Il y a dix ans, l'avalanche meurtrière de l'Everest changeait les conditions de vie des sherpas

Cette photo prise le 18 avril 2014 montre un hélicoptère de sauvetage népalais atterrissant au camp de base de l'Everest pendant les opérations de sauvetage suite à une avalanche qui a tué seize sherpas népalais dans la cascade de glace du Khumbu, au pied du mont Everest.
Cette photo prise le 18 avril 2014 montre un hélicoptère de sauvetage népalais atterrissant au camp de base de l'Everest pendant les opérations de sauvetage suite à une avalanche qui a tué seize sherpas népalais dans la cascade de glace du Khumbu, au pied du mont Everest.
Short Url
Publié le Lundi 15 avril 2024

Il y a dix ans, l'avalanche meurtrière de l'Everest changeait les conditions de vie des sherpas

  • Le 18 avril 2014, un mur de neige s'est abattu sur les Népalais qui, dans l'obscurité glaciale, hissaient du matériel lourd sur la périlleuse cascade de glace du Khumbu.
  • "Le nombre de sherpas a considérablement diminué. Aujourd'hui, ce sont les entreprises qui doivent aller chercher des sherpas" et non l'inverse comme c'était le cas par le passé, ajoute Mingma G Sherpa.

KATAMANDOU : Il y a dix ans, une avalanche sur l'Everest a enseveli seize guides locaux, braquant les projecteurs sur les dangers considérables auxquels les sherpas népalais sont confrontés pour permettre à des étrangers fortunés de réaliser leurs rêves d'alpinisme.

Sans leur travail, essentiel pour tracer les voies d'escalade, fixer les cordes, réparer les échelles et transporter le lourd matériel en altitude, peu d'alpinistes pourraient atteindre le sommet le plus haut du monde.

Le 18 avril 2014, un mur de neige s'est abattu sur les Népalais qui, dans l'obscurité glaciale, hissaient du matériel lourd sur la périlleuse cascade de glace du Khumbu.

La force de l'avalanche a projeté Dawa Tashi d'une dizaine de mètres, le blessant à la cage thoracique, à l'omoplate gauche et au nez. Le jeune homme, âgé alors de 22 ans, se souvient bien de ses amis qui ont péri dans la coulée. Trois d'entre eux n'ont jamais été retrouvés.

"J'ai eu de la chance de survivre", déclare-t-il à l'AFP. "A l'hôpital, chaque fois que j'essayais de dormir, ils apparaissaient devant mes yeux".

- "Point de bascule" -

"C'était très difficile à l'époque", se souvient Nima Doma Sherpa, qui a perdu son mari Tsering Onchu de 33 ans dans l'avalanche.

"Que faire quand le principal pilier de votre foyer n'est pas là ? Les enfants étaient petits et je me demandais comment je pourrais les éduquer et comment nous pourrions subvenir à nos besoins".

Car après la catastrophe, le gouvernement népalais qui tire des revenus très conséquents de la lucrative industrie de l'alpinisme dans l'Himalaya n'avait proposé que l'équivalent de 400 dollars pour les frais d'obsèques aux familles des victimes.

Une aumône rejetée en bloc par des Népalais en colère qui ont alors déclenché un mouvement de protestation sans précédent, pour réclamer aux autorités de meilleures indemnités en cas de décès ou de blessure en montagne.

Le drame "fut un point de bascule pour les jeunes sherpas qui étaient frustrés", a déclaré Sumit Joshi, pour la société Himalayan Ascent, qui a perdu trois guides dans l'avalanche de 2014.

Depuis lors, ses équipes n'effectuent plus l'ascension à la date anniversaire.

- Améliorations mais encore insuffisantes -

Auparavant, nombre des sherpas étaient contraints de compter sur la charité des alpinistes occidentaux, bien que jouant un rôle fondamental dans le succès de cette industrie de plusieurs millions de dollars.

Lors de la dernière saison en 2023, le gouvernement népalais a gagné plus de 5 millions de dollars uniquement avec les droits d'accès à l'Everest.

En 2014, les manifestants du camp de base réclamaient surtout une amélioration des indemnités d'assurance-vie et la création d'un fonds de secours.

"Nous défendions les intérêts des alpinistes népalais, en veillant à ce qu'ils bénéficient d'un maximum d'avantages", rapporte Ang Tshering Sherpa, qui dirigeait à l'époque l'Association des alpinistes népalais.

Le montant versé par l'assurance a été augmenté de 50% pour atteindre 1,5 million de roupies népalaises (11.250 dollars) en cas de décès en montagne.

Les hélicoptères sont désormais autorisés à acheminer des fournitures vers les camps les plus élevés, ce qui réduit le nombre d'expéditions effectuées par les Népalais à travers la dangereuse cascade de glace du Khumbu.

Les entreprises népalaises ont supplanté les opérateurs étrangers pour attirer la majorité des alpinistes, et les conditions de vie se sont améliorées pour les guides des grandes entreprises.

Mais ces progrès restent insuffisants, estime le guide Mingma G Sherpa, "les politiques gouvernementales ne sont toujours pas bonnes".

- "Les épouses ne sont pas d'accord" -

Les dangers de la montagne sont tels que de nombreux guides ont quitté le secteur.

"Le nombre de sherpas a considérablement diminué. Aujourd'hui, ce sont les entreprises qui doivent aller chercher des sherpas" et non l'inverse comme c'était le cas par le passé, ajoute Mingma G Sherpa.

"Nous voulons aller grimper car nous connaissons l'environnement là-bas, mais (...) les mères et les épouses ne sont pas d'accord", confie-t-il.

Rescapé de l'avalanche de 2014, Dawa Tashi, lui, est retourné sur l'Everest en 2021. Celui qui a commencé les treks à l'âge de 11 ans, n'a pas renoncé à guider les alpinistes et se prépare à accompagner six Américains vers le sommet Mera, qui culmine à 6.461 mètres.

"Il y a eu des améliorations après la catastrophe, mais ce n'est pas suffisant", dit-il aussi.

Et d'évoquer les 11.000 dollars que chaque étranger doit payer au gouvernement pour gravir l'Everest. "Les clients seraient heureux de payer cette somme sachant qu'elle sera utilisée" pour leur équipe, estime-t-il, appelant "le gouvernement à créer un fonds de protection" des travailleurs de la montagne.


Ronaldo parmi les stars de la Saudi Pro League qui représenteront leur pays à l’Euro 2024

Le sélectionneur portugais Roberto Martinez a annoncé que Cristiano Ronaldo ferait partie de la sélection nationale composée de 26 joueurs qui participera à l’Euro 2024 lors d’une conférence de presse au camp d’entraînement Cidade do Futebol, à Oeiras, dans la banlieue de Lisbonne, le 21 mai 2024. (AFP)
Le sélectionneur portugais Roberto Martinez a annoncé que Cristiano Ronaldo ferait partie de la sélection nationale composée de 26 joueurs qui participera à l’Euro 2024 lors d’une conférence de presse au camp d’entraînement Cidade do Futebol, à Oeiras, dans la banlieue de Lisbonne, le 21 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Plusieurs joueurs de la Roshn Saudi Pro League (SPL) se préparent à rejoindre la sélection de leurs pays respectifs pour l’Euro 2024
  • Al-Nassr est en tête du peloton: quatre de ses joueurs devraient participer à l’Euro 2024, dont la superstar Cristiano Ronaldo

RIYAD: Plusieurs joueurs de la Roshn Saudi Pro League (SPL)se préparent à rejoindre la sélection de leurs pays respectifs pour l’Euro 2024, qui se déroulera du 14 juin au 14 juillet en Allemagne.

La compétition, qui réunit 24 équipes, débutera à l’Allianz Arena, le stade du Bayern Munich, et se terminera par la finale à l'Olympiastadion, dans la capitale allemande, Berlin.

Si les conditions physiques le permettent, l'édition de cette année verra la participation de quinze joueurs issus de sept équipes de la SPL.

Selon le site Transfermarkt, ces joueurs, dont la plupart se sont installés au Royaume au cours de l’été dernier, sont évalués à un total estimé à 267 millions de dollars (1 dollar = 0,92 euro). La valeur marchande collective de l’ensemble des joueurs qui participent à l’Euro 2024 s’élève à la somme impressionnante de 12 milliards de dollars.

Al-Nassr est en tête du peloton: quatre de ses joueurs devraient participer à l’Euro 2024, dont la superstar Cristiano Ronaldo. Otavio rejoindra ce dernier dans la sélection portugaise, tandis qu’Aymeric Laporte jouera pour l’Espagne et Marcelo Brozovic pour la Croatie. Ces quatre joueurs présentent une valeur marchande combinée de quelque 96 millions de dollars.

Représenter l’Arabie saoudite 

Deux clubs saoudiens enverront chacun trois joueurs pour représenter leur pays à l’Euro 2024.

Pour le nouveau champion de la SPL, Al-Hilal, ce sera le duo serbe Aleksandar Mitrovic et Sergej Milinkovic-Savic. Le milieu de terrain Reuben Neves, quant à lui, rejoindra le Portugal. La valeur de ces trois stars s’élève à 112 millions de dollars.

Contre toute attente, compte tenu du nombre de talents étrangers dans les quatre premiers clubs du classement, Al-Okhdood est l’autre club à avoir trois joueurs qui seront en route pour l’Europe. Les Roumains Andrei Burca et Florin Tanase, ainsi que le défenseur central géorgien Solomon Kvirkvelia, sont évalués à 7,7 millions de dollars.

Al-Ettifaq enverra le Néerlandais Georginio Wijnaldum et l’Écossais Jack Hendry, dont la valeur est estimée à 8,3 millions de dollars. Le défenseur central d’Al-Ahli, Merih Demiral, évalué à 19,4 millions de dollars, devrait rejoindre la sélection turque, tandis que le milieu de terrain de Damac, Nicolae Stanciu, évalué à 5,4 millions de dollars, représentera la Roumanie.

Le milieu de terrain français d’Al-Ittihad, N’Golo Kanté, vainqueur de la Coupe du monde 2018, vient compléter la liste,avec une valeur marchande de 10,8 millions de dollars.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Au Louvre, la peinture contemporaine s'immisce dans les collections

Le plasticien et peintre belge Luc Tuymans, pose entre deux de ses œuvres éphémères au musée du Louvre le 21 mai 2024 à Paris. (AFP)
Le plasticien et peintre belge Luc Tuymans, pose entre deux de ses œuvres éphémères au musée du Louvre le 21 mai 2024 à Paris. (AFP)
Short Url
  • A partir de mercredi, les visiteurs du musée du Louvre à Paris sont surpris par les œuvres éphémères du peintre belge Luc Tuymans
  • Réalisées en dix jours, sur place, avec une peinture acrylique qui se dégrade dans le temps, ces oeuvres sont temporaires et seront vraisemblablement repeintes et rendues aux collections du Louvre au terme d'une année

PARIS: Quatre fresques de cinq mètres par cinq en plein cœur des collections dédiées à la peinture française : à partir de mercredi, les visiteurs du musée du Louvre à Paris sont surpris par les œuvres éphémères du peintre belge Luc Tuymans.

Trois sont liées, inspirées d'une vidéo YouTube, représentant une palette de peinture en cours de nettoyage ou nettoyée. Ce choix de peindre des détails agrandis émane du goût de Tuymans pour l'allusion et la suggestion, proposant ici une "mise en abyme" du geste de peinture.

La quatrième est la reproduction d'une oeuvre perdue, peinte par Tuymans dans les années 1990, "The Orphan", représentant l'arrière d'une tête de poupée.

Réalisées en dix jours, sur place, avec une peinture acrylique qui se dégrade dans le temps, ces oeuvres sont temporaires et seront vraisemblablement repeintes et rendues aux collections du Louvre au terme d'une année, en mai 2025.

"La beauté est dans l'élan", affirme l'artiste qui revendique ce choix de l'art éphémère, fruit d'une réflexion sur le temps.

Ses peintures recouvrent les hauts murs de la rotonde Valentin, un carrefour à la jonction entre l'aile Sully et l'aile Richelieu, qui a longtemps abrité les "Saisons" de Nicolas Poussin, avant de recevoir en 2015 quatre tableaux de Valentin de Boulogne, désormais exposées dans une salle adjacente.

Pour Donatien Grau, conseiller pour les programmes contemporains auprès de la présidente-directrice du Louvre Laurence des Cars, ce travail de Luc Tuymans marque un "retour de l'acte de peindre" au sein du musée.

Rien n'y a été peint depuis "très, très longtemps", la plupart des décors conçus depuis le 19e siècle l'ayant été dans des ateliers hors du musée avant d'y être installés.


À Cannes, l’icône de mode saoudienne Nojoud al-Rumaihi fait tourner toutes les têtes

L’ensemble deux pièces rose de la collection 8PM du créateur saoudien Mohammed Ashi comprenait un bustier style corset avec une broderie simple, mais élaborée, et un dos croisé. (Images Getty)
L’ensemble deux pièces rose de la collection 8PM du créateur saoudien Mohammed Ashi comprenait un bustier style corset avec une broderie simple, mais élaborée, et un dos croisé. (Images Getty)
Short Url
  • Nojoud a assisté à la première du film très attendu The Apprentice, réalisé par Ali Abbasi
  • Elle portait un ensemble du créateur saoudien Mohammed Ashi, fondateur de la marque parisienne Ashi Studio

DUBAÏ: L’icône de mode saoudienne Nojoud al-Rumaihi a fait tourner toutes les têtes cette semaine au 77e festival de Cannes. Elle portait un ensemble du créateur saoudien Mohammed Ashi, fondateur de la marque parisienne Ashi Studio.

L’ensemble deux pièces rose de la collection 8PM du créateur comprenait un bustier style corset avec une broderie simple, mais élaborée, et un dos croisé.

 

La jupe sirène déroulait une traîne sur le tapis rouge. Des manches à plumes complétaient l’ensemble.

L’icône de la mode, maquillée par Dior, a coiffé ses mèches brunes dans un carré court rétro. Elle était par ailleurs parée de bijoux Marli.

Nojoud a assisté à la première du film très attendu The Apprentice, réalisé par Ali Abbasi.

Alors que le procès de Donald Trump entre dans sa sixième semaine à New York, une histoire originale du candidat républicain à l’élection présidentielle dépeint un portrait critique de l'ancien président dans les années 1980.

 

The Apprentice met en vedette Sebastian Stan dans le rôle de M. Trump. La relation principale du film unit Donald Trump à Roy Cohn (Jeremy Strong), l’avocat de la défense qui était l’avocat principal des enquêtes sénatoriales de Joseph McCarthy dans les années 1950.

M. Cohn est décrit comme un mentor de longue date de Donald Trump, l'initiant au caractère impitoyable de la politique et des affaires de la ville de New York. Dès le début, Roy Cohn a aidé la Trump Organization lorsqu’elle était poursuivie en justice par le gouvernement américain pour discrimination raciale en matière de logement.

Selon AP, The Apprentice est un film potentiellement explosif en pleine élection présidentielle américaine. Le film est en vente à Cannes, il n’a donc pas encore de date de sortie.

mode
Maria Bahrawi portait une robe à manches longues ornée de fleurs blanches. (Images Getty)

Nojoud al-Rumaihi n’était pas la seule célébrité saoudienne présente à Cannes cette semaine.

L’actrice Maria Bahrawi a assisté à l’événement de la Red Sea International Film Foundation qui a eu lieu dimanche. Elle portait une robe à manches longues ornée de fleurs blanches, aux teintes pastel (violet, jaune et orange), élégamment cintrée à la taille.

mode
Elle portait une combinaison noire avec une cape blanche attachée à la manche, provenant de la boutique Étoile de Dubaï. (Images Getty)

Elle a également participé à la célébration de Norah, un film dans lequel elle joue, organisée par Film AlUla pendant le festival. Pour l’occasion, elle a opté pour une combinaison noire avec une cape blanche attachée à la manche, provenant de la boutique Étoile de Dubaï.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com