Johnny Depp: «Ce qui se passe en Arabie saoudite dans le domaine créatif et artistique est extraordinaire»

Johnny Depp à Djeddah lors de sa rencontre avec un groupe restreint de journalistes. (Photo, Huda Bashatah)
Johnny Depp à Djeddah lors de sa rencontre avec un groupe restreint de journalistes. (Photo, Huda Bashatah)
Johnny Depp à Djeddah lors de sa rencontre avec un groupe restreint de journalistes. (Photo, Huda Bashatah)
Johnny Depp à Djeddah lors de sa rencontre avec un groupe restreint de journalistes. (Photo, Huda Bashatah)
Johnny Depp, Maiwenn et Moe Al-Turki pour la première régionale du film Jeanne du Barry (Photo fournie)
Johnny Depp, Maiwenn et Moe Al-Turki pour la première régionale du film Jeanne du Barry (Photo fournie)
L'acteur Johnny Depp, en smoking noir, posant pour des photos sur le tapis rouge. (Photo, Huda Bashatah)
L'acteur Johnny Depp, en smoking noir, posant pour des photos sur le tapis rouge. (Photo, Huda Bashatah)
Short Url
Publié le Lundi 11 décembre 2023

Johnny Depp: «Ce qui se passe en Arabie saoudite dans le domaine créatif et artistique est extraordinaire»

  • Le Festival international du film de la mer Rouge a accueilli l’acteur Johnny Depp et la cinéaste et actrice Maïwenn lors de la première dans la région Mena de Jeanne du Barry
  • À l’occasion d’une rencontre en petit comité avec des journalistes, la star hollywoodienne a exprimé son admiration pour le Royaume qui «réussit à offrir de nouvelles opportunités aux jeunes»

DJEDDAH: De passage au Festival international de la mer Rouge à Djeddah pour la première régionale du film Jeanne du Barry, où il incarne le roi Louis XV, la star hollywoodienne Johnny Depp a exprimé son admiration pour le Royaume qui, à travers l’ouverture et le soutien au secteur artistique et créatif, «réussit à offrir de nouvelles opportunités aux jeunes».

«Je crois que ce qui se passe ici en Arabie saoudite en ce qui concerne les débouchés artistiques et créatifs tels que l'art et le cinéma est extraordinaire. Cette ouverture permet de donner plus d’opportunités à tout le monde. Ce qui semble vraiment prospérer ici, c’est la culture de la jeunesse», a-t-il déclaré lors d’une rencontre en petit comité avec un groupe de journalistes en marge du festival. «Le titre du festival “Votre histoire, votre festival” est par ailleurs bien choisi, car il insuffle espoir et confiance aux cinéastes en herbe.»

Il a par ailleurs exprimé son admiration pour la riche Histoire du Royaume et il a avoué que la perspective de tourner en Arabie saoudite le séduisait: «C'est si beau! Il y a tellement de mystère, tellement de vues magnifiques et époustouflantes et l'Histoire qui se trouve ici est fascinante. Je viendrai ici avec plaisir pour faire un film.»

'
 Le film emmène le public dans un voyage à la cour de Louis XV, où le roi s'éprend de Jeanne du Barry, une courtisane présentée par un comte ambitieux en quête des faveurs royales. (Photo fournie)

La vedette hollywoodienne, qui n’en est pas à sa première visite du Royaume (Johnny Depp a confié avoir participé au festival de musique MDLBEAST qui se tient annuellement à Riyad [«une expérience surréaliste»]), a foulé le tapis rouge quelques jours auparavant, accompagnée de la cinéaste et actrice Maïwenn pour la première arabe du film Jeanne du Barry. Le film emmène le public dans un voyage à la Cour de Louis XV, où ce dernier s'éprend de Jeanne du Barry, fille du peuple et courtisane devenue première favorite du roi. Ce sixième long-métrage de Maïwenn a été présenté hors compétition en ouverture du 76e Festival de Cannes.

Depp y livre une performance fascinante dans le rôle de Louis XV. L'acteur y est juste, entre gravité et malice, incarnant un roi taiseux et romantique tandis que la réalisatrice et actrice incarne de manière experte Jeanne, une femme pleine d'esprit. Autour de la scandaleuse gravite aussi un casting prestigieux: Benjamin Lavernhe (merveilleux), Pierre Richard, Noémie Lvovsky, India Hair et Pascal Greggory.

'
L'affiche du film Jeanne du Barry

 

«J’aimerais beaucoup jouer encore dans des films français»

La star hollywoodienne s’est confiée à Arab News en français sur ce deuxième rôle en langue française, dans un film français. «Les réserves que j’avais dans un premier temps pour la tenue d’un rôle principal dans un film français ont été balayées grâce au soutien de Maïwenn», souligne-t-il.

 La réalisatrice française Maïwenn, qui tient le rôle de Madame du Barry, la courtisane attitrée du roi, Louis XV pose sur le tapis rouge du festival international du film de la Mer Rouge. (Photo fournie)
 La réalisatrice française Maïwenn, qui tient le rôle de Madame du Barry, la courtisane attitrée du roi, Louis XV pose sur le tapis rouge du festival international du film de la Mer Rouge. (Photo fournie)

«Je n'étais pas inquiet de jouer en français, mais ma principale préoccupation était de respecter le bon français, et notamment le français “royal”. De respecter la manière dont le roi Louis XV s'adressait aux différentes branches de son gouvernement et de son peuple», précise-t-il. «Je voulais que la langue devienne instinctive dans ma tête, qu'elle devienne une seconde nature, afin que je ne pense plus à la prononciation.»

L’acteur comprend parfaitement la langue, mais dans le contexte de Jeanne du Barry, «il y a des mots qui n’existent plus aujourd’hui, donc quand je changeais des choses dans les dialogues, il fallait faire attention. C’était un défi.»

La seule fois où Johnny Depp a été aperçu dans un film français, c’était pour une courte apparition dans le film Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, d’Yvan Attal, en 2004. «J’aimerais beaucoup jouer encore dans des films français», indique-t-il avec un sourire soulignant son admiration pour Louis de Funès. Passionné d’Histoire, il confie également avoir beaucoup lu et tenté de comprendre comment le roi se comportait avec les différentes personnes de la Cour.

 

« Un lien profond avec Jeanne du Barry »

De son côté, la cinéaste Maïwenn («Pardonnez-moi», «Polisse» «Le bal des actrices», «Mon roi», «ADN») déclare à Arab News en français avoir tenu à raconter l’histoire de cette jeune femme et tout autant à l’incarner, parce que dès qu’elle a découvert Jeanne (en 2006 dans le film «Marie-Antoinette», de Sofia Coppola) elle a senti qu'elle partageait un lien profond avec ce personnage. «J’ai passé plus de seize ans à lire et me documenter sur Jeanne. Je suis tombée amoureuse d’elle, de son histoire, de son époque. J’ai eu l’impression d’être choisie.» La réalisatrice explique avoir «passé des années à consacrer son temps à décrypter tous ses souvenirs, les événements majeurs qui ont marqué sa vie, ses phrases célèbres. Je la sens si proche. L’expérience a été libératrice ». « Mais tout en m'étant beaucoup documentée,  j’ai aussi laissé infuser l’imaginaire », précise-t-elle.

Sur la difficulté de réaliser et jouer à la fois, Maïwenn avoue qu’elle savait que ce serait un défi, mais elle a «senti qu'il y avait tellement de similitudes entre elle et Jeanne du Barry qu’il valait mieux faire les deux et le regretter que ne pas faire les deux et le regretter», conclut-elle.

 

*Le film Jeanne du Barry a bénéficié du fonds de soutien du Festival international de la mer Rouge (Red Sea Fund) dans sa phase de coproduction.


Un artiste saoudien réimagine la capitale du Royaume en pixels lumineux

L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a réalisé une série d'images de la capitale du Royaume, des chantiers de construction aux grues, en passant par les rues emblématiques de la capitale et le désert serein aux couleurs de terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)
Short Url
  • Khaled Makshoush puise son inspiration dans la transformation de l'Arabie saoudite
  • Selon Makshoush, l'art est important pour la société car il nous apprend à nous connaître

RIYAD : L'artiste saoudien Khaled Makshoush maîtrise les dessins en pixels pour réimaginer des scènes saoudiennes dans une forme d'art personnelle, apaisante et contemporaine.

Les jeux vidéo indépendants et de style rétro utilisent des dessins en pixels pour créer un design coloré et visuel, mais avec sa tablette et son stylet, l'artiste basé à Riyad capte une variété de vues, des sites de construction avec des grues aux rues emblématiques de la capitale et au désert serein de couleur terre cuite.

Makshoush a déclaré à Arab News qu'il était motivé par la transformation du Royaume et sa complexité : « Je suis inspiré par les scènes urbaines de Riyad, le paysage industriel et le paysage désertique de l'Arabie saoudite en général ».

1
L'artiste saoudien Khaled Makshoush capture une variété de vues de la capitale du Royaume, des chantiers de construction avec grues aux rues emblématiques de la capitale et au désert serein de couleur terre cuite. (Pixel Art par Khaled Makshoush)

L'art de Khaled Makshoush est empreint d'un pouvoir de transmission qui découle de son processus de création. Il explique : « Dans mon art, j'explore l'atmosphère d'un lieu. Par exemple, si un lieu m’inspire, je me demande ce qui, dans ce lieu, me fait éprouver ces émotions et ces sentiments ».

Les couleurs sont un sujet important dans l'art de Makshoush ; il mélange une palette vibrante, ce qui donne un dessin audacieux et accrocheur.   

« En général, je commence par quelques couleurs qui indiquent la sensibilité ou l'atmosphère de la peinture, puis j'essaie de trouver des relations avec d'autres couleurs qui peaufinent ou complètent cette sensibilité ».

1
Khaled Makshoush, artiste saoudien

L'art de Makshoush s'inspire du développement rapide de Riyad, qui met en scène la vie urbaine trépidante de la capitale du Royaume. « J'essaie de laisser ma vie et ma culture s'exprimer organiquement en suivant mon sens personnel du monde », explique-t-il.

Ses incursions dans le paysage urbain stimulent son imagination créatrice et les scènes et les moments qu'il vit deviennent les sujets de ses œuvres : « Marcher et conduire dans Riyad me donne toujours de l'inspiration et une idée pour mon travail artistique. Il est intéressant de voir à quel point la ville évolue rapidement tout en conservant son caractère unique, que j'aime toujours refléter ».

Quand tout bouge et change si vite, il est important de voir et de comprendre ce que les gens ressentaient à un moment donné.

Khaled Makshoush, artiste saoudien

 

« Ma première œuvre d'art de Riyad, ‘Early Evening‘, évoque la dernière phase du coucher de soleil dans la ville et ma dernière œuvre d'art de Riyad, ‘Cranes‘, est inspirée par les immenses grues que je vois à Riyad et par la façon dont elles brillent presque pendant la nuit. Des sujets très différents, mais une seule ville, et c'est ce qui me plaît. »

1
L'artiste saoudien Khaled Makshoush a capté une variété de vues de la capitale du Royaume, des chantiers de construction avec des grues aux rues emblématiques de la capitale et au désert serein de couleur terracotta. (Pixel Art par Khaled Makshoush)

Makshoush crée de nouveaux mondes qui lui sont propres, en s'inspirant de ceux qui existent déjà. Ses œuvres ne se contentent pas de reproduire ce qu'il voit à Riyad : il y ajoute des touches de sa propre interprétation tout en saisissant l'essence saoudienne : « Toutes ces scènes saoudiennes n'existent pas vraiment, mais je suis heureux que les gens s'y reconnaissent encore. »

Il affirme avoir reçu des réactions encourageantes de la part de la communauté locale : « Je dirais que c'est toujours amusant quand je dessine une scène de Riyad et que des gens me disent qu'ils reconnaissent presque l'endroit, mais qu'ils ne savent pas où exactement ».

Selon Makshoush, l'art est important pour la société car il nous apprend à nous connaître : « Surtout aujourd'hui, alors que tout bouge et change si vite, il est important de voir et de comprendre ce que les gens ressentaient à une certaine époque. À quoi ressemblaient les choses, ce que les gens ressentaient, quelle était l'ambiance, comment les gens voyaient les choses... L'art est le meilleur moyen de répondre à ces questions. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le spectacle de théâtre équestre «Asayel» séduit à Diriyah

Le spectacle « Asayel » décrit Fahad, un homme de Diriyah, et le lien étroit qui l'unit à son cheval. (Photo, AN / Huda Bashatah)
Le spectacle « Asayel » décrit Fahad, un homme de Diriyah, et le lien étroit qui l'unit à son cheval. (Photo, AN / Huda Bashatah)
Short Url
  • «Asayel» fait partie des événements collectifs de la Diriyah Season, qui vise à promouvoir le patrimoine culturel et historique de la ville
  • «Asayel», qui se joue du 28 février au 8 mars au Mayadeen Theater, est présenté par Z7 Show Horses, une compagnie de 40 artistes et 40 chevaux qui apportent sophistication et passion à Diriyah

RIYAD : L'histoire de Fahad et de son cheval bien-aimé Asayel est au cœur d'un nouveau spectacle équestre théâtral à Diriyah qui séduit les visiteurs.

Le spectacle décrit Fahad, un homme de Diriyah, et le lien fort qui l'unit à Asayel. Le cheval est ensuite transmis au fils de Fahad, Faris, qui connaît des difficultés avant de se familiariser avec la ville moderne de Diriyah avec son compagnon animal, pour finalement mener la communauté à l'unité et à la détermination.

« Asayel », qui se joue du 28 février au 8 mars au Mayadeen Theater, est présenté par Z7 Show Horses, une compagnie de 40 artistes et 40 chevaux qui apportent sophistication et passion à Diriyah.

1
« Asayel » suit Fahad, un homme de Diriyah, et le lien étroit qui l'unit à son cheval. (Photo, AN / Huda Bashatah)

La directrice de l'équipe, Laura Arkle, a déclaré : « Z7 Show Horses et l'équipe sont extrêmement enthousiastes à l'idée de se produire en Arabie saoudite. Pouvoir raconter l'histoire de Diriyah tout en incorporant la richesse de sa culture à travers l'art du divertissement équestre est un rêve devenu réalité pour chacun d'entre nous ».

Le spectacle « Asayel » a été accueilli avec enthousiasme par le public, notamment par Reyouf Madkhali, mannequin et créateur de contenu saoudien, qui a déclaré : « C'est la première fois que j'assiste à un spectacle d'une telle qualité ».

Elle a ajouté : « C'était très professionnel, très net... honnêtement, c'était très bien organisé ».

Des événements comme « Asayel » à Diriyah, qui mettent en avant le patrimoine de l'ancienne ville, ont atteint un nouveau niveau de professionnalisme et de sens du spectacle, a déclaré Mme Madkhali.

Nada Abdel Hakim, une jeune chanteuse et actrice saoudienne qui joue le rôle de Nourah dans le spectacle, a déclaré à Arab News : « Mon rôle est celui de Nourah, l'amie de Faris. Nourah a appris à Faris à monter à cheval parce qu'il aimait les chevaux ».

« Asayel » fait partie des événements collectifs de la Diriyah Season, qui vise à promouvoir le patrimoine culturel et historique de la ville.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


« L’Orient-Le Siècle » : le quotidien libanais francophone L’Orient-Le Jour fête son centenaire

Photomontage de Jaimee Haddad autour de L’Orient et de son fondateur Georges Naccache (Photo L’Orient-Le Jour)
Photomontage de Jaimee Haddad autour de L’Orient et de son fondateur Georges Naccache (Photo L’Orient-Le Jour)
Short Url
  • L’Orient-Le Jour a été récemment couronné de deux prix prestigieux : Le grand prix de la Francophonie de l’Académie française attribué au journal lui-même et à l’ensemble de sa rédaction, et le prix Albert Londres, attribué à la journaliste Caroline Hayek
  • L’intitulé de ce centenaire ne pouvait être mieux trouvé : cette année, L’Orient-Le Jour portera aussi le titre : « L’Orient-Le Siècle »

BEYROUTH : Le quotidien libanais de langue française L’Orient-Le Jour célèbre cette année 100 ans d’existence. Issu de la fusion de deux titres, L’Orient lancé en 1924 par Georges Naccache et Gabriel Kabbaz, et Le Jour, en 1934, par Michel Chiha,  il poursuit sa navigation depuis 1971 sous ce nom composé sous lequel ses lecteurs le connaissent aujourd’hui.  « Fidèle à l’héritage de L’Orient et du Jour, L’Orient-Le Jour a toujours défendu l’État de droit et la liberté d’expression, milité pour la jeunesse, les femmes, les minorités et les couches les plus défavorisées de la société. Il a dénoncé les failles politiques, les dangers récurrents du partage de la Palestine, les ingérences des pays voisins, les ghettos engendrés par la guerre, la question des réfugiés, les défis écologiques, la corruption, la mal-gouvernance », écrit sa présidente, Nayla de Freige.

L’Orient-Le Jour a été récemment couronné de deux prix prestigieux, a rappelé son directeur Fouad Khoury-Helou : Le grand prix de la Francophonie de l’Académie française attribué au journal lui-même et à l’ensemble de sa rédaction, et le prix Albert Londres, attribué à la journaliste Caroline Hayek.

En plus de son édition numérique, L'Orient-Le Jour n’a jamais cessé de paraître sur papier. Son édition française est doublée d’une édition « petite sœur », en anglais : L’Orient Today.

« Financièrement, le journal ne reçoit aucun argent politique, il n'appartient pas à un groupe politique. Il vit de la vente des journaux, des abonnements papier et en ligne, et de la publicité. Éditorialement, les journalistes défendent librement leurs opinions à travers leurs éditoriaux. Les actionnaires sont demandeurs d'intégrité, d'objectivité et de rigueur, tout en respectant une totale liberté d'expression » est-il déclaré dans le « Qui sommes-nous » du site web lorientlejour.com.

Le coup d’envoi de cette année de célébrations a été donné le 27 février avec une série d’articles liés à l’histoire du journal et celle du Liban dont il a accompagné le parcours, avant et après l’indépendance acquise en 1943, durant la période prospère des années 60 et la guerre de 15 ans qu’il subit de 1975 à 1990 et tous les événements souvent dramatiques qui se succèdent depuis. L’intitulé de ce centenaire ne pouvait être mieux trouvé : cette année, L’Orient-Le Jour portera aussi le titre : « L’Orient-Le Siècle ».

Sous la rubrique « Chacun son Orient » lancée pour l’occasion, une première interview vidéo avec la journaliste Léa Salamé et son père, l’ancien ministre libanais Ghassan Salamé, conduite par le rédacteur en chef Anthony Samrani, a marqué le lien fort que le journal représente pour l’intelligentsia de la diaspora avec le pays du Cèdre.

Une grande fête est annoncée par L’Orient-Le Jour au mois de septembre pour clôturer en beauté une année pas comme les autres. « Cent ans, ça se remercie » avait déclaré Madeleine Helou, la fille du fondateur du Jour, Michel Chiha. Dont acte.