Trump au tribunal qui examine sa demande d'immunité pénale

L'ancien président américain et candidat républicain à la présidentielle Donald Trump arrive pour un rassemblement à Clinton, Iowa, le 6 janvier 2024. (Photo de TANNEN MAURY / AFP)
L'ancien président américain et candidat républicain à la présidentielle Donald Trump arrive pour un rassemblement à Clinton, Iowa, le 6 janvier 2024. (Photo de TANNEN MAURY / AFP)
Short Url
Publié le Mardi 09 janvier 2024

Trump au tribunal qui examine sa demande d'immunité pénale

  • Donald Trump, qui avait annoncé lundi son intention de se présenter devant la cour d'appel alors qu'il n'y était pas contraint, était effectivement dans la salle d'audience
  • Les avocats de Donald Trump affirment qu'il jouit d'une «immunité absolue» pour ses actes alors qu'il était à la Maison Blanche

WASHINGTON: Les trois juges de la cour d'appel de Washington, saisie de la demande d'immunité pénale de Donald Trump en tant qu'ex-président, ont laissé paraître leur scepticisme lors des débats mardi matin, en présence de l'intéressé, accusé d'avoir tenté d'inverser illégalement les résultats de l'élection de 2020.

Le grand favori des primaires républicaines pour l'élection présidentielle de novembre, qui débutent le 15 janvier par l'Iowa, cherche par ses multiples recours à reporter ses divers procès au pénal le plus tard possible, et en tout cas après le scrutin.

Donald Trump, qui avait annoncé lundi son intention de se présenter devant la cour d'appel alors qu'il n'y était pas contraint, était effectivement dans la salle d'audience. Les débats ont duré environ une heure, s'achevant vers 10H45 (15H45 GMT).

La juge Tanya Chutkan, qui présidera les débats à son procès fédéral pour ses tentatives présumées illicites d'inverser le résultat de l'élection de 2020, a rejeté le 1er décembre sa requête en immunité, considérant qu'aucun texte ne protégeait un ex-président contre des poursuites pénales.

"Permettre qu'un président soit poursuivi pour ses actes officiels ouvrirait une boîte de Pandore dont ce pays pourrait ne jamais se remettre", a affirmé mardi l'avocat de Donald Trump, John Sauer - l'ancien président n'a pas pris lui-même la parole.

Il a évoqué la possibilité d'inculpations des ex-présidents George W. Bush et Barack Obama, respectivement pour les fausses informations sur les armes dont disposait l'Irak en 2003, et pour les éliminations de jihadistes par des frappes de drones.

Les avocats de Donald Trump affirment qu'il jouit d'une "immunité absolue" pour ses actes alors qu'il était à la Maison Blanche. Ils invoquent une jurisprudence de la Cour suprême des années 1980 concernant des poursuites civiles contre l'ex-président Richard Nixon.

Ils arguent également qu'il ne peut être jugé pour ses manoeuvres visant à inverser les résultats en raison de son acquittement lors de la procédure parlementaire en destitution à son encontre pour l'assaut du Capitole, le 6 janvier 2021, lors duquel des centaines de ses partisans avaient tenté d'empêcher la certification de la victoire de son adversaire démocrate Joe Biden.

«Paradoxal»

A une question de l'une des juges, Florence Pan, sur le fait de savoir si envoyer les forces spéciales assassiner un opposant politique ou vendre des grâces présidentielles relevait de ces actes officiels, John Sauer a répondu par l'affirmative.

"Il serait paradoxal de dire que son devoir constitutionnel de veiller au fidèle respect des lois l'autorise à violer le droit pénal", a rétorqué la présidente de la Cour, Karen Lecraft Henderson.

Dans sa décision de décembre, la juge Chutkan avait conclu que le précédent Nixon ne s'appliquait pas à des poursuites pénales contre un ex-président, et qu'une procédure de destitution ne constituait pas un procès pénal.

Mais l'appel de ses avocats a suspendu la procédure, ce qui pourrait faire dérailler le calendrier de ce procès qui doit débuter le 4 mars, s'est inquiété le procureur spécial Jack Smith, qui instruit le dossier.

M. Trump, qui a plaidé non coupable dans cette affaire le 3 août 2023 à Washington, impute ses tracas judiciaires à l'administration du président Joe Biden, qu'il risque fort de retrouver sur sa route en 2024 pour une revanche de 2020.

Dans leurs arguments écrits, les procureurs mettent en garde contre les dangers que ferait courir aux institutions la reconnaissance d'une immunité de Donald Trump.

"L'absence de potentielle poursuite pénale pour un président qui cherche illégalement à se maintenir au pouvoir par des moyens criminels pourrait mettre en péril à la fois la présidence elle-même et les fondations de notre système de gouvernement démocratique".

En décembre, la Cour suprême a rejeté la demande de Jack Smith de statuer en urgence sur cette question, court-circuitant ainsi le processus d'appel classique et les délais qu'il implique.

Mais quelle que soit la décision de la Cour d'appel, selon toute vraisemblance celle des parties à qui elle donnera tort saisira la plus haute juridiction du pays.

Les neuf juges de la Cour suprême, six nommés par des présidents républicains et trois par des présidents démocrates, devront alors choisir de s'aventurer dans l'arène politique, ou au contraire de prudemment s'en abstenir.

Donald Trump est également poursuivi par la justice de l'Etat de Géorgie (sud-est) pour des faits connexes d'ingérence électorale, et devra en outre répondre devant un tribunal fédéral de sa gestion présumée négligente de documents confidentiels après son départ de la Maison Blanche.


Laurent Blanc retrouve Karim Benzema à Al-Ittihad

Laurent Blanc, l'entraîneur français de Lyon, réagit pendant le match de football de L1 entre le FC Nantes et l'Olympique Lyonnais (OL) au Stade de la Beaujoire-Louis Fonteneau à Nantes, dans l'ouest de la France, le 11 janvier 2023. L'entraîneur de football français Laurent Blanc a été nommé entraîneur du club saoudien Al-Ittihad en Arabie saoudite, a annoncé le club le 13 juillet 2024. (Photo LOIC VENANCE / AFP)
Laurent Blanc, l'entraîneur français de Lyon, réagit pendant le match de football de L1 entre le FC Nantes et l'Olympique Lyonnais (OL) au Stade de la Beaujoire-Louis Fonteneau à Nantes, dans l'ouest de la France, le 11 janvier 2023. L'entraîneur de football français Laurent Blanc a été nommé entraîneur du club saoudien Al-Ittihad en Arabie saoudite, a annoncé le club le 13 juillet 2024. (Photo LOIC VENANCE / AFP)
Short Url
  • Sans club depuis son limogeage par Lyon en septembre 2023, Laurent Blanc va rebondir en Arabie Saoudite comme entraîneur d'Al-Ittihad et retrouvera Karim Benzema, la grande vedette de l'équipe basée à Djeddah
  • Blanc, dont la durée du contrat n'a pas été précisée, va donc tenter de relancer sa carrière en Arabie saoudite au sein d'un club prestigieux sur le plan local

PARIS: Sans club depuis son limogeage par Lyon en septembre 2023, Laurent Blanc va rebondir en Arabie Saoudite comme entraîneur d'Al-Ittihad et retrouvera Karim Benzema, la grande vedette de l'équipe basée à Djeddah.

Douze ans après l'avoir dirigé à l'Euro-2012 sous les couleurs de l'équipe de France, l'ancien sélectionneur va de nouveau avoir l'ex-Madrilène sous ses ordres. Depuis cette date et l'élimination des Bleus en quarts de finale contre l'Espagne (2-0), futur lauréat de l'épreuve, Benzema est devenu une star mondiale, remportant cinq Ligue des champions avec le Real Madrid et le Ballon d'Or en 2022 avant de céder aux sirènes des pétrodollars saoudiens l'an dernier.

La carrière de Blanc (58 ans) sur le banc a elle été beaucoup plus sinueuse après ce bref passage à la tête des Tricolores (2010-2012). L'ex-défenseur champion du monde (1998) et d'Europe (2000) a connu la gloire nationale mais pas de consécration européenne avec le PSG (2013-2016) avant une pige au Qatar à Al-Rayyan (entre décembre 2020 et février 2022) et une expérience douloureuse à l'OL.

Nommé en octobre 2022 par Jean-Michel Aulas, "le Président" a effectué une deuxième partie de saison 2022-2023 plutôt prometteuse mais a fait les frais de la cession du club lyonnais à l'homme d'affaires américain John Textor.

Lanterne rouge au bout de quatre journées au début de l'exercice suivant, il est démis de ses fonctions pour être remplacé par l'Italien Fabio Grosso, autre vainqueur de la Coupe du monde (2006).

- 3e entraîneur en un an -

Blanc, dont la durée du contrat n'a pas été précisée, va donc tenter de relancer sa carrière en Arabie saoudite au sein d'un club prestigieux sur le plan local mais qui sort d'une saison totalement ratée et assez mouvementée.

Champion en 2023, Al-Ittihad n'a terminé que cinquième de la Ligue saoudienne cette année, à 42 points du champion Al-Hilal, et ne s'est pas qualifié pour la Ligue des champions d'Asie, poussant les dirigeants à se séparer de l'entraîneur argentin Marcelo Gallardo, coupable d'avoir écarté un temps Benzema.

Selon plusieurs sources, le Français a d'ailleurs joué un rôle important dans le choix de Blanc. Très critiqué pour des performances loin des attentes malgré un contrat en or (200 millions d'euros par saison, selon plusieurs médias) et lui-même guère satisfait par le rendement de l'équipe au point d'avoir des envies d'ailleurs l'hiver dernier, l'attaquant de 36 ans a milité pour la venue d'un coach francophone. Une arrivée qui a provoqué la démission du président du club Louay Nazer, favorable à l'arrivée de l'Italien Stefano Pioli, parti de l'AC Milan.

Le voeu de Benzema a été exaucé avec la signature de Blanc qui sera son troisième entraîneur en un an (après le Portugais Nuno Espirito Santo et Gallardo) et disposera d'un effectif peuplé de plusieurs vieilles connaissances du football européen, en attendant d'autres possibles renforts cet été.

Outre Benzema, Al-Ittihad compte en effet dans ses rangs l'international français N'Golo Kanté (33 ans), présent à l'Euro-2024 en Allemagne avec les Bleus, et l'ex-Brésilien de Monaco et Liverpool Fabinho (30 ans).


Donald Trump blessé lors d'une apparente tentative d'assassinat et le tireur est tué par des agents des services secrets

Le candidat républicain Donald Trump est vu avec du sang sur le visage, entouré d'agents des services secrets, alors qu'il est évacué de la scène lors d'un événement de campagne à Butler Farm Show Inc. à Butler, en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Photo: AFP)
Le candidat républicain Donald Trump est vu avec du sang sur le visage, entouré d'agents des services secrets, alors qu'il est évacué de la scène lors d'un événement de campagne à Butler Farm Show Inc. à Butler, en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Photo: AFP)
Short Url
  • Un participant au rassemblement a été tué et deux autres spectateurs ont été blessés, selon les autorités
  • Le président Biden a condamné la violence en déclarant : "Il n'y a pas de place pour ce genre de violence en Amérique" : Il n'y a pas de place pour ce genre de violence en Amérique"

BUTLER, Pennsylvanie : Donald Trump a été touché à l'oreille lors d'une apparente tentative d'assassinat par un homme armé lors d'un rassemblement de campagne samedi, dans un incident chaotique et choquant qui alimentera les craintes d'instabilité à l'approche de l'élection présidentielle américaine de 2024.

L'ancien président, âgé de 78 ans, a été évacué d'urgence, le visage maculé de sang, après la fusillade survenue à Butler, en Pennsylvanie, tandis que le tireur et un passant ont été tués et que deux spectateurs ont été grièvement blessés.

Le candidat républicain a levé un poing de défi vers la foule alors qu'il était emmené en sécurité et a déclaré par la suite : "J'ai reçu une balle qui a transpercé la partie supérieure de mon oreille droite".

Le président Joe Biden, qui devrait affronter M. Trump lors des élections très polarisées de novembre, a déclaré que l'incident était "malsain" et qu'il n'y avait "pas de place en Amérique pour ce genre de violence".

"Nous ne pouvons pas être comme ça", a déclaré M. Biden.

Lorsque les bangs se sont éteints, M. Trump, qui portait une casquette rouge "Make America Great Again", a grimacé et s'est porté la main à l'oreille, du sang étant visible sur son oreille et sa joue.

Il s'est écroulé sur le sol et les agents des services secrets ont envahi l'estrade, l'ont entouré et l'ont escorté brutalement hors de la scène jusqu'à un véhicule proche.

"Il est incroyable qu'un tel acte puisse avoir lieu dans notre pays", a déclaré M. Trump sur son réseau TruthSocial dans les heures qui ont suivi, dans des propos qui ne manqueront pas d'attiser les tensions politiques qui engloutissent déjà les États-Unis.

"J'ai tout de suite su que quelque chose n'allait pas car j'ai entendu un sifflement, des coups de feu, et j'ai immédiatement senti la balle déchirer la peau", a déclaré M. Trump.

"Je me suis rendu compte à ce moment-là de ce qui se passait.

Les services secrets américains ont déclaré dans un communiqué que le tireur présumé avait "tiré plusieurs coups de feu en direction de la scène depuis une position élevée à l'extérieur du rassemblement" avant d'être "neutralisé" par les agents.

Il a ajouté que M. Trump était "en sécurité et faisait l'objet d'une évaluation", tout en confirmant la mort d'un spectateur et les blessures graves de deux autres.

Le tireur n'a pas encore été identifié.

M. Trump a déclaré dans son communiqué : "Je tiens à présenter mes condoléances à la famille de la personne du rassemblement qui a été tuée".

L'attentat ayant provoqué une onde de choc dans le monde entier, Joe Biden a déclaré qu'il espérait s'entretenir bientôt avec M. Trump.

La fusillade s'est produite peu après que M. Trump a pris la parole lors de son dernier meeting de campagne avant la Convention nationale républicaine qui se tiendra à Milwaukee la semaine prochaine.

Signe de l'enjeu politique, J.D. Vance, possible candidat de Trump à la vice-présidence, a rapidement accusé la "rhétorique" de Biden d'être à l'origine de la fusillade.

Le rassemblement a sombré dans la panique après que des coups de feu ont été entendus et que des cris et des hurlements ont retenti.

On a entendu M. Trump dire au micro : "Laissez-moi prendre mes chaussures", alors que des agents de sécurité l'aidaient à se remettre debout.

Il s'est retourné vers la foule et a levé le poing à plusieurs reprises, tout en prononçant des mots qui n'étaient pas immédiatement discernables, dans ce qui est appelé à devenir une image emblématique.

Des agents ont fait monter le magnat dans un SUV, alors qu'il levait à nouveau le poing vers la foule.

"Nous avons vu beaucoup de gens s'effondrer, l'air confus. J'ai entendu les coups de feu", a déclaré John Yeykal, originaire de Franklin, en Pennsylvanie, qui assistait à son premier rassemblement de Trump.

Républicains et démocrates dénoncent les violences

L'ancien président Barack Obama a déclaré que la violence politique n'avait "absolument pas sa place dans notre démocratie".

Le chef de la minorité républicaine, Mitch McConnell, a ajouté : "Ce soir, tous les Américains sont reconnaissants que le président Trump semble aller bien après une attaque ignoble contre un rassemblement pacifique. La violence n'a pas sa place dans notre politique".

Le milliardaire Elon Musk a réagi en soutenant rapidement M. Trump.

"Je soutiens pleinement le président Trump et j'espère qu'il se rétablira rapidement", a écrit M. Musk sur le site X, qu'il possède avec le constructeur automobile Tesla, en partageant une vidéo de M. Trump frappant du poing alors qu'il est escorté à l'extérieur.

Les États-Unis ont un passé de violence politique, et les présidents, les anciens présidents et les candidats bénéficient d'une sécurité renforcée.

Le président John F. Kennedy a été assassiné en 1963 alors qu'il se trouvait dans son cortège, et son frère Bobby Kennedy a été abattu en 1968. Le président Ronald Reagan a survécu à une tentative d'assassinat en 1981.

M. Trump devrait recevoir l'investiture officielle de son parti lors de la convention nationale républicaine, qui débute lundi à Milwaukee.

"Cet acte horrible de violence politique lors d'un rassemblement de campagne pacifique n'a pas sa place dans ce pays et doit être unanimement et fermement condamné", a déclaré le président républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, sur les réseaux sociaux.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, s'est dit horrifié par ce qui s'est passé et soulagé que M. Trump soit sain et sauf. "La violence politique n'a pas sa place dans notre pays", a-t-il déclaré.

Un porte-parole des services secrets a déclaré sur les médias sociaux : "Le Secret Service a mis en place des mesures de protection et l'ancien président est en sécurité... Il s'agit maintenant d'une enquête active des services secrets et de plus amples informations seront communiquées dès qu'elles seront disponibles".

CNN a rapporté que M. Trump avait été blessé, mais n'a pas donné d'autres détails. On ne sait pas comment ni quelles blessures il a pu subir.

Un témoin a vu le tireur sur le toit

Ron Moose, un partisan de Trump qui se trouvait dans la foule, a décrit le chaos : "J'ai entendu environ quatre coups de feu et j'ai vu la foule s'effondrer, puis Trump s'est esquivé très rapidement. Les membres du Secret Service ont alors sauté et l'ont protégé dès qu'ils l'ont pu. En moins d'une seconde, ils étaient tous en train de le protéger".

M. Moose a déclaré avoir ensuite vu un homme courir et être poursuivi par des officiers en uniforme militaire. Il a déclaré avoir entendu d'autres coups de feu, mais ne pas savoir qui les avait tirés. Il a noté qu'à ce moment-là, des tireurs d'élite s'étaient installés sur le toit d'un entrepôt situé derrière la scène.

La BBC a interrogé un homme qui s'est décrit comme un témoin oculaire, affirmant avoir vu un homme armé d'un fusil ramper sur un toit près de l'événement. Cette personne, que la BBC n'a pas identifiée, a déclaré que lui et les personnes avec lesquelles il se trouvait ont commencé à pointer l'homme du doigt, essayant d'alerter la sécurité.

"Je me suis demandé pourquoi Trump continuait à parler. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait sortir de scène ?", a déclaré l'homme, qui portait un chapeau rouge à l'effigie de Trump. "L'instant d'après, cinq coups de feu ont retenti.

La salle a été abandonnée, des chaises renversées et du ruban jaune de police autour de la scène. Un hélicoptère a survolé la salle et des agents des forces de l'ordre ont traversé la zone, comme l'a montré la vidéo. Des policiers armés ont également été vus sur un toit près de la scène où se tenait M. Trump.

La campagne de Joe Biden s'efforce de mettre en pause ses publicités télévisées et d'arrêter toute autre communication sortante, a déclaré un responsable de la campagne samedi.

M. Trump, qui a été président de 2017 à 2021, a facilement surpassé ses rivaux pour l'investiture républicaine au début de la campagne et a largement unifié autour de lui le parti qui avait brièvement vacillé dans son soutien après que ses partisans ont attaqué le Capitole américain le 6 janvier 2021, tentant de renverser sa défaite électorale de 2020.

L'homme d'affaires et ancienne star de la téléréalité a entamé l'année en faisant face à une série de soucis juridiques, dont quatre poursuites pénales distinctes. Fin mai, il a été reconnu coupable d'avoir tenté de dissimuler des paiements occultes à une star du porno, mais les trois autres poursuites dont il fait l'objet - dont deux pour avoir tenté de renverser sa défaite - ont été interrompues par divers facteurs, notamment une décision de la Cour suprême au début du mois, qui l'a déclaré partiellement immunisé contre les poursuites.


Zelensky qualifie la gaffe de Biden d'"erreur" qu'il peut "oublier"

Short Url
  • "C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien.
  • Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

DUBLIN : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié la gaffe de Joe Biden, qui l'a présenté jeudi comme le "président Poutine" lors du sommet de l'Otan à Washington, d'"erreur" qu'il peut "oublier".

"C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Shannon, dans l'ouest de l'Irlande.

Volodymyr Zelensky est de passage en Irlande avant de retourner en Ukraine après le sommet de l'Otan à Washington.

Jeudi, Joe Biden a annoncé le "président Poutine" alors qu'il accueillait sur scène Volodymyr Zelensky.

"Et maintenant je veux passer la parole au président de l'Ukraine, qui a autant de courage qu'il a de détermination. Mesdames et messieurs, le président Poutine", a déclaré le président américain.

Joe Biden, qui a orchestré la réponse occidentale à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, s'est aussitôt repris.

Il s'est écarté du micro avant de réaliser son erreur et d'y revenir pour dire: "Il va battre le président Poutine. Le président Zelensky. Je suis tellement concentré sur le fait de battre Poutine".

Volodymyr Zelensky s'est entretenu avec le Premier ministre irlandais Simon Harris à l'aéroport de Shannon.

"Merci beaucoup pour votre soutien, merci à l'Irlande d'avoir accueilli de nombreux réfugiés ukrainiens, vous étiez avec nous dès le début de l'invasion russe", a salué le président ukrainien.

Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

Lors de leur entretien bilatéral, les deux dirigeants ont discuté d'un possible accord sur le déminage, l'énergie, l'aide humanitaire et la sécurité alimentaire, a indiqué Simon Harris.