Les Palestiniens ont-ils été les fossoyeurs de leur propre cause?

Un membre de la Défense civile palestinienne inspecte une habitation visée par un raid israélien à l'est de la bande de Gaza le 15 décembre dernier. (AFP).
Un membre de la Défense civile palestinienne inspecte une habitation visée par un raid israélien à l'est de la bande de Gaza le 15 décembre dernier. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 11 janvier 2021

Les Palestiniens ont-ils été les fossoyeurs de leur propre cause?

  • L’OLP a tenté, à chaque fois qu’elle s’est installée dans un pays, de se retourner contre son hôte
  • L’establishment palestinien est toujours tombé dans le piège en se faisant manipuler par des puissances régionales

BEYROUTH: «Trahison», «accords de la honte», «coups de poignard dans le dos»… Les Palestiniens n’ont pas été à court de critiques pour condamner les accords de normalisation conclus récemment entre Israël et plusieurs pays arabes.

Bien que tous ces pays aient explicitement déclaré leur soutien sans faille à la cause palestinienne et à une solution à deux États, il est clair toutefois que les temps ont changé. Le conflit israélo-palestinien ne mobilise plus les masses arabes. La cause palestinienne n’est plus une priorité. Le conflit avec l’Iran n’est pas l’unique cause de ce changement. Ni le déclenchement des révoltes arabes ou la guerre contre le terrorisme.

En fait, l’une des raisons principales de cette transformation, c’est que, durant près de soixante-dix ans, les Palestiniens ont été les fossoyeurs de leur propre cause. Ils ont souvent fait des choix politiques ayant entraîné une succession d’erreurs impardonnables.

Le sujet a toujours été tabou. Il fallait défendre l’injustice commise contre les Palestiniens et les soutenir contre l’occupation israélienne. Sans jamais avoir la possibilité d’une critique objective et constructive d’une situation qui a duré trop longtemps.

Faisant fi des principes les plus basiques de l’hospitalité, l’OLP a tenté, à chaque fois qu’elle s’est installée dans un pays, de se retourner contre son hôte.

Antonio Munioz

Durant le mois du ramadan de l'année dernière, ce tabou est implicitement brisé, quand une série diffusée sur le réseau satellitaire MBC, Makhraj 7 («Sortie 7»), ouvre le sujet de la normalisation avec Israël. Dans une séquence, deux acteurs, Rashid al-Shamrani et Nasser al-Qassabi, discutent, assis nonchalamment dans un salon. Le premier veut faire des affaires avec les Israéliens. Il justifie sa décision par le fait que «l’Arabie saoudite n’a rien gagné par son soutien aux Palestiniens». Il enfonce le clou et déclare : «Le véritable ennemi est celui qui désavoue vos sacrifices et vous injurie nuit et jour, plus que les Israéliens», critiquant ainsi, selon lui, l’ingratitude des Palestiniens et énumérant tout ce que les Arabes leur ont fait en lançant des guerres, un embargo du pétrole, et le paiement des salaires de leurs fonctionnaires…

Ingratitude pour les pays hôtes

Une ingratitude qui s’est illustrée récemment par les manifestations palestiniennes contre les accords de normalisation, et au cours desquelles des portraits du prince héritier d’Abu Dhabi et des photos du roi de Bahreïn ont été brûlés.

Rappelons d’ailleurs comment l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) avait multiplié les erreurs en Jordanie, au Liban ou au Koweït, avec des conséquences encore plus catastrophiques pour les Palestiniens eux-mêmes.

Faisant fi des principes les plus basiques de l’hospitalité, l’OLP a tenté, à chaque fois qu’elle s’est installée dans un pays, de se retourner contre son hôte.

C’est ainsi que la Jordanie a expulsé les fédayins palestiniens lors des sanglants combats de Septembre noir en 1970, à la suite des velléités des Palestiniens de prendre le pouvoir au roi Hussein. Arrivés au Liban, au lieu de se concentrer sur la libération de leur terre, ils ont créé un État dans l’État, entraînant l’invasion israélienne en 1982 pour en chasser l’OLP.

Le Liban paie toujours aujourd’hui le prix de la politique de Yasser Arafat, chef de l’OLP à cette époque. Les erreurs de calcul se sont poursuivies avec le soutien de l’OLP en 1990 au dictateur irakien, Saddam Hussein, lors de son invasion du Koweït, ce petit émirat qui accueillait des milliers de Palestiniens et dont un grand nombre fut par la suite expulsé.

Parallèlement, la cause palestinienne s’est écartée de sa finalité, à travers des actions terroristes durant les années 1970 et 1980, notamment avec des prises d’otages ou des détournements d’avions.

Manipulations

La cause palestinienne a également eu la malchance d’être utilisée par des puissances régionales pour leur propre agenda. Ce fut le cas avec l’Irak de Saddam Hussein, mais aussi avec le régime des mollahs iraniens plus royaliste que le roi, refusant à chaque fois toute initiative de paix entre l’État hébreu et les Arabes. L’establishment palestinien est malheureusement toujours tombé dans le piège, se faisant manipuler tantôt par la Turquie d’Erdogan, le régime de Nasser en Égypte ou celui d’Assad en Syrie qui a accueilli et formé sur son territoire des franges radicales de mouvement palestinien, comme le Hamas, rejetées par les autres pays.

La cause palestinienne n’est toutefois pas perdue. Elle a besoin d’une introspection, d’une remise en question, d’une révolution intérieure. Seule une volonté de changement, pour faire bouger une situation sclérosée, peut redonner confiance aux soutiens arabes.

Antonio Munioz

La conséquence directe de ces manipulations est le clivage de la scène politique palestinienne. À commencer par le conflit au sein du Fatah, dirigé aujourd’hui par Mahmoud Abbas, président vieillissant de l’Autorité palestinienne. Son remplacement entraîne une guerre de succession sans merci, avec son lot de heurts et d’assassinats. Cela a encore été le cas en décembre, dans le camp de Balata, entre les partisans de Mahmoud Abbas et ceux de Mohammad Dahlan.

Ou la rivalité entre le Fatah et le Hamas qui dirige de facto la bande de Gaza. Un conflit qui fit des centaines de morts en 2007 à Gaza, alors qu’en Cisjordanie la chasse aux sorcières bat son plein contre les partisans du mouvement islamiste.

On voit ainsi que même la construction d’un État viable et efficace bute sur la corruption des uns et les rivalités des autres, alors que la situation politique, économique et sociale des Palestiniens ne fait qu’empirer et alors que les Palestiniens devraient s’unir pour libérer leur terre.

La cause palestinienne n’est toutefois pas perdue. Elle a besoin d’une introspection, d’une remise en question, d’une révolution intérieure. Seule une volonté de changement, pour faire bouger une situation sclérosée, peut redonner confiance aux soutiens arabes.


Pétrole: Le Kurdistan d'Irak dénonce les «pressions injustes» de Bagdad

Une plate-forme de forage sur un site de creusement de puits de pétrole près du village de Taq Taq en Irak (Photo, AFP).
Une plate-forme de forage sur un site de creusement de puits de pétrole près du village de Taq Taq en Irak (Photo, AFP).
Short Url
  • Un tribunal de commerce a invalidé ces contrats conclus entre le Kurdistan et des entités canadienne, américaine, britannique et norvégienne
  • En février, la Cour suprême fédérale avait sommé le Kurdistan de livrer le pétrole produit dans ses territoires au gouvernement central

ERBIL: Le Kurdistan d'Irak a dénoncé mercredi les "pressions injustes" exercées par le gouvernement central de Bagdad, quelques jours après une décision de justice invalidant des contrats pétroliers passés par la région autonome avec des compagnies étrangères.

Saisi par le ministère du Pétrole de Bagdad, un tribunal de commerce a invalidé lundi ces contrats conclus entre la région autonome du Kurdistan (nord) et des entités canadienne, américaine, britannique et norvégienne.

Cette décision illustre le bras de fer opposant le Kurdistan d'Irak à Bagdad sur la gestion des hydrocarbures.

En février, la Cour suprême fédérale avait sommé le Kurdistan de livrer le pétrole produit dans ses territoires au gouvernement central, donnant à ce dernier le droit de revoir tous les contrats pétroliers, voire de les annuler.

Depuis, Bagdad bataille pour faire appliquer cet arrêt, au grand dam du Kurdistan qui veut préserver l'autonomie de son secteur énergétique.

Selon un communiqué publié mercredi, le gouvernement kurde "a passé en revue toutes les procédures constitutionnelles et juridiques (dont dispose) le Kurdistan face aux pressions injustes et inconstitutionnelles exercées par le ministère du Pétrole" à Bagdad.

"Le tribunal du commerce a invalidé les contrats qui n'étaient pas conformes à la décision de la Cour suprême fédérale", a indiqué à l'AFP un haut responsable du secteur des hydrocarbures dans la capitale irakienne sous le couvert de l'anonymat.

Selon lui, le gouvernement a intenté des actions en justice contre sept entreprises opérant au Kurdistan, mais aussi contre l'actuel ministre des Ressources naturelles de la région autonome et de son prédécesseur.

Dans ce contexte tendu, les géants Schlumberger, Baker Hughes et Halliburton se sont engagés à ne pas s'impliquer dans de nouveaux projets au Kurdistan, a annoncé le ministère du Pétrole à Bagdad.

D'après le ministère, ces entreprises oeuvrent aussi à "liquider et clôturer" les appels d'offres et contrats en cours.

De son côté, tout en réclamant une solution négociée, le Kurdistan a intenté deux actions en justice, dont une visant le ministre du Pétrole.

L'Irak dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures et l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. Les relations entre Bagdad et le Kurdistan sont en dents de scie, l'épineux dossier des hydrocarbures refaisant épisodiquement surface.

En juin, l'Irak a exporté plus de 101 millions de barils, soit plus de 11,5 milliards de dollars de revenus, selon des chiffres préliminaires du gouvernement.

Le Kurdistan irakien produit plus de 400.000 barils par jour.


Hajj 2022: Un million de musulmans entament les premiers rituels

Des pèlerins musulmans prient autour de la Kaaba à la Grande Mosquée lors du pèlerinage annuel du Hajj (Photo, AFP).
Des pèlerins musulmans prient autour de la Kaaba à la Grande Mosquée lors du pèlerinage annuel du Hajj (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Royaume a lancé une opération massive pour protéger la santé et assurer la sureté des pèlerins
  • Un million de musulmans entièrement vaccinés, dont 850 000 de l’étranger, sont autorisés à participer au Hajj de cette année

LA MECQUE: Un million de pèlerins ont entamé le voyage spirituel de leur vie avec le début des premiers rituels du Hajj annuel.

Des centaines de milliers de fidèles ont circulé autour du site le plus sacré de l’Islam, la Kaaba, à la Grande Mosquée de La Mecque. Beaucoup utilisaient des parapluies pour se protéger du soleil, la température atteignant 42 degrés Celsius.

Jeudi, les pèlerins se rendront dans un vaste village de tentes à Mina, à près de 5 kilomètres de la Grande Mosquée, avant le rite principal au mont Arafat, où le prophète Mohammed a prononcé son dernier sermon.

Les autorités saoudiennes ont mis en place une opération massive pour garantir la santé et la sécurité des pèlerins. Le ministère saoudien de la Santé a préparé 23 hôpitaux et 147 centres de santé à La Mecque et à Médine, la seconde ville sainte de l’Islam, pour accueillir les pèlerins.

Quatre hôpitaux et 26 centres de santé sont également prêts à traiter les arrivants à Mina. Plus de 1 000 lits sont disponibles pour les patients nécessitant des soins intensifs et plus de 200 lits spécialement destinés aux patients victimes d’insolation. En outre, 25 000 soignants ont été déployés.

«Tout se passe bien jusqu’à présent. Je me suis beaucoup déplacée et j’ai vu que les règles étaient respectées», a déclaré Faten Abdel Moneim, 65 ans, mère de quatre enfants, originaire d’Égypte.

Naim Mohsen, 42 ans, également originaire d’Égypte, a indiqué qu’«être ici est la meilleure chose qui me soit jamais arrivée. J’ai hâte de continuer le voyage. Mon seul problème est le température. Il fait tout simplement trop chaud.»


Hajj 2022: Ce que réservent les prochains jours aux pélerins

Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).
Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).
Short Url
  • Cette année, un million de pèlerins effectueront le Hajj, l’un des piliers de l’Islam obligatoire pour les musulmans
  • Les autorités saoudiennes ont mis en place de nombreux outils technologiques pour aider les pèlerins dans leur périple

DJEDDAH: Le Hajj est un pèlerinage religieux annuel à la ville sainte de La Mecque, effectué chaque année par des millions de musulmans du monde entier. Il a lieu au cours du 12e mois du calendrier lunaire islamique, nommé Dhul Hijjah, entre le huitième et le 13e jour du mois.

Cette année, le Hajj se déroule approximativement du 7 au 12 juillet. Participer au pèlerinage au moins une fois dans sa vie est une obligation majeure pour tous les musulmans valides, quels que soient leurs moyens financiers, et entre 2 et 3 millions de personnes participent chaque année à ce rituel de six jours.

Cette année, un million de pèlerins afflueront dans la ville sainte, 85% d’entre eux venant de l’étranger pour la première fois après une interruption de deux ans due à la pandémie de la Covid-19 et aux restrictions qui en ont découlé et qui les ont empêchés d’accomplir le rituel.

Afin de garantir un voyage sans heurts et en toute sécurité pour les pèlerins, le gouvernement a annoncé une série de conditions d’entrée.

Les pèlerins qui souhaitent effectuer le Hajj doivent être âgés de moins de 65 ans et être entièrement vaccinés contre la Covid-19 avec un rappel. Ils doivent également présenter un test PCR négatif effectué 72 heures avant le départ pour le Royaume, et la priorité ira à ceux qui n’ont jamais accompli ce rituel auparavant.

Des pèlerins font le tour de la Kaaba et prient à la Grande Mosquée le 6 juillet 2022, avant le pèlerinage annuel du Hajj (Photo, Reuters/Mohammed Salem).

À la suite du prophète Mohammed, pendant quatorze siècles, les pèlerins ont entamé leur voyage dans un état spirituel de pureté et de dévotion, également appelé Ihram, qui est l’acte sacré combiné de Niyyah et Talbiyah nécessaire pour accomplir le Hajj. La Niyyah est l’intention innée de commettre un acte d’adoration, tandis que la Talbiyah est une prière spéciale prononcée en supplication pour atteindre l’Ihram.

Après être entrés à La Mecque, les pèlerins effectuent le tawaf de bienvenue, qui consiste à faire sept fois le tour de la Kaaba dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par la Pierre noire. Ils se dirigent ensuite vers les collines de Safa et Marwa, où ils effectuent le saee, qui consiste à faire sept fois l’aller-retour entre les deux collines.

Les pèlerins se rendent ensuite à Mina, une zone de 20 kilomètres carrés située à près de cinq kilomètres de la Grande Mosquée de La Mecque, le huitième jour de Dhul Hijjah, également connu sous le nom de Yom al-Tarwiyah, où ils séjournent et remplissent leur journée et leur soirée de prières et de supplications, se reposant et consommant de l’eau avant leur long et périlleux voyage.

Le deuxième jour du Hajj, les pèlerins se rendent au mont Arafat, à 20 kilomètres de là. Cette journée est consacrée à la prière et aux supplications, observant les prières de duhr (midi) combinées à celles de asr (après-midi) jusqu’au coucher du soleil.

Un million de musulmans vaccinés, parmi lesquels 850000 venus de l’étranger, ont été admis au Hajj de cette année après deux ans de réduction drastique des arrivants (Photo, AFP).

Le jour d’Arafat est considéré comme le jour le plus critique pour les pèlerins et les millions de personnes qui n’effectuent pas le Hajj. C’est le jour qui «expie les péchés de l’année précédente et de l’année suivante (musulmane)» et c’est le meilleur jour pour l’adoration et la supplication.

Après le coucher du soleil, les pèlerins descendent du mont Arafat et se rendent à Muzdalifah pour les prières d’isha (nuit), ramassent des cailloux dont la taille ne dépasse pas celle d’un doigt en prévision du rituel de lapidation du lendemain, et se reposent jusqu’à minuit ou l’aube, moment où ils entreprennent le long voyage de retour vers Mina pour les dernières étapes du Hajj, le rituel de lapidation à Jamarat al-Aqabah.

Le troisième jour du Hajj, l’Eid al-Adha, les pèlerins lapident le Jamarat al-Aqabah, ou le grand pilier, un endroit où le prophète Ibrahim a lancé sept cailloux au diable. Après cela, les pèlerins quittent leur Ihram; des animaux sacrificiels sont abattus, et les hommes se coupent les cheveux ou se rasent la tête tandis que les femmes se coupent une longueur de cheveux équivalente au bout d’un doigt pour commémorer la fin du pèlerinage du Hajj.

Pendant trois jours, appelés Ayyam al-Tashreeq, les pèlerins restent à Mina et procèdent à la lapidation des deux autres piliers, Al-Jamarah al-Wusta et Al-Jamarah al-Sughra.

Après des années de préparation pour ce rassemblement de masse, les autorités saoudiennes procèdent chaque année à une planification importante pour contrôler les foules, divisant un grand nombre de pèlerins en groupes et désignant des horaires et des itinéraires spécifiques pour atteindre le pont où se trouvent les piliers.

Des scouts saoudiens ont pour tâche d’aider les pèlerins âgés ou en situation de handicap à circuler entre les sites sacrés de La Mecque (Photo, SPA).

Des milliers de bénévoles, de militaires et de personnel de santé seront sur le terrain pour aider les pèlerins dans ce que beaucoup considèrent comme leur devoir de servir les invités de Dieu dans le plus saint et sacré des voyages pour un musulman.

Utilisant le pouvoir des technologies, les autorités saoudiennes chargées du Hajj incluent cette année encore les cartes d’identité intelligentes des pèlerins afin de faciliter le transport des «visiteurs d’Allah» et d’assurer leur arrivée rapide à leur emplacement et à leur tente, que ce soit à Mina ou à Arafat. Des robots équipés d’écrans tactiles sont disponibles pour expliquer les rituels en 11 langues.

Le ministère du Hajj et de la Omra, en collaboration avec l’Autorité générale des Awqaf, a lancé 13 manuels électroniques détaillés offrant des conseils aux pèlerins du monde entier sur une variété de sujets en 14 langues, dont le français, le turc, le persan, l’ourdou, le russe et l’amharique. Ces manuels sont compatibles avec tous les systèmes d’exploitation des téléphones et peuvent être consultés sur guide.haj.gov.sa.

Ces manuels électroniques de guidage sont interactifs et comprennent la charia, la loi islamique et des directives en matière de procédure, d’organisation et de santé dont les pèlerins auront besoin pendant leur voyage au Hajj» a décrit le ministère dans une vidéo partagée sur Twitter.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com