La Lexus LX570SS se fait remarquer au sommet de CCG d’AlUla

Mardi, à bord d’un modèle Lexus LX570SS, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a emmené l’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, faire le tour des sites du patrimoine d’AlUla. (Arab News).
Mardi, à bord d’un modèle Lexus LX570SS, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a emmené l’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, faire le tour des sites du patrimoine d’AlUla. (Arab News).
Short Url
Publié le Jeudi 07 janvier 2021

La Lexus LX570SS se fait remarquer au sommet de CCG d’AlUla

  • Les véhicules Lexus et Toyota sont depuis longtemps les marques les plus vendues en Arabie saoudite
  • En 2019, 56% des Arabes interrogés associaient le Japon à la construction automobile et déclaraient que Toyota était leur marque préférée

DUBAÏ: Alors que le 41e sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) se termine, l’Arabie saoudite et ses alliés ont franchi une étape historique en rétablissant des relations diplomatiques complètes avec le Qatar après un différend qui a duré trois ans.

Lexus, la section de luxe de la marque automobile japonaise Toyota, est également la grande gagnante de la réconciliation au sein du CCG.

Mardi, à bord d’un modèle Lexus LX570SS, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a emmené l’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, faire le tour des sites du patrimoine d’AlUla.

Le modèle flashy affiche 383 chevaux, un moteur v8 de 5,7 litres et une capacité de remorquage de 3 175 kg.

Les véhicules Lexus et Toyota sont depuis longtemps les marques automobiles les plus vendues en Arabie saoudite, grâce à Abdel Latif Jameel (ALJ), une entreprise familiale diversifiée, fondée à Djeddah en 1945 par le cheikh Abdel Latif Jameel.

Cette entreprise saoudienne, distributeur officiel de Toyota depuis 1955, a commencé à distribuer des voitures Lexus en 1989. Dans les années 1980, ALJ importait et vendait plus de 200 000 véhicules Toyota par an.

La part de marché de Toyota reste élevée en Arabie saoudite: elle a atteint 35 % en 2016.

En 2019, le volume des ventes de voitures pour Toyota dans le Royaume était de 27,7 %. Selon une étude YouGov menée par Arab News Japan la même année, 56% des Arabes interrogés associaient le Japon à la construction automobile et déclaraient que Toyota était leur marque préférée.

L’étude révélait également que 13% de sondés considéraient Nissan et Lexus comme leurs voitures préférées.

Les photos des deux membres de la famille royale, apparues sur les réseaux sociaux, ont fait réagir des Saoudiens, des Qataris et des Japonais utilisateurs de Twitter.

Ainsi, sur Twitter, un Japonais s’est dit fier de voir le prince héritier d’Arabie saoudite et l’émir du Qatar conduire une Lexus: «C’est la Lexus de Toyota! L’Arabie saoudite a retrouvé ses relations diplomatiques avec le Qatar. En tant que Japonais vivant au Moyen-Orient, cela me fait rend fier.»

Dans un autre message, rédigé par un Saoudien sur son compte Twitter, on peut lire : «La réconciliation au sein du CCG permet à Lexus de se faire remarquer.»

Toyota n’est pas la seule entreprise japonaise à avoir des relations commerciales solides en Arabie saoudite. Les deux pays ont récemment signé des accords dont celui qui a été conclu entre la Saudi Electricity Co. et Tokyo Electric Power Co., ou entre Nissan Motor Co. et Tecaoca Coco Energy Solutions Co. qui va permettre le développement et l’adaptation des véhicules électriques dans le Royaume.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Forum économique mondial revient pour faire la lumière sur « l'Histoire à un tournant »

Des soldats suisses construisent des clôtures devant le Kongress Hotel Davos en prévision du prochain Forum économique mondial à Davos, en Suisse. (Reuters)
Des soldats suisses construisent des clôtures devant le Kongress Hotel Davos en prévision du prochain Forum économique mondial à Davos, en Suisse. (Reuters)
Le drapeau national de l'Ukraine flotte aux côtés des drapeaux d'autres pays au centre des congrès, où se tiendra le prochain Forum économique mondial 2022 à Davos, en Suisse. (Reuters)
Le drapeau national de l'Ukraine flotte aux côtés des drapeaux d'autres pays au centre des congrès, où se tiendra le prochain Forum économique mondial 2022 à Davos, en Suisse. (Reuters)
Une vue générale du centre de congrès, qui accueillera le prochain Forum économique mondial à Davos, en Suisse. (Reuters)
Une vue générale du centre de congrès, qui accueillera le prochain Forum économique mondial à Davos, en Suisse. (Reuters)
Short Url
  • La réunion de cette année rassemblera environ 2 500 dirigeants et experts du monde entier, dont plus de 50 chefs d'État et de gouvernement, plus de 1 250 dirigeants du secteur privé et près de 100 innovateurs et pionniers technologiques mondiaux
  • Les sujets qui seront abordés lors de la réunion annuelle vont de la COVID-19 et du changement climatique à l'éducation, la technologie et la gouvernance énergétique

LONDRES : Le Forum économique mondial a annoncé mercredi que le thème de sa réunion annuelle de 2022 serait « L'Histoire à un tournant : Politiques gouvernementales et stratégies d'entreprise », dans le cadre de son retour à une conférence en personne depuis que la pandémie l'a contraint à passer au virtuel depuis 2020.

« La réunion annuelle est le premier sommet qui rassemble les dirigeants mondiaux dans cette nouvelle situation caractérisée par l'émergence d'un monde multipolaire à la suite de la pandémie et de la guerre »a déclaré Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du WEF.

La réunion de cette année – qui a lieu au printemps plutôt qu'en janvier comme d'habitude – revient après une interruption de deux ans et rassemblera environ 2 500 dirigeants et experts du monde entier, dont plus de 50 chefs d'État et de gouvernement, plus de 1 250 dirigeants du secteur privé et près de 100 innovateurs mondiaux et pionniers de la technologie.

« Le fait que près de 2 500 dirigeants du monde politique, des affaires, de la société civile et des médias se réunissent en personne démontre la nécessité d'une plateforme mondiale fiable, informelle et orientée vers l'action pour faire face aux problèmes d'un monde en crise », a déclaré M. Schwab.

La société civile sera représentée par plus de 200 dirigeants d'ONG, d'entrepreneurs sociaux, d'universités, d'organisations syndicales, de groupes confessionnels et religieux, et par au moins 400 dirigeants de médias et journalistes. La réunion annuelle rassemblera également les jeunes générations, avec la participation de 100 membres des communautés Global Shaper et Young Global Leader du Forum.

Dans un contexte de pandémie mondiale, d'invasion de l'Ukraine par la Russie et de défis géo-économiques, la réunion se tient à un endroit stratégique où des personnalités publiques et des leaders mondiaux se rencontreront en personne pour renouer des liens, échanger des idées, acquérir de nouvelles perspectives et faire avancer les solutions.

Les sujets qui seront abordés lors de la réunion annuelle vont de la COVID-19 et du changement climatique à l'éducation, la technologie et la gouvernance énergétique.

Il s'agit notamment de la « Reskilling Revolution », une initiative visant à offrir à un milliard de personnes une meilleure éducation, de meilleures compétences et de meilleurs emplois d'ici 2030 ; d’une initiative sur les mesures et les divulgations universelles en matière d'environnement, de société et de gouvernance (ESG) pour mesurer le capitalisme des parties prenantes ; et de l'initiative « One Trillion Trees », 1t.org, pour protéger nos arbres et nos forêts et restaurer les écosystèmes de la planète.

Le programme s'articulera autour de six piliers thématiques : favoriser la coopération mondiale et régionale ; assurer la reprise économique et façonner une nouvelle ère de croissance ; construire des sociétés saines et équitables ; préserver le climat, l'alimentation et la nature ; favoriser la transformation de l'industrie et, enfin, exploiter la puissance de la quatrième révolution industrielle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Japon proteste contre des forages chinois en mer de Chine orientale

Le Japon a formulé une protestation officielle auprès de la Chine, qu'il accuse de prospecter dans des champs gaziers disputés en mer de Chine orientale (Photo, AFP).
Le Japon a formulé une protestation officielle auprès de la Chine, qu'il accuse de prospecter dans des champs gaziers disputés en mer de Chine orientale (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Japon estime que la ligne médiane entre les côtes des deux nations marque les limites de leurs ZEE respective
  • Mais la Chine juge que la frontière se situe plus près de la côte du Japon, en tenant compte du plateau continental et d'autres caractéristiques de l'océan

TOKYO: Le Japon a formulé une protestation officielle auprès de la Chine, qu'il accuse de prospecter dans des champs gaziers disputés en mer de Chine orientale.

Le ministère japonais des Affaires étrangères a indiqué vendredi avoir déposé une plainte auprès de l'ambassade de Chine à Tokyo, accusant Pékin d'avoir construit 17 plateformes de forage dans un secteur où les zones économiques exclusives (ZEE) des deux pays se chevauchent en mer de Chine orientale.

"Il est extrêmement regrettable que la partie chinoise procède unilatéralement au développement dans ces eaux", a déclaré le ministère. "Les frontières des zones économiques exclusives et du plateau continental n'ont pas encore été fixées en mer de Chine orientale", a-t-il rappelé.

Le Japon estime que la ligne médiane entre les côtes des deux nations marque les limites de leurs ZEE respectives. Mais la Chine juge que la frontière se situe plus près de la côte du Japon, en tenant compte du plateau continental et d'autres caractéristiques de l'océan.

En 2008, le Tokyo et Pékin s'étaient entendus pour exploiter conjointement les champs gaziers dans les zones disputées et à suspendre les prospections unilatérales. Mais les négociations visant à déterminer les façons d'appliquer cet accord avaient été suspendues deux ans plus tard et n'ont jamais repris.


La Russie suspend les livraisons de gaz à la Finlande, qui veut adhérer à l'Otan

L'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi (Photo, AFP).
L'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi (Photo, AFP).
Short Url
  • Fin avril, le géant russe avait déjà suspendu ses livraisons de gaz à la Bulgarie et la Pologne en expliquant que ces deux pays de l'UE n'avaient pas effectué de paiement en roubles
  • L'Union européenne avait qualifié cette mesure de «chantage»

MOSCOU: La Russie a cessé samedi de fournir du gaz naturel à la Finlande voisine, qui a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles et provoqué sa colère en demandant à adhérer à l'Otan.

N'ayant pas reçu de paiement en roubles de la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum à la date butoir du 20 mai, Gazprom a "complètement arrêté ses livraisons de gaz", a expliqué le géant russe de l'énergie dans un communiqué.

Après le début de l'opération militaire russe en Ukraine le 24 février et l'imposition de sanctions occidentales, le président russe Vladimir Poutine avait réclamé le 31 mars aux acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" de payer en roubles depuis des comptes en Russie sous peine d'être privés d'approvisionnements.

La liste des "pays inamicaux", publiée début mars, comprend notamment les Etats-Unis, les membres de l'Union européenne, le Royaume-Uni, le Canada, le Japon, la Suisse, Taïwan, la Corée du Sud, la Norvège et l'Australie.

Les Etats de l'UE sont les principaux consommateurs de gaz russe.

"A compter du 1er avril, les paiements pour le gaz doivent être effectués en roubles en utilisant de nouvelles coordonnées bancaires, ce dont les partenaires ont été informés en temps voulu", a justifié Gazprom.

Fin avril, le géant russe avait déjà suspendu ses livraisons de gaz à la Bulgarie et la Pologne en expliquant que ces deux pays de l'UE n'avaient pas effectué de paiement en roubles. L'Union européenne avait qualifié cette mesure de "chantage".

«Pas de coupure»

Gazprom indique avoir fourni 1,49 milliard de mètres cube de gaz naturel à la Finlande en 2021, soit les deux tiers de la consommation du pays nordique.

Le gaz naturel ne représente toutefois que 8% de l'énergie consommée en Finlande.

La compagnie finlandaise Gasum a expliqué qu'elle comblerait le manque à partir d'autres sources par le biais du gazoduc Balticconnector, qui relie la Finlande à l'Estonie.

"Il est très regrettable que la livraison contractuelle en gaz naturel soit suspendue. Nous avons cependant veillé soigneusement à nous préparer à cette situation", avait indiqué le directeur général de Gasum, Mika Wiljanen, dans un communiqué publié vendredi soir annonçant la mesure russe imminente. 

"Il n'y aura pas de coupures dans le réseau de distribution de gaz", avait-il assuré.

Gasum, qui rejette l'exigence d'un paiement en roubles, a annoncé mardi qu'il demandait un arbitrage en justice.

Gazprom Export s'est dit prêt à défendre ses intérêts devant les tribunaux par tous les "moyens disponibles". 

Interrogé vendredi par la presse, le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a jugé "évident que personne ne va livrer quoi que ce soit gratuitement".

La Finlande a déjà dévoilé des plans pour se passer de gaz russe l'hiver prochain en annonçant notamment la location sur dix ans, conjointement avec l'Estonie voisine, d'un terminal flottant de regazéification du gaz naturel liquéfié (GNL).

«Grave erreur»

La semaine passée, la Russie avait déjà suspendu les livraisons d'électricité à la Finlande après que son entreprise énergétique RAO Nordic ait réclamé à Helsinki des arriérés de paiement.

Interrogé par l'AFP, l'opérateur du réseau électrique finlandais Fingrid avait assuré pouvoir se passer du courant russe, qui représente environ 10% de l'électricité consommée dans le pays.

La Finlande, qui partage quelque 1 300 km de frontières avec la Russie, et la Suède voisine ont soumis mercredi une demande d'adhésion à l'Otan, alors que durant des décennies, notamment pendant toute la Guerre Froide, les deux pays avaient fait le choix du non-alignement.

Ce revirement est le résultat de l'offensive russe en Ukraine, Moscou étant perçue comme une menace.

La Russie a dit avoir lancé son assaut contre l'Ukraine à la fois pour y empêcher un prétendu génocide de populations russophones et l'expansion de l'Otan, que Moscou considère comme une menace existentielle.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov a estimé que les candidatures suédoise et finlandaise constituaient "une grave erreur" dont "les conséquences auront une portée considérable".

En réaction, Moscou a déjà annoncé qu'elle allait créer douze nouvelles bases militaires dans l'ouest du pays.