Dans l'ombre du bitcoin, la cryptomonnaie Ether amorce son propre décollage

Les possesseurs d'Ether qui acceptent d'en bloquer tout ou partie reçoivent une rémunération de quelques pourcents par an, un revenu qui s'ajoute à la plus-value potentielle en cas d'appréciation de cette monnaie (Photo, AFP).
Les possesseurs d'Ether qui acceptent d'en bloquer tout ou partie reçoivent une rémunération de quelques pourcents par an, un revenu qui s'ajoute à la plus-value potentielle en cas d'appréciation de cette monnaie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 10 mars 2024

Dans l'ombre du bitcoin, la cryptomonnaie Ether amorce son propre décollage

  • Lancé en 2015, l'Ether ou Ethereum est désormais, de très loin, la deuxième devise numérique en valeur totale, estimée désormais à plus de 460 milliards de dollars
  • L'Ether a fait mieux que son grand frère, bondissant de près de 72% depuis le début de l'année contre seulement 61% pour le bitcoin

NEW YORK: Si le bitcoin a capté l'essentiel de la lumière ces dernières semaines, avec un record à la clef, une autre cryptomonnaie majeure, l'Ether, connaît, elle aussi, une ascension fulgurante et dispose de quelques atouts propres pour aller encore plus haut.

Lancé en 2015, l'Ether ou Ethereum est désormais, de très loin, la deuxième devise numérique en valeur totale, estimée désormais à plus de 460 milliards de dollars.

Au même titre que d'autres comme le Solana ou le Dogecoin, il a profité de l'autorisation, aux Etats-Unis, d'un nouveau produit de placement en bitcoin, l'ETF, mi-janvier, explique James Butterfill, de la société d'investissement CoinShares.

Ces ETF permettent aux investisseurs de profiter des variations du bitcoin sans en acheter directement et leur offre la capacité de se désengager à tout moment.

Leur lancement a entraîné un afflux d'argent frais qui a permis au bitcoin d'établir vendredi un nouveau record, à 70.085 dollars l'unité.

Mais dans le même temps, l'Ether a fait mieux que son grand frère, bondissant de près de 72% depuis le début de l'année contre seulement 61% pour le bitcoin.

Cette surperformance tient en bonne partie "aux anticipations qu'un ETF Ethereum puisse être approuvé aux Etats-Unis", selon Dessislava Aubert, du cabinet d'analyse Kaiko.

Plusieurs sociétés de gestion ont ainsi sollicité l'autorisation du régulateur américain des marchés financiers, la SEC, pour mettre sur le marché ces produits de placement en Ether.

La SEC est tenue par un calendrier et devra se prononcer, au plus tard, sur les premiers dossiers déposés, ceux de VanEck et Ark 21Shares, le 23 mai.

"L'Ethereum se réveille, car les investisseurs s'attendent à un feu vert" réglementaire, selon Michaël van de Poppe, de MN Trading, pour qui "les gens sont en train de passer du bitcoin à l'Ethereum, dans lequel ils voient une opportunité de rendement."

Plus gros que le bitcoin ?

Au-delà de l'effet ETF, la devise numérique imaginée par le programmeur russe Vitalik Buterin a plusieurs cartes dans sa manche.

Pour Simon Peters, de la plateforme d'échanges de cryptomonnaies eToro, l'Ethereum est aussi porté par la perspective du "Dencun", importante mise à jour de la technologie sous-jacente à cette devise numérique, prévue le 13 mars.

Cette étape majeure doit améliorer les capacités de traitement des transactions et abaisser leur coût, mais aussi libérer la croissance d'un écosystème aux applications multiples.

"Le bitcoin permet de stocker de la valeur, alors que l'Ethereum a beaucoup plus de potentiel d'utilisation", rappelle James Butterfill. Il est notamment la destination de choix pour les NFT (non fungible token), les certificats d'authenticité numérique qui ont tant fait parler d'eux il y a trois ans.

Les deux cryptomonnaies ne sont ainsi pas en concurrence directe, selon Michaël van de Poppe, car le bitcoin est "de la monnaie pure" tandis que l'Ether "est un investissement dans l'ensemble de l'écosystème +blockchain+", la technologie sur laquelle sont construites les devises numériques.

L'Ethereum a pour lui d'avoir déjà négocié sans encombre deux transformations techniques majeures en autant d'années, notamment le passage à un système moins consommateur d'énergie, en septembre 2022.

L'humeur est "à l'optimisme croissant" quant à un "Dencun" qui "se passerait sans incident", avance James Butterfill, renforçant la crédibilité de la devise.

L'analyste souligne également que l'Ether, de par son fonctionnement même, offre le "bénéfice supplémentaire" d'intérêts générés par ses détenteurs.

Le mécanisme de création de cette devise passe par l'immobilisation d'Ether déjà existants, méthode appelée "Proof of Stake", qui diffère de celle du bitcoin, laquelle requiert des calculs très complexes ("Proof of Work").

Les possesseurs d'Ether qui acceptent d'en bloquer tout ou partie reçoivent une rémunération de quelques pourcents par an, un revenu qui s'ajoute à la plus-value potentielle en cas d'appréciation de cette monnaie.

Le processus dit "Proof of Stake", adopté en septembre 2022, a très nettement augmenté la quantité d'Ether immobilisée, relève Simon Peters, à 21% actuellement contre 10% seulement il y a 18 mois.

"Il y a moins d'Ethereum en circulation", insiste l'analyste. "Et si la demande augmente" avec l'arrivée de nouveaux investisseurs, "étant donné la contraction de l'offre, les prix devraient grimper."

"L'Ethereum va monter davantage que le bitcoin", prédit Michaël van de Poppe, "et il y a même une chance que sa capitalisation totale finisse par dépasser celle du bitcoin."


Arabie saoudite: Les dépenses en matière d’éducation en hausse, les transactions atteignent 2,9 milliards de dollars

Les dépenses hôtelières ont également augmenté, selon SAMA. Shutterstock
Les dépenses hôtelières ont également augmenté, selon SAMA. Shutterstock
Short Url
  • Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA, ont révélé que cette section de l’économie a connu une augmentation de 10,4 pour cent sur les septLa valeur totale des transactions a atteint 94,1 millions de SR
  • Selon les données de SAMA, 33,2% des dépenses de POS ont eu lieu à Riyad, avec une valeur totale de transaction atteignant 3,63 milliards de SR3, soit une baisse de 7,1% par rapport à la semaine précédente.

RIYAD : Les dépenses des points de vente en Arabie saoudite ont atteint 10,9 milliards de couronnes suédoises (2,9 milliards de dollars) au cours de la semaine qui s’est terminée le 20 juillet, le secteur de l’éducation enregistrant la plus forte hausse, selon les données officielles.

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA, ont révélé que cette section de l’économie a connu une augmentation de 10,4 pour cent sur les septLa valeur totale des transactions a atteint 94,1 millions de SRR.

Les données ont également montré que les dépenses dans les hôtels ont augmenté de 0,2% par rapport aux sept jours précédents pour atteindre SR270,2 millions. 

Cette légère hausse fait suite à des hausses plus importantes dans le secteur au cours des deux semaines précédentes, avec une hausse de 17,9 % du 30 juin au 6 juillet et un bond de 3,8 % du 7 au 13 juillet.

Malgré la croissance de ces secteurs, les dépenses en PDV dans le Royaume ont continué à suivre une trajectoire inverse, diminuant de 8,8 % après avoir diminué de 9,8 % la semaine précédente. 

Les dépenses en matériaux de construction ont chuté de 5,2 % sur la période de sept jours la plus récente, ce qui représente la plus faible baisse de tous les secteurs par rapport à la semaine précédente Le PIB de la Communauté devrait atteindre 312,6 millions de DM.

Le secteur de la santé a connu la deuxième plus faible baisse, enregistrant une baisse de 10,2 pour cent à 696,3 millions de SRR.

Les dépenses en vêtements et chaussures se classent au troisième rang des dépenses en baisse, de même que celles en faveur des appareils électriques, avec une baisse de 11,3 % dans les deux catégories.

La plus forte baisse de valeur a été observée dans le secteur des télécommunications, qui a enregistré un total de transactions de 89,5 millions de GRS après une baisse de 13 %.

Les dépenses de restauration et de café ont dominé les dépenses des points de vente avec 1,67 milliard de SRR, suivies par 1,64 milliard de SRR sur les aliments et les boissons et 1,41 milliard de SRR sur divers biens et services. Ensemble, ces trois catégories représentent 43,27 % de la valeur totale des dépenses en PS.

Selon les données de SAMA, 33,2% des dépenses de POS ont eu lieu à Riyad, avec une valeur totale de transaction atteignant 3,63 milliards de SR3, soit une baisse de 7,1% par rapport à la semaine précédente.

Les dépenses à Djeddah ont suivi, représentant 14,4% du total et atteignant 1,58 milliard de SRN, soit un changement négatif hebdomadaire de 7,7%.

Les dépenses dans Hail, Tabuk et Buraidah ont diminué de 14 %, 12,4 % et 9,7 %, respectivement, avec des chiffres atteignant SR168,2 millions, SR189,3 millions et SR249,6 millions.

La plus faible baisse a été enregistrée à la Mecque, où le taux de variation hebdomadaire s’est établi à 441,4 millions de RS, soit 3,9%

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L’Arabie saoudite présente des opportunités minières lors d’une visite ministérielle au Brésil

Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Short Url
  • Le ministre de l’industrie et des ressources minérales a souligné les avantages d’investir dans le royaume.
  • Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

RIYAD : L’Arabie saoudite a invité les entreprises brésiliennes à investir dans son secteur minier, soulignant des opportunités de croissance substantielles lors d’une visite de son premier ministre dans le pays sud-américain. 

Lors d’une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo, Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, a déclaré que la production minière est un problème mondial qui nécessite une direction et une collaboration internationales en raison de son rôle essentiel dans transition énergétique mondiale. 

L’Arabie saoudite vise à attirer des acteurs internationaux alors que son secteur minier se prépare à s’étendre dans le cadre de l’initiative gouvernementale alignée sur la vision saoudienne 2030. Cet effort vise à accroître la transparence des licences, à promouvoir les industries nationales et à stimuler le développement de contenu local et la création d’emplois. 

Au cours de la réunion, le ministre a déclaré : « Le Royaume reconnaît que les défis mondiaux liés à la production minière exigent un leadership collectif. Notre stratégie pour réaliser de réels progrès repose sur la collaboration et, tout en maintenant nos objectifs ambitieux, nous nous concentrons sur l’établissement de partenariats solides à l’échelle mondiale. » 

Il a ajouté : « La production minière va au-delà de la valeur économique; elle incarne le potentiel de notre pays et de notre peuple. Avec ses ressources abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée et ses occasions exceptionnelles d’investissement, le Royaume est en bonne voie pour une croissance transformatrice. » 

Le ministre a souligné les avantages d’investir en Arabie saoudite, notamment ses ressources naturelles abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée, son infrastructure moderne et un environnement commercial favorable. 

Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

Il a déclaré que l’événement est devenu la plate-forme la plus importante pour discuter des opportunités, des problèmes et des solutions dans le secteur minier mondial, selon un communiqué du ministère. 

Grâce à sa stratégie nationale pour l’industrie, l’Arabie saoudite se positionne comme un leader dans divers secteurs, offrant des opportunités d’investissement dans plus de 800 projets évalués à 1000 milliards de SR1 (266,59 milliards de dollars). Cette initiative vise à accroître les exportations, à transformer le paysage industriel national et à soutenir les efforts de diversification économique du pays. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


La société Fitch Ratings se retire du Liban

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Short Url
  • Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 
  • « Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.

RIYADH : L'indisponibilité de certaines données clés a conduit Fitch Ratings à renoncer à catégoriser le Liban, l'agence ne disposant plus d'informations suffisantes pour maintenir son évaluation du pays. 

L'agence de notation mondiale a confirmé les notes de défaut à long terme de l'émetteur libanais en devises étrangères et en monnaie locale comme étant restreintes et a par la suite retiré l'IDR et le plafond du pays de la nation. 

Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 

Cela signifie que l'agence a confirmé les notes de la dette à long terme du Liban comme étant restreintes et a cessé de fournir des évaluations et des analyses pour le pays en raison de l'insuffisance des données.

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui a considérablement influencé l'évaluation de sa notation. 

L'incapacité du gouvernement à rembourser l'euro-obligation, qui arrivait à échéance le 9 mars 2020, a conduit à sa catégorisation en tant que défaut de paiement restreint.

« Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.  

Les IDR en monnaie locale restent en défaut de paiement restreint car le gouvernement n'a pas repris le paiement des intérêts sur les titres en monnaie locale détenus par la Banque du Liban, bien qu'il continue à assurer le service de la dette en monnaie locale auprès des créanciers privés. 

Fitch a également déclaré que les autorités n'ont pas initié de restructuration de la dette en monnaie locale. 

La décision de l'agence de retirer les notations du Liban a été motivée par le fait que l'émetteur a cessé de publier les comptes nationaux et les données fiscales, qui ne sont désormais disponibles que jusqu'en 2021. 

Ce manque d'informations financières à jour a empêché Fitch de maintenir des notations précises. 

L'agence a ajouté que la note de pertinence environnementale, sociale et de gouvernance du Liban pour la stabilité et les droits politiques et pour l'État de droit, la qualité institutionnelle et réglementaire et le contrôle de la corruption s'élève à cinq. 

Cela reflète l'impact élevé des indicateurs de gouvernance de la Banque mondiale dans le modèle de notation souveraine de Fitch. 

« Le Liban est mal classé (14,8), ce qui reflète l'absence d'antécédents récents de transitions politiques pacifiques, des droits relativement faibles en matière de participation au processus politique, une faible capacité institutionnelle, une application inégale de l'État de droit et un niveau élevé de corruption », a ajouté l'agence. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com