L'armée ukrainienne en panne de nouvelles recrues pour le front

Des équipages de chars ukrainiens participent à un exercice non loin de la ligne de front en direction de Bakhmout, dans la région de Donetsk, le 15 décembre 2023, en pleine invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Des équipages de chars ukrainiens participent à un exercice non loin de la ligne de front en direction de Bakhmout, dans la région de Donetsk, le 15 décembre 2023, en pleine invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 20 décembre 2023

L'armée ukrainienne en panne de nouvelles recrues pour le front

  • Après l'échec de la contre-offensive ukrainienne estivale dans le sud, qui s'est fracassée sur une solide défense russe, les troupes de Moscou ont repris l'initiative depuis l'automne et sont à l'attaque sur plusieurs secteurs, en particulier dans l'Est
  • En face, les Ukrainiens peinent à défendre après deux années éprouvantes

BAKHMOUT: Après 22 mois d'une guerre coûteuse en hommes, l'armée ukrainienne peine à trouver des nouvelles recrues pour aller au front, combattre des forces russes de nouveau à l'offensive.

"Nos unités manquent de personnel. Nous avons besoin de jeunes, de moins de 40 ans, et motivés": s'inquiète le major Oleksandre Volkov, commandant d'un bataillon de la 24e brigade mécanisée.

Ce matin-là, l'officier a préféré annuler une séance d'entraînement en extérieur près de Bakhmout pour de nouvelles recrues, à cause du gel, afin d'éviter que ses hommes ne se blessent.

Seuls seront dispensés des cours en salle sur le démontage et le remontage d'armes individuelles et les premiers secours.

"La société d'aujourd'hui a probablement été abusée par certains médias, affirmant que tout va bien (pour l'armée ukrainienne), que nous battons l'ennemi et que la victoire aura lieu dans un avenir proche", regrette le major.

"Mais la situation actuelle n’est pas si simple. L’ennemi est vraiment très fort, très puissant. Et nous faisons tout pour le retenir et le battre", ajoute-t-il.

Après l'échec de la contre-offensive ukrainienne estivale dans le sud, qui s'est fracassée sur une solide défense russe, les troupes de Moscou ont repris l'initiative depuis l'automne et sont à l'attaque sur plusieurs secteurs, en particulier dans l'Est.

Adrénaline et exaltation 

Koupiansk, Bakhmout, Avdiïvka, Marinka...: disposant de plus de ressources humaines et de munitions, l'armée russe grignote lentement du terrain, en dépit d'importantes pertes en hommes et en matériel.

En face, les Ukrainiens peinent à défendre après deux années éprouvantes, dans la chaleur des étés, la boue et la neige des hivers, et les bombardements constants sur les tranchées.

Certains qui combattent depuis le début le 24 février 2022 sont épuisés. Les tués et les blessés ont du mal à être remplacés, les volontaires se faisant plus rares.

Au début du conflit, "tout se passait dans l'adrénaline, dans une sorte d'exaltation (...), tout le monde s'est précipité pour se battre et il n'y a donc eu aucun problème" d'effectifs, avance le lieutenant Igor Prokopiak, commandant de compagnie.

"Mais avec le temps, ça s'est calmé. Les gens ont eu accès aux réseaux sociaux, ils ont vu le côté terrible de la guerre, cruel. Cette adrénaline initiale s'est dissipée, le cerveau s'est réveillé, la peur est apparue et, par conséquent, les gens ont commencé à craindre pour leur vie", poursuit l'officier de 32 ans.

Oleksandre Volkov constate que les civils "n'ont pas vraiment envie de rejoindre les forces armées".

Et la moyenne d'âge des soldats sur le front augmente. Le major cite son unité qui compte 40% de 45 ans et plus.

"J'ai vu beaucoup de jeunes dans la vie civile, je ne sais pas pourquoi ils ne sont pas mobilisés", note M. Volkov.

«Au tour des autres»

"Il faut que l'Etat réponde, qu'il recrute, qu'il remplace les unités, qu'il remplace les gens qui combattent depuis deux ans déjà, moi y compris", insiste-t-il.

Depuis quelques semaines, des épouses de soldats manifestent aussi à Kiev pour réclamer le retour de leur époux du front, avec entre autres slogans: "Maintenant, c’est au tour des autres".

Mardi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué lors d'une conférence de presse à Kiev que le commandement militaire avait "proposé de mobiliser 450 000 à 500 000 personnes".

Qualifiant le sujet de "très sensible", il a ajouté avoir besoin de "davantage d'arguments soutenant cette idée" avant de la valider car il s'agit d'un "chiffre très important".

Le 1er décembre, il avait déjà demandé au commandement militaire de revoir le système de recrutement.

Le major Volkov, de son côté, critique les bureaux de mobilisation trop "soviétiques", avec leur approche où "la qualité est secondaire". "Ils sont focalisés uniquement sur le résultat quantitatif".

Le système a aussi été gangréné par la corruption qui permettait aux conscrits d'échapper à l'armée. Le président Zelensky a dû limoger l'été dernier tous les responsables régionaux chargé du recrutement.

Taras, lui, ne sait pas pourquoi il n'a pas été mobilisé plus tôt. Il vient d'arriver dans l'unité du major Volkov et suit l'entraînement avec d'autres recrues.

"J'ai été arrêté dans la rue et j'ai reçu une invitation au bureau d'enregistrement militaire. Alors j'y suis allé", dit cet employé municipal de 38 ans de la région de Transcarpathie, région occidentale à plus de 1 000 km du front.

"Pour être honnête, plus je suis proche (de la ligne de front), plus c'est intéressant, plus j'en comprends la nécessité. Chez nous, c'est vraiment très loin de tout ça, donc la vie y est très calme", explique-t-il.

"Maintenant, je comprends qu'il m'aurait fallu venir plus tôt. Parce que l’Ukraine doit être défendue".


Netanyahou «entraîne l’Occident dans une guerre totale», selon un diplomate iranien

Un missile balistique iranien (à droite) tombé en Israël le week-end dernier, aperçu lors d’une tournée des médias dans la base militaire de Julis, près de la ville de Kiryat Malachi, dans le sud d’Israël, le 16 avril 2024 (AFP).
Un missile balistique iranien (à droite) tombé en Israël le week-end dernier, aperçu lors d’une tournée des médias dans la base militaire de Julis, près de la ville de Kiryat Malachi, dans le sud d’Israël, le 16 avril 2024 (AFP).
Short Url
  • Une «autre erreur» de la part d’Israël provoquerait une riposte «plus forte», selon le chargé d’affaires de Téhéran au Royaume-Uni
  • La salve de plus de drones et de missiles lancée le week-end dernier était une opération de défense «légitime», l’Occident reçoit un «avertissement considérable»

LONDRES: Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, tente d’entraîner l’Occident dans une «guerre totale» au Moyen-Orient, a averti le chargé d’affaires iranien au Royaume-Uni.

Dans ses premiers commentaires depuis l’attaque de drones et de missiles balistiques menée par Téhéran la semaine dernière, Seyed Mehdi Hosseini Matin a déclaré qu’une «autre erreur» de la part d’Israël provoquerait une riposte, a rapporté The Guardian.

Téhéran mènerait une attaque plus forte sans avertissement, contrairement à l’attaque de la semaine dernière, qui a été communiquée plusieurs jours à l’avance, a-t-il ajouté.

Une salve de plus de 300 drones et missiles balistiques a été lancée en réponse à l’attaque israélienne du 1er avril contre le consulat iranien en Syrie, qui a fait plusieurs morts parmi les hauts responsables du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

«La riposte à la prochaine erreur des sionistes ne prendra pas douze jours. Elle sera décidée dès que nous verrons ce que le régime hostile a fait. Elle sera immédiate et sans avertissement. Elle sera plus forte et plus sévère», a averti M. Matin.

Israël s’est engagé à répondre à l’attaque iranienne, mais il n’a pas encore communiqué d’informations.

M. Matin a indiqué que l’Iran n’envisageait pas d’attaquer des cibles civiles ou d’achever son programme d’armement nucléaire, aussi bien avant l’escalade qu’après une éventuelle riposte israélienne.

Les dirigeants américains et européens ont appelé au calme lors de leurs conversations avec M. Netanyahou, mais ils ont également insisté sur l’imposition d’une nouvelle série de sanctions contre l’Iran à la suite de l’attaque de la semaine dernière.

M. Matin a estimé que Téhéran n’avait pas commis d’erreur stratégique en lançant l’attaque. Il a en effet affirmé que les puissances occidentales «perdent leur crédibilité» au Moyen-Orient et que les États-Unis finiront par quitter la région.

«C’est une bonne occasion pour les pays occidentaux de démontrer qu’ils sont des acteurs rationnels et qu’ils ne vont pas se laisser piéger par M. Netanyahou et son objectif, qui est de rester au pouvoir aussi longtemps qu’il le peut», a ajouté M. Matin.

«L’Iran a longuement réfléchi à ses actions et il a compris qu’il y avait un piège. Cependant, ce piège n’est pas pour lui, mais pour les pays occidentaux et les pays alliés. Ces derniers sont entraînés par l’État sioniste dans une guerre totale à l’intérieur du Moyen-Orient, et le monde entier pourrait bientôt être incapable d’en maîtriser les conséquences.»

Avant que l’Iran ne riposte à l’attaque israélienne contre son consulat, Téhéran avait exhorté les responsables occidentaux à condamner l’attaque de Damas et à réclamer un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, a rappelé M. Matin.

Toutefois, certaines personnalités, dont le secrétaire d’État britannique aux affaires étrangères, David Cameron, ont rejeté les demandes iraniennes. «Comme l’a mentionné M. Cameron à juste titre, chaque nation a le droit de se défendre contre ce type de violation flagrante du droit diplomatique et international», a souligné M. Matin, ajoutant que les attaques de drones et de missiles balistiques menées par l’Iran n’avaient visé que des sites militaires israéliens.

«Les forces iraniennes n’ont pas visé de sites peuplés afin d’éviter les pertes humaines. Elles n’ont pas non plus attaqué les bâtiments ni les centres gouvernementaux. Il s’agissait d’une opération de défense légitime qui a été menée de manière à donner un avertissement considérable», a-t-il expliqué.

«Maintenant, je peux dire que la mission est accomplie. Et c’est tout. C’est ce que nous avons annoncé très publiquement – que cette mission est accomplie.»

Téhéran a été contraint de rétablir ses mesures de dissuasion à la suite de l’attaque du consulat, a précisé M. Matin, qui a ajouté que la riposte avait montré «des capacités militaires, des missiles et des drones plus puissants que ce que toute la communauté internationale attendait de l’Iran.»

«Personne ne peut, à l’heure actuelle, imaginer que l’Iran est l’Iran de la guerre Iran-Irak. L’Iran est aujourd’hui une superpuissance régionale.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Pétition demandant la suspension des ventes d’armes britanniques à Israël remise à Downing Street

Le directeur de la CFP, Ben Jamal, ainsi que des députés et des militants à l’extérieur du 10, rue Downing. (CFP)
Le directeur de la CFP, Ben Jamal, ainsi que des députés et des militants à l’extérieur du 10, rue Downing. (CFP)
Short Url
  • Document de la Palestine Solidarity Campaign, basée au Royaume-Uni, signé par près de 70000 personnes
  • La manifestation contre les ventes d’armes à Israël aura lieu mercredi devant le Parlement

LONDRES : Une pétition demandant au gouvernement britannique d’arrêter les ventes d’armes à Israël a été remise au 10 Downing Street mardi par une organisation militante pro palestinienne et un groupe multipartite de législateurs.

Lancé le 2 avril et signé par près de 70000 personnes, le document, adressé au ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, exhorte également le gouvernement à publier tout avis juridique qu’il a reçu concernant d’éventuelles violations du droit international.

« Le 2 avril 2024, Israël a tué sept travailleurs humanitaires de World Central Kitchen, dont des citoyens britanniques, dans des frappes aériennes ciblées dans la bande de Gaza », a déclaré la pétition, rédigée par la Palestine Solidarity Campaign, basée au Royaume-Uni.

« Cette attaque contre une agence distribuant de la nourriture à une population confrontée à la famine fait partie du crime de guerre israélien plus large - comme l’a reconnu le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell - qui utilise intentionnellement la famine comme arme de guerre.

« Elle intervient également après le siège israélien de deux semaines de l’hôpital d’Al-Shifa, qui a tué plus de 400 Palestiniens et laissé le complexe hospitalier en ruines. »

Le Strategic Export Licensing Criteria du Royaume-Uni, selon lequel toutes les exportations d’armes sont évaluées, précise que le gouvernement n’accordera pas de licence s’il détermine « qu’il existe un risque évident que les articles puissent être utilisés pour commettre ou faciliter la répression interne… Ou une violation grave du droit international humanitaire », selon un rapport de janvier 2023 sur l’évolution des contrôles stratégiques des exportations au Royaume-Uni.

« La décision de la CIJ (Cour internationale de justice) sur le génocide plausible exige donc que le Royaume-Uni arrête immédiatement les transferts d’armes à Israël », a déclaré la pétition. « Il est également entendu que le gouvernement a reçu, bien que non publié, un avis juridique selon lequel Israël enfreint le droit humanitaire international, ce qui nécessiterait également une suspension des exportations d’armes. »

La CIJ a rendu une décision historique en janvier, jugeant plausible que les actes d’Israël puissent équivaloir à un génocide, offrant la première étape concrète vers d’éventuelles sanctions. « Les experts de l’ONU ont demandé à tous les États de suspendre immédiatement les exportations d’armes vers Israël, comme l’exigent les Conventions de Genève de 1949 et de se conformer à la Convention sur le génocide », a déclaré la pétition.

« Le Royaume-Uni s’expose à un risque juridique en ignorant ces conseils et s’isole également de ses principaux partenaires internationaux, dont le Canada, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas et l’Italie, qui ont tous suspendu leurs exportations d’armes vers Israël. »

La députée conservatrice Alicia Kearns, qui préside le Comité spécial des affaires étrangères, a déclaré vendredi que le ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni « a reçu un avis juridique officiel selon lequel Israël a enfreint le droit international humanitaire, mais le gouvernement ne l’a pas annoncé ».

Lundi au Parlement, le Premier ministre Rishi Sunak a refusé de nier que le ministère des Affaires étrangères avait reçu de tels conseils et lorsque la députée travailliste Zarah Sultana lui a demandé si Kearns disait la vérité : « Israël est déterminé à respecter le droit international humanitaire et est capable de le faire. »

Ben Jamal, directeur du CPS, a déclaré : « L’attaque génocidaire d’Israël contre les Palestiniens et ses attaques contre le Liban, la Syrie et l’Iran prouvent que le fait de l’armer rend non seulement le Royaume-Uni complice de la violation du droit international, mais aussi dans le déclenchement d’une guerre régionale aux conséquences catastrophiques.

« Continuer à armer Israël ne peut pas aider la cause de la paix ou de la justice au Moyen-Orient. Tout gouvernement véritablement déterminé à faire respecter le droit international ne vend pas d’armes à un État qui y contrevient continuellement. »

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré mardi que plus de 33000 Palestiniens avaient été tués depuis qu’Israël a lancé son assaut sur Gaza le 7 octobre. 70 pour cent d’entre eux des femmes et des enfants. La plupart des infrastructures civiles dans l’enclave assiégée ont été détruites et l’ONU a émis des avertissements que la famine est imminente pour sa population de 2 millions d’habitants.

Israël utilise des armes britanniques, des technologies de surveillance et des équipements militaires sur les Palestiniens, et 15 pour cent des composants utilisés par ses avions F-35 pour bombarder Gaza sont fournis par le Royaume-Uni, selon l’organisation non gouvernementale pro palestinienne Friends of Al-Aqsa.

« Des bombardiers israéliens sont utilisés dans le génocide en cours à Gaza », a déclaré le groupe britannique. Selon une déclaration de la CFP, plus de 1000 avocats, universitaires et juges à la retraite, dont l’ancienne présidente de la baronne de la Cour suprême, Brenda Hale a signé une lettre ouverte indiquant que « la fourniture continue d’armes à Israël met le Royaume-Uni en violation du droit international. »

Le 27 mars, Mme Sultana et un groupe multipartite de 134 législateurs britanniques ont écrit à M. Cameron et au secrétaire d’État aux Affaires, M. Kemi Badenoch, pour leur demander de suspendre immédiatement les licences d’exportation pour les transferts d’armes à Israël, car « le cas est accablant ».

Plus tôt ce mois-ci, Cameron a déclaré que le Royaume-Uni ne suspendrait pas les ventes d’armes à Israël, malgré l’annonce du Canada, des Pays-Bas, du Japon, de l’Espagne et de la Belgique. La CFP a déclaré qu’elle mènerait un rassemblement « Arrêtez d’armer Israël » devant le Parlement à 18 heures mercredi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La BBC demande aux experts de l'ONU de condamner le « harcèlement » de ses journalistes en persan

Parmi d'autres entités et individus britanniques, la BBC est ciblée depuis octobre 2022 par des sanctions de la part de Téhéran, qui l'a placée sur sa liste noire, comme mesures de rétorsion à celles prises par Londres après la mort de la jeune femme et les manifestations sévèrement réprimées en Iran. (AFP).
Parmi d'autres entités et individus britanniques, la BBC est ciblée depuis octobre 2022 par des sanctions de la part de Téhéran, qui l'a placée sur sa liste noire, comme mesures de rétorsion à celles prises par Londres après la mort de la jeune femme et les manifestations sévèrement réprimées en Iran. (AFP).
Short Url
  • Selon la BBC, des documents publiés fin février 2024 par un groupe de hacker semblent révéler qu'"un certain nombre de journalistes anciens et actuels de la BBC News en persan ont été condamnés en leur absence par un tribunal de Téhéran en février 2022
  • Le groupe audiovisuel public britannique affirme que le "harcèlement" de ses journalistes s'est intensifié après les manifestations suivant la mort de Mahsa Amini

LONDRES: La BBC a demandé aux experts de l'ONU de condamner le "harcèlement continu" de ses journalistes en persan après que certains auraient été condamnés en leur absence il y a deux ans pour "propagande contre la République islamique" d'Iran, a-t-elle annoncé mardi.

Selon la BBC, des documents publiés fin février 2024 par un groupe de hacker semblent révéler qu'"un certain nombre de journalistes anciens et actuels de la BBC News en persan ont été condamnés en leur absence par un tribunal de Téhéran en février 2022 pour +propagande contre la République islamique+".

Le groupe audiovisuel public britannique affirme que le "harcèlement" de ses journalistes s'est intensifié après les manifestations suivant la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la police des moeurs en septembre 2022.

Parmi d'autres entités et individus britanniques, la BBC est ciblée depuis octobre 2022 par des sanctions de la part de Téhéran, qui l'a placée sur sa liste noire, comme mesures de rétorsion à celles prises par Londres après la mort de la jeune femme et les manifestations sévèrement réprimées en Iran.

Le géant public de l'audiovisuel britannique a indiqué mardi avoir transmis une plainte actualisée de son appel à des actions urgentes, adressée à plusieurs rapporteurs spéciaux de l'ONU, dont, pour la première fois, à celui sur la promotion et la protection des droits humains et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste.

La BBC demande notamment "une déclaration publique commune des experts de l'ONU condamnant le ciblage et le harcèlement continus des journalistes de BBC News en persan".

Selon Liliane Landor, directrice de BBC World Service, "les événements récents ont amplifié la gravité de la situation à laquelle sont confrontés notre personnel de BBC News en persan quotidiennement". "Nous appelons les experts de l'ONU à condamner fermement le harcèlement des autorités iraniennes et demander des comptes au régime", a-t-elle ajouté.

Selon la BBC, la moitié du personnel de BBC News en persan qui a répondu à une enquête cette année a affirmé avoir reçu des menaces en ligne ou été harcelé en ligne du fait de sa fonction. Plus de 60% des répondants ont dit avoir été harcelés, menacés ou questionnés en Iran, selon la BBC.

Soutenant la démarche de la BBC, la secrétaire générale du Syndicat national des journalistes (NUJ), Michelle Stanistreet, a  exhorté l'ONU à "exercer son influence pour apporter sécurité et justice aux journalistes iraniens et leurs familles qui sont ciblés sans pitié".