Irak: Cinq combattants d'un groupe pro-Iran tués par les frappes américaines

Des membres des brigades du Hezbollah, Kataeb Hezbollah, assistent aux funérailles de Fadel al-Maksusi, un combattant qui faisait également partie de la « Résistance islamique en Irak », le groupe qui a revendiqué toutes les récentes attaques contre les troupes américaines en Irak et en Syrie (Photo, AFP).
Des membres des brigades du Hezbollah, Kataeb Hezbollah, assistent aux funérailles de Fadel al-Maksusi, un combattant qui faisait également partie de la « Résistance islamique en Irak », le groupe qui a revendiqué toutes les récentes attaques contre les troupes américaines en Irak et en Syrie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 22 novembre 2023

Irak: Cinq combattants d'un groupe pro-Iran tués par les frappes américaines

  • Cette série de frappes américaines sont les premières en Irak dans un contexte de tensions régionales accrues depuis plus d'un mois
  • En représailles aux attaques contre les forces américaines, Washington a déjà bombardé à trois reprises en Syrie des sites liés à l'Iran

BAGDAD: Au moins cinq combattants d'un groupe pro-Iran ont été tués tôt mercredi en Irak par les frappes américaines ayant visé deux sites au sud de la capitale Bagdad, ont indiqué à l'AFP deux sources de sécurité.

Plus tôt le Commandement militaire américain au Moyen-Orient, Centcom, avait annoncé avoir mené des "frappes de précision" sur deux sites en Irak, en représailles aux récentes attaques de groupes pro-Iran contre les troupes américaines et les forces de la coalition internationale antijihadistes en Irak et en Syrie.

Cette série de frappes américaines sont les premières en Irak dans un contexte de tensions régionales accrues depuis plus d'un mois, suite à la guerre entre Israël et le mouvement palestinien Hamas à Gaza.

"Cinq membres des Brigades du Hezbollah ont été tués par un bombardement aérien sur le secteur de Jurf al-Sakhr", a indiqué mercredi à l'AFP un responsable au sein des services de sécurité irakiens s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Visées à 66 reprises

Un responsable du Hachd al-Chaabi, coalition d'ex-paramilitaires intégrés aux forces régulières, a fait état de "cinq morts et quatre blessés" parmi les combattants de ce groupe influent.

La porte-parole adjointe du Pentagone, Sabrina Singh, a indiqué à la presse mardi que les forces américaines et la coalition internationale antijihadistes déployées en Irak et en Syrie avaient été visées à 66 reprises par des tirs de roquettes ou des frappes de drones depuis le 17 octobre, 10 jours après l'attaque sans précédent sur le sol israélien du Hamas.

En représailles aux attaques contre les forces américaines, Washington a déjà bombardé à trois reprises en Syrie des sites liés à l'Iran. Les Etats-Unis ont aussi adopté des sanctions contre sept personnes affiliées à deux groupes armés irakiens pro-iraniens, dont les Brigades du Hezbollah.


Un autre prisonnier yéménite meurt dans les geôles des Houthis, le 4e en un mois

Des détenus dans la prison centrale de Sanaa, au Yémen, le 30 septembre 2019 (Photo, Reuters).
Des détenus dans la prison centrale de Sanaa, au Yémen, le 30 septembre 2019 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Les Houthis ont demandé à la famille de Yanouf Hassan Ali al-Batenah de récupérer sa dépouille, sans fournir de détails sur la cause de son décès
  • Ce soldat de l'armée yéménite, a été capturé par les Houthis en novembre 2020 alors qu'il combattait avec les troupes gouvernementales yéménites à Mas

AL-MUKALLA: Un soldat du gouvernement yéménite est mort des suites de tortures subies dans un centre de détention des Houthis à Sanaa. Il s'agit du quatrième prisonnier dont le décès a été confirmé à la suite d'actes de torture en moins d'un mois, ont déclaré des représentants du gouvernement yéménite et des militants.

Les Houthis ont récemment demandé à la famille de Yanouf Hassan Ali al-Batenah de récupérer sa dépouille, sans fournir de détails sur la cause de son décès.

Al-Batenah, un soldat de la 7e région militaire de l'armée yéménite, a été capturé par les Houthis en novembre 2020 alors qu'il combattait avec les troupes gouvernementales yéménites dans la région de Mas, dans la province de Marib.

Il y a trois ans, les Houthis ont enlevé le soldat yéménite par la force et ont refusé les demandes répétées de sa famille de le voir ou de connaitre son emplacement.

Les défenseurs des droits de l'homme et les autorités yéménites ont indiqué que ce soldat de 26 ans avait été torturé à mort sans pitié dans une prison tristement célèbre des services de renseignement houthis à Sanaa.

La mort d'Al-Batenah est survenue quelques jours seulement après que les Houthis ont déclaré que le soldat du gouvernement yéménite Mohammed Ahmed Wahban, qui avait été capturé par la milice au cours de la même bataille à Mas, s'était suicidé par pendaison à l'intérieur de la prison militaire de Sanaa.

Des militants yéménites, citant une condamnation à mort prononcée par les Houthis à son encontre, ont contredit les affirmations de ces derniers, accusant le groupe d’avoir brutalement torturé et assassiné Wahban.

Cas de torture

Depuis la fin du mois dernier, deux autres détenus sont morts dans les geôles des Houthis, dont un citoyen yéménite travaillant pour l'organisation internationale Save the Children.

Les Houthis ont rejeté à plusieurs reprises les demandes de l’association, d'organisations locales et internationales de défense des droits et d'envoyés étrangers au Yémen, qui souhaitaient obtenir des explications sur la mort de prisonniers entre leurs mains.

Le ministre yéménite de l'Information, Muammar al-Eryani, a déclaré lundi que 350 détenus sont morts des suites de mauvais traitements dans les centres de détention des Houthis sur les 1 635 cas de torture enregistrés depuis 2015 et que les Houthis maintiennent 237 prisons officielles et 128 autres prisons cachées dans les territoires qu'ils contrôlent.

«Nous réaffirmons notre demande au Comité international de la Croix-Rouge et aux groupes internationaux et locaux de défense des droits de l'homme d'ouvrir une enquête ouverte sur les crimes de meurtre et de torture commis par les milices houthies dans les centres de détention», a déclaré le ministre yéménite sur X.

Par ailleurs, une délégation d'ambassadeurs de l'UE au Yémen a achevé mardi sa visite à Aden, la capitale provisoire du pays, en exprimant son soutien au Conseil présidentiel et aux efforts du gouvernement yéménite pour améliorer les revenus et lutter contre la corruption.

«Ils ont salué le travail du gouvernement yéménite visant à augmenter les recettes et à stabiliser l'économie, à poursuivre la mise en œuvre des réformes, et à améliorer la prestation de services dans des circonstances extrêmement difficiles et dans un contexte régional très complexe», ont souligné les ambassadeurs de l'UE au Yémen dans un communiqué commun.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A l’ONU, Riyad appelle à une fin à la guerre et à la catastrophe humanitaire à Gaza

Abdelaziz Alwasil, envoyé de l'Arabie saoudite auprès des Nations unies (Photo, Twitter @ksamissionun).
Abdelaziz Alwasil, envoyé de l'Arabie saoudite auprès des Nations unies (Photo, Twitter @ksamissionun).
Short Url
  • L'envoyé de l’Arabie saoudite auprès de l'ONU a appelé à une action commune pour mettre fin à la brutalité contre les civils sans défense
  • Il affirme que son pays ne ménage aucun effort pour protéger les civils de Gaza et leur fournir de l'aide, et qu'il a levé à ce jour plus de 133 millions de dollars pour y parvenir

NEW YORK: L'Arabie saoudite a une nouvelle fois appelé à «l'arrêt immédiat des opérations militaires» à Gaza, tandis que l'ambassadeur du Royaume à l'ONU a lancé un cri de ralliement en faveur d'efforts internationaux collectifs pour mettre fin à la catastrophe humanitaire dans le territoire.

S'adressant mardi à l'Assemblée générale des Nations unies, Abdelaziz Alwasil a brossé un tableau sombre de «civils sans défense» confrontés à une brutalité implacable, à la destruction d'infrastructures vitales, notamment de centres de santé et de lieux de culte, et à la perte alarmante de vies innocentes, dont des milliers de femmes, d'enfants et de personnes âgées.

Il a déclaré que son pays ne ménageait aucun effort pour protéger les civils de Gaza et leur apporter de l'aide. Son engagement à fournir une assistance humanitaire par voie aérienne et maritime, ainsi que le lancement d'importantes campagnes de collecte de fonds qui ont permis de récolter plus de 500 millions de riyals (1 riyal saoudien = 0,24 euro), soulignent la volonté de l’Arabie saoudite d'alléger les souffrances des civils palestiniens, a-t-il ajouté.

Le 11 novembre, Riyad a accueilli un sommet extraordinaire conjoint islamo-arabe pour discuter de l'escalade de la guerre, au cours duquel les participants ont adopté une résolution déclarant qu'ils «rejetaient sans équivoque l'agression israélienne contre Gaza».

Il a également condamné le déplacement des Palestiniens, les attaques contre les hôpitaux et la violence généralisée dans la région. La résolution a souligné le besoin immédiat de nourriture, de médicaments et de carburant à Gaza et a demandé que les convois d'aide humanitaire aient accès au territoire de toute urgence.

La résolution a exhorté l'Organisation de la coopération islamique et la Ligue des pays arabes à adopter une position officielle d'opposition à l'agression à Gaza, et a appelé à une pression accrue pour essayer d'établir un processus politique sérieux visant à parvenir à une paix globale et juste, conformément aux principes du droit international.

Violations du droit international

Alwasil a salué la pause humanitaire qui a débuté vendredi et qui a été initiée par les efforts du Qatar, de l'Égypte et des États-Unis, tout en appelant à ce qu'elle devienne un arrêt complet des opérations militaires. Il a également souligné l'importance de la libération de tous les otages et prisonniers, et réitéré la nécessité d'appliquer sans conditions toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies et les mandats de l'Assemblée générale.

Alwasil a insisté que les forces d'occupation israéliennes devaient être tenues responsables de leurs actes, a dénoncé l'utilisation d'armes interdites par les conventions internationales et a condamné l'annexion des colonies en Cisjordanie.

Il a par ailleurs critiqué les responsables des incursions répétées dans la mosquée Al-Aqsa, qu'il a qualifiées de graves violations du droit international et de provocations qui font monter les tensions et perturbent les efforts de paix.

«Nous appelons la communauté internationale à tenir les forces d'occupation israéliennes responsables de ces crimes inhumains, qui constituent une violation flagrante du droit humanitaire international», a déclaré Alwasil.

Nous mettons en garde contre la pratique du «deux poids, deux mesures», contre la sélectivité et contre le non-respect des lois et des résolutions de l'ONU. Cela a de graves conséquences qui vont au-delà de cette crise et qui sapent la légitimité de l'ordre mondial, ce qui se répercute négativement sur notre capacité à maintenir la paix et la sécurité internationales», a-t-il averti.

Alwasil a réitéré la conviction inébranlable de l'Arabie saoudite qu'une solution à deux États est la clé de la stabilité et de la sécurité pour la Palestine.

Il a conclu qu'il est nécessaire «que les forces d'occupation israéliennes tiennent compte des appels à la paix, à savoir l'initiative de paix arabe, et qu'elles s'engagent de bonne foi dans des négociations sérieuses afin de parvenir à une paix fondée sur la solution à deux États. Cela nous permettrait d'assurer la sécurité et la stabilité dans cette région vitale du monde».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le G7 appelle les Houthis à cesser de menacer le transport maritime

La ministre japonaise des Affaires étrangères, Yoko Kamikawa, s'entretient avec les médias lors d'une conférence de presse à la fin de la deuxième journée de réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à Tokyo, au Japon, le 8 novembre 2023 (Photo, Reuters).
La ministre japonaise des Affaires étrangères, Yoko Kamikawa, s'entretient avec les médias lors d'une conférence de presse à la fin de la deuxième journée de réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à Tokyo, au Japon, le 8 novembre 2023 (Photo, Reuters).
Short Url
  • «Nous appelons toutes les parties à ne pas menacer ou entraver l'exercice légal des droits et libertés de navigation par tous les navires»
  • «Nous appelons en particulier les Houthis à cesser immédiatement les attaques contre les civils et les menaces contre les voies maritimes internationales et les navires commerciaux»

TOKYO: Les ministres des Affaires étrangères du G7 ont appelé mercredi les rebelles Houthis au Yémen à "cesser immédiatement" de menacer le transport maritime et à libérer l'équipage d'un cargo qu'ils ont saisi en mer Rouge il y a dix jours.

"Nous appelons toutes les parties à ne pas menacer ou entraver l'exercice légal des droits et libertés de navigation par tous les navires", selon la déclaration des ministres des pays du G7.

"Nous appelons en particulier les Houthis à cesser immédiatement les attaques contre les civils et les menaces contre les voies maritimes internationales et les navires commerciaux, et à libérer le M/V Galaxy Leader et son équipage, illégalement saisis dans les eaux internationales le 19 novembre", ont-ils ajouté.

Les Houthis, alliés de l'Iran, ont capturé ce navire marchand avec ses 25 membres d'équipage en représailles à la guerre menée par Israël contre le Hamas à Gaza, elle-même initiée par l'attaque sanglante et sans précédent de ce mouvement palestinien sur le sol israélien le 7 octobre.

Le Galaxy Leader était opéré par une compagnie maritime japonaise mais appartient à une société britannique elle-même propriété d'un homme d'affaires israélien.

Une tentative de capture du M/V Central Park, un pétrolier appartenant à une société liée à Israël, a par ailleurs été déjouée dimanche dans le Golfe d'Aden par un destroyer américain, le USS Mason, qui a interpellé dans la foulée les cinq assaillants présumés, supposés être des pirates somaliens.

Vendredi dernier, un autre navire lié à Israël avait été légèrement endommagé dans l'océan Indien par un drone explosif de type Shahed de fabrication iranienne, sans faire de blessés.