Autour du Dniepr, une avancée ukranienne difficile à transformer en percée

Un résident local marche le long des berges boueuses exposées par le retrait des eaux de la rivière Dnipro sur la plage centrale de Zaporizhzhia le 11 juin 2023 (Photo d'Anatolii Stepanov AFP)
Un résident local marche le long des berges boueuses exposées par le retrait des eaux de la rivière Dnipro sur la plage centrale de Zaporizhzhia le 11 juin 2023 (Photo d'Anatolii Stepanov AFP)
Short Url
Publié le Mardi 21 novembre 2023

Autour du Dniepr, une avancée ukranienne difficile à transformer en percée

  • D'après l'expert militaire pro-Kremlin Alexandre Khramchikhin, le terrain reconquis par les Ukrainiens est «microscopique» et ne leur permet pas de déployer du matériel militaire
  • Pour convertir sa réussite en percée majeure, l'armée ukrainienne doit parvenir à déployer son armée de l'autre côté du fleuve

PARIS : L'Ukraine a annoncé une avancée de ses troupes sur la rive gauche du Dniepr occupée par l'armée russe, une réussite après des mois de contre-offensive infructueuse mais qu'il sera difficile de convertir en réelle percée, selon des experts militaires interrogés par l'AFP.

Kiev a affirmé dimanche avoir repoussé l'armée russe «de 3 à 8 km» en profondeur du côté gauche du fleuve Dniepr, devenu une ligne de front dans le sud de l'Ukraine, sans préciser si ses troupes contrôlaient entièrement cette zone de la région de Kherson (sud).

Si cette avancée se confirmait, ce serait la plus grosse poussée de l'armée ukrainienne face aux Russes depuis la reprise du village du Robotyné dans la région de Zaporijjia en août, alors que la contre-offensive a été lancée en juin.

«L'Ukraine dispose d'une tête de pont assez étendue sur la rive gauche. Les Russes y subissent des pertes car la rive droite, contrôlée par les forces armées ukrainiennes, est située sur une colline et il leur est beaucoup plus facile de tirer sur les troupes russes à partir de là», selon le commentateur et journaliste russe basé à Vilnius Michael Nacke, condamné en Russie par contumace à 11 ans de prison pour des propos sur l’armée russe.

Le dirigeant de la partie occupée de la région de Kherson, Vladimir Saldo, a reconnu qu'«environ une compagnie et demi» de soldats ukrainiens, soit plusieurs dizaines ou centaines d'hommes, avaient réussi à ancrer des positions aux abords du village de Krynky, tout en en minimisant l'importance.

D'après l'expert militaire pro-Kremlin Alexandre Khramchikhin, le terrain reconquis par les Ukrainiens est «microscopique» et ne leur permet pas de déployer du matériel militaire. «Sans équipement, pas d'offensive, uniquement des pertes», résume-t-il.

Moscou a cependant remplacé fin octobre le commandant du groupe militaire russe «Dniepr» opérant dans la zone, en raison de la difficulté de la situation selon les analystes.

D'après l'expert militaire français Michel Goya, l'opération ukrainienne est «assez limitée, assez symbolique» mais elle «permet de proclamer de petites victoires après l’échec de l’offensive principale».

- matériels lourds requis -

Pour convertir sa réussite en percée majeure, l'armée ukrainienne doit parvenir à déployer son armée de l'autre côté du fleuve, en traversant cette large barrière naturelle puis en manoeuvrant dans une zone marécageuse, en pleine saison des pluies dans cette zone méridionale.

Le premier objectif des Ukrainiens est de «couper les routes d’approvisionnement russes. Pour cela, ils élargissent constamment leur tête de pont, ils ne sont pas seulement à Krynky, ils se déplacent», selon Michael Nacke qui souligne que la Russie «ne dispose pas des unités les plus professionnelles dans cette région».

L'opération ukrainienne «maintient la pression sur les Russes, qui sont obligés de faire basculer une partie de leurs réserves sur le Dniepr, au détriment d'autres secteurs du front», fait aussi remarquer Michel Goya.

La prise de positions en profondeur pourrait aussi permettre à Kiev de lancer un assaut plus important vers la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014. Mais pour y parvenir, les experts estiment qu'il faudrait des milliers d'hommes et des véhicules lourds.

Pour cela, «des ponts au-dessus du Dniepr sont nécessaires, or tout ponton serait vulnérable à la puissance de feu aérienne et terrestre de la Russie qui n'a pas été totalement supprimée», et notamment aux drones, estime Mykola Bielieskov, analyste militaire ukrainien.

Seuls les ponts, existants ou à construire, permettent de faire «passer des équipements lourds et de la logistique. Si on veut avancer à plusieurs dizaines de kilomètres en profondeur, il faut aussi faire avancer son artillerie sinon on se retrouve coupé de tout appui», explique M. Goya.

«Les Ukrainiens qui ont franchi sont des fantassins et des commandos de la marine (en zodiacs, ndlr). Ils ont quelques véhicules mais restent dans l'ensemble très légers. Ils sont surtout protégés par leur artillerie restée de l'autre côté du fleuve», relève le colonel français en retraite.

De manière plus générale, notent plusieurs sources militaires, cette zone de Krynky est considérée comme «secondaire» par les Russes qui concentrent leurs forces sur Avdiïvka, cité industrielle de l’est que l’armée russe tente d'encercler.


Dix pays d'Europe du nord vont augmenter leur présence militaire en mer Baltique

Un marin de la marine norvégienne est photographié à bord d'un navire de classe Skjold, le 6 juin 2022, alors que le navire participe à l'exercice BALTOPS 22 dans la mer Baltique (Photo, AFP).
Un marin de la marine norvégienne est photographié à bord d'un navire de classe Skjold, le 6 juin 2022, alors que le navire participe à l'exercice BALTOPS 22 dans la mer Baltique (Photo, AFP).
Short Url
  • Dix pays du nord de l'Europe membres de la Force expéditionnaire conjointe (JEF) ont décidé mardi d'activer une «clause de défense» prévoyant le déploiement de moyens militaires supplémentaires
  • «C'est la première fois qu'une clause de défense est activée par la JEF», ont-il précisé, indiquant que ces activités commenceraient «début décembre»

STOCKHOLM: Dix pays du nord de l'Europe membres de la Force expéditionnaire conjointe (JEF) ont décidé mardi d'activer une "clause de défense" prévoyant le déploiement de moyens militaires supplémentaires pour protéger les infrastructures sous-marines en mer Baltique, après plusieurs incidents.

"Cela comprend des capacités maritimes et aériennes qui vont être déployées au cœur de la région de la JEF, constituant une contribution militaire à la protection des infrastructures sous-marines cruciales", ont indiqué les ministres de la Défense des dix pays dans un communiqué, à l'issue d'une réunion.

"C'est la première fois qu'une clause de défense est activée par la JEF", ont-il précisé, indiquant que ces activités commenceraient "début décembre".

La JEF est une coalition de 10 pays menée par le Royaume-Uni, et comprenant le Danemark, l'Estonie, la Finlande, l'Islande, la Lettonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède, associés autour des questions opérationnelles de défense dans le nord de l'Europe.

Envoyer un signal à la Russie

"Il s'agit de surveillance maritime, une vingtaine de navires de guerre vont être déployés dans la mer Baltique mais aussi dans des zones de l'Atlantique nord pour prendre en compte la situation sécuritaire et mieux protéger les infrastructures sous-marines cruciales", a précisé le ministre suédois de la Défense Pal Jonson sur la chaîne publique SVT.

Il a souligné qu'il s'agissait de faire face à "une situation sécuritaire très grave dans le monde, et en particulier dans notre voisinage".

"Nous devons être capables de mener ce type d'opération pour défendre nos infrastructures vitales, mais aussi pour envoyer un signal à la Russie", a-t-il ajouté.

Les pays de la JEF avaient convenu en octobre de renforcer la sécurité en Baltique après qu'un gazoduc sous-marin finlandais avait dû être mis à l'arrêt en raison d'une fuite due à une intervention "externe".

La police finlandaise a fini par établir que les dommages avaient apparemment été causés par l'ancre, retrouvée sur les lieux, d'un navire de commerce chinois qui avait ensuite quitté la zone.

Mais cet incident avait suscité des spéculations après les explosions qui avaient rompu en septembre 2022 les deux gazoducs sous-marins Nord Stream acheminant le gaz russe vers l'Europe occidentale, en plein bras de fer avec Moscou sur la guerre en Ukraine.


Gibraltar : Madrid assure être «très près» d'un accord avec Londres

Rocher de Gibraltar depuis La Linea de la Concepcion près de la ville de Cadix, dans le sud de l'Espagne (Photo, AFP).
Rocher de Gibraltar depuis La Linea de la Concepcion près de la ville de Cadix, dans le sud de l'Espagne (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Espagne a cédé Gibraltar à la couronne britannique en 1713 dans le cadre du traité d'Utrecht mais elle n'a depuis jamais cessé d'en revendiquer la souveraineté, ce qui donne lieu à des tensions régulières entre Madrid et Londres
  • Fin 2020, Madrid et Londres étaient parvenus in extremis à un accord-cadre sur Gibraltar

BRUXELLES: Madrid est "très près" de sceller un accord définitif avec Londres sur les futures règles de libre circulation des personnes et des biens entre l'enclave britannique de Gibraltar et l'Espagne, a assuré mardi le chef de la diplomatie espagnole.

"Nous sommes très près" d'un accord, a déclaré José Manuel Albares à l'issue d'une rencontre avec son homologue britannique David Cameron, organisée en marge d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan à Bruxelles.

"Nous sommes si près du but qu'il ne reste plus que quelques points spécifiques et ponctuels" à régler, a ajouté M. Albares, assurant que David Cameron avait exprimé la "même volonté" de parvenir rapidement à un accord au cours de leur rencontre.

Interrogé par des journalistes, le ministre espagnol a toutefois précisé ne pas être "capable" à ce stade "de donner un horizon" pour la signature de l'accord. "Il n'y a pas de divergences sur le contenu" mais "il faut trouver la bonne formule" pour qu'il se concrétise, a-t-il expliqué.

Fin 2020, Madrid et Londres étaient parvenus in extremis à un accord-cadre sur Gibraltar, qui a pour principale conséquence de maintenir, malgré le Brexit, la liberté de mouvement des personnes et la libre circulation des biens à la frontière entre l'Espagne et le "Rocher".

Mais les discussions sur la signature d'un accord définitif patinent depuis.

Dans une déclaration transmise à l'AFP, le gouvernement de Gibraltar a dit se "féliciter de la reprise des négociations", en assurant travailler "en étroite collaboration" avec Londres "pour parvenir le plus rapidement possible à un accord".

Il y a un an, le gouvernement espagnol et la Commission européenne avaient proposé au Royaume-Uni la création d'une "zone de prospérité partagée" avec Gibraltar.

La création d'une telle zone supposerait que l'Espagne assume, au nom de l'espace Schengen, le contrôle des frontières extérieures de Gibraltar. Elle impliquerait par ailleurs la suppression de la frontière terrestre entre l'enclave et l'Espagne afin de garantir la "pleine fluidité" de la circulation des personnes et des biens.

Les règles de l'espace Schengen garantissent la libre circulation des personnes et des biens entre les 27 pays le constituant, parmi lesquels 23 appartiennent à l'Union européenne. Gibraltar, qui n'est pas un Etat souverain, ne peut pas en faire partie et ne peut donc pas assurer de contrôle aux frontières extérieures de cet espace.

L'Espagne a cédé Gibraltar à la couronne britannique en 1713 dans le cadre du traité d'Utrecht mais elle n'a depuis jamais cessé d'en revendiquer la souveraineté, ce qui donne lieu à des tensions régulières entre Madrid et Londres.

Celles-ci ont été à leur comble en 1969, lorsque le régime de Francisco Franco a fermé la frontière, qui n'a rouvert en totalité qu'en 1985.

Près de 15 000 personnes, pour la plupart des Espagnols, passent chaque jour la frontière pour se rendre dans ce territoire britannique de quelque 34 000 habitants afin d'y travailler.


La Finlande va fermer totalement sa frontière avec la Russie

Des voitures passent par le poste frontière de Nuijamaa, à Lappeenranta, dans le sud-est de la Finlande, le 17 novembre 2023, à destination de la Russie, après que le gouvernement finlandais a annoncé la fermeture de quatre de ses huit postes frontaliers avec la Russie tôt le 18 novembre (Photo d'Alessandro RAMPAZZO / AFP).
Des voitures passent par le poste frontière de Nuijamaa, à Lappeenranta, dans le sud-est de la Finlande, le 17 novembre 2023, à destination de la Russie, après que le gouvernement finlandais a annoncé la fermeture de quatre de ses huit postes frontaliers avec la Russie tôt le 18 novembre (Photo d'Alessandro RAMPAZZO / AFP).
Short Url
  • Helsinki avait fermé mi-novembre quatre de ses huit points de passage avec la Russie, avant de restreindre le passage à un unique poste-frontalier, le plus au nord du pays en zone Arctique, la semaine dernière
  • Anticipant le recours de Moscou à la pression migratoire, la Finlande a commencé à construire une vaste clôture sur 200 km mais qui n'est achevée que sur trois kilomètres

HELSINKI: La Finlande va fermer son dernier poste frontalier encore ouvert avec la Russie dans la nuit de mercredi à jeudi, accusant Moscou d'orchestrer une "attaque hybride" en envoyant des migrants sans-papiers à la frontière.

Près de 1 000 demandeurs d'asile sans-papiers, notamment de Somalie, d'Irak et du Yémen, se sont présentés depuis début août à la frontière Est longue de 1 340 kilomètres séparant les deux pays, selon les autorités finlandaises.

"Le phénomène observé ces dernières semaines à la frontière doit cesser", a dit mardi le Premier ministre Petteri Orpo, notant que "la migration instrumentalisée en provenance de Russie s'est poursuivie".

Helsinki avait fermé mi-novembre quatre de ses huit points de passage avec la Russie, avant de restreindre le passage à un unique poste-frontalier, le plus au nord du pays en zone Arctique, la semaine dernière.

"La Finlande est la cible d'une opération hybride russe. C'est une question de sécurité nationale", a souligné la ministre de l'Intérieur, Mari Rantanen.

"Parfois les décisions sont tout simplement irrationnelles", a réagi Alexandre Grouchko, vice-ministre russe des Affaires Etrangères, cité par les agences russes.

Le poste-frontière de Raja-Jooseppi restera fermé jusqu'au 13 décembre, a-t-elle indiqué.

Les demandeurs d'asile devront demander une protection "aux points de passage frontaliers ouverts pour le trafic aérien et maritime", c'est-à-dire les ports et aéroports, selon un communiqué du gouvernement.

Cet afflux de migrants "est une activité organisée, pas une véritable urgence", selon le Premier ministre.

"La facilité avec laquelle les migrants ont atteint le passage frontalier éloigné de Raja-Jooseppi est la preuve de cela", a-t-il ajouté.

"Ce n'est pas seulement le nombre d'arrivées qui est en cause, mais le phénomène lui-même", a déclaré M. Orpo.

Les relations entre les deux voisins se sont considérablement détériorées depuis février 2022 et l'offensive russe en Ukraine, une attaque qui a conduit la Finlande, inquiète pour sa propre sécurité, à rejoindre l'Otan en avril 2023.

Moscou avait alors promis de prendre des "contre-mesures" après cette adhésion.

«Ne venez-pas»

Dès la semaine passée, le gouvernement finlandais avait envisagé de fermer sa frontière mais la mesure avait alors été jugé disproportionnée par l'autorité chargée du contrôle de la légalité des mesures gouvernementales.

La frontière peut être fermée complètement dans des circonstances exceptionnelles mais cette fermeture doit être proportionnée et les demandeurs d'asile doivent pouvoir déposer leur demande.

Cette fermeture est "nécessaire et proportionnée", a assuré le gouvernement dans son communiqué.

Interrogé sur la prise en charge de migrants qui seraient laissés dans le froid devant les postes-frontières fermés, Orpo a répondu que "sans le changement de politique des autorités russes, ce phénomène n'existerait pas".

"Nous avons confiance dans le jugement des gardes-frontières et leur capacité à répondre aux différentes situations", a-t-il dit.

La ministre de l'Intérieur a souligné que les migrants avaient "la responsabilité de décider ou non de venir à la frontière".

"Notre message est clair. Ne venez-pas. La frontière est fermée", a-t-elle dit.

Les gardes-frontières ont souligné que la pression migratoire s'était exercée jusque-là aux postes-frontières et non le long du reste de la frontière, dans les zones inhabitées.

Anticipant le recours de Moscou à la pression migratoire, la Finlande a commencé à construire une vaste clôture sur 200 km mais qui n'est achevée que sur trois kilomètres.

Orpo a dit souhaiter que la situation avec la Russie se normalise "le plus vite possible".

"C'est dans l'intérêt de tous, dont la Russie", a-t-il ajouté.