Dans un village arménien, la crainte d'une nouvelle guerre avec l'Azerbaïdjan

Des villageois assistent à un rassemblement devant le conseil du village de Voskepar, dans le nord-est de l'Arménie, le 27 mars 2024. (AFP)
Des villageois assistent à un rassemblement devant le conseil du village de Voskepar, dans le nord-est de l'Arménie, le 27 mars 2024. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 04 avril 2024

Dans un village arménien, la crainte d'une nouvelle guerre avec l'Azerbaïdjan

  • Selon un plan évoqué par M. Pachinian, Voskepar pourrait se retrouver isolé du reste du pays et certaines maisons du village pourraient même passer sous contrôle de Bakou
  • Bakou revendique huit villages détenus par l'Arménie et réclame la création d'un couloir terrestre à travers la région arménienne de Siounik

VOSKEPAR: Par la fenêtre, Ichkhan Aghbalian observe une foule agitée. Devant sa mairie de Voskepar, dans le nord-est de l'Arménie, des habitants s'inquiètent des revendications territoriales de l'Azerbaïdjan, à la fois voisin et ennemi juré.

Ces villageois se rassemblent quotidiennement pour partager leurs craintes depuis que le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a dit en mars être prêt à faire des concessions à l'Azerbaïdjan pour relancer des pourparlers de paix.

Selon un plan évoqué par M. Pachinian, Voskepar pourrait se retrouver isolé du reste du pays et certaines maisons du village pourraient même passer sous contrôle de Bakou.

"Les gens d'ici craignent de perdre leur territoire au profit de l'Azerbaïdjan et nos problèmes de sécurité ne seront pas résolus si cela se produit", explique le maire Ichkhan Aghbalian.

Dans la foule, Edgar Grigorian, 38 ans, abonde: "si les Azerbaïdjanais arrivent, notre petit village sera bloqué, coupé d'Erevan, pris dans une sorte de blocus."

Différends territoriaux

En septembre 2023, les troupes azerbaïdjanaises ont repris aux séparatistes arméniens la région du Haut-Karabakh, lors d'une offensive éclair qui a clos un conflit sanglant de trois décennies pour le contrôle de cette région montagneuse du Caucase.

Depuis, les Etats-Unis, l'Union européenne et la Russie ont tenté de jouer les médiateurs entre Nikol Pachinian et l'indéboulonnable président azerbaïdjanais, Ilham Aliev.

Les deux dirigeants clament régulièrement leur optimisme quant à la perspective d'un traité de paix réglant leurs disputes territoriales, mais les pourparlers ne montrent guère d'avancées concrètes.

Bakou revendique huit villages détenus par l'Arménie et réclame la création d'un couloir terrestre à travers la région arménienne de Siounik (Sud) afin de relier l'Azerbaïdjan à son enclave du Nakhitchevan, puis à la Turquie, son allié.

De son côté, Erevan demande l'enclave d'Artsvashen (Bashkend en azéri), située en territoire azerbaïdjanais et contrôlée par Bakou depuis les années 1990, ainsi que les zones conquises par l'Azerbaïdjan au cours des trois dernières années et qui se trouvent à l'intérieur des frontières arméniennes.

"Pour obtenir ce qui appartient légitimement à l'Arménie, nous devons être prêts à céder ce qui ne nous appartient pas légitimement", a déclaré mi-mars M. Pachinian, se disant prêt à accepter la demande de Bakou concernant à ce stade quatre villages frontaliers.

"Notre politique est d'empêcher la guerre", a-t-il résumé.

«Prêt à prendre les armes»

Difficile toutefois, pour les habitants de Voskepar, de s'imaginer un futur avec de nouvelles frontières.

Fridik Barsegian, 73 ans, vit en périphérie du village. Or, la nouvelle frontière, telle qu'envisagée, traverserait son jardin.

"Imaginez que vous vous réveillez un jour et que vous découvrez que votre maison se trouve soudain dans un autre pays !", peste-t-il.

"Je me tue depuis l'âge de 16 ans (...) pour construire cette maison", dit-il. "Nous resterons ici jusqu'à la fin."

Un sentiment partagé par d'autres habitants, comme Artiom Manoucharian, 61 ans.

"Si les Azerbaïdjanais veulent prendre le contrôle (de la zone), alors ils devront me traîner dehors. Je ne partirai pas de mon plein gré", lance-t-il. "Je resterai ici, sur ma terre."

L'édile Ichkhan Aghbalian résume la position de son village: "nous sommes des gens pacifiques, mais tout le monde ici est prêt à prendre les armes s'il le faut."

Certains habitants ont même déjà entamé une formation militaire avec un groupe d'anciens combattants.

L'entraînement "inclut des exercices tactiques et la maîtrise des armes à feu", explique à l'AFP l'un des représentants du groupe "Confrérie de combattants", Hrant Ter-Abrahamian.

"Les villageois ne peuvent évidemment pas se battre avec une armée régulière, mais s'ils sont armés et entraînés, c'est un moyen de dissuasion supplémentaire", estime-t-il.

«Guerre»

Dans la zone de Voskepar, quatre villages abandonnés, conquis par l'Arménie dans les années 1990, et revendiqués par l'Azerbaïdjan, représentent des positions militaires avantageuses et surplombent une route vers la Géorgie voisine -- vitale pour le commerce de l'Arménie -- ainsi qu'un gazoduc russe.

"Si les Azerbaïdjanais en prennent le contrôle, ils couperont notre route vers la Géorgie, notre bouée de sauvetage, notre lien (...) avec le monde extérieur", avertit le maire Ichkhan Aghbalian.

Selon lui, les chances d'un accord entre ses dirigeants et ceux de l'Azerbaïdjan restent néanmoins très maigres.

"Chaque fois que nous entendons parler Aliev, il est évident qu'il ne veut pas la paix. C'est pourquoi je crains que nous nous préparions à un nouveau conflit", observe-t-il.

En regardant son jardin, il prédit tristement: "le printemps est au coin de la rue, mais cette année, il n'apportera pas que des fleurs. Il va apporter une guerre."


Zelensky qualifie la gaffe de Biden d'"erreur" qu'il peut "oublier"

Short Url
  • "C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien.
  • Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

DUBLIN : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié la gaffe de Joe Biden, qui l'a présenté jeudi comme le "président Poutine" lors du sommet de l'Otan à Washington, d'"erreur" qu'il peut "oublier".

"C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Shannon, dans l'ouest de l'Irlande.

Volodymyr Zelensky est de passage en Irlande avant de retourner en Ukraine après le sommet de l'Otan à Washington.

Jeudi, Joe Biden a annoncé le "président Poutine" alors qu'il accueillait sur scène Volodymyr Zelensky.

"Et maintenant je veux passer la parole au président de l'Ukraine, qui a autant de courage qu'il a de détermination. Mesdames et messieurs, le président Poutine", a déclaré le président américain.

Joe Biden, qui a orchestré la réponse occidentale à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, s'est aussitôt repris.

Il s'est écarté du micro avant de réaliser son erreur et d'y revenir pour dire: "Il va battre le président Poutine. Le président Zelensky. Je suis tellement concentré sur le fait de battre Poutine".

Volodymyr Zelensky s'est entretenu avec le Premier ministre irlandais Simon Harris à l'aéroport de Shannon.

"Merci beaucoup pour votre soutien, merci à l'Irlande d'avoir accueilli de nombreux réfugiés ukrainiens, vous étiez avec nous dès le début de l'invasion russe", a salué le président ukrainien.

Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

Lors de leur entretien bilatéral, les deux dirigeants ont discuté d'un possible accord sur le déminage, l'énergie, l'aide humanitaire et la sécurité alimentaire, a indiqué Simon Harris.


Iran: le président élu se dit prêt à un "dialogue constructif" avec l'UE

Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Short Url
  • Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens
  • Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions

TEHERAN: Le président élu iranien Massoud Pezeshkia s'est déclaré prêt à entamer "un dialogue constructif" avec les pays européens, tout en leur reprochant d'être revenus sur leurs engagements dans le dossier nucléaire, dans une tribune parue samedi.

Elu au second tour de la présidentielle le 5 juillet, ce réformateur de 69 ans doit prêter serment fin juillet pour débuter un mandat de quatre ans.

L'élection était suivie avec attention à l'étranger alors que l'Iran est au coeur de plusieurs crises géopolitiques, de la guerre à Gaza au dossier nucléaire, dans lesquelles il s'oppose aux Occidentaux.

Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens.

Dans un article publié samedi par le quotidien anglophone Tehran Times, il a critiqué le retrait en 2018 des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu trois ans auparavant et qui visait à restreindre l'activité nucléaire de l'Iran en échange d'un allègement des sanctions. Washington avait dans la foulée rétabli de lourdes sanctions sur la République islamique.

Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions.

Mais "les pays européens ont renié tous ces engagements", a-t-il déploré.

"Malgré ces faux pas, j'ai hâte d’engager un dialogue constructif avec les pays européens pour mettre nos relations sur la bonne voie", a-t-il dit.

Il a déclaré que les deux parties pourraient explorer "de nombreux domaines de coopération" si les Européens "mettaient de côté la suprématie morale qu'ils s'attribuent et les crises créées de toute pièce qui ont miné nos relations pendant si longtemps".

La porte-parole de la commission européenne Nabila Massrali avait auparavant félicité M. Pezeshkian pour son élection, déclarant que les 27 membres de l'UE étaient "prêts à s'engager avec le nouveau gouvernement conformément à la politique d'engagement critique de l'UE".

M. Pezeshkian s'en est pris par ailleurs aux Etats-Unis dont les sanctions affectent durement l'économie iranienne.

"Les Etats-Unis doivent reconnaître la réalité et comprendre, une fois pour toutes, que l'Iran ne répond pas – et ne répondra pas – aux pressions", a-t-il dit.

Durant la campagne, M. Pezeshkian avait promis de négocier avec le gouvernement américain pour relancer les pourparlers sur le nucléaire iranien et lever les sanctions.

Lundi, les Etats-Unis ont affirmé ne s'attendre à aucun changement dans leurs relations avec l'Iran après l'élection de Massoud Pezeshkian, minimisant également les chances de reprise du dialogue.

M. Pezeshkian a en outre qualifié la Russie d'"allié stratégique précieux" et s'est dit prêt à "collaborer davantage" avec la Chine.

Concernant les pays voisins, il a appelé la Turquie, l'Arabie saoudite, Oman, l'Irak, Bahreïn, le Qatar, le Koweït et les Emirats arabes unis à "renforcer les relations commerciales" avec l'Iran et "relever les défis communs" dans la région.

M. Pezeshkian va succéder à Ebrahim Raïssi, mort dans un accident d'hélicoptère en mai.

"Le peuple iranien m’a confié un mandat fort pour poursuivre vigoureusement un engagement constructif sur la scène internationale (...) tout en insistant sur nos droits et notre rôle mérité dans la région et dans le monde", a-t-il dit dans la tribune.

Ses pouvoirs seront cependant limités: en Iran, le président est chargé d'appliquer, à la tête du gouvernement, les grandes lignes politiques fixées par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui est chef de l'Etat et ultime décideur sur les dossiers stratégiques.

Le président doit aussi tenir compte de la forte influence des grandes institutions comme les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du pouvoir.


Territoires palestiniens occupés: la CIJ rendra un avis le 19 juillet

Des manifestants pro-palestiniens tiennent des pancartes alors qu’ils manifestent devant la Cour internationale de justice (CIJ) lors d’une audience sur la demande de cessez-le-feu de l’Afrique du Sud à Gaza, à La Haye, le 24 mai 2024 (AFP)
Des manifestants pro-palestiniens tiennent des pancartes alors qu’ils manifestent devant la Cour internationale de justice (CIJ) lors d’une audience sur la demande de cessez-le-feu de l’Afrique du Sud à Gaza, à La Haye, le 24 mai 2024 (AFP)
Short Url
  • La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, prononcera son "avis consultatif" 19 juillet à 15H00 (13H00 GMT), a-t-elle précisé dans un communiqué.
  • La plupart des intervenants ont appelé, lors d'audiences en février, à ce qu'Israël mette fin à l'occupation qui a suivi la guerre des Six Jours.

La HAYE : La plus haute juridiction de l'ONU a annoncé vendredi qu'elle rendrait dans une semaine un avis sur les conséquences légales de l'occupation de territoires palestiniens depuis 1967, une affaire sans précédent dans laquelle 52 pays ont été appelés à témoigner.

La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, prononcera son "avis consultatif" 19 juillet à 15H00 (13H00 GMT), a-t-elle précisé dans un communiqué. S'il n'est pas contraignant, il pourrait accroître la pression juridique internationale croissante sur Israël au regard de la guerre à Gaza.

Le conflit a commencé par une attaque du mouvement islamistes palestinien Hamas contre le sud d'Israël le 7 octobre dernier, qui a fait 1.195 morts, essentiellement civils, selon un bilan de l'AFP basé sur des chiffres israéliens.

En riposte à l'attaque du 7 octobre, Israël a promis de détruire le Hamas et lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 38.345 morts, en majorité des civils, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Le 31 décembre 2022, l'Assemblée générale des Nations unies avait adopté une résolution demandant à la CIJ un "avis consultatif" sur les "conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est".

La plupart des intervenants ont appelé, lors d'audiences en février, à ce qu'Israël mette fin à l'occupation qui a suivi la guerre des Six Jours.

Israël ne participe pas aux audiences mais a soumis une contribution écrite qualifiant les questions posées au tribunal de "préjudiciables" et "tendancieuses".

Ces audiences sont distinctes d'une affaire portée auprès de la CIJ par l'Afrique du Sud, qui accuse Israël de commettre des actes génocidaires à Gaza. En janvier, la cour a appelé Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide dans ce petit territoire palestinien. En mai, elle a ordonné à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah.