Elections européennes: le point sur les candidats français

Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) Jordan Bardella présente ses vœux de nouvel an à Paris le 15 janvier 2024. (Photo de Bertrand GUAY / AFP)
Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) Jordan Bardella présente ses vœux de nouvel an à Paris le 15 janvier 2024. (Photo de Bertrand GUAY / AFP)
Short Url
Publié le Mardi 16 janvier 2024

Elections européennes: le point sur les candidats français

  • Arrivé premier en 2019 avec plus de 23% des suffrages, Jordan Bardella repart pour un tour avec le Rassemblement national dont il est devenu président
  • Chez les écologistes, c'est l'eurodéputée sortante Marie Toussaint qui mènera la bataille

PARIS: Les Républicains ont désigné lundi soir leur tête de liste aux élections européennes de juin 2024, François-Xavier Bellamy. La plupart des partis politiques ont déjà franchi cette étape, même si certains font durer le suspense. Passage en revue à moins de cinq mois du scrutin.

Ils sont déjà lancés

Arrivé premier en 2019 avec plus de 23% des suffrages, Jordan Bardella repart pour un tour avec le Rassemblement national dont il est devenu président. A seulement 28 ans, le jeune poulain de Marine Le Pen est donné largement en tête dans les sondages.

Il devra toutefois composer avec la concurrence de Marion Maréchal qui conduira la liste de Reconquête. Un "retour politique" à 34 ans pour la nièce de Mme Le Pen, désormais dans le sillage de l'ex-polémiste Eric Zemmour.

Une adversaire de plus sur les plates-bandes des Républicains, qui ont choisi de reconduire François-Xavier Bellamy malgré son score décevant (8,5%) il y a cinq ans. A 38 ans, ce philosophe conservateur fait figure de choix par défaut, alors que l'avenir du parti de droite est en jeu.

Les candidatures se multiplient aussi à gauche, où l'union vole en éclats. Chez les écologistes, c'est l'eurodéputée sortante Marie Toussaint qui mènera la bataille. Cette juriste de 36 ans, peu connue du grand public, a la lourde tâche de succéder au médiatique Yannick Jadot, troisième en 2019 avec 13,5% des voix.

Les communistes eux ont choisi Léon Deffontaines, 27 ans à peine. Ce proche de Fabien Roussel, dont il fut le porte-parole en 2022, devra faire mieux que les 2,5% du PCF aux dernières européennes.

Ils se font attendre

Chez les socialistes, le principe d'une liste autonome a été validé. Sauf surprise, l'essayiste Raphaël Glucksmann, 44 ans, devrait en prendre la tête, comme en 2019. Le président du petit parti Place publique avait alors recueilli 6,2% des suffrages.

A La France insoumise aussi, on prend les mêmes et on recommence: la sortante Manon Aubry (34 ans), qui avait obtenu 6,3% au dernier scrutin européen, a été chargée de "coordonner la campagne" et elle est bien placée pour être désignée tête de liste.

La grande inconnue concerne le camp présidentiel, deuxième en 2019 avec 22,4% des voix. L'entrée au gouvernement de Stéphane Séjourné rebat les cartes au sein de l'alliance entre Renaissance, Horizons et le MoDem, qui pourrait être élargie aux centristes de l'UDI. Après les forfaits de Thierry Breton et de Bruno Le Maire, le nom d'Olivier Véran circule pour mener la bataille face à Jordan Bardella.

Mais aussi...

Dans ce paysage déjà bien rempli, il faudra également compter sur l'"Alliance rurale" emmenée par le patron des chasseurs Willy Schraen, et le Parti animaliste, surprise du scrutin de 2019 avec plus de 2% des voix, et toujours emmené par sa coprésidente Hélène Thouy (40 ans).

D'autres ont exprimé leurs velléités de concourir, comme les outsiders souverainistes Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau et Florian Philippot, ou les centristes d'Ecologie positive, nouvelle écurie du transfuge Yann Wehrling (52 ans).

Au centre toujours, Bertrand Pancher et son mouvement Utiles envisagent de se lancer, tandis que le Parti radical de gauche menace de se lancer en solo, sous la bannière de son président Guillaume Lacroix.


JO-2024: en cas de menace, la cérémonie d'ouverture serait «  limitée au Trocadéro », voire au Stade de France, selon Macron

"il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a dit Emmanuel Macron. (AFP).
"il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a dit Emmanuel Macron. (AFP).
Short Url
  • En cas de menace terroriste, la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, prévue sur la Seine le 26 juillet, pourrait être "limitée au Trocadéro", voire "rapatriée dans le Stade de France"
  • "Cette cérémonie d'ouverture" le long de la Seine, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire"

PARIS: En cas de menace terroriste, la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, prévue sur la Seine le 26 juillet, pourrait être "limitée au Trocadéro", voire "rapatriée dans le Stade de France", a déclaré lundi Emmanuel Macron sur BFMTV et RMC.

"Cette cérémonie d'ouverture" le long de la Seine, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire", a dit le président dans une interview pour marquer le compte à rebours à 100 jours des JO. Mais "il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a-t-il ajouté.


Sous la verrière du Grand Palais, dernière ligne droite avant les JO et rendez-vous avec Macron

Short Url
  • Dernière ligne droite avant les JO: les travaux battent leur plein sous l'immense verrière du Grand Palais à Paris
  • Construit pour l'Exposition universelle de 1900, le Grand Palais est fermé depuis mars 2021 pour d'importants travaux de réhabilitation au coût "avoisinant 500 millions d'euros", d'après l'Elysée

PARIS: Dernière ligne droite avant les JO: les travaux battent leur plein sous l'immense verrière du Grand Palais à Paris, site des épreuves olympiques et paralympiques d'escrime et de taekwondo, où se rend lundi le président de la République.

Lors de sa visite du chantier, dans le cadre du J-100 avant l'événement, Emmanuel Macron doit rencontrer "une délégation d'ouvriers, de compagnons et d'entreprises, mobilisés sur ce qui est la plus grande restauration patrimoniale initiée ces dernières années en France après Notre-Dame de Paris", selon l'Elysée.

"Il viendra en voisin", se félicite auprès de l'AFP Didier Fusillier, président de la Réunion des musées nationaux (RMN) – Grand Palais, situé à deux pas du palais présidentiel, en plein coeur de la capitale.

Construit pour l'Exposition universelle de 1900, le Grand Palais est fermé depuis mars 2021 pour d'importants travaux de réhabilitation au coût "avoisinant 500 millions d'euros", d'après l'Elysée.

"La remise des clés au Comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo) est prévue le 19 avril (vendredi, NDLR). Ses équipes disposeront de trois mois pour réaliser un énorme travail logistique avant les JO", précise à l'AFP Daniel Sancho, directeur du projet de restauration.

Baignée de lumière à travers sa verrière de 17.500 m2 dotée de charpentes métalliques "d'un vert unique", selon lui, et d'une coupole culminant à 45 mètres de hauteur, la grande nef de 13.500 m2 est longue de 200 mètres.

Tatamis et pistes d'escrime seront disposés en son centre pour les épreuves qui doivent y débuter le 27 juillet.

La nef "pourrait abriter le château de Versailles", s'amuse M. Fusillier, en rappelant qu'avant sa rénovation, elle accueillait déjà toutes sortes d'événements artistiques et culturels, comme des foires et expositions d'art, des défilés de mode et même des épreuves équestres.

Canicule

Balcons, peintures, huisseries, escaliers, ascenseurs, mosaïques, parquets, statuaire... Depuis trois ans, le chantier a été mené "à grande vitesse", dit-il, malgré "beaucoup d'imprévus, ce qui est propre aux grands monuments comme celui-là, lui-même construit en trois ans".

Là où "Matisse, Cézanne et Marquet ont été jeunes ouvriers, le défi, pour notre architecte François Châtillon et ses équipes, était à la fois de respecter le monument en le propulsant dans notre siècle, avec la nécessité de le mettre aux normes", souligne-t-il.

Parmi les plus importants challenges, M. Sancho cite la protection des charpentes métalliques par des peintures contre le feu, la création de nombreuses issues de secours pour pouvoir doubler la jauge de visiteurs (9.000 contre 5.600) et "la dalle (sol, NDLR) de la nef", qui aujourd'hui "peut supporter deux tonnes au m2, soit plus qu'un pont".

Dans les années 2000, l'édifice s'était affaissé de 13 cm en raison de l'usure, par l'eau d'une nappe phréatique, des pieux en chêne portant les fondations. Ils avaient été remplacés à l'époque par des parois moulées en béton et la charpente avait également fait l'objet d'une consolidation importante.

En cas de canicule ou de grand froid, la dalle de la nef sera par ailleurs dotée "d'un réseau de canalisations remplies d'eau, permettant de refroidir ou réchauffer l'espace à hauteur humaine", ajoute M. Sancho.

Joyau de l'Art Nouveau

Pendant les Jeux, la grande nef pourra accueillir 8.000 personnes installées dans deux tribunes et qui entreront par une grande entrée entièrement restaurée.

Les athlètes, eux, "s'entraîneront dans quelques galeries attenantes. Il y aura différents stades d'échauffement, jusqu'au +salon d'honneur+ (un espace de plus de 200 m2), où ils seront en phase finale avant leur compétition. Ils descendront alors les grands escaliers, joyaux de l'Art Nouveau qui ont retrouvé leur couleur bronze d'origine, pour arriver sur les tatamis ou les pistes d'escrime", s'enthousiasme-t-il.

Les travaux dans nombre d'espaces attenants à la nef vont se poursuivre "pendant environ un mois et demi" avant de s'interrompre pour les JO, selon M. Sancho.

"Après les Jeux, qui occuperont environ 30.000 m2 de tout l'espace, la nef va commencer à vivre dès octobre et on se donne jusqu'au mois de mars pour terminer l'ensemble des travaux, afin d'ouvrir la totalité du Grand Palais en juin 2025", détaille-t-il.


Macron accuse l'Iran d'avoir «  décidé de frapper Israël », provoquant «  une rupture profonde  »

La représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations Unies, Nathalie Broadhurst, s'adresse au Conseil de sécurité des Nations Unies lors d'une réunion d'urgence le 14 avril 2024 au siège de l'ONU à New York.  (AFP).
La représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations Unies, Nathalie Broadhurst, s'adresse au Conseil de sécurité des Nations Unies lors d'une réunion d'urgence le 14 avril 2024 au siège de l'ONU à New York. (AFP).
Short Url
  • La France a procédé à "des interceptions" de missiles et drones iraniens visant Israël dans la nuit de samedi à dimanche à la demande de la Jordanie
  • Le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a annoncé dimanche faire convoquer lundi l'ambassadeur d'Iran en France pour "passer un message de fermeté"

PARIS: La France a procédé à "des interceptions" de missiles et drones iraniens visant Israël dans la nuit de samedi à dimanche à la demande de la Jordanie, a confirmé lundi Emmnuel Macron qui veut "tout faire pour éviter l'embrasement" au Moyen-Orient.

"Nous avons une base aérienne en Jordanie (...) L'espace aérien jordanien était violé par ces tirs. Nous avons fait décoller nos avions et nous avons intercepté ce que nous devions intercepter", a déclaré le président français sur les chaînes BFMTV-RMC. En décidant de "frapper Israël" depuis son sol, l'Iran a provoqué "une rupture profonde", a-t-il également estimé.