Mars 2024, dixième mois d'affilée de chaleurs historiques sur terre et mers

Vue d'un thermomètre de rue indiquant 39 degrés Celsius (102,2 F) dans la ville de Sao Paulo, au Brésil, le 17 mars 2024. (AFP)
Vue d'un thermomètre de rue indiquant 39 degrés Celsius (102,2 F) dans la ville de Sao Paulo, au Brésil, le 17 mars 2024. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 09 avril 2024

Mars 2024, dixième mois d'affilée de chaleurs historiques sur terre et mers

  • Si juillet 2023 est devenu le mois le plus chaud jamais mesuré dans le monde, tous les mois depuis juin ont aussi battu leur propre record
  • Sur les douze derniers mois, la température du globe a été 1,58°C plus élevée qu'à l'ère pré-industrielle, dépassant la limite de 1,5°C fixée par l'accord de Paris

PARIS: Avec un nouveau record de température en mars, les douze derniers mois ont été les plus chauds jamais enregistrés dans le monde, 1,58°C de plus que dans le climat de la planète au XIXe siècle, avant que se fasse sentir l'effet de la combustion des énergies fossiles, de la déforestation ou de l'agriculture intensive.

Poursuivant une série ininterrompue de dix records mensuels, mars 2024 constitue un nouveau signal après une année où le réchauffement climatique anthropique, accentué par le phénomène El Niño, a multiplié les catastrophes naturelles, alors que l'humanité n'a pas encore diminué ses émissions des gaz à effet de serre.

Limite de 1,5°C 

Si juillet 2023 est devenu le mois le plus chaud jamais mesuré dans le monde, tous les mois depuis juin ont aussi battu leur propre record.

Mars 2024 poursuit la série, avec une température moyenne 1,68°C plus élevée qu'un mois de mars normal dans le climat de l'ère pré-industrielle (1850-1900), a annoncé mardi le service changement climatique (C3S) de l'observatoire européen Copernicus.

Sur les douze derniers mois, la température du globe a été 1,58°C plus élevée qu'à l'ère pré-industrielle, dépassant la limite de 1,5°C fixée par l'accord de Paris. Cette anomalie devrait toutefois être relevée en moyenne sur "au moins 20 ans" pour considérer que le climat, et non la météo annuelle, a atteint ce seuil, rappelle l'observatoire.

Mais "nous sommes extraordinairement proches de cette limite et nous sommes déjà en sursis", déclare à l'AFP Samantha Burgess, cheffe adjointe du C3S.

Record absolu pour les océans 

Cela fait désormais plus d'un an que la température des océans, régulateurs majeurs du climat qui recouvrent 70% de la Terre, est plus chaude que toutes les annales. Mars 2024 établit même un nouveau record absolu, tous mois confondus, avec 21,07°C de moyenne mesurés à leur surface (hors zones proches des pôles) par Copernicus.

"C'est incroyablement inhabituel", relève Samantha Burgess. Cette surchauffe menace la vie marine et entraîne plus d'humidité dans l'atmosphère, synonyme de conditions météorologiques plus instables, comme des vents violents et des pluies torrentielles. Elle réduit aussi l'absorption de nos émissions de gaz à effet de serre dans les mers, puits de carbone qui emmagasinent 90% de l'excès d'énergie provoquée par l'activité humaine.

Sécheresses et inondations 

"Plus l'atmosphère mondiale se réchauffe, plus les évènements extrêmes seront nombreux, sévères, intenses", rappelle la scientifique, citant la menace "des vagues de chaleur, sécheresses, inondations et incendies de forêt".

Parmi les illustrations récentes, de graves pénuries d'eau frappent le Vietnam, la Catalogne ou encore l'Afrique australe: après le Malawi et la Zambie, 2,7 millions de personnes sont menacées par la famine au Zimbabwe, qui a déclaré l'état de catastrophe nationale. Bogota vient de rationner l'eau potable et la crainte des pénuries planent sur la campagne électorale au Mexique.

A l'inverse, la Russie, le Brésil ou la France ont connu des inondations remarquables. L'influence du changement climatique sur chaque évènement reste à établir par des études scientifiques. Mais il est établi que le réchauffement climatique, en accentuant l'évapotranspiration et en augmentant l'humidité potentielle dans l'air accentue l'intensité de certains épisodes de précipitations.

Fin d'El Niño mais pas des records

Depuis juin, la météo mondiale subit l'effet du phénomène climatique naturel El Niño, synonyme de températures plus élevées. Celui-ci a atteint son pic en décembre mais doit encore se traduire par des températures continentales au-dessus de la normale jusqu'en mai, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Selon elle, il y a des chances que le phénomène inverse - La Niña - se développe "plus tard cette année" après des conditions neutres (ni l'un ni l'autre) entre avril et juin.

D'autres records seront-ils alors battus ces prochains mois? "Si nous continuons à voir autant de chaleur à la surface de l'océan (...) c'est très probable", avertit Mme Burgess.

Accélération?

Ces records dépassent-ils les prévisions ? La question est débattue par les climatologues après une année 2023 hors norme, la plus chaude jamais mesurée. Cette chaleur supplémentaire, "nous pouvons l'expliquer en grande partie, mais pas entièrement", résume Mme Burgess.

"2023 se situe dans la fourchette des prévisions des modèles climatiques, mais vraiment à la limite extérieure", loin de la moyenne, ajoute-t-elle, inquiète.

Emissions croissantes 

Les concentrations dans l'air de dioxyde de carbone (CO2), de méthane et du monoxyde d'azote - les trois principaux gaz à effet de serre d'origine humaine - ont encore augmenté en 2023, selon les estimations de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), publiées vendredi.

La concentration de CO2 s'établit en moyenne à 419,3 parties par million (ppm) sur l'année 2023, soit une augmentation de 2,8 ppm depuis 2022.

Selon le projet Carbon Monitor, toutefois, les émissions mondiales de CO2 en 2023 n'ont augmenté que de 0,1 % par rapport à 2022, atteignant 35,8 Gigatonnes. Si ces estimations laissent présager un plateau des émissions humaines, elles représentent toutefois de "10% à 66,7% du budget carbone restant pour limiter le réchauffement à 1,5 °C", notent les auteurs.


Échange de 190 prisonniers russes et ukrainiens à la suite des efforts de médiation des Émirats Arabes Unis

Des prisonniers de guerre russes à l'intérieur d'un bus suite à un échange avec l'Ukraine dans cette photo prise par le ministère de la défense russe le 31 mai 2024. (Ministère de la défense russe/AFP)
Des prisonniers de guerre russes à l'intérieur d'un bus suite à un échange avec l'Ukraine dans cette photo prise par le ministère de la défense russe le 31 mai 2024. (Ministère de la défense russe/AFP)
Short Url
  • Les Émirats arabes unis ont maintenant obtenu la libération de 1 558 prisonniers grâce à leur sixième effort de médiation réussi entre les parties belligérantes.
  • Les Émirats arabes unis se sont engagés à « poursuivre tous les efforts et toutes les initiatives visant à trouver une solution pacifique au conflit.

ABU DHABI : Les Émirats arabes unis ont réussi à obtenir l'échange de 190 prisonniers de guerre entre la Russie et l'Ukraine, a rapporté l'agence de presse nationale WAM.

Les Émirats arabes unis ont maintenant obtenu la libération de 1 558 prisonniers grâce à leur sixième effort de médiation réussi entre les parties belligérantes, moins d'un mois après le processus d'échange précédent, a ajouté le rapport.

« Ces efforts reflètent l'engagement des Émirats arabes unis à être un médiateur fiable soutenant la diplomatie pour résoudre la crise entre les deux pays », a déclaré un communiqué du ministère des affaires étrangères des Émirats arabes unis.

Les Émirats arabes unis se sont engagés à « poursuivre tous les efforts et toutes les initiatives visant à trouver une solution pacifique au conflit, en soulignant l'importance du dialogue et de la désescalade, qui sont les seuls moyens de résoudre le conflit et d'atténuer ses répercussions humanitaires », ajoute le communiqué.

Les Émirats arabes unis ont également réussi à négocier l'échange de deux prisonniers entre les États-Unis et la Fédération de Russie en décembre 2022.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Royaume-Uni: le gouvernement Starmer sonne le glas de l'hérédité à la Chambre des Lords

Les Gardes à pied de la Household Division sont en service alors que le drapeau royal flotte au-dessus du palais de Buckingham à Londres, le 17 juillet 2024, lors de la cérémonie d'ouverture du Parlement. (Photo AFP)
Les Gardes à pied de la Household Division sont en service alors que le drapeau royal flotte au-dessus du palais de Buckingham à Londres, le 17 juillet 2024, lors de la cérémonie d'ouverture du Parlement. (Photo AFP)
Short Url

LONDRES : Mettre fin à un anachronisme: le nouveau gouvernement travailliste britannique a annoncé mercredi la fin des 92 membres héréditaires à la Chambre des Lords, avec la volonté affichée d'achever une modernisation de la chambre haute amorcée sous Tony Blair il y a 25 ans.

"Des mesures pour moderniser la Constitution seront introduites, comprenant une réforme de la Chambre des Lords pour supprimer le droit des pairs héréditaires de siéger et voter" à la chambre haute du Parlement britannique, a déclaré le roi Charles III lors du traditionnel discours du trône.

C'est justement sous les ors de la Chambre des Lords et sous les yeux de ces membres héréditaires du Parlement que le souverain a présenté, lors de ce rendez-vous solennel du calendrier de la vie politique britannique, le programme législatif du gouvernement de Keir Starmer.

Il s'agit du premier sous une majorité travailliste depuis 15 ans.

Selon les propres termes de Downing Street, "la présence continue de pairs héréditaires à la Chambre des Lords est datée et indéfendable".

Ces pairs sont tous des hommes, largement issus de l'aristocratie.

Dans la droite ligne du programme du Labour, le futur projet de loi annoncé mercredi - sans que son calendrier ne soit précisé - est présenté comme une "première étape" dans le cadre d'une "réforme plus large" de la chambre haute du Parlement, qui compte au total plus de 800 membres et où siègent par exemple des membres du clergé.

Sa taille n'est pas fixée par la loi et il s'agit de la plus grande chambre haute dans le monde. Ses membres, d'une moyenne d'âge actuelle de 71 ans, sont la plupart du temps nommés à vie.

- "Nés dans certaines familles" -

Il s'agit parfois d'anciens députés, qui peuvent par exemple être nommés par d'anciens Premiers ministres après leur démission.

Existant depuis le XIVe siècle, la Chambre des Lords a pour rôle d'étudier les projets de loi qui lui sont envoyés par la Chambre des Communes et peut également être à l'initiative de nouvelles lois.

Elle s'est par exemple montrée opiniâtre pour tenter d'adoucir le projet de loi conservateur, désormais abandonné par le Labour, d'expulser des migrants vers le Rwanda.

Comme la chambre basse du Parlement, elle dispose de commissions spécialisées qui lui permettent de prendre part au contrôle de l'activité du gouvernement.

"Au XXIe siècle, il ne devrait pas y avoir près de 100 places réservées à des individus qui sont nés dans certaines familles", "une réforme n'a que trop tardé et est essentielle", fait valoir Downing Street dans un document détaillant les mesures du discours du trône.

En 1999, le gouvernement travailliste de Tony Blair avait pour intention de faire disparaître totalement les membres héréditaires de la Chambre des Lords. Mais le texte prévoyait une exception pour conserver 92 membres.

- Masculin et "statique" -

"Vingt-cinq ans plus tard, ils font partie du statu quo" qui a subsisté "plus par accident que par dessein", poursuit Downing Street, soulignant que le nouveau projet de loi vise à faire un pas vers "une Chambre des Lords adaptée au XXIe siècle".

"Aucune autre démocratie moderne comparable ne permet à des individus de siéger et voter dans leur assemblée législative par droit de naissance", met en avant Downing Street.

"Etre détenteur d'un siège au sein d'un Parlement sur une base héréditaire est incroyablement rare", soulignent les services du Premier ministre, "il n'y a aucun équivalent dans les démocraties occidentales comparables".

En outre, les membres héréditaires à la Chambre des Lords sont actuellement exclusivement masculins, là où le reste de la chambre haute compte 36% de femmes (242), 64% d'hommes (429).

De plus, argumente le gouvernement, le spectre politique des pairs héréditaires reste "statique" et majoritairement conservateur.

Parmi les autres arguments en faveur de la réforme mis en avant par l'exécutif se trouve le fait que les pairs héréditaires ne fassent pas l'objet de procédures de contrôle, contrairement aux membres à vie de la Chambre des Lords.


Macron rencontre jeudi le Premier ministre britannique pour une "remise à plat" des relations

Le président français Emmanuel Macron fait un geste en attendant les arrivées avant une réunion avec le président du Comité international olympique (CIO) au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 16 juillet 2024, avant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Le président français Emmanuel Macron fait un geste en attendant les arrivées avant une réunion avec le président du Comité international olympique (CIO) au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 16 juillet 2024, avant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • Les deux hommes ont eu un entretien téléphonique au soir de la victoire des travaillistes aux législatives de début juillet, puis se sont rapidement rencontrés la semaine dernière à Washington en marge du sommet de l'Otan
  • Le nouveau gouvernement britannique a confirmé mercredi, dans le discours du trône lu par le roi Charles III, sa volonté de "redéfinir" les relations entre le Royaume-Uni et ses "partenaires européens", après la phase houleuse du Brexit

PARIS: Emmanuel Macron aura jeudi un "premier entretien approfondi" avec le nouveau Premier ministre britannique Keir Starmer en vue d'une "remise à plat" des relations entre la France et le Royaume-Uni mais aussi plus largement l'Union européenne, a déclaré mercredi l'Elysée.

A l'issue du sommet de la Communauté politique européenne (CPE) qui regroupe les dirigeants du continent au-delà de l'UE, organisé au palais de Blenheim près d'Oxford, en Angleterre, le chef du gouvernement travailliste recevra le président français pour un dîner de travail bilatéral.

Les deux hommes ont eu un entretien téléphonique au soir de la victoire des travaillistes aux législatives de début juillet, puis se sont rapidement rencontrés la semaine dernière à Washington en marge du sommet de l'Otan. Ils avaient aussi pu faire connaissance en septembre 2023 quand M. Starmer, alors chef de l'opposition, était venu à l'Elysée pour 45 minutes de tête-à-tête avec le président français.

"Ce sera le premier entretien de substance", a-t-on dit à la presse dans l'entourage d'Emmanuel Macron. "C'est avec le président que le Premier ministre britannique a souhaité aussi marquer sa volonté plus générale de +reset+ (réinitialisation) avec l'Europe et avec l'UE mais aussi pour faire un point sur l'ensemble de la relation franco-britannique", a-t-on ajouté.

Selon un conseiller français, ce sera donc "l'occasion de faire un tour d'horizon complet et de remettre à plat l'ensemble des liens que nous avons avec le Royaume-Uni".

Le nouveau gouvernement britannique a confirmé mercredi, dans le discours du trône lu par le roi Charles III, sa volonté de "redéfinir" les relations entre le Royaume-Uni et ses "partenaires européens", après la phase houleuse du Brexit.

Le chef de l'Etat français attend de cette rencontre que Keir Starmer "présente sa vision d'un +reset+ de la relation entre le Royaume-Uni et l'UE", pour "commencer à poser les jalons de cette discussion", selon Paris. "C'est d'abord à ce nouveau gouvernement d'expliquer comment il envisage sa relation future avec l'UE après toute la phase du Brexit", a ajouté l'Elysée.

"On a tous intérêts réciproques à regarder ce rapprochement", a-t-on insisté de même source.

Notant que les Britanniques peuvent avoir "plus d'appétit" pour un rapprochement sur certains sujets que sur "d'autres", la présidence française estime qu'il faut tenir "compte des intérêts" européens et s'inscrire "dans une perspective globale" plutôt "dans une perspective de +cherry picking+" visant à faire le tri entre les dossiers. Elle assure par ailleurs que les discussions formelles devront se faire dans le cadre de l'Union européenne.

Sur les relations franco-britanniques, les dossiers de l'énergie, notamment nucléaire, seront abordés, ainsi que la défense et "la coopération en matière migratoire avec la situation en Manche", un sujet souvent sujet à controverse côté britannique.