Le Niger en deuil après l'attaque djihadiste la plus meurtrière contre des civils

Le 21 août, une attaque de motards non-identifiés avait causé la mort de volontaires français, de leur guide et de leur chauffeur. Le conflit dans cette zone ne cesse de s’amplifier depuis 2012 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 05 janvier 2021

Le Niger en deuil après l'attaque djihadiste la plus meurtrière contre des civils

  • Samedi, cent civils ont été tués dans deux villages de l'ouest du Niger, soit le plus lourd bilan d'une attaque contre des civils attribuée à des djihadistes, selon l'ONG ACLED
  • Aucune revendication officielle n'a été émise après cette attaque survenue entre les deux tours de la présidentielle au Niger

NIAMEY: Le Niger va porter le deuil durant trois jours et renforcer son dispositif sécuritaire dans la zone frontalière du Mali, a annoncé lundi le ministre de l'Intérieur, deux jours après la plus meurtrière attaque djihadiste contre des civils au Sahel.

Samedi, cent civils ont été tués dans deux villages de l'ouest du Niger, soit le plus lourd bilan d'une attaque contre des civils attribuée à des djihadistes, selon l'ONG ACLED qui répertorie les violences dans la région.

Aucune revendication officielle n'a été émise après cette attaque survenue entre les deux tours de la présidentielle au Niger, ni concernant la pose d'une mine artisanale qui a tué le même jour deux soldats français à Ménaka, dans le nord-est du Mali, à quelques centaines de km plus au nord, de l'autre côté d'une frontière très poreuse.

« Nous avons décrété trois jours de deuil national (...) au niveau sécuritaire nous allons renforcer le dispositif » en augmentant notamment le nombre de soldats sur le terrain, a affirmé le ministre Alkache Alhada, à l'issue d'un Conseil national de sécurité exceptionnel, dirigé par le président Mahamadou Issoufou.

Le ministre a aussi annoncé la tenue de forums pour apaiser les tensions entre communautés et le don de nourriture aux populations touchées.  

L'attaque a eu lieu dans la zone dite des « trois frontières » aux confins du Niger, du Mali et du Burkina Faso, principaux pays touchés par les groupes djihadistes affiliées à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique.

Une nouvelle preuve que les populations, « particulièrement vulnérables car prises entre la violence des groupes armés et la réponse des armées », sont les premières victimes d'un conflit qui ne cesse de s'amplifier depuis 2012, estime Ousmane Diallo, d'Amnesty international.

Des milliers de civils ont été tués, et près de trois millions ont dû fuir leurs domiciles. Des groupes dits d'autodéfense sont responsables de plusieurs massacres de civils, comme à Ogossagou dans le centre du Mali, en mars 2019 (plus de 160 morts).

« Cordon sécuritaire »

Samedi matin, les djihadistes sont venus à bord d'une « centaine de motos » dans les villages de Tchoma Bangou et Zaroumadereye, selon le maire de la commune rurale de Tondikiwindi qui les administre, Almou Hassane.

Expliquant le renforcement sécuritaire, le ministre de l'Intérieur a indiqué que l'objectif était d’ « éviter les incursions », en créant « une sorte de cordon sécuritaire mais l'une des difficultés c'est que côté malien c'est le vide », selon lui.

Avec la pose de mines artisanales, ces attaques éclair à moto sont le mode opératoire préféré des djihadistes dans la région des « trois frontières », devenue depuis plusieurs années l'un des épicentres de la violence au Sahel.

Dans la même bande frontalière entre Mali et Niger, sept soldats nigériens avaient été tués le 21 décembre à six jours du premier tour de la présidentielle.

Depuis les attaques meurtrières de plusieurs bases militaires au Niger et au Mali dans cette même région des trois frontières fin 2019-début 2020, la présence militaire y est faible malgré de nombreux efforts engagés l'année dernière par les armées nationales aidées par les partenaires, France en tête.

Les violences djihadistes sont venues se greffer sur des tensions communautaires, notamment « depuis plusieurs années » à la frontière entre Mali et Niger, théâtre de « rivalités entre communautés pour le contrôle de l'espace », selon l'International Crisis Group (ICG).

Dans un rapport en 2018, l'ICG dénonçait la constitution d'une « génération de jeunes hommes vivant du métier des armes ».

La commune de Tondikiwindi, déjà théâtre en 2017 d'une embuscade qui avait tué 4 membres des forces spéciales américaines, est habitée par plusieurs ethnies : des Djermas sédentaires, des nomades peuls et dahoussak et des Arabes.

Il y avait « des tensions entre Djermas et Peuls ces dernières semaines » qui ont fait « quelques morts avant l'attaque de samedi », dit un connaisseur de la zone. Fin décembre, plusieurs civils peuls ont été tués par des habitants sédentaires, dit-il.

Selon Yvan Guichaoua, chercheur à l'Université de Kent (Grande-Bretagne), cette attaque « en dit long sur le degré de ressentiment de certains membres de communautés nomades, parmi lesquelles recrutent les djihadistes, vis-à-vis de communautés sédentaires souvent vues comme complices de l'Etat ».

« Certains demandent des armes », a concédé le ministre nigérien, annonçant l'organisation de « forums » avec des dirigeants communautaires et religieux pour « prévenir les risques de conflits intracommunautaires ».


Brésil: suspension de la vaccination avec l'AstraZeneca des femmes enceintes

Ces suspensions interviennent alors que l'utilisation du vaccin AstraZeneca a été restreinte dans la plupart des pays de l'UE en raison des très rares cas de thromboses qu'il peut provoquer, entretenant une défiance importante dans le grand public.(AFP)
Short Url
  • Selon le journal Folha De S.Paulo, le ministère de la Santé enquête sur la mort à Rio de Janeiro d'une femme enceinte ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca, une information encore non confirmée à l'AFP par les autorités
  • On ignorait si cette femme avait reçu une ou deux doses du vaccin

RIO DE JANEIRO: De nombreux Etats brésiliens, dont ceux de Sao Paulo et Rio de Janeiro, ont annoncé avoir suspendu mardi la vaccination des femmes enceintes avec le sérum anti-Covid d'AstraZeneca, suivant la recommandation de l'agence régulatrice Anvisa, après un "incident".

Selon le journal Folha De S.Paulo, le ministère de la Santé enquête sur la mort à Rio de Janeiro d'une femme enceinte ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca, une information encore non confirmée à l'AFP par les autorités. On ignorait si cette femme avait reçu une ou deux doses du vaccin.

Selon le site d'information G1, ce sont plus de la moitié des Etats brésiliens (17 sur 27) qui ont suspendu les vaccinations des futures mères.

Ces suspensions interviennent alors que l'utilisation du vaccin AstraZeneca a été restreinte dans la plupart des pays de l'UE en raison des très rares cas de thromboses qu'il peut provoquer, entretenant une défiance importante dans le grand public.

Lundi soir, l'Anvisa avait recommandé "la suspension immédiate" de la vaccination avec AstraZeneca pour les femmes enceintes. L'agence régulatrice avait argué dans un communiqué que son utilisation pour des femmes enceintes ne figurait pas parmi les indications formulées par le laboratoire.

"Cette recommandation résulte de la vigilance constante d'incidents lors de la vaccination anticovid dans tout le pays", a seulement précisé l'Anvisa, sans mentionner de décès suspect à Rio.

Le secrétariat à la Santé de la mairie de Rio de Janeiro a de son côté annoncé la suspension de la vaccination de femmes enceintes "par précaution, jusqu'à ce que l'enquête du ministère sur un incident soit conclue". 

Le vaccin d'Oxford/AstraZeneca est l'un des trois utilisés au Brésil actuellement, avec le CoronaVac, du laboratoire chinois Sinovac, et plus récemment celui de Pfizer/BioNTech. Celui d'AstraZeneca représente 26% des doses injectées. 

La vaccination, qui a débuté tardivement, à la mi-janvier, se poursuit à un rythme encore lent dans ce pays de 212 millions d'habitants où plus de 420 000 personnes sont mortes de Covid-19.

À ce jour, quelque 32 millions de Brésiliens ont reçu une première dose, soit 15% de la population, et 15 millions la deuxième (7%).


L'Allemagne interdit temporairement à Facebook d'utiliser les données de WhatsApp

Cette photo prise le 5 octobre 2020 montre le logo du réseau social américain Facebook et du service de messagerie mobile WhatsApp sur les écrans d'un smartphone et d'une tablette à Toulouse, dans le sud-ouest de la France. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le régulateur indique dans un communiqué avoir «émis une ordonnance interdisant à Facebook Ireland de traiter les données personnelles de WhatsApp dans la mesure où cela est fait à ses propres fins»
  • «Les critiques formulées dans le monde entier à l'encontre des nouvelles conditions d'utilisation devraient inciter à repenser fondamentalement le mécanisme de consentement, une fois de plus», a estimé le régulateur allemand

BERLIN: Une autorité allemande de protection des données personnelles a ordonné mardi à Facebook de suspendre durant trois mois l'utilisation des données que mettrait à sa disposition le service de messagerie WhatsApp dans le cadre de la modification controversée de ses conditions de confidentialité.

Le régulateur indique dans un communiqué avoir «émis une ordonnance interdisant à Facebook Ireland de traiter les données personnelles de WhatsApp dans la mesure où cela est fait à ses propres fins».

Johannes Caspar, chef de l'Autorité de protection des données de Hambourg, où est basé le siège de la filiale allemande du réseau social américain, estime que cette décision «vise à préserver les droits et libertés des millions d'utilisateurs qui donnent leur consentement aux conditions d'utilisation dans toute l'Allemagne».

Dans une réaction transmise à l'AFP, WhatsApp assure que cette ordonnance «est basée sur une incompréhension fondamentale» des nouvelles règles et qu'elle n'aura donc «aucun impact sur la poursuite du déploiement de la mise à jour».

Résultant d'une procédure d'urgence, la demande de suspension est valable trois mois et le régulateur de Hambourg annonce soumettre l'affaire au Comité européen de la protection des données, organe compétent au sein de l'UE pour faire respecter les règles parmi les Vingt-sept.

WhatsApp, le service de messagerie de Facebook, a présenté il y a plusieurs mois de nouvelles règles de confidentialité accusées par ses détracteurs d'élargir la collecte des données des deux milliards d'utilisateurs.

Après avoir déjà décalé de plusieurs mois leur entrée en vigueur, WhatsApp a annoncé début mai qu'il retardait de nouveau leur application stricte.

L'annonce des changements avait provoqué la colère de nombreux utilisateurs, inquiets à l'idée que la messagerie ne partage davantage de données avec sa maison mère Facebook.

«Les critiques formulées dans le monde entier à l'encontre des nouvelles conditions d'utilisation devraient inciter à repenser fondamentalement le mécanisme de consentement, une fois de plus», écrit encore le régulateur allemand.

Il souligne qu'il ne s'agit pas seulement de protéger la vie privée des utilisateurs mais aussi d'éviter l'utilisation des données «pour influencer les décisions des électeurs afin de manipuler les choix démocratiques», citant la proximité des élections législatives du 26 septembre en Allemagne où WhatsApp compte près de 60 millions d'utilisateurs.

WhatsApp avait défendu ces nouvelles règles, assurant qu'elles n'affectaient pas la confidentialité des messages échangés avec amis et famille, mais étaient avant tout destinées à aider les entreprises à mieux communiquer avec leurs clients via la plateforme, notamment pour leur permettre d'y vendre directement leurs produits.

Dans sa réaction mardi au jugement, le service explique que les allégations du régulateur allemand sur le partage des données avec Facebook sont «erronées»: «votre acceptation des nouvelles conditions de service n'étend pas la capacité de WhatsApp à partager les données des utilisateurs avec sa société mère Facebook», assure un porte-parole.


Opération antijihadiste au Burkina: une vingtaine de «terroristes» tués, des bases détruites

Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 5 mai, «les forces armées nationales ont lancé une opération d'envergure dans les régions du Nord et du Sahel afin de déloger les groupes armés terroristes qui y sévissent»
  • Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes

OUAGADOUGOU: Au moins une vingtaine de jihadistes ont été tués et quatre bases « terroristes » détruites depuis le lancement le 5 mai d'une opération antijihadiste dans les régions du Nord et du Sahel du Burkina Faso, a annoncé mardi l'armée burkinabè. 

Le 5 mai, « les forces armées nationales ont lancé une opération d'envergure dans les régions du Nord et du Sahel afin de déloger les groupes armés terroristes qui y sévissent », a indiqué l'état-major dans un communiqué, ajoutant que cette opération vise également « à rassurer les populations ».

Dénommée Houné - Dignité en langue peule - cette opération, toujours en cours, « mobilise les unités conventionnelles et spéciales de l'armée de terre, de l'armée de l'air et de la gendarmerie nationale ».

Elle va « s'étaler sur plus d'un mois » et a déjà « permis de neutraliser plus d'une vingtaine de terroristes » et de détruire « quatre bases ou positions des groupes armés », a expliqué une source sécuritaire de haut rang.

« Des moyens de communication, de l'armement, des munitions et des moyens roulants ont été récupérés par les forces armées », a précisé cette source.

Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes.

Samedi, trois civils ont été tués à Tin-akoff, dans la région du Nord du Burkina Faso, où le même jour, un engin improvisé a explosé au passage d'une unité du détachement militaire de Mansila, qui effectuait une mission d'escorte. Bilan : trois soldats blessés.

Le Burkina Faso est confronté depuis plus de cinq ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes djihadistes, dont le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS).

D'abord concentrées dans le nord du pays, elles ont ensuite visé la capitale et d'autres régions, notamment l'Est, faisant depuis 2015 quelque 1 300 morts et contraignant plus d'un million de personnes à fuir leurs foyers.