Genoux à terre, voix qui porte: en 2020, la lutte des sportifs américains contre le racisme

Des joueurs de l’équipe de football américain des Chicago Bears mettent un genou au sol avant leur rencontre, à Nashville le 6 novembre (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 04 janvier 2021

Genoux à terre, voix qui porte: en 2020, la lutte des sportifs américains contre le racisme

  • En 2020, les sportifs américains se sont mobilisés comme jamais pour lutter contre l'injustice raciale
  • Côté fédérations, ligues, franchises, chacun y va de son communiqué entre émotion et indignation, avec plus ou moins de conviction

LOS ANGELES: Prises de parole, boycott de matches, lobbying pour le vote des Noirs: en 2020, les sportifs américains se sont mobilisés comme jamais pour lutter contre l'injustice raciale, jusqu'à peser dans l'élection de Joe Biden à la Maison-Blanche.

«À ce moment-là, on est tous autour du téléphone à écouter ses parents. Et on pleure. On ne sait pas vraiment ce que l'avenir nous réserve. Mais on fait la bonne chose.»

Cette «bonne chose» pour le basketteur Kyle Korver, c'est le boycott par les Bucks de leur match de play-offs NBA contre Orlando, le 26 août. Trois jours après que Jacob Blake s'est fait tirer plusieurs fois dans le dos par un policier à Kenosha, près de Milwaukee.

Avant ce mouvement de protestation sans précédent dans l'histoire du sport américain, tout a commencé par un genou à terre, trois mois plus tôt : en ce 25 mai, le monde découvre les images de l'insoutenable calvaire de George Floyd, asphyxié durant huit minutes et quarante-six secondes, lors de son interpellation à Minneapolis, et mort une heure après à l'hôpital.

LeBron James est la première personnalité à exprimer sa colère. «Vous comprenez maintenant !!?? Ou c'est toujours flou ?», écrit-il en légende d'un photo-montage mettant en parallèle l'agenouillement fatal à Floyd avec celui de l'ex-star NFL (football américain) Colin Kaepernick, qui protesta ainsi en 2016 pendant l'hymne national contre les violences policières faites aux Noirs.

Sportifs dans la rue

Ce geste qui coûta à Kaepernick sa carrière, insultes de Donald Trump en prime, est finalement devenu, quatre ans après, un des symboles de la lutte contre l'injustice raciale. Au point que même des policiers s'agenouillent lors de manifestations en faveur de Black Lives Matter.

Les vedettes de la NBA Stephen Curry, Giannis Antetokounmpo et Damian Lillard descendent dans la rue, celle du tennis Naomi Osaka aussi. En Europe, les genoux à terre se multiplient sur les terrains de foot à Liverpool, Dortmund, Madrid...

Bubba Wallace, seul pilote afro-américain du très conservateur championnat automobile Nascar, parvient lui à faire interdire le drapeau confédéré, considéré comme un symbole raciste, autour des circuits.

Côté fédérations, ligues, franchises, chacun y va de son communiqué entre émotion et indignation, avec plus ou moins de conviction. Pressé par ses stars, le patron de la NFL, Roger Goodell, s'excuse ainsi de ne pas avoir écouté plus tôt les joueurs lui demandant de plus fermement condamner le racisme et de soutenir les protestations.

Pendant ce temps, la NBA prépare sa reprise dans la bulle de Disney World. Certains, comme Kyrie Irving (Nets), estiment pourtant que l'heure n'est pas au basket mais au combat social.

LeBron James, lui, mène de front les deux : il crée l'association «More Than A Vote», dont le but est d'encourager la population noire à voter lors de la présidentielle. «Il est temps pour nous de faire la différence», dit-il.

En attendant, avec ses Lakers, il rouvre la saison le 31 juillet contre les Clippers. Ce retour au jeu s'inscrit sous le signe de Black Lives Matter, avec genoux à terre, slogans au dos des maillots, appels pour que justice soit faite.

Mais loin de la bulle, les violences systémiques continuent et l'affaire Blake est celle de trop. 

«Le combat doit continuer»

Le boycott des Bucks est suivi par les autres équipes, forçant la NBA à reporter six matches. MLS (foot), NHL (hockey sur glace), MLB (baseball) emboitent le pas. Osaka refuse de jouer sa demi-finale du tournoi de Cincinnati, les organisateurs embrayent, décrétant une journée sans tennis. 

Du jamais vu à l'échelle du sport américain, qui a pourtant eu d'illustres activistes : Bill Russell, Jackie Robinson, Mohamed Ali... Au point que Trump fustige la NBA d'être devenue «une organisation politique».

Après d'âpres discussions, les play-offs reprennent leur droit. Conseillés par Barack Obama, les joueurs imposent aux propriétaires de franchises de s'impliquer dans leur lutte. Faciliter l'accès au vote, en mettant les salles à disposition est l'une des mesures-clés de ce plan d'action.

Au final 23 clubs sur 30 ont pu tenir cet engagement, imitées par 16 des 32 franchises NFL.

Cela a eu un impact : au Michigan et au Wisconsin pour ne citer que ces deux Etats clés remportés par Biden, le taux de participation des Noirs a considérablement augmenté par rapport à 2016, dans les comtés où se trouvent la salle des Pistons et celle des Bucks, ayant servi de lieu de vote ou de dépôt des bulletins anticipés.

Le soir où la victoire de Biden n'a fait plus aucun doute, LeBron James, champion NBA un mois plus tôt avec les Lakers, se félicitait d'avoir joué un rôle avec «More Than A Vote».

Mais «le combat n'est pas terminé», a-t-il assuré au New York Times. «Il doit continuer, nous le savons. Nous nous battons chaque jour pour être entendus et respectés.»

Ces paroles ont eu aussi un écho auprès des sportifs français qui se sont eux aussi fait entendre. Comme le champion du monde 2018 Kylian Mbappé, à l'occasion du tabassage d'un producteur de musique noir par des policiers, son coéquipier en bleu Antoine Griezmann qui a rompu son partenariat avec Huawei en soutien des Ouïghours, ou encore les joueurs du PSG et du club turc de Basaksehir qui ont quitté le terrain après des propos racistes du 4e arbitre.

Retrospective: L’année 2020 en images
Par Arab News en Français -
Diego Maradona et Kobe Bryant, le sport perd deux géants
Par AFP -

Des Saoudiens réalisent le film d'animation «The Journey» après avoir suivi une formation au Japon

Le film « The Journey » relate le parcours historique de la péninsule arabique où Aws, un potier au passé mystérieux, participe à une bataille épique pour défendre sa ville (Photo, fournie).
Short Url
  • La bande annonce du film bénéficie déjà du soutien de personnalités du monde du spectacle, de différents ministères et de jeunes Saoudiens
  • Le terme manga est employé au Japon pour désigner à la fois la bande dessinée et le dessin animé. En effet, cette célèbre expression artistique gagne en popularité dans le Royaume depuis bien des années

DJEDDAH: Cet été, nous serons au rendez-vous avec le nouveau film d'animation proposé par 300 jeunes Saoudiens qui se sont rendus au Japon pour suivre une formation dans l'art du manga.

Le terme manga est employé au Japon pour désigner à la fois la bande dessinée et le dessin animé. En effet, cette célèbre expression artistique gagne en popularité dans le Royaume depuis bien des années.

Ainsi, la société Manga Productions a recruté des centaines de jeunes Saoudiens qui se sont rendus aux studios d'animation de Toei pour travailler sur le premier film d'animation saoudien-japonais « The Journey ».

Le PDG de la société, Essam Bukhary, également producteur exécutif du film, considère ce projet comme « le fruit de la production de contenus saoudiens créatifs en collaboration avec des partenaires internationaux prestigieux ».

Réalisé par le célèbre Shizuno Kobun, il a fallu deux ans et demi au film d'animation pour voir le jour, durant lesquels  les équipes saoudienne et japonaise sont parvenues à créer un mélange culturel entre les deux pays.

(Photo, fournie).

 « Ces jeunes hommes et femmes ont coopéré étroitement avec l'équipe japonaise sur tous les aspects du film, depuis l'écriture de l'histoire, la conception des personnages, les décors, le story-board, le montage, la révision et autres », a déclaré Bukhary dans un entretien accordé à l'émission YaHala sur la chaîne de télévision Rotana Khalijia.

D'après lui, le film « The Journey » relate le parcours historique de la péninsule arabique où Aws, un potier au passé mystérieux, participe à une bataille épique pour défendre sa ville. Le film sera projeté en arabe et en japonais, selon Bukhary.


Raphaël, élégance en stéréo et hommage à Christophe

Le chanteur français Raphael à son arrivée à la 44e édition de la cérémonie des César Film Awards à la Salle Pleyel à Paris le 22 février 2019. (Thomas Samson /Fichier/ AFP)
Short Url
  • Les hommages au "Beau Bizarre", Christophe, fourmillent dans le disque, qui s'ouvre d'ailleurs sur "Années 20"
  • La dernière chanson, "Norma Jean", se réfère à une variété de roses blanches que Christophe aimait offrir autour de lui

 

PARIS : Le nouvel album de Raphaël, "Haute fidélité", est une belle chambre d'écho pour accords majeurs, avec les participations d'Arthur Teboul (Feu ! Chatterton), Clara Luciani, Pomme et la silhouette de Christophe en ombre chinoise.

Les hommages au "Beau Bizarre" fourmillent dans le disque, qui s'ouvre d'ailleurs sur "Années 20" où l'interprète de "Caravane" se glisse dans les santiags de l'auteur des "Mots bleus", marchant sur le fil d'une voix en équilibre.

Dans "Maquillage bleu" on entend fuser un "Christophe en Ferrari". Et la dernière chanson "Norma Jean" se réfère à une variété de roses blanches que Christophe aimait offrir autour de lui.

"C'est juste après sa disparition que j'ai écrit +Norma Jean+, puis un mois ou deux après, j'ai écrit cette intro ‘Années 20’ qui me faisait penser à lui, puis j'ai ajouté son nom dans ‘Maquillage bleu’, confie Raphaël.

Et d'évoquer "mille choses" qu'il adorait chez le chanteur des "Paradis Perdus": "tout le monde l'aimait, c'était un éternel jeune homme, moderne sans chercher à l'être".

Raphaël raconte aussi l'enregistrement d'un duo avec lui pour l'album "Christophe etc", au cœur de la nuit, évidemment. "Il vous donne rendez-vous à minuit, il arrive une heure plus tard (rires), avec une amie; ma femme (l'actrice Mélanie Thierry) était venue, c'était un moment délicieux, comme à chaque fois avec lui, spécial, électrique".

La guitare devient oud

Dans "Maquillage bleu", Raphaël rend hommage à une génération disparue, celle des "Christophe, Johnny, Françoise Sagan, qui roulaient vite et ne faisaient pas gaffe au chemin du retour".

Dans ce morceau-pépite, il grince aussi de se retrouver dans une époque avec "Victoria Beckham s'occupant de nos âmes". "Je n'ai rien contre elle, ni pour elle (rires) mais quand j'étais petit, l'idée de l'avenir c'était d'aller sur la Lune, sur Mars, et cette promesse de modernité s'est limitée aux réseaux sociaux", développe-t-il.

Ce même titre permet aussi d'entendre l'actrice Valeria Bruni-Tedeschi, une proche, déclamer un passage de "La Divine Comédie" de Dante, en italien. "Il y a ce personnage paresseux - moi qui suis assez paresseux (rires) - qui s'appelle Belacqua et qui me faisait penser à Bevilacqua", poursuit-il, citant le nom de Christophe à l'état civil.

Et c'est d'ailleurs par l'entremise de Christophe - on y revient encore - que Raphaël a rencontré Arthur Teboul, leader de Feu ! Chatterton. Un "complice précieux", qui pose sa voix à plusieurs reprises sur cet album (sorti vendredi chez Sony).

Sur "La Jetée", Arthur Teboul chante ainsi un psaume en hébreu alors que la guitare de Raphaël se fait "orientale", sonnant comme un oud. "J'avais coincé des bouts de paquets de cigarettes entre les cordes, c'est un truc connu, comme le truc d'ouvrir une bière avec un briquet (rires)". 

"Même famille"

Arthur Teboul ne pouvait que plaire à Raphaël. On l'a vu chanter lors du spectacle-hommage à Alain Bashung en 2019 ou rejoindre cette année-là Stephan Eicher sur scène.

"J'ai écrit et joué pour Bashung, écrit et joué pour Eicher, on est dans la même famille, on relève tous le flambeau, on est tous copains, on s'admire, on s'aime beaucoup", acquiesce Raphaël.

Une famille de scène où l'on trouve aussi Clara Luciani, qui assurait il y a quelques années guitares, claviers et chœurs dans le groupe de Raphaël en tournée.

Il a "assisté avec beaucoup d'admiration" à l'"épanouissement" de celle qui fut sacrée artiste féminine aux Victoires de la musique en 2020. Et l'avoir sur "Si tu pars ne dis rien" n'était pour lui que la "suite de l'histoire".

Et puis il y a une nouvelle venue, Pomme (artiste féminine aux Victoires cette année), à qui il avait proposé de faire des chœurs sur "Le train du soir". "Et puis c'est devenu un duo, car dès qu'elle chante on a envie de l'écouter, quelle émotion c'est de chanter à ses côtés !".


Les bijoux ludiques et funky de la créatrice libanaise Danya Jabre

Danya Jabre est la fondatrice de la marque de bijoux The Twist. (Fourni)
Short Url
  • Au-delà de sa formation de graphiste, c'est de ses expériences et ses voyages qu’elle s’inspire, d'une manière ou d'une autre, pour irriguer sa marque de joaillerie ludique et singulière, The Twist
  • Les premiers modèles de la collection The Twist, sertis d'or et d'argent, sont inspirés d'emojis devenus très populaires via les chats du Blackberry Messenger – une chose du passé

DUBAÏ: À ce stade de son parcours, Danya Jabre peut se retourner et se dire qu'elle a vraiment tout fait. Mais la voilà qui s'installe aujourd'hui pour prendre plaisir à ce qu'elle aime le plus.

Mère, grand-mère et entrepreneure, Danya Jabre a fui son pays natal, le Liban, à la suite de l'invasion israélienne de 1982. L’Angleterre a été sa première destination, suivie des États-Unis, du Canada et de la France.

Au-delà de sa formation de graphiste, c'est de ses expériences et ses voyages qu’elle s’inspire, d'une manière ou d'une autre, pour irriguer sa marque de joaillerie ludique et singulière, The Twist.

« J'ai eu l'habitude de tout programmer dans la vie. Les choses que j'accomplissais s'écroulaient après un certain temps », raconte-t-elle à Arab News. Mais la collection The Twist, qu'elle a lancée en 2014, semble être là pour rester.

Depuis son plus jeune âge, les bijoux ont fasciné Mme Jabre. Un jour, sa mère est rentrée de Hong Kong avec un livre sur les pierres précieuses et leurs caractéristiques. Elle raconte : « J'avais neuf ans ! Pourquoi une fille de neuf ans serait-elle intéressée de lire sur les pierres ? »

Outre le livre, sa mère a ramené quelques pierres brutes. Danya Jabre a ressenti immédiatement une envie de les tenir et de les examiner, surtout à la lumière naturelle.

Un autre souvenir distinct lui revient, c'est celui du temps qu'elle a passé à Londres dans les années 1980, où elle a acheté des boucles d'oreilles en fermeture éclair à King's Road - un centre pour jeunes qui l’a fascinée.

Les premiers modèles de la collection The Twist, sertis d'or et d'argent, sont inspirés d'emojis devenus très populaires via les chats du Blackberry Messenger – une chose du passé. C'est cette collection qui a tout initié et c'est pourquoi elle reste la collection préférée de Jabre. « Elle m'a porté chance », affirme-elle. « Elle est aussi très gaie. Quand je porte un de mes modèles, les conversations sont engagées et les gens y réagissent fort bien ».

Peu de temps plus tard, une autre collection attrayante a vu le jour. La « Thérapie par le bonheur » (Happiness Therapy) se compose de colliers empreints d'humour auxquels sont accrochées des comprimés empeignés de couleurs et de bonheur. « Je me suis inspirée dans cette collection de mes enfants qui me disaient de prendre un comprimé pour me détendre », dit-elle. Sur son site web, elle évoque cette collection par ces mots : « La principale leçon que j'ai tirée de la vie est que l'humour adoucit les situations complexes et rend les choses plus agréables ». Même l'emballage est remarquable ; il ressemble à une boîte de médicaments sur laquelle on peut lire : « Effet rapide et durable ».

Dernièrement, Mme Jabre a conçu des pièces plus imposantes qui véhiculent elles aussi le même message de culture pop, comme son collier de fortune cookies chinois qui dissimule un papier secret et sa bague « Popcorn Love », ornée de perles Mikimoto brillantes camouflées en forme de popcorn.

Cependant, au-delà de cette touche ludique et créative, on trouve également sa collection préférée. Ainsi, lorsque les Libanais protestaient massivement contre le gouvernement en octobre 2019, elle a décidé de créer « Le Liban dans mon cœur » (Lebanon in my Heart), qui consiste en une carte du Liban, le fameux poing serré de la révolution, et un cèdre portant le symbole du « nazar » (qui éloigne, croit-on, le mauvais œil). « Je restais dans la rue jusqu’à 3 heures, voire 4 heures du matin, d'octobre à février. Je croyais que nous étions capables de changer la situation », se souvient-elle. « C'est un sujet particulièrement  émotionnel. Le Liban m'a épuisée au niveau émotionnel et je ne m'en suis toujours pas remise ».

Comme bien d'autres petites entreprises, The Twist a connu une période difficile en raison de la pandémie de la Covid-19. Le fait d'être basée dans un Liban en crise n'a fait qu'aggraver la situation. Toutefois, Mme Jabre garde espoir et prévoit de renforcer la présence de son entreprise sur le marché du numérique.

Bien entendu, elle prend plaisir à créer ses pièces, mais c'est la connexion avec les gens qui lui apporte la joie la plus intense.

« J'aime être créative », confie-t-elle. « Avec mes clients, il ne s’agit pas d’une relation commerciale.  Je les suis en demandant leur avis sur les pièces qu'ils ont achetées. Certains d'entre eux me confient des histoires de leur vie. J'entretiens une relation personnelle avec mes clients et c'est très stimulant ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.