Stars et remous politiques au programme de la Berlinale

Le directeur artistique de la Berlinale, Carlo Chatrian, et la directrice exécutive, Mariette Rissenbeek, tiennent une conférence de presse le 22 janvier 2024 à Berlin, avant le 74e festival international du film de la Berlinale. (AFP).
Le directeur artistique de la Berlinale, Carlo Chatrian, et la directrice exécutive, Mariette Rissenbeek, tiennent une conférence de presse le 22 janvier 2024 à Berlin, avant le 74e festival international du film de la Berlinale. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 12 février 2024

Stars et remous politiques au programme de la Berlinale

  • L'actualité s'est déjà invitée à l'agenda d'un festival qui se veut un "lieu de dialogue et d'inclusion" dans un monde en proie aux conflits
  • Plus largement, cette 74e Berlinale s'ouvre dans un contexte inflammable, après quatre mois de guerre au Proche-Orient

BERLIN: Des stars comme Gael García Bernal et Rooney Mara, un prix à Scorsese, le retour des réalisateurs Abderrahmane Sissako, Bruno Dumont ou Hong Sang-Soo : la Berlinale accueille jeudi son cortège de grands noms du cinéma tout en cherchant un difficile équilibre politique.

L'actualité s'est déjà invitée à l'agenda d'un festival qui se veut un "lieu de dialogue et d'inclusion" dans un monde en proie aux conflits.

En cause, la décision d'annuler l'invitation faite à des élus du parti allemand d'extrême droite AfD, alors que des centaines de milliers d'Allemands ont manifesté ces dernières semaines contre les idées radicales de cette formation.

La présence annoncée de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) à la cérémonie d'ouverture jeudi avait suscité des protestations parmi les professionnels du cinéma allemand.

La Berlinale en a pris acte, soulignant son inquiétude face à "la montée de l'antisémitisme, du sentiment anti-musulman, des discours de haine et d'autres attitudes antidémocratiques". L'AfD a dénoncé un geste "d'exclusion".

Plus largement, cette 74e Berlinale s'ouvre dans un contexte inflammable, après quatre mois de guerre au Proche-Orient.

L'Allemagne a affiché un soutien résolu à Israël depuis l'attaque du 7 octobre 2023 menée par le mouvement islamiste palestinien Hamas sur le territoire israélien, et la guerre d'Israël contre le Hamas qui a suivi dans la bande de Gaza.

Mi-janvier, une campagne de boycott a été lancée par des artistes, dont la prix Nobel de littérature française Annie Ernaux, contre les institutions culturelles allemandes, accusées de réprimer les voix palestiniennes.

La Berlinale a assuré ne pas être touchée par ce boycott alors que d'autres manifestations culturelles à Berlin ont connu des annulations.

Star Wars « version ch'ti »

Autant de sujets qui résonneront à l'écran, d'un film allemand en compétition sur la résistance au nazisme, à une relecture du "Rhinocéros" d'Eugène Ionesco par Amos Gitaï, grande voix du cinéma israélien, avec Irène Jacob.

"La place que prendra la géopolitique à la Berlinale sera une question cette année", confirme pour l'AFP Scott Roxborough, correspondant pour l'Europe du Hollywood Reporter.

Il estime que les directeurs de la Berlinale, qui quitteront cette année leur poste, le feront sans être parvenus à trouver l'équilibre entre "le cinéma politique ou d'art et essai et les blockbusters hollywoodiens", que Berlin peine à attirer à nouveau.

Le légendaire réalisateur américain Martin Scorsese n'en sera pas moins applaudi sur le tapis rouge. Il se verra remettre un Ours d'or d'honneur pour sa carrière. Lui succèderont des acteurs stars, à commencer par l'Irlandais Cillian Murphy - l'un des favoris des Oscars pour son rôle dans "Oppenheimer" - à l'affiche du film d'ouverture.

Sont aussi attendus le Mexicain Gael García Bernal, dans "Another End", en compétition, Rooney Mara, prix d'interprétation à Cannes en 2015 pour "Carol" et qui jouera Audrey Hepburn l'an prochain dans un biopic, ou Omar Sy, qui poursuit sa carrière internationale. Le Sud-Coréen Hong Sang-Soo retrouve Isabelle Huppert.

L'actrice mexicano-kényane Lupita Nyong'o présidera le jury, qui remet l'Ours d'or le 24 février. Elle est la première personnalité noire à occuper ce poste à Berlin. Vingt films sont en lice pour succéder au documentaire "Sur l'Adamant", du Français Nicolas Philibert.

Le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako, qui n’avait plus tourné depuis le succès de "Timbuktu", César de la meilleure réalisation en 2015, est de retour avec "Black Tea", une histoire d’amour dans la communauté africaine de Canton.

La Franco-Sénégalaise Mati Diop (Grand Prix à Cannes en 2019 pour "Atlantique") présente "Le Retour", un documentaire sur la restitution des trésors royaux d'Abomey au Bénin, pris lors de la colonisation du pays.

La Tunisie sera représentée avec un premier-long métrage de la réalisatrice Meryam Joobeur.

Et deux ans après la compétition cannoise pour "France", Bruno Dumont revient avec "L'Empire", un "Star Wars", version ch'ti.

Ce remake fantasque, tourné sur ses terres du nord de la France, embarque Fabrice Lucchini ("Ma Loute") et un casting d’actrices françaises demandées: Anamaria Vartolomei ("L’évènement"), Lyna Khoudri et Camille Cottin.


Vanity Fair France s’excuse d’avoir retiré l’épinglette palestinienne de Guy Pearce à Cannes

Une image remaniée de l’acteur australien Guy Pearce sans son épinglette du drapeau palestinien publiée par Vanity Fair France (à droite) et la version originale de la photo (à gauche). (Vanity Fair)
Une image remaniée de l’acteur australien Guy Pearce sans son épinglette du drapeau palestinien publiée par Vanity Fair France (à droite) et la version originale de la photo (à gauche). (Vanity Fair)
Short Url
  • Pearce faisait partie des nombreuses célébrités présentes à ce prestigieux festival qui ont exprimé leur solidarité envers la Palestine
  • Parmi les autres personnalités célèbres figurent les actrices Cate Blanchett et Pascale Kann, le mannequin Bella Hadid et la comédienne française Leïla Bekhti

​​​​​​LONDRES: Le magazine Vanity Fair France a été contraint de présenter ses excuses pour avoir retiré une épinglette palestinienne portée par l’acteur Guy Pearce au Festival de Cannes.

Le 21 mai, Vanity Fair a publié un article qui présentait plusieurs photographies de célébrités participant au festival, parmi lesquelles figure Pearce en smoking noir Yves Saint Laurent.

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont rapidement remarqué qu’une épinglette du drapeau palestinien visible sur son revers gauche sur d’autres images avait été supprimée.

Le journaliste Ahmed Hathout a été l’un des premiers à remarquer ce remaniement de photo. Il écrit sur X: «Guy Pearce montre sa solidarité envers la Palestine à Cannes en portant une épinglette et Vanity Fair décide de la photoshoper. Ils ne savaient pas que le bracelet était également aux couleurs du drapeau palestinien.»

La filiale française du magazine américain a fait l’objet de nombreuses réactions négatives sur les réseaux sociaux pour ce qui semble être une tentative de censure de la solidarité propalestinienne.

Une utilisatrice, @DarkSkyLady, écrit sur X: «Pouvons-nous enfin admettre que nombre de ces médias sont des outils de propagande du colonialisme et de la suprématie blanche?»

Un autre utilisateur, @Joey_Oey89, a commenté: «Rappel: se désabonner de Vanity Fair. Ils diffament les célébrités qui prennent position contre le génocide et ont clairement exprimé leur position.»

Répondant aux critiques, Vanity Fair France a publié des excuses sous le Tweet de Hathout: «Bonsoir. Nous avons publié par erreur une version modifiée de cette photo sur le site Internet. La version originale a été publiée sur Instagram le même jour. Nous avons rectifié notre erreur et nous nous en excusons.»

L’article publié sur le site Internet du magazine affiche désormais l’image inchangée.

Pearce faisait partie des nombreuses célébrités présentes à ce prestigieux festival qui ont exprimé leur solidarité envers la Palestine à la lumière de l’attaque brutale et du siège imposé par Israël à Gaza.

Parmi les autres personnalités figurent les actrices Cate Blanchett et Pascale Kann, le mannequin Bella Hadid, l’actrice indienne Kani Kusruti, la comédienne française Leïla Bekhti et la cinéaste marocaine Asmae el-Moudir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Chaque printemps, Lisbonne se pare de bleu et mauve à la floraison des jacarandas

Sur la place du Rossio, centre névralgique du vieux Lisbonne avec ses pavés noir et blancs, ou encore dans les rues donnant sur le rond-point du Marquis de Pombal, la grande place centrale de la capitale, on trouve des jacarandas dans les quartiers les plus touristiques. (AFP).
Sur la place du Rossio, centre névralgique du vieux Lisbonne avec ses pavés noir et blancs, ou encore dans les rues donnant sur le rond-point du Marquis de Pombal, la grande place centrale de la capitale, on trouve des jacarandas dans les quartiers les plus touristiques. (AFP).
Short Url
  • Les jacarandas ont été introduits au Portugal au début du XIXe siècle, alors que la famille royale s'était exilée au Brésil pour fuir les invasions françaises
  • Pendant l'absence du roi, la couleur bleu de cet arbre, associée à la monarchie, en a fait un moyen d'"afficher le pouvoir royal", note l'Office du tourisme de Lisbonne sur son site internet

LISBONNE: A chaque printemps, les rues de Lisbonne se couvrent de tonalités éclatantes de bleu et mauve. L'image des jacarandas en fleur, un arbre exotique introduit au XIXe siècle, s'est ainsi imposée comme l'une des cartes postales de la capitale portugaise.

"On trouve des jacarandas dans tout le pays, mais c'est à Lisbonne qu'ils se sont le mieux adaptés" au climat local, explique à l'AFP Ana Luisa Soares, la directrice du jardin botanique d'Ajuda, où ont été plantés les premiers arbres importés du Brésil, une des anciennes colonies portugaises.

Les jacarandas ont été introduits au Portugal au début du XIXe siècle, alors que la famille royale s'était exilée au Brésil pour fuir les invasions françaises.

Pendant l'absence du roi, la couleur bleu de cet arbre, associée à la monarchie, en a fait un moyen d'"afficher le pouvoir royal", note l'Office du tourisme de Lisbonne sur son site internet.

Les jacarandas se sont répandus grâce à Félix Avelar Botero, considéré comme le père de la botanique au Portugal, qui "a alors commencé à offrir des graines de cet arbre" un peu partout dans la ville, précise Mme Soares.

Cette architecte paysagiste est à la tête d'un jardin botanique fondé au XVIIIe siècle qui rassemble de nombreuses espèces provenant des anciennes colonies portugaises en Afrique, en Amérique du sud et en Asie.

Depuis leur introduction, le nombre de jacarandas n'a cessé de croître dans la capitale.

"C'est un arbre qui ne présente pas beaucoup de problèmes. Il a une grande longévité, il fleurit presque toujours. C'est une espèce qui s'est exceptionnellement bien adaptée", explique l'une des responsables de la direction de l'Environnement à la mairie de Lisbonne, Ana Julia Francisco.

« Féérique »

Aujourd'hui encore, la municipalité continue de planter des jacarandas en évitant les endroits venteux, où ils ont plus de mal à se développer.

Sur la place du Rossio, centre névralgique du vieux Lisbonne avec ses pavés noir et blancs, ou encore dans les rues donnant sur le rond-point du Marquis de Pombal, la grande place centrale de la capitale, on trouve des jacarandas dans les quartiers les plus touristiques.

A l'heure d'Instagram et des réseaux sociaux, les touristes, qui aiment se prendre en photo devant les arbres en fleur et les tapis de pétales violets recouvrant les trottoirs de la capitale lorsqu'ils commencent à tomber, contribuent à leur popularité.

"C'est magnifique!", s'exclame Cheryl Mitchel, une retraitée de 76 ans originaire d'Atlanta, aux Etats-Unis, qui se plaît à les prendre en photo.

"C'est très printanier. C'est féérique. Je trouve que cela représente bien Lisbonne", estime pour sa part Magali Cirillo, une assistante sociale française de 34 ans, en vacances à Lisbonne.

Egalement très appréciés des Lisboètes, les jacarandas suscitent parfois quelques critiques en raison des inconvénients provoqués par les fleurs qui tombent au sol et se décomposent en recouvrant les trottoirs d’une substance poisseuse.

Lorsqu'elle plante de nouveaux arbres, la municipalité tente d'éviter au maximum les endroits qui pourraient créer des inconvénients pour les riverains.

"Mais leur beauté vaut bien quelques désagréments!", assure Mme Francisco avec un sourire.


Sofia Carson en robe Elie Saab sur le tapis rouge

 Sofia Carson éblouit dans une robe Elie Saab sur le tapis rouge. (AFP)
Sofia Carson éblouit dans une robe Elie Saab sur le tapis rouge. (AFP)
Short Url
  • Conseillée par Erin Walsh, Sofia Carson a pris la pose sur le tapis rouge, vêtue d’une jupe drapée et des ornements sur le décolleté
  • À la fin de 2023, l'actrice était élégamment vêtue d’une robe Zuhair Murad lors de la 2e édition de l'événement annuel Cam for a Cause

DUBAÏ: L'actrice américaine Sofia Carson a fait le choix d’une robe du créateur libanais Elie Saab lors de la cérémonie de clôture du 77e festival de Cannes.

La star, qui a déjà arboré des marques libanaises sur de nombreux tapis rouges dans le passé, a opté pour un ensemble aux tons olive de la collection couture printemps/été 2024 du créateur.

Conseillée par Erin Walsh, Sofia Carson a pris la pose sur le tapis rouge, vêtue d’une jupe drapée et des ornements sur le décolleté.

Cette dernière apparition sur le tapis rouge témoigne de l’engouement de Sofia Carson pour les couturiers libanais. En 2022, l'actrice de Purple Hearts a été aperçue à New York portant un ensemble signé Zuhair Murad. Elle a assisté au Global Citizen Festival dans un ensemble coordonné de la collection Resort 2023 de Zuhair Murad. La tenue comprenait un haut court et une minijupe assortie de cuissardes en cuir.

À la fin de 2023, l'actrice était élégamment vêtue d’une robe Zuhair Murad lors de la 2e édition de l'événement annuel Cam for a Cause, en mémoire de son ancien partenaire Cameron Boyce, décédé à l'âge de 20 ans des suites d'une crise d'épilepsie.

En 2024, le festival de Cannes, désormais terminé, a vu défiler plusieurs tenues créées par des designers arabes.

carson
La styliste saoudienne Eman al-Ajlan a habillé Leomie Anderson. (Getty Images).

La styliste saoudienne Eman al-Ajlan a habillé la mannequin et présentatrice de télévision britannique Leomie Anderson lors du gala 2024 de l'Amfar à Cannes. La tenue se composait d'une minirobe avec une jupe en filet ajustée en dessous.

Plusieurs célébrités ont également opté pour des créations de Zuhair Murad lors de cet événement prestigieux. Parmi elles, on compte la mannequin allemande Toni Garrn, la commentatrice sportive Alex Scott et la mannequin brésilienne Thayna Soares.

La mannequin allemande Kim Dammer a, quant à elle, ébloui le tapis rouge dans une robe noire glamour à col licou, brodée de formes géométriques par le couturier libanais Rami Kadi. L'actrice turque Hande Ercel a arboré une robe noire ornée de perles rouges et bleues, une création du designer libanais Nicolas Jebran.

L'actrice égyptienne Yasmine Sabri a également fait sensation avec une robe argentée éblouissante du créateur libanais Jean Pierre Khoury. La robe était ornée de milliers de perles scintillantes, cousues à la main sur une silhouette corsetée, selon la maison de couture.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com