2021, ou la voie vers plus d'incertitude, selon les experts

2020 a été l'année de la plus grande récession économique en près d'un siècle, d'un effondrement rapide mais dramatique du commerce mondial et de l'année la plus tumultueuse pour le pétrole en 50 ans. 2021 semble susceptible d'apporter plus d'incertitude (Photo, AFP / Archives).
Short Url
Publié le Samedi 02 janvier 2021

2021, ou la voie vers plus d'incertitude, selon les experts

  • La plupart des analystes conviennent qu'il existe une corrélation directe entre la fin de la pandémie de la Covid-19 et la reprise de la croissance
  • L'espoir reste que 2021 verra une continuité dans le réarrangement fondamental de l'économie mondiale, à un rythme plus lent

DUBAI: L'année qui vient de s'écouler était le Grand Accélérateur. À la même époque l'année dernière, les experts prévoyaient un léger ralentissement de la croissance économique mondiale, des tensions persistantes dans les schémas commerciaux mondiaux et une période délicate mais négociable pour les marchés pétroliers, car les sources renouvelables sont loin de satisfaire la demande.

2020 a été l'année de la plus grande récession économique en près d'un siècle, d'un effondrement rapide mais dramatique du commerce mondial, et l'année la plus tumultueuse pour le pétrole en 50 ans. La pandémie de la Covid-19 a provoqué des tendances négatives de l'économie mondiale, les aggravant de plus en plus.

Au Moyen-Orient, en particulier parmi les pays exportateurs de pétrole, le schéma était le même. La contraction économique et la chute des recettes pétrolières ont aggravé les pressions budgétaires qui s'étaient déjà accumulées. Les gouvernements ont dû vivre avec un niveau d'endettement plus élevé qu'ils ne l'auraient souhaité, tout en puisant dans leurs réserves pendant la récession. Heureusement, la plupart d'entre eux ont encore de profonds moyens financiers.

ljh

La contraction économique et la chute des revenus pétroliers pendant la pandémie de la Covi-19 ont aggravé les pressions budgétaires qui s'étaient déjà accumulées au Moyen-Orient (Photo, AFP / Archives).

Dans ce contexte d'imprévisibilité, il serait téméraire de faire des projections fermes sur ce que 2021 apportera.

Ellen Wald, consultante et auteure du livre «Saudi Inc», a écrit: «La vérité est qu'en ce réveillon du Nouvel An, nous accrochons un nouveau calendrier et nous nous dirigeons vers le futur sans aucune certitude».

Les variables sont nombreuses, mais la plus importante reste l'évolution de la pandémie et l'efficacité (ou non) des mesures pour la combattre. Le coronavirus est le facteur déterminant de l'économie mondiale car la plupart des analystes conviennent qu'il existe une corrélation linéaire directe entre la fin de la pandémie et la reprise de la croissance économique.

-------------------------------
QUELQUES CHIFFRES

En 2021

  • 5,2% - Projection du FMI sur la croissance du PIB mondial en 2021.
  • 6,4% - Prévisions de Morgan Stanley sur la croissance du PIB mondial.
  • 4.6 - Projection d’IHS Markit de la croissance du PIB mondial.
    -------------------------------

Le cabinet-conseil IHS Markit estime qu'il y a de la lumière au bout du tunnel: «Quoique le virus de la Covid-19 restera avec nous tout au long de 2021, le développement et le déploiement rapides des vaccins permettront certainement une transition vers une nouvelle économie post-pandémique. Ainsi, nous entamons 2021 avec un mélange de prudence et d'espoir».

D'un autre côté, il semble peu probable que le monde soit en mesure de déclarer officiellement la fin de la pandémie en 2021. L'Organisation mondiale de la santé a publié sa catégorie la plus élevée - «urgence de santé publique de portée internationale» - en janvier dernier alors qu'il y avait moins de 100 cas dans le monde, et il semble pratiquement impossible que les taux de mortalité retombent à ce niveau cette année.

j,b

Les pèlerins musulmans ont convergé vers le mont Arafat en Arabie saoudite pour la saison du hajj de cette année, le plus petit des temps modernes et un contraste frappant avec les foules massives des années précédentes (Photo, AFP / Archives).

Malgré les marchés mondiaux encouragés par le déploiement rapide des vaccins, les défis financiers et logistiques signifient qu'il faudra beaucoup de temps avant que les vaccins n'atteignent la totalité, voire la plupart, de la population mondiale- à condition que les gens puissent être persuadés de se faire vacciner.

Dans ce contexte, les prévisionnistes économiques se débattent toujours. Le Fonds monétaire international - le guide le plus largement accepté sur la santé de l'économie mondiale - prédit que le PIB mondial rebondira à 5,2% de croissance en 2021, après un effondrement de 4,4% lors du «grand confinement», mais admet toutefois que «les prévisions reposent sur la santé publique et les facteurs économiques qui sont par nature difficiles à prévoir.

Consommateurs moteurs

D'autres experts sont moins prudents. Morgan Stanley, la banque d'investissement américaine, croit que le rebond économique sera de 6,4% dans le monde cette année. Son économiste en chef, Chetan Ahya, a affirmé: «Nous pensons que les consommateurs ont été le moteur de la reprise et que la croissance des investissements et la tolérance au risque du secteur privé sont les caractéristique principales de toute reprise auto-entretenue, vont rebondir également».

Ahya a en outre ajouté: «D'ici mars ou avril, nous nous attendons à ce que toutes les zones géographiques et tous les secteurs de l'économie mondiale rejoignent la reprise, avec une croissance impressionnante de 9% du PIB en Chine qui est à l'origine de l’éclosion du virus».

jhgf

Certains experts estiment qu'une reprise économique mondiale est possible, la croissance du PIB en Chine jouant le rôle principal (Photo, AFP / Archives).

Ce point de vue optimiste n'est pas du tout partagé par tous les chroniqueurs. «Les vents contraires à une croissance robuste à court terme comprennent les confinements liés à la Covid-19 au début de 2021, la prudence persistante des consommateurs et des entreprises, la diminution du soutien budgétaire et les tensions realatives à la hausse de la dette publique et privée», a déclaré IHS Markit tout en réduisant ses propres prévisions du PIB à 4,6% en 2021.

Pour l'autre grand moteur de la croissance mondiale - les États-Unis - les signaux sont plus confus. Le FMI a prédit que le PIB américain chuterait de 4,3% en 2020 avant de récupérer 3,1% cette année. Mais cette prévision a été faite avant les élections de novembre, qui ont toujours la capacité d'avoir un impact réel sur l'économie américaine.

L'Europe reste le problème potentiel en 2021, en proie à l'impact du Brexit et à la récente flambée de nouvelles souches de virus. Une forte baisse de 8,3% en 2020, selon le FMI, ne sera que partiellement compensée par une hausse de 5,2% en 2021.

hgf
La Grande-Bretagne a annoncé jeudi 24 décembre 2020 qu'un accord été obtenu sur les relations futures du pays avec l'Union européenne, après des pourparlers de dernière minute à peine quelques jours avant la date limite (Photo, AFP / Archives).

Optimisme sur une reprise saoudienne

Pour le Moyen-Orient, le FMI a prédit une baisse de 4,1% suivie d'une augmentation de 3% en 2021, l'Arabie saoudite ayant baissé de 5,4% en 2020 avant de récupérer 3,1%, à peu près en ligne avec les hypothèses formulées dans le budget de décembre du Royaume.

D'autres chroniqueurs sont plus optimistes quant au rythme de la reprise saoudienne. Nasser Saidi, expert en économie, a déclaré à Arab News qu'il envisageait une croissance du PIB de 3,5% pour le Royaume cette année, la reprise après les périodes de confinements ayant coïncidé avec les mesures de diversification de la stratégie relative à la Vision 2030 pour réduire la dépendance au pétrole.

L'un des débats dans le Royaume en 2020 était de savoir si le gouvernement avait pris suffisamment de mesures de relance budgétaire dans le but de lutter contre les effets de la pandémie.

Bien que le montant destiné pour relancer l’économie était faible par rapport à d'autres pays du G20, le contre-argument est que les décideurs saoudiens ont pris des mesures si rapides afin de ralentir la propagation du virus et que les interventions fiscales drastiques adoptées par d'autres pays étaient infructueuses.

Saidi est totalement d'accord de cette stratégie. «les décideurs saoudiens n'avaient pas vraiment besoin d'injecter autant d’argent que les autres pays du G20», a-t-il souligné.

lkjhgf

Une photo fournie par le ministère saoudien des médias le 25 juillet 2020 montre des voyageurs, portants des masques en raison de la pandémie du coronavirus, attendant en fille leurs bagages à l'aéroport de Djeddah pendant l’arrivée du premier groupe de pèlerins (Photo, AFP / Archives).

L'autre grand impondérable en 2021 est de savoir si les conditions favorables des marchés financiers de l'année dernière peuvent se poursuivre. Certains pessimistes ont passé une grande partie de l'année écoulée à anticiper une importante correction des marchés financiers mondiaux, qui ont continué de grimper à de nouveaux niveaux au moment où l'économie mondiale s'enfonçait dans le marasme.

L'indice S&P, le principal baromètre de la prospérité des actions mondiales, a semblé défier la gravité, terminant l'année de 15% plus haut avec un nouveau record sans précédent. Les sceptiques ont souligné qu'une grande partie de cette augmentation était due aux plans de relance du gouvernement qui ont atteint plus de 11 billions de dollars dans le monde au cours de l'année.

Ils ont également souligné que la majeure partie de l'augmentation de la valeur des actions était due à la performance d'une poignée de sociétés technologiques américaines comme Apple et Amazon, qui ont exploité le nouveau monde de la distanciation sociale et des télécommunications pendant cette pandémie. Il semble que peu de choses contredisent l'argument selon lequel ces entreprises ont déjà atteint une nouvelle normalité post-pandémique et que la hausse de leurs propres capitaux se poursuivra en 2021.

lkjhgf

Pour l'autre grand moteur de la croissance mondiale - les États-Unis - les signaux et les signes de reprise économique sont un peu plus déroutants (Photo, AFP / Archives).

En Arabie saoudite, les marchés financiers ont également nagé à contre-courant de la vague du confinement en 2020. Le Tadawul, par exemple, a connu l'une de ses meilleures années de son histoire en générant de grosses sommes dans les offres publiques initiales. Dans un contexte de reprise économique en cours et de l’amélioration des revenus pétroliers, la plupart des analystes boursiers estiment que cette tendance à la hausse se poursuit cette année, alors que le rythme des privatisations devrait s'accélérer.

Pour le Royaume, comme toujours, beaucoup dépend de la prospérité des marchés mondiaux de l'énergie. Il y avait des signes de rééquilibrage et de reprise du pétrole brut à la fin de l'année, l'alliance OPEP + se révélant efficace pour limiter l'offre et mettre un nouveau plancher sous les prix de 50 dollars le baril ont été maintenus pendant la majeure partie de décembre. Certains analystes pensent qu'il pourrait atteindre 65 $ en 2021.

Si le coronavirus a conduit à la «grande réinitialisation» - selon les mots du fondateur du Forum économique mondial Klaus Schwab – à ce moment-là, les prévisionnistes économiques doivent espérer que 2021 verra ce réarrangement fondamental de l'économie mondiale se poursuivre, mais à un rythme plus lent. L'année qui vient de s'écouler a été suffisamment troublante pour durer une décennie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé va poursuivre Bloomberg en justice

La semaine dernière, Bloomberg a publié des informations selon lesquelles l'administration Biden envisageait des sanctions contre le gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé. Le département d'État américain le nie. (Fichier / AFP)
Short Url
  • Bloomberg a publié un article affirmant que les États-Unis envisageaient de sanctionner Riad Salamé, une décision que le département d'État américain nie
  • «Nous avons vu des rapports sur d'éventuelles sanctions contre Riad Salameh. Ils sont faux», a déclaré un porte-parole du département d'État à Arab News

LONDRES: Le gouverneur de la Banque centrale libanaise, Riad Salamé, a annoncé vendredi qu'il allait intenter une action en justice contre le média économique Bloomberg après la publication par ce dernier d’un article affirmant que les États-Unis envisageaient de le sanctionner, une décision que le département d'État américain nie.

«Nous avons vu des rapports sur d'éventuelles sanctions contre Riad Salameh. Ils sont faux», a déclaré un porte-parole du département d'État à Arab News.

La semaine dernière, Bloomberg a publié des informations selon lesquelles l'administration Biden envisageait des sanctions contre le gouverneur de la banque centrale, une affirmation que Salemeh et le département d'État américain nient.

Une enquête sur un éventuel blanchiment d'argent et détournement de fonds a été ouverte par les autorités suisses.

Salamé, son frère et son assistante étaient également questionnés sur des transferts de plusieurs millions de dollars hors du pays à un moment où les citoyens libanais subissaient des restrictions drastiques sur leurs retraits de leurs propres comptes bancaires.

La monnaie du pays a atteint 10 000 livres libanaises pour un dollar américain mercredi, une chute sans précédent qui a déclenché une recrudescence des manifestations jusque-là entravées par la pandémie de coronavirus.

Le Liban a été témoin de manifestations à l'échelle nationale en octobre 2019 appelant à la fin de la corruption généralisée et décriant la détérioration des conditions économiques qui ont depuis réduit plus de la moitié de la population à vivre en dessous du seuil de pauvreté.

La crise économique et financière actuelle du pays a été largement imputée à Salamé en raison de son long mandat à la gouvernance de la banque centrale à laquelle il a accédé en 1993.


La principale application de covoiturage du Moyen-Orient envisage une expansion en Arabie Saoudite

L'entrepreneur vénézuélien Vilhelm Hedberg entend augmenter la flotte de Ekar à 10 000 véhicules vers la fin de cette année (Photo, fournie).
Short Url
  • Fondée en 2016 par l'entrepreneur vénézuélien Vilhelm Hedberg, Ekar était au départ un projet pilote composé de 15 véhicules opérant pour la compagnie aérienne Etihad Airways
  • En 2020, Ekar a enregistré une croissance de 16,3 % en glissement annuel, en dépit des restrictions sur les voyages imposées par la pandémie du coronavirus

DUBAÏ: Ekar, la première et la plus importante plateforme de covoiturage du Moyen-Orient, prévoit de doubler ses effectifs en Arabie saoudite cette année, dans la mesure où la demande pour ses services dans le Royaume continue de croître.

Fondée en 2016 par l'entrepreneur vénézuélien Vilhelm Hedberg, Ekar était au départ un projet pilote composé de 15 véhicules opérant pour la compagnie aérienne Etihad Airways. Aujourd'hui, Ekar compte environ 2 000 voitures dans les EAU et en Arabie saoudite, et prévoit d'augmenter sa flotte à 10 000 véhicules vers la fin de cette année.

Par un simple clic, les clients peuvent localiser la voiture la plus proche de leur domicile et, une fois le véhicule réservé, l'application déverrouille la porte et la clé attend le client à l'intérieur. Il est possible de louer les voitures à la minute, ou sous forme d'abonnement.

« Ekar a une forte présence dans la région et dispose de bureaux à Abou Dhabi, Dubaï et Riyad. Son personnel compte 104 personnes, dont 32 à Riyad », précise Hedberg dans un entretien avec Arab News.

 « Comme notre entreprise envisage de se développer et de s'agrandir davantage au cours des prochaines années, nous prévoyons de compter plus de 200 employés d'ici décembre 2021, dont plus de 70 seront établis en Arabie Saoudite ».

Étant une société privée, Ekar ne divulgue pas ses détails financiers. Toutefois, elle affirme que son activité a enregistré une croissance de 16,3 % en glissement annuel, et ce en dépit des restrictions sur les voyages imposées par la pandémie du coronavirus.

L'année dernière, la société a lancé en novembre l'application Ekar Fleet, sur laquelle les sociétés de location de voitures peuvent télécharger leurs véhicules supplémentaires.

Selon Hedberg, le service de flotte a enregistré des résultats initiaux positifs. Il prévoit ainsi que cette activité connaitra une croissance considérable.

« Ekar se trouve à un point d'inflexion et ses revenus sont censés être multipliés par 400 en 2021 en comparaison avec l'année précédente (2020). Notre objectif principal est d'atteindre un niveau de rentabilité vers la fin de l'année 2022 », ajoute-t-il.

« Nous espérons poursuivre notre expansion, tant au niveau régional qu'international, en Asie, en Turquie et en Égypte en 2021 ».

Il affirme que l'Arabie Saoudite restera un marché incontournable. Par ailleurs, il entrevoit « un potentiel immense », avec le nouveau modèle d'abonnement qui sera lancé à Riyad au mois d'avril.

« Nous envisageons également d'étendre nos services à travers l'Arabie saoudite au cours de l'année 2021. Chaque nouvelle ville dans laquelle nous lancerons nos services bénéficiera à la fois de services de covoiturage et d'abonnement », a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Faille chez Microsoft: 30 000 organisations américaines victimes de hackers chinois

Des dizaines de milliers d'entreprises, villes et institutions locales aux Etats-Unis ont subi des attaques d'un groupe de hackers (Photo, AFP).
Short Url
  • Microsoft a averti que les hackers du groupe «Hafnium» exploitaient des failles de sécurité dans ses services de messagerie pour voler les données de ses utilisateurs professionnels
  • «Le groupe d'espionnage exploite quatre nouvelles failles dans le logiciel Exchange et a semé des outils chez des centaines de milliers d'organisations dans le monde»

SAN FRANCISCO: Des dizaines de milliers d'entreprises, villes et institutions locales aux États-Unis ont subi des attaques d'un groupe de hackers soutenus par l'Etat chinois, selon un spécialiste de la cybersécurité qui a donné des détails vendredi sur un piratage de la messagerie de Microsoft.

« Au moins 30 000 organisations (...) ont été piratées ces derniers jours par une unité chinoise de cyber espionnage inhabituellement agressive, qui se concentre sur le vol d'emails, d'après des sources multiples », a indiqué Brian Krebs sur son blog KrebsonSecurity.

Microsoft a averti mardi que les hackers du groupe baptisé « Hafnium » exploitaient des failles de sécurité dans ses services de messagerie Exchange pour voler les données de ses utilisateurs professionnels.

Cet « acteur hautement qualifié et sophistiqué », selon le géant de l'informatique, a par le passé déjà ciblé des entreprises aux Etats-Unis, notamment dans le domaine de la recherche sur les maladies infectieuses, des cabinets d'avocats, des universités, des entreprises de défense, des groupes de réflexion et des ONG.

« Le groupe d'espionnage exploite quatre nouvelles failles dans le logiciel Exchange et a semé des outils chez des centaines de milliers d'organisations dans le monde, qui donne aux attaquants un contrôle à distance total sur les systèmes infectés », a détaillé Brian Krebs.

« La menace est active », a souligné Jen Psaki, la porte-parole de la Maison Blanche, lors d'un point presse vendredi.

L'attaque « pourrait avoir un impact très étendu », a-t-elle ajouté, avant d'appeler les collectivités « qui utilisent ces serveurs à agir maintenant pour se protéger ».

Mardi le directeur de Microsoft, Tom Burt, avait déclaré que sa société avait publié des mises à jour pour corriger les failles, et exhorté les clients à les appliquer.

« Nous savons que de nombreux acteurs étatiques et des groupes criminels agiront rapidement pour tirer profit de tout système non corrigé », avait-il averti. « Appliquer rapidement les correctifs est la meilleure protection contre cette attaque. »

Selon Microsoft, Hafnium est basé en Chine mais opère par le biais de serveurs privés virtuels loués aux Etats-Unis.

L'année dernière, Pékin avait accusé Washington de diffamation à la suite d'allégations selon lesquelles des pirates informatiques chinois tentaient de voler des recherches sur le coronavirus.

En janvier, les autorités américaines avaient désigné la Russie comme le principal suspect du piratage informatique massif contre l'entreprise SolarWinds, contredisant ainsi l'ex-président Donald Trump qui avait accusé la Chine d'être à l'origine de cette intrusion dans les logiciels du gouvernement américain et de milliers d'entreprises privées.

Microsoft a déclaré mardi que les attaques Hafnium « n'étaient en aucun cas liées aux attaques distinctes liées à SolarWinds ».