Des vedettes internationales affluent à Djeddah pour le Festival international du film de la mer Rouge

Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir. (Photo AN/Huda Bashatah)
Short Url
Publié le Vendredi 01 décembre 2023

Des vedettes internationales affluent à Djeddah pour le Festival international du film de la mer Rouge

  • Parmi les invités de marque, on compte Alessandra Ambrosio, Aseel Omran, Michelle Williams, Maya Diab, Diane Kruger, Johnny Depp et Will Smith, parmi tant d’autres
  • Le Festival international du film de la mer Rouge se tient du 30 novembre au 9 décembre et propose onze catégories de films

DJEDDAH: Des stars hollywoodiennes, bollywoodiennes et arabes se sont rendues à Djeddah pour l’ouverture du Festival international du film de la mer Rouge, jeudi soir.

Parmi les invités de marque, on compte le mannequin brésilien Alessandra Ambrosio, la chanteuse saoudienne Aseel Omran, l’actrice américaine Michelle Williams, la chanteuse libanaise Maya Diab, l’actrice allemande Diane Kruger et les acteurs américains Johnny Depp et Will Smith, parmi tant d’autres.

 

L’actrice libanaise Nadine Nassib Njeim a accordé un entretien à Arab News sur le tapis rouge. Elle déclare: «Ce festival marque un tournant pour tout cinéaste saoudien ambitieux. Il propose un excellent soutien aux jeunes talents afin qu’ils présentent leur travail dans le cadre de festivals internationaux.»

Par ailleurs, le réalisateur saoudien Hakeem Jomah déclare: «Je suis très heureux de participer à cette édition en particulier, car elle compte le plus grand nombre de films saoudiens parmi toutes les autres éditions.»

L’événement mémorable a débuté par une projection de gala du film HWJN, du réalisateur irakien Yasir al-Yasiri, basé à Dubaï. Il est inspiré d’un roman de l’écrivain saoudien Ibrahim Abbas. Prenant place dans l’actuelle ville de Djeddah, HWJN raconte l’histoire d’un djinn au grand cœur – une entité invisible dans la tradition islamique – alors qu’il découvre la vérité sur sa lignée royale.

Dans le même temps, Diane Kruger, la star de Bollywood Ranveer Singh et l’acteur-écrivain saoudien Abdallah al-Sadhan ont été récompensés lors du festival cette année.

Plus tôt dans la journée de jeudi, M. Singh a foulé le tapis rouge avant son entretien accordé à In Conversation. Vêtu d’une élégante veste beige et d’un pantalon blanc, il a évoqué son parcours vers la célébrité et sa volonté de devenir un acteur polyvalent.

 

«De l'action à la romance, de la comédie au drame, j'ai toujours eu pour objectif de tester et d’élargir mes capacités dans ces différents genres. Mettre en valeur cette polyvalence dans ma filmographie est un effort conscient», a-t-il précisé sur scène.

Le jury du festival, composé de célébrités, est présidé cette année par le réalisateur Baz Luhrmann, accompagné de l’acteur suédo-américain Joel Kinnaman (Suicide Squad); de Freida Pinto (Slumdog Millionnaire); de l’actrice égyptienne Amina Khalil (Grand Hotel) et de l’actrice espagnole Paz Vega (Sex and Lucía, The OA).

Le Festival international du film de la mer Rouge se tient du 30 novembre au 9 décembre et propose onze catégories de films: Projections spéciales; Mer Rouge: Concours; Mer Rouge: Concours de courts-métrages; Coups de cœur du festival; Films arabes spectaculaires; Films internationaux spectaculaires; Nouveau cinéma saoudien/Nouveau cinéma: Courts-métrages; Mer Rouge: Nouvelle vision; Mer Rouge: Familles et enfants; Mer Rouge: Séries et Mer Rouge: Trésors.

Le thème du festival de cette année est «Votre histoire, votre festival».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mort de Claude Montana, couturier français star des années 80

Le créateur français Claude Montana salue le public avec un mannequin portant sa création à la fin de son défilé de prêt-à-porter printemps-été à Paris le 17 octobre 1987 (Photo, AFP).
Le créateur français Claude Montana salue le public avec un mannequin portant sa création à la fin de son défilé de prêt-à-porter printemps-été à Paris le 17 octobre 1987 (Photo, AFP).
Short Url
  • Né le 29 juin 1947 à Paris, Claude Montamat, son vrai nom, grandit dans un milieu aisé
  • Révélé dans les années 70, coqueluche des années 80, il connaît la consécration en franchissant en 1990 les portes de la maison Lanvin

PARIS: Sa signature, c'étaient les épaules XXL et les tailles de guêpe. Le couturier français Claude Montana, mort vendredi à Paris à 76 ans, s'était imposé comme une figure de la mode des années 80 avant d'être éclipsé des podiums par des revers de fortune.

Une carrière faite de "très hauts et de très bas", comme le disait lui-même le styliste, reconnaissable à son éternel look "Easy Rider" (blouson, pantalon de cuir et santiags).

Révélé dans les années 70, coqueluche des années 80, il connaît la consécration en franchissant en 1990 les portes de la maison Lanvin, qui fête alors ses 100 ans. Il y récolte coup sur coup deux Dés d'or, la plus haute distinction dans le monde de la mode.

Il traverse par la suite des difficultés financières et personnelles et disparaît du devant de la scène au tournant des années 2000.

Swinging London 

Né le 29 juin 1947 à Paris, Claude Montamat, son vrai nom, grandit dans un milieu aisé. Mère protestante allemande, père d'origine catalane.

Il n'a pas du tout l'intention de suivre le studieux parcours de son frère aîné. Après le bac, il est figurant à l'Opéra de Paris avant de filer en Angleterre, attiré par le "Swinging London" marginal.

Ses parents désapprouvent ses choix et son mode de vie et coupent les ponts. Définitivement. Le succès de leur fils n'y changera rien.

Il restera en revanche très proche de Jacqueline, sa soeur cadette qui l'accompagnera dans ses projets professionnels et sera son assistante pendant des années.

A Londres, le jeune homme blond à la moustache frisottante se lance dans la confection de bijoux en papier mâché. Il est remarqué par le magazine Vogue mais le succès n'est pas vraiment au rendez-vous et il n'a pas de permis de travail.

De retour à Paris, il est modéliste chez le spécialiste du cuir, Mac Douglas. "Mon métier, c'est la mode", se dit-il alors. Premier défilé en 1975. Il fait tout de suite un tabac avec ses couleurs flashy et ses tenues extravagantes aux épaules de rugbyman.

Il crée sa propre marque en 1979. L'homme, plutôt discret et habitué des soirées du Palace, boîte parisienne à la mode, devient l'un des couturiers stars de Paris.

Ses défilés théâtraux sont des événements. De "grands shows", disait Christian Lacroix.

Après avoir décliné la proposition de Dior de devenir son directeur artistique et de prendre en charge à la fois la haute couture et prêt à porter, il rejoint Lanvin, qui veut réveiller ses collections. Gros succès.

Comme Jean Paul Gaultier et Thierry Mugler avant lui, il lance lui aussi son parfum, qui ne marche pas très bien, sa collaboration avec Lanvin s'achève en 1997, il fait faillite et doit céder sa marque.


Le destin tragique d’un footballeur résistant: Rino Della Negra

Le résistant et footballeur Rino Della Negra, né à Vimy, faisait partie des 23 membres du groupe Manouchian. (Archives de la famille Della Negra)
Le résistant et footballeur Rino Della Negra, né à Vimy, faisait partie des 23 membres du groupe Manouchian. (Archives de la famille Della Negra)
Short Url
  • Rino Della Negra comptait parmi les vingt-trois fusillés, le plus jeune aussi, de l'Affiche rouge, qui dénonçait les exécutions de résistants par les nazis
  • Rino Della Negra comptait parmi les vingt-trois fusillés, le plus jeune aussi, de l'Affiche rouge, qui dénonçait les exécutions de résistants par les nazis

PARIS: Il aurait pu être un grand footballeur, mais les balles allemandes mirent fin à son parcours à seulement 20 ans, le 21 février 1944, au Mont-Valérien. Rino Della Negra comptait parmi les vingt-trois fusillés, le plus jeune aussi, de l'Affiche rouge, qui dénonçait les exécutions de résistants par les nazis.

Avec le couple Missak et Mélinée Manouchian, Rino Della Negra fait partie des résistants des Francs-tireurs et partisans - main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI) honorés au symbolique Panthéon ce mercredi.

Fils d’immigrés italiens

Della Negra a grandi dans une période d'agitation politique en Europe. Alors que le fascisme gagnait du terrain en Italie, il a rejoint les FTP-MOI, un groupe de résistance communiste, en France, où il s'était installé avec sa famille. Avec ses camarades, Della Negra a mené des actions de sabotage, de guérilla urbaine et de renseignement contre les forces d'occupation nazies et leurs collaborateurs français.

Si la guerre n'avait pas mis fin à sa carrière, Negra aurait pu devenir un grand joueur de foot. Rino excelle dans les activités sportives, un sprinteur qui approche la barre des onze secondes. Au poste d’attaquant, il se distingue dans plusieurs clubs: le FC Argenteuillais, l’équipe «corpo» de Chausson avec laquelle il remporte la Coupe de la Seine 1938, la Jeunesse sportive Jean-Jaurès d’Argenteuil qui gagne avec lui la Coupe du Matin-FSGT en 1941.

Il est recruté par le Red Star de Saint-Ouen au début de la saison 1943-1944.

En 2004, une plaque commémorative a été installée à l’entrée de l’enceinte. «Rino Della Negra était plus qu’un joueur de foot. Au-delà de ses qualités sportives, ses valeurs nous touchent très profondément. Il aurait très bien pu faire carrière et ne jamais se mettre en danger. Non, il a choisi de s’engager et il l’a payé de sa vie. Il a eu un courage extraordinaire», déclare Vincent Chutet-Mezence, président du collectif Red Star Bauer.


Bella Hadid promeut sa nouvelle marque, Orebella

Bella Hadid promeut sa nouvelle marque, Orebella. (AFP)
Bella Hadid promeut sa nouvelle marque, Orebella. (AFP)
Short Url
  • Le top-modèle américain d’origine néerlando-palestinienne a partagé, jeudi, un teaser sur Instagram
  • Bella Hadid a défilé pour certains des plus grands noms de la mode au monde, notamment Burberry, Off-White, Fendi, Versace, Givenchy, Max Mara et Moschino

DUBAÏ: Bella Hadid promeut une nouvelle marque, Orebella, s’aventurant ainsi sur le marché du parfum et de la beauté.

Le top-modèle américain d’origine néerlando-palestinienne a partagé, jeudi, un teaser sur Instagram.

«Orebella de Bella Khair Hadid», écrit-elle en légende pour annoncer le lancement de la marque en mai. «Donnez libre cours à votre alchimie le 2 mai.»

Dans cette vidéo de dix secondes, on voit le visage de Bella Hadid en gros plan, entrecoupé de séquences illustrant l’univers de la marque avant que le logo apparaisse.

Gigi Hadid a exprimé son soutien à sa petite sœur en écrivant: «YAAAAAYYYYY» avec un émoji de génie.

Bien que les détails sur Orebella et ses offres demeurent secrets, le magazine WWD rapporte que le dépôt de marque de Bella Hadid, qui date de 2022, témoigne de l’accent mis par la marque sur les produits en lien avec les senteurs. Il pourrait s’agir de parfums, d’encens, de lotions pour le corps, d’huiles, de shampooings, d’après-shampooings et de bougies.

En 2021, Bella Hadid a cofondé Kin Euphorics, une société basée à Brooklyn, avec Jen Batchelor, une jeune femme qui a grandi en Arabie saoudite.

La marque propose des boissons sans alcool «conçues pour transformer le plus ancien rituel social du monde, la consommation d’alcool, en un acte conscient de mieux-être», selon son site Internet.

Le nom «Kin Euphorics» est un clin d’œil au mot grec «euphoros» qui signifie «état de bien-être».

Cette marque affirme qu’un grand nombre de ses ingrédients, comme la phényléthylamine et l’extrait de racine de rhodiola rosea, améliorent la fonction cognitive et augmentent les niveaux d’énergie. Les boissons Kin Euphorics seront également bientôt infusées avec de la lavande cultivée dans la ferme familiale des Hadid en Pennsylvanie.

Bella Hadid a défilé pour certains des plus grands noms de la mode au monde, notamment Burberry, Off-White, Fendi, Versace, Givenchy, Max Mara et Moschino.

Elle a fait la une de plusieurs magazines en France, en Italie, au Royaume-Uni, au Japon, en Chine et dans d'autres pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com