2020, une année pleine d’imprévus pour le «maître des horloges»

Si le candidat Macron, qui avait pour objectif affiché de transformer la France par des réformes profondes, évalue le bilan du président Macron trois ans après son élection, il verra la France bel et bien transformée, mais pas par sa propre volonté. Il verra une France amoindrie, appauvrie et ralentie par les pires crises qu’elle a connues depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. (AFP).
Si le candidat Macron, qui avait pour objectif affiché de transformer la France par des réformes profondes, évalue le bilan du président Macron trois ans après son élection, il verra la France bel et bien transformée, mais pas par sa propre volonté. Il verra une France amoindrie, appauvrie et ralentie par les pires crises qu’elle a connues depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 30 décembre 2020

2020, une année pleine d’imprévus pour le «maître des horloges»

  • Jusqu’au bout, l’année 2020 est celle des contrariétés pour l’exécutif français, et tout particulièrement pour Emmanuel Macron
  • Son action à la tête de l’État lui est désormais dictée par la pandémie de Covid-19, avec ses lourdes conséquences sanitaires et économiques

PARIS: Jusqu’au bout, l’année 2020 est celle des contrariétés pour l’exécutif français, et tout particulièrement pour Emmanuel Macron. Le président français, connu pour sa volonté de tout maîtriser et qui se définit lui-même comme le «maître des horloges», s’est vu contraint de lâcher prise.

En effet, son action à la tête de l’État lui est désormais dictée par la pandémie de Covid-19, avec ses lourdes conséquences sanitaires et économiques, qui l’obligent à mettre de côté son calendrier de réformes pour se consacrer à la gestion de la crise multiple que connaît la France depuis la fin de l’hiver dernier.

Après une campagne de recommandations sanitaires, de distanciation sociale et de gestes barrières, la décision d’un premier confinement s’est imposée face à la propagation du virus à grande échelle.

Cette décision, annoncée par le président français au cours d’une allocution télévisée dans laquelle il a indiqué la France était en «état de guerre sanitaire», a mis l’économie en berne pendant un mois et vingt-cinq jours.

Du jour au lendemain, le pays est à l’arrêt, les Français confinés chez eux; l’activité économique et commerciale est limitée aux secteurs alimentaire et sanitaire.

Une colère sourde gronde chez les Français. Bien sûr, ils craignent le virus qui tue quotidiennement plusieurs centaines d’entre eux, mais ils éprouvent surtout une grande crainte pour leur survie financière.

Face à cette colère, l’exécutif se devait d’agir. Macron remonte alors au créneau pour annoncer que «personne ne sera laissé sur le carreau» et il dévoile une multitude de mesures urgentes destinées à soutenir aussi bien les plus démunis que les entreprises, dans le but d’éviter les faillites et les licenciements massifs.

macron
Testé positif au coronavirus une semaine avant Noël, Emmanuel Macron a dû s'isoler au château de la Lanterne. Il a participé au Conseil des ministres du 17 décembre dernier par visioconférence. (AFP). 

À partir de là, la pandémie a pris le dessus, obligeant le président à mettre de côté sa politique de réforme et de rigueur et à ouvrir les vannes des caisses de l’État.

L’action gouvernementale, qui était jusqu’au début de l’année 2020 basée sur la nécessité de renouer avec la croissance, de réduire les dépenses publiques ainsi que la dette pour assainir les finances de l’État, n’était plus de mise.

Il fallait désormais rassurer les Français en luttant contre la Covid-19 et éviter l’effondrement économique du pays à coup d’aides financières, dont le coût avoisine déjà un milliard d’euros, destinées aux différents secteurs d’activité.

Ces dépenses exorbitantes ont permis d’atténuer l’ampleur des dégâts économiques. Ces derniers sont considérables, mais non définitifs, puisque la pandémie n’a pas encore dit son dernier mot.

Après un deuxième confinement imposé du 30 novembre au 15 décembre, la France, qui vit en ce moment sous le régime d’un confinement souple, s’achemine, selon les experts sanitaires, vers une troisième vague de Covid. Elle aurait lieu aux alentours du mois de janvier prochain.

Il est donc impossible pour le moment d’établir une évaluation précise de l’impact de la pandémie sur l’économie française. Cependant, les chiffres publiés par la Banque de France sont d’une grande éloquence. Selon elle, le PIB, qui devait progresser de 8,7%, a en réalité reculé de 11% jusqu’au mois de novembre.

Le chômage, quant à lui, bondira de 9 à 11%, selon la Banque de France, alors qu’un retour, timide, à la croissance n’est peut-être pas prévu avant la fin de l’année 2022.

Ces pronostics sont basés sur des données incertaines. Ainsi, on ignore si la troisième vague est évitable et si une campagne de vaccination sera susceptible de circonscrire la pandémie. Les velléités de réformes économiques et structurelles préconisées par M. Macron sont donc compromises dans le cadre de son mandat actuel.

Et, cerise sur le gâteau, la pandémie s’est attaquée au président en personne. Testé positif, il s’est isolé à la Lanterne (résidence présidentielle secondaire) en compagnie d’une équipe médicale, où il risque de rester confiné jusqu’à la fin de l’année. C’est dire si le vent a tourné.

Ce président à qui tout semblait réussir durant la première année de son mandat en est actuellement réduit à mener une politique qui est aux antipodes de son goût pour l’économie libérale et l’économie de marché. Et, comme si la crise sanitaire et la crise économique qui en découle ne suffisaient pas, Macron s’est trouvé confronté à une nouvelle vague terroriste qui a frappé la France aux mois de septembre et d’octobre, causant la mort de quatre personnes et réveillant les vieilles querelles sur les libertés, la laïcité et, bien sûr, sur la place de l’islam dans la République.

De la rue Nicolas Appert à Paris à la cathédrale de Nice, en passant par Conflans-Sainte-Honorine, les auteurs des attentats prétendaient agir pour défendre l’islam, malmené en France par les caricatures du Prophète. Une nouvelle fois stigmatisés, les Français musulmans se sont vus devant la nécessité de se démarquer des auteurs des attentats et de renouveler leur attachement à la République.

Mais les multiples condamnations qu’ils ont pu exprimer n’ont pas réussi à atténuer la réprobation, voire le rejet dont ils font l’objet dans certains milieux français qui ne se limitent plus, comme par le passé, à l’extrême droite. Car, au fil des années et des crises sociales, économiques et identitaires, une digue a sauté.

Ce président à qui tout semblait réussir durant la première année de son mandat en est actuellement réduit à mener une politique qui est aux antipodes de son goût pour l’économie libérale et l’économie de marché.

Arlette Khoury

Le rejet de l’autre en raison de sa confession ou de son ethnie n’est plus un tabou, mais une conviction assumée et relayée par les médias. La peur que suscite l’islam, souvent confondu avec l’islam politique, s’est ancrée dans l’esprit de nombreux Français.

Prônant un discours de fermeté, Macron et son équipe ont affiché leur volonté de se montrer intraitables avec ceux qui portent atteinte aux libertés publiques, tout en affirmant la suprématie de la laïcité, l’un des fondements de la République.

Ce discours mal compris et mal interprété a valu à Macron et à la France un vaste mouvement de protestations dans plusieurs pays arabo-musulmans ainsi que des campagnes de boycott des produits français.

Il a fallu que les responsables français déploient des trésors de diplomatie pour calmer le jeu et essayer de convaincre du fait que la laïcité n’est pas antinomique avec l’islam ni avec aucune autre religion.

Puis les esprits se sont apaisés. Mais, en l’absence de traitement de fond, la tension peut rejaillir à la moindre secousse.

Ce traitement de fond pourrait résider dans le plan de lutte contre le séparatisme soumis au Parlement le 8 décembre, après plusieurs mois de débats.

Intitulé «projet de loi confortant les principes républicains», ce plan a pour objectif de lutter contre l’islam radical et de répondre aux inquiétudes des Français concernant le terrorisme islamiste, exacerbées depuis les derniers attentats.

Ce plan comporte plusieurs volets et a pour objectif de réprimer la haine en ligne et d’appliquer des sanctions spécifiques dans ce domaine, par l’intermédiaire d’un pôle de magistrats spécialement dédié à ce genre de délit. Il consiste également à garantir la transparence des conditions de l’exercice du culte et de son financement. Il prévoit surtout de mettre fin à la formation des imams à l’étranger et de promouvoir leur formation en France.

Des conditions strictes seront imposées aux associations cultuelles qui sollicitent des aides publiques à travers une charte de la laïcité, et une surveillance étroite sera exercée sur l’enseignement dans les écoles sans contrat avec l’État. Les mesures seront adoptées pour garantir la neutralité dans les services publics et l’égalité homme/femme.

Ce plan consiste par ailleurs à œuvrer pour une cohésion nationale avec les quartiers défavorisés, à travers des mesures favorisant la qualité de l’enseignement et le désenclavement afin de mettre un terme au sentiment d’abandon qui pousse les jeunes vers les trafics en tout genre et la radicalisation.

Il est clair que si le président français et son équipe gagnent leur pari dans ce domaine, ils seront à même d’afficher une étoile à leur palmarès. Cette étoile sera d’autant plus importante à l’approche de l’élection présidentielle de 2022, au sujet de laquelle Macron refuse de se prononcer.

Dans un entretien récemment consacré aux questions que se posent les jeunes, il a déclaré d’une manière énigmatique: «Peut-être que je ne pourrai pas être candidat, peut-être que je devrai faire des choses dans la dernière année, les derniers mois…»

En effet, si le candidat Macron, qui avait pour objectif affiché de transformer la France par des réformes profondes, évalue le bilan du président Macron trois ans après son élection, il verra la France bel et bien transformée, mais pas par sa propre volonté. Il verra une France amoindrie, appauvrie et ralentie par les pires crises qu’elle a connues depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.


La France veut rester un partenaire privilégié de la Côte d'Ivoire

La ministre française des Affaires étrangères et européennes, Catherine Colonna, serre la main du président ivoirien Alassane Ouattara (Photo, AFP).
La ministre française des Affaires étrangères et européennes, Catherine Colonna, serre la main du président ivoirien Alassane Ouattara (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous luttons ensemble contre les groupes terroristes armés, contre la piraterie maritime, contre un certain nombre de trafics»
  • La ministre française doit rencontrer samedi le ministre de la défense Birahima Ouattara, le frère du président

ABIDJAN: La France restera aux côtés de la Côte d'Ivoire "dans tous les domaines" y compris sécuritaire, a assuré vendredi la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna lors d'une visite à Abidjan.

"Nous luttons ensemble contre les groupes terroristes armés, contre la piraterie maritime, contre un certain nombre de trafics", a-t-elle déclaré à l'issue d'un entretien avec le président Alassane Ouattara.

"Nos deux pays sont main dans la main et sont prêts à répondre aux défis du temps", a-t-elle ajouté.

Plus tôt, elle avait rencontré son homologue ivoirienne Kandia Camara qui avait déploré "la volonté des terroristes de descendre vers la Côte d'Ivoire" depuis le Mali et le Burkina frontaliers.

"L'insécurité est partout", mais "en matière de sécurité, nous avons toujours bénéficié du soutien de la France", s'est félicitée Mme Camara.

La ministre française doit rencontrer samedi le ministre de la défense Birahima Ouattara, le frère du président, pour évoquer des questions stratégiques de défense.

Les Forces françaises en Côte d'Ivoire comptent quelque 900 hommes, chargés d'appuyer et de soutenir les opérations en Afrique centrale et de l'Ouest, mais aussi de mettre en œuvre un partenariat militaire avec Abidjan.

Catherine Colonna a souligné que l'un des enjeux pour la Côte d'Ivoire était de l'accompagner sur la voie de la croissance pour assurer la prospérité, une des conditions pour éviter que les jeunes ne tombent aux mains des Djihadistes.

"La France croit dans le potentiel de la Côte d'Ivoire", a-t-elle commenté. "Elle est disponible et disposée à accompagner sa progression notamment grâce notamment au contrat de désendettement, de développement qui nous permet d'être le premier investisseur" dans le pays.

Par ailleurs, elle a promis de "rattraper le retard" de délivrance des visas, notamment pour les étudiants.


Travail et réforme des retraites, leviers de «pérennité» du modèle social, selon Borne

La Première ministre française Elisabeth Borne (Photo, AFP).
La Première ministre française Elisabeth Borne (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne présidera samedi à Matignon un autre CNR thématique consacré à la jeunesse
  • Le modèle social français est «de plus en plus coûteux», a souligné Bruno Le Maire

PARIS: "Le travail" et la "réforme des retraites" sont des leviers de "pérennité" du modèle social français, a estimé Elisabeth Borne vendredi soir en concluant un Conseil national de la refondation (CNR) consacré au "modèle social et productif" français.

"Notre modèle social c'est une grande force de notre pays. C'est un modèle qui peut protéger chacun et qui protège aussi les plus fragiles. (...) Donc on veut tous (le) préserver", a affirmé la Première ministre en concluant ce CNR thématique au ministère de l'Economie.

Mais "ça ne sera pas en augmentant massivement nos impôts" dans le contexte d'inflation, ni en alourdissant la dette, a-t-elle ajouté.

"Du coup, et c'est vraiment le levier auquel moi je crois profondément, c'est par le travail que nous pourrons assurer la pérennité de notre modèle social", a déclaré la cheffe du gouvernement. Le travail, "c'est le chemin de la dignité et l'émancipation" et "aussi ce qui nous permet de créer de la richesse et de financer ce modèle social".

Elle a également affirmé que la réforme des retraites, qu'elle doit présenter la semaine prochaine, était "un levier majeur pour augmenter le taux d'emploi des seniors et donc participer aussi à défendre ce modèle social", pointant les taux d'emploi encore faibles dans cette catégorie et chez les jeunes.

La Première ministre était accompagnée de plusieurs ministres, dont Bruno Le Maire (Economie), Olivier Dussopt (Travail), Sylvie Retailleau (Enseignement supérieur et recherche) et Jean-Christophe Combe (Solidarités).

Le modèle social français est "de plus en plus coûteux", a souligné Bruno Le Maire, pour qui la "seule voie" est de "créer plus de richesses, plus d’emplois", voyant un "lien total entre un modèle social totalement solidaire et un modèle productif totalement efficace".

Ce CNR visait à débattre de la "stratégie économique et sociale" de la France autour notamment de l'innovation, du plein emploi et de la planification écologique.

Elisabeth Borne présidera samedi à Matignon un autre CNR thématique consacré à la jeunesse, avant de participer au CNR global lundi à l'Elysée.

Censé mobiliser les forces vives du pays, le CNR avait été boudé à son lancement le 8 septembre par les oppositions et certains syndicats.


Un jeune homme de 18 ans tué par balle à Marseille

Les médecins légistes de la police française dans le 10e arrondissement de Marseille (Photo, AFP).
Les médecins légistes de la police française dans le 10e arrondissement de Marseille (Photo, AFP).
Short Url
  • La victime, qui présentait une plaie par balle au visage, a été trouvée dans une impasse peu fréquentée, selon les pompiers intervenus vers 06H40
  • De source policière, l'homicide a eu lieu dans la cité du Moulin de Mai, une des nombreuses cités marseillaises gangrénées par la violence et les trafics

MARSEILLE: Un jeune homme de 18 ans connu pour infractions liées aux stupéfiants a été retrouvé mort vendredi matin, tué par balles, dans le quartier de la Belle de Mai au coeur de Marseille, a-t-on appris de sources policières et judiciaire.

La victime, qui présentait une plaie par balle au visage, a été trouvée "dans une impasse peu fréquentée", selon les pompiers intervenus vers 06H40. Un médecin du SMUR a rapidement constaté le décès.

Le parquet de Marseille a précisé à l'AFP que la victime, âgée de 18 ans, était connue des services de police, "notamment pour des infractions à la législation sur les stupéfiants", mais sans donner plus de détails sur la nature de ces infractions.

De source policière, l'homicide a eu lieu dans la cité du Moulin de Mai, une des nombreuses cités marseillaises gangrénées par la violence et les trafics de stupéfiants.

Une enquête a été ouverte pour "homicide volontaire en bande organisée" et confiée à la Direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Marseille, a précisé le parquet. Ni les circonstances précises de ce meurtre, ni le profil du ou des agresseurs ne sont pour l'instant connus.

Il s'agit du 30e décès par balles dans les Bouches-du-Rhône depuis le début de l'année, pour la plupart à Marseille, et le plus souvent sur fond de trafic de drogue, selon un décompte de l'AFP. Avec ce chiffre, l'année 2022 se rapproche de 2016, une des pires années en termes d'homicides depuis le début du siècle, avec 31 morts au total.

Sur le seul mois d'octobre, quatre hommes ont été tués par balles dans ce même IIIe arrondissement, au centre de Marseille et l'un des plus pauvres de la ville, où se situe le quartier de la Belle de Mai.

La dernière des victimes était un homme de 33 ans, tué le 11 octobre dans une épicerie par une balle tirée d'un véhicule qui avait pris la fuite. La piste du règlement de compte est privilégiée par les enquêteurs, l'homme étant connu pour des affaires de stupéfiants.

La cité du Moulin de Mai, où a été retrouvée vendredi la nouvelle victime, est connue pour abriter un trafic de stupéfiants. Elle avait déjà défrayé la chronique judiciaire en octobre 2020 avec la mort d'une jeune femme de 19 ans, simple passagère d'un véhicule visé par des tirs près d'un point de drogue du quartier. Si le conducteur du véhicule était connu pour trafic de stupéfiants, la jeune femme avait été considérée comme une victime collatérale.