Tennis: «Nadal n'est pas du genre à revenir juste pour jouer», estime Djokovic

L'Espagnol Rafael Nadal (à droite) serre la main du Serbe Novak Djokovic (L) après avoir gagné à la fin de leur match de simple masculin le dixième jour du tournoi de tennis Roland-Garros Open au Court Philippe-Chatrier à Paris début juin 1er 2022. (AFP)
L'Espagnol Rafael Nadal (à droite) serre la main du Serbe Novak Djokovic (L) après avoir gagné à la fin de leur match de simple masculin le dixième jour du tournoi de tennis Roland-Garros Open au Court Philippe-Chatrier à Paris début juin 1er 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 27 décembre 2023

Tennis: «Nadal n'est pas du genre à revenir juste pour jouer», estime Djokovic

  • A 37 ans, Rafael Nadal, qui a vécu une saison 2023 quasi blanche en raison d'une blessure à une hanche, risque de vivre sa "dernière année" sur le circuit sans toutefois pouvoir "l'assurer à 100%"
  • "Il n'est pas du genre à revenir sur le circuit juste pour jouer, disons, à un niveau moyen, pour disputer quelques matches. Il veut gagner des titres, il veut être le meilleur, c'est pourquoi il est ce qu'il est: une légende de notre sport"

RYAD: Rafael Nadal "n'est pas du genre à revenir juste pour jouer" mais "avec l'intention de gagner un Grand Chelem", a estimé le N.1 mondial Novak Djokovic, interrogé à propos de l'Espagnol dont le retour est prévu lors du tournoi de Brisbane, qui débute dimanche.

A 37 ans, Rafael Nadal, qui a vécu une saison 2023 quasi blanche en raison d'une blessure à une hanche, risque de vivre sa "dernière année" sur le circuit sans toutefois pouvoir "l'assurer à 100%", a-t-il prévenu.

"J'attends toujours de lui (Rafael Nadal) qu'il donne le meilleur de lui-même. Certains l'ont souvent annoncé comme étant proche de la fin, comme ils l'ont d'ailleurs fait pour moi. Mais nous leur avons prouvé qu'ils avaient tort", a affirmé Djokovic à des médias dont l'AFP, avant de disputer un match d'exhibition contre Carlos Alcaraz à Ryad mercredi.

"Il n'est pas du genre à revenir sur le circuit juste pour jouer, disons, à un niveau moyen, pour disputer quelques matches. Il veut gagner des titres, il veut être le meilleur, c'est pourquoi il est ce qu'il est: une légende de notre sport. Je suis sûr que son entraînement et sa préparation sont faits avec l'intention de gagner un Grand Chelem", a poursuivi l'homme aux 24 trophées majeurs.

Rafael Nadal, lauréat de 22 titres du Grand Chelem et ex-N.1 mondial retombé au 670e rang, n'a plus joué en compétition depuis son élimination dès le deuxième tour de l'Open d'Australie en janvier 2023 où, diminué par une blessure à la hanche, il avait été battu en trois sets par l'Américain Mackenzie McDonald.

"Je pense qu'il est prêt... J'ai vu des vidéos de lui à l'entraînement, il est à 100 %. D'autres joueurs m'ont dit qu'ils s'étaient entraînés avec Rafa ces dernières semaines et qu'il allait revenir à son bon niveau. Son meilleur niveau. Je pense qu'il est prêt à faire de grandes choses cette année aussi", a estimé son compatriote Alcaraz, N.2 mondial, lui aussi interrogé sur le sujet à Riyad.


Chants, danses et Coran: en Ethiopie, la ville d'Harar célèbre Shuwalid, festival séculaire

Des jeunes femmes vêtues d'habits traditionnels se reposent après un défilé lors de la célébration du festival Shuwalid à Harar, le 16 avril 2024. (Photo Michele Spatari AFP)
Des jeunes femmes vêtues d'habits traditionnels se reposent après un défilé lors de la célébration du festival Shuwalid à Harar, le 16 avril 2024. (Photo Michele Spatari AFP)
Short Url
  • Shuwalid - «fête de Shuwal», mois du calendrier musulman succédant à celui de Ramadan - marque la fin de six jours supplémentaires de jeûne observés par certains musulmans à l'issue du mois sacré
  • Sur la scène dressée sur chacune des deux placettes, des membres des mosquées, vêtus de blanc, scandent joyeusement en choeur les sourates

HARAR, Ethiopie : Psalmodiant des sourates au rythme obsédant des tambours, hommes, femmes et enfants dansent en tapant des mains. Les habitants d'Harar, ville fortifiée d'Ethiopie figée dans le temps, célèbrent Shuwalid, fête gardienne des traditions séculaires toujours vivantes de cette petite communauté.

Shuwalid - «fête de Shuwal», mois du calendrier musulman succédant à celui de Ramadan - marque la fin de six jours supplémentaires de jeûne observés par certains musulmans à l'issue du mois sacré.

Mardi soir, les placettes autour des deux sanctuaires au centre des festivités, à l'intérieur des murailles qui enserrent la vieille ville depuis le XVIe siècle, étaient noires de monde pour le premier Shuwalid depuis son inscription fin 2023 au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'Unesco.

Sur la scène dressée sur chacune des deux placettes, des membres des mosquées, vêtus de blanc, scandent joyeusement en choeur les sourates.

Ils commencent à balancer en rythme le haut du corps. Plusieurs se lèvent et dansent.

Au pied de la scène, une partie de la foule reprend les chants, certains accompagnent le rythme du tambour en entrechoquant des plaquettes de bois. Des groupes de femmes dansent.

- Recherche de fiancé -

Les Harari se revendiquent du soufisme, courant mystique de l'islam qui se veut une voie spirituelle vers Dieu. Les soufi pratiquent le Zikir, répétitions de formules du Coran qui peuvent être notamment révisées, chantées et dansées.

«Shuwalid fait partie de nos traditions», sourit Aïcha Abdurahman, institutrice de 19 ans dont les mains sont décorées au henné, qui aime revêtir les habits traditionnels, «les chants, les danses». «Cela permet aussi de nous voir», notamment les Harari vivant hors de la ville: «Les gens viennent de partout».

«Cette année, Shuwalid est spécial, c'est le premier depuis son inscription par l'Unesco. Cela nous rend très heureux et très fiers», dit-elle.

Les femmes attirent particulièrement les regards avec leurs tuniques et voiles brodés de couleurs ou de brillants, le front ceint de parures étincelantes.

Les jeunes ont apporté un soin particulier à leur apparence. Car la tradition veut que Shuwalid soit aussi l'occasion de repérer et faire connaissance avec un(e) possible fiancé(e).

«Cela remonte au temps où jeunes garçons et filles étaient strictement séparés. Aujourd'hui, ils se connaissent déjà, mais la tradition perdure», explique Abdul Ahmed, guide et fin connaisseur de l'histoire de la ville et de ses traditions.

«Ce soir, on va chercher un fiancé, souhaitez-nous bonne chance», rigole Iman Mohamed, 20 ans, accompagnée de sa copine Gizman Abdulaziz du même âge: «Shuwalid, c'est le moment où garçons et filles font connaissance, c'est une opportunité une fois dans l'année. C'est pour cela qu'on s'est faite belle».

- 82 mosquées -

Quelques heures avant, des habitants de Harar Jugol - nom de la partie fortifiée de la ville d'Harar qui s'étend désormais au-delà des murailles - s'affairaient aussi à raviver de couleurs pastel certains murs chaulés de ses 368 étroites ruelles.

Située à 500 km à l'est de la capitale Addis Abeba, Harar Jugol est elle-même listée au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Outre ses 82 mosquées - dont trois du Xe siècle - et ses 102 sanctuaires sur moins d'un demi kilomètre carré, elle est le témoin préservé de traditions urbanistiques africaines et islamiques.

On y trouve encore de nombreuses maisons traditionnelles harari dont «la conception intérieure est exceptionnelle», note l'Unesco. Elles sont constituées d'une seule pièce en escalier de deux ou trois larges marches, les plus âgés s'installant sur la partie la plus haute. Une mezzanine sert de couchage.

Capitale d'un royaume au XVIe siècle, puis émirat indépendant, longtemps carrefour commercial, Harar n'a été intégrée à l'Ethiopie qu'en 1887.

La vieille ville a peu changé au cours de son histoire. A la fin du XIXe siècle, des commerçants indiens ont bâti des demeures à véranda de bois venues s'ajouter à l'identité urbaine de la vieille ville.

Les Harari - une infime minorité des quelque 120 millions d'Ethiopiens - ont su maintenir leurs traditions et «l'organisation des communautés sur la base de systèmes traditionnels leur a permis de préserver leur héritage social et matériel, et notamment la langue harari», souligne l'Unesco.

Les célébrations ont continué toute la nuit et dans la matinée.


Wadi AlFann ouvre la Biennale d’art de Venise avec le lancement du livre

Wadi AlFann, AlUla. (Fournie)
Wadi AlFann, AlUla. (Fournie)
Short Url

DUBAÏ : Wadi AlFann, la nouvelle destination culturelle majeure de l’Arabie saoudite pour l’art, le design et la performance, présente une exposition intitulée « Journeys in Land Art, Towards Wadi AlFann, AlUla » lors de la 60e Exposition internationale d’art de La Biennale di Venezia.

L’exposition met en vedette les cinq premiers artistes commandés pour Wadi AlFann : Manal Al-Dowayan, Agnes Denes, Michael Heizer, Ahmed Mater et James Turrell.

Le 19 avril, Wadi AlFann Publications lance également des livres de Al-Dowayan et de l’artiste américain Mark Dion intitulés « Oasis of Stories » et « The Desert Field Guide ».

Le duo animera une table ronde pour approfondir leurs livres, explorer comment la participation est fondamentale pour leur pratique ainsi que de fournir des idées sur le désert.

Wadi AlFann, AlUla. (Fournie)
Wadi AlFann, AlUla. (Fournie)

Pendant ce temps, une série de rendus, de dessins, de maquettes et d’interviews, y compris des dessins recueillis par Al-Dowayan - l’artiste représentant l’Arabie saoudite à la Biennale di Venezia 2024 - à travers ses ateliers participatifs avec des communautés à travers AlUla, Ils sont exposés lors de l’événement à Venise.

Une série d’études de Mater révélant les plans de l’artiste pour sa commission Wadi AlFann intitulée « Ashab Al-Lal » sont également exposées.

L’installation, inspirée par les penseurs scientifiques et philosophiques de l’âge d’or islamique, vise à explorer l’espace mythique entre imagination subjective et réalité objective.

Nora Al-Dabal, directrice exécutive des arts et des industries créatives à la Commission royale pour AlUla, a déclaré dans un communiqué : « Nous sommes ravis de présenter Wadi AlFann à Venise, lors de la 60e Exposition internationale d’art de la Biennale di Venezia, à travers la vitrine Wadi AlFann. »

Elle a ajouté : « Cela donne un aperçu du voyage vers la nouvelle destination mondiale du land art d’AlUla. Les initiatives artistiques visionnaires comme Wadi AlFann jouent un rôle crucial dans la stratégie de développement d’AlUla, et nous ne pouvons pas attendre que vous le voyiez en personne. »

Des visites guidées seront disponibles à la biennale du 18 au 20 avril et du 25 au 27 avril.

Wadi AlFann apportera des œuvres d’art fascinantes du monde entier à AlUla, la région désertique du nord-ouest de l’Arabie saoudite imprégnée de milliers d’années de patrimoine naturel, historique et culturel.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

  

 

 

 

 

 


Eiza Gonzalez ravissante lors de la première du film The Ministry of Ungentlemanly Warfare

Eiza Gonzalez a fait tourner les têtes lors de la première du film d’action The Ministry of Ungentlemanly Warfare, soutenu par l’Arabie saoudite, aux côtés de Mohammed al-Turki, PDG de la fondation du festival du film de la mer Rouge. (Images Getty)
Eiza Gonzalez a fait tourner les têtes lors de la première du film d’action The Ministry of Ungentlemanly Warfare, soutenu par l’Arabie saoudite, aux côtés de Mohammed al-Turki, PDG de la fondation du festival du film de la mer Rouge. (Images Getty)
Short Url
  • La star était éblouissante dans une robe bustier dorée de la marque new-yorkaise Jason Wu
  • Pour compléter l’ensemble, elle a opté pour des talons dorés assortis de Maison Ernest et des bijoux Cartier

DUBAÏ: Tous les regards étaient rivés sur l’actrice et chanteuse mexicaine Eiza Gonzalez cette semaine, lors de la première du film d’action soutenu par l’Arabie saoudite, The Ministry of Ungentlemanly Warfare, à New York.

La star était éblouissante dans une robe bustier dorée de la marque new-yorkaise Jason Wu. La robe présentait des motifs tridimensionnels complexes mettant en valeur la taille et la poitrine.

Pour compléter l’ensemble, la vedette a choisi des talons dorés assortis de Maison Ernest et des bijoux Cartier. Elle a opté pour un brushing volumineux mettant en valeur la coupe au carré de sa chevelure brune.

eiza gonzalez

Elle a posé sur le tapis rouge aux côtés de ses covedettes Henry Cavill, Henry Golding, Hero Fiennes Tiffin, Cary Elwes, Babs Olusanmokun, Henrique Zaga et le producteur Jerry Bruckheimer.

La première s’est déroulée en présence de Mohammed al-Turki, producteur de films et PDG de la fondation du festival du film de la mer Rouge d’Arabie saoudite.

La fondation saoudienne a publié sur Instagram des photos de la première avec la légende suivante: «En direct de New York, la première de The Ministry of Ungentlemanly Warfare que la fondation du festival du film de la mer Rouge est fière d’avoir soutenu, à travers son Initiative internationale de financement des films de la mer Rouge.»

Basé sur des dossiers récemment déclassifiés du ministère britannique de la Guerre et inspiré d’événements réels, le film est une comédie d’action qui raconte l’histoire de la toute première organisation de forces spéciales formée pendant la Seconde Guerre mondiale par le Premier ministre britannique, Winston Churchill, et un petit groupe de responsables militaires, dont l’auteur de James Bond, Ian Fleming.

Cette unité de combat ultrasecrète, composée d’une équipe hétéroclite de voyous et de francs-tireurs, entreprend une mission risquée contre les nazis en utilisant des techniques de combat non conventionnelles et «peu distinguées». En fin de compte, leur approche audacieuse a changé le cours de la guerre et posé les fondements du SAS britannique et de la guerre moderne des opérations secrètes.

Le film a été réalisé et coécrit par Guy Ritchie (Sherlock Holmes, The Gentlemen et Wrath of Man) et produit par Jerry Bruckheimer (Top Gun: Maverick, Pirates des Caraïbes et Benjamin Gates et le trésor des templiers).

The Ministry of Ungentlemanly Warfare sortira dans les salles au Moyen-Orient le 18 avril et dans le monde entier le 19 avril.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com