondial lié à une tierce partie, empêchant la publication des informations".