Israël accusé d’intensifier le travail sur les colonies illégales depuis le début de la guerre de Gaza

Nora Sub Laban est réconfortée par sa famille alors qu’elle réagit à leur expulsion de leur maison pour faire place aux colons israéliens dans la vieille ville de Jérusalem, mardi 11 juillet 2023. (AP)
Nora Sub Laban est réconfortée par sa famille alors qu’elle réagit à leur expulsion de leur maison pour faire place aux colons israéliens dans la vieille ville de Jérusalem, mardi 11 juillet 2023. (AP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 avril 2024

Israël accusé d’intensifier le travail sur les colonies illégales depuis le début de la guerre de Gaza

  • Les plans de construction à Jérusalem-Est sont accélérés à une « vitesse sans précédent », selon l’organisation des droits de l’homme
  • L’augmentation de l’activité de colonisation s’aligne sur les objectifs du mouvement des colons israéliens, soutenu par le gouvernement actuel d’Israël, qui est décrit par un rapport de l’ONU comme le plus à droite de l’histoire du pays.

LONDRES : Le gouvernement israélien a intensifié la construction de colonies à travers Jérusalem-Est, avec plus de 20 projets impliquant des milliers de logements avancés depuis qu’il a lancé sa guerre contre Gaza il y a six mois, selon des documents de planification vus par le Guardian.

Alors que de nombreux organismes gouvernementaux ont été fermés ou ont eu un fonctionnement limité après le 7 octobre, les autorités de planification ont continué à faire avancer les plans à une « vitesse sans précédent », a déclaré Sari Kronish, de l’organisation israélienne de défense des droits humains Bimkom - Planners for Planning Rights, au Guardian.

« L’accélération de ces plans a été sans précédent au cours des six derniers mois », a ajouté M. Kronish.

De manière significative, deux nouvelles colonies ont été approuvées à Jérusalem-Est, les premières en plus d’une décennie. L’un de ces projets concerne l’expansion de Kidmat Zion, un établissement de haute sécurité dans le quartier palestinien de Ras Al-Amud, qui a été décidé deux jours après les attaques du 7 octobre.

Dans la communauté palestinienne de Beit Safafa, encerclée par ces développements, les travaux ont également repris sur les projets Givat Hamatos et Givat Shaked. Givat Hamatos a été fermé pendant une décennie après l’opposition internationale.

Les travaux ont repris en 2020, et le mois dernier, le site était animé par des travailleurs, des machines lourdes et des camions. Givat Shaked, qui a reçu l’autorisation de planification complète le 4 janvier, sera construit sur le côté nord-ouest de Beit Safafa. Il s’agit d’immeubles de grande hauteur avec 700 logements sur le seul terrain de Beit Safafa où la majorité musulmane de 17000 personnes pourrait s’étendre pour accueillir des jeunes.

Les Palestiniens sont incapables de construire des maisons plus grandes dans le quartier, ainsi qu’ailleurs, en raison de restrictions bureaucratiques et autres. Le projet Givat Shaked a fait face à une opposition importante en raison des menaces potentielles aux accords de paix d’Oslo, ce qui a conduit à des critiques internationales et à un arrêt temporaire demandé par les États-Unis.

Malgré cela, le projet a pris de l’ampleur il y a deux ans, approuvé par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Ayelet Shaked. Il a rejeté toute revendication de contrôle palestinien sur l’est de Jérusalem et a déclaré qu’il était « impensable d’empêcher le développement et la construction dans cette région, ou n’importe où ailleurs dans la ville ».

« Notre famille est ici depuis 250 ans… J’ai maintenant un trou noir dans le cœur parce que je ne vois pas comment mes enfants et mes petits-enfants peuvent passer leur vie ici », a déclaré Ahmed Salman, président du conseil communautaire de Beit Safafa, au Guardian.

« Nous avons eu de bonnes relations avec la municipalité une fois, mais pas au cours des dernières années. Depuis la guerre, la vie continue, mais ils ont approuvé le plan et rejeté toutes nos objections. Nous faisons appel, mais je ne suis pas optimiste », a déclaré le jeune homme de 71 ans.

Un autre projet litigieux, l’aqueduc inférieur, a été entièrement approuvé le 29 décembre. Cette colonie est planifiée à côté d’un quartier palestinien, ce qui complique encore le paysage démographique et politique.

« De nombreux plans de règlement sont stratégiquement conçus pour les zones situées le long du périmètre sud de Jérusalem-Est », a déclaré Amy Cohen, de l’ONG israélienne de défense des droits humains Ir Amim. Cohen a ajouté : « S’ils étaient construits, ils fractureraient davantage l’espace palestinien… Et créer un effet de « bouclage » de Jérusalem-Est depuis Bethléem et le sud de la Cisjordanie.

«De telles mesures minent directement les conditions nécessaires à un État palestinien indépendant viable avec une capitale contiguë à Jérusalem-Est. Tout cela tout en mettant un terme à la planification et à la construction pour les Palestiniens dans la ville.»

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, le nombre de colonies sauvages et de nouvelles routes pour les colons a connu une progression "sans précédent" en Cisjordanie occupée (Photo d'illustration, AFP).
Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, le nombre de colonies sauvages et de nouvelles routes pour les colons a connu une progression "sans précédent" en Cisjordanie occupée (Photo d'illustration, AFP).

L’augmentation de l’activité de colonisation s’aligne sur les objectifs du mouvement des colons israéliens, soutenu par le gouvernement actuel d’Israël, qui est décrit par un rapport de l’ONU comme le plus à droite de l’histoire du pays.

Les Palestiniens représentent environ 40 pour cent de la population de Jérusalem, soit environ un million d’habitants. Les gouvernements israéliens successifs ont cherché à maintenir la majorité juive de la ville.

Israël a capturé Jérusalem-Est de la Jordanie pendant la guerre des Six Jours de 1967 et l’a ensuite annexée dans un mouvement qui n’a pas été reconnu par la majorité de la communauté internationale. Le droit international interdit la colonisation permanente de territoires occupés militairement.

Cette expansion remet en question la possibilité d’un État palestinien et entrave les relations d’Israël avec la communauté internationale, y compris l’administration Biden.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 


Le président égyptien Sissi appelle à empêcher tout déplacement de Gazaouis «  par la force »

Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne". (AFP).
Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne". (AFP).
Short Url
  • "J'appelle la communauté internationale à fournir immédiatement une aide humanitaire à long terme à la bande de Gaza, à mettre fin au siège israélien et à cesser toute tentative de contraindre les Palestiniens à quitter leur terre par la force"
  • Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne"

PEKIN: Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé jeudi la communauté internationale à empêcher tout déplacement de Gazaouis "par la force", lors d'un forum Chine-pays arabes à Pékin.

"J'appelle la communauté internationale à fournir immédiatement une aide humanitaire à long terme à la bande de Gaza, à mettre fin au siège israélien et à cesser toute tentative de contraindre les Palestiniens à quitter leur terre par la force", a déclaré le chef de l'Etat égyptien dans un discours.

L'armée israélienne a annoncé avoir pris le contrôle "ces derniers jours" du couloir de Philadelphie, une zone tampon stratégique de 14 kilomètres de long qui borde la frontière égyptienne le long du sud de la bande de Gaza, près de Rafah.

Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne".

Il a appelé à un "engagement sérieux et immédiat envers une solution à deux Etats et la reconnaissance du droit légitime des Palestiniens à un Etat indépendant".

L'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien Hamas, le 7 octobre en Israël, a entraîné la mort de plus de 1.189 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte réalisé par l'AFP à partir des derniers chiffres officiels disponibles.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages pendant l'attaque, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l'armée.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, et a lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 36.171 morts dans la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé de l'administration du Hamas.

La guerre a déplacé la majorité des quelque 2,4 millions d'habitants de Gaza et provoqué une catastrophe humanitaire majeure.


Frontière Gaza-Egypte: Israël annonce avoir pris le contrôle du couloir de Philadelphie

Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Short Url
  • Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005
  • Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza

JÉRUSALEM: L'armée israélienne a pris le contrôle du couloir de Philadelphie, zone tampon à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, a affirmé mercredi soir le porte-parole de l'armée israélienne.

"Ces derniers jours", les forces armées israéliennes "ont pris le contrôle opérationnel du couloir de Philadelphie à la frontière entre l'Egypte et Rafah", a affirmé le contre-amiral Daniel Hagari, lors d'une déclaration télévisée.

Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005, après 38 années d'occupation.

"Le couloir de Philadelphie servait de tuyau d'oxygène au Hamas, par lequel il faisait transiter régulièrement des armes vers la bande de Gaza", a poursuivi M. Hagari, ajoutant que l'armée israélienne avait découvert "une vingtaine de tunnels" dans cette zone.

"Ces dernières semaines, nos forces ont découvert une infrastructure terroriste souterraine sophistiquée à l'est de Rafah d'une longueur d'un kilomètre et demi à une centaine de mètres du passage" frontalier de Rafah, entre l'Egypte et la bande de Gaza, a en outre déclaré le porte-parole.

Ce poste-frontière, seul point de passage entre la bande de Gaza et l'Egypte, est fermé depuis que l'armée israélienne en a pris le contrôle au début du mois de mai.

Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza, au lendemain de l'entrée de chars israéliens dans le centre de la ville, devenue, ces dernières semaines, l'épicentre de la guerre entre l'armée israélienne et le Hamas.

 


Les détenteurs de visas ne pourront pas accéder à La Mecque pendant la saison du Hajj

Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Short Url
  • Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction
  • Le ministère a exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée

RYAD: Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé que les détenteurs de visas de visite ne seront pas autorisés à entrer ou à séjourner à La Mecque pendant la saison du Hajj.

Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction.

Le ministère a souligné que les visas de visite ne permettaient pas d'effectuer le Hajj. Il a également exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée.

«Les contrevenants seront soumis à des sanctions, conformément aux lois en vigueur dans le Royaume», lit-on dans un communiqué du ministère.

Le ministère de l'Intérieur avait précédemment annoncé qu'il infligerait des amendes d'un montant de 2 666 dollars (1 dollar = 0,92 euro) à toute personne, citoyens saoudiens compris, surprise en train d'entrer à La Mecque sans permis de Hajj entre le 2 et le 20 juin.