Israël-Gaza: message «très net» et «très ferme» d’Emmanuel Macron au président iranien, Ebrahim Raïssi

Le président français Emmanuel Macron lors d'un discours télévisé à la nation sur le thème du conflit entre Israël et le Hamas, prononcé depuis l'Elysée, à Paris, le 12 octobre 2023. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron lors d'un discours télévisé à la nation sur le thème du conflit entre Israël et le Hamas, prononcé depuis l'Elysée, à Paris, le 12 octobre 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 16 octobre 2023

Israël-Gaza: message «très net» et «très ferme» d’Emmanuel Macron au président iranien, Ebrahim Raïssi

  • Tout semble indiquer pour l’instant que les propos du président français n’ont pas eu d’écho positif en Iran
  • «Est-ce que l’Iran veut sacrifier toutes ses cartes en poussant le Hezbollah dans la bataille?», s’interroge un diplomate

PARIS: La guerre entre Israël et le Hamas continue et entre dans sa deuxième semaine, mais la diplomatie peine, jusqu’à présent, à prendre le dessus.
Les enjeux de cette guerre sont nombreux et leurs conséquences sont graves sur les plans politique et humanitaire. C’est pourquoi le président français, Emmanuel Macron, déploie une activité diplomatique intense à «la recherche d’une solution immédiate à la crise», selon l’Élysée.

Toutefois, Emmanuel Macron a beau multiplier les contacts avec les parties régionales et internationales dans le but d’éviter un embrasement de la situation, Paris semble persuadé que l’œil du cyclone se trouve en Iran.

Pour l’Élysée, «il est extrêmement important que l’Iran, qui a célébré de manière totalement indécente les opérations du Hamas à partir de Gaza – comme l’ont fait le Hezbollah et un certain nombre de groupes affiliés au pouvoir iranien –, s’abstienne d’ajouter aux tensions et s’abstienne de tout soutien opérationnel au Hamas».

C’est ce message «très net» et «très ferme» que Macron a fait passer au président iranien, Ebrahim Raïssi, lors d’un entretien téléphonique qui a eu lieu hier.
Naturellement, ce n’est pas un message facile à transmettre, concède l’Élysée. Mais il est nécessaire et Paris a tenu à faire valoir auprès de l’Iran «l’intérêt collectif, donc le sien aussi, de permettre que cette séquence de violences et de tension soit close au plus vite pour la sécurité de tous et la stabilité de la région».

L’Iran a affirmé à maintes reprises ne pas être associé à l’opération du Hamas. Toutefois, Paris estime que si «l’Iran a un rôle à jouer qui peut être très négatif dans la situation actuelle», il peut aussi «avoir un rôle positif à jouer» en s’abstenant d’utiliser «des mots inacceptables» et de fournir «une action de soutien au Hamas qui aggraverait encore la situation».

«La situation est très préoccupante à la frontière entre le Liban et Israël»
Tout semble indiquer pour l’instant que les propos du président français n’ont pas eu d’écho positif en Iran. Pourtant, l’Élysée, qui indique que Macron est l’un «des leaders les plus impliqués dans la recherche d’une solution», poursuit inlassablement ses efforts auprès des différentes parties concernées.

 

«Israël a des obligations à Gaza» qui relèvent de la 4e convention de Genève sur la protection des civils. Le président français, indique l’Élysée, a clairement souligné ce point auprès du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

«C’est le message que nous passons d’ores et déjà aux Iraniens, mais aussi aux autorités libanaises, et directement au Hezbollah», qui, selon l’Élysée, «doit impérativement faire preuve de retenue pour éviter l’ouverture d’un deuxième front dans la région». Cette perspective «provoquerait l’effondrement du Liban».

«La situation est très préoccupante à la frontière entre le Liban et Israël», estime l’Élysée, c’est la raison qui doit inciter le Hezbollah «à la plus grande retenue»: il ne «faut donner absolument aucun prétexte pour que le Liban bascule une nouvelle fois dans la guerre».

À ce propos, les avis divergent dans le milieu diplomatique français: certains pensent que la frontière sud du Liban finira par s’embraser si le Hamas est sérieusement affaibli par les frappes israéliennes et d’autres pensent le contraire.

Pour ces derniers, il est presque certain que les Israéliens parviendront à frapper sérieusement le Hamas. Mais, là encore, les regards se tournent de nouveau vers l’Iran. «Est-ce que l’Iran veut sacrifier toutes ses cartes en poussant le Hezbollah dans la bataille?», s’interroge un diplomate, qui en déduit que rien n’est moins certain et que les hostilités au niveau de la frontière sud du Liban restent pour l’instant circonscrites.

La faiblesse de l’Autorité palestinienne est due en grande partie à l’acharnement d'Israël à saper sa crédibilité.

Israël et le respect du droit international humanitaire
L’autre souci de la France sur le court terme concerne la situation des civils dans la bande de Gaza à l’heure où Israël fait monter la pression sur cette zone. À ce sujet, l'Élysée souligne que «c’est l’honneur d'Israël comme démocratie de respecter le droit international humanitaire» auquel la France est attachée, rappelant que la bande de Gaza «est toujours considérée comme un territoire occupé» au regard du droit international.

En l’occurrence, «Israël a des obligations à Gaza» qui relèvent de la 4e convention de Genève sur la protection des civils. Le président français, indique l’Élysée, a clairement souligné ce point auprès du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.
Mais, encore une fois, il est difficile de penser que les propos français seront pris en compte tant Israël est préoccupé par la nécessité de venger l’affront subi par l’opération du Hamas.

Par ailleurs, l’Hexagone reste engagé dans la recherche de perspectives sur le long terme «pour retrouver les éléments d’une démarche politique et diplomatique dans la région», assure l’Élysée.
«Il est malheureux que toutes les occasions de paix aient jusque-là été gâchées» précise-t-il, ajoutant que «la leçon des événements de cette semaine est bien que la question palestinienne est toujours une question ouverte et qu’il n’y a pas moyen d’obtenir une normalisation au Moyen-Orient qui ignore le règlement de cette question».

Il faudra y travailler, assène l’Élysée, «dans l’intérêt des Palestiniens, dans l’intérêt d’Israël, dans l’intérêt de nos partenaires dans la région et dans notre intérêt à nous aussi».

Paris est toujours engagé «pour qu’un État palestinien voie le jour», mais, pour cela, «il appartiendra aux Palestiniens de tirer les conséquences de la situation d’aujourd’hui». Cela exige «des autorités palestiniennes» et de «nous tous» la «condamnation sans nuance des actes de terrorisme». C’est un point difficilement acquis étant donné la faiblesse de l’Autorité palestinienne, due en grande partie à l’acharnement d'Israël à saper sa crédibilité.

 


Législatives en France: manifestations contre l'extrême droite, tensions dans la coalition de gauche

Des manifestants se rassemblent lors d'un rassemblement contre l'extrême droite après que le président français a convoqué des élections législatives suite aux gains significatifs des partis d'extrême droite aux élections du Parlement européen, à Paris le 15 juin 2024. Photo Sameer Al-Doumy AFP)
Des manifestants se rassemblent lors d'un rassemblement contre l'extrême droite après que le président français a convoqué des élections législatives suite aux gains significatifs des partis d'extrême droite aux élections du Parlement européen, à Paris le 15 juin 2024. Photo Sameer Al-Doumy AFP)
Short Url
  • «La République en flammes», «L'extrême droite est un danger mortel», proclamaient des banderoles de manifestants à Nancy (est), où plus d'un millier de personnes ont commencé à défiler samedi
  • Pour barrer l'extrême droite, les principaux partis de gauche, de La France Insoumise (LFI, gauche radicale) aux socialistes en passant par les Ecologistes, ont réussi à s'allier à la hâte

PARIS : Six jours après l'annonce-choc de législatives anticipées en France, des dizaines de milliers de personnes sont attendues samedi dans plusieurs villes pour défiler contre l'extrême droite, donnée favorite du scrutin devant la nouvelle coalition de gauche qui commence à être fissurée par de premières tensions.

Entre 300.000 à 350.000 personnes sont attendues dans la rue samedi, dont 50.000 à 100.000 dans la capitale, selon une source policière, et environ 200 manifestations sont prévues au total dans le pays pendant le week-end, à l'approche des législatives des 30 juin et 7 juillet.

«La République en flammes», «L'extrême droite est un danger mortel», proclamaient des banderoles de manifestants à Nancy (est), où plus d'un millier de personnes ont commencé à défiler samedi.

«On est à un moment historique», a déclaré à la radio France Inter Marylise Léon, la cheffe de la CFDT, l'un des cinq syndicats qui ont appelé à la mobilisation.

La dissolution de l'Assemblée nationale, décidée dimanche par le président Emmanuel Macron après la débâcle de son camp aux européennes, continue elle de provoquer des secousses politiques.

Pour barrer l'extrême droite, les principaux partis de gauche, de La France Insoumise (LFI, gauche radicale) aux socialistes en passant par les Ecologistes, ont réussi à s'allier à la hâte.

Mais leur coalition baptisée Nouveau Front populaire a connu ses premières tensions samedi après la décision de LFI de ne pas réinvestir plusieurs figures opposées au chef de file du parti, Jean-Luc Mélenchon.

Les élus mis à l'écart ont dénoncé «une purge» et accusé M. Mélenchon de «régler ses comptes».

D'autres ont déploré qu'Adrien Quatennens, proche de ce leader de la gauche radicale, ait lui été réinvesti alors qu'il avait été condamné en 2022 à quatre mois d'emprisonnement avec sursis pour violences conjugales.

«Une purge»

«Extrêmement choquée» par cette «purge», la patronne des Ecologistes Marine Tondelier a convoqué les instances de son parti. Le patron des socialistes Olivier Faure a de son côté jugé sur X «scandaleuse» l'«éviction» des députés LFI.

Favorable à l'union de la gauche malgré son opposition à LFI, l'ancien président socialiste de la République François Hollande a parallèlement annoncé sa candidature aux législatives en Corrèze (centre).

Le président Macron, qui participe ce week-end à un G7 en Italie et à un sommet sur l'Ukraine  en Suisse, a qualifié les divergences à gauche de «spectacle de grande incohérence»: «On est chez les fous, ce n'est pas sérieux».

Le programme du Nouveau Front populaire comprend une abrogation de la réforme des retraites menée sous la présidence Macron, un salaire minimum à 1.600 euros net (contre 1.383 euros actuellement) mais aussi la lutte contre l'antisémitisme et la condamnation des «massacres terroristes du Hamas» en Israël, deux sujets qui ont empoisonné les relations à gauche.

Le président du Rassemblement national Jordan Bardella, qui vise le poste de Premier ministre à 28 ans, a estimé que seules «deux formations politiques» pourront «composer un gouvernement»: la sienne, favorite des sondages, et cette nouvelle union de la gauche.

La droite républicaine, elle, se déchire depuis l'appel du président des Républicains Eric Ciotti à s'allier avec le RN. Vendredi, le tribunal de Paris a provoqué un énième rebondissement en invalidant son exclusion.

- Appel d'un footballeur -

Alors que l'Euro de football a démarré vendredi soir en Allemagne, l'attaquant de l'équipe de France Marcus Thuram a appelé à «se battre pour que le RN ne passe pas», une prise de position rare pour un sportif de haut niveau.

Le 1er mai 2002 près d'un million de personnes avaient manifesté en France après la qualification du dirigeant d'extrême droite Jean-Marie Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle.

Aujourd'hui, c'est le «choc des européennes», avec un score cumulé de l'extrême droite de 37,8% et la perspective d'un «RN au portes du pouvoir», qui poussent les opposants dans la rue.

Jordan Bardella a dénoncé vendredi des appels «extrêmement dangereux» à «l'insurrection», tout en se disant «très attaché à la liberté d'expression».


France: L'Aïd amer des musulmans de Nice

Une photo prise le 25 avril 2016 montre la mosquée de l'institut En-Nour à Nice, dans le sud-est de la France. (Photo Valery Hache AFP)
Une photo prise le 25 avril 2016 montre la mosquée de l'institut En-Nour à Nice, dans le sud-est de la France. (Photo Valery Hache AFP)
Short Url
  • «On dirait qu'on n'est pas des citoyens à part entière», explique l'imam Otmane Aissaoui, président de l'Union des musulmans des Alpes-Maritimes (Umam), dénonçant «des actes islamophobes» dans les lycées ou les universités
  • Avec l'arrivée en septembre du préfet Hugues Moutouh, puis les contre-coups de l'attaque du Hamas le 7 octobre et de la riposte israélienne dans la bande de Gaza, la situation s'est tendue

NICE, France : «Il n'y a plus de joie». Bousculés ces derniers mois par les discours politiques et les pressions incessantes de l'administration, les quelque 20.000 musulmans de Nice, dans le sud-est de la France, se préparent à célébrer une fête de l'Aïd teintée d'amertume.

«On dirait qu'on n'est pas des citoyens à part entière», explique l'imam Otmane Aissaoui, président de l'Union des musulmans des Alpes-Maritimes (Umam), dénonçant «des actes islamophobes» dans les lycées ou les universités, «les femmes avec le foulard vues d'un mauvais œil, les contrôles inopinés dans les mosquées... On le sent plus ici qu'ailleurs».

Le malaise n'est pas nouveau. L'islam a régulièrement été un thème de campagne politique dans la région et les attentats du 14 juillet 2016 puis de la basilique Notre-Dame en 2020 ont provoqué des réactions de haine qui ont visé jusqu'aux proches des musulmans tués sur la Promenade des Anglais.

Cependant, avec l'arrivée en septembre du préfet Hugues Moutouh, puis les contre-coups de l'attaque du Hamas le 7 octobre et de la riposte israélienne dans la bande de Gaza, la situation s'est tendue.

Alors que le maire Christian Estrosi faisait flotter le drapeau israélien sur le fronton de la mairie, le préfet a inlassablement interdit les manifestations pro-palestiniennes, faisant valoir que le département était «dans le trio de tête» en matière d'actes antisémites.

Retoquées à chaque fois par le tribunal administratif, ces interdictions n'ont cessé qu'en janvier.

Puis, en février, M. Moutouh a ordonné la fermeture temporaire d'une petite librairie musulmane, fustigeant la présence de livres fondamentalistes. Un arrêté lui aussi retoqué par le tribunal administratif: les livres incriminés sont aussi en vente dans des librairies grand public.

Evoquant une grande incompréhension, la gérante a invité le préfet à boire le thé dans sa boutique, où elle vend depuis deux décennies foulards, abayas, tapis de prières et livres sur la spiritualité. Mais elle n'a jamais reçu de réponse.

L'absence de dialogue a aussi dominé la crise autour du collège Avicenne, un établissement musulman hors contrat accueillant une centaine d'élèves, dont le préfet a ordonné la fermeture en mars, à la demande du ministère de l'Education nationale.

- «Un sentiment d'injustice» -

La qualité de l'enseignement n'est pas en cause, d'autant que les élèves brillent à l'examen du brevet puis dans les lycées publics. Mais Avicenne a tâtonné pour répondre aux exigences de la loi contre le séparatisme en matière de transparence sur l'origine de ses financements.

Là aussi, le tribunal administratif a estimé en référé que les erreurs relevées dans la comptabilité de l'établissement ne justifiaient pas la fermeture, en des termes laissant peu de suspense quant à la décision sur le fond, attendue fin juin.

Paradoxalement, le collège a vu ses candidatures doubler et va créer une classe supplémentaire en septembre. Mais il garde «un sentiment d'injustice» et «d'acharnement», explique son directeur Idir Arab: «Vous avez un petit projet qui marche dans un quartier où tout s'effondre, pourquoi aller le fermer ?»

Le collège, où les enseignants sont de toutes confessions et les tenues vestimentaires très diverses, réclame en vain depuis des années à passer sous contrat. «Ils parlent de séparatisme mais c'est nous qui subissons ce séparatisme», regrette M. Arab, également blessé par la condamnation sans réserve du collège par M. Estrosi.

Dans ce contexte, la proposition du maire de Nice de louer de nouveau la vaste salle du palais Nikaïa pour la fin du ramadan, envoyée aux associations cultuelles moins de 48 heures avant la fête, est restée lettre morte en avril.

De même, les options se réduisent pour le sacrifice de l'Aïd al-Adha, ou Aïd el-Kébir, qui débute dimanche en France, après que le dernier site agréé dans le département pour accueillir les fidèles a été épinglé par la justice. Plus de 600 ovins et 45 bovins y ont été saisis fin mai.

Par comparaison, cinq sites sont agréés dans le Var voisin. Résultat: à Nice, beaucoup de familles se sont résolues à envoyer l'argent du sacrifice à l'étranger.

Contactés par l'AFP, M. Estrosi n'a pas donné suite tandis que M. Moutouh n'a pas pu répondre en raison de la réserve électorale.


«Nouveau Front Populaire» : comment la gauche a refait l'union en quatre jours

Le Nouveau Front Populaire annonce aussi vouloir un "protectionnisme écologique et social aux frontières de l'Europe" et "mettre fin aux accords de libre-échange".  (AFP)
Le Nouveau Front Populaire annonce aussi vouloir un "protectionnisme écologique et social aux frontières de l'Europe" et "mettre fin aux accords de libre-échange". (AFP)
Short Url
  • Le Nouveau Front Populaire, alliance des principales forces de gauche, a dévoilé vendredi son programme pour les législatives
  • Il promet sur le plan national d'abroger les réformes des retraites, de l'assurance-chômage et de l'immigration

PARIS: En 2022, les négociations pour former la Nupes avaient duré 13 jours - et 13 nuits. En 2024, face au risque qui n'a jamais été aussi fort de voir l'extrême droite arriver au pouvoir, les partis de gauche auront réussi à s'entendre autour d'un "Nouveau Front populaire" en quatre jours. Non sans tensions.

"Il me faut une cigarette. J'ai pas dormi depuis deux nuits", soupire jeudi Sébastien Vincini, secrétaire national du PS, devant le siège des Ecologistes, rue des Petits Hôtels à Paris.

Dès dimanche soir, à peine le choc de la dissolution de l'Assemblée nationale passé, la patronne des Ecologistes Marine Tondelier annonce qu'elle "va prendre les uns et les autres, à deux, à trois" pour tenter de former une union à gauche face au Rassemblement national.

Un pari des plus risqués alors que depuis plusieurs mois et l'explosion de la Nupes, les relations sont au plus bas entre communistes, Insoumis, socialistes et Ecologistes. Voire exécrables.

Après des semaines de campagne pour les européennes où les Insoumis ont régulièrement attaqué Raphaël Glucksmann, tête de liste PS-Place publique, et tenté de siphonner le vote écologiste, les bises et les retrouvailles sont fraiches quand LFI arrive chez les écolos lundi après-midi.

"Laissez-les passer, on les a invités!", lance Marine Tondelier aux journalistes qui s'agglutinent autour de la délégation conduite par le coordinateur du mouvement Manuel Bompard et la cheffe des députés LFI, Mathilde Panot.