Brexit: la filière champagne soulagée d'un «deal» avec la Grande-Bretagne, son marché historique

La cave à champagne de la maison Bollinger (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 26 décembre 2020

Brexit: la filière champagne soulagée d'un «deal» avec la Grande-Bretagne, son marché historique

  • Les inquiétudes étaient vives, le marché anglais restant le premier marché en volume pour le champagne, entre 25 et 30 millions de bouteilles chaque année
  • De surcroît, les mois d'avant-Brexit avaient été favorables aux ventes sur cette zone

AY-CHAMPAGNE: James Bond sans son Bollinger ? Des mandats royaux de la Famille d'Angleterre sans ses Maisons choisies ? La filière champagne, qui a tissé des liens historiques avec la Grande-Bretagne, a accueilli avec soulagement le « deal » du Brexit.

« Un immense soulagement », assure même Jean-Marie Barrillère, président de l'Union des Maisons de Champagne (UMC), qui résume : « C'est la bonne fin d'une trop longue histoire ».

Une réaction à la hauteur des craintes qu'avait suscitée l'idée d'un « no deal » : « Vous vous rendez-compte ! S'il n'y a pas d'accord, les Anglais deviennent des étrangers et la Grande-Bretagne un marché aussi lointain que l'Afrique ou l'Asie », s'étranglait-il encore mi-décembre. Ses mauvais rêves d'hier étaient aussi nourris de « nouvelles taxes, formalités douanières, bureaucratie complexe et cauchemars logistiques ».

Ses inquiétudes étaient d'autant plus vives que le marché anglais reste le premier marché en volume pour le champagne, entre 25 et 30 millions de bouteilles chaque année.

De surcroît, les mois d'avant-Brexit avaient été favorables aux ventes sur cette zone.

« Les Anglais, particuliers ou importateurs, ont continué de stocker. Nous avons continué d'expédier », résume le président de l'UMC qui estime à « 10% du marché annuel » le montant des stocks au 31 décembre.

James Bond ne manquera donc pas de son champagne officiel pour célébrer son prochain film dont la sortie, deux fois repoussée pour cause de Covid-19, est toujours fixée au printemps 2021.

« Nous avons fait un export d'anticipation, entre un et deux mois de stock pour passer le cap logistique » confirme Charles-Armand de Belenet, directeur général de Bollinger.

« La simple poignée de mains entre Cubby Broccoli, producteur de James Bond, et Christian Bizot de Bollinger dure depuis 1979 », s'étonne presque le dirigeant de « la plus petite des grandes maisons de champagne » comme elle aime se surnommer.

Devant le coquet siège de Bollinger à Aÿ-Champagne (Marne) où trône un rutilant « Royal Warrant » (mandat royal attestant du statut de fournisseur de la Cour) datant de la reine Victoria, Charles-Armand de Benelet n'a cessé d'afficher une confiance qui détonnait dans le paysage champenois.

« Pas de catastrophisme », défendait-il avec clairvoyance quand les rumeurs de « no deal » plombaient le moral de la filière.

« Le marché tient bien »

« Les Anglais ont une grande résilience. On s'attendait à un choc de confiance. Mais le marché tient bien. Il est plus résistant que le marché français ».

Bollinger réalise chaque année en Grande-Bretagne le tiers de son chiffre d'affaires, soit 1,5 millions d'euros sur un total de 4,5 millions d'euros en 2019. Sa production est d'environ trois millions de cols par an.

Dans les entreprises de moindre taille, le « no deal » donnait pourtant des sueurs froides. 

Ainsi, avec une production annuelle de 800 000 bouteilles, dont 20% pour le marché anglais, la maison Joseph Perrier à Châlons-en-Champagne n'affichait pas les mêmes moyens pour affronter un marché qui serait soudain devenu trop lointain.

« Comme PME, nous ne sommes pas équipés pour gérer tous les papiers de douane d'un marché lointain », s'alarmait avant l'accord Benjamin Fourmon, le directeur général de cette maison longtemps fournisseur officiel de la Famille Royale au point d'en être toujours « le partenaire officieux », n'hésitant pas à évoquer une « catastrophe ».

« Cela fait trois siècles que les vins de champagne ont conquis le cœur des Anglais. Nous allons rester vigilants mais les liens qui unissent la Champagne et le Royaume-Uni nous permettent d'être confiants », conclut Maxime Toubard, le président du Syndicat général des vignerons de champagne. Mais « la vigilance reste de mise, car la Grande-Bretagne quitte quand-même l'Union européenne et le marché unique ».


Prix Renaudot: le jury perd son doyen et accueille deux femmes

Le doyen du jury du prix Renaudot, Louis Gardel. (Photo, AFP)
Short Url
  • Jusqu'alors, la seule jurée du Renaudot était Dominique Bona, 67 ans, membre de l'Académie française
  • Jeudi matin, le doyen Louis Gardel avait annoncé qu'il quittait ses fonctions

PARIS : Le jury du prix Renaudot a annoncé jeudi l'arrivée de deux autrices, la romancière Stéphanie Janicot et l'essayiste Cécile Guilbert, dans un jury qui comptait avant elles une seule femme et huit hommes.

« Les jurés du Prix Renaudot se sont réunis ce jeudi et ont procédé à deux cooptations. Ont été élues aux sièges laissés vacants par Jérôme Garcin et Louis Gardel: Stéphanie Janicot et Cécile Guilbert », a indiqué dans un communiqué à l'AFP le président de ce jury, Georges-Olivier Châteaureynaud.

Stéphanie Janicot, également journaliste, 53 ans, éditée chez Albin Michel, avait décroché le prix Renaudot poche 2016 pour « La Mémoire du monde: intégrale ».

Cécile Guilbert, qui est aussi journaliste, 57 ans, a essentiellement publié des essais sur la littérature et la culture, ainsi que trois romans.

Jusqu'alors, la seule jurée du Renaudot était Dominique Bona, 67 ans, membre de l'Académie française.

Jeudi matin, le doyen Louis Gardel avait annoncé qu'il quittait ses fonctions, indiquant dans un communiqué transmis à l'AFP par son éditeur, le Seuil, qu'à « bientôt 82 ans » il lui semblait "sage de démissionner".

Ce natif d'Alger est connu pour « Fort Saganne » (1980), roman sur l'Algérie coloniale et le Sahara au début du XXe siècle, qui fut adapté au cinéma.

L'autre démissionnaire à remplacer, le journaliste et écrivain Jérôme Garcin, était parti en mars 2020. Il déplorait « l'aberrante constitution d'un jury à 90% masculin » et clamait que sa place devait être "occupée par une femme".

Le Renaudot, l'un des plus prestigieux prix littéraires de France, a été l'objet à l'occasion de son édition 2020 d'enquêtes journalistiques sévères des quotidiens Le Monde et le New York Times, qui ont remis en cause l'impartialité de ses jurés.

Le palmarès de ce prix reste entaché par l'attribution du prix de l'essai 2013 à un recueil d'articles de Gabriel Matzneff, « Séraphin, c'est la fin! ».

Après le scandale suscité par « Le Consentement », où Vanessa Springora raconte sa relation adolescente dans les années 1980 avec l'écrivain qui approchait alors 50 ans, l'un des jurés, Frédéric Beigbeder, avait affirmé que le prix avait été attribué en partie par « compassion » pour un homme vivant avec peu de revenus.

Le jury du Renaudot a par ailleurs annoncé sa sélection de printemps, qui ne débouche pas sur un prix mais offre plutôt des conseils de lecture.

On y retrouve, parmi les « romans et nouvelles », « L'Inconnu de la Poste » de Florence Aubenas (L'Olivier), « Le Corps d'origine » de Jean-Luc Barré (Grasset), « Téléréalité » d'Aurélien Bellanger (Gallimard), « La Marge d'erreur » de Nicolas Rey ou encore « J'ai dix-huit ans, tous les âges à la fois, et j'ai un papa » d'Isabelle Minière (Serge Safran).

 


Une actrice saoudienne incarne l’ère du changement au Royaume

Etoile montante du cinéma saoudien moderne, Sumaya Rida est connue pour ses rôles télévisés dans «Another Planet» et «Boxing Girls» et ses apparitions sur grand écran dans «Junoon» et «Roll’em». (Photo fournie)
Short Url
  • «Le timing était très bon parce que j'ai commencé avec le début de la Vision 2030, et Il suffit d'y aller avec», confie Rida
  • Pour Rida, l’aspect le plus important du projet est cette chance de jouer une femme musulmane forte et indépendante

DUBAI: Le cinéma est revenu en Arabie saoudite il y a à peine trois ans, lorsqu'une interdiction de 35 ans a finalement été levée. Depuis, des salles ont vu le jour partout au Royaume, ce qui a réveillé l'industrie cinématographique nationale et inspiré une nouvelle génération d’acteurs locaux.

Une étoile montante du cinéma saoudien moderne est Sumaya Rida, connue pour ses rôles télévisés dans «Another Planet» et «Boxing Girls» et ses apparitions sur grand écran dans «Junoon» et «Roll'em», parmi les premiers films à être présentés à l'avant-première dans le Royaume après la levée de l’interdiction.

Dès sa plus tendre enfance, lorsqu'elle a commencé à jouer dans des pièces de théâtre à l'école, Rida a toujours su que devenir actrice est sa véritable vocation. «J'avais aussi l'habitude de faire des courts métrages avec mes petits frères et sœurs avec la caméra Sony de mon père», se souvient la jeune femme de 32 ans à Arab News.

«J'ai joué dans des films et réalisé des courts métrages à l'âge de 12 ans. J'ai adoré la façon dont toute la famille se réunissait pour regarder mon œuvre. Ça valait tout l’or du monde pour moi à cette époque, et ça a façonné ma passion».

L'actrice d'origine saoudienne Sumaya Rida a déménagé au Royaume-Uni à l'adolescence pour fréquenter l’académie du roi Fahd, une école indépendante d'élite du quartier londonien d'Ealing. (Photo fournie)
L'actrice d'origine saoudienne Sumaya Rida a déménagé au Royaume-Uni à l'adolescence pour fréquenter l’académie du roi Fahd, une école indépendante d'élite du quartier londonien d'Ealing. (Photo fournie)

Adolescente, l'actrice d'origine saoudienne Sumaya Rida a déménagé au Royaume-Uni afin de fréquenter l’académie du roi Fahd, une école privée huppée du quartier londonien d'Ealing. Elle a effectué une maîtrise en gestion de marketing international à l'Université de Surrey, et a continué de jouer, apparaissant dans plusieurs publicités.

Après ses études, elle a passé cinq ans dans le monde des affaires, mais ressentait pendant tout ce temps un profond désir de la scène et de l'écran. Il a fallu une rencontre fortuite pour la mettre sur la bonne voie.

«Après avoir tant travaillé dans l’impitoyable monde des affaires, je suis tombé un jour sur Ali Al-Sumayin, un réalisateur et cinématographe saoudien bien connu et primé, qui m'a mené vers le monde du théâtre», raconte Rida.

Lors d'une visite chez Al-Sumayin dans son bureau de Djeddah en 2017, Rida participe à un cours de théâtre. La montée d'adrénaline familière de la performance devant un public revient aussitôt.

«Je ne peux pas décrire ce sentiment», affirme-elle. «J'étais pris par l’excitation et la nostalgie, alors je lui ai confié que je voudrais participer à un spectacle».

Rida est bientôt soumise à une audition et décroche son premier rôle. Pour se préparer, elle s'inscrit à un cours de théâtre intensif de quatre mois, ainsi qu’à un coaching individuel avec des instructeurs turcs de renom, car les cours de théâtre avancés n'étaient pas encore disponibles en Arabie saoudite.

«Dans le Royaume, nous n’avions pas d’institutions pour la formation d’art dramatique ou de représentation, alors je devais le faire rapidement», a signalé Rida.

«Chaque acteur devrait avoir des mentors, car ils vous dirigent toujours et vous montrent des perspectives différentes».

Dès sa plus tendre enfance, lorsqu'elle a commencé à jouer dans des pièces de théâtre à l'école, Rida a toujours su que devenir actrice est sa véritable vocation. (Photo fournie)
Dès sa plus tendre enfance, lorsqu'elle a commencé à jouer dans des pièces de théâtre à l'école, Rida a toujours su que devenir actrice est sa véritable vocation. (Photo fournie)

Aujourd'hui, Rida se produit en anglais et en arabe. Pour un spectacle, elle a dû maîtriser l'accent bédouin. «C'était un peu difficile au début, mais c'était amusant», a-t-elle affirmé.

Son dernier projet est un film intitulé «Rupture», un thriller psychologique saoudien réalisé par Hamzah Kamal Jamjoom, produit par Ayman Kamal Khoja et financé par MBC Studios.

Jouant le rôle principal, Rida décrit le voyage d'une femme saoudienne qui lutte pour sauver son mariage, et finalement sa vie, d'un méchant à l'esprit tordu.

«J'ai joué avec Billy Zane du «Titanic » qui est à la fois une personne merveilleuse et un acteur très talentueux», a-t-elle indiqué.

«Le film a intelligemment incorporé quelques thèmes puissants dans son récit passionnant. L'un de ces thèmes concerne la défense de ses valeurs culturelles personnelles même lors d'un déménagement dans un autre pays».

«Un autre portait sur l'importance de la vie privée et les dangers d'un partage excessif sur les réseaux sociaux, et le troisième aborde le concept de trouver un équilibre entre la codépendance et la liberté individuelle dans un mariage».

Pour Rida, l’aspect le plus important du projet est cette chance de jouer une femme musulmane forte et indépendante, qui se défend elle-même, ainsi que sa famille et ses croyances.

«En toute sincérité, c’est un honneur et une opportunité rare de travailler avec des cinéastes et des producteurs saoudiens aussi talentueux sur ce projet», a-t-elle soutenu.

«J’ai beaucoup apprécié la direction d’Hamzah. Son énergie positive et sa passion étaient vraiment contagieuses. Nous espérons terminer le tournage après le ramadan. J'ai hâte de partager ce film avec mes spectateurs. Je suis en émoi parce que c’est l’un des rares longs métrages saoudiens à reconnaître les luttes des femmes saoudiennes».

Les règles sociales strictes et la ségrégation sexuelle d'une époque beaucoup plus conservatrice signifient que les actrices saoudiennes étaient rares lorsque Rida grandissait. Le soutien de sa famille s’avère être crucial, tout comme l'ouverture de la société saoudienne.

«Le timing était très bon parce que j'ai commencé avec le début de la Vision 2030, et Il suffit d'y aller avec», confie Rida.

Dans le cadre de la Vision 2030 qui a pour objectif la diversification de l’économie saoudienne hors pétrole, le Royaume a mis davantage l’accent sur les arts, les opportunités pour les jeunes et l’autonomisation sociale et économique des femmes.

L'Arabie saoudite a mis davantage l'accent sur les arts et les opportunités dédiées aux jeunes, et a levé une interdiction de 35 ans sur les cinémas il y a trois ans. (Photo, AFP/Archives)
L'Arabie saoudite a mis davantage l'accent sur les arts et les opportunités dédiées aux jeunes, et a levé une interdiction de 35 ans sur les cinémas il y a trois ans. (Photo, AFP/Archives)

Par conséquent, les femmes saoudiennes trouvent leur voix et découvrent leurs forces; un parcours que Rida estime nécessaire pour devenir une actrice professionnelle.

«Ça m'a aidé à me comprendre. Je voulais raconter des histoires. Nous avons beaucoup d'histoires ici en Arabie Saoudite, et je voulais ressentir, pouvoir émouvoir, risquer et partager, et être courageuse et vulnérable en tant qu'artiste. C'est cathartique. Le véritable accomplissement réside également dans le dépassement de toutes les limitations qui ont été imposées à l'humanité. J'ai découvert que jouer est une activité très divertissante. C'est très enrichissant, épanouissant et ça nourrit l'âme ainsi que l’être intérieur».

En tant qu'artiste, Rida est sans cesse dans un voyage de découverte de soi et de renforcement de sa confiance devant la caméra. Elle souhaite essayer de nouveaux personnages qui vont l'aider à se développer «naturellement et avec sincérité, parce qu’être acteur est un processus continuel où nous apprenons et évoluons constamment».

Quant à son pays, Rida se dit ravie de voir autant de changements se produire et de faire partie d'une nouvelle vague de jeunes acteurs et cinéastes remaniant l'industrie cinématographique saoudienne. «Cela me rend très heureuse et optimiste», dit-elle.

Alors que les investissements dans le développement des talents dans le Royaume se développent dans le cadre de la Vision 2030, Sumaya Rida estime que l'avenir du cinéma saoudien est prometteur. (Photo, AFP/Archives)
Alors que les investissements dans le développement des talents dans le Royaume se poursuivent dans le cadre de la Vision 2030, Sumaya Rida estime que l'avenir du cinéma saoudien est prometteur. (Photo, AFP/Archives)

Mais elle reconnaît aussi qu'il reste encore un long chemin à parcourir. «Je vois des acteurs très passionnés de temps en temps, mais je pense vraiment que nous devons travailler sur nous-mêmes plus que nous ne le pensons. Obtenir un diplôme en théâtre ou en art dramatique n’est pas suffisant, c’est un processus continu».

Rida espère également voir plus de jeunes Saoudiens venir partager leurs histoires avec le monde. «Nous devons non seulement investir dans les acteurs, mais aussi investir encore dans les écrivains, les producteurs et les réalisateurs, car ce n’est pas le travail d’une seule personne», rappelle-t-elle.

«Le jeu n'est pas seulement l'acteur que vous voyez. Derrière l’écran se cache un travail considérable».

Sans investissement, formation et opportunités, ce potentiel ne peut être perfectionné. Le facteur brut, néanmoins, est le talent, qui dans la nouvelle Arabie saoudite est en abondance.

«C'est illimité, c'est infini et la trajectoire continue», affirme Rida.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Russie: près de 170 phoques retrouvés morts au bord de la Caspienne

Le corps d'un phoque caspien mort sur une plage de Makhachkala, le 7 décembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon le chercheur, les phoques ont été retrouvés dans une zone à 100 kilomètres au sud de Makhatchkala, la capitale du Daguestan
  • Chassé intensément jusqu'à une époque récente, ce mammifère pâtit désormais surtout de la pollution industrielle qui le rend notamment stérile

MOSCOU: Près de 170 phoques d'une espèce menacée ont été retrouvés morts ces trois derniers jours au bord de la mer Caspienne, dans la république russe du Daguestan, ont indiqué jeudi des chercheurs. 

« Ce sont des animaux morts que nous avons vus, photographiés et dont nous avons noté les coordonnées GPS », a affirmé Viktor Nikiforov, du centre de recherches « Mammifères marins » de Moscou. 

Des images partagées montrent plusieurs carcasses échouées sur la plage. 

Selon le chercheur, les phoques ont été retrouvés dans une zone à 100 kilomètres au sud de Makhatchkala, la capitale du Daguestan, et dans une autre à une cinquantaine de kilomètres au nord de cette ville. 

« C'est peut-être lié à une pollution industrielle, à la pêche ou au braconnage, quand les phoques se prennent dans les filets, ou encore aux conséquences du changement climatique. Ou à plusieurs de ces causes à la fois », a affirmé Viktor Nikiforov. 

Selon lui, il faudrait désormais une « surveillance sérieuse » pendant plus d'un an des phoques retrouvés morts pour identifier précisément les causes du sinistre.  

Contactée, l'Agence fédérale russe de la Pêche dans le Caucase du Nord a indiqué avoir envoyé sur place des inspecteurs pour effectuer un nouveau comptage. 

Le Comité d'enquête, chargé des principales investigations en Russie, a également annoncé avoir lancé des vérifications. 

La mer Caspienne, la plus grande mer fermée au monde, borde cinq pays: la Russie, l'Iran, le Kazakhstan, le Turkménistan et l'Azerbaïdjan.  

Elle comptait au début du XXe siècle plus d'un million de phoques (Pusa caspica), dont il ne reste aujourd'hui que 68 000 spécimens adultes, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui considère l'espèce « en danger ». 

Chassé intensément jusqu'à une époque récente, ce mammifère pâtit désormais surtout de la pollution industrielle qui le rend notamment stérile.  

Selon l'ONU, cette pollution est liée à l'industrie pétrolière, à des déchets radioactifs et industriels, ou encore à d'importants volumes d'eaux usées. 

La faune et la flore de la Caspienne souffrent également de la baisse du niveau de la mer provoquée par le changement climatique, la hausse des températures entrainant une évaporation de l'eau.