Les films arabes Inshallah a Boy et Bye Bye Tiberias rejoignent la course aux Oscars

Inshallah a Boy est un film réalisé par Amjad al-Rasheed. (Photo fournie)
Inshallah a Boy est un film réalisé par Amjad al-Rasheed. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 30 septembre 2023

Les films arabes Inshallah a Boy et Bye Bye Tiberias rejoignent la course aux Oscars

  • Inshallah a Boy a été le premier film jordanien à concourir au Festival de Cannes en mai dernier
  • Dans le documentaire hautement médiatisé Bye Bye Tiberias, Lina Soualem, de nationalités française, palestinienne et algérienne, recueille les récits transmis par quatre générations de femmes palestiniennes de sa propre famille

DUBAÏ: La Jordanie a soumis  le film Inshallah a Boy d'Amjad al-Rasheed, et la Palestine a proposé le documentaire Bye Bye Tiberias de Lina Soualem pour une possible nomination dans la catégorie du «Meilleur film international» lors de la 96e cérémonie des Oscars – une annonce qui a été faite cette semaine.

En effet, ces deux films arabes aspirent à figurer dans la liste restreinte de cette prestigieuse compétition. S’ils sont pré-sélectionnés, ils pourront alors être nommés aux Oscars.

Inshallah a Boy a été le premier film jordanien à concourir au Festival de Cannes en mai dernier. Ce long métrage a été sélectionné pour participer à la Semaine de la critique de Cannes, l'une des principales sections parallèles de la 76e édition du festival.

1
Bye Bye Tiberias est un film réalisé par Lina Soualem. (Photo fournie)

Le film, intitulé Inshallah Walad en arabe, raconte l'histoire d'une jeune veuve nommée Nawal et de sa fille, qui sont sur le point de perdre leur maison. 

Ce long métrage de quatre-vingt-dix minutes a été tourné l'année dernière dans la capitale jordanienne, Amman, sur une période de cinq semaines. Il a bénéficié d’une subvention de production du Jordan Film Fund et de la Commission royale du film en 2019, ainsi que d’une subvention pour la postproduction en 2022.

Dans le documentaire hautement médiatisé Bye Bye Tiberias, Lina Soualem, de nationalités française, palestinienne et algérienne, recueille les récits transmis par quatre générations de femmes palestiniennes de sa propre famille. Parmi elles figure notamment sa mère, Hiam Abbass, une actrice dont le palmarès compte des séries acclamées telles que Succession, Ramy, Inheritance et Munich.

Soualem accompagne sa mère tout en questionnant ses choix. En effet, Abbass retourne dans son village natal palestinien trente ans après l'avoir quitté – lorsqu’elle était dans la vingtaine – pour poursuivre son rêve de devenir actrice en Europe, laissant derrière elle sa mère, sa grand-mère et ses sept sœurs.

Ce documentaire sera projeté en «Compétition Documentaire» dans le cadre du 67e Festival du film de Londres du British Film Institute (BFI), qui se déroulera du 4 au 15 octobre 2023. 

La Jordanie et la Palestine ne sont pas les seuls pays arabes à avoir soumis des films pour les Oscars.

L'Égypte a choisi le film Voy Voy Voy!, mettant en vedette l’acteur Mohamed Farag, tandis que le Yémen a opté pour le film The Burdened du réalisateur Amr Gamal. La Tunisie, de son côté, concourt avec Four Daughters de Kaouther ben Hania, alors que le Maroc a soumis le documentaire The Mother of All Lies réalisé par Asmae el-Moudir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'héritage d'Al-Turaif: inauguration d'une exposition au siège de l'Unesco à Paris

La princesse Tarfa al-Saoud à l’exposition «The Earthen Testament: Tracing the Legacy of Diriyah» à Paris. (X/@KSAForUNESCO)
La princesse Tarfa al-Saoud à l’exposition «The Earthen Testament: Tracing the Legacy of Diriyah» à Paris. (X/@KSAForUNESCO)
Short Url
  • L’exposition présente un mélange varié d'œuvres d'art, de photographies, d’œuvres cinématographiques et d'artisanat incarnant l'essence de Diriyah
  • Intitulé «Le testament terrestre: retrouver l'héritage de Diriyah», l’événement se tiendra jusqu’au 29 février à Paris

RIYAD: Une exposition consacrée à Diriyah a été inaugurée au siège de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) à Paris, avec l'aimable autorisation de la Diriyah Gate Development Authority, la délégation permanente de l'Arabie saoudite auprès de l'Unesco et de la Commission nationale saoudienne pour l'éducation, la culture et la science, a-t-on annoncé jeudi.

L’exposition, The Earthen Testament: Tracing the Legacy of Diriyah («Le testament terrestre: retrouver l'héritage de Diriyah»), qui se tiendra jusqu'au 29 février, met en lumière le quartier historique d'Al-Turaif – site du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2010 – et met en valeur son patrimoine.

L’exposition vise à donner vie à la riche mosaïque d’art et de patrimoine du quartier, en présentant un mélange varié d’œuvres d’art, de photographies, d’œuvres cinématographiques et d’artisanat, qui incarnent l’essence de Diriyah, le berceau de l’État saoudien. S'étendant sur une durée de près de six cents ans, elle offre aux visiteurs un récit visuel du passé de Diriyah.

L'ambassadeur saoudien en France, Fahd ben Mayouf al-Rouwaili, a exprimé sa joie à la vue de l'exposition, ajoutant que cette initiative soulignait l'engagement commun en faveur de la sauvegarde et de la dynamisation des sites du patrimoine culturel, tant pour la société saoudienne que pour la communauté mondiale.

Jerry Inzerillo, PDG de la DGDA, a indiqué que l'exposition mêlait authenticité historique et créativité moderne en présentant des œuvres d'artistes saoudiens.

Les moments forts comprennent les œuvres de Rasha al-Rached, Omar Abdeljawad, Ali al-Sameen, ainsi que du cabinet d'architecture Bricklab Studio, basé à Djeddah.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Mort de Claude Montana, couturier français star des années 80

Le créateur français Claude Montana salue le public avec un mannequin portant sa création à la fin de son défilé de prêt-à-porter printemps-été à Paris le 17 octobre 1987 (Photo, AFP).
Le créateur français Claude Montana salue le public avec un mannequin portant sa création à la fin de son défilé de prêt-à-porter printemps-été à Paris le 17 octobre 1987 (Photo, AFP).
Short Url
  • Né le 29 juin 1947 à Paris, Claude Montamat, son vrai nom, grandit dans un milieu aisé
  • Révélé dans les années 70, coqueluche des années 80, il connaît la consécration en franchissant en 1990 les portes de la maison Lanvin

PARIS: Sa signature, c'étaient les épaules XXL et les tailles de guêpe. Le couturier français Claude Montana, mort vendredi à Paris à 76 ans, s'était imposé comme une figure de la mode des années 80 avant d'être éclipsé des podiums par des revers de fortune.

Une carrière faite de "très hauts et de très bas", comme le disait lui-même le styliste, reconnaissable à son éternel look "Easy Rider" (blouson, pantalon de cuir et santiags).

Révélé dans les années 70, coqueluche des années 80, il connaît la consécration en franchissant en 1990 les portes de la maison Lanvin, qui fête alors ses 100 ans. Il y récolte coup sur coup deux Dés d'or, la plus haute distinction dans le monde de la mode.

Il traverse par la suite des difficultés financières et personnelles et disparaît du devant de la scène au tournant des années 2000.

Swinging London 

Né le 29 juin 1947 à Paris, Claude Montamat, son vrai nom, grandit dans un milieu aisé. Mère protestante allemande, père d'origine catalane.

Il n'a pas du tout l'intention de suivre le studieux parcours de son frère aîné. Après le bac, il est figurant à l'Opéra de Paris avant de filer en Angleterre, attiré par le "Swinging London" marginal.

Ses parents désapprouvent ses choix et son mode de vie et coupent les ponts. Définitivement. Le succès de leur fils n'y changera rien.

Il restera en revanche très proche de Jacqueline, sa soeur cadette qui l'accompagnera dans ses projets professionnels et sera son assistante pendant des années.

A Londres, le jeune homme blond à la moustache frisottante se lance dans la confection de bijoux en papier mâché. Il est remarqué par le magazine Vogue mais le succès n'est pas vraiment au rendez-vous et il n'a pas de permis de travail.

De retour à Paris, il est modéliste chez le spécialiste du cuir, Mac Douglas. "Mon métier, c'est la mode", se dit-il alors. Premier défilé en 1975. Il fait tout de suite un tabac avec ses couleurs flashy et ses tenues extravagantes aux épaules de rugbyman.

Il crée sa propre marque en 1979. L'homme, plutôt discret et habitué des soirées du Palace, boîte parisienne à la mode, devient l'un des couturiers stars de Paris.

Ses défilés théâtraux sont des événements. De "grands shows", disait Christian Lacroix.

Après avoir décliné la proposition de Dior de devenir son directeur artistique et de prendre en charge à la fois la haute couture et prêt à porter, il rejoint Lanvin, qui veut réveiller ses collections. Gros succès.

Comme Jean Paul Gaultier et Thierry Mugler avant lui, il lance lui aussi son parfum, qui ne marche pas très bien, sa collaboration avec Lanvin s'achève en 1997, il fait faillite et doit céder sa marque.


Des artistes saoudiens créent des œuvres spéciales pour la Diriyah Biennale de Riyad

Saudi Futurism, d'Ahmed Mater et Armin Linke. (Photo de Marco Cappelletti, avec l'aimable autorisation de la Diriyah Biennale)
Saudi Futurism, d'Ahmed Mater et Armin Linke. (Photo de Marco Cappelletti, avec l'aimable autorisation de la Diriyah Biennale)
Short Url
  • Les œuvres de la deuxième Biennale d'art contemporain de Diriyah analysent les thèmes du renouveau, du patrimoine culturel et de la conservation
  • La Biennale se tient du 20 février au 24 mai, présentant les œuvres de 100 artistes de plus de 40 pays

RIYAD: La deuxième Biennale d'art contemporain de Diriyah, After Rain, présente les œuvres de 100 artistes de plus de 40 pays, exposées dans des entrepôts industriels du JAX district de Riyad. Le thème de la Biennale de cette année, organisée par la directrice artistique Ute Meta Bauer, est entièrement axé sur le renouveau, le rajeunissement et la redynamisation. De façon métaphorique, cela peut être appliqué à la rapide transformation sociale et économique que connaît le Royaume, et au rôle que joue l’art dans ce changement.

Parmi les dizaines d’œuvres artistiques exposées, certaines ont été récemment créées par des artistes basés dans le Royaume, notamment Saudi Futurism, un montage créé par Ahmed Mater, l’un des artistes les plus renommés du Royaume, et le photographe et cinéaste milanais Armin Linke. Les deux hommes ont voyagé ensemble à travers le pays pour documenter des sites historiques, industriels et scientifiques, notamment le projet de grande envergure Neom, une ferme de produits laitiers, des bâtiments monumentaux, le superordinateur Shaheen, la Yamama Cement Factory, et la Diplomatic Club Heart Tent haute en couleurs de Riyad, conçue par Frei Otto. Les visiteurs peuvent passer en revue ces images qui se fondent dans le passé de l’Arabie saoudite, et sélectionner leur propre série d’images illustrant le changement rapide que connaît actuellement le pays.

A Stone's Palette, de Daniah Alsaleh, basée à Djeddah, présente des études issues de ses études des sites archéologiques d'AlUla et de Tayma, en se concentrant particulièrement sur les perles de pierre de cornaline produites à Tayma il y a longtemps, qui, explique-t-elle, avaient servi d'importants objets au niveau social, utilisés à la fois comme éléments dans d’anciens rituels, et comme accessoires personnels.

img 1
Daniah Alsaleh. (Photo fournie)

«J'ai appris qu'elles provenaient de la vallée de l'Indus il y a des milliers d'années», indique Daniah Alsaleh à Arab News. «Ils fabriquaient les perles à Tayma puis les exportaient en Mésopotamie. Je suis allée chercher de la cornaline en Inde, et j'ai créé différents pigments que j'ai appliqués sur ces croquis, qui sont des photos de transfert des chantiers de fouilles, avec ma propre intervention dans l’utilisation d’une décoration et de motifs contemporains.»

Dans son montage en extérieur, The whispers of Today Are Heard in the Garden of Tomorrow, l'artiste Mohammad Alfaraj, basé à Al-Ahsa, a créé des sculptures à partir de matériaux naturels qu'il a trouvés dans le désert, notamment des feuilles de palmier enroulées placées sur des bâtons placés dans le sable, qui sont complétés par des photographies et des peintures murales peintes sur chaque mur du pavillon en bois qui entoure son «jardin».

«Tout ce qui se passe aujourd'hui résonne dans notre avenir, qu'il soit bon ou mauvais, en particulier les choses qui ne sont pas vraiment importantes», précise Alfaraj à Arab News. «Ce montage se compose de trois parties: Fossils of Time, réalisée avec des photographies et du tissu. Je pense vraiment que les photographies, surtout lorsqu'elles sont imprimées, sont les fossiles d'un instant.»

img 1
The whispers of Today are Heard in the Garden of Tomorrow, de Mohammed Alfaraj. (Arab News/Rebecca Anne Proctor)

La deuxième partie est une peinture murale intitulée «Love is to leave the Gates of Your Garden Ajar», réalisée à partir du charbon de bois de palmiers brûlés. «Qu'est-ce que cela signifie lorsque vous utilisez quelque chose qui a été détruit, et que vous essayez d'en faire quelque chose de nouveau?», demande-t-il. «C’est quelque chose que je veux mettre en relief: construire plus que détruire. C’est un symbole d’espoir, même pour le peuple palestinien et pour les personnes vivant dans tout lieu sujet à une oppression. Il est motivant de voir des gens utiliser leur résistance pour construire une nouvelle vie.»

La troisième partie se compose de plusieurs nouvelles sculptures réalisées à partir de vieilles feuilles de palmier, et recouvertes de sirop de dattes et de gomme arabique surmontées d'une résine protectrice, qui sont posées sur des socles métalliques dans le sable.

«Je les mets dans ces personnages, et j'essaie de leur permettre de continuer leur vie», explique Alfaraj. «Ce sont des monuments d’une vie qui n’a pas été vécue.»

Le thème de la mémoire est au cœur de la contribution bouleversante à la Biennale de l’artiste yéménite Sara Abdu, basée en Arabie saoudite, intitulée «Now that I have Lost you in my Dreams Where do we Meet?»

img 1
Now that I have Lost you in my Dreams Where do we Meet?, de Sara Abdu (Photo de Marco Cappelletti, avec l'aimable autorisation de la Diriyah Biennale Foundation)

«Elle est inspirée par les rêves que je faisais», raconte Sara Abdu à Arab News. «Quand je pense à ces rêves, à ces espaces intangibles, ils nous offrent l'opportunité de créer de nouveaux souvenirs. L’œuvre se situe dans notre rapport avec la mémoire. Elle considère le temps comme cette chose qui détermine la mort des souvenirs et de tout ce qui est éphémère.»

«Les matériaux sont inspirés du rituel funéraire islamique consistant à laver le défunt», poursuit-elle. «J'ai utilisé deux ingrédients principaux: de la poudre de sidr et des cristaux de camphre. Pour moi, ces deux ingrédients sont l’odeur de la mort.»

Ce montage est construit de telle manière, explique Sara Abdu, qu’il semble «capturer et immortaliser des souvenirs, nous permettant d’exister avec eux dans le même temps et dans le même espace».

«Le titre de l’œuvre est très présent dans l’espace, et tourne autour de l’idée de répétition, de sorte que ceux qui la regardent se demandent quel sentiment la réponse à cette question nous laisserait en retour», conclut-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com