Autour du Dniepr, une avancée ukranienne difficile à transformer en percée

Un résident local marche le long des berges boueuses exposées par le retrait des eaux de la rivière Dnipro sur la plage centrale de Zaporizhzhia le 11 juin 2023 (Photo d'Anatolii Stepanov AFP)
Un résident local marche le long des berges boueuses exposées par le retrait des eaux de la rivière Dnipro sur la plage centrale de Zaporizhzhia le 11 juin 2023 (Photo d'Anatolii Stepanov AFP)
Short Url
Publié le Mardi 21 novembre 2023

Autour du Dniepr, une avancée ukranienne difficile à transformer en percée

  • D'après l'expert militaire pro-Kremlin Alexandre Khramchikhin, le terrain reconquis par les Ukrainiens est «microscopique» et ne leur permet pas de déployer du matériel militaire
  • Pour convertir sa réussite en percée majeure, l'armée ukrainienne doit parvenir à déployer son armée de l'autre côté du fleuve

PARIS : L'Ukraine a annoncé une avancée de ses troupes sur la rive gauche du Dniepr occupée par l'armée russe, une réussite après des mois de contre-offensive infructueuse mais qu'il sera difficile de convertir en réelle percée, selon des experts militaires interrogés par l'AFP.

Kiev a affirmé dimanche avoir repoussé l'armée russe «de 3 à 8 km» en profondeur du côté gauche du fleuve Dniepr, devenu une ligne de front dans le sud de l'Ukraine, sans préciser si ses troupes contrôlaient entièrement cette zone de la région de Kherson (sud).

Si cette avancée se confirmait, ce serait la plus grosse poussée de l'armée ukrainienne face aux Russes depuis la reprise du village du Robotyné dans la région de Zaporijjia en août, alors que la contre-offensive a été lancée en juin.

«L'Ukraine dispose d'une tête de pont assez étendue sur la rive gauche. Les Russes y subissent des pertes car la rive droite, contrôlée par les forces armées ukrainiennes, est située sur une colline et il leur est beaucoup plus facile de tirer sur les troupes russes à partir de là», selon le commentateur et journaliste russe basé à Vilnius Michael Nacke, condamné en Russie par contumace à 11 ans de prison pour des propos sur l’armée russe.

Le dirigeant de la partie occupée de la région de Kherson, Vladimir Saldo, a reconnu qu'«environ une compagnie et demi» de soldats ukrainiens, soit plusieurs dizaines ou centaines d'hommes, avaient réussi à ancrer des positions aux abords du village de Krynky, tout en en minimisant l'importance.

D'après l'expert militaire pro-Kremlin Alexandre Khramchikhin, le terrain reconquis par les Ukrainiens est «microscopique» et ne leur permet pas de déployer du matériel militaire. «Sans équipement, pas d'offensive, uniquement des pertes», résume-t-il.

Moscou a cependant remplacé fin octobre le commandant du groupe militaire russe «Dniepr» opérant dans la zone, en raison de la difficulté de la situation selon les analystes.

D'après l'expert militaire français Michel Goya, l'opération ukrainienne est «assez limitée, assez symbolique» mais elle «permet de proclamer de petites victoires après l’échec de l’offensive principale».

- matériels lourds requis -

Pour convertir sa réussite en percée majeure, l'armée ukrainienne doit parvenir à déployer son armée de l'autre côté du fleuve, en traversant cette large barrière naturelle puis en manoeuvrant dans une zone marécageuse, en pleine saison des pluies dans cette zone méridionale.

Le premier objectif des Ukrainiens est de «couper les routes d’approvisionnement russes. Pour cela, ils élargissent constamment leur tête de pont, ils ne sont pas seulement à Krynky, ils se déplacent», selon Michael Nacke qui souligne que la Russie «ne dispose pas des unités les plus professionnelles dans cette région».

L'opération ukrainienne «maintient la pression sur les Russes, qui sont obligés de faire basculer une partie de leurs réserves sur le Dniepr, au détriment d'autres secteurs du front», fait aussi remarquer Michel Goya.

La prise de positions en profondeur pourrait aussi permettre à Kiev de lancer un assaut plus important vers la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014. Mais pour y parvenir, les experts estiment qu'il faudrait des milliers d'hommes et des véhicules lourds.

Pour cela, «des ponts au-dessus du Dniepr sont nécessaires, or tout ponton serait vulnérable à la puissance de feu aérienne et terrestre de la Russie qui n'a pas été totalement supprimée», et notamment aux drones, estime Mykola Bielieskov, analyste militaire ukrainien.

Seuls les ponts, existants ou à construire, permettent de faire «passer des équipements lourds et de la logistique. Si on veut avancer à plusieurs dizaines de kilomètres en profondeur, il faut aussi faire avancer son artillerie sinon on se retrouve coupé de tout appui», explique M. Goya.

«Les Ukrainiens qui ont franchi sont des fantassins et des commandos de la marine (en zodiacs, ndlr). Ils ont quelques véhicules mais restent dans l'ensemble très légers. Ils sont surtout protégés par leur artillerie restée de l'autre côté du fleuve», relève le colonel français en retraite.

De manière plus générale, notent plusieurs sources militaires, cette zone de Krynky est considérée comme «secondaire» par les Russes qui concentrent leurs forces sur Avdiïvka, cité industrielle de l’est que l’armée russe tente d'encercler.


En Europe, la vieille industrie de l'acier bousculée par le climat et la guerre

Une usine d’Arcelor Mittal à Tarente, dans le sud de l’Italie (Photo, AFP).
Une usine d’Arcelor Mittal à Tarente, dans le sud de l’Italie (Photo, AFP).
Short Url
  • Au Royaume-Uni, berceau de la révolution industrielle au 19e siècle, la sidérurgie n'est plus que l'ombre d'elle-même
  • Au total, l'Union Européenne a déjà annoncé 9 milliards d'euros d'aides publiques pour financer la décarbonation et la modernisation de sa sidérurgie

PARIS: Projet de construction de cinq usines neuves d'acier "vert" en Scandinavie, France et Espagne, fermeture de deux haut fourneaux au Royaume-Uni et menaces sur la pérennité de la sidérurgie italienne: la transition énergétique et la guerre en Ukraine bousculent la vieille industrie européenne de l'acier.

Au Royaume-Uni, berceau de la révolution industrielle au 19e siècle, la sidérurgie n'est plus que l'ombre d'elle-même avec l'annonce récente de la fermeture des deux derniers hauts fourneaux de Tata Steel à Port Talbot au Pays de Galles, et l'incertitude qui règne sur l'avenir de ceux de British Steel appartenant au chinois Jingye, à Scunthorpe (nord de l'Angleterre).

En Italie, le gouvernement vient de reprendre à Arcelor Mittal le contrôle des vieux hauts fourneaux Ilva de Tarente (sud), en état de quasi-faillite, dans l'espoir de trouver des repreneurs.

"En Grande-Bretagne comme en Italie, il s'agit d'usines qui ont été très mal entretenues dans le passé et très coûteuses à rénover", analyse Marcel Genet, expert en sidérurgie et fondateur de la société Laplace Conseil.

Selon lui, il faudrait "entre 1,5 et 2 milliards d'euros" pour moderniser Port Talbot en rénovant les laminoirs en aval "en piteux état", et pratiquement autant pour l'évolution des hauts fourneaux italiens à des standards climatiques acceptables.

«Prendre les risques»

Au total, l'Union Européenne a déjà annoncé 9 milliards d'euros d'aides publiques pour financer la décarbonation et la modernisation de sa sidérurgie.

Avec le ciment, l'aluminium, les engrais et la pétrochimie, l'acier est l'une des industries qui contribue le plus fortement au réchauffement climatique.

Ce métal est responsable de près de 8% des émissions mondiales de CO2 en raison de l'utilisation du charbon: chaque tonne d'acier produite dans un haut-fourneau traditionnel émet près de 2 tonnes de CO2.

Des aides massives ont été allouées à ArcelorMittal en France, en Belgique et en Espagne notamment, aux allemands ThyssenKrupp, Saltzgitter et Dilligen et à l'autrichien Voestalpine pour faire évoluer leurs procédés.

Ces sidérurgistes se sont engagés dans de vastes plans de verdissement avec l'objectif d'abandonner le charbon, tout en continuant de produire en Europe.

Dans un premier temps, ils parient sur des fours à arc électrique qui fondent et recyclent des ferrailles. Ensuite, sur des fours dits à réduction directe (DRI) qui désoxydent et fondent le minerai de fer avec du gaz, puis avec de l'hydrogène lorsque les capacités d'électrolyse le permettront.

Mais les montants gigantesques à investir sont difficiles à réunir sur fonds de hausse des coûts de l'énergie, de niveau record des taux d'intérêt et de la forte baisse des prix de certains matériaux. Thyssenkrupp vient ainsi d'annoncer une nouvelle perte importante au premier trimestre, plombé par les difficultés de sa branche acier.

A côté de la restructuration de la vieille sidérurgie, au moins cinq usines d'acier plus vert totalement neuves sont annoncées dans les prochaines années: trois en Scandinavie, une en France et une en Espagne.

"Hybrit, H2 Green Steel, et Blastr en Suède et Norvège, Gravithy à Fos-sur-Mer en France, et Hydnum en Castille en Espagne sont des unités nouvelles qui vont renouveler la totalité du procédé de fabrication de l'acier avec des fours électriques, une coulée continue et un laminage à chaud", souligne M. Genet.

«Probablement contraintes de fermer»

"Leur financement est assuré, les technologies sont prouvées, ce qui fait que les usines sidérurgiques les plus anciennes et les plus fragiles en Europe vont probablement être contraintes de fermer", affirme-t-il.

Mais le climat n'est pas le seul élément perturbateur de la sidérurgie européenne.

La guerre en Ukraine, démarrée il y a deux ans, joue aussi un rôle imprévu dans la restructuration du secteur.

Le pays envahi par la Russie a perdu le contrôle opérationnel de deux aciéries, "les usines Azovstal et Ilych, qui avaient produit au total environ 8,6 millions de tonnes d'acier brut en 2021", a indiqué le PDG du groupe sidérurgique ukrainien Metinvest, Yuriy Ryzhenkov, dans une interview au quotidien français Les Echos en décembre.

Or il a besoin d'acier pour remplacer les rails de chemin de fer endommagés, fabriquer des armes ou des obus.

Metinvest, dont le siège est à Donetsk, a signé un protocole d'accord mi-janvier en Italie pour relancer l'aciérie de Piombino (centre).

Son PDG a aussi déclaré au Corriere della Sera qu'il pourrait étudier une "opportunité à Tarente", où le gouvernement cherche des investisseurs après la sortie d'ArcelorMittal.


La Cour suprême se saisit de la question de l'immunité pénale de Trump

La Cour suprême des Etats-Unis s'est saisie mercredi de la question de l'immunité pénale invoquée par Donald Trump (Photo, AFP).
La Cour suprême des Etats-Unis s'est saisie mercredi de la question de l'immunité pénale invoquée par Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • La Cour suprême donne en partie satisfaction à Donald Trump en ne permettant pas à la décision d'appel d'entrer en vigueur jusqu'à ce qu'elle se soit elle-même prononcée
  • S'il était de nouveau élu, Donald Trump pourrait ordonner l'arrêt des poursuites fédérales à son encontre

WASHINGTON: La Cour suprême des Etats-Unis s'est saisie mercredi de la question de l'immunité pénale invoquée par Donald Trump, différant encore la tenue du procès fédéral de l'ex-président pour tentative d'inverser illégalement les résultats de l'élection de 2020.

Visé par quatre inculpations pénales distinctes, le grand favori des primaires républicaines pour l'élection présidentielle de novembre cherche par ses multiples recours à passer en jugement le plus tard possible, en tout cas après le scrutin.

Le procès de l'ex-président républicain pour tentatives illicites d'inverser les résultats de l'élection remportée par le démocrate Joe Biden, aurait initialement dû débuter le 4 mars.

Mais l'ensemble de la procédure a été suspendue le temps que la question de l'immunité pénale revendiquée par Donald Trump soit tranchée par la justice.

Une cour d'appel fédérale a écarté le 6 février cette immunité pénale. Donald Trump s'est donc tourné vers la Cour suprême pour obtenir la suspension de l'entrée en vigueur de cette décision.

Le procureur spécial Jack Smith, qui instruit le dossier, exhortait au contraire la Cour suprême à rejeter cette demande de suspension.

Il lui recommandait également de ne pas se saisir de la question, mais si jamais elle le faisait, de fixer un calendrier accéléré afin qu'en cas de rejet définitif de l'immunité pénale de Donald Trump, "le procès puisse se tenir avec un délai supplémentaire réduit".

Dans sa décision mercredi, la Cour suprême donne en partie satisfaction à Donald Trump en ne permettant pas à la décision d'appel d'entrer en vigueur jusqu'à ce qu'elle se soit elle-même prononcée.

En programmant les débats à "la semaine du 22 avril", elle fait en revanche droit à la demande d'échéance rapprochée du procureur spécial.


Poutine, conforté par les avancées russes en Ukraine, s'adresse à la nation

Vladimir Poutine doit prononcer jeudi son discours à la nation (Photo, AFP).
Vladimir Poutine doit prononcer jeudi son discours à la nation (Photo, AFP).
Short Url
  • Vladimir Poutine peut se réjouir de la résilience de l'économie russe qui, malgré une pluie de sanctions occidentales, résiste pour l'heure et s'est tournée vers l'Asie
  • Son allocution aura lieu à partir de 12H00 (9H00 GMT) au Gostiny Dvor, un palais des congrès situé près de la Place Rouge à Moscou

MOSCOU: Conforté par les avancées russes en Ukraine, Vladimir Poutine doit prononcer jeudi son discours à la nation, grand-messe annuelle lors de laquelle il définit les priorités de la Russie, à deux semaines d'une élection présidentielle sans opposition.

Le président russe apparaît en meilleure posture qu'il y a un an, quand son armée était sous le coup de retraites humiliantes dans le sud et le nord-est de l'Ukraine, après une tentative avortée de s'emparer de Kiev au printemps 2022.

Depuis, l'armée ukrainienne a échoué dans sa contre-offensive déclenchée à l'été 2023 et se retrouve sur la défensive, manquant de munitions faute d'accord à Washington, face à des soldats russes plus nombreux et mieux armés.

Mi-février, ces derniers ont ainsi réussi à s'emparer de la ville forteresse d'Avdiïvka, sur le front Est, et continuent leur poussée dans ce secteur, suscitant le satisfecit de Vladimir Poutine.

Celui-ci, dont le pays se concentre depuis désormais plus d'un an sur l'effort de guerre, peut aussi se réjouir de la résilience de l'économie russe qui, malgré une pluie de sanctions occidentales, résiste pour l'heure et s'est tournée vers l'Asie.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a refusé d'évoquer les thèmes du discours, disant seulement que le président l'écrivait personnellement.

Vladimir Poutine a quant à lui déclaré que sa prise de parole prendrait "bien sûr" en compte la présidentielle organisée du 15 au 17 mars et permettrait de fixer "des objectifs pour les six prochaines années au moins" : la durée du mandat du chef de l'Etat en Russie.

Son allocution aura lieu à partir de 12H00 (9H00 GMT) au Gostiny Dvor, un palais des congrès situé près de la Place Rouge à Moscou.

Vladimir Poutine pourrait réagir aux propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine, ou encore à l'appel des séparatistes prorusses de Moldavie qui ont solennellement réclamé mercredi la "protection" de Moscou.

Funérailles de Navalny

Dans ses discours à la nation, Vladimir Poutine fait traditionnellement le bilan de l'année écoulée et fixe de nouvelles orientations stratégiques, devant l'élite politique et militaire de son pays.

Il s'en prend aussi désormais habituellement à l'Occident, présenté comme l'ennemi dépravé des "valeurs traditionnelles" officiellement défendues par le Kremlin.

A la même occasion, en février 2023, il avait accusé les Occidentaux de se servir du conflit en Ukraine pour "en finir" avec la Russie, réitérant sa thèse selon laquelle ils appuient des forces néonazies chez son voisin pour y consolider un Etat antirusse.

Il avait aussi appelé à poursuivre les "traîtres" en Russie, en pleine répression de toute voix critique de la politique du Kremlin et de l'intervention militaire en Ukraine, à coups de milliers d'amendes et de dizaines de lourdes peines de prison.

Le discours de jeudi interviendra en outre à la veille des funérailles prévues à Moscou de son principal opposant, le militant anticorruption Alexeï Navalny, mort le 16 février en prison dans des conditions obscures.

Vladimir Poutine, qui n'a jamais prononcé en public le nom d'Alexeï Navalny, n'a toujours pas commenté ce décès qui a choqué les puissances occidentales.

En pleine campagne pour la présidentielle, Vladimir Poutine multiplie depuis le début de l'année les apparitions médiatiques, s'affichant récemment pour des remises de médailles ou à bord d'un bombardier des forces de dissuasion nucléaire russes.

Les médias russes soulignent que son discours de jeudi sera retransmis non seulement à la télévision mais aussi gratuitement dans des salles de cinéma de 20 villes de Russie, un pays dont la population est soumise, selon les critiques du Kremlin, à un embrigadement politique croissant.