Avec Beyoncé, les chanteuses noires de country enfin mises en lumière

Julie Williams, artiste de 26 ans, parle de son enfance dans un sud des Etats-Unis toujours hanté par le passé esclavagiste, et raconte son combat pour s'imposer dans cette ville du Tennessee surnommée "Music City", où les carrières se font ou se défont par des hommes blancs. (AFP).
Julie Williams, artiste de 26 ans, parle de son enfance dans un sud des Etats-Unis toujours hanté par le passé esclavagiste, et raconte son combat pour s'imposer dans cette ville du Tennessee surnommée "Music City", où les carrières se font ou se défont par des hommes blancs. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 27 mars 2024

Avec Beyoncé, les chanteuses noires de country enfin mises en lumière

  • "A Music City, avec des rêves et des bottes à talons hauts, chantant pour une foule aux yeux bleus, voudront-ils aussi de moi?": celle qui fredonne ce couplet sur une scène de Nashville, capitale américaine de la country, est une femme métisse
  • Julie Williams, artiste de 26 ans, parle de son enfance dans un sud des Etats-Unis toujours hanté par le passé esclavagiste, et raconte son combat pour s'imposer dans cette ville du Tennessee surnommée "Music City"

NASHVILLE: "A Music City, avec des rêves et des bottes à talons hauts, chantant pour une foule aux yeux bleus, voudront-ils aussi de moi?": celle qui fredonne ce couplet sur une scène de Nashville, capitale américaine de la country, est une femme métisse.

Julie Williams, artiste de 26 ans, parle de son enfance dans un sud des Etats-Unis toujours hanté par le passé esclavagiste, et raconte son combat pour s'imposer dans cette ville du Tennessee surnommée "Music City", où les carrières se font ou se défont par des hommes blancs.

C'est la sortie vendredi d'un album country par l'une des plus grandes stars du moment, Beyoncé, qui refait la lumière sur la longue histoire des artistes noirs dans ce genre musical extrêmement populaire aux Etats-Unis.

"Qui a hâte de découvrir le nouvel album country de Beyoncé?", crie Julie Williams sous les applaudissements. "Est-ce dont ça qu'ont ressenti toutes les filles blanches pendant tout ce temps?".

Elle continue: "Quand on voit quelqu'un qui est au sommet de son art et qui déchire tout, on se dit +waouh, ça pourrait être moi+, c'est génial!".

La sortie très attendue de l'album "Cowboy Carter" de Beyoncé, qui a connu un triomphe mondial grâce au R'n'B et à la pop, est tout simplement un "moment historique" pour propulser "la country noire", confie la chanteuse à l'AFP dans les coulisses.

Julie Williams fait partie des 200 membres du Black Opry, un collectif créé il y a trois ans pour porter la voix d'artistes noirs dans des genres souvent perçus comme réservés aux artistes blancs, de la country à la folk.

"J'ai toujours été une grande fan de musique country et je me suis toujours sentie isolée", confie Holly G, fondatrice de Black Opry, se disant pas assez "représentée", "surtout en tant que femme noire et queer". "Ni chez les artistes, ni chez les fans, ni dans le marketing".

"Quand j'ai commencé Black Opry", poursuit-elle, "j'ai réalisé qu'on était tous là, mais qu'on n'avait juste pas la même plateforme ni les mêmes opportunités que nos collègues blancs".

« Quelle différence? »

Le nouvel album de Beyoncé pourrait faire évoluer les choses, estime Charles Hughes, auteur d'un livre sur la country et les questions raciales dans le sud des Etats-Unis.

Les gens se disent "cool, Beyoncé se met à faire de country, voici un tas d'autres artistes à écouter", dit à l'AFP le chercheur de Memphis.

"Lorsque nous commencerons à voir les choses changer en coulisses, l'effet du moment Beyoncé se fera ressentir", poursuit-il.

La country est un style musical qui puise dans les racines afro-américaines des Etats-Unis: le banjo, par exemple, fait partie des instruments apportés par les esclaves africains déportés aux Amériques et aux Caraïbes dans les années 1600.

Pourtant, les artistes noirs ont été historiquement tenus à l'écart du genre musical et la country contemporaine garde une image de musique blanche, machiste et conservatrice.

Au tournant du 20e siècle, avec l'avènement des hit-parades, l'industrie musicale catégorise même les genres populaires: la country pour les blancs, le R'n'B pour les noirs.

"Cette séparation initiale était fondée uniquement sur la couleur de la peau, et non sur la musique", souligne Holly G.

Et ces étiquettes persistent.

"La chanson peut sonner exactement pareil et on me dit: +Ce n'est pas de la country+", ironise Prana Supreme, membre de O.N.E. The Duo, un groupe de musique country. "Et je me dis +hmm, quelle est la seule différence?+".

« Iconoclaste »

Beyoncé n'a elle-même pas échappé au conservatisme de la country.

La native du Texas a dit récemment avoir l'espoir que dans les prochaines années, la référence à la couleur de peau ou l'origine ethnique d'un artiste "n'aura plus lieu d'être".

Pour Prana Supreme, le moment country de Beyoncé, qu'elle qualifie d'"iconoclaste", permettra aux artistes comme aux fans afro-américains de se réapproprier ce genre. "La culture du sud est une culture noire", fait-elle valoir.

Trea Swindle, membre du groupe country Chapel Hart estime aussi que Beyoncé "ouvre la musique country à un tout nouveau public". "Chéri, va à Poplarville, dans le Mississippi, que tu sois noir, blanc, asiatique, hispanique, c'est Poplarville, et tu vivras cette expérience de la country", s'amuse-t-elle.

Mais Holly G, du collectif Black Opry, se veut prudente, estimant que Beyoncé pourrait rester l'exception en raison de sa stature hors norme. "C'est parce que l'industrie est intimidée par Beyoncé, pas parce qu'elle est prête à soutenir les femmes noires".


Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972

Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Short Url
  • Brand a abandonné le top model de la campagne de chaussures au milieu de l’indignation des groupes de pression liés à Israël.
  • Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

Les groupes de pression liés à Israël ont accusé la campagne d’offenser en raison du contexte partiellement palestinien de Hadid.

Lors des jeux de 1972, 11 athlètes israéliens et un policier allemand ont été tués par le groupe Septembre noir.

Hadid envisage d’intenter une action en justice contre la décision d’Adidas de la retirer de la campagne, qui promeut le redémarrage d’une chaussure des Jeux olympiques de 1972.

La marque a déclaré sur Instagram : « Des liens continuent d’être faits avec la terrible tragédie qui s’est produite aux Jeux olympiques de Munich en raison de notre récente campagne SL72.

« Ces liens ne sont pas voulus, et nous nous excusons pour tout bouleversement ou détresse causé aux communautés du monde entier. Nous avons commis une erreur involontaire.

« Nous présentons également nos excuses à nos partenaires, Bella Hadid, ASAP Nast, Jules Kounde et d’autres, pour tout impact négatif sur eux et nous sommes en train de réviser la campagne. »

Un certain nombre de groupes de pression israéliens et juifs ont ciblé l’implication d’Hadid dans la campagne publicitaire.

Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

Le Comité juif américain a affirmé qu’Adidas utilisait « un modèle anti-Israël véhément » pour une campagne qui « est soit une omission massive, soit intentionnellement incendiaire ».

Le PDG du mouvement de lutte contre l’antisémitisme a déclaré : « Il est tout simplement dégoûtant qu’elle lance une chaussure commémorant les Jeux olympiques alors que tant de sang juif a été versé. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L’exposition « Hope in an Age of Dystopia » représente comment « le monde semble s’effondrer »

Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Short Url
  • Avec des œuvres d’artistes comme Hady Sy et Selim Mawad du Liban, et le Palestinien Amer Shomali, l’événement se déroule à Beyrouth jusqu’au 15 août
  • Roz a ajouté que les œuvres artistiques ont partagé un aperçu de la façon dont les structures du pouvoir mondial affectaient les réalités quotidiennes des gens et façonnait leurs besoins, leurs désirs et leurs sentiments.

DUBAÏ : La dernière exposition de la Fondation Dalloul, intitulée « Hope in an Age of Dystopia », présente 66 œuvres de créateurs du monde arabe et d’ailleurs.

Avec des œuvres d’artistes comme Hady Sy et Selim Mawad du Liban, et le Palestinien Amer Shomali, l’événement se déroule à Beyrouth jusqu’au 15 août. Il met également en valeur le travail deLa créatrice canadienne Johanne Allard.

La directrice de la Dalloul Art Foundation, Wafa Roz, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer ».

Elle a dit : «Les dernières années ont été particulièrement difficiles. Cependant, malgré tout cela, il reste un sentiment d’espoir déconcertant — que même avec tous ces événements terribles et les différences de pouvoir qui semblent inévitables, nous sommes capables de résister et de trouver différentes façons d’aller de l’avant. »

Roz a ajouté que les œuvres artistiques ont partagé un aperçu de la façon dont les structures du pouvoir mondial affectaient les réalités quotidiennes des gens et façonnait leurs besoins, leurs désirs et leurs sentiments.

« Les questions sociales présentées dans l’exposition sont à la fois globales et locales ... Chaque œuvre représente une partie du récit en cours des systèmes de contrôle globaux », a-t-elle déclaré.

Le travail d’Allard de la série « A Feast In The Ruins » s’inscrit parfaitement dans le thème.

Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)

« Chaque pièce de cette série utilise des broderies sur des sculptures métalliques de papillons de nuit pour symboliser la destruction et l’érosion des tissus culturels et sociétaux causés par la guerre et l’impérialisme au Levant et dans la région MENA régions,» explique l’artiste.

Allard a déclaré que son travail servait à la fois de mémoire du passé et de critique des problèmes systémiques en cours, tout en incluant également des éléments d’espoir et de résilience.

« En fin de compte, l’espoir à l’ère de la dystopie consiste à reconnaître les défis de notre époque sans céder au désespoir. Elle nous inspire à affronter des vérités difficiles, à repenser les possibilités et à contribuer activement au changement, là où l’espoir prévaut sur les incertitudes », a-t-elle ajouté.

Roz a également parlé de la façon dont les tendances dans le monde de l’art ont constamment évolué.

« Nous voyons de plus en plus d’œuvres conceptuelles qui s’éloignent des représentations directes, probablement parce qu’elles reflètent la complexité des thèmes et des concepts que les artistes explorent », a-t-elle déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


La culture des chameaux prend vie à Jeddah

Le ministère de la Culture donne vie à l’Année du Chameau à Djedda, en 2024, avec un pavillon dédié. (SPA)
Le ministère de la Culture donne vie à l’Année du Chameau à Djedda, en 2024, avec un pavillon dédié. (SPA)
Short Url
  • Le pavillon spécial met en lumière l’importance économique et culturelle des chameaux dans la société saoudienne.
  • Des murales lumineuses et des écrans tactiles interactifs invitent les visiteurs à plonger dans l’histoire.

DJEDDAH : Le ministère de la Culture fait vivre l’année du chameau à Djeddah, en 2024, avec un pavillon dédié qui offre aux visiteurs une expérience immersive de ces animaux emblématiques.

Des sculptures grandeur nature de chameaux aux expositions interactives, le pavillon de la promenade urbaine, l’une des zones saisonnières de Jeddah, met en valeur l’importance durable du chameau dans la société, l’Agence de presse saoudienne a rapporté.

Grâce à des murales lumineuses et à des écrans tactiles interactifs, les visiteurs sont invités à plonger dans l’histoire et à comprendre pourquoi 2024 a été désignée « L’année du chameau ».

Ces écrans offrent des informations sur les objectifs qui sous-tendent l’hommage aux chameaux et sont fournis en arabe et en anglais pour permettre à un public mondial d’y accéder.

Le pavillon présente des inscriptions historiques dédiées à l’animal, et le vaste vocabulaire lié aux chameaux en langue arabe, a déclaré la SPA.

L’un des points forts du pavillon est l’audio de sons de chameaux, chacun avec son propre nom. Ces animaux ont une signification particulière dans la vie quotidienne de ceux qui ont longtemps chéri la compagnie de ces animaux remarquables.

Les expositions mettent en valeur l’importance économique des chameaux, leur rôle dans la sécurité alimentaire et les capacités uniques qui ont cimenté leur place dans la culture saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com