Mer Rouge: l'Ethiopie «ne fera pas valoir ses intérêts par la guerre», assure Abiy Ahmed

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed regarde le défilé des membres des Forces de défense nationales éthiopiennes lors de la 116e célébration de la Journée des forces de défense éthiopiennes à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 26 octobre 2023 (Photo d'Amanuel Sileshi / AFP).
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed regarde le défilé des membres des Forces de défense nationales éthiopiennes lors de la 116e célébration de la Journée des forces de défense éthiopiennes à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 26 octobre 2023 (Photo d'Amanuel Sileshi / AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 26 octobre 2023

Mer Rouge: l'Ethiopie «ne fera pas valoir ses intérêts par la guerre», assure Abiy Ahmed

  • «L'Ethiopie n'a jamais envahi aucun pays et ne le fera pas dans l'avenir», a martelé jeudi M. Abiy
  • Le 13 octobre, M. Abiy avait estimé dans un discours télévisé que «l'existence de l'Ethiopie en tant que nation (était) liée à la mer Rouge»

ADDIS ABEBA: L'Ethiopie "ne fera jamais valoir ses intérêts par la guerre" et n'envahira aucun pays voisin, a assuré jeudi son Premier ministre Abiy Ahmed, deux semaines après un discours qui a nourri des inquiétudes sur d'éventuelles revendications d'Addis Abeba sur la mer Rouge.

Le 13 octobre, M. Abiy avait estimé dans un discours télévisé que "l'existence de l'Ethiopie en tant que nation (était) liée à la mer Rouge", que son pays avait besoin d'un port et que la "paix" dans la région dépendait d'un "partage mutuel équilibré" entre l'Ethiopie, enclavée, et ses voisins de la Corne de l'Afrique ayant accès à la mer Rouge, citant Djibouti, Erythrée et Somalie.

Deuxième pays le plus peuplé d'Afrique avec environ 120 millions d'habitants, l'Ethiopie et son économie sont fortement handicapées par cette absence de port sur cette mer, un des grands carrefours du commerce mondial.

Même si M. Abiy y affirmait "ne pas vouloir interférer dans les affaires" d'autres pays et souhaiter faire valoir "pacifiquement" sa demande d'un port sur la mer Rouge, ce discours a fait s'interroger certains observateurs sur les intentions éthiopiennes, notamment dans un contexte d'apparentes montée des tensions avec l'Erythrée.

"L'Ethiopie n'a jamais envahi aucun pays et ne le fera pas dans l'avenir", a martelé jeudi M. Abiy dans un nouveau discours prononcé dans le centre d'Addis Abeba à l'occasion de la "Journée des Forces de Défense", célébrée chaque année.

"Notre récente demande d'un accès à la mer a suscité des craintes que l'Ethiopie mène une invasion. Je veux assurer que l'Ethiopie ne fera pas valoir ses intérêts par la guerre", a poursuivi le Premier ministre avant un important défilé militaire, de troupes et de matériel des différents corps d'armée.

Aura pâlie 

L'Ethiopie moderne a brièvement possédé une façade maritime sur la mer Rouge lorsqu'elle a progressivement annexé l'Erythrée voisine, ancienne colonie italienne, dans les années 1950.

A l'indépendance de l'Erythrée en 1993, elle a continué à bénéficier d'un accès via le port érythréen d'Assab, qu'elle a perdu lors du conflit qui a opposé les deux pays entre 1998 et 2000. L'Ethiopie dépend désormais pour ses exportations et importations du port de Djibouti.

En arrivant au pouvoir en 2018, Abiy Ahmed a conclu un accord de paix avec l'Erythrée qui a mis fin à deux décennies de conflit ouvert puis larvé avec son pays, et lui a valu le prix Nobel de la paix en 2019.

Mais l'aura du jeune Premier ministre, vu comme un réformateur capable de moderniser l'Ethiopie après des décennies de régimes autoritaires, a sérieusement pâli lorsqu'il a envoyé l'armée fédérale combattre les autorités de la région septentrionale du Tigré entrées en rébellion.

Etat d'urgence

La guerre au Tigré, entre novembre 2020 et novembre 2022, a fait plusieurs centaines de milliers de morts et été marquée par d'effroyables exactions de la part de chaque camp.

L'Erythrée - ennemie historique de l'élite tigréenne restée 27 ans au pouvoir à Addis Abeba jusqu'à l'arrivée de M. Abiy - a apporté une aide décisive à l'armée éthiopienne en envoyant son armée au Tigré.

Mais les relations entre Addis Abeba et Asmara - l'un des régimes les plus isolés du monde - semblent s'être tendues depuis l'accord de paix signé en novembre 2022 à Pretoria entre le pouvoir fédéral éthiopien et les autorités du Tigré.

"Nous avons une grande expérience de la guerre. Toutefois, nous choisissons les voies pacifiques. J'appelle tous les Ethiopiens à user de moyens pacifiques pour résoudre nos différends internes", a également lancé M. Abiy à ses concitoyens.

Pays fédéral fort de 80 peuples, dont les frontières des Etats régionaux sont tracées le long de lignes ethno-linguistiques, l'Ethiopie est fracturée par de multiples conflits internes, liés surtout à des revendications identitaires et territoriales.

De larges zones de l'Oromia, région la plus vaste et peuplée qui entoure Addis Abeba, sont ainsi aux mains de groupes armés et le théâtre de massacres ethniques.

Et l'état d'urgence a été décrété depuis août en Amhara, deuxième région la plus peuplée du pays, où des milices locales sont entrées en conflit avec le gouvernement fédéral qu'elles avaient appuyées lors du conflit au Tigré.


Afrique du Sud: le président Ramaphosa réélu, gouvernement de coalition en vue

Le président du Congrès national africain (ANC) Cyril Ramaphosa (au centre) célèbre avec le vice-président du Congrès national africain (ANC) Paul Mashatile (à gauche) après que Ramaphosa a été annoncé président de l'Afrique du Sud après que les membres du Parlement ont voté lors de la première séance du nouveau Parlement sud-africain au Cap, le 14 juin 2024. (Photo par Rodger Bosch AFP)
Le président du Congrès national africain (ANC) Cyril Ramaphosa (au centre) célèbre avec le vice-président du Congrès national africain (ANC) Paul Mashatile (à gauche) après que Ramaphosa a été annoncé président de l'Afrique du Sud après que les membres du Parlement ont voté lors de la première séance du nouveau Parlement sud-africain au Cap, le 14 juin 2024. (Photo par Rodger Bosch AFP)
Short Url
  • Selon l'ANC, le président Ramaphosa devrait annoncer un «gouvernement d'union nationale inclusif» comprenant, outre la DA, le parti nationaliste zoulou Inkhata (IFP) et d'autres petites formations
  • John Steenhuisen a estimé que ce gouvernement multi-partis est «la meilleure opportunité» pour le pays «d'obtenir la stabilité et une bonne gouvernance propre», loin de la corruption qui a entaché l'ANC ces dernières années

LE CAP, Afrique Du Sud : Cyril Ramaphosa, réélu vendredi président de l'Afrique du Sud par le Parlement, travaille samedi à constituer un nouveau gouvernement après que son parti l'ANC a trouvé un accord inédit avec la principale formation d'opposition, la DA libérale.

Les Etats-Unis, la Chine, l'Ukraine, la Russie, le Zimbabwe voisin et la Commission européenne ont félicité samedi M. Ramaphosa, qui a obtenu la veille 283 voix, loin devant l'autre candidat Julius Malema du parti radical de gauche EFF (44 voix).

L'investiture du chef de l'Etat, 71 ans, devrait se dérouler mercredi à Pretoria, selon une source gouvernementale.

«C'est un jour historique» et «le début d'un nouveau chapitre de construction, de coopération», a commenté vendredi le dirigeant de la DA, John Steenhuisen.

Selon l'ANC, le président Ramaphosa devrait annoncer un «gouvernement d'union nationale inclusif» comprenant, outre la DA, le parti nationaliste zoulou Inkhata (IFP) et d'autres petites formations.

Le parti de Nelson Mandela s'est dit «prêt à mettre de côté nos divergences politiques, à trouver des moyens innovants pour travailler ensemble dans l'intérêt de notre nation».

Les élections législatives fin mai ont marqué un tournant historique pour l'Afrique du Sud, mettant fin à trente ans d'hégémonie du Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela. Le parti qui a défait le régime honni de l'apartheid a ainsi perdu pour la première fois sa majorité absolue au Parlement.

Le futur gouvernement va graviter «autour du centre», entre l'ANC, qui reste majoritaire avec 159 des 400 députés, l'Alliance démocratique (DA, 87 sièges) et le parti nationaliste zoulou Inkhata (IFP, 17 sièges).

John Steenhuisen a estimé que ce gouvernement multi-partis est «la meilleure opportunité» pour le pays «d'obtenir la stabilité et une bonne gouvernance propre», loin de la corruption qui a entaché l'ANC ces dernières années.

Il a précisé que l'attribution de postes de ministres n'était pas encore tranchée. «Nous parlons valeurs et principes d'abord, postes ensuite», a-t-il ajouté.

M. Ramaphosa, ancien syndicaliste ayant fait fortune dans les affaires, avant de revenir à la politique, a affiché la semaine dernière une franche décontraction, alors qu'il menait des négociations serrées en coulisses.

Le président américain Joe Biden a félicité samedi Cyril Ramaphosa pour sa réélection.

Saluant le travail collectif réalisé par les partis pour former un gouvernement d'union nationale, Joe Biden s'est réjoui «que les États-Unis et l'Afrique du Sud poursuivent leur collaboration afin d'élargir les perspectives économiques, investir dans des solutions énergétiques propres et démontrer que la démocratie tient parole», selon un communiqué de la Maison Blanche.

La Chine, partenaire-clef de l'Afrique du Sud, a félicité M. Ramaphosa par un «message» de son président Xi Jinping, a indiqué l'agence de presse officielle Chine Nouvelle.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de son côté félicité M. Ramaphosa en saluant «les efforts conjoints de l'Afrique du Sud pour restaurer une paix juste en Ukraine» tandis que le président russe Vladimir Poutine a dit apprécier en Ramaphosa sa «contribution personnelle au développement d'un partenariat stratégique» entre leurs deux pays.

«Avec vos qualités de dirigeant et votre expérience, l'Afrique du Sud est entre de bonnes mains», a pour sa part écrit sur X la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Le président du Zimbabwe voisin, Emmerson Mnangagwa, a vu lui dans la réélection de M. Ramaphosa «un large témoignage de la grande confiance» du peuple à son égard.

- Sans la gauche -

Depuis plusieurs jours, une troïka ANC-DA-IFP s'était dessinée, en dépit de tiraillements sur la gauche de l'ANC, qui voyait d'un mauvais oeil une alliance avec le parti DA, apprécié par le monde des affaires mais qui reste largement perçu comme le parti des Blancs et opposé au poids des aides sociales sur le budget notamment.

Mercredi, le dirigeant de l'Inkhata avait justifié sa participation au futur gouvernement par le besoin de «stabilité» pour répondre aux difficultés des Sud-Africains, plombés par un chômage endémique, de fortes inégalités et des coupures de courant récurrentes.

Plus tôt, le président Ramaphosa avait invité tous les partis à «travailler ensemble» pour former un «gouvernement d'union nationale», référence à la formule trouvée à la sortie de l'apartheid unissant le premier président noir Nelson Mandela au dernier président blanc, Frederik de Klerk.

Le MK, nouveau parti de l'ex-président accusé de corruption Jacob Zuma, devenu la troisième force politique avec 58 sièges, a refusé toute discussion avec l'ANC.

Son parti continue de contester les résultats des législatives et ses députés étaient largement absents vendredi de cette première session parlementaire.

Les Combattants pour la liberté économique (EFF, 39 sièges), qui prônent la confiscation de terres aux Blancs ou la privatisation des mines, ont refusé de rejoindre le gouvernement de coalition.


L'Iran et la Suède procèdent à un échange de prisonniers

Le diplomate suédois de l'Union européenne Johan Floderus (au centre) assiste à la dernière audience de son procès, au tribunal révolutionnaire de Téhéran, le 28 janvier 2024. Floderus a été arrêté le 17 avril 2022 à l'aéroport de Téhéran alors qu'il rentrait en Iran après un voyage avec des amis. (Photo par Koosha Mahshid Falahi / Mizan News Agency / AFP)
Le diplomate suédois de l'Union européenne Johan Floderus (au centre) assiste à la dernière audience de son procès, au tribunal révolutionnaire de Téhéran, le 28 janvier 2024. Floderus a été arrêté le 17 avril 2022 à l'aéroport de Téhéran alors qu'il rentrait en Iran après un voyage avec des amis. (Photo par Koosha Mahshid Falahi / Mizan News Agency / AFP)
Short Url
  • Les prisonniers libérés étaient sur le chemin du retour samedi après-midi dans leur pays, via Mascate, la capitale du sultanat d'Oman, qui a servi d'intermédiaire dans les négociations entre Stockholm et Téhéran, selon l'agence de presse omanaise
  • Le Premier ministre suédois a qualifié de «difficiles» les décisions prises par son pays alors que Téhéran avait fait de Floderus et d'Azizi «des pions dans un jeu de négociation cynique, dans le but de faire libérer l'Iranien Hamid Noury de prison

TÉHÉRAN, Iran : L'Iran et la Suède ont annoncé samedi un échange de prisonniers avec les libérations d'un diplomate suédois de l'Union européenne détenu par Téhéran et d'un haut responsable iranien emprisonné en Suède.

Les prisonniers libérés étaient sur le chemin du retour samedi après-midi dans leur pays, via Mascate, la capitale du sultanat d'Oman, qui a servi d'intermédiaire dans les négociations entre Stockholm et Téhéran, selon l'agence de presse omanaise.

La Suède a annoncé les libérations de Johan Floderus, un diplomate de l'UE détenu en Iran depuis avril 2022, accusé d'espionnage et risquant d'être condamné à mort, et de Saeed Azizi, arrêté en novembre 2023.

Ils sont sur le chemin du retour «et retrouveront enfin leurs proches», s'est félicité le Premier ministre suédois, Ulf Kristersson.

Il n'a pas dévoilé les conditions de l'échange mais a qualifié de «difficiles» les décisions prises par son pays alors que Téhéran avait fait de Floderus et d'Azizi «des pions dans un jeu de négociation cynique, dans le but de faire libérer le citoyen iranien Hamid Noury de prison en Suède».

De son côté, l'Iran a annoncé que ce dernier, ancien haut responsable de l'administration pénitentiaire, serait de retour dans son pays en fin d'après-midi.

«Hamid Noury, détenu illégalement en Suède depuis 2019, est libre et rentrera dans quelques heures», a déclaré le chef du Haut Conseil iranien des droits de l'homme, Kazem Gharibabadi.

Cet Iranien âgé de 63 ans avait été arrêté en 2019 à Stockholm puis condamné à la perpétuité pour son rôle dans les exécutions de masse d'opposants ordonnées par Téhéran en 1988.

- Relations tendues -

Le dossier des prisonniers a fortement tendu ces dernières années les relations entre la Suède et l'Iran, qui exigeait la libération de Hamid Noury et critiquait un procès partial.

Cet échange de détenus intervient trois jours après la libération du Français Louis Arnaud, qui était détenu en Iran depuis septembre 2022.

L'Iran détient encore huit Européens parmi lesquels trois Français.

Les gouvernements, les groupes de défense des droits de l'homme et les familles des ressortissants étrangers détenus en Iran ont accusé Téhéran de se livrer à une «diplomatie des otages». L'Iran, de son côté, affirme qu'ils sont détenus sur la base de décisions de justice.

M. Floderus avait été arrêté le 17 avril 2022 à l'aéroport de Téhéran alors qu'il rentrait chez lui après un voyage en Iran avec des amis.

L'Iran l'a accusé de «corruption sur terre», l'un des délits les plus graves en Iran et passible de la peine de mort, pour avoir prétendument conspiré avec Israël, l'ennemi juré de Téhéran.

La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen s'est déclarée «ravie» de sa libération, de même que le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, qui a assuré tout faire pour les Européens «toujours arbitrairement détenus en Iran».

De son côté, M. Noury avait été arrêté en 2019 à l'aéroport de Stockholm, où des opposants iraniens affirment l'avoir attiré pour permettre son arrestation, rendue possible par l'extraterritorialité des crimes les plus graves en droit suédois.

M. Noury avait été condamné en juillet 2022 à la prison à perpétuité pour «crimes aggravés contre le droit international» et «meurtres», une première dans le monde pour de tels faits.

Des groupes de défense des droits humains estiment qu'au moins 5.000 prisonniers ont été exécutés en Iran à l'été 1988 lors de sentences prononcées à la chaîne par des «comités de la mort».

«Après 1.680 jours de captivité, les efforts de nos responsables efficaces et zélés ont payé, et mon père Hamid Noury est sur le point de rentrer en Iran», a salué le fils de l'ex-détenu, Majid Noury, dans un message sur X.

Les relations entre l'Iran et la Suède se sont tendues début juin lorsque les services de renseignement suédois ont assuré que l'Iran avait recruté des membres de gangs suédois pour commettre des «actes de violence», en particulier contre des intérêts israéliens en Suède, ce que Téhéran nie.

L'échange de prisonniers intervient à deux semaines de la présidentielle en Iran organisée après la mort du président Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère le 19 mai.


Poutine exige la capitulation de l'Ukraine, Zelensky dénonce un ultimatum à la «Hitler»

Le président russe Vladimir Poutine a de facto fixé vendredi une capitulation de l'Ukraine comme condition pour des pourparlers. (AFP)
Le président russe Vladimir Poutine a de facto fixé vendredi une capitulation de l'Ukraine comme condition pour des pourparlers. (AFP)
Short Url
  • Si l'armée russe a l'initiative sur le front, elle y a subi des pertes considérables depuis deux ans et ne parvient pas à prendre un avantage décisif
  • Vladimir Poutine a insisté vendredi sur le fait que l'Ukraine devait remettre à la Russie la totalité de ces territoires, alors même que Moscou ne les occupe que partiellement et que les combats y font toujours rage

MOSCOU: Le président russe Vladimir Poutine a de facto fixé vendredi une capitulation de l'Ukraine comme condition pour des pourparlers, son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky rejetant aussitôt un "ultimatum" à la "Hitler", à la veille d'un sommet en Suisse consacré aux moyens d'arriver à la paix et dont la Russie est exclue.

L'Ukraine, les Etats-Unis et l'Otan ont immédiatement rejeté ces conditions du maître du Kremlin.

"Ces messages sont des messages d'ultimatum (...) Hitler faisait la même chose, quand il disait +Donnez-moi une partie de la Tchécoslovaquie et on en reste là+, mais non, ce sont des mensonges", a commenté Volodymyr Zelensky dans un entretien à la chaîne d'information italienne SkyTG24.

Le président russe, dont l'armée a repris depuis plusieurs mois l'initiative sur le front face à des forces ukrainiennes en manque d'hommes et de munitions, a réclamé que Kiev renonce à rejoindre l'Otan et se retire des régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia que la Russie occupe déjà partiellement et prétend annexer en plus de la Crimée.

"Dès que Kiev (...) commencera le retrait effectif des troupes et notifiera l'abandon de son projet d'adhésion à l'Otan, nous donnerons immédiatement, à la minute même, l'ordre de cesser le feu et d'entamer des négociations", a dit M. Poutine face aux cadres du ministère russe des Affaires étrangères.

Remplir ces condition constituerait de facto une reddition de l'Ukraine, dont l'objectif est de rétablir son intégrité territoriale et sa souveraineté dans les frontières internationalement reconnues.

Si l'armée russe a l'initiative sur le front, elle y a subi des pertes considérables depuis deux ans et ne parvient pas à prendre un avantage décisif.

Le Kremlin avait proclamé dès septembre 2022 l'annexion de quatre régions de l'est et du sud de l'Ukraine, en plus de celle de la Crimée en 2014.

«Manipulation»

Vladimir Poutine a insisté vendredi sur le fait que l'Ukraine devait remettre à la Russie la totalité de ces territoires, alors même que Moscou ne les occupe que partiellement et que les combats y font toujours rage.

Le président russe a dénigré également le sommet pour la paix, dont la Russie a été exclue, prévu en Suisse les 15 et 16 juin à l'initiative de l'Ukraine. Kiev espère que les quelque 90 délégations présentes, malgré l'absence notamment de la Chine, y aboutiront à un consensus pour accroître la pression sur le Kremlin.

M. Poutine a dénoncé un "stratagème pour détourner l'attention de tout le monde" des vraies responsabilités dans le conflit à savoir, dans sa lecture, celles de l'Ukraine et des Occidentaux.

Mykhaïlo Podoliak, conseiller à la présidence ukrainienne, a martelé, lui, que les revendications russes se "heurtent au bon sens" et constituent "une offense au droit international".

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a dénoncé des "déclarations manipulatrices", et estimé que Vladimir Poutine avait tenu ces propos à la veille du sommet en Suisse car "la Russie a peur d'une véritable paix".

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, dont le pays est le principal soutien militaire et financier de Kiev, a jugé que M. Poutine n'était "pas en position de dicter à l'Ukraine ce qu'elle doit faire pour parvenir à la paix".

Enfin, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a estimé que le dirigeant russe n'agissait pas de "bonne foi".

Le chef de la diplomatie russe y est allé de sa pique, en disant que ceux qui "ont des oreilles entendront (Poutine) et ceux qui ont un cerveau le comprendront".

"Mais je ne suis pas sûr que ces organes du corps humain fonctionnent correctement " en Occident, a lâché Sergueï Lavrov à la télévision russe.

«Vol» des actifs russes 

Vladimir Poutine a aussi dénoncé la décision jeudi du G7 de garantir un prêt de 50 milliards de dollars à l'Ukraine avec les futurs intérêts des actifs russes gelés depuis le début de l'offensive russe

"Même si on enjolive les choses, le vol ça reste du vol et ça ne restera pas impuni", a t-il dit.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui réclamé la confiscation pure et simple des 300 milliards d'euros d'actifs de la banque centrale russe gelés par les Occidentaux depuis deux ans, ce à quoi ils se refusent pour des raisons juridiques.

Sur le terrain, les forces ukrainiennes continuent de résister aux multiples assauts, en particulier dans l'est du pays, où Moscou grignote du terrain depuis le début de l'année.

"Presque quotidiennement, nous repoussons deux, trois attaques", a dit cette semaine à l'AFP Maxime, commandant d'une compagnie de tankistes dans la 59ème brigade qui combat dans la zone de Pokrovsk.

"Il y a eu une nette augmentation du nombre de soldats ennemis et ils ont apporté des véhicules blindés ainsi que de l'artillerie à longue portée", a ajoutét ce militaire de 38 ans.

Enfin, l'Ukraine continue d'être contrainte de rationner l'électricité, son infrastructure énergétique ayant été ravagée par les frappes russes. Vendredi, des coupures sont prévues de 14H à 22H à travers le pays.