Shikata: Le Japon se tourne vers l’Arabie saoudite pour de «nouvelles formes» de collaboration

Le secrétaire du Cabinet japonais aux Affaires publiques, Shikata Noriyuki. (Photo AN)
Le secrétaire du Cabinet japonais aux Affaires publiques, Shikata Noriyuki. (Photo AN)
Short Url
Publié le Dimanche 03 décembre 2023

Shikata: Le Japon se tourne vers l’Arabie saoudite pour de «nouvelles formes» de collaboration

  • Au moment où les négociations de la COP28 se tiennent aux Émirats arabes unis, la décarbonisation fait partie des objectifs et des stratégies vertes de nombreux pays
  • Le Japon ne se concentrera pas seulement sur les émissions de carbone des grandes entreprises, mais aspire également à des logements zéro émission

DUBAÏ: Le secrétaire du Cabinet japonais aux Affaires publiques, Shikata Noriyuki, a déclaré à Arab News Japan que les liens profonds entre son pays et l’Arabie saoudite favoriseraient davantage de possibilités de collaboration.

«Des possibilités émergent pour un nouveau mode de vie», a-t-il déclaré. «Surtout si l’Arabie saoudite joue un rôle de premier plan dans la présentation de ce nouveau mode de vie en ce qui concerne les questions de durabilité.»

Au moment où les négociations de la COP28 se tiennent aux Émirats arabes unis, la décarbonisation fait partie des objectifs et des stratégies vertes de nombreux pays.

M. Shikata soutient que lorsque le Premier ministre japonais, Kishida Fumio, s’est rendu en Arabie saoudite en juillet, il était évident que le Royaume était sur la voie de la transformation.

«Nous voyons des changements très rapides s’opérer au sein du Royaume. C’est très impressionnant», a-t-il ajouté.

Le Japon œuvre également en faveur de sa propre transition, notamment verte. Le secrétaire du Cabinet a toutefois déclaré que le changement nécessiterait une collaboration avec la région du Golfe ainsi qu’avec d’autres pays asiatiques.

«Nous voulons travailler sur des projets ou des investissements communs pour encourager une telle transition verte dans le reste de l’Asie», a-t-il déclaré. «Cela est en quelque sorte propice à notre vision d’un espace indopacifique libre et ouvert.»

Lors de la COP28, le Japon a présenté sa nouvelle stratégie pour parvenir à une économie zéro carbone, qui inclut, pour la première fois, l’idée d’une tarification du carbone.

Le Japon ne se concentrera pas seulement sur les émissions de carbone des grandes entreprises, mais aspire également à des logements zéro émission.

«Cela inclut des fenêtres isolées pour éviter des coûts de chauffage supplémentaires», a déclaré M. Shikata.

D’autres initiatives ont été mises en place, notamment le corridor commercial Inde-Moyen-Orient récemment annoncé.

«Le Japon est très attentif à cette initiative de connectivité entre l’Inde et le Moyen-Orient», a-t-il déclaré, ajoutant qu’un projet similaire est en cours de préparation avec d’autres pays asiatiques.

«Nous voulons combiner les maisons intelligentes et les transports urbains pour pouvoir, à terme, parler de villes intelligentes, durables et neutres en carbone», soutient M. Shikata dans un entretien accordé à Arab News Japan.

La situation à Gaza figurait également parmi les sujets de discussion lors de la COP28. Le Japon a toujours été en faveur d’une solution à deux États afin de parvenir à la paix.

«Nous travaillons sur le parc agro-industriel de Jéricho et essayons de créer des emplois», a déclaré le secrétaire du Cabinet, ajoutant que le Japon encourage ses entreprises à investir. «Cependant, compte tenu de la situation politique, il est très difficile d’inciter aux investissements.»

Le parc industriel vise à développer un centre d’innovation entièrement fonctionnel à Jéricho en Palestine afin d’améliorer la compétitivité des entreprises locales qui y opèrent.

Selon certaines informations, les frappes israéliennes qui durent depuis le 7 octobre auraient endommagé les bureaux de l’Agence japonaise de coopération internationale à Gaza.

Cependant, M. Shikata affirme qu’une fois que la situation dans l’enclave se sera calmée, les organisations japonaises auront «une bonne motivation pour revenir et soutenir la reconstruction».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arab News Japan. Cliquez ici pour le lire

 

 


Concurrence: l'UE enfin armée pour mettre au pas les géants de la tech

Google a désormais interdiction d'exploiter le quasi-monopole de son moteur de recherche pour mieux référencer ses propres services comme le comparateur de prix Google Shopping (Photo, AFP).
Google a désormais interdiction d'exploiter le quasi-monopole de son moteur de recherche pour mieux référencer ses propres services comme le comparateur de prix Google Shopping (Photo, AFP).
Short Url
  • Agir plus vite et plus fort contre les abus de position dominante des géants du numérique, c'est la promesse du nouvel arsenal juridique de la Commission européenne
  • Après des années de procédures interminables – et souvent vaines – pour tenter de mettre fin à leurs pratiques anticoncurrentielles, l'Union européenne semble avoir tiré les leçons de ses échecs

BRUXELLES: Agir plus vite et plus fort contre les abus de position dominante des géants du numérique, c'est la promesse du nouvel arsenal juridique de la Commission européenne qui entre pleinement en vigueur cette semaine mais doit encore tout prouver.

Six champions de la tech – les américains Alphabet (Google), Amazon, Apple, Meta (Facebook, Instagram) et Microsoft, ainsi que le chinois ByteDance, propriétaire de TikTok – devront être jeudi en conformité avec le nouveau règlement sur les marchés numériques (DMA), sous peine de lourdes sanctions.

Il s'agit d'une révolution pour le droit de la concurrence.

Après des années de procédures interminables – et souvent vaines – pour tenter de mettre fin à leurs pratiques anticoncurrentielles, l'Union européenne semble avoir tiré les leçons de ses échecs.

Le DMA fixe une série d'obligations et d'interdictions sur mesure pour endiguer le type d'actions déloyales qui ont abouti à évincer ou brider la concurrence.

Parmi de nombreux exemples, Google a désormais interdiction d'exploiter le quasi-monopole de son moteur de recherche pour mieux référencer ses propres services comme le comparateur de prix Google Shopping.

Apple doit ouvrir ses iPhones à des boutiques d'applications alternatives à son App Store et à des systèmes de paiements concurrents d'Apple Pay...

"Vu la vitesse à laquelle les marchés numériques évoluent, et vu le temps que prennent les procédures classiques de concurrence, il fallait une capacité d'intervention en amont, au lieu de venir après que le dommage soit matérialisé", explique à l'AFP l'avocat Romain Rard, associé au cabinet Gide.

Les groupes ciblés, désignés en septembre, ont eu six mois pour se préparer et ont multiplié les annonces sur l'adaptation de leurs services aux nouvelles règles, jurant qu'ils les respecteraient.

Le doute subsiste néanmoins: "Est-ce une conformité a minima sans vrai changement des comportements des entreprises et, si c'est le cas, jusqu'où la Commission sera-t-elle prête à aller dans l'utilisation du DMA et de ses sanctions les plus élevées?", s'interroge Romain Rard.

Vendredi, 34 entreprises et associations professionnelles ont invité la Commission européenne à sévir contre Apple, affirmant que son plan "tourne en dérision" le DMA.

Le nouveau règlement renforce en tout cas les pouvoirs de Bruxelles. Les règles de concurrence classiques prévoient des amendes pouvant atteindre 10% du chiffre d'affaires mondial ; avec le DMA, ce sera jusqu'à 20%, en cas de récidive.

Menace de démantèlement

Depuis 2017, Google a cependant déjà été condamné à plus de 8 milliards d'euros d'amendes dans l'UE, sans résoudre les abus identifiés. Mais ses profits s'élèvent à près de 20 milliards... par trimestre.

C'est pourquoi la Commission s'est aussi dotée, avec le DMA, du pouvoir de démanteler le contrevenant, en lui imposant la vente d'une partie de ses activités. La mesure s'apparente à une "bombe atomique". L'UE osera-t-elle l'employer?

"Nous discutons depuis des mois avec les entreprises pour leur faire comprendre que les règles du jeu ont changé. Toute entreprise non conforme s'exposera à des sanctions sévères", a prévenu le commissaire européen au Numérique, Thierry Breton.

L'exécutif européen va désormais analyser les plans de conformité et poursuivre le dialogue avec les géants et tiers concernés.

Outre des sanctions "a posteriori" des abus de position dominante, les nouvelles règles imposent des règles en amont, permettant à la Commission d'intervenir plus vite, et simplifient la charge de la preuve.

Les poursuites contre Google pour pratiques anticoncurrentielles sur le marché des comparateurs de prix avaient démarré en 2010: il a fallu attendre 2017 pour que Bruxelles inflige une amende de 2,4 milliards d'euros. Et après de nombreux recours, on attend encore le verdict final de la justice européenne sur ce dossier.

Le nouveau règlement, désormais, fixe un délai de 12 mois entre l'ouverture d'une procédure et une décision. Pour éviter les stratégies d'étouffement des avocats qui inondent le régulateur avec des centaines de pages de dossiers, une limite de 50 pages est désormais fixée.

"C'est une étape importante qui va permettre des progrès", estime Andrea Collart, spécialiste de l'antitrust pour le cabinet Forward Global. "Le DMA tente de répondre de façon concrète aux besoins des concurrents qui aujourd'hui ne peuvent pas rivaliser avec les géants du numérique".


Plus d'une Française sur quatre engagée dans une «  dynamique entrepreneuriale », selon une étude

Le directeur général de la Banque Publique d'Investissement (BPI), Nicolas Dufourcq, arrive au Palais de l'Elysée, à Paris, le 27 février 2024. (AFP).
Le directeur général de la Banque Publique d'Investissement (BPI), Nicolas Dufourcq, arrive au Palais de l'Elysée, à Paris, le 27 février 2024. (AFP).
Short Url
  • L'écart entre les hommes et les femmes "se réduit fortement", observe l'étude dans ce volet consacré aux femmes de la 4ème édition de "l'Indice entrepreneurial français"
  • L'engagement des femmes devient plus concret: la part des cheffes d’entreprise augmente de quatre points par rapport à la dernière enquête de 2021

PARIS: Plus d'une Française sur quatre (28%) était engagée dans une "dynamique entrepreneuriale" en 2023, une progression de cinq points depuis 2018, tandis que le pourcentage d'hommes dans la même situation, 37%, est au même niveau qu'en 2018, selon une étude Bpifrance publiée mardi.

L'écart entre les hommes et les femmes "se réduit fortement", observe l'étude dans ce volet consacré aux femmes de la 4ème édition de "l'Indice entrepreneurial français" (IEF).

L'étude, réalisée par l'Ifop pour l’Observatoire de la création d’entreprise de Bpifrance Création, distingue quatre profils dans la "chaîne entrepreneuriale" : les chefs d'entreprise, les ex-chefs d'entreprise, les porteurs de projets ayant déjà engagé des démarches, et les "intentionnistes" (qui ont l'intention de le faire, sans l'avoir encore fait).

L'engagement des femmes devient plus concret: la part des cheffes d’entreprise augmente de quatre points par rapport à la dernière enquête de 2021 (à 15% contre 19% pour les hommes), et celle des intentionnistes baisse d'un point à 7%.

Elles y pensent de surcroît plus tôt: une femme sur trois dans la "chaîne entrepreneuriale" a moins de 30 ans, contre un homme sur quatre.

Pour Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, l'enquête traduit "un volontarisme" des femmes "propice à faire bouger les lignes plus vite".

L'élan entrepreneurial est par ailleurs "soutenu" dans les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), où 21% de femmes sont engagées dans une dynamique entrepreneuriale (+7 points, contre +6 points à 31% pour les hommes).

Mais seules 3% des habitantes des QPV sont cheffes d'entreprises (+2) et 4% des hommes. Les intentionnistes sont beaucoup plus nombreux, 13% pour les femmes (+4 par rapport à 2021) et 19% pour les hommes.

Nicolas Dufourcq souligne l'importance "d'accompagner le mouvement" de l'entrepreneuriat féminin, via notamment la trentaine d'associations d'aide à la création d'entreprises réunies sous la bannière "Cap Créa" de la banque publique d'investissement.

Plusieurs d'entre elles s'adressent plus particulièrement aux femmes : Action'elles, Femmes des Territoires, Force Femmes, Les Premières...

Pour cette enquête, 5.011 personnes représentatives de la population française ont été interrogées en ligne du 15 au 30 juin 2023, et 504 personnes représentatives des personnes résidant dans les QPV ont été questionnées par téléphone du 21 juin au 4 juillet 2023.


Hausse du cacao: Lindt compte relever de nouveau ses prix

Short Url
  • Pour l'année écoulée le groupe suisse a fait état dans un communiqué d'un bénéfice de 671,4 millions de francs suisses (698,5 millions d'euros), en hausse de 17,9% par rapport à l'année précédente
  • Les analystes interrogés par l'agence suisse AWP tablaient en moyenne sur un bénéfice de 657,6 millions de francs

ZURICH: Le chocolatier suisse Lindt & Sprüngli a publié mardi des résultats meilleurs qu'attendu pour 2023, porté par les hausses de ses prix de vente et prévient qu'il compte les augmenter à nouveau en 2024 et 2025 pour faire face à la flambée des cours du cacao.

Pour l'année écoulée le groupe suisse a fait état dans un communiqué d'un bénéfice de 671,4 millions de francs suisses (698,5 millions d'euros), en hausse de 17,9% par rapport à l'année précédente, dépassant les prévisions.

Les analystes interrogés par l'agence suisse AWP tablaient en moyenne sur un bénéfice de 657,6 millions de francs.

Le chocolatier avait déjà dévoilé son chiffre d'affaires en janvier, faisant état d'une croissance de 4,6% à 5,2 milliards de francs en dépit de la force du franc suisse et d'un climat de consommation morose.

Hors effets de changes, ses ventes ont augmenté de 10,3% en 2023, portées par les produits à plus fortes marges comme les pralines et moulages de Pâques. Le groupe a également bénéficié de la reprise du tourisme entre ses boutiques et cafés dans des lieux très fréquentés et les achats dans les boutiques hors taxes des aéroports.

L'essentiel de sa croissance "est attribuable aux augmentation de prix" pour compenser la hausse des matières premières, a cependant souligné le groupe dans le communiqué.

Malgré les instruments de couverture utilisés et des niveaux de stocks élevés, le chocolatier suisse prévient que des augmentations de prix supplémentaires seront "nécessaires en 2024 et 2025" si les cours du cacao restent aux niveaux actuels.

Fin février, les prix du cacao ont atteint de nouveaux records absolus à New York, la tonne de cacao dépassant les 6.500 dollars, mais aussi à Londres, où elle a frôlé les 6.000 livres sterling.

Le chocolatier basé à Kilchberg, sur les rives du lac de Zurich, a confirmé son objectif de croissance pour 2024, visant une progression de ses ventes hors effets de changes de l'ordre de 6% à 8%.

Il va également nettement relever son dividende pour l'année écoulée. Le dividende va être porté de 100 francs à 1.400 francs pour l'action et de 10 francs à 140 francs pour le bon de participation.

L'action Lindt & Sprüngli est la plus chère de la Bourse suisse. Lundi, elle valait 107.400 francs suisses. Le bon de participation valait lui 10.940 francs.