Comment l'inflation bouleverse le panier des consommateurs français

Une cliente prend des aliments industriels dans un réfrigérateur pour remplir son caddie dans un supermarché près de Lille, dans le nord de la France, le 21 septembre 2023. (AFP).
Une cliente prend des aliments industriels dans un réfrigérateur pour remplir son caddie dans un supermarché près de Lille, dans le nord de la France, le 21 septembre 2023. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 novembre 2023

Comment l'inflation bouleverse le panier des consommateurs français

  • Plus de 20% de hausse, sur un an et sur la première moitié de l'année 2023: c'est la moyenne de l'augmentation des prix de nombreuses denrées de base dans l'alimentation des Français
  • En conséquence, le volume de produits vendus diminue

PARIS : Moins de bricolage, de vêtements et d'électroménager, mais un budget pour l'alimentaire et les jouets préservé: l'inflation a ralenti ces derniers mois, mais elle continue de peser sur les dépenses des Français, qui adaptent leurs achats.

L'alimentaire préservé

Plus de 20% de hausse, sur un an et sur la première moitié de l'année 2023: c'est la moyenne de l'augmentation des prix de nombreuses denrées de base dans l'alimentation des Français, comme le lait, le fromage, les œufs, les pâtes ou le couscous par exemple.

En conséquence, le volume de produits vendus diminue. Il a baissé de 8,5% sur les sept premiers mois de 2023 par rapport à la même période de l'année précédente, selon la Fédération du commerce et de la distribution (FCD).

Et pour continuer de subvenir à leurs besoins alimentaires, les ménages en viennent à faire des "arbitrages", privilégiant par exemple des produits de marque distributeur ou renonçant à tout ce qui leur semble superflu.

Malgré ce contexte inflationniste, le secteur alimentaire continue pourtant de bien se tenir. Au premier semestre, le chiffre d'affaires des industries agroalimentaires françaises (hors boissons et tabac) a bondi de 11,6% en valeur, d'après la FCD.

Bricolage et électroménager boudés

Refaire son salon ou changer de matelas n'est plus une priorité pour les Français.

Après les "deux années exceptionnelles" qui ont suivi la crise sanitaire, on assiste depuis mi-2022 à un "atterrissage du marché" de l'équipement de la maison (produits électroménagers, meubles ou encore literie), relève Jean-Charles Vogley, directeur général de la Confédération nationale de l'équipement du foyer (CNEF).

Produits électroménagers, meubles ou encore literie ont moins la cote.

Sur les neuf premiers mois de 2023, les ventes en valeur des produits d'ameublement ont baissé de 1,2% par rapport à 2022, et elles diminuent plus fortement en volume.

"L'effet de l'inflation se fait sentir sur la nourriture et l'énergie, qui sont des dépenses obligatoires", ce qui explique que les autres secteurs comme l'ameublement - autrement dit "les dépenses que l'on peut reporter" - en pâtissent, précise M. Vogley.

Le contexte a entraîné Fnac Darty à abaisser légèrement ses prévisions de rentabilité pour 2023.

Rentrée difficile pour l'habillement

Les achats plaisir sacrifiés? Le secteur de l'habillement a connu une rentrée 2023 difficile, a constaté l'Observatoire de la Fédération nationale de l'habillement (FNH).

"74% des commerces indépendants ont vu leurs ventes baisser en septembre 2023", relève-t-il, "avec pour 42% d'entre eux un recul enregistré supérieur à 20% du chiffre d’affaires" sur un an.

Pierre Talamon, président de la FNH, analyse que "l'inflation entre évidemment dans l’équation, avec une baisse du pouvoir d'achat impactant les achats plaisir, réduits au strict minimum - de surcroît en période de rentrée scolaire".

L'Observatoire économique de l'Institut français de la mode note qu'il faut néanmoins "relativiser la forte chute des ventes de septembre", les ventes en valeur du secteur de l'habillement étant, sur les neuf premiers mois de l'année, "légèrement supérieures" (+0,3%) à celles des neuf premiers mois de 2022.

Les jouets attendent Noël

"Dans un contexte économique difficile, les consommateurs ont naturellement fait des arbitrages sur leurs dépenses en ce début d’année", confirme Florent Leroux, président de la Fédération française des industries du jouet et de la puériculture (FJP) , qui garde espoir pour le dernier trimestre avec Noël.

Le secteur des jouets, "comme nombre de marchés non-alimentaires", subit les conséquences de l'inflation et enregistre, sur les neufs premiers mois de l'année, une baisse de 4,5% en valeur, indiquent la FJP et la Fédération des commerces spécialistes des jouets et des produits de l'enfant (FCJPE) dans un communiqué commun.

Le groupe de conseil Circana démontre dans une étude que, parmi les consommateurs français qui ont réduit leurs achats de jouets, 44% invoquent comme raison la baisse de leur pouvoir d'achat.


Le ministère saoudien de l'Investissement signe un accord avec le groupe français CMA CGM

Le ministre de l'Investissement, Khalid al-Falih, a supervisé la signature (Photo, X/@MISA).
Le ministre de l'Investissement, Khalid al-Falih, a supervisé la signature (Photo, X/@MISA).
Short Url
  • Le communiqué a indiqué que cela contribuera à atteindre les objectifs de la stratégie nationale de transport dans le cadre de la Vision 2030 du Royaume
  • Le communiqué a indiqué que cela contribuera à atteindre les objectifs de la stratégie nationale de transport dans le cadre de la Vision 2030 du Royaume Le mois dernier, la Commission royale d'AlUla a pris des mesures en faveur du transport durable en sig

RIYAD: Les investissements durables dans le secteur des transports et des services logistiques en Arabie saoudite vont être stimulés après que le ministère de l'Investissement a signé un accord avec une grande société de transport maritime française.

Selon un communiqué du ministère, l'accord a été signé avec le groupe français CMA CGM, l'une des plus grandes entreprises du secteur visé.

La signature, supervisée par le ministre de l’Investissement Khalid al-Falih, vise à soutenir les plans de projets d’investissement de l’entreprise en Arabie saoudite et à examiner davantage les opportunités financières potentielles.

Le protocole d'accord aborde également la question du développement durable en soulignant l'intention mutuelle d'examiner les possibilités de solutions en matière de carburants alternatifs afin de réduire les émissions, de transférer les connaissances et les meilleures pratiques mondiales, et de former les saoudiens dans ce domaine.

Le communiqué a indiqué que cela contribuera à atteindre les objectifs de la stratégie nationale de transport dans le cadre de la Vision 2030 du Royaume.

La stratégie prévoit également de porter la part des transports publics à plus de 15% du total des déplacements et de réduire chaque année les émissions de carbone du secteur de 2% par habitant.

Réduction des émissions

L'Arabie saoudite fait des progrès considérables dans le secteur de la mobilité. TASARU Mobility, filiale du Fonds d'investissement public, a signé trois accords stratégiques pour introduire «la technologie du futur» en Arabie saoudite, afin d'améliorer l'efficacité du secteur.

Ces accords comprennent des investissements dans la société croate de solutions de mobilité P3, Holon, une filiale du groupe Benteler, et la société technologique américaine Recogni Inc. pour la production de véhicules de transport public automatisés.

Le mois dernier, la Commission royale d'AlUla a pris des mesures en faveur du transport durable en signant un accord avec Alstom, un leader mondial français de la mobilité intelligente et durable.

L'accord porte sur la livraison d'une ligne de tramway alimentée par des batteries, qui devrait devenir la plus longue ligne sans caténaire du monde.

S'adressant à Arab News à l'époque, Mohammed Khalil, directeur général d'Alstom KSA, a souligné que le projet mettait l'accent sur la réduction des émissions de carbone et la promotion des transports écologiques.

«Dans le cadre la Vision saoudienne 2030, le tramway soutient l'engagement de la nation en faveur de la gestion de l'environnement», a déclaré Khalil, soulignant que ce système de transport innovant joue un rôle essentiel dans la réduction des émissions de carbone et l'avancement des technologies vertes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Intelligence artificielle : ChatGPT débloque pendant des heures

Cette photographie prise à Mulhouse, dans l'est de la France, le 19 octobre 2023, montre des figurines à côté du logo ChatGPT (Photo, AFP).
Cette photographie prise à Mulhouse, dans l'est de la France, le 19 octobre 2023, montre des figurines à côté du logo ChatGPT (Photo, AFP).
Short Url
  • OpenAI, la start-up qui a lancé le programme fin 2022, a indiqué mercredi matin sur son site que ChatGPT fonctionnait à nouveau «normalement»
  • OpenAI n'a pas fourni plus de précisions sur la nature de l'incident, qui rappelle que l'IA, même générative, n'a pas de conscience ni de compréhension de ce qu'elle «dit»

SAN FRANCISCO: ChatGPT, la très populaire interface d'intelligence artificielle (IA) générative qui a fait connaître cette technologie, a débloqué pendant plusieurs heures mardi, répondant aux questions des utilisateurs avec des phrases sans queue ni tête, un rappel que ces systèmes sont encore balbutiants.

OpenAI, la start-up qui a lancé le programme fin 2022, a indiqué mercredi matin sur son site que ChatGPT fonctionnait à nouveau "normalement".

Mardi après-midi - à l'heure de San Francisco, où elle est basée - elle avait annoncé "enquêter sur des signalements de réponses inattendues de la part de ChatGPT". Quelques minutes plus tard, l'entreprise star de la Silicon Valley avait assuré avoir "identifié le problème" et "être en train de le résoudre".

De nombreux utilisateurs ont mis en ligne des captures d'écran montrant des réponses erratiques ou incompréhensibles du modèle d'IA générative. Cette technologie de pointe permet de produire toutes sortes de contenus (textes, sons, vidéos), d'ordinaire de qualité bluffante, sur simple requête en langage courant.

Sur le forum des développeurs qui utilisent les outils d'OpenAI, un utilisateur baptisé "IYAnepo" a ainsi relevé le comportement "étrange" de ChatGPT.

"Il génère des mots totalement inexistants, omet des mots et produit des séquences de petits mots-clés qui me sont inintelligibles, entre autres anomalies", a-t-il relaté. "On pourrait penser que j'ai spécifié de telles instructions, mais ce n'est pas le cas. J'ai l'impression que mon GPT est hanté (...)".

Un autre utilisateur, "scott.eskridge", s'est plaint sur ce même forum que toutes ses conversations avec le modèle de langage "se transforment rapidement en grand n'importe quoi depuis trois heures".

Il a copié un extrait d'une des réponses de l'interface : "L'argent pour le bit et la liste est l'un des étrangers et l'internet où la monnaie et la personne du coût est l'un des amis et la monnaie. La prochaine fois que vous regarderez le système, l'échange et le fait, n'oubliez pas de donner."

OpenAI n'a pas fourni plus de précisions sur la nature de l'incident, qui rappelle que l'IA, même générative, n'a pas de conscience ni de compréhension de ce qu'elle "dit".

Gary Marcus, spécialiste de l'IA, espère que l'incident sera perçu comme un "signal d'alarme".

"Ces systèmes n'ont jamais été stables. Personne n'a jamais été en mesure de mettre au point des garanties de sécurité autour de ces systèmes", a-t-il écrit dans sa newsletter mardi. "Le besoin de technologies totalement différentes, moins opaques, plus interprétables, plus faciles à entretenir et à déboguer - et donc plus faciles à mettre en œuvre - reste primordial", a-t-il ajouté.


Le Maroc souhaite faire payer les géants du numérique

En 2024, le Maroc franchit un cap décisif en matière de régulation fiscale, ciblant spécifiquement les mastodontes de la technologie, connus sous l'acronyme GAFAM (Photo, AFP).
En 2024, le Maroc franchit un cap décisif en matière de régulation fiscale, ciblant spécifiquement les mastodontes de la technologie, connus sous l'acronyme GAFAM (Photo, AFP).
Short Url
  • La Direction générale des impôts énonce clairement son intention de soumettre les GAFAM à la TVA
  • Cette réforme fiscale stipule que les prestations fournies par ces géants du numérique sont considérées comme réalisées sur le sol marocain

CASABLANCA: En 2024, le Maroc franchit un cap décisif en matière de régulation fiscale, ciblant spécifiquement les mastodontes de la technologie, connus sous l'acronyme GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, et Microsoft), ainsi que les plateformes de streaming et de gaming telles que YouTube et Spotify. 

La Direction générale des impôts (DGI), par le biais de sa circulaire rendue publique ce mardi sur les mesures fiscales de la loi de finances, énonce clairement son intention de soumettre ces entités à la TVA, en modifiant les règles de territorialité associées à cette taxe, comme le souligne le magazine Challenge.

Cette réforme fiscale stipule que les prestations fournies par ces géants du numérique sont considérées comme réalisées sur le sol marocain, indépendamment de la localisation du client lors de l'acquisition du service dématérialisé ou de son utilisation à l'étranger.

Cette mesure vise à assujettir à la TVA toute prestation de service à distance de nature dématérialisée, englobant les biens incorporels et autres biens immatériels, ce qui constitue une première pour le Maroc.

L’équité fiscale

Jusqu'à présent, ces entreprises technologiques, malgré leurs profits astronomiques et leur part significative dans les recettes publicitaires au Maroc, échappaient à toute forme de taxation locale.

Cette situation, jugée inéquitable par de nombreux acteurs économiques marocains, se voit en conséquence prise en compte par la DGI. L'objectif étant de redistribuer plus justement les bénéfices sur le territoire marocain et de permettre à l'État de percevoir les impôts dus.

L'initiative marocaine s'inscrit dans une tendance mondiale visant à rétablir l'équilibre fiscal avec les géants du numérique. Le Canada, par exemple, a récemment adopté une législation contraignant les plateformes numériques à rémunérer équitablement les médias pour l'utilisation de leur contenu, sous peine de sanctions.

Cette démarche, qui a mené à un bras de fer avec Meta, illustre la volonté croissante des gouvernements de défendre leurs intérêts nationaux face à la puissance des multinationales du secteur technologique.