L'élevage produit 12% des émissions humaines de gaz à effet de serre, selon la FAO

L'élevage est à l'origine de 12% des émissions de gaz à effet de serre causées par les humains et son impact sur le climat (Photo d'illustration, AFP).
L'élevage est à l'origine de 12% des émissions de gaz à effet de serre causées par les humains et son impact sur le climat (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 08 décembre 2023

L'élevage produit 12% des émissions humaines de gaz à effet de serre, selon la FAO

  • Pour réduire les émissions du secteur, l'agence onusienne préconise avant tout d'augmenter la productivité de l'ensemble de la chaîne
  • L'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture a pris 2015 comme année de référence, quand ont été produites 810 millions de tonnes de lait

PARIS: L'élevage est à l'origine de 12% des émissions de gaz à effet de serre causées par les humains et son impact sur le climat s'aggravera si rien n'est fait puisque la demande mondiale en viande va augmenter, indique vendredi l'organisation pour l'agriculture FAO.

Pour réduire les émissions du secteur, l'agence onusienne préconise avant tout d'augmenter la productivité de l'ensemble de la chaîne, de changer l'alimentation des animaux et d'améliorer leur santé.

Elle évoque aussi dans un rapport la réduction de la consommation de viande comme une piste, mais à la portée limitée.

En 2015, année de référence, l'élevage a produit 810 millions de tonnes de lait, 78 millions de tonnes d’œufs et 330 millions de tonnes de viande, détaille l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Depuis la production de l'alimentation des animaux jusqu'aux portes des magasins, cela a conduit à l'émission de 6,2 gigatonnes (Gt) d'équivalent CO2, la FAO mesurant le méthane, le protoxyde d'azote et le dioxyde de carbone.

Les bovins sont la principale source d'émissions (62%), suivis par les porcs (14%), les poulets (9%), les buffles (8%) et les moutons et chèvres (7%).

Du côté des denrées produites, la viande est la plus grosse source (67%), devant le lait (30%) et les œufs (3%).

Les émissions directement liées à l'élevage, depuis les rots des bovins jusqu'à la fermentation du fumier, représentent 60% du total.

Dans les émissions indirectes, la FAO a comptabilisé la fabrication des engrais et pesticides pour la production du fourrage, le transport et la transformation des animaux, mais aussi la conversion de forêts en pâture ou en champs destinés au fourrage.

Entre la croissance de la population mondiale et celle de la demande moyenne par habitant, la consommation en protéines animales devrait augmenter de 21% entre 2020 et 2050, anticipe l'agence.

Pour répondre à cet appétit en évitant d'augmenter le nombre de bêtes, plusieurs recommandations sont avancées.

Le plus efficace selon la FAO est d'augmenter la productivité sur l'ensemble de la chaîne, en utilisant par exemple diverses techniques pour gonfler le volume de lait produit par vache ou en abaissant l'âge auquel les animaux sont envoyés à l'abattoir.

Alimentation, génétique, santé 

La consommation de viande, elle, tend à augmenter avec l'accroissement des richesses et l'urbanisation tandis que les inquiétudes grandissantes pour le climat, la santé et le bien-être animal pourraient aussi la freiner, remarque la FAO.

Mais entre la croissance de la population mondiale et celle de la demande moyenne par habitant, la consommation en protéines animales devrait augmenter de 21% entre 2020 et 2050, anticipe l'agence.

Pour répondre à cet appétit en évitant d'augmenter le nombre de bêtes, plusieurs recommandations sont avancées du côté de la production comme de la consommation.

Pour réduire les émissions du secteur, le plus efficace selon la FAO est d'augmenter la productivité sur l'ensemble de la chaîne, en utilisant par exemple diverses techniques pour gonfler le volume de lait produit par vaches ou en abaissant l'âge auquel les animaux sont envoyés à l'abattoir.

Viennent ensuite l'évolution de l'alimentation des animaux, puis l'amélioration de leur santé qui permet non seulement d'augmenter leur productivité mais aussi de réduire le taux de mortalité.

La sélection de certains traits génétiques, l'apport d'additifs pouvant jouer sur la digestion ou la réduction du gaspillage sont aussi recommandés.

La FAO évoque également la réduction de la consommation de la viande mais en soulignant que son impact est limité si la viande est par exemple remplacée par des légumes cultivés en serre ou des fruits hors saison transportés par avion.

Si les habitants devaient suivre les recommandations nutritionnelles officielles, cela conduirait généralement dans les pays riches à une moindre consommation de viande et donc à une baisse des émissions, constate la FAO.

Mais dans les pays à revenus moyens, la baisse des émissions liées à la viande serait en grande partie contrebalancée par l'augmentation des émissions liées aux fruits, légumes et fruits à coques poussant en partie en serre.

Et dans les pays aux revenus faibles, il est souvent recommandé d'augmenter sa consommation de protéines aussi bien végétales qu'animales.

Elever une vache dans un parc d'engraissement aux Etats-Unis tend à produire moins d'émissions par bête qu'en Afrique sub-saharienne, remarque par ailleurs la FAO. La marge d'amélioration est donc plus importante dans les pays aux revenus faibles et moyens en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie.

Toutefois, "il ne s'agit pas de promouvoir l'intensification à tout prix dans ces régions mais plutôt de s'inspirer des systèmes ayant des intensités d'émissions relativement plus faibles", souligne l'agence.


La transformation de l’économie saoudienne crée des opportunités, selon un responsable du PIF

S'exprimant lors du forum Future Investment Initiative Priority à Miami, Jerry Todd a présenté les trois piliers de la transformation de l'économie saoudienne (Capture d'écran/FII Priority).
S'exprimant lors du forum Future Investment Initiative Priority à Miami, Jerry Todd a présenté les trois piliers de la transformation de l'économie saoudienne (Capture d'écran/FII Priority).
Short Url
  • Selon Jerry Todd, les changements économiques structurels en Arabie saoudite requièrent des ressources et des talents, des capitaux et des capacités d'exploitation au niveau mondial
  • Un ancien secrétaire au Trésor américain a souligné les opportunités d'investissement dans les énergies propres et la transformation énergétique dans le Moyen-Orient élargi

LONDRES: Il est important que les investisseurs comprennent les changements structurels à long terme de l'économie saoudienne qui sont en cours et les opportunités qu'ils offrent, a déclaré jeudi le chef de la division du développement national du Fonds d'investissement public saoudien.

S'exprimant lors du forum «Future Investment Initiative Priority» à Miami, Jerry Todd a déclaré que les trois piliers de cette transformation sont l'industrialisation de l'économie, le développement et l'expansion des secteurs de services, et le renforcement des capacités en matière d'énergie verte.

«La Vision 2030 est le plan directeur de cette transformation économique. Il s'agit d'un projet national, mais il nécessite des ressources, des talents, des capitaux et des capacités d'exploitation à l'échelle mondiale», a-t-il indiqué. «L'attraction de ces ressources en Arabie saoudite fait partie intégrante de ce plan.»

«La question de savoir ce qui va se passer ensuite dépend vraiment de la capacité des personnes présentes dans cette salle, et des personnes présentes dans des salles comme celle-ci, à apprendre davantage et à essayer de comprendre ce qui se passe en Arabie saoudite. Personnellement, je suis optimiste, je pense qu'il y a une prise de conscience croissante des opportunités qui sont créées», a ajouté Todd.

«Une autre chose qui est en train de changer est la capacité de l’économie nationale d’absorber les investissements à long terme, en grande partie grâce à la construction de l’industrie qui se déroule dans le cadre de la Vision 2030. Il s’agit de créer des occasions pour les gens de saisir des opportunités au niveau des actifs», a-t-il expliqué.

L'ancien secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin (Capture d'écran/FII Priority).

L'ancien secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin s'est fait l'écho de ce sentiment et a indiqué qu'il existait de nombreuses opportunités d'investissement dans la région du Moyen-Orient élargi en ce qui concerne l'énergie propre et la transformation énergétique.

Il a toutefois prévenu que pour que la région reste un pôle d'investissement attractif, il fallait s'attaquer à la menace que l'Iran fait peser sur la stabilité et la sécurité régionales, principalement en imposant des sanctions plus sévères et plus rigoureuses à l'encontre du régime de Téhéran.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'économie de Gaza s'est contractée de 80% au 4e trimestre, rapporte la Banque mondiale

Des Palestiniens déplacés se rassemblent pour recevoir de la nourriture dans une école publique de Rafah (Photo, AFP).
Des Palestiniens déplacés se rassemblent pour recevoir de la nourriture dans une école publique de Rafah (Photo, AFP).
Short Url
  • Au-delà de l'impact humain dévastateur, «presque toute l'activité économique à Gaza est paralysée»
  • Cette baisse trimestrielle de 80% équivaut à une baisse annuelle de 24%, détaille la Banque mondiale

WASHINGTON: L'économie de Gaza s'est contractée de plus de 80% au quatrième trimestre de l'année, a rapporté jeudi la Banque mondiale, qui a par ailleurs annoncé une subvention de 30 millions de dollars pour maintenir une éducation pour les enfants.

Le produit intérieur brut (PIB) de Gaza a "chuté de plus de 80%" au 4e trimestre 2023 - soit les trois mois d'octobre à décembre - par rapport au 3e trimestre, passant d'environ 670 millions de dollars à seulement 90 millions, a indiqué la Banque mondiale dans un communiqué, citant les estimations préliminaires du Bureau central palestinien des statistiques.

Cette baisse trimestrielle de 80% équivaut à une baisse annuelle de 24%, détaille la Banque mondiale, qui précise que "le niveau observé de dommages et de destructions d'immobilisations est catastrophique".

Au-delà de l'impact humain dévastateur, "presque toute l'activité économique à Gaza est paralysée", a souligné la Banque mondiale.

"Depuis le début du conflit, l'économie palestinienne a connu l'un des chocs les plus importants enregistrés dans l'histoire économique récente", est-il encore précisé, et "presque tous les habitants de Gaza vivront dans la pauvreté, du moins à court terme".

La Banque mondiale a par ailleurs annoncé jeudi une subvention de 30 millions de dollars "pour aider à assurer la continuité de l'éducation cruciale pour les enfants".

"Cette subvention contribuera au secteur de l'éducation pour garantir que les élèves ne ratent pas l'éducation fondamentale", a-t-il déclaré dans un communiqué.


La conférence ministérielle de l’OMC à Abu Dhabi abordera la décentralisation des chaînes d’approvisionnement mondiales

La directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala. (Photo, Fabrice Coffrini, AFP)
La directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala. (Photo, Fabrice Coffrini, AFP)
Short Url
  • L’accent mis sur la décentralisation vise à encourager les investisseurs à remodeler les chaînes d’approvisionnement mondiales et à créer des emplois
  • Mme Okonjo-Iweala a remercié les Émirats arabes unis pour leur engagement en faveur du multilatéralisme et de la solidarité mondiale

RIYAD: Abu Dhabi s’apprête à accueillir la conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), dont l’objectif est de remodeler la dynamique du commerce mondial, selon la directrice générale de l’organe intergouvernemental.

Ngozi Okonjo-Iweala a souligné, dans une interview accordée à l’Agence de presse émiratie (WAM) depuis Genève, l’importance de cette conférence qui se tiendra du 26 au 29 février.

Elle a indiqué que ce rassemblement donnera lieu à des discussions sur divers sujets, tels que la décentralisation des chaînes d’approvisionnement mondiales, la promotion d’un paysage commercial international plus inclusif et la garantie de la participation des communautés marginalisées aux efforts de développement multinationaux.

Mme Okonjo-Iweala a expliqué que de nombreux investisseurs du secteur privé adoptent actuellement le modèle «Chine+1», qui consiste à diversifier les chaînes d’approvisionnement au-delà du géant économique asiatique, vers des pays comme le Vietnam, l’Indonésie ou l’Inde.

«Nous n’avons aucun problème avec cela, mais ce que nous disons, c’est qu’il y a aussi la Chine et le Maroc, la Chine et le Brésil, la Chine et le Sénégal, la Chine et le Bangladesh. Il y a donc de nombreux pays qui sont propices aux investissements», a poursuivi Mme Okonjo-Iweala.

L’accent mis sur la décentralisation vise à encourager les investisseurs à remodeler les chaînes d’approvisionnement mondiales et à créer des emplois. Mme Okonjo-Iweala a précisé que pour renforcer la résilience du monde, le secteur privé devait investir dans les pays en développement dotés d’un environnement propice aux investissements.

Elle a attiré l’attention sur les avantages multiples de ces investissements, déclarant: «Vous pouvez contribuer à la résilience des chaînes d’approvisionnement. Vous pouvez contribuer à lutter contre les inégalités en investissant dans les pays en développement. Vous pouvez contribuer à la création d’emplois.»

Revenant sur l’importance de la 13e conférence ministérielle de l’OMC qui se tiendra à Abu Dhabi, Mme Okonjo-Iweala a remercié les Émirats arabes unis pour leur engagement en faveur du multilatéralisme et de la solidarité mondiale.

Elle a ajouté que la collaboration avec les autorités émiraties pour l’organisation d’une réunion qui rassemblera plus de 7 000 personnes à Abu Dhabi a été très positive.

L’ordre du jour de la 13e conférence ministérielle comprend des discussions novatrices sur diverses questions contemporaines, allant du commerce et de l’environnement au changement climatique, à la durabilité et à l’inclusion.

Mme Okonjo-Iweala a insisté sur l’importance de relever les défis auxquels sont confrontées les populations marginalisées et d’intégrer les pays en développement, en particulier les femmes et les petites entreprises, dans la chaîne d’approvisionnement mondiale.

En outre, la 13e conférence ministérielle célébrera l’adhésion de nouveaux membres à l’OMC, le Timor oriental et les Comores, pour la première fois en huit ans. Les discussions porteront également sur les réformes du système de règlement des différends, les négociations sur le commerce numérique et les subventions à la pêche, entre autres.

Alors que le monde est confronté à des défis économiques et environnementaux complexes, la 13e conférence ministérielle constitue une plate-forme qui favorise le dialogue, la coopération et les politiques commerciales inclusives afin de stimuler le développement durable à l’échelle mondiale.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com