Défiler ou ne pas défiler, le dilemme des jeunes créateurs

Un mannequin est maquillé dans les coulisses avant le défilé de la maison de mode norvégienne Holzweiler pour sa collection automne/hiver 2024 lors de la Fashion Week de Londres, à Londres, le 18 février 2024. (AFP)
Un mannequin est maquillé dans les coulisses avant le défilé de la maison de mode norvégienne Holzweiler pour sa collection automne/hiver 2024 lors de la Fashion Week de Londres, à Londres, le 18 février 2024. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 20 février 2024

Défiler ou ne pas défiler, le dilemme des jeunes créateurs

  • La griffe Feben a délaissé la capitale britannique cette saison pour défiler à Milan, bénéficiant du soutien de la maison italienne Dolce & Gabbana
  • La populaire Nensi Dojaka n’apparaissait pas au programme de février

LONDRES: Défiler ou ne pas défiler à la semaine de la mode de Londres, la question se pose pour les jeunes marques indépendantes qui doivent faire face à des coûts toujours plus élevés depuis le Brexit, aggravés par la forte inflation des deux dernières années.

Depuis sa création en 1984, la Fashion Week de Londres est connue pour offrir une plateforme aux créateurs émergents, mêlant ainsi les nouveaux talents de la mode souvent tout juste sortis d'écoles prestigieuses comme Central Saint Martins, à des grands noms du panthéon de la mode comme Burberry.

La crise du pouvoir d'achat provoquée au Royaume-Uni par l'envolée des prix et les retombées financières du Brexit représentent "un véritable défi économique" pour les jeunes marques, reconnait Caroline Rush, directrice du British Fashion Council (BFC) interrogée par l'AFP.

Le Royaume-Uni est d'ailleurs entré en récession au deuxième semestre de l'an dernier en raison des pressions provoquées par les taux d'intérêt élevés et l'inflation sur les finances des ménages comme des entreprises.

Sauter une saison

Cette édition de la semaine de la mode à Londres, qui fête ses 40 ans, a été marquée par le retour de piliers de la mode britannique, comme l'irlandaise Robyn Lynch, ou encore de la très suivie créatrice turco-britannique Dilara Findikoglu.

Ses vêtements au ton provocateur, célébrant le corps féminin, en ont fait l'un des noms les plus attendus du calendrier de la Fashion Week de Londres.

Elle avait pourtant annulé son show de septembre en dernière minute, déclarant au New York Times qu'elle n'avait "tout simplement pas les moyens financiers pour un défilé en ce moment".

Interrogée sur son retour sur les podiums en coulisse de son défilé dimanche, la créatrice n'a pas voulu répondre.

Cette saison, le défilé de KWK by KAY KWOK prévu dimanche a été annulé "en raison d'un incident dans l'usine en Chine où sont produites les pièces clés du défilé de la collection", qui a détruit "une grande partie de la collection", a expliqué un représentant de la marque à l'AFP.

La populaire Nensi Dojaka n’apparaissait pas non plus au programme de février.

"Il n'y a rien de mal à sauter une saison", insiste Caroline Rush. "Cela ne veut pas dire que vous ne continuez pas de vous développer" en tant que marque.

"Parfois, les créateurs se verront offrir un lieu d'exposition gratuit dans une autre ville ou un sponsor (...) dans une autre capitale", ajoute-t-elle, une opportunité financière déterminante pour un label émergeant.

La griffe Feben a par exemple délaissé la capitale britannique cette saison pour défiler à Milan, bénéficiant du soutien de la maison italienne Dolce & Gabbana.

Incubateurs de talents

Un autre moyen de présenter son travail: s'attirer les faveurs d'un incubateur de talents.

Le programme "NEWGEN" (pour "nouvelle génération") du British Fashion Council, qui a fêté l'an dernier ses 30 ans, permet à de jeunes créateurs d'exposer leur travail lors de la semaine de la mode de Londres.

Les lauréats reçoivent une subvention du British Fashion Council pendant trois ans pour produire leurs collections, d'une valeur d'environ 80.000 livres (93.000 euros).

"Ils bénéficient d'un mentorat sur la gestion d'une entreprise, les flux de trésorerie, les marges, la préparation à l'exportation... Tous les éléments nécessaires à la tenue d'une entreprise", explique Caroline Rush.

Le British Fashion Council leur fournit également un lieu pour leurs défilés, en ce moment un local du Old Selfridges Hotel.

Au total, la patronne du BFC estime que les coûts d'un show pour une marque se situent au minimum entre 40 et 50 000 livres. Le budget défilé des grandes marques de luxe peut s'envoler jusqu'au million, d'après Vogue Business.

L'incubateur londonien Fashion East propose aussi un programme de soutien aux jeunes talents pour trois saisons, comportant "des présentations pendant la semaine de la mode, des bourses financières et un mentorat d'experts".

En ont profité des noms désormais incontournables de la mode britannique comme Simone Rocha, ou JW Anderson.

Sans cela, les jeunes créateurs qui font la réputation de Londres seraient moins nombreux, reconnait M. Rush. "Ce serait tout simplement trop cher."


Eiza Gonzalez ravissante lors de la première du film The Ministry of Ungentlemanly Warfare

Eiza Gonzalez a fait tourner les têtes lors de la première du film d’action The Ministry of Ungentlemanly Warfare, soutenu par l’Arabie saoudite, aux côtés de Mohammed al-Turki, PDG de la fondation du festival du film de la mer Rouge. (Images Getty)
Eiza Gonzalez a fait tourner les têtes lors de la première du film d’action The Ministry of Ungentlemanly Warfare, soutenu par l’Arabie saoudite, aux côtés de Mohammed al-Turki, PDG de la fondation du festival du film de la mer Rouge. (Images Getty)
Short Url
  • La star était éblouissante dans une robe bustier dorée de la marque new-yorkaise Jason Wu
  • Pour compléter l’ensemble, elle a opté pour des talons dorés assortis de Maison Ernest et des bijoux Cartier

DUBAÏ: Tous les regards étaient rivés sur l’actrice et chanteuse mexicaine Eiza Gonzalez cette semaine, lors de la première du film d’action soutenu par l’Arabie saoudite, The Ministry of Ungentlemanly Warfare, à New York.

La star était éblouissante dans une robe bustier dorée de la marque new-yorkaise Jason Wu. La robe présentait des motifs tridimensionnels complexes mettant en valeur la taille et la poitrine.

Pour compléter l’ensemble, la vedette a choisi des talons dorés assortis de Maison Ernest et des bijoux Cartier. Elle a opté pour un brushing volumineux mettant en valeur la coupe au carré de sa chevelure brune.

eiza gonzalez

Elle a posé sur le tapis rouge aux côtés de ses covedettes Henry Cavill, Henry Golding, Hero Fiennes Tiffin, Cary Elwes, Babs Olusanmokun, Henrique Zaga et le producteur Jerry Bruckheimer.

La première s’est déroulée en présence de Mohammed al-Turki, producteur de films et PDG de la fondation du festival du film de la mer Rouge d’Arabie saoudite.

La fondation saoudienne a publié sur Instagram des photos de la première avec la légende suivante: «En direct de New York, la première de The Ministry of Ungentlemanly Warfare que la fondation du festival du film de la mer Rouge est fière d’avoir soutenu, à travers son Initiative internationale de financement des films de la mer Rouge.»

Basé sur des dossiers récemment déclassifiés du ministère britannique de la Guerre et inspiré d’événements réels, le film est une comédie d’action qui raconte l’histoire de la toute première organisation de forces spéciales formée pendant la Seconde Guerre mondiale par le Premier ministre britannique, Winston Churchill, et un petit groupe de responsables militaires, dont l’auteur de James Bond, Ian Fleming.

Cette unité de combat ultrasecrète, composée d’une équipe hétéroclite de voyous et de francs-tireurs, entreprend une mission risquée contre les nazis en utilisant des techniques de combat non conventionnelles et «peu distinguées». En fin de compte, leur approche audacieuse a changé le cours de la guerre et posé les fondements du SAS britannique et de la guerre moderne des opérations secrètes.

Le film a été réalisé et coécrit par Guy Ritchie (Sherlock Holmes, The Gentlemen et Wrath of Man) et produit par Jerry Bruckheimer (Top Gun: Maverick, Pirates des Caraïbes et Benjamin Gates et le trésor des templiers).

The Ministry of Ungentlemanly Warfare sortira dans les salles au Moyen-Orient le 18 avril et dans le monde entier le 19 avril.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Dévasté par la guerre, le patrimoine ancien de Gaza trouve une planche de salut en Suisse

Une femme tient une vitre brisée au milieu des décombres de la maison démolie d'un Palestinien accusé d'avoir participé à une attaque meurtrière dans la ville israélienne de Raanana le 15 janvier 2024, dans le village de Bani Naim, en Cisjordanie occupée, en avril. 17, 2024. (Photo de HAZEM BADER / AFP)
Une femme tient une vitre brisée au milieu des décombres de la maison démolie d'un Palestinien accusé d'avoir participé à une attaque meurtrière dans la ville israélienne de Raanana le 15 janvier 2024, dans le village de Bani Naim, en Cisjordanie occupée, en avril. 17, 2024. (Photo de HAZEM BADER / AFP)
Short Url
  • Le palais al-Bacha avait été érigé à partir du XIIIe siècle et était connu par les Palestiniens de Gaza pour avoir hébergé à la toute fin du XVIIIe siècle Bonaparte lors de la campagne d'Egypte
  • Si Israël dispose d'un arsenal d'archéologues qui rend compte d'un nombre impressionnant de trésors antiques, ce secteur est resté davantage en friche à Gaza

JERUSALEM: Le "palais de Napoléon", détruit. Le site de l'antique Anthédon, ravagé. Le seul musée privé, incendié. Le patrimoine de Gaza paye un lourd tribut à la guerre, mais par un curieux retournement de situation, une partie de ses trésors reste à l'abri en Suisse.

Chaque jour, au gré de l'accès à l'électricité et internet, l'archéologue palestinien Fadel al-Otol reçoit sur WhatsApp des photos montrant en quasi temps réel l'état des lieux des sites anciens.

Adolescent, M. Otol étudiait les pierres, avant de travailler pour des missions archéologiques européennes. Aujourd'hui, le quadragénaire formé à Genève et au Louvre, est la tour de contrôle d'un vaste réseau d'archéologues à Gaza: une quarantaine de jeunes formés pour fouiller le sol, recomposer le passé en 3D et préserver le patrimoine.

Dans la foulée de la campagne militaire lancée par Israël sur la bande de Gaza, en représailles à l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre, les sites archéologiques ont encaissé un coup dur, l'Unesco disant avoir confirmé jusqu'à présent des dommages sur 41 sites en se basant sur des images satellitaires. L'équipe de M. Otol, elle, travaille à ras de terre.

"Tous les vestiges archéologiques dans le nord de Gaza ont été touchés. Le site de Blakhiya (l'ancienne ville grecque d'Anthédon, NDLR) a été directement bombardé. Il y a un énorme trou. La partie du site que nous n'avions pas commencé à fouiller a été touchée", explique M. Otol à propos de ce site situé à proximité de casernes du Hamas.

Côté israélien, l'attaque du 7 octobre a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP à partir de données officielles israéliennes. Dans la bande de Gaza, les représailles israéliennes ont fait plus de 33.700 morts, surtout des civils, selon le ministère de Santé du Hamas. Et entraîné des destructions énormes.

«Du chamboulement»

"Dans la vieille ville de Gaza, le palais al-Bacha est complètement détruit. Il y a eu des bombardements et les bulldozers sont passés dessus. Il y avait des centaines d'objets anciens et de magnifiques sarcophages", dit M. Otol, joint par téléphone, avant de partager des photos récentes des lieux en ruines.

Ce palais de pierre sable ocre avait été érigé à partir du XIIIe siècle et était connu par les Palestiniens de Gaza pour avoir hébergé à la toute fin du XVIIIe siècle Bonaparte lors de la campagne d'Egypte.

"Nos meilleures trouvailles avaient été exposées dans le Bacha. Quelqu'un a-t-il sorti des objets avant d'exploser le bâtiment? Nous ne savons que très peu de choses" à ce stade, souligne Jean-Baptiste Humbert, de l'Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem (Ebaf).

En Israël et dans les Territoires palestiniens, l'archéologie est un sujet hautement politique, de nombreuses découvertes ayant été instrumentalisées pour justifier les revendications des uns et des autres.

Si Israël dispose d'un arsenal d'archéologues qui rend compte d'un nombre impressionnant de trésors antiques, ce secteur est resté davantage en friche à Gaza, et ce malgré un riche passé qui s'étire sur des millénaires et dont des vestiges étaient stockés à l'entrepôt de l'Ebaf et au musée du palais al-Bacha.

Les soldats israéliens sont entrés dans l'entrepôt de l'Ebaf dans la ville de Gaza, le directeur des Antiquités israéliennes, Eli Escusido, postant sur Instagram une vidéo de militaires entourés de vases et de poteries anciennes, ce qui a suscité de vives réactions palestiniennes accusant l'armée de piller le site.

"Mes collègues ont pu retourner sur les lieux. Il y a eu du chamboulement. Les soldats ont ouvert des caisses. On ne sait pas s'ils ont pris quelque chose", explique à l'AFP l'archéologue et chercheur à l'Ebaf, René Elter, disant toutefois ne pas avoir constaté une volonté de "pillage d'Etat".

"Tous les jours lorsque Fadel m'appelle, j'ai peur qu'il m'apprenne qu'un de nos collègues est décédé ou qu'il me dise que tel site a été détruit", dit-il.

«Le sang du Christ»

Seul mouillage offrant une protection naturelle entre le Sinaï et le Liban, Gaza a été pendant des siècles un carrefour des civilisations, un relais entre l'Afrique et l'Asie, une plaque tournante du commerce de l'encens, suscitant tour à tour les convoitises des Egyptiens, des Perses, des Grecs, des Romains, des Ottomans...

Au cours des dernières décennies, ce passé glorieux a été foré par les ouvriers de Jawdat Khoudary, un collectionneur privé. Dans les années 1990, après les accords d'Oslo et la création de l'Autorité palestinienne, Gaza a connu un boom immobilier.

Or, lorsque les ouvriers piochent le sol, ils découvrent des objets antiques. Magnat local du BTP, M. Khoudary accumule des objets dans sa résidence, un trésor qu'il ouvre aux archéologues étrangers sur place parmi lesquels le dominicain Jean-Baptiste Humbert, pilier des fouilles d'Anthédon.

En 2004, le Frère Humbert invite à Gaza son collègue Marc-André Haldimann, alors conservateur du Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH), fasciné par des fouilles ayant permis d'exhumer à la cathédrale Saint-Pierre de Genève des amphores anciennes venant de Gaza, car au début de la chrétienté, rappelle-t-il, "c'était le vignoble le plus proche de Jérusalem et donc représentant le mieux le sang du Christ".

Colonnes byzantines

Arrivé à Gaza, dans les jardins de M. Khoudary, l'archéologue genevois n'en croit pas ses yeux. "On s'est retrouvé devant 4.000 objets dont une allée de colonnes byzantines", dit-il à l'AFP.

Une idée se concrétise alors: organiser une grande exposition du passé gazaoui au MAH, puis construire à Gaza un musée pour que les Palestiniens puissent s'approprier leur propre patrimoine.

Fin 2006, environ 260 objets de la collection Khoudary quittent Gaza pour Genève. Et au printemps, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, y inaugure l'exposition regroupant la collection Khoudary et des objets anciens présentés des années plus tôt à l'Institut du monde arabe (IMA) à Paris.

L'exposition est un succès. Mais la géopolitique change en cours de route. Juin 2007, le Hamas chasse l'Autorité palestinienne de Gaza. Et Israël impose son blocus.

Résultat: les objets gazaouis ne peuvent plus rentrer chez eux et restent coincés à Genève tandis que le projet de musée archéologique s'évanouit faute de relais politique à Gaza pour le mettre en oeuvre.

Mais M. Khoudary ne désespère pas. Il construit lui-même un lieu d'exposition qui prendra la forme d'un musée-hôtel, al-Mathaf ("musée", en arabe), situé sur le bord de la Méditerranée, au nord de la ville de Gaza.

Or, l'offensive israélienne menée après l'attaque du 7 octobre commence justement par le nord de Gaza. "Al-Mathaf est resté des mois sous contrôle israélien. Dès qu'ils sont partis, j'ai demandé à des gens de s'y rendre pour voir dans quel état étaient les lieux. Et j'ai été choqué. Il manquait plusieurs objets et le hall a été incendié", affirme à l'AFP M. Khoudary, qui a quitté Gaza pour l'Egypte.

Et sa maison de Cheikh Radwane, quartier du nord de la ville de Gaza théâtre de violents affrontements, a été détruite: "les Israéliens ont aplani le jardin avec des bulldozers (...). Je ne sais pas si des objets ont été enfouis (par les bulldozers) ou si les colonnes de marbre ont été brisées ou pillées. Je ne trouve pas les mots".

Interrogée, l'armée israélienne n'a pas commenté ces destructions spécifiques, mais plutôt accusé le Hamas d'utiliser des hôpitaux, des écoles et des sites patrimoniaux à des fins militaires. "Israël respecte ses engagements envers le droit international, notamment en garantissant la protection spéciale (au patrimoine, ndlr)", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

«Lieu lumineux»

Si une partie de la collection locale de M. Khoudary est perdue, celle en Suisse reste intacte. Une demande en 2016 de restitution à l'Autorité palestinienne des objets encore à Genève n'a pu se concrétiser malgré un travail pour y donner suite, explique à l'AFP Béatrice Blandin, actuelle conservatrice au MAH.

"On a fait un inventaire, on a rédigé un protocole d'accord précisant les conditions du retour. On a restauré certaines pièces en bronze qui étaient légèrement corrodées et on a tout remballé et mis en caisse. Il y avait 106 caisses qui étaient prêtes au départ", détaille-t-elle: "Il fallait juste avoir l'assurance que le convoi ne soit pas bloqué puisqu'il devait traverser le territoire israélien (...). On attendait ce feu vert mais on ne l'a pas eu encore".

Loin de la guerre qui fait rage à Gaza, "les objets sont toujours en bonne condition", assure Mme Blandin, précisant que des "discussions étaient en cours" pour sortir ce patrimoine de l'ombre et organiser une nouvelle exposition en Suisse.

Au bout du fil, en Egypte, M. Khoudary trépigne à l'idée: "la plus importante collection d'objets sur l'histoire de Gaza est à Genève. S'il y a une nouvelle exposition cela permettra au monde entier de connaître notre histoire".

"C'est quasiment une ironie de l'Histoire", renchérit M. Haldimann. "Une nouvelle expo Gaza permettrait de montrer à nouveau que Gaza est un lieu lumineux (...), que c'est tout sauf un trou noir", dit-il en se mobilisant pour permettre à son ami Fadel al-Otol de quitter Gaza pour gagner la Suisse.


Les fans britanniques de Taylor Swift victimes d'arnaques massives aux faux billets

La chanteuse américaine Taylor Swift arrive pour la première mondiale du film-concert «Taylor Swift: The Eras Tour» à AMC The Grove à Los Angeles, Californie, le 11 octobre 2023. (Photo de VALERIE MACON / AFP)
La chanteuse américaine Taylor Swift arrive pour la première mondiale du film-concert «Taylor Swift: The Eras Tour» à AMC The Grove à Los Angeles, Californie, le 11 octobre 2023. (Photo de VALERIE MACON / AFP)
Short Url
  • La banque britannique a estimé qu'il y a probablement eu «au moins 3 000 victimes au Royaume-Uni depuis la mise en vente des billets»
  • La plupart des victimes ont entre 25 et 34 ans, et 90% d'entre elles ont été arnaquées par de fausses publicités ou publications sur Facebook, a précisé Lloyds

LONDRES: Une tournée record qui provoque des arnaques record: les fans britanniques de la star américaine Taylor Swift ont perdu plus d'un million d'euros dans des escroqueries aux faux billets sur les réseaux sociaux, a estimé mercredi la banque Lloyds.

Des centaines de fans de la chanteuse ont été la cible d'une "vague d'escroqueries" et ont envoyé de l'argent par virement bancaire sans jamais recevoir de ticket en retour, perdant chacun en moyenne 332 livres, soit 389 euros, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Entre l'ouverture à la vente en juillet 2023 des billets pour la tournée monumentale "The Eras Tour" et mars 2024, plus de 600 clients de Lloyds lui ont signalé avoir été victimes d'une arnaque, soit "bien plus que pour tout autre artiste musical", a-t-elle indiqué.

S'appuyant sur ces chiffres, la banque britannique a estimé qu'il y a probablement eu "au moins 3.000 victimes au Royaume-Uni depuis la mise en vente des billets, et que plus d'un million de livres (1,17 million d'euros) a été perdu jusqu'à présent à cause des fraudeurs".

La plupart des victimes ont entre 25 et 34 ans, et 90% d'entre elles ont été arnaquées par de fausses publicités ou publications sur Facebook, a précisé Lloyds.

Des dizaines de groupes non officiels y ont été créés dans le but d'acheter et de revendre des places de concert pour la tournée de cette icône mondiale, via notamment sa plateforme de petites annonces Marketplace.

Certains "Swifties" ont perdu plus d'un millier de livres (1.170 euros) en croyant obtenir le précieux ticket pour cette tournée européenne à guichets fermés, six ans après le dernier concert de l'icône américaine sur le sol britannique.

"Toutes les dates au Royaume-Uni étant désormais complètes, de plus en plus de fans risquent d'être victimes d'escroqueries dans les semaines et mois à venir", a prédit Lloyds, prévenant qu'un paiement par carte bancaire ou PayPal était plus protecteur qu'un virement.

Selon la banque britannique, le nombre d'arnaques aux billets de concerts a plus que doublé l'été dernier comparé à la même période l'année précédente, avec une perte moyenne de 133 livres (155 euros) pour les fans de Coldplay, Harry Styles ou encore Beyoncé.

Selon plusieurs estimations, "Eras" est en passe de devenir la série de concerts ayant généré le plus de revenus dans l'histoire de la musique, bien au-delà du milliard de dollars.