Russie: les revenus des exportations pétrolières au plus haut depuis juillet 2022

Une vue d'une station-service du producteur pétrolier russe Gazprom Neft et d'immeubles résidentiels de grande hauteur en construction à Moscou, le 12 janvier 2023. (Photo de Natalia KOLESNIKOVA / AFP)
Une vue d'une station-service du producteur pétrolier russe Gazprom Neft et d'immeubles résidentiels de grande hauteur en construction à Moscou, le 12 janvier 2023. (Photo de Natalia KOLESNIKOVA / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 12 octobre 2023

Russie: les revenus des exportations pétrolières au plus haut depuis juillet 2022

  • Malgré les sanctions, la Russie a trouvé les moyens de vendre son pétrole brut plus cher à l'Inde, qui n'est pas concernée par le régime de sanctions
  • Le prix moyen à l'exportation du brut russe a augmenté de 8 dollars par baril, pour atteindre 81,80 dollars en septembre, «bien au-dessus du prix plafonné», a relevé l'AIE

PARIS: Les revenus des exportations pétrolières de la Russie, visée par des sanctions, ont bondi en septembre pour atteindre "leur plus haut niveau depuis juillet 2022", a indiqué jeudi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Ces revenus "ont bondi de 1,8 milliard de dollars" sur un mois "pour atteindre 18,8 milliards de dollars en septembre, leur plus haut niveau depuis juillet 2022", souligne ce rapport mensuel de l'AIE sur le marché du pétrole.

Les exportations totales de produits pétroliers russes ont augmenté de 460.000 barils par jour pour atteindre 7,6 millions de barils par jour, le brut comptant pour 250.000 barils dans la hausse.

Les recettes pétrolières du gouvernement russe auront ainsi augmenté de 24% en septembre par rapport au mois précédent, pour atteindre 10,6 milliards de dollars, mais étaient inférieures de 7% à leur niveau d'il y a un an, a précisé l'AIE.

Depuis décembre 2022, le G7, l'Australie et l'Union européenne ont imposé un plafonnement du prix du pétrole russe selon un mécanisme qui impose que seul le pétrole vendu à un prix égal ou inférieur à 60 dollars le baril puisse continuer à être livré.

L'objectif d'alors était de frapper la manne financière de la Russie en plafonnant ses recettes pétrolières, tout en gardant une incitation économique suffisante pour que le pays continue de vendre son pétrole à prix réduit - plutôt que de retirer ses barils du marché, afin d'éviter un surenchérissement des cours.

Malgré ces sanctions, la Russie a trouvé les moyens de vendre son pétrole brut plus cher à l'Inde, qui n'est pas concernée par le régime de sanctions.

Le prix moyen à l'exportation du brut russe a augmenté de 8 dollars par baril, pour atteindre 81,80 dollars en septembre, "bien au-dessus du prix plafonné", a relevé l'AIE.

La production de brut russe a grimpé jusqu'à 9,48 millions de barils quotidiens. Si Moscou a promis de réduire ses exportations de 300.000 barils par jour à partir de septembre jusqu'à fin 2023, des estimations préliminaires montrent qu'elles ont seulement baissé d'environ 100.000 barils par jour par rapport à la moyenne de mai-juin, selon l'AIE.

Selon l'Opep, l'organisation des pays exportateurs de pétrole, la production russe de produits pétroliers en 2023 "devrait baisser de 500.000 barils par jour pour atteindre une moyenne de 10,5 millions de barils par jour", soit une réévaluation à la hausse d'environ 80.000 barils quotidiens par rapport à son évaluation du mois précédent.

"La contraction attendue prend en compte des ajustements volontaires de production annoncés jusqu'à fin 2023", a précisé l'Opep dans son rapport d'octobre publié jeudi, qui prévoit une production inchangée en 2024.


La société Fitch Ratings se retire du Liban

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Short Url
  • Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 
  • « Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.

RIYADH : L'indisponibilité de certaines données clés a conduit Fitch Ratings à renoncer à catégoriser le Liban, l'agence ne disposant plus d'informations suffisantes pour maintenir son évaluation du pays. 

L'agence de notation mondiale a confirmé les notes de défaut à long terme de l'émetteur libanais en devises étrangères et en monnaie locale comme étant restreintes et a par la suite retiré l'IDR et le plafond du pays de la nation. 

Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 

Cela signifie que l'agence a confirmé les notes de la dette à long terme du Liban comme étant restreintes et a cessé de fournir des évaluations et des analyses pour le pays en raison de l'insuffisance des données.

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui a considérablement influencé l'évaluation de sa notation. 

L'incapacité du gouvernement à rembourser l'euro-obligation, qui arrivait à échéance le 9 mars 2020, a conduit à sa catégorisation en tant que défaut de paiement restreint.

« Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.  

Les IDR en monnaie locale restent en défaut de paiement restreint car le gouvernement n'a pas repris le paiement des intérêts sur les titres en monnaie locale détenus par la Banque du Liban, bien qu'il continue à assurer le service de la dette en monnaie locale auprès des créanciers privés. 

Fitch a également déclaré que les autorités n'ont pas initié de restructuration de la dette en monnaie locale. 

La décision de l'agence de retirer les notations du Liban a été motivée par le fait que l'émetteur a cessé de publier les comptes nationaux et les données fiscales, qui ne sont désormais disponibles que jusqu'en 2021. 

Ce manque d'informations financières à jour a empêché Fitch de maintenir des notations précises. 

L'agence a ajouté que la note de pertinence environnementale, sociale et de gouvernance du Liban pour la stabilité et les droits politiques et pour l'État de droit, la qualité institutionnelle et réglementaire et le contrôle de la corruption s'élève à cinq. 

Cela reflète l'impact élevé des indicateurs de gouvernance de la Banque mondiale dans le modèle de notation souveraine de Fitch. 

« Le Liban est mal classé (14,8), ce qui reflète l'absence d'antécédents récents de transitions politiques pacifiques, des droits relativement faibles en matière de participation au processus politique, une faible capacité institutionnelle, une application inégale de l'État de droit et un niveau élevé de corruption », a ajouté l'agence. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


SAMI, le prochain centre de réparation agréé pour les C-130 Hercules et les plateformes de giravion d'Airbus

Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Short Url
  • SAMI a signé deux accords avec Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough.
  • Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030.

RIYADH : La société Saudi Arabian Military Industries, spécialisée dans l'aérospatiale et la défense, va devenir un centre agréé pour les avions C-130 Hercules et les plates-formes de giravions Airbus, en étendant ses capacités de maintenance, de réparation et de remise en état. 

Les services MRO comprennent la réparation et la remise à neuf de composants et d'assemblages de haute technicité, tels que les carters, les pièces rotatives à durée de vie limitée, les joints d'air rotatifs et les carénages de turbine, ainsi que les aubes et les joints d'air en nid d'abeille. 

La société détenue par le Fonds d'investissement public a signé deux accords avec les principaux fabricants d'équipement d'origine Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough, qui s'est tenu au Royaume-Uni du 22 au 26 juillet, a rapporté l'agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency).

Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030. Ils s'inscrivent également dans l'objectif du Royaume de renforcer son secteur de la défense et de faire de la localisation une priorité absolue, l'Arabie saoudite s'étant fixé pour objectif d'internaliser 50 % de ses dépenses de défense d'ici à 2030. 

« Les deux partenariats soulignent notre engagement à promouvoir les capacités locales et réitèrent notre objectif de localiser davantage le secteur de l'industrie de la défense », a déclaré Walid Abukhaled, PDG de SAMI. 

Dans le cadre du premier accord, SAMI Alsalam sera certifiée en tant que centre de service Lockheed Martin 14 pour les Hercules C-130 dans le monde entier. Dans le cadre du second accord, la société s'engagera à localiser les capacités MRO par l'intermédiaire d'Airbus Helicopters afin d'améliorer les compétences dans le domaine des giravions. 

Le secteur de l'aviation connaît une croissance considérable au Royaume, grâce aux investissements de plusieurs milliards de dollars réalisés dans le cadre du plan Vision 2030, qui vise à diversifier l'économie au-delà des combustibles fossiles et à promouvoir le secteur privé. 

« Nous continuerons à nous concentrer sur la formation et le développement des talents nationaux grâce à de tels programmes avec des entreprises mondiales de premier plan, visant à soutenir la localisation de plus de 50 % des dépenses gouvernementales conformément aux objectifs de Saudi Vision 2030 », a ajouté Abukhaled.

Le vice-président exécutif de SAMI Aerospace, Abdulsalam Al-Ghamdi, a déclaré : « Ces partenariats marquent une étape importante et renforcent nos capacités à fournir des services de maintenance, de réparation, de révision, d'ingénierie et de modification structurelle conformes aux normes internationales les plus strictes pour la plate-forme C-130 Hercules.
 
« SAMI Alsalam Aerospace Industries apportera son soutien aux opérateurs de ces avions, tant au niveau régional qu'international », a ajouté M. Al-Ghamdi.

En février, M. Abukhaled a déclaré que la transformation sociale de l'Arabie saoudite était l'une des « plus rapides de l'histoire », facilitée par le gouvernement.

S'exprimant à l'occasion du World Defense Show 2024, le PDG a ajouté que des changements importants se produisent, qui ne sont peut-être pas immédiatement apparents.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le ministre saoudien de l'Industrie et des entreprises brésiliennes évoquent la localisation des vaccins

Visite de Bandar Alkhorayef à l'Institut Butantan. X/@BAlkhorayef
Visite de Bandar Alkhorayef à l'Institut Butantan. X/@BAlkhorayef
Short Url
  • Au cours de ses discussions avec les investisseurs et les chefs d'entreprise, M. Alkhorayef a souligné que le Brésil était prêt à s'associer à l'Arabie saoudite dans tous les secteurs industriels ciblés, en particulier les produits pharmaceutiques et les
  • L'Arabie saoudite souhaite susciter l'intérêt du monde entier pour les soins de santé en offrant des incitations financières et en tirant parti de ses solides capacités. L'objectif premier est de localiser 80 à 90 % de la production d'insuline.

RIYADH : À la suite de réunions entre le ministre saoudien de l'industrie et des entreprises brésiliennes, le Royaume vise à stimuler la localisation des vaccins et des produits pharmaceutiques en tirant parti de l'expertise du Brésil.

Au cours de ses discussions avec plusieurs investisseurs du pays sud-américain, Bandar Alkhorayef a indiqué l'étendue de la collaboration potentielle, car le secteur joue un rôle important dans la stratégie industrielle nationale du pays.

En effet, il joue un rôle crucial dans la sécurité pharmaceutique et sanitaire et renforce l'indépendance du Royaume dans ce domaine en sécurisant ses besoins médicaux et en construisant des capacités industrielles spécialisées.

Le comité saoudien de l'industrie des vaccins et des biomédicaments, dirigé par M. Alkhorayef, a pour mission d'identifier les meilleures technologies pour l'investissement. Son objectif est de transférer et de localiser les connaissances, en créant des plateformes industrielles locales conformes aux normes internationales, afin de faire du Royaume une puissance logistique et industrielle pour les vaccins et les médicaments vitaux au Moyen-Orient et dans le monde islamique.

Dans un communiqué publié sur son compte X, le ministre a déclaré avoir visité l'Institut Butantan, qu'il considère comme le leader mondial de la recherche en biotechnologie, ajoutant : « J'ai discuté avec le directeur de l'Institut Butantan : « J'ai discuté avec le directeur de l'institut des moyens de renforcer la coopération dans la localisation de l'industrie des vaccins et des produits pharmaceutiques.

Au cours de ses discussions avec les investisseurs et les chefs d'entreprise, M. Alkhorayef a souligné que le Brésil était prêt à s'associer à l'Arabie saoudite dans tous les secteurs industriels ciblés, en particulier les produits pharmaceutiques et les vaccins. 

Cette coopération est considérée comme une démarche stratégique visant à tirer parti des atouts des deux pays pour développer les chaînes d'approvisionnement, renforcer les échanges technologiques et favoriser l'innovation au service du développement durable.

En juin 2022, M. Alkhorayef a annoncé des opportunités d'investissement dans le secteur d'une valeur de plus de 11 milliards de SR (2,9 milliards de dollars). L'Arabie saoudite souhaite susciter l'intérêt du monde entier pour les soins de santé en offrant des incitations financières et en tirant parti de ses solides capacités. L'objectif premier est de localiser 80 à 90 % de la production d'insuline.

En établissant des partenariats stratégiques avec des entreprises internationales de premier plan, en transférant des technologies et des connaissances et en encourageant les partenariats public-privé, le Royaume vise à assurer une croissance durable dans le secteur des soins de santé. 

L'accent mis sur l'augmentation du contenu local et l'adoption des dernières technologies médicales souligne l'ambition du pays de devenir un centre régional majeur de fabrication de produits pharmaceutiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com