Le Rassemblement national: une évolution tranquille vers la conquête du pouvoir

La présidente du groupe Rassemblement national (RN) à l'Assemblée nationale Marine Le Pen et le président du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN) Jordan Bardella posent pour les photographes après les vœux de Jordan Bardella pour le Nouvel An à Paris le 15 janvier 2024. (Photo, AFP)
La présidente du groupe Rassemblement national (RN) à l'Assemblée nationale Marine Le Pen et le président du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN) Jordan Bardella posent pour les photographes après les vœux de Jordan Bardella pour le Nouvel An à Paris le 15 janvier 2024. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 07 février 2024

Le Rassemblement national: une évolution tranquille vers la conquête du pouvoir

  • Marine Le Pen navigue avec aisance, capitalisant sur chaque faux pas de la majorité présidentielle qui doit faire face à la colère des Français et à leurs préoccupations
  • Dans ses vœux pour 2024, elle a clairement indiqué que cette année sera celle «de la confirmation de la pertinence de nos idées», appelant au rassemblement derrière Jordan Bardella aux élections européennes

PARIS: Si les malheurs des uns font vraiment le bonheur des autres, tel serait le cas du président, Emmanuel Macron, et du Rassemblement national (RN), parti d’opposition d’extrême droite dirigé par Jordan Bardella, anciennement sous la direction de Marine Le Pen.

Le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal, venait à peine de terminer son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale que Marine Le Pen trouvait adéquat de commenter laconiquement les propos de M. Attal de «rituel presque mécanique».

Déambulant avec flegme, dans le grand couloir du Parlement, elle précise aux journalistes qui l’interrogent que le jeune Premier ministre n’a livré aux députés et à la France qu’un «catalogue» et «une succession de promesses diverses et variées».

Enfonçant le clou, elle ajoute que Gabriel Attal a précisé «tenter d’accommoder un peu de la droite et un peu de la gauche», fustigeant ainsi un manque de vision politique claire à la hauteur de la gravité de la situation que traverse le pays.

En effet, parmi les nombreuses critiques de tous bords entendues le mardi 30 janvier, celles de Mme Le Pen avaient une connotation toute particulière.

L’alliance de la gauche et de l’extrême gauche (incarnée par la France insoumise), baptisée «Nouvelle Union populaire écologique et sociale» (Nupes) et tissée à la hâte au lendemain des élections législatives de 2022, n’a pas tardé à faire long feu.

L’une des raisons est qu’elle est adossée à une majorité parlementaire de quatre-vingt-huit députés, qui fait du RN la principale force d’opposition, face à Renaissance, le parti présidentiel, qui n’a qu’une majorité relative.

L’autre raison est que, laminées par l’élection de M. Macron en 2017, les oppositions de droite comme de gauche n’ont pas réussi à remonter la pente depuis.

L’alliance de la gauche et de l’extrême gauche (incarnée par la France insoumise), baptisée «Nouvelle Union populaire écologique et sociale» (Nupes) et tissée à la hâte au lendemain des élections législatives de 2022, n’a pas tardé à faire long feu. La droite est quant à elle dans un état de décomposition latente, incapable de retrouver son unité ou de se doter d’un leader.

L’absence de majorité présidentielle absolue avait fragilisé l’ancienne Première ministre, Élisabeth Borne, l’obligeant à chaque vote de loi à rechercher des appuis chez les opposants et à défaut, à contourner le plus souvent les parlementaires en ayant recours à l’article 49.3 de la Constitution.

Le même cas de figure perdure, et M. Attal, tout comme Mme Borne avant lui, devra s’évertuer à son tour à trouver des stratégies pour poursuivre les réformes et avancer.

Dans le même temps, Marine Le Pen navigue avec aisance, capitalisant sur chaque faux pas de la majorité présidentielle qui doit faire face à la colère des Français et à leurs préoccupations.

Les défis sont nombreux, allant du pouvoir d'achat à la dégradation des services publics tels que la santé, l'éducation, les transports et le logement. En outre, il y a des mécontentements et des revendications spécifiques à certains secteurs.

 

Dès sa désignation à la tête du gouvernement, Gabriel Attal a dû s’atteler à trouver une solution au mécontentement des agriculteurs qui menaçaient d’encercler Paris tandis que Mme Le Pen se contentait de surfer sur la colère paysanne

Dès sa désignation à la tête du gouvernement, Gabriel Attal a dû s’atteler à trouver une solution au mécontentement des agriculteurs qui menaçaient d’encercler Paris tandis que Mme Le Pen se contentait de surfer sur la colère paysanne.

Lors d’un déplacement dans une exploitation agricole dans le nord de la France le 28 janvier, elle a dénoncé «la situation catastrophique» des agriculteurs et elle a critiqué «les normes trop sévères» imposées à ce secteur.

S’agissait-il d’une opération stratégique ou d’une offensive de charme? En réalité, c’était les deux à la fois. L'objectif principal était de souligner le manque de compréhension du pouvoir à l'égard du monde rural, qui partage de nombreuses valeurs avec son parti, notamment la protection et la souveraineté, face aux enjeux de la politique agricole européenne.

On est au cœur de la méthode Le Pen qui ne brille pas par la qualité des idées qu’elle avance, mais par son habileté à marquer des points, à chaque pas ou décision de la majorité présidentielle.

De l’avis de tous, dans le milieu politique, son coup de maître du 19 décembre restera dans les annales.

Ce jour-là, elle déboule à l’Assemblée nationale en clamant que son bloc parlementaire votera d’une seule voix la loi immigration portée par Élisabeth Borne.

De cette manière, elle a contribué à l'adoption de cette loi, qui suscitait des controverses, même au sein du camp présidentiel, tout en plaçant ce dernier dans une position délicate. Les critiques, tant de la droite que de la gauche, ont dénoncé l'approbation de la loi sur l'immigration grâce à une entente tacite entre Renaissance et l’extrême droite.

Pour Marine Le Pen, quelle meilleure façon d’affirmer haut et fort que sa force politique est désormais loin d’être isolée et que le poids de son bloc parlementaire peut faire basculer tous les projets et toutes les réformes gouvernementales!

Dans la continuité de cette stratégie, le 9 janvier, M. Attal est choisi par Emmanuel Macron pour être Premier ministre; le 14 janvier, Mme Le Pen dégaine, faisant une annonce surprenante.

Elle annonce sa décision de désigner M. Bardella, président de son parti, comme son Premier ministre en cas de victoire à l'élection présidentielle de 2027.

Car c’est bien le but qu’elle vise sur le long terme, tout en agissant sur le court terme pour réussir l’épreuve des élections européennes en juin prochain.

Dans ses vœux pour 2024, elle a clairement indiqué que cette année sera celle «de la confirmation de la pertinence de nos idées», appelant au rassemblement derrière Jordan Bardella aux élections européennes, et d’assener: «Comme nous avons mis Emmanuel Macron en minorité à l’Assemblée nationale, il nous revient désormais de rendre sa famille politique minoritaire au Parlement européen.»

Son objectif pour ces élections est de confirmer les sondages qui donnent au RN dix points d’avance sur le parti Renaissance.

Ce sera, selon M. Bardella, à qui incombe la réalisation de cette tâche, étant la tête de liste du RN pour les élections européennes, «la dernière marche avant la conquête du pouvoir».

En regardant la carte politique française, il est hélas difficile de ne pas admettre qu’à l’opposé des autres dirigeants, Marine Le Pen, finaliste lors des deux dernières élections présidentielles, a bien réussi. Elle a consolidé les fondations de son parti, en faisant de lui une véritable force d’opposition parlementaire. Surtout, elle a réussi dans le processus de dédiabolisation, car revendiquer son appartenance au RN n'est plus considéré comme tabou en France.


Présidence de l'Assemblée: le communiste André Chassaigne candidat du Nouveau Front populaire

André Chassaigne, député français nouvellement élu pour le Parti communiste (PC) de la coalition de gauche « Nouveau Front Populaire » (NFP), arrive pour une journée d'accueil à l'Assemblée nationale à Paris, le 9 juillet 2024.
André Chassaigne, député français nouvellement élu pour le Parti communiste (PC) de la coalition de gauche « Nouveau Front Populaire » (NFP), arrive pour une journée d'accueil à l'Assemblée nationale à Paris, le 9 juillet 2024.
Short Url
  • Âgé de 74 ans, André Chassaigne est l'un des piliers du Palais Bourbon où il siège depuis 2002 et préside le groupe communiste depuis 2012. Il s'y est notamment investi en faveur de la revalorisation des petites retraites agricoles.
  • Cyrielle Chatelain a estimé que la candidature d'André Chassaigne était la "plus à même de gagner" à gauche, après avoir retiré la sienne pour "ne pas faire durer une situation de blocage".

PARIS :Le communiste André Chassaigne a été choisi mercredi comme candidat unique du Nouveau Front populaire pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale, ont indiqué les groupes de la coalition de gauche à la veille du scrutin.

Après de longues tractations, le député du Puy-de-Dôme a bénéficié du désistement de la candidate écologiste Cyrielle Chatelain. Il affrontera notamment la présidente sortante macroniste Yaël Braun-Pivet et le centriste Charles de Courson, du groupe indépendant Liot.

Âgé de 74 ans, André Chassaigne est l'un des piliers du Palais Bourbon où il siège depuis 2002 et préside le groupe communiste depuis 2012. Il s'y est notamment investi en faveur de la revalorisation des petites retraites agricoles.

Devant la presse avec les autres chefs de groupe de gauche, le parlementaire a insisté sur la "légitimité collective" du Nouveau Front populaire pour "présider l'Assemblée" et la volonté de la gauche de "répondre aux difficultés du quotidien".

"Elu de la ruralité", il a également plaidé pour une "forme de pacification" dans une France "abîmée", alors que les députés de LFI ont souvent été critiqués pour leur attitude dans l'hémicycle.

Il a également affirmé à plusieurs reprises qu'il maintiendrait sa candidature jusqu'au bout du scrutin, qui peut durer jusqu'à trois tours, et qu'il ne se retirerait pas au profit d'un autre candidat.

Cyrielle Chatelain a estimé que la candidature d'André Chassaigne était la "plus à même de gagner" à gauche, après avoir retiré la sienne pour "ne pas faire durer une situation de blocage".

La cheffe des députés insoumis Mathilde Panot s'est "réjouie qu'une étape ait été franchie", estimant qu'il n'était "pas possible que Yaël Braun-Pivet redevienne présidente de cette Assemblée comme si rien ne s'était passé".

Le président du groupe PS, Boris Vallaud, a lui lancé un message aux autres forces politiques de l'Assemblée, les appelant à faire élire André Chassaigne plutôt qu'un candidat du camp présidentiel, au vu des résultats des législatives.

"Je sais qu'il y a au-delà de nous-mêmes dans cet hémicycle des gens qui ont bien compris qu'il y avait la volonté de faire obstacle à l'arrivée de l’extrême droite au pouvoir, mais aussi la disqualification de la politique du président de la République qui en réalité n’a pas les clés, et nous allons en faire la démonstration", a-t-il insisté.

Le Nouveau Front populaire - LFI, socialistes, écologistes et communistes - a eu besoin de plusieurs heures de réunions pour trancher. Et le choix s'est fait alors que les discussions sont complètement interrompues pour proposer un candidat au poste de Premier ministre.

Les Insoumis s'opposent à la personnalité avancée par le PS pour Matignon, la spécialiste du climat Laurence Tubiana, que LFI juge trop "Macron-compatible".

Mercredi, la patronne des écologistes Marine Tondelier s'est dite "en colère" et "écoeurée" par la guerre de leadership entre insoumis et socialistes pour proposer un nom pour Matignon, lançant un appel à la reprise immédiate des négociations.


JO-2024: un syndicat de la CGT Spectacle dépose un préavis de grève pour la cérémonie d'ouverture

Timothée Bernardeau, ancien caporal des sapeurs-pompiers, participe au relais de la flamme olympique sur le Parvis de Notre-Dame à Paris, le 14 juillet 2024, à l'occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Timothée Bernardeau, ancien caporal des sapeurs-pompiers, participe au relais de la flamme olympique sur le Parvis de Notre-Dame à Paris, le 14 juillet 2024, à l'occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • "Nous sommes au regret de devoir annoncer la pose d’un préavis de grève pour le spectacle du 26 juillet ainsi que pour les prochaines répétitions des cérémonies d’ouverture des Jeux Paralympiques" le 28 août, annonce dans un communiqué le syndicat (représ
  • Interrogé par l'AFP, un membre du SFA a indiqué estimer qu'environ "250 à 300 danseurs intermittents du spectacle", sur les quelque 3.000 recrues des JOP, "ont été recrutés à des conditions "honteuses, sans défraiement, ou sans connaître le montant de la

PARIS : Un syndicat défendant les artistes interprètes (SFA-CGT) a déposé un préavis de grève pour le 26 juillet, jour de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, pour protester contre "de criantes inégalités de traitement" entre les artistes recrutés pour le spectacle.

"Nous sommes au regret de devoir annoncer la pose d’un préavis de grève pour le spectacle du 26 juillet ainsi que pour les prochaines répétitions des cérémonies d’ouverture des Jeux Paralympiques" le 28 août, annonce dans un communiqué le syndicat (représentatif et majoritaire dans la branche), qui dépend de la CGT-Spectacle.

Le syndicat dit avoir "alerté", à plusieurs reprises, "Paname24, le producteur exécutif des cérémonies, de pratiques contractuelles non conformes à la convention collective" (des entreprises artistiques et culturelles, ndlr).

"Nous avons également pointé de criantes inégalités de traitement ainsi qu’une absence de dialogue social au cours des préparations des cérémonies", ajoute-t-il

Interrogé par l'AFP, un membre du SFA a indiqué estimer qu'environ "250 à 300 danseurs intermittents du spectacle", sur les quelque 3.000 recrues des JOP, "ont été recrutés à des conditions "honteuses, sans défraiement, ou sans connaître le montant de la cession des droits voisins".

Le syndicat s'interroge sur plusieurs points: "pourquoi les droits voisins, perçus en rétribution de la captation et de la diffusion de leurs prestations chorégraphiques, fluctuent de 60 € pour les intermittents du spectacle - exclus jusqu’alors des négociations collectives- à 1.610 € pour les salariés ayant pu bénéficier d’une négociation collective fructueuse ?

"Pourquoi certains artistes non parisiens sont et seront défrayés et logés, quand la majorité d’entre eux - les plus précaires - ne le sera pas, quand bien même ils et elles auraient les mêmes contrats de travail ?", poursuit-il.

Selon lui, après une saisine du comité de la Charte Sociale des JO, deux réunions de négociations se sont tenues avec Paris 2024 et Paname24, début juillet. "Mais aucune réponse ne nous a depuis été apportée" et aucune nouvelle rencontre n'est programmée.

Le 26 juillet, à partir de 19H30, quelque 3.000 danseurs, musiciens, comédiens prendront d'assaut les berges de la Seine et ses ponts sur un parcours de six kms allant du Pont d'Austerlitz à la Tour Eiffel, pour une cérémonie XXL qui a lieu pour la première fois hors d'un stade.


Le président français discute de la guerre entre Israël et le Hamas avec l'Égypte, le Qatar et le Bahreïn

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu mardi avec les dirigeants de l'Égypte, du Qatar et de Bahreïn. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu mardi avec les dirigeants de l'Égypte, du Qatar et de Bahreïn. (AFP)
Short Url
  • Le président français a rappelé avec la plus grande fermeté l’impératif de respect du droit international humanitaire qui s’impose à Israël", lors d'échanges successifs avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi
  • Il a redit "que la mise en place d'un cessez-le-feu ne pouvait plus être retardée", notamment pour obtenir la libération des otages détenus par le mouvement islamiste palestinien Hamas

PARIS: Emmanuel Macron a condamné mardi "les frappes israéliennes des derniers jours qui ont visé des écoles de l’ONU ainsi que le camp de déplacés d’Al-Maghazi dans la bande de Gaza", lors d'entretiens téléphoniques avec plusieurs dirigeants arabes.

Le président français a déploré "un très grand nombre de victimes civiles" dans ces frappes et "a rappelé avec la plus grande fermeté l’impératif de respect du droit international humanitaire qui s’impose à Israël", lors d'échanges successifs avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, l'émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani et le roi de Bahreïn Hamad Ben Issa Al-Khalifa, qui assure l'actuelle présidence de la Ligue des Etats arabes.

Il a redit "que la mise en place d'un cessez-le-feu ne pouvait plus être retardée", notamment pour obtenir la libération des otages détenus par le mouvement islamiste palestinien Hamas depuis son attaque sans précédent du 7 octobre en Israël et pour "mettre fin aux souffrances des populations à Gaza", selon un communiqué de l'Elysée.

"Il a aussi marqué son extrême préoccupation de la dégradation de la situation en Cisjordanie, réitéré l'opposition de la France à toutes les nouvelles mesures de colonisation prises par Israël, qui sapent les perspectives de paix", a poursuivi la présidence française.