CCI France Liban propose son expertise et prospecte les opportunités du marché saoudien

Vue du centre financier King Abdullah à Riyad, le 1er août 2023. (AFP)
Vue du centre financier King Abdullah à Riyad, le 1er août 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 01 mars 2024

CCI France Liban propose son expertise et prospecte les opportunités du marché saoudien

  • Cette délégation comprend des entreprises de divers secteurs tels que l'informatique, les télécommunications, le droit, l'éducation, les soins de santé, la logistique, l'architecture
  • Cet événement sert de plate-forme pour présenter les produits innovants, les services et l'expertise que ces entreprises proposent

RIYAD: L'ambassade du Liban à Riyad a organisé une tournée de prospection en Arabie saoudite du 25 au 28 février, dont l'objectif principal est de promouvoir la collaboration avec les entreprises saoudiennes et d'explorer ainsi le marché saoudien.

Cette délégation comprend des entreprises de divers secteurs: informatique, télécommunications, droit, éducation, soins de santé, logistique, architecture avec des groupes tels que Kawas Consulting, Man enterprise, Manara, Medischool, Symphony Business and finance consulting Sarl, Travel story et bien d’autres.

L’ambassadeur du Liban en Arabie saoudite, Fawzi Kabbara, a déclaré dans son allocution: «Votre présence ici souligne les liens économiques et commerciaux profondément enracinés qui existent entre le Liban, l'Arabie saoudite et la France. Au fil des ans, le Liban et l'Arabie saoudite ont entretenu des relations solides et mutuellement bénéfiques, caractérisées par le commerce, l'investissement et la collaboration dans divers secteurs.»

Il ajoute: «En outre, l'amitié durable entre le Liban et la France a joué un rôle essentiel dans le développement de notre pays. La coordination et le soutien apportés par la France et l'Arabie saoudite ont permis de soutenir l'économie libanaise et de favoriser la croissance. Ce jour marque une étape importante puisque nous nous réunissons pour accueillir une délégation de la Chambre de commerce franco-libanaise, composée de vingt-quatre entreprises franco-libanaises réputées.»

Cet événement sert de plate-forme pour présenter les produits innovants, les services et l'expertise que ces entreprises proposent. L’objectif est de présenter les entreprises franco-libanaises aux principaux acteurs de la communauté d'affaires saoudienne et de faciliter l'établissement de liens et de collaborations significatifs entre les deux parties.

«Par essence, cette foire ne vise pas seulement à favoriser les transactions commerciales, mais aussi à jeter des ponts de compréhension, de coopération et d'amitié entre nos deux nations. Il s'agit de forger des partenariats qui favoriseront la prospérité économique et créeront des opportunités pour toutes les parties concernées», précise l’ambassadeur.

De son côté, Maxence Duault, président de CCI France Liban, confie à Arab News en français: «L’objectif de la Chambre de commerce au Liban, c'est tout simplement celui de construire, de tisser des relations économiques, de créer des affaires au bénéfice des entreprises franco-libanaises qui, aujourd'hui, souffrent et se retrouvent dans une situation de crise.

Mais, dans un premier temps, il s’agit de comprendre l’écosystème saoudien qui se développe à très grande vitesse et qui fascine. Il est nécessaire de mieux le cerner pour pouvoir envisager une relation d'affaires sur le long terme, ce qui permettra d’apporter un petit peu de positif dans l’écosystème libanais et c’est une manière de défendre l’économie formelle.»

Élisabeth Prigent Olaussen, directrice de la stratégie et du développement commercial chez Symphony Business and finance consulting, déclare à Arab News en français: «Nous sommes un groupe spécialisé dans l'expertise en assurance, basé au Liban depuis plus de vingt-cinq ans. Nous intervenons essentiellement quand il y a un sinistre, un incendie dans une usine, des dégâts causés par des inondations. L'assureur va envoyer un prestataire indépendant qui va vérifier ce qui s’est passé. Nous recherchons les causes du sinistre, on détermine le montant des travaux, on vérifie si cela rentre dans l'enveloppe de la police de l'assuré et on rend un rapport indépendant pour que l'assuré soit assuré ou indemnisé au mieux et puisse reprendre son activité.»

Elle ajoute: «Il y a d’énormes projets de développement immobilier, des projets d'infrastructures magnifiques. Pour notre groupe spécialisé dans l’assurance, une telle expansion justifie pleinement notre venue sur le marché pour assister en cas de sinistre. On intervient en amont des sinistres, ce qui permet aux investisseurs de venir travailler avec des assurés pour vérifier aussi la qualité de leurs installations; par exemple: est-ce que les systèmes de sécurité permettent un accès rapide aux pompiers? Nous leur permettons de négocier à la baisse le montant de leurs primes parce que le risque est bien assuré et a moins de chances de survenir.»

Marie Harfouche, fondatrice et directrice générale de la société Travel Story, spécialisée dans les voyages d'affaires et les événements d'entreprise, déclare à Arab News en français: «Je fais partie d'une délégation chargée d'explorer les opportunités commerciales à Riyad et peut-être dans d'autres destinations ou villes d'Arabie saoudite. En tant que membre et acteur majeur de l'industrie du voyage et du tourisme, j'ai commencé par Beyrouth, puis par les Émirats arabes unis. Je pense que les principales évolutions se produisent en Arabie saoudite, qui entreprend de grands changements. Je suis ouverte à tout type de partenariat, que ce soit au niveau individuel ou dans le cadre d'un groupe plus important avec un investisseur, un partenaire saoudien.»

Ronald Michel Gharib, directeur financier à la RATP Dev, explique: «Nous sommes présents à cet événement pour nouer des contacts avec des institutions françaises et des entreprises libanaises qui peuvent être utiles à nos projets. Nous sommes des opérateurs de métro et de bus et nous prévoyons de grandes opportunités le long d'AlUla et de Riyad, avec tous les investissements qui s’annoncent dans le Royaume. Toutes les opportunités commerciales qui nous intéressent concernent principalement les services de transport. Nous sommes également présents dans les solutions de mobilité, ainsi que dans la technologie et l'introduction de nouveaux systèmes de transport. Lorsque nous parlons de véhicules autonomes, de véhicules électriques, de véhicules respectueux de l'environnement, notre groupe cherche à exploiter davantage ce secteur d'activité plutôt que les opérations standards de bus et de métro. Nous rencontrons des universités et des centres de formation pour développer nos ressources et déterminer nos besoins en matière de formation. Nous sommes ici pour cet événement, car nous prévoyons davantage de partenariats avec les entrepreneurs, les sous-traitants, partout où ils peuvent nous aider à améliorer notre chaîne d'approvisionnement.»


Les pays riches doivent 500 milliards de dollars par an de dette morale aux pays pauvres, affirme Esther Duflo

L'économiste franco-américaine et co-lauréate du prix Nobel 2019 de sciences économiques, Esther Duflo, pose lors d'une séance photo à Paris le 20 juin 2023. (Photo, AFP)
L'économiste franco-américaine et co-lauréate du prix Nobel 2019 de sciences économiques, Esther Duflo, pose lors d'une séance photo à Paris le 20 juin 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), soit 10% de la population de la planète, émettent environ 25% du CO2 lié au système énergétique mondial
  • Esther Duflo se base sur les travaux de l'économiste américain Michael Greenstone qui, en partant d'une valeur monétaire donnée pour une année de vie et de l'effet du réchauffement climatique sur l'augmentation de la mortalité, évalue à 37 dollars le coût

PARIS: Les pays riches doivent 500 milliards de dollars par an de "dette morale" aux pays pauvres, évalue la prix Nobel d'économie Esther Duflo, qui propose de faire assumer aux pays développés la responsabilité du réchauffement climatique à travers deux taxes.

"C'est ce que j'appelle une dette morale. Ce n'est pas ce que cela coûterait de s'adapter; ce n'est pas ce que cela coûterait d'atténuer. C'est ce que nous devons", a détaillé l'économiste dans un entretien au Financial Times lundi, se basant surtout sur l'effet du réchauffement climatique sur la mortalité dans les pays pauvres.

"Il y aura des dégâts énormes", poursuit Mme Duflo qui se base une étude menée par le Global Impact Lab en 2020 ayant montré que le nombre de décès liés à la chaleur risquait de bondir dans les pays pauvres d'ici à la fin du siècle.

"Ces dégâts seront concentrés dans les pays pauvres en dehors de l'OCDE", ajoute-t-elle, pointant la responsabilité des pays riches sur le changement climatique.

Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), soit 10% de la population de la planète, émettent environ 25% du CO2 lié au système énergétique mondial, selon l'AIE.

Esther Duflo se base sur les travaux de l'économiste américain Michael Greenstone qui, en partant d'une valeur monétaire donnée pour une année de vie et de l'effet du réchauffement climatique sur l'augmentation de la mortalité, évalue à 37 dollars le coût d'une tonne de carbone. Multiplié par la quantité d'émissions annuelles attribuables à l'Europe et aux Etats-Unis, 14 milliards de tonnes de CO2 équivalent, le prix de la "dette morale" monte alors à 518 milliards, soutient Mme Duflo.

Pour la financer, elle propose d'augmenter le taux minimal d'imposition des multinationales et de taxer les grandes fortunes, deux mécanismes qui permettraient selon elle de couvrir l'enveloppe annuelle.

L'aide financière climatique due par les pays riches aux pays en développement est fixée actuellement à 100 milliards de dollars par an. La COP29, en novembre à Bakou, doit établir le nouveau montant au-delà de 2025.

Le futur objectif, crucial pour renouer la confiance entre le Nord et le Sud, restera quoi qu'il arrive très en-deçà des besoins: les pays en développement (hors Chine) ont besoin de 2.400 milliards de dollars par an d'ici 2030 pour financer leur transition et s'adapter au changement climatique, selon un calcul d'experts de l'ONU.

En parallèle, de multiples pistes sont au coeur des négociations internationales pour trouver comment combler l'écart, parmi lesquelles l'allègement de la dette des pays pauvres ou des innovations financières via de nouvelles taxes internationales.

 

 


L'Asie paye le prix fort aux aléas climatiques

Des habitants traversent les eaux de crue après avoir été évacués d’une zone inondée suite à de fortes pluies dans la ville de Qingyuan, dans la province méridionale du Guangdong en Chine. (AFP)
Des habitants traversent les eaux de crue après avoir été évacués d’une zone inondée suite à de fortes pluies dans la ville de Qingyuan, dans la province méridionale du Guangdong en Chine. (AFP)
Short Url
  • L'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde. Et en Asie l'impact des vagues de chaleur devient de plus en plus sévère
  • L'Asie se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale, avec des températures l'année dernière de près de deux degrés Celsius supérieures à la moyenne de 1961 à 1990

GENEVE: L'Asie a été "la région du monde la plus touchée par les catastrophes" liées à la météo en 2023, inondations et tempêtes ayant fait le plus de victimes et de pertes économiques, indique l'ONU mardi.

"Le changement climatique a exacerbé la fréquence et la gravité de tels événements, impactant profondément les sociétés, les économies et, plus important encore, les vies humaines et l'environnement dans lequel nous vivons", a déclaré Celeste Saulo, directrice de l'Organisation mondiale de la météorologie (OMM) dans un communiqué.

L'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde. Et en Asie l'impact des vagues de chaleur devient de plus en plus sévère, souligne l'OMM, ajoutant que la fonte des glaciers -notamment dans la chaîne de l'Himalaya- menace la sécurité hydrique de la région.

En outre, l'Asie se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale, avec des températures l'année dernière de près de deux degrés Celsius supérieures à la moyenne de 1961 à 1990.

"Les conclusions du rapport donnent à réfléchir", a déclaré la cheffe de l'OMM.

"De nombreux pays de la région ont connu en 2023 leur année la plus chaude jamais enregistrée, accompagnée d'une série de conditions extrêmes, allant des sécheresses et des vagues de chaleur aux inondations et aux tempêtes", souligne le rapport.

Le rapport sur l'état du climat en Asie 2023 souligne l'accélération du rythme des principaux indicateurs du changement climatique tels que la température de surface, le retrait des glaciers et l'élévation du niveau de la mer, affirmant qu'ils auraient de graves répercussions sur les sociétés, les économies et les écosystèmes de la région.


Alistithmar Capital et Ezdihar Real Estate s'associent pour lancer un fonds de développement immobilier de 293 millions de dollars

Khalid bin Abdulaziz Al-Rayes , PDG d'Investment Capital, et Abdul Mohsen bin Fawaz Al Hokair, PDG d'Izdihar Real Estate Development Co. (Fournie)
Khalid bin Abdulaziz Al-Rayes , PDG d'Investment Capital, et Abdul Mohsen bin Fawaz Al Hokair, PDG d'Izdihar Real Estate Development Co. (Fournie)
Short Url
  • 'objectif est de stimuler la croissance du capital des investisseurs immobiliers
  • e partenariat avec Ezdihar vise à poursuivre des objectifs communs dans le domaine de l'immobilier et à offrir aux investisseurs des opportunités adaptées à leurs objectifs

RIYADH : La société saoudienne Alistithmar Capital s'associe à Ezdihar Real Estate Development Co pour créer un fonds immobilier de 1,1 milliard de SR (293 millions de dollars), ce qui profitera au paysage commercial et de bureaux de Riyad.

Dans un communiqué, Alistithmar Capital, la filiale d'investissement de la Saudi Investment Bank, a annoncé que l'objectif est de stimuler la croissance du capital des investisseurs en obtenant des droits d'usufruit sur une parcelle de 103 000 m² dans les locaux de l'Université du Roi Saoud sur la route Prince Turki Al-Awwal à Riyad, afin de développer le terrain en un complexe de bureaux commerciaux générant des revenus.

Le PDG de la société, Khalid Al-Rayes, a déclaré que le partenariat avec Ezdihar vise à poursuivre des objectifs communs dans le domaine de l'immobilier et à offrir aux investisseurs des opportunités adaptées à leurs objectifs et à l'évolution du paysage immobilier.

Il a ajouté que son organisation se consacre à offrir des perspectives d'investissement de haute qualité aux investisseurs immobiliers grâce à des fonds méticuleusement structurés et adaptés aux exigences de chaque projet. Cette approche garantit des avantages maximaux et des retours sur investissement optimaux.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com