Génocide à Gaza : Ces célébrités et figures publiques qui soutiennent la cause palestinienne

L'actrice Angelina Jolie (Photo, AFP).
L'actrice Angelina Jolie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 12 novembre 2023

Génocide à Gaza : Ces célébrités et figures publiques qui soutiennent la cause palestinienne

  • Dans la conjoncture actuelle, ce soutien à la Palestine est moins médiatisé, parfois entraînant des insultes et des menaces
  • En Occident, malgré la peur de représailles, plusieurs personnalités utilisent leur plateforme pour dénoncer les injustices

ALGER : Plus d'un mois après le 7 octobre, le monde entier est confronté au choix crucial de prendre position dans l'Histoire. Des personnalités publiques, qu'elles évoluent dans la sphère politique ou du divertissement, se sont rapidement exprimées pour condamner les attaques et la répression subies par le peuple palestinien, ayant abouti au tragique massacre toujours en cours de 12 000 Palestiniens et appellent instamment à un cessez-le-feu.

Dans la conjoncture actuelle, ce soutien à la Palestine est moins médiatisé, parfois entraînant des insultes et des menaces. Voici une liste de ces personnes influentes qui ont donné leur voix à l’humanité.

Les célébrités du Moyen-Orient ou originaires de cette partie du monde, comme Bassem Youssef et Cherihan, affichent unanimement leur soutien à la Palestine.

La famille Hadid

Sans surprises, nous retrouvons à la tête de cette liste la famille Hadid. Les sœurs Hadid, Bella et Gigi, Marielle, Alana et Anwar Hadid dénoncent depuis longtemps l'oppression israélienne auprès de leur père Mohammed Hadid, participant à des manifestations et exprimant leur empathie sur les réseaux sociaux.

F
Mohamed Hadid avec ses enfants, Marielle, Anwar, Bella, Gigi et Alana (Photo, Instagram).

Bien que Bella Hadid soit restée discrète au début de l’agression israélienne, elle, la plus vocale des sœurs, a fini par briser son silence en admettant avoir reçu des menaces de mort à son encontre et à l’encontre de sa famille.

Huda Kattan

Huda Kattan, l'entrepreneure irako-américaine prospère derrière la marque mondiale de cosmétiques Huda Beauty, a franchi une étape substantielle en soutenant les efforts humanitaires à Gaza en contribuant à hauteur de 1 million de dollars.

Son geste sert de puissant appel à l'action, amplifié par son immense suivi sur Instagram. Avec 53,8 millions d'abonnés sur Instagram, la portée de Huda Beauty est étendue, et Kattan utilise sa plateforme pour inspirer un changement mondial. Elle encourage systématiquement ses followers à ne pas perdre espoir et souligne le besoin urgent d'assistance pour les enfants de Gaza et de Palestine.

Mo Amer

Mo Amer, humoriste d'origine palestinienne à succès, travaillant sur sa série comique "Mo," abordant son héritage et l'expérience de sa famille en tant qu'immigrants non autorisés à Houston. Le conflit récent au Moyen-Orient a ajouté une dimension sombre à son travail, influençant l'atmosphère dans la salle des auteurs. 
 

« Cela fait maintenant un mois, et c'est insupportable. Chaque jour, je me réveille avec une sensation de malaise dans l'estomac, mais aussi avec de la gratitude pour ce que j'ai. J'ai une immense inquiétude pour mon peuple là-bas. Je crains ce que tout cela va déclencher, car il semble qu'il n'y ait pas de fin à la violence et aux bombardements. Et pas seulement à Gaza. Il y a eu beaucoup de violence extrémiste et de colons en Cisjordanie. Ils sont armés et prennent le contrôle de villes. », a-t-il confié au média anglophone Aol.

Les artistes anglais montent au front

En Occident, malgré la peur de représailles, plusieurs personnalités utilisent leur plateforme pour dénoncer les injustices commises par Israël. En Angleterre, le musicien et co-fondateur de Pink Floyd, Roger Waters, a partagé une vidéo sur les réseaux sociaux appelant à un arrêt immédiat des hostilités, tandis que le chanteur britannique Yusuf Islam s'est adressé à la "Great Palestine Meeting," un rassemblement pro-palestinien à Istanbul le 28 octobre, plaidant également pour un cessez-le-feu.

Plus de 2 000 artistes ont réclamé un "cesser-le-feu immédiat" et la réouverture des passages de Gaza pour permettre aux habitants de quitter l'enclave en raison des frappes israéliennes.

Artists for Palestine UK

Une lettre d'Artists for Palestine UK, signée par plus de 2 000 artistes, dont des romanciers, des chanteurs, des dramaturges et des cinéastes de renom, ainsi que des acteurs et actrices célèbres comme Tilda Swinton, Charles Dance, Steve Coogan, Miriam Margolyes, et Peter Mullan, a été publiée.

L'acteur irlandais Liam Cunningham et l'activiste climatique suédoise Greta Thunberg ont exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien sur les médias sociaux. "Le monde doit s'exprimer et exiger un cessez-le-feu immédiat, ainsi que justice et liberté pour les Palestiniens et tous les civils touchés", a déclaré Thunberg sur X.

Côté sport, des joueurs de football, dont l'ailier marocain de Galatasaray Hakim Ziyech, son compatriote de Bayern Munich Noussair Mazraoui, l'ancienne star du Real Madrid et le lauréat du Ballon d'Or masculin 2022 Karim Benzema, le milieu de terrain égyptien d'Arsenal Mohamed Elneny et le joueur français de Real Betis Nabil Fekir, ont également utilisé les médias sociaux pour exprimer leur soutien aux Palestiniens.

Artists4Ceasefire

À Hollywood, plus de 250 célébrités, parmi lesquelles Ben Affleck, Gigi Hadid, Jessica Chastain et Drake, membres d'Artists4Ceasefire, ont signé une lettre adressée au président Biden, appelant à un cessez-le-feu face aux bombardements intensifs d'Israël sur Gaza. La lettre souligne l'unité du groupe en tant qu'artistes et défenseurs touchés par les pertes humaines en Israël et en Palestine.
 

Mettant en avant la situation humanitaire critique à Gaza, la lettre insiste sur le rôle diplomatique essentiel des États-Unis pour mettre fin à la souffrance et respecter le droit international. Le groupe, incluant des lauréats d'Oscar et de Grammy, exprime le fort désir d'éviter plus de violence et promet de ne pas rester silencieux face à la crise. Zendaya, actrice et chanteuse américaine, a également montré sa solidarité avec les Palestiniens à Gaza sur son compte Instagram officiel.

Shaun King

Shaun King est l'un des activistes les plus populaires de sa génération, bien que l'attention qu'il suscite s'accompagne d'une grande quantité de critiques.

« Mon cœur se brise pour ce qui se passe là-bas. C'est un génocide, c'est un nettoyage ethnique. Cela correspond à la définition internationale de crimes de guerre. J'ai le sentiment que Joe Biden est un criminel de guerre. J'ai le sentiment que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu était un criminel de guerre. », a déclaré Shaun King. « Je travaille actuellement avec l'équipe. Nous avons déjà déposé une plainte auprès de la Cour pénale internationale. »

L'acteur américain John Cusack, très actif sur Twitter, a partagé un compte rendu personnel de sa participation à la marche pro-palestinienne à Chicago.

Angelina Jolie

L'actrice hollywoodienne et humanitaire Angelina Jolie, également envoyée spéciale de longue date pour le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), a vivement critiqué Israël pour ses actions militaires à Gaza.
 

Ses commentaires, mettant particulièrement en avant le bilan humain et qualifiant Gaza de "prison à ciel ouvert depuis près de deux décennies", signalent une frustration croissante de la part de personnes, y compris des artistes et des célébrités, face au siège et aux bombardements horribles continus de Gaza.

"J'étais à la marche palestinienne à Chicago - Je vais vous dire ce que je n'ai pas entendu. Je n'ai pas entendu de mort à Israël - - Je n'ai pas entendu de mort aux Juifs - Je n'ai pas entendu des gens célébrer les meurtres de civils israéliens. Ce que j'ai entendu, c'est - nous devons libérer la Palestine d'une occupation brutale... " a twitté l’acteur John Cusak, connu pour ses positions propalestiniennes de longue date.  

Les acteurs américains

Susan Sarandon, actrice subversive et militante de longue date, partage les témoignages de Gazaouis en détresse et appelle à un cessez-le-feu.

Mark Ruffalo, star des Avengers, condamne fermement les appels à "éliminer Huwara" en Cisjordanie, appelant à des sanctions contre le gouvernement israélien.

Jessica Chastain, voix politique de "Hollywood post-MeToo," a également exprimé son soutien à la Palestine, appelant à la paix et critiquant la couverture médiatique.

Ces célébrités bravent les répercussions pour soutenir la cause palestinienne et condamner la déshumanisation de tout un peuple ainsi que l’oppression coloniale israélienne, tandis que leurs homologues au Moyen-Orient affichent un soutien plus unanime.


Des auteurs se retirent des prix littéraires PEN America pour protester contre la position de l’organisation sur Gaza

Dans une lettre ouverte adressée au conseil d'administration cette semaine, les écrivains ont demandé la démission de la directrice générale de l'organisation, Suzanne Nossel, de sa présidente, Jennifer Finney Boylan, ainsi que de l'ensemble du comité exécutif. (PEN America)
Dans une lettre ouverte adressée au conseil d'administration cette semaine, les écrivains ont demandé la démission de la directrice générale de l'organisation, Suzanne Nossel, de sa présidente, Jennifer Finney Boylan, ainsi que de l'ensemble du comité exécutif. (PEN America)
Short Url
  • Une trentaine d’écrivains ont signé une lettre ouverte qui critique l'organisation en raison de son «échec à dénoncer le génocide du peuple palestinien»
  • Ils appellent la directrice générale, Suzanne Nossel, la présidente, Jennifer Finney Boylan, et l'ensemble du comité exécutif à démissionner

DUBAÏ: Trente auteurs et traducteurs ont signé une lettre ouverte à PEN America dans laquelle ils ont décliné l’invitation ou retiré leurs œuvres de la course aux prix littéraires 2024 de l'organisation en signe de protestation contre son «échec à dénoncer le génocide du peuple palestinien et à défendre nos confrères écrivains à Gaza». 

Dans cette missive adressée au conseil d'administration cette semaine, les signataires «rejettent fermement PEN America pour son incapacité à dénoncer le génocide à Gaza» et réclament la démission de la directrice générale de l'organisation, Suzanne Nossel, de sa présidente, Jennifer Finney Boylan, et de l'ensemble du comité exécutif. 

Parmi les signataires figurent la cofondatrice du festival PEN World Voices, Esther Allen, ainsi que Joseph Earl Thomas, Kelly X. Hui, Nick Mandernach, Alejandro Varela, Maya Binyam et Julia Sanches. 

Allen a annoncé au cours de ce mois avoir décliné le prix PEN/Ralph Manheim de traduction. Dans un message publié sur X le 5 avril, elle a expliqué l’avoir fait en solidarité avec plus de 1 300 écrivains qui avaient critiqué PEN America pour son silence «sur le meurtre génocidaire des Palestiniens» et «en célébration, en mémoire et en deuil de tous les Palestiniens à jamais réduits au silence par les forces israéliennes soutenues par les États-Unis». 

De même, Binyam a récemment retiré son premier roman, Le Bourreau, de la course aux prix PEN/Jean Stein et PEN/Hemingway. 

Dans un courriel adressé à PEN America dont elle a publié une copie sur X le 11 avril, elle a expliqué qu'elle considérait comme «honteux que cette reconnaissance [de son travail] puisse exister sous la bannière de PEN America, dont la direction a été ferme dans son rejet du génocide en cours et de la lutte historique pour la libération de la Palestine». 

Dans leur lettre ouverte cette semaine, les signataires ont affirmé: «Les écrivains ont la responsabilité d’assumer leur rôle de gardiens attentifs de l'histoire pour mieux servir nos communautés». 

Ils ont ajouté qu'ils étaient «solidaires d'une Palestine libre» et qu’ils refusaient d'être «honorés par une organisation qui agit comme une façade culturelle pour l'impérialisme américain» ou «de participer à des célébrations qui serviront à occulter la complicité de PEN dans la normalisation du génocide». 

En réponse, PEN America a déclaré: «Les mots ont de l'importance et cette lettre mérite une attention particulière pour son langage et ses affirmations alarmantes.» 

«La guerre actuelle à Gaza est horrible. Mais nous ne pouvons pas accepter que la réponse à ses dilemmes déchirants et à ses conséquences réside dans la fermeture du dialogue et la suppression des points de vue.» 

«Nous respectons tous les écrivains pour avoir agi en leur âme et conscience et nous continuerons à défendre leur liberté d'expression.» 

Les prix seront remis lors d'une cérémonie qui se tiendra le 29 avril à Manhattan. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunnel et mur de fortification mis au jour par des archéologues à Djeddah

La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)
La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)
Short Url
  • Découvertes liées à l’expansion des défenses de la ville aux XVIIIe et XIXe siècles
  • Découverte de nouvelles preuves de peuplement humain dans la grotte Umm Jirsan à Médine

RIYADH : Une série de découvertes archéologiques à Djeddah et à Médine ont été révélées jeudi par le Programme historique de Djeddah et la Commission saoudienne du patrimoine.

La Commission a annoncé la découverte de nouvelles preuves de l'existence d'un établissement humain dans la grotte d'Umm Jirsan, située dans le Harrat Khaybar de Médine, et les vestiges d'un ancien tunnel souterrain et d'un mur fortifié, qui entouraient autrefois la ville, ont été annoncés par le programme dans le cadre de la phase inaugurale du projet d'archéologie de Médine.

Situées dans le secteur nord de la ville historique de Djeddah, à côté de la place Al-Kidwa et à proximité de la place Al-Bayaa, ces structures historiques datent de plusieurs siècles.

Selon certaines estimations, Djeddah est devenue une ville fortifiée à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle, mais les analyses en laboratoire suggèrent que les nouvelles découvertes appartiennent à une phase ultérieure de la fortification, probablement construite au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)
La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)

Des fouilles archéologiques ont révélé qu'au milieu du 19e siècle, le tunnel était devenu inutilisable et a été rapidement rempli de sable. Cependant, le mur est resté debout jusqu'en 1947, et certaines parties du mur de soutènement du tunnel sont restées intactes jusqu'à une hauteur de trois mètres.

Des céramiques européennes importées datant du 19e siècle ont également été trouvées, soulignant les liens commerciaux historiques de Jeddah. En outre, un fragment de poterie datant du 9e siècle a été découvert sur la place Al-Kidwa.

Ces découvertes font partie d'un ensemble plus large de découvertes archéologiques annoncées par le programme Historic Jeddah comme résultats de la première phase de son projet d'archéologie - un effort de collaboration qui implique des équipes nationales spécialisées, des experts saoudiens de la Commission du patrimoine et des archéologues étrangers.

Leur expertise combinée a révélé un trésor de 25 000 artefacts répartis sur quatre sites, ce qui constitue une avancée significative dans la compréhension de l'évolution culturelle de la Jeddah historique.

À Médine, la Commission du patrimoine a annoncé la découverte de nouvelles preuves d'un établissement humain dans la grotte d'Umm Jirsan à la suite de recherches menées par ses archéologues en coopération avec l'Université du roi Saud, l'Institut Max Planck d'Allemagne et le Service géologique d'Arabie saoudite, dans le cadre du Projet vert de la péninsule arabique, qui se concentre sur la recherche pluridisciplinaire sur le terrain.

Il s'agit de la première étude du Royaume portant sur la recherche archéologique à l'intérieur des grottes. Elle a donné lieu à des études archéologiques et à des fouilles dans plusieurs parties de la grotte, révélant des preuves remontant à la période néolithique.

L'élément de preuve le plus ancien remonte à 7 000 à 10 000 ans, ce qui englobe les périodes de l'âge du cuivre et de l'âge du bronze.

L'étude de la grotte a montré qu'elle a été utilisée par des groupes pastoraux.

La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)
La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)

Les objets découverts comprennent du bois, du tissu et quelques outils en pierre, ainsi que des façades d'art rupestre représentant des scènes de pâturage de chèvres, de moutons, de vaches et de chiens, ainsi que des activités de chasse avec différents types d'animaux sauvages.

La commission a noté que les découvertes scientifiques constituent la preuve d'un établissement humain dans la grotte, et qu'un grand nombre d'ossements d'animaux, y compris ceux d'hyènes rayées, de chameaux, de chevaux, de cerfs, de caribous, de chèvres, de vaches et d'ânes sauvages et domestiques, ont également été identifiés.

L'analyse des squelettes humains à l'aide d'isotopes radioactifs a révélé que les anciens hommes avaient un régime alimentaire essentiellement carnivore, mais qu'au fil du temps, des plantes ont été introduites, ce qui suggère l'émergence de l'agriculture.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 

 

 

 


Cinéma: «Frères», Mathieu Kassovitz et Yvan Attal en enfants sauvages

L'acteur et réalisateur français Yvan Attal pose en marge de la 8e édition du Festival Cinéma et musique de film à La Baule, dans l'ouest de la France, le 30 juin 2022. (Photo de Loic VENANCE / AFP)
L'acteur et réalisateur français Yvan Attal pose en marge de la 8e édition du Festival Cinéma et musique de film à La Baule, dans l'ouest de la France, le 30 juin 2022. (Photo de Loic VENANCE / AFP)
Short Url
  • Le scénario est inspiré de la vie de Michel de Robert de Lafregeyre et de son frère Patrice, qui grandirent dans un bois
  • Le film, deuxième long métrage d'Olivier Casas, revient, par allers-retours entre passé et présent, sur ces sept années de «liberté extrême»

BORDEAUX: Une mère absente, une forêt, la survie et une fraternité salvatrice: dans "Frères", film inspiré d'une histoire vraie en salles mercredi, Yvan Attal et Mathieu Kassovitz jouent deux frangins unis par le secret d'une enfance passée dans un bois de Charente-Maritime.

Le scénario est inspiré de la vie de Michel de Robert de Lafregeyre et de son frère Patrice, qui grandirent dans un bois situé près du quartier de pêcheurs de Châtelaillon-Plage, au sud de La Rochelle, de 1949 à 1956.

Le film, deuxième long métrage d'Olivier Casas, revient, par allers-retours entre passé et présent, sur ces sept années de "liberté extrême" durant lesquelles les enfants, âgés de 5 et 6 ans au début, ont vécu dans une cabane construite au milieu des arbres, se nourrissant de baies, de poissons et de lièvres.

Il s'agit d'une "histoire d'amour entre deux frères" plutôt que d'une "histoire de survie", a nuancé le réalisateur lors d'une avant-première à Bordeaux.

Les deux frères, que leur mère n'est jamais venue récupérer à la colonie de vacances où ils avaient passé l'été 1949, se sont retrouvés livrés à eux-mêmes dans la nature, s'adaptant au froid et au manque de nourriture grâce à leur ingéniosité.

Finalement récupérés par leur mère en 1956, ils vécurent ensuite chez un couple de précepteurs parisiens, avant d'être séparés puis envoyé en pension dans le Nord-Pas-de-Calais pour l'un, scolarisé dans un lycée parisien auprès de sa mère pour l'autre.

Michel de Robert de Lafregeyre, aujourd'hui âgé de 78 ans et incarné par Yvan Attal, a étudié l'architecture et en a fait son métier. Son frère Patrice, joué par Mathieu Kassovitz, devenu directeur d'une clinique en Alsace, s'est suicidé en 1993, à l'âge de 48 ans.

C'est après sa mort que Michel de Robert de Lafregeyre a raconté leur histoire, jusque-là gardée secrète, à ses proches.

Il y a neuf ans, il a répondu aux questions de son ami Olivier Casas, qui a voulu en faire un film. L'ancien architecte, qui ne pensait pas que sa vie se retrouverait ainsi "sur la place publique", a accepté. En hommage à son frère.