Genoux à terre, voix qui porte: en 2020, la lutte des sportifs américains contre le racisme

Des joueurs de l’équipe de football américain des Chicago Bears mettent un genou au sol avant leur rencontre, à Nashville le 6 novembre (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 04 janvier 2021

Genoux à terre, voix qui porte: en 2020, la lutte des sportifs américains contre le racisme

  • En 2020, les sportifs américains se sont mobilisés comme jamais pour lutter contre l'injustice raciale
  • Côté fédérations, ligues, franchises, chacun y va de son communiqué entre émotion et indignation, avec plus ou moins de conviction

LOS ANGELES: Prises de parole, boycott de matches, lobbying pour le vote des Noirs: en 2020, les sportifs américains se sont mobilisés comme jamais pour lutter contre l'injustice raciale, jusqu'à peser dans l'élection de Joe Biden à la Maison-Blanche.

«À ce moment-là, on est tous autour du téléphone à écouter ses parents. Et on pleure. On ne sait pas vraiment ce que l'avenir nous réserve. Mais on fait la bonne chose.»

Cette «bonne chose» pour le basketteur Kyle Korver, c'est le boycott par les Bucks de leur match de play-offs NBA contre Orlando, le 26 août. Trois jours après que Jacob Blake s'est fait tirer plusieurs fois dans le dos par un policier à Kenosha, près de Milwaukee.

Avant ce mouvement de protestation sans précédent dans l'histoire du sport américain, tout a commencé par un genou à terre, trois mois plus tôt : en ce 25 mai, le monde découvre les images de l'insoutenable calvaire de George Floyd, asphyxié durant huit minutes et quarante-six secondes, lors de son interpellation à Minneapolis, et mort une heure après à l'hôpital.

LeBron James est la première personnalité à exprimer sa colère. «Vous comprenez maintenant !!?? Ou c'est toujours flou ?», écrit-il en légende d'un photo-montage mettant en parallèle l'agenouillement fatal à Floyd avec celui de l'ex-star NFL (football américain) Colin Kaepernick, qui protesta ainsi en 2016 pendant l'hymne national contre les violences policières faites aux Noirs.

Sportifs dans la rue

Ce geste qui coûta à Kaepernick sa carrière, insultes de Donald Trump en prime, est finalement devenu, quatre ans après, un des symboles de la lutte contre l'injustice raciale. Au point que même des policiers s'agenouillent lors de manifestations en faveur de Black Lives Matter.

Les vedettes de la NBA Stephen Curry, Giannis Antetokounmpo et Damian Lillard descendent dans la rue, celle du tennis Naomi Osaka aussi. En Europe, les genoux à terre se multiplient sur les terrains de foot à Liverpool, Dortmund, Madrid...

Bubba Wallace, seul pilote afro-américain du très conservateur championnat automobile Nascar, parvient lui à faire interdire le drapeau confédéré, considéré comme un symbole raciste, autour des circuits.

Côté fédérations, ligues, franchises, chacun y va de son communiqué entre émotion et indignation, avec plus ou moins de conviction. Pressé par ses stars, le patron de la NFL, Roger Goodell, s'excuse ainsi de ne pas avoir écouté plus tôt les joueurs lui demandant de plus fermement condamner le racisme et de soutenir les protestations.

Pendant ce temps, la NBA prépare sa reprise dans la bulle de Disney World. Certains, comme Kyrie Irving (Nets), estiment pourtant que l'heure n'est pas au basket mais au combat social.

LeBron James, lui, mène de front les deux : il crée l'association «More Than A Vote», dont le but est d'encourager la population noire à voter lors de la présidentielle. «Il est temps pour nous de faire la différence», dit-il.

En attendant, avec ses Lakers, il rouvre la saison le 31 juillet contre les Clippers. Ce retour au jeu s'inscrit sous le signe de Black Lives Matter, avec genoux à terre, slogans au dos des maillots, appels pour que justice soit faite.

Mais loin de la bulle, les violences systémiques continuent et l'affaire Blake est celle de trop. 

«Le combat doit continuer»

Le boycott des Bucks est suivi par les autres équipes, forçant la NBA à reporter six matches. MLS (foot), NHL (hockey sur glace), MLB (baseball) emboitent le pas. Osaka refuse de jouer sa demi-finale du tournoi de Cincinnati, les organisateurs embrayent, décrétant une journée sans tennis. 

Du jamais vu à l'échelle du sport américain, qui a pourtant eu d'illustres activistes : Bill Russell, Jackie Robinson, Mohamed Ali... Au point que Trump fustige la NBA d'être devenue «une organisation politique».

Après d'âpres discussions, les play-offs reprennent leur droit. Conseillés par Barack Obama, les joueurs imposent aux propriétaires de franchises de s'impliquer dans leur lutte. Faciliter l'accès au vote, en mettant les salles à disposition est l'une des mesures-clés de ce plan d'action.

Au final 23 clubs sur 30 ont pu tenir cet engagement, imitées par 16 des 32 franchises NFL.

Cela a eu un impact : au Michigan et au Wisconsin pour ne citer que ces deux Etats clés remportés par Biden, le taux de participation des Noirs a considérablement augmenté par rapport à 2016, dans les comtés où se trouvent la salle des Pistons et celle des Bucks, ayant servi de lieu de vote ou de dépôt des bulletins anticipés.

Le soir où la victoire de Biden n'a fait plus aucun doute, LeBron James, champion NBA un mois plus tôt avec les Lakers, se félicitait d'avoir joué un rôle avec «More Than A Vote».

Mais «le combat n'est pas terminé», a-t-il assuré au New York Times. «Il doit continuer, nous le savons. Nous nous battons chaque jour pour être entendus et respectés.»

Ces paroles ont eu aussi un écho auprès des sportifs français qui se sont eux aussi fait entendre. Comme le champion du monde 2018 Kylian Mbappé, à l'occasion du tabassage d'un producteur de musique noir par des policiers, son coéquipier en bleu Antoine Griezmann qui a rompu son partenariat avec Huawei en soutien des Ouïghours, ou encore les joueurs du PSG et du club turc de Basaksehir qui ont quitté le terrain après des propos racistes du 4e arbitre.

Retrospective: L’année 2020 en images
Par Arab News en Français -
Diego Maradona et Kobe Bryant, le sport perd deux géants
Par AFP -

La pandémie ternit le clinquant de la saison des prix à Hollywood

Les spécialistes de la communication ont donc dû improviser, délaissant les palaces de Los Angeles pour une formation accélérée en techniques de visioconférence: toutes les rencontres et interviews de stars se sont déroulées via internet, presque comme des banales réunions de bureau (Photo, AFP).
Short Url
  • La cérémonie des Golden Globes sera principalement virtuelle et la plupart des lauréats devraient recevoir leur trophée à domicile
  • La cérémonie se tiendra à cheval entre la Californie et New York, avec deux maîtresses de cérémonie, Amy Poehler et Tina Fey, qui se passeront le relais d'une côte à l'autre

LOS ANGELES: Habituellement, les semaines précédant la saison des prix à Hollywood sont un clinquant tourbillon mêlant soirées chics, luxueuses suites d'hôtel où les célébrités défilent pour venir chercher des cadeaux de marques, et cérémonie de gala des Golden Globes à Beverly Hills. Mais 2021 n'est pas une année comme les autres.

Les nominations dans les principales catégories pour les 78e Golden Globes seront annoncées dimanche soir, 28 février sur NBC.

La pandémie de coronavirus est passée par là et a bousculé tous les usages.

L'industrie avait pu un temps espérer un retour à la normale mais l'explosion des cas de Covid-19 dans le sud de la Californie cet hiver a rendu inenvisageable l'organisation de soirées VIP et autres panels mettant en présence des célébrités, des journalistes et les jurys des prix cinématographiques.

Les spécialistes de la communication ont donc dû improviser, délaissant les palaces de Los Angeles pour une formation accélérée en techniques de visioconférence: toutes les rencontres et interviews de stars se sont déroulées via internet, presque comme des banales réunions de bureau.

"J'ai été très strict et évité toute rencontre en chair et en os. Et je dois dire que les studios et chaînes de télévision ont été très compréhensifs", dit Scott Feinberg, expert du magazine The Hollywood Reporter. "Tout le monde a dû s'adapter".

Les Golden Globes eux-mêmes ont renoncé à leur soirée baignée de champagne, un rendez-vous attendu par tous à Hollywood, pour une cérémonie principalement virtuelle durant laquelle la plupart des lauréats devraient recevoir leur trophée à domicile.


Emotion à l'ONU après la reprise par Rockefeller d'une tapisserie Guernica

L'ambassadeur américain aux Nations Unies Nikki Haley passe devant une réplique de "Guernica" de Pablo Picasso. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Après l'annonce jeudi du retrait de ce prêt, le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric avait rapidement twitté son amertume
  • « Quel dommage ! Cette tapisserie a été la toile de fond d'une partie de ma vie professionnelle », renchérissait aussi sur Twitter un diplomate britannique

NATIONS-UNIES, ETATS-UNIS : La reprise par la famille Rockefeller d'une vaste tapisserie représentant le Guernica de Picasso, à l'entrée du Conseil de sécurité de l'ONU depuis plus de trois décennies, a suscité l'émotion de nombreux diplomates et des plus hauts responsables de l'Organisation.

Après l'annonce jeudi par l'ONU du retrait de ce prêt, décidé par son propriétaire Nelson Rockefeller Junior, le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric avait rapidement twitté son amertume, à l'instar de nombreux diplomates affectés auprès des Nations unies.

« C'est vraiment triste. Ce mur sans la tapisserie est vide de sens. Cette tapisserie suspendue ailleurs perdra beaucoup de sa valeur », a estimé M. Dujarric.

« Quel dommage ! Cette tapisserie a été la toile de fond d'une partie de ma vie professionnelle », renchérissait aussi sur Twitter un diplomate britannique, Mungo Woodifield.

La présence de la tapisserie, devant laquelle passaient régulièrement des présidents, ministres et autres ambassadeurs allant au Conseil de sécurité, visait à les sensibiliser à la tragédie de la guerre.

Pour le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, l'annonce de la récupération de la tapisserie a été une surprise. « Ce n'était pas prévu », a souligné vendredi son porte-parole, en indiquant ne disposer d'aucune explication de la famille Rockefeller sur cette décision soudaine.

Avec des lettres, des appels téléphoniques, « le secrétaire général et d'autres ont énormément essayé de garder la tapisserie ici mais nous n'avons pas réussi » à faire changer d'idée le propriétaire, a ajouté dans une déclaration Stéphane Dujarric, lors de son point-presse quotidien.

« C'est comme une perte de regarder ce mur vide », a-t-il insisté. « Cette tapisserie n'était pas seulement le rappel émouvant des horreurs de la guerre, mais en raison de son positionnement, elle témoignait également de tant d'histoires qui se déroulaient depuis 1985 aux abords du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

Commandée en 1955 par Nelson Rockefeller, la tapisserie tirée de l’œuvre de Pablo Picasso et qui représente le bombardement de la ville de Guernica le 26 avril 1937 par l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste, a été tissée par l'atelier français Jacqueline de La Baume-Dürrbach.

Aucun commentaire, notamment pour savoir si une vente de la tapisserie est prévue, n'a pu être obtenue auprès du Bureau de la famille Rockefeller, du Centre d'archives Rockefeller, et de la Fondation Rockefeller.


The Breakdown: Joana Hadjithomas et Khalil Joreige évoquent Cedar IV, A Reconstitution

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige sont des artistes libanais basés à Paris (Photo fournie)
Short Url
  • Nous nous sommes demandé pourquoi un projet aussi intéressant avait disparu de notre histoire et de notre mémoire
  • La reconstitution est une manière de donner de la matière – la réalité – à nos souvenirs perdus

DUBAÏ: L’installation de 2011 du duo d’artistes libanais basé à Paris, est inspirée de la Lebanese Rocket Society des années 1960. 

1
La Lebanese Rocket Society (Photo fournie) 

Joana Hadjithomas: Tout a commencé avec ma sœur. Elle faisait des recherches sur l'histoire du Liban et elle est tombée sur cette histoire de fusées lancées depuis le Liban (dans les années 1960). Cela nous est resté en tête. Quelques années plus tard, nous avons vu le timbre de la fusée Cedar IV, émis en 1964, et nous avons trouvé que c'était vraiment intéressant. 

Khalil Joreige: Nous nous sommes demandé pourquoi un projet aussi intéressant avait disparu de notre histoire et de notre mémoire. 

Joana: La Lebanese Rocket Society a vu le jour en 1960 à l'université de Haigazian. Un professeur – Manoug Manougian – avait une passion pour tout ce qui avait trait aux fusées. Ses étudiants ont commencé à fabriquer des fusées et des propulseurs à l'université. L'armée libanaise s’est jointe au projet, mais pour Manoug et ses étudiants, ça a toujours été un projet éducatif – jamais militaire. 

Khalil: Ce n’était pas non plus nationaliste. La plupart des personnes impliquées n’étaient pas libanaises – elles venaient de toute la région. Elles construisaient la paix à travers l’éducation. 

Joana: Les acteurs du programme pensaient qu'ils contribuaient à la course à l'espace – ils partageaient cette fascination de l’époque pour l'espace. Il s’agit d’espoir et de rêves. Nous avons donc estimé que nous devions raconter cette histoire et retrouver ceux qui en avaient fait partie. Cela n’a pas été facile car ils étaient dispersés dans le monde entier. 

Khalil: Nous avons dû réfléchir à différentes stratégies afin de conjuguer le passé au présent. 

Joana: Nous avons donc reconstruit une fusée avec  le soutien de la Biennale de Sharjah et nous l'avons offerte à l'université de Haigazian. La reconstitution est une façon de donner de la matière – la réalité – à nos souvenirs perdus. C’est pourquoi il était important de reconstituer la fusée à l’identique. Nous avons choisi Cedar IV parce que c’était l’une des plus réussies, mais nous n’y avons pas affiché le drapeau libanais. 

Khalil: Si vous y posez un drapeau, cela devient nationaliste et militariste. En le laissant blanc, cela reste un lieu de projection, une présence fantomatique. 

Joana: Aujourd'hui, la fusée ressemble à un missile militaire, mais ça n’en est pas un. 

Khalil: La sonde des Émirats arabes unis (qui a atteint Mars le 9 février) s'appelle «Hope». Lorsque vous visez une autre dimension, quelque chose que vous ignorez, il s’agit toujours d'espoir. 

Joana: La principale richesse du Liban est son peuple, mais nous sommes les otages de gens corrompus qui ne pensent qu'à eux-mêmes. Nous étions vraiment heureux pour les Émirats arabes unis quand «Hope» a atteint Mars, et je pense que les Libanais y ont été sensibles parce que cela touche à leur droit de rêver aussi – et d’avoir la possibilité de se reconstruire et de se libérer de ces gens corrompus. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com