Toujours libre et radicale, la semaine de la mode londonienne ouvre pour sa 40e édition

Nan M, mannequin albinos (Photo, AFP).
Nan M, mannequin albinos (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 16 février 2024

Toujours libre et radicale, la semaine de la mode londonienne ouvre pour sa 40e édition

  • Dans un design classique, taxis et gratte-ciels se déclinent sur des foulards ou des blouses
  • Les tailles des pantalons sont basses, le denim est travaillé - délavé, coloré ou à motifs

LONDRES: Créateurs, influenceurs, acheteurs et célébrités se sont réunis vendredi à Londres pour le coup d'envoi de la 40e semaine britannique de la mode, cinq jours d'ébullition qui tenteront de faire oublier un contexte économique morose pour les jeunes designers.

Sur des podiums physiques ou virtuels, une soixantaine de talents émergents, qui prennent la lumière à l'occasion de cet évènement, et d'icônes comme Burberry tentent de transmettre l'énergie et l'audace de cette capitale multiculturelle au travers de leurs collections automne/hiver 2024.

Le défilé du créateur irlandais et américain Paul Costelloe, qui fut le couturier fétiche de la princesse Diana, a ouvert le bal en début de matinée en l'absence de ce vétéran de la Fashion Week, âgé de 78 ans, cloué au lit par un virus.

Sa collection "Once upon a Time", en référence au film mythique "Il était une fois en Amérique", rend hommage à la ville de New York où il a vécu. Dans un design classique, taxis et gratte-ciels se déclinent sur des foulards ou des blouses, portés sur d'amples manteaux ceinturés écrus, anthracites ou en tweed à carreaux.

Dans une toute autre ambiance, l'Ukrainienne Masha Popova, l'une des créatrices favorites de la "Gen Z", a présenté une collection inspirée par la mode du début des années 2000, surfant sur le retour fulgurant de ce style baptisé "Y2K", sur fond de musique techno et devant un parterre d'influenceurs.

Les tailles des pantalons sont basses, le denim est travaillé - délavé, coloré ou à motifs - les chemises ouvertes dévoilent les torses, et les modèles filiformes sont perchés sur des talons surmontés de longues guêtres.

Le week-end fera ensuite place à des noms plus familiers comme ceux de JW Anderson, Richard Quinn, Ahluwalia, ou encore Simone Rocha, qui a signé la dernière collection haute couture printemps/été 2024 de Jean Paul Gaultier.

Force est de constater cependant que cette 40e édition ne s'ouvre pas dans un climat radieux : trois années après le Brexit, le Royaume-Uni traverse une dure crise du pouvoir d'achat causée par l'inflation depuis près de deux ans, mettant les jeunes maisons en difficulté.

En septembre, l'étoile montante Dilara Findikoglu avait ainsi été contrainte d'annuler son défilé à quelques jours de l'échéance pour des raisons financières.

Diversité et inclusivité 

Pour cette industrie qui fait travailler près de 900.000 personnes au Royaume-Uni et rapporte chaque année 21 milliards de livres (24,5 milliards d'euros) à l'économie britannique selon le British Fashion Council (BFC), organisateur de l'évènement, c'est une période "incroyablement délicate", reconnaît sa directrice Caroline Rush dans une interview à l'AFP.

Mais "ce que 40 ans de recul nous apprennent, c'est que c'est lors des périodes les plus difficiles sur le plan économique que l'on observe la créativité la plus incroyable", souligne-t-elle.

En 1984, une tente installée sur le parking de l'ancien institut du Commonwealth à Kensington, dans l'ouest de Londres, accueillait la première édition de la semaine britannique de la mode.

D'abord peu considérée, cette Fashion Week est devenue incontournable grâce à des créateurs mythiques et rebelles comme Vivienne Westwood ou John Galliano, qui ont inscrit la ville sur la carte de la mode, puis avec l'ère "Cool Britannia", à la fin des années 1990, moment d'euphorie culturelle pendant lequel Stella McCartney ou Matthew Williamson habillaient les supermodels Kate Moss et Naomi Campbell.

La semaine londonienne a depuis perdu de son pouvoir d'attraction, avec le départ de créateurs et maisons stars qui préfèrent désormais défiler à Paris, à l'instar d'Alexander McQueen ou Victoria Beckham.

Mais le programme de parrainage NEWGEN du British Fashion Council, qui aide les jeunes créateurs à se lancer, a affirmé la position de Londres comme un laboratoire de talents. Et si elle reste moins prestigieuse que celle de Paris et Milan, la plus jeune des quatre grandes Fashion Weeks continue de jouir de la réputation d'être plus libre, radicale et moins formatée.

Cette édition anniversaire veut aussi être placée sous le signe d'une plus grande diversité et inclusivité, tant dans les corps, l'âge ou la couleur de peau des mannequins, que dans les collections des créateurs, aux identités ou aux inspirations venues des Caraïbes, d'Iran, d'Inde ou d'Ethiopie.


Sofia Boutella éblouit lors de la projection de "Rebel Moon" à Londres

Sofia Boutella portait un costume noir de la créatrice de mode britannique Stella Mcartney. (Getty Images)
Sofia Boutella portait un costume noir de la créatrice de mode britannique Stella Mcartney. (Getty Images)
Short Url
  • French-Algerian actress Sofia Boutella turned heads at the UK premiere of her film “Rebel Moon — Part 2: The Scargiver” in London this week.
  • Sofia Boutella est connue pour sa performance remarquée dans le film Star Trek Beyond, nommé aux Oscars

DUBAI: DUBAI : L'actrice franco-algérienne Sofia Boutella a fait tourner les têtes lors de la première britannique de son film "Rebel Moon - Part 2 : The Scargiver" à Londres cette semaine

Mme Boutella portait un costume noir de la créatrice de mode britannique Stella McCartney, avec un blazer en satin et un pantalon droit à taille basse. Elle a coiffé ses cheveux courts et foncés en vagues lâches, complétées par un maquillage dramatique en forme d'œil de chat.

Dans cette aventure de science-fiction - suite de "Rebel Moon - 1ere Partie : A Child of Fire" de l'année dernière - qui a débuté sur Netflix le 19 avril, une colonie pacifique aux confins d'une galaxie se trouve menacée par les armées d'une force dirigeante tyrannique.

Kora, interprétée par Boutella, a rassemblé un petit groupe de guerriers - des marginaux, des insurgés, des paysans et des orphelins de guerre de différents mondes qui partagent un besoin commun de rédemption et de vengeance, et qui doivent s'unir pour combattre le Motherworld.

Snyder a déjà parlé de ce space opera épique en deux parties lors de l'événement mondial Tudum de Netflix au Brésil, où il a présenté les coulisses de la réalisation du film, basé sur un concept qu'il a développé depuis l'université.

"Je travaille sur cette histoire depuis un certain temps", a déclaré Snyder sur scène, selon Deadline. "Il s'agit d'un groupe de fermiers aux confins de la galaxie qui reçoivent la visite des armées du Motherworld, qui sont les méchants. Les fermiers doivent décider de se battre ou de se soumettre".

Il poursuit : "Je ne veux pas tout dévoiler, mais s'ils avaient décidé de se battre, disons que c'était une option, ils auraient dû voyager à travers la galaxie pour trouver des guerriers pour se battre avec eux. Nous avons donc beaucoup voyagé".

Kora n'est pas le premier rôle de Boutella, née à Alger, en tant qu'extraterrestre maniant l'épée. L'actrice, qui, à l'âge de 10 ans, s'est réfugiée à Paris avec sa famille pendant la guerre civile algérienne, est connue pour sa performance remarquée dans le film Star Trek Beyond, nommé aux Oscars, dans lequel elle incarnait la féroce guerrière extraterrestre Jaylah.

https://www.instagram.com/sofisia7?igsh=MTVhcGt4eDd0cHUwcA==

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Studio Ghibli recevra la Palme d'Or d'honneur à Cannes

Cette vue générale montre l'extérieur de la société d'animation japonaise Studio Ghibli dans ses bureaux de l'ouest de Tokyo, le 11 mars 2024. Le légendaire studio d'animation japonais Ghibli, cofondé par Hayao Miyazaki, recevra une Palme d'or honorifique lors du 77e Festival de Cannes en mai 2024, ont annoncé les organisateurs le 17 avril 2024 (Photo Richard A. Brooks / AFP)
Cette vue générale montre l'extérieur de la société d'animation japonaise Studio Ghibli dans ses bureaux de l'ouest de Tokyo, le 11 mars 2024. Le légendaire studio d'animation japonais Ghibli, cofondé par Hayao Miyazaki, recevra une Palme d'or honorifique lors du 77e Festival de Cannes en mai 2024, ont annoncé les organisateurs le 17 avril 2024 (Photo Richard A. Brooks / AFP)
Short Url
  • «Pour la première fois de notre histoire, ce n'est pas une personne mais une institution que nous avons choisi de célébrer», ont déclaré Iris Knobloch, présidente du Festival de Cannes, et Thierry Fremaux
  • Le Festival de Cannes a déclaré que Ghibli « a déclenché un vent nouveau sur les films d'animation au cours des quatre dernières décennies « depuis sa création en 1985

PARIS : Le studio Ghibli Inc., géant de l'animation japonaise, recevra une Palme d'Or d'honneur au 77e Festival de Cannes, a-t-on annoncé mercredi.

«Pour la première fois de notre histoire, ce n'est pas une personne mais une institution que nous avons choisi de célébrer», ont déclaré Iris Knobloch, présidente du Festival de Cannes, et Thierry Fremaux, délégué général, dans un communiqué.

Lors du festival, qui se tiendra en mai en France, le prix sera décerné pour les réalisations à long terme du studio, connu pour ses films du réalisateur Hayao Miyazaki.

«Je suis vraiment honoré et ravi que le studio reçoive la Palme d'Or d'honneur», a déclaré le producteur de Ghibli, Toshio Suzuki. « Je tiens à remercier du fond du cœur le Festival de Cannes. … Je suis sûr que le Studio Ghibli continuera à relever de nouveaux défis.

Le Festival de Cannes a déclaré que Ghibli « a déclenché un vent nouveau sur les films d'animation au cours des quatre dernières décennies « depuis sa création en 1985.

Le studio « a réalisé ce qui semblait être un exploit impossible : produire de manière indépendante de purs chefs-d’œuvre et conquérir le marché de masse «, indique le communiqué.


L'art est une "traduction des sentiments", affirme un artiste saoudien de 16 ans

Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)
Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)
Short Url
  • Jawad Al-Omair s'est imposé comme peintre, s'inspirant de la beauté et de la douleur qui l'entourent
  • Dans une œuvre récente, Al-Omair a peint un grand autoportrait inspiré par le style de John Singer Sargent, un artiste américain réputé pour ses portraits peints à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

RIYADH : Pendant que ses camarades de classe participaient à des activités sportives, l'artiste saoudien Jawad Al-Omair rêvait de la prochaine fois où il prendrait un pinceau ou un crayon pour dessiner à nouveau.

Il a expliqué à Arab News que le moment où il a découvert ses talents d'artiste, il n'était qu'en troisième année primaire.

Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie
Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie

"Tous les enfants allaient jouer. Je me retrouvais toujours à ouvrir mon cahier et à dessiner. Je me souviens d'un jour où j'ai dessiné quelque chose à l'école et, en rentrant, je l'ai montré à tout le monde. Je me suis dit que je devrais faire ça plus souvent."

Il utilise la peinture acrylique pour représenter ses idées vives sur la toile.

"Pour chaque peinture que je réalise, j'ai généralement une vision de la palette de couleurs et de la composition, et surtout du message et du sentiment que j'essaie de faire passer à travers le tableau".

Le jeune artiste considère la couleur comme un arsenal permettant de communiquer des émotions dans ses œuvres. "Si je voulais peindre quelque chose qui transmette le sentiment d'être perdu, j'utiliserais généralement des couleurs froides comme les gris et les bleus.

M. Al-Omair a déclaré qu'il avait remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art.

Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)
Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)

"Dana Almasoud est l'une de mes meilleures amies qui m'a beaucoup aidé. Il y a trois ans, j'étais un artiste complètement différent. J'étais incapable de dessiner de petits portraits, mais elle m'a appris à le faire. Je ne peux pas imaginer ce que serait ma vie si je ne les avais pas rencontrées", a-t-il déclaré.

Dans une œuvre récente, Al-Omair a peint un grand autoportrait inspiré par le style de John Singer Sargent, un artiste américain réputé pour ses portraits peints à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

Il décrit Sargent comme l'un de ses artistes préférés. "Si vous voyez son autoportrait, il est similaire au mien. J'ai regardé ses œuvres pendant que je peignais afin de capturer la même atmosphère.

Il a fallu environ 12 heures à Al-Omair pour réaliser son autoportrait, qui met en valeur ses traits proéminents.

Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)
Jawad Al-Omair a déclaré avoir remarqué un changement radical dans ses capacités artistiques après avoir été présenté à un groupe d'artistes locaux qui lui ont enseigné des techniques de peinture à appliquer dans ses œuvres d'art. (Fournie)

"On me fait souvent des commentaires sur mon nez, alors je l'ai peint au centre. Je voulais immortaliser mon moi de 16 ans, car qui sait à quoi je ressemblerai dans cinq ans ?

Le jeune artiste souhaite transformer toutes sortes d'expériences - même celles d'amis ou de membres de la famille - en œuvres d'art.

"Comment serait la vie si nous n'avions pas de musique ou de belles choses à regarder ? Quand on pense à un artiste, on imagine généralement quelqu'un avec un pinceau, mais c'est bien plus que cela.

"L'art consiste à traduire des sentiments avec une certaine habileté. Le cinéma a beaucoup appris à l'humanité parce qu'il permet d'en savoir plus sur les gens. L'écriture, les chansons et la musique sont des choses émotionnelles que nous partageons. L'art est l'une des parties les plus importantes de la vie. Chacun possède un côté artistique qu'il n'a peut-être pas encore découvert", a-t-il déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com