Niger: HRW et Amnesty demandent la libération des détenus «arbitrairement»

Amnesty International et Human Rights Watch rappellent que depuis le coup d'Etat qui l'a renversé, le président Mohamed Bazoum est détenu dans sa résidence présidentielle avec sa femme et son fils. (AFP)
Amnesty International et Human Rights Watch rappellent que depuis le coup d'Etat qui l'a renversé, le président Mohamed Bazoum est détenu dans sa résidence présidentielle avec sa femme et son fils. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 27 octobre 2023

Niger: HRW et Amnesty demandent la libération des détenus «arbitrairement»

  • Les autorités nigériennes «devraient libérer les personnes détenues arbitrairement», indiquent les deux ONG dans un communiqué
  • Elles dénoncent également la suspension de la diffusion de Radio France internationale (RFI) et France 24, ordonnée par le pouvoir militaire début août

ABIDJAN: Les ONG Human Rights Watch (HRW) et Amnesty international ont demandé jeudi la libération immédiate des personnes détenues "arbitrairement" au Niger par le régime militaire issu du coup d'Etat du 26 juillet, dénonçant également une répression envers les journalistes et les opposants au pouvoir.

Les autorités nigériennes "devraient libérer les personnes détenues arbitrairement", indiquent les deux ONG dans un communiqué.

Le régime militaire doit "faire respecter les droits humains et garantir la liberté de la presse", a déclaré la chercheuse sur le Sahel pour HRW Ilaria Allegrozzi, citée dans le texte.

Les deux ONG rappellent que depuis le coup d'Etat qui l'a renversé, le président Mohamed Bazoum est détenu dans sa résidence présidentielle avec sa femme et son fils. Elles ajoutent que plusieurs ministres du régime déchu ont été incarcérés dans différentes prisons du pays.

Amnesty International et Human Rights Watch "considèrent leurs détentions comme étant arbitraires parce qu’elles sont motivées par des considérations politiques".

Elles affirment également que "les autorités ont menacé, harcelé, intimidé et arrêté arbitrairement des journalistes, des jeunes et des opposants politiques présumés, ainsi que des personnes exprimant des opinions critiques".

Les journalistes au Niger "subissent des pressions accrues dans l’exercice de leurs activités", soulignent-elles, ajoutant que des "journalistes locaux et internationaux ont été menacés, harcelés verbalement en ligne et agressés physiquement".

Les deux organisations mentionnent par exemple le cas de la journaliste nigérienne Samira Sabou, interpellée le 30 septembre et inculpée notamment pour "production et diffusion de données susceptibles de troubler l’ordre public", puis mise en liberté provisoire le 11 octobre.

Elles dénoncent également la suspension de la diffusion de Radio France internationale (RFI) et France 24, ordonnée par le pouvoir militaire début août.

"L’autocensure est devenue une tactique de survie pour beaucoup d’entre nous", a affirmé un journaliste nigérien cité par HRW.

Par ailleurs, les ONG font état de violences physiques commises selon elles par des partisans du régime dans les rues de Niamey.

Selon Ousmane Diallo, chercheur sur le Sahel au bureau d’Amnesty International pour l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale, "la liberté d’expression, la dissidence et la liberté de la presse sont essentielles à la jouissance d’autres droits et à l’obligation pour le gouvernement de rendre des comptes".


Européennes: une liste «Free Palestine party» en préparation dans plusieurs pays

Le président et fondateur de l'Union démocratique des musulmans de France (UDMF) Nagib Azergui (à droite) s'entretient avec le conférencier Eric Berlinger lors de la première réunion de campagne pour les élections municipales de 2020 à Clichy-la-Garenne, le 1er décembre 2019. (photo Jacques Demarthon AFP)
Le président et fondateur de l'Union démocratique des musulmans de France (UDMF) Nagib Azergui (à droite) s'entretient avec le conférencier Eric Berlinger lors de la première réunion de campagne pour les élections municipales de 2020 à Clichy-la-Garenne, le 1er décembre 2019. (photo Jacques Demarthon AFP)
Short Url
  • Cette coalition réunira «des partis indépendants partageant la même éthique musulmane» en France, Espagne (Partido Andalusi), Allemagne (BIG Partei), Belgique (porté par Fouad Ahidar), Pays-Bas (Nida) et Suède (Partiet Nyans)
  • Au delà de la Palestine, l’UDMF liste aussi des propositions en matière d'écologie, de lutte contre l'évasion fiscale et contre les discriminations

PARIS : L'Union des démocrates musulmans français (UDMF) compte se présenter aux élections européennes, au sein d'une coalition «Free Palestine party» réunissant plusieurs partis européens, a indiqué lundi l'UDMF confirmant une information de La Tribune dimanche.

Il s'agit «de faire entendre la voix du peuple palestinien» et de «lutter contre la contamination des idées d'extrême droite visant les citoyens de confession musulmane», a expliqué à l'AFP le président et fondateur de l'UDMF, Nagib Azergui, qui compte déposer sa liste «début mai».

Cette coalition réunira «des partis indépendants partageant la même éthique musulmane» en France, Espagne (Partido Andalusi), Allemagne (BIG Partei), Belgique (porté par Fouad Ahidar), Pays-Bas (Nida) et Suède (Partiet Nyans).

L'UDMF demande sur son site «un changement radical de la diplomatie française et européenne» avec la mise en place de sanctions vis-à-vis d'Israël (interdiction de ventes d'armes, embargo commercial et exclusion de toute compétition internationale notamment).

Au delà de la Palestine, il liste aussi des propositions en matière d'écologie, de lutte contre l'évasion fiscale et contre les discriminations.

Créée en 2012, l'UDMF revendique 650 adhérents. Elle avait recueilli moins de 29.000 voix aux européennes de 2019, avec des pics dans certaines communes: 7,43% à Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), 6,77% à Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Le parti compte compenser son manque de moyens financiers par une campagne de terrain, avec un bus qui se rendra à partir de la mi-mai dans les quartiers populaires, de Strasbourg jusqu'à l'Ile-de-France.

«On a une concurrence très aiguisée face à nous», ajoute M. Azergui, alors que LFI insiste elle aussi sur la situation à Gaza dans sa campagne. Mais «on veut travailler différemment» en «ne se satisfaisant pas de grandes déclarations», ajoute-t-il.

Au delà du résultat des européennes, le responsable assure que «notre vraie ambition est 2026» avec les municipales, auxquelles l'UDMF compte se présenter dans trois villes.

M. Azergui rejette par ailleurs toute accusation de communautarisme: si elle compte défendre les droits des musulmans», l'UDMF n'est «pas un parti confessionnel car on n'a pas fait du Coran la base de notre programme», explique-t-il.


Le gouvernement britannique révèle des pourparlers avec un groupe paramilitaire soudanais

Photo d'archives Le commandant des forces paramilitaires de soutien rapide du Soudan, le général Mohamed Hamdan Daglo, est engagé dans une guerre civile au Soudan depuis un an (AFP).
Photo d'archives Le commandant des forces paramilitaires de soutien rapide du Soudan, le général Mohamed Hamdan Daglo, est engagé dans une guerre civile au Soudan depuis un an (AFP).
Short Url
  • Réunions entre le ministère des affaires étrangères et les forces de soutien rapide pour tenter de mettre fin aux combats et d'accroître l'aide humanitaire
  • Nouvelles critiquées par certains experts alors que RSF est accusée de crimes contre l'humanité

Londres : Le Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement du Royaume-Uni a révélé qu'il avait eu des entretiens avec les forces paramilitaires de soutien rapide du Soudan, qui ont été accusées de nettoyage ethnique et d'autres atrocités.

Le Guardian a rapporté lundi qu'une demande de liberté d'information adressée au FCDO a révélé que le gouvernement britannique avait ouvert des canaux diplomatiques avec les Forces de soutien rapide, y compris une réunion le 6 mars.

L'OCRF a déclaré au journal que les discussions visaient à accroître le flux d'aide humanitaire et l'accès au Soudan, ainsi qu'à mettre fin aux combats entre la RSF et les forces armées soudanaises.

Les forces de sécurité soudanaises sont engagées dans une guerre civile au Soudan depuis un an et ont été accusées de crimes contre l'humanité par les États-Unis, notamment de massacres, de viols collectifs, de pillages et de nettoyage ethnique. Les Nations unies ont déclaré que les activités de la RSF à Geneina, dans l'ouest du Darfour, ont fait 15 000 morts.

La guerre a coûté la vie à des milliers de civils soudanais, et environ 8 millions de personnes ont été déplacées par les combats.

La volonté du Royaume-Uni de rencontrer la RSF a suscité des condamnations pour ce que certains considèrent comme une politique susceptible de normaliser un groupe paramilitaire accusé de crimes contre l'humanité.

Sharath Srinivasan, codirecteur du Centre de gouvernance et des droits de l'homme de l'université de Cambridge, a déclaré au Guardian que, même si certains cercles diplomatiques considèrent qu'il est nécessaire de parler à des groupes potentiellement peu recommandables, "le fait de parler aux hommes armés a contribué à la perpétuation de la violence et de l'autoritarisme au Soudan au cours des deux ou trois dernières décennies".

Il a ajouté : "Lorsque (les FAR) commettent des actes de violence ciblée d'une ampleur inouïe contre des groupes ethniques, des femmes et des enfants, à une échelle qui est absolument horrible et qui l'était déjà il y a 20 ans, (le Royaume-Uni) met en jeu une grande partie de sa crédibilité morale et de sa décence".

Ahmed Soliman, chercheur principal au sein du groupe de réflexion sur les affaires internationales Chatham House, a déclaré que les pourparlers étaient justifiables dans le cadre des efforts visant à mettre fin à la guerre et à atténuer les souffrances des civils.

"Comment l'aide pourra-t-elle être acheminée dans l'ouest du Soudan si l'on ne s'engage pas avec les forces de soutien rapide ? Elles contrôlent 95 % du Darfour", a-t-il ajouté.

"C'est la sale réalité de la guerre. Cela ne devrait pas empêcher de s'engager auprès des civils, mais cela doit faire partie de la recherche d'une solution, à la fois pour mettre fin à la guerre à court terme et pour apporter de l'aide aux civils.

Cependant, Maddy Crowther, codirectrice du groupe de défense des droits de l'homme Waging Peace, a qualifié les pourparlers de "démarche terrible", affirmant que les négociations avec le RSF pourraient s'avérer vaines.

"Ces pourparlers partent également du principe que les RSF sont des acteurs de bonne foi", a-t-elle déclaré. "Discuter avec le FSR n'a jamais abouti aux résultats que le Royaume-Uni dit vouloir obtenir au Soudan. Je ne vois pas pourquoi cela changerait aujourd'hui".

Elle a ajouté que "pour les Soudanais, cela sera vécu comme une véritable gifle" et que la diaspora interprétera la nouvelle comme un "abus total de la confiance que les gens ont placée dans le Royaume-Uni et d'autres puissances pour négocier ou défendre leurs intérêts".

Un porte-parole de la FCDO a déclaré au Guardian : "Le Royaume-Uni continue de rechercher toutes les voies diplomatiques pour mettre fin à la violence - pour empêcher que d'autres atrocités ne soient commises, pour pousser les deux parties à un cessez-le-feu permanent, pour permettre un accès humanitaire sans restriction, pour protéger les civils et pour s'engager dans un processus de paix durable et significatif.

"Les forces armées soudanaises et les forces de sécurité soudanaises ont entraîné le Soudan dans une guerre injustifiée, au mépris total du peuple soudanais. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour qu'elles répondent de leurs actes.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Tir mortel sur le film « Rust »: l'armurière fixée sur sa peine lundi

Les avocats d'Alec Baldwin tentent actuellement de faire annuler son procès pénal, en soulevant des nullités.  La semaine dernière, le parquet a réclamé son maintien, dans une réponse détaillée qui charge lourdement l'acteur de 66 ans.  Les procureurs fustigent l'attitude du comédien, qui "hurlait régulièrement" sur tout le monde et voulait finir le film plus vite. (AFP).
Les avocats d'Alec Baldwin tentent actuellement de faire annuler son procès pénal, en soulevant des nullités. La semaine dernière, le parquet a réclamé son maintien, dans une réponse détaillée qui charge lourdement l'acteur de 66 ans. Les procureurs fustigent l'attitude du comédien, qui "hurlait régulièrement" sur tout le monde et voulait finir le film plus vite. (AFP).
Short Url
  • Responsable des armes sur le film, Hannah Gutierrez-Reed, a été jugée coupable d'homicide involontaire début mars par un tribunal du Nouveau-Mexique
  • C'est elle qui avait chargé le revolver avec lequel Alec Baldwin répétait en octobre 2021, lorsque le tournage a viré au drame dans un ranch de cette région du sud-ouest des Etats-Unis: une balle réelle avait tué la directrice de la photographie

LOS ANGELES: L'armurière du western "Rust", produit par Alec Baldwin et sur le tournage duquel la directrice de la photographie avait été tuée par un tir, doit être fixée sur sa peine lundi.

Responsable des armes sur le film, Hannah Gutierrez-Reed, a été jugée coupable d'homicide involontaire début mars par un tribunal du Nouveau-Mexique.

C'est elle qui avait chargé le revolver avec lequel Alec Baldwin répétait en octobre 2021, lorsque le tournage a viré au drame dans un ranch de cette région du sud-ouest des Etats-Unis: une balle réelle avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins et blessé le réalisateur Joel Souza.

Hannah Gutierrez-Reed risque jusqu'à 18 mois d'emprisonnement.

Star et producteur du film, Alec Baldwin est également accusé d'homicide involontaire. Il encourt la même peine, mais doit être jugé séparément en juillet.

Ce fait divers rare avait choqué Hollywood et provoqué des appels à interdire les armes à feu sur les plateaux.

Lors du procès de l'armurière, l'accusation a fustigé son amateurisme et son inexpérience. Sa négligence a engendré des "défaillances de sécurité constantes et sans fin" sur le plateau, selon la procureure Kari Morrissey.

« Roulette russe »

L'armurière "laissait tout le temps des armes sans surveillance", a-t-elle poursuivi, et ne vérifiait pas que les munitions étaient sans danger, au mépris des règles de sécurité de l'industrie cinématographique.

Les balles à blanc utilisées en plateau produisent un cliquetis facilement identifiable par un professionnel lorsqu'il secoue l'arme.

"Si elle ne vérifie pas les munitions factices (...) pour s'assurer qu'il s'agit bien de balles à blanc, (...) c'est un jeu de roulette russe qui s'engage à chaque fois qu'un acteur porte une arme", a tancé Mme Morrissey.

La défense de Mme Gutierrez-Reed l'a présentée comme "bouc émissaire" d'une production qui négligeait la sécurité pour des raisons financières.

La jeune femme n'avait aucun moyen de savoir que des munitions réelles avaient infiltré le plateau et croyait que la production s'était procuré uniquement des balles à blanc, selon son avocat Jason Bowles.

Elle était aussi chargé d'autres tâches, qui l'empêchaient de se concentrer pleinement sur son rôle d'armurière.

"La responsabilité revient à la production, comme dans toute organisation. Cela commence au sommet", a-t-il argué.

Interrompu par la tragédie, le tournage de "Rust" a finalement été complété dans le Montana (nord-ouest), avec le veuf de Halyna Hutchins, Matthew, en tant que producteur exécutif.

Fin 2022, il avait abandonné les poursuites qu'il avait engagées au civil contre Alec Baldwin au terme d'un accord dont le montant n'a pas été divulgué.

« Pression » de Baldwin

Les avocats d'Alec Baldwin tentent actuellement de faire annuler son procès pénal, en soulevant des nullités.

La semaine dernière, le parquet a réclamé son maintien, dans une réponse détaillée qui charge lourdement l'acteur de 66 ans.

Les procureurs fustigent l'attitude du comédien, qui "hurlait régulièrement" sur tout le monde et voulait finir le film plus vite.

"La pression de M. Baldwin à l'encontre de l'équipe sur le plateau de tournage a régulièrement compromis la sécurité", a estimé l'accusation.

L'acteur, qui nie avoir appuyé sur la détente, "a menti éhontément sur son comportement" en plateau, a ajouté le parquet. Dans son premier interrogatoire avec la police, il ne soutient pas explicitement que l'arme s'est déclenchée toute seule: cette thèse n'a été développée que plus tard, lors d'une interview télévisée.

Une expertise du FBI a conclu que le pistolet tenu par l'acteur n'avait pas pu faire feu sans une pression sur la détente. Elle est contestée par sa défense.