L'échec des discussions avec Ottawa, signe des défis post-Brexit pour Londres

Les importations de fromages britanniques vers le Canada et les exportations de bœuf canadien vers le Royaume-Uni restent des points de blocage majeurs, a indiqué à l'AFP une source proche des négociations. (Photo Oli Scarff AFP)
Les importations de fromages britanniques vers le Canada et les exportations de bœuf canadien vers le Royaume-Uni restent des points de blocage majeurs, a indiqué à l'AFP une source proche des négociations. (Photo Oli Scarff AFP)
Short Url
Publié le Samedi 27 janvier 2024

L'échec des discussions avec Ottawa, signe des défis post-Brexit pour Londres

  • L'ex-hôte de Downing Street Boris Johnson, avait appelé à quitter l'UE en promettant que le Royaume-Uni aurait plus de potentiel économique en faisant cavalier seul, vantant son concept de «Global Britain», ou «Grande-Bretagne planétaire»
  • L'accès des fromages britanniques au Canada a expiré fin décembre et certains de ces produits sont à présent exposés à des droits de douane de 245%, ce qui ne les rend plus compétitifs sur le marché» canadien

LONDRES : L'échec de discussions commerciales avec le Canada, qui achoppent sur le versant agricole après deux années de négociations, montre que Londres peine à réaliser ses promesses d'un commerce florissant pour le Royaume-Uni après sa sortie de l'Union Européenne.

«Nous avons toujours dit que nous ne négocierions que des accords qui sont dans l'intérêt des Britanniques», a commenté un porte-parole du Premier ministre, réagissant à l'annonce jeudi soir de la «pause» des discussions.

Le parti d'opposition travailliste, qui bénéficie d'une large avance dans les sondages en vue des prochaines élections législatives, a fustigé «un nouvel échec important des conservateurs à honorer leurs promesses».

Si Joe Maher, de Capital Economics, estime que cela «n'est pas de bon augure pour les perspectives du Royaume-Uni concernant la signature de nouveaux accords commerciaux», Jonathan Portes, professeur d'économie et politiques publiques à King's College London, juge que l'impact «direct» sur la balance commerciale britannique est «mineur» car le Canada est un partenaire commercial relativement mineur pour le Royaume-Uni.

Mais le blocage des négociations canado-britanniques «illustre la difficulté d'obtenir des accords même avec des pays +amis+» et «les limites de la stratégie commerciale» post-brexit du gouvernement, ajoute M Portes, interrogé par l'AFP.

L'ex-hôte de Downing Street Boris Johnson, avait appelé à quitter l'UE en promettant que le Royaume-Uni aurait plus de potentiel économique en faisant cavalier seul, vantant son concept de «Global Britain», ou «Grande-Bretagne planétaire».

Depuis sa sortie effective de l'Union européenne (UE) et du marché unique européen au 1er janvier 2021, le Royaume-Uni a notamment conclu des traités commerciaux avec l'UE et d'autres États européens, mais aussi avec des pays plus lointains comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande ou Singapour — sans parvenir à en nouer un, tant espéré, avec les États-Unis.

«La principale raison» de l'échec des pourparlers est «que le Royaume-Uni n'est pas prêt à accepter du boeuf traité aux hormones» comme le souhaitent les Canadiens, remarque Keith Pilbeam, professeur à l'université City London, interrogé par l'AFP.

Un accord provisoire entre le Canada et le Royaume-Uni, qui préservait une grande partie de l'Accord économique commercial global (AECG ou CETA pour l'acronyme en anglais) entre le Canada et l'UE, a été mis en place en 2021.

Mais l'accès des fromages britanniques au Canada dans le cadre de ce traité a expiré fin décembre et certains de ces produits sont à présent exposés à des droits de douane de

245% «ce qui ne les rend plus compétitifs sur le marché» canadien font valoir les Chambres de commerce britanniques (BCC).

- «Montée du protectionnisme» -

Les dispositions sur les règles et les procédures d'origine doivent par ailleurs expirer en mars avec des conséquences pour les exportateurs de voitures britanniques, qui risquent de se retrouver frappés de droits de douane s'ils exportent leurs véhicules vers le Canada, poursuivent les BCC.

William Bain, directeur des politiques pour les BCC, fait toutefois valoir que l'échec des tractations entre Londres et Ottawa s'inscrit dans une «montée du protectionnisme à travers le monde et que les exportateurs en subissent les conséquences».

Il mentionne notamment des discussions commerciales qui n'ont pas abouti entre l'UE et l'Australie.

«Le Canada demandait trop et offrait trop peu», déplore Minette Batters, la présidente du principal syndicat agricole britannique, le NFU, qui déplore notamment qu'Ottawa «a fait des tentatives répétées pour forcer le Royaume-Uni à changer ses règles de sécurité alimentaire».

Pour David Henig, du Centre européen pour la politique économique internationale, le Royaume-Uni a choisi de protéger ses normes alimentaires et vétérinaires après la fureur des agriculteurs britanniques dans la foulée de l'accord de libre-échange avec l'Australie.

Les agriculteurs britanniques s'étaient inquiétés de la concurrence des produits australiens, comme le bœuf et l'agneau, moins chers avec un élevage plus industriel aux normes sanitaires plus souples.

La NFU et les BCC ont cependant applaudi en mars la conclusion d'un accord pour rejoindre le partenariat de libre-échange transpacifique CPTPP, y voyant la possibilité de «nouvelles opportunités d'exportation».

M. Bain espère que l'échec des négociations entre Londres et le Canada n'empêchera pas ce dernier de ratifier l'entrée du Royaume-Uni dans le CPTPP mais rappelle que la «priorité pour nos membres» reste d'«améliorer la relation» commerciale avec «notre partenaire le plus important, l'Union européenne».


Luciano Benetton lâche la présidence de l'empire familial

Le président de l'entreprise italienne de vêtements Benetton, Alessandro Benetton, pose le 24 avril 2012 (Photo, AFP).
Le président de l'entreprise italienne de vêtements Benetton, Alessandro Benetton, pose le 24 avril 2012 (Photo, AFP).
Short Url
  • Alessandro Benetton, 60 ans, fils de Luciano Benetton, avait pris en janvier 2022 les rênes de la holding familiale Edizione
  • L'image de la richissime famille avait été ternie après la chute du pont de Gênes

MILAN: Luciano Benetton, cofondateur de l'empire textile éponyme âgé de 89 ans, a annoncé samedi son intention de lâcher la présidence du groupe familial italien, après avoir accusé son directeur général Massimo Renon d'avoir plombé les comptes du groupe.

"J'ai fait confiance et j'ai eu tort. J'ai été trahi au sens propre du terme. Il y a quelques mois, j'ai compris que quelque chose n'allait pas et que l'image du groupe que la direction nous présentait lors des réunions du conseil d'administration n'était pas réelle", a-t-il confié au journal Corriere della Sera.

"Avant de quitter le groupe, j'ai l'intention d'expliquer avec la transparence qui me caractérise ce qui s'est passé sans fuir ma responsabilité", a-t-il assuré.

Selon Luciano Benetton, M. Renon a laissé "un trou de 100 millions d'euros" après quatre années passées à la tête de la célèbre marque de vêtements.

Lors d'un conseil d'administration, "la bombe a éclaté" quand est apparu "soudainement un trou budgétaire dramatique, un choc qui nous laisse sans voix", commente M. Benetton.

"Nous avons perdu quatre ans et cela rend les choses plus difficiles car nous n'avons pas de baguette magique", relève-t-il. "Malheureusement, il y aura des sacrifices à faire", prévient-il.

Redonner vie 

"Le maximum d'efforts sera fait pour retrouver l'énergie des temps meilleurs et redonner vie à cette marque qui représente tant pour notre famille et qui porte notre nom", assure-t-il.

Alessandro Benetton, 60 ans, fils de Luciano Benetton, avait pris en janvier 2022 les rênes de la holding familiale Edizione.

L'image de la richissime famille avait été ternie après la chute du pont de Gênes, géré par l'une de ses filiales, qui a fait 43 morts et braqué les projecteurs sur le mauvais état des infrastructures de transport en Italie.

Pour faire table rase, la famille Benetton a décidé en mars 2023 de changer le nom de son groupe autoroutier et aéroportuaire italien Atlantia, qui s'appelle désormais Mundys.

Créé en 1965 dans le nord-est de l'Italie par quatre frères et soeur, Benetton était connu initialement pour ses petits pulls doux en laine déclinés en de multiples couleurs.

Le succès des "United Colors of Benetton" était ensuite allé grandissant, jusqu'à devenir planétaire entre 1982 et 2000 avec les campagnes publicitaires choc du photographe Oliviero Toscani. Mais la marque a ensuite traversé des périodes plus difficiles.

Luciano Benetton avait repris en 2018 la tête de l'enseigne pour tenter de redresser l'entreprise, mais le recours à Massimo Renon comme directeur général n'a pas donné les résultats escomptés.

"J'avais quitté l'entreprise en 2012 alors qu'elle était en bonne santé, avec un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros et des bénéfices", rappelle M. Benetton.


Le G7 appelle Israël à «garantir» les services aux banques palestiniennes

Le gouverneur de la Banque d'Italie Fabio Panetta (à gauche), le ministre italien de l'Économie et des Finances Giancarlo Giorgetti (à droite) et la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen posent en marge de la réunion des ministres des Finances du G7 à Stresa, le 24 mai 2024. (Photo Gabriel Bouys AFP)
Le gouverneur de la Banque d'Italie Fabio Panetta (à gauche), le ministre italien de l'Économie et des Finances Giancarlo Giorgetti (à droite) et la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen posent en marge de la réunion des ministres des Finances du G7 à Stresa, le 24 mai 2024. (Photo Gabriel Bouys AFP)
Short Url
  • Cet appel survient après la menace brandie cette semaine par Israël de priver les banques palestiniennes d'accès à son propre système bancaire
  • «Couper les banques palestiniennes de leurs homologues israéliennes créerait une crise humanitaire», avait estimé jeudi la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, présente à Stresa

STRESA, Italie : Le G7 Finances réuni en Italie appelle samedi Israël à «garantir» les services bancaires aux banques palestiniennes, de manière à éviter que des transactions vitales en Cisjordanie occupée soient bloquées, selon un projet de communiqué final obtenu par l'AFP.

«Nous appelons Israël à prendre les mesures nécessaires pour garantir que les services bancaires entre les banques israéliennes et palestiniennes restent en place», exhortent les grands argentiers des pays les plus riches du monde dans ce texte.

Cet appel survient après la menace brandie cette semaine par Israël de priver les banques palestiniennes d'accès à son propre système bancaire.

Une menace qui avait suscité de fortes inquiétudes à Washington. «Couper les banques palestiniennes de leurs homologues israéliennes créerait une crise humanitaire», avait estimé jeudi la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, présente à Stresa.

Elle avait précisé avoir écrit au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à ce sujet.

«Ces canaux bancaires sont essentiels pour effectuer des transactions permettant près de huit milliards de dollars d'importations en provenance d'Israël, y compris l'électricité, l'eau, le carburant et l'alimentaire, et facilitent près de deux milliards d'exportations par an dont dépendent les moyens de subsistance des Palestiniens», avait-elle souligné.

Dans son projet de déclaration finale, le G7 Finances demande donc que «les transactions financières vitales et les échanges et services essentiels se poursuivent».

Il demande aussi à Israël de «verser à l'Autorité palestinienne les recettes douanières retenues, compte tenu de ses besoins budgétaires urgents».

Israël collecte en effet des taxes douanières au nom de l'Autorité palestinienne, qu'il est censé lui reverser en vertu des accords d'Oslo signés en 1994.

Or après le 7 octobre, Israël a cessé de reverser l'intégralité de ces recettes douanières, arguant refuser de financer le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007 et qu'elle considère comme une «organisation terroriste».

Les ministres du G7 appellent enfin Israël «à supprimer ou à assouplir les autres mesures qui ont eu un impact négatif sur le commerce, afin d'éviter d'aggraver encore la situation économique en Cisjordanie».

 


Wall Street finit en hausse, nouveau record pour le Nasdaq

Les informations boursières de Trump Media & Technology Group sont affichées sur un téléviseur au Nasdaq Marketplace le 26 mars 2024 à New York. (Photo by Michael M. Santiago/ Getty Images via AFP)
Les informations boursières de Trump Media & Technology Group sont affichées sur un téléviseur au Nasdaq Marketplace le 26 mars 2024 à New York. (Photo by Michael M. Santiago/ Getty Images via AFP)
Short Url
  • Les valeurs de la nouvelle économie ont permis à l'indice Nasdaq (+1,10%) d'enregistrer un nouveau record en clôture
  • Les fameuses cartes graphiques de Nvidia, puces aux capacités de traitement hors norme, sont devenues indispensables au développement des grandes interfaces d'IA dite générative

NEW YORK : La Bourse de New York a terminé en hausse, vendredi, le secteur technologique se démarquant une nouvelle fois grâce à l'intelligence artificielle (IA), avant un week-end prolongé aux Etats-Unis.

Les valeurs de la nouvelle économie ont permis à l'indice Nasdaq (+1,10%) d'enregistrer un nouveau record en clôture. Le Dow Jones a lui aussi fini dans le vert, mais près de l'équilibre (+0,01%), tandis que le S&P 500 a glané 0,70%.

La place new-yorkaise a signé un rebond convaincant après son décrochage de la veille, un sursaut encouragé par l'approche du week-end prolongé du Memorial Day (lundi férié), une période traditionnellement positive pour les actions, selon Quincy Krosby, analyste de LPL Financial.

«Cela a probablement joué», a confirmé Tom Cahill, analyste de Ventura Wealth Management, pour qui «l'autre aspect positif, c'est Nvidia».

Wall Street ne s'est toujours pas remise des chiffres stratosphériques publiés mercredi après Bourse par le concepteur de semi-conducteurs.

Les fameuses cartes graphiques de Nvidia, puces aux capacités de traitement hors norme, sont devenues indispensables au développement des grandes interfaces d'IA dite générative.

«Que l'on voit cela ou non d'un œil positif, l'intelligence artificielle est désormais un élément important de la psychologie du marché», a insisté Tom Cahill.

Troisième capitalisation mondiale, Nvidia (+2,57%) fond désormais sur Apple (+1,66%), dauphin de Microsoft (+0,74%) au classement.

Les concurrents du groupe de Santa Clara (Californie) ont également brillé, vendredi, en particulier Intel (+2,13%), Micron (+2,55%), AMD (+3,70%) et Qualcomm (+4,26%).

Le bilan a été plus mitigé pour le Dow Jones, lesté notamment par le secteur de la santé, à l'image de l'assureur santé UnitedHealth (-1,68%) ou du laboratoire Merck (-1,22%).

La place new-yorkaise avait démarré la journée sans entrain, un peu échaudée par l'annonce d'une hausse de 0,7% sur un mois, en avril, des commandes de biens durables, alors que les économistes tablaient sur une contraction de 0,8%.

Même s'il doit être relativisé du fait d'une importante révision en baisse pour mars, le chiffre dépeint, comme les indicateurs d'activité PMI, la veille, une économie américaine qui refuse obstinément de courber l'échine.

Mais, les investisseurs se sont adoucis grâce à un second indicateur, l'enquête de l'université du Michigan, qui a révélé que les consommateurs ne voyaient plus l'inflation qu'à 3,3% dans un an, contre 3,5% dans la première version du sondage.

Pour Tom Cahill, l'émergence de l'IA laisse présager une amélioration de la productivité et des économies de coûts, ce qui pourrait contribuer à calmer l'inflation.

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans se détendait légèrement, à 4,46% contre 4,47% la veille en clôture.

Ailleurs à la cote, la plateforme d'échanges de cryptomonnaies Coinbase a gambadé (+8,59%), au lendemain d'une décision majeure du régulateur américain des marchés, la SEC.

Cette dernière a autorisé plusieurs Bourses américaines à coter de nouveaux fonds d'investissement (appelés ETF) en ether, la deuxième monnaie numérique la plus populaire au monde.

La SEC n'a pas encore donné son autorisation de commercialisation aux fonds eux-mêmes, mais ce premier feu vert est considéré comme un tournant.

Ce développement a bénéficié aussi au site de courtage pour particuliers Robinhood (+6,60%), qui a intégré les cryptomonnaies, ainsi qu'au «mineur» (qui crée de l'ether) Marathon Digital Holdings (+5,63%).

L'environnement de taux élevés bénéficie aux banques, dont les marges se raffermissent, à l'instar de JPMorgan Chase (+1,92%) ou Bank of America (+1,35%).