A la frontière franco-britannique, des mineurs étrangers «plus vulnérables que les vulnérables»

Un migrant court dans un camp de fortune dans la ville de Calais, dans le nord de la France, le 7 novembre 2023. (AFP)
Un migrant court dans un camp de fortune dans la ville de Calais, dans le nord de la France, le 7 novembre 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 07 décembre 2023

A la frontière franco-britannique, des mineurs étrangers «plus vulnérables que les vulnérables»

  • A Calais, les associations comptent environ 130 mineurs non accompagnés, souvent entre 15 et 17 ans
  • Les associations dénoncent les difficultés pour ces mineurs d'accéder à une protection, en dépit des obligations prévues par la Convention internationale des droits de l'enfant

CALAIS: Dans le nord de la France, plus d'une centaine de mineurs étrangers isolés vivent dans des campements insalubres à des milliers de kilomètres de leur famille. Des adolescents en "grande détresse psychologique" qui tentent chaque nuit de rejoindre l'Angleterre au péril de leur vie.

Khaled, 17 ans, vit seul dans un bois de Calais, derrière une voie ferrée. Sa tente entourée de détritus s'enfonce dans la boue, ses vêtements peinent à sécher sur des branches humides.

"Et tous les matins, on doit remballer nos affaires" lors des expulsions répétées des autorités, souffle le jeune soudanais arrivé là il y a une semaine, après l'Italie, la Tunisie et la Libye.

Chaque soir, il tente de passer la frontière en grimpant sur des camions. "Impossible", pense-t-il, mais "pour le bateau il faut au moins 800-1.000 euros et je n'ai rien".

A Calais, les associations comptent environ 130 mineurs non accompagnés, souvent entre 15 et 17 ans.

Depuis juillet, l'ONG Médecins sans frontières les accueillent dans un centre de jour, un lieu de répit pour créer du lien, se reposer, jouer et rencontrer travailleurs sociaux, infirmière et psychologue.

De jeunes soudanais y rechargent leur téléphone et font défiler des vidéos sur TikTok. Certains lisent les documents de l'association expliquant les dangers liés au passage clandestin.

"Je n'ai pas peur, nous sommes déjà arrivés jusqu'ici, on va continuer à avancer", dit Nasser. "C'est l'aventure", sourit à ses côtés Ahmed, 16 ans.

Originaire du Darfour, l'adolescent veut "rejoindre des proches" en Angleterre et "y recommencer sa vie". En France, il ne "connaît personne" et la langue est "trop difficile".

Aucun ne veut expliquer pourquoi ils sont seuls sur les routes de l'exil.

Dans un rapport de 2017, le Sénat évoque plusieurs profils: les "exilés" fuyant un conflit, les "mandatés" envoyés par la famille, les "exploités", ou encore les "fugueurs", fuyant leur milieu de vie.

«Désillusion»

"J'ai 17 ans, mais j'ai déjà des cheveux blancs avec ce que j'ai vécu", rigole Niamatoullah, un Afghan venu s'entretenir avec la psychologue.

Il attend une météo favorable pour traverser en bateau. "La vie est compliquée ici, on a de la boue jusqu'aux genoux, et la police prend tout le temps nos affaires."

Les mineurs non accompagnés (MNA) "sont en grande détresse psychologique", pointe Chloé Hannebouw, psychologue chez MSF.

"La rupture avec le pays d'origine et la famille utilise beaucoup de capacités d'adaptation dans une période de la vie qui est déjà en mouvement: l'adolescence", explique-t-elle.

En outre, "il existe un décalage entre ce qu'ils attendent de l'Europe et les conditions dans lesquelles ils vivent ici à Calais, c'est la désillusion".

Ces jeunes sont aussi "plus susceptibles d'être victimes de traite" notamment "quand il y a des dettes" liées au passage, explique Jérémy Ribeiro E Silva, de l'ONG Ecpat.

"Ils sont plus vulnérables que les vulnérables", résume Ali Besnaci, coordinateur du projet de MSF à Calais.

Dispositif «inadapté»

Le Département du Pas-de-Calais, responsable de la prise en charge des MNA, propose un centre d'urgence à Saint-Omer. Mais d'une capacité d'une trentaine de places, il est "saturé" et "inadapté" regrette M. Besnaci.

Les associations dénoncent les difficultés pour ces mineurs d'accéder à une protection, en dépit des obligations prévues par la Convention internationale des droits de l'enfant.

A Loon-Plage, à l'est de Calais, une Soudanaise de 16 ans s'entretient avec une travailleuse sociale de la Croix-Rouge, Jeanne Hogard, entre légèretés et conseils sérieux.

"Conduire le bateau, c'est considéré comme un crime", "Tu connais le numéro des secours ? Tu sais te géolocaliser ?", questionne l'éducatrice.

"On travaille dans l'urgence, parfois on réduit d'abord les risques à la traversée, et on répond à leurs besoins primaires", explique Christelle Barbe, responsable de la mission MNA de La Croix Rouge sur le littoral.

Quand le lien de confiance est créé, ils abordent leur situation personnelle et leurs droits. Ils "ont des fausses idées sur le Royaume-Uni, on leur donne une information juste", relate Mme Barbe.

Malgré tout, la plupart gardent les yeux rivés sur l'Angleterre et face aux voies d'accès légales "trop longues", ils préfèrent "prendre le risque de traverser en bateau parce que c'est plus rapide", regrette-t-elle.


Européennes de juin : l'extrême droite française, en tête des sondages, lance sa campagne

Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, tient une conférence de presse sur les élections européennes de 2024, à Paris, le 29 février 2024. (Photo Stephane De Sakutin AFP)
Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, tient une conférence de presse sur les élections européennes de 2024, à Paris, le 29 février 2024. (Photo Stephane De Sakutin AFP)
Short Url
  • En moins de cinq ans, Jordan Bardella, président du RN depuis 2021 alors que Marine Le Pen se tient en réserve pour une candidature à la prochaine élection présidentielle, s'est imposé dans un paysage politique en plein renouvellement
  • Arrivé en tête (23,34%), il a ensuite méthodiquement investi le paysage politique et médiatique, porté par un talent de débatteur et une télégénie certaine

PARIS : A cent jour des élections européennes, le parti d'extrême droite Rassemblement national (RN) est donné largement favori en France, emmené par sa jeune tête de liste, Jordan Bardella.

A 28 ans, il va donner dimanche le coup d'envoi de sa campagne, par un premier meeting géant à Marseille (sud), pour tenter d'asseoir une dynamique que rien ne semble pour l'instant pouvoir enrayer.

Jusqu'ici, le RN s'impose inlassablement en tête de tous les sondages sur les intentions de vote - 30% selon une étude BVA Xsight pour la radio RTL paru mercredi.

En moins de cinq ans, Jordan Bardella, président du RN depuis 2021 alors que Marine Le Pen se tient en réserve pour une candidature à la prochaine élection présidentielle, s'est imposé dans un paysage politique en plein renouvellement.

Dimanche à Marseille, dans une salle où plus de six mille personnes sont attendues, il aura droit à un honneur inédit: une prise de parole en dernier, après Marine Le Pen.

Tout un symbole, cinq ans après une première candidature en tant que tête de liste du RN pour les Européennes, où il était apparu davantage comme un prête-nom, voire une caution jeune pour la patronne de l'extrême droite française.

Arrivé en tête (23,34%), il a ensuite méthodiquement investi le paysage politique et médiatique, porté par un talent de débatteur et une télégénie certaine. En 2022, lors de la troisième candidature à l'Elysée de Marine Le Pen, il était l'un de ses porte-parole les plus dévoués.

Le scrutin européen du 9 juin doit parachever cette ascension fulgurante, avec une double condition: «arriver en tête et avec un score supérieur à celui de 2019» (23,34%), résume l'un de ses proches.

Une ambition que les sondeurs et les experts jugent tous raisonnable.

Mais les stratèges du parti de Marine Le Pen s'autorisent en privé à viser la barre des 30% et espèrent surclasser d'au moins dix points le parti du président Macron, avec lequel ils avaient fait jeu quasi-égal en 2019.

En assumant de «nationaliser» le scrutin pour en faire des «élections de mi-mandat» contre l'exécutif et la majorité, ces européennes doivent être le marche-pied à une quatrième candidature de Marine Le Pen à l'élection présidentielle dans trois ans.

Selon l'institut de sondages BVA, un tiers des Français entend utiliser son bulletin de vote aux Européennes pour «exprimer (son) opposition à la politique actuelle».

Mais certains s'inquiètent d'un statut de favori qui pourrait démobiliser l'électorat - un talon d'Achille historique du RN, qui l'avait notamment empêché de remporter la moindre région aux élections régionales de 2021, au mépris des pronostics.


Corse: heurts entre indépendantistes et forces de l'ordre, deux ans après l'agression d'Yvan Colonna

Des manifestations pour les droits du peuple corse et marquant le deuxième anniversaire de la mort d'Yvan Colonna à Bastia le 2 mars 2024 sur l'île méditerranéenne française de Corse (Photo, AFP).
Des manifestations pour les droits du peuple corse et marquant le deuxième anniversaire de la mort d'Yvan Colonna à Bastia le 2 mars 2024 sur l'île méditerranéenne française de Corse (Photo, AFP).
Short Url
  • La manifestation a réuni 650 personnes, selon la préfecture de Haute-Corse
  • Ce rassemblement est intervenu au deuxième anniversaire de l'agression d'Yvan Colonna au sein du centre de détention d'Arles

BASTIA: Des affrontements ont éclaté en Corse samedi après-midi entre une dizaine de personnes encagoulées et les forces de l'ordre, en marge d'une manifestation à Bastia à l'appel de mouvements indépendantistes, deux ans après l'agression mortelle du militant indépendantiste Yvan Colonna dans sa cellule.

La manifestation a réuni 650 personnes, selon la préfecture de Haute-Corse.

Des jeunes hommes, vêtus de tenue de peintre en bâtiment ou encagoulés, ont lancé plusieurs cocktails Molotov sur les forces de l'ordre, positionnées en nombre à proximité de la préfecture de Haute-Corse, dans le centre-ville de Bastia.

Les forces de l'ordre ont répliqué avec des grenades lacrymogènes, au cours d'incidents qui ont duré environ deux heures dans deux rues adjacentes à la préfecture.

L'un des manifestants a été pris en charge par les pompiers et transporté au centre hospitalier de Bastia, pour des brûlures au second degré, selon le service d'incendie et de secours de la Haute-Corse.

La manifestation, partie du palais de justice, a été organisée à l'appel du collectif Patriotti et de l'Associu Sulidarità, qui milite pour les "prisonniers politiques corses", ou encore du parti indépendantiste Nazione, qui compte une élue à l'assemblée de Corse.

"Basta à a ripressione" (NDLR: stop à la répression) et "Per i diritti di u populu corsu" (NDLR:  pour les droits du peuple Corse) étaient les deux mots d'ordre de la manifestation.

Ce rassemblement est intervenu au deuxième anniversaire de l'agression d'Yvan Colonna au sein du centre de détention d'Arles (Bouches-du-Rhône), où il purgeait une peine pour son rôle dans l'assassinat du préfet Claude Erignac en 1998 à Ajaccio. Le militant indépendantiste était décédé 20 jours plus tard, un événement qui avait provoqué des violences en Corse.

Lors d'une prise de parole, devant la préfecture, Jean-Philippe Antolini, porte-parole du mouvement Nazione, a demandé "la fin des arrestations arbitraires stigmatisant les militants indépendantistes", mais aussi "la reconnaissance du peuple corse sur sa terre": "Sur cette terre, il n'y a qu'un seul peuple, c'est le peuple corse."

Le discours a également dénoncé "l'Etat français assassin, responsable de la mort d'Yvan Colonna."

Une banderole brandie par plusieurs jeunes manifestants a également visé les élus corses qui participent au processus de Beauvau, le ministère de l'Intérieur, sur une éventuelle autonomie pour l'île: "Nous avons mangé des lacrymos, pour vous voir vous gaver à Beauvau."

Lors d'un dîner lundi, une délégation d'élus corse et Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, s'étaient mis d'accord sur cinq propositions pour avancer vers une autonomie de la Corse, dans le cadre de discussions entamées depuis deux ans. Le prochain point d'étape aura lieu mi-mars, dans un format similaire.


Guerre à Gaza: Darmanin demande aux préfets de renforcer la protection de la communauté juive

Darmanin appelle les préfets à mobiliser «les services de renseignement sur l'évaluation des menaces pour l'ordre public» (Photo, AFP).
Darmanin appelle les préfets à mobiliser «les services de renseignement sur l'évaluation des menaces pour l'ordre public» (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre demande aux préfets qu'une «vigilance renforcée» soit assurée par les forces de l'ordre, en coordination avec les miliaires de l'opération Sentinelle
  • Il réclame aussi une «présence systématique des forces de sécurité intérieure aux abords des écoles lors des entrées et sorties des élèves»

PARIS: Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets de renforcer les mesures de protection de la communauté juive, notamment autour des écoles et lieux de cultes, après les événements des derniers jours à Gaza, selon une note consultée par l'AFP samedi.

"Compte tenu du niveau élevé de la menace terroriste qui continue de peser sur notre pays et des tensions au Proche-Orient qui ont connu une brutale augmentation ces derniers jours (...) je vous demande de bien vouloir procéder à un renforcement immédiat des mesures de sécurité concernant les sites de la communauté juive", "en particulier en ce qui concerne les écoles" est-il écrit dans ce télégramme, daté de vendredi.

Le ministre demande aux préfets qu'une "vigilance renforcée" soit assurée par les forces de l'ordre", en coordination avec les miliaires de l'opération Sentinelle, par une présence statique, visible et systématique aux heures d'arrivée et de départ des fidèles, lors des rassemblements et offices".

Il réclame aussi une "présence systématique des forces de sécurité intérieure aux abords des écoles lors des entrées et sorties des élèves".

M. Darmanin appelle enfin les préfets à mobiliser "les services de renseignement sur l'évaluation des menaces pour l'ordre public" et de porter une "attention particulière aux éventuelles manifestations à venir".

Jeudi, une distribution d'aide humanitaire à Gaza a tourné au drame après des tirs israéliens et une bousculade qui ont fait 115 morts, selon le mouvement islamiste palestinien Hamas.

La communauté internationale a réclamé une enquête et un cessez-le-feu immédiat dans la guerre déclenchée par l'attaque sanglante menée le 7 octobre dans le sud d'Israël par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza.

Samedi, l'armée israélienne a poursuivi ses frappes contre la bande de Gaza, qui ont fait au moins 92 morts ces dernières vingt-quatre heures, selon le ministère de la Santé du Hamas.