Le «halving» est là, les créations de bitcoins vont ralentir

Une femme s'entretient avec un employé d'une bourse de crypto-monnaies à Hong Kong le 15 avril 2024. (Photo Dale De La Rey AFP)
Une femme s'entretient avec un employé d'une bourse de crypto-monnaies à Hong Kong le 15 avril 2024. (Photo Dale De La Rey AFP)
Short Url
Publié le Samedi 20 avril 2024

Le «halving» est là, les créations de bitcoins vont ralentir

  • Depuis le lancement du jeton numérique en 2009, la récompense en bitcoins est réduite de moitié (half en anglais) une fois une certaine quantité de cette devise numérique créée
  • L'objectif du «halving» est de contrôler le rythme d'émission de bitcoins, dont la quantité totale a été définie à 21 millions d'unités par son mystérieux créateur (ou créateurs) répondant au pseudonyme de Satoshi Nakamoto

NEW YORK : Événement récurrent très attendu du secteur, le «halving», soit la réduction de moitié de la récompense perçue par les «mineurs» qui contribuent à la création de bitcoins, s'est produit vendredi.

«Le 4eme +halving+ du bitcoin est achevé!», a posté la première plateforme d'échange mondiale de cryptomonnaies, Binance, sur son compte officiel X (ex-Twitter). «Le compte à rebours a été réinitialisé. Rendez-vous en 2028.»

Plusieurs autres sites de conversion de cryptomonnaies tels Coinbase, Crypto.com ou HTX ont confirmé, également sur X, que le seuil avait été franchi.

La génération de bitcoin fonctionne par «blocs», qui contiennent chacun des informations sur les transactions réalisées dans cette monnaie.

Ces blocs sont «minés», c'est-à-dire créés par des acteurs privés qui réalisent des calculs très complexes et sont récompensés en bitcoins.

Depuis le lancement du jeton numérique en 2009, la récompense en bitcoins est réduite de moitié (half en anglais) une fois une certaine quantité de cette devise numérique créée.

Tous les 210.000 blocs «minés» ou créés, se produit le «halving».

Au rythme d'un bloc miné toutes les environ 10 minutes, le «halving» se produit environ tous les quatre ans.

Fixée depuis le précédent «halving» de mai 2020 à 6,25 bitcoins par bloc créé, la récompense octroyée à un «mineur» est tombée vendredi à 3,125 bitcoins.

L'objectif du «halving» est de contrôler le rythme d'émission de bitcoins, dont la quantité totale a été définie à 21 millions d'unités par son mystérieux créateur (ou créateurs) répondant au pseudonyme de Satoshi Nakamoto.

Ce niveau maximum devrait être atteint d'ici à 2040. Plus de 19 millions de bitcoins sont déjà en circulation.

«En ralentissant la vitesse à laquelle les nouveaux bitcoins sont créés, le halving contribue à maintenir la rareté et potentiellement à augmenter la valeur de cette cryptomonnaie, en supposant que la demande reste stable ou augmente», détaille Matthew Weller, analyste chez Forex.com, dans une note publiée en amont de l'événement.

- La rentabilité en question -

Depuis plusieurs mois, le cours du jeton numérique a bénéficié de cette perspective d'une offre réduite, ainsi que de l'arrivée sur le marché américain d'un nouveau produit d'investissement, un fonds indiciel (ETF) indexé sur le cours du bitcoin.

Ces ETF ont favorisé l'arrivée dans l'univers du bitcoin de nombreux investisseurs institutionnels et particuliers, car il leur permet de bénéficier de l'évolution de la monnaie numérique sans en acheter eux-mêmes.

Depuis le début de l'année, le bitcoin a ainsi pris plus de 50%, touchant le mois dernier un record absolu à 73.797 dollars.

Vendredi, le cours du bitcoin n'a pas réagi au «halving», ce que beaucoup d'analystes avaient anticipé, faisant valoir que le prix de la monnaie intégrait déjà l'événement depuis des semaines.

Vers 01H30 GMT samedi (21H30 heure de New York vendredi), le bitcoin gagnait 2,48%, à 63.626 dollars.

Pour les analystes de JPMorgan, la division par deux de la rémunération allouée aux «mineurs» devrait entraîner une consolidation du marché, avec la disparition des acteurs dont l'activité n'est plus rentable.

Ils voient les sociétés cotées tirer leur épingle du jeu, car elles peuvent se financer plus facilement pour «faire croître leur activité et investir dans des équipements plus efficients».

Le «minage» requiert, en effet, une infrastructure informatique très importante, capable de réaliser les calculs nécessaires.

La technique du minage entraîne une consommation d'énergie colossale, qui a valu au bitcoin des critiques, a fortiori dans la mesure où cette devise numérique est, pour l'instant en tout cas, un actif spéculatif davantage qu'un outil transactionnel.

Dans la perspective de marges réduites, de nombreuses entreprises spécialisées se sont ainsi déjà préparées en investissant dans du matériel plus performant ou en abaissant leurs coûts au maximum, notamment énergétiques.

Certaines devront «éteindre une partie de leurs machines pour réduire leurs coûts», récoltant donc moins de bitcoins, et si «le cours du bitcoin descend, leur profitabilité décroit» encore, spécule Manuel Valente, analyste chez Coinhouse, interrogé par l'AFP.


Jodi: les exportations saoudiennes de brut atteignent leur plus haut niveau en neuf mois

Le ministère de l’Énergie a indiqué que la production du Royaume sera d’environ neuf millions de b/j jusqu’à fin juin. (Shutterstock)
Le ministère de l’Énergie a indiqué que la production du Royaume sera d’environ neuf millions de b/j jusqu’à fin juin. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministère de l’Énergie vise à renforcer les contributions du gaz naturel et des sources renouvelables
  • L’objectif du Royaume est de parvenir à un mix énergétique optimal, hautement efficace et rentable

RIYAD: Les exportations de pétrole brut de l’Arabie saoudite ont atteint 6,41 millions de barils par jour en mars, selon une analyse de la Joint Organisations Data Initiative (Jodi).

Ce chiffre a augmenté de 96 000 b/j, soit 1,52%, par rapport au mois précédent – une envolée au sommet en neuf mois.

En outre, les données indiquent que la production de brut du Royaume est tombée à 8,97 millions de b/j, reflétant une baisse mensuelle de 0,42%.

Cela découle sans doute des réductions volontaires de la production pétrolière adoptées par les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, connue sous le nom d’Opep+. L’Arabie saoudite a annoncé, en mars dernier, la prolongation de sa réduction d’un million de b/j, initialement mise en œuvre en juillet 2023, jusqu’à la fin du deuxième trimestre de 2024.

Le ministère de l’Énergie a indiqué que la production du Royaume sera d’environ neuf millions de b/j jusqu’à la fin du mois de juin.

Par ailleurs, la production de brut des raffineries, représentant le volume traité de pétrole brut produisant de l’essence, du diesel, du carburéacteur et du fioul, a chuté de 4% par rapport au mois précédent, atteignant 2,56 millions de b/j, selon les données de la Jodi.

La consommation directe de pétrole brut par l’Arabie saoudite, qui implique l’utilisation de pétrole sans processus de raffinage substantiel, a diminué de 53 000 b/j en mars, soit une baisse de 14,7% par rapport au mois précédent. La consommation directe totale pour le mois s’est élevée à 307 000 b/j.

Le ministère de l’Énergie a pour objectif de renforcer les contributions du gaz naturel et des sources renouvelables dans le cadre du projet du Royaume de parvenir à un mix énergétique optimal, hautement efficace et rentable.

Ce qui suppose de remplacer le combustible liquide par du gaz naturel et d’intégrer les énergies renouvelables pour constituer environ 50% du mix énergétique de production d’électricité d’ici à 2030.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Bouygues va construire un hôpital universitaire à Rabat pour près de 450 M EUR

La société Bymaro, filiale marocaine de Bouygues Construction, va construire un hôpital universitaire international à Rabat, qui sera livré en septembre 2025. (AFP).
La société Bymaro, filiale marocaine de Bouygues Construction, va construire un hôpital universitaire international à Rabat, qui sera livré en septembre 2025. (AFP).
Short Url
  • Situé au cœur de la capitale marocaine, l’hôpital universitaire international Mohammed VI "sera composé de quatre bâtiments de six étages et une tour de vingt-cinq étages
  • Il regroupera des infrastructures de soins et d’enseignement de premier plan sur une superficie totale de plus 275.000 m2", est-il précisé

PARIS: La société Bymaro, filiale marocaine de Bouygues Construction, va construire un hôpital universitaire international à Rabat, qui sera livré en septembre 2025, pour un montant de près de 450 millions d'euros, selon un communiqué publié mercredi.

Situé au cœur de la capitale marocaine, l’hôpital universitaire international Mohammed VI "sera composé de quatre bâtiments de six étages et une tour de vingt-cinq étages. Il regroupera des infrastructures de soins et d’enseignement de premier plan sur une superficie totale de plus 275.000 m2", est-il précisé.

Avec 553 lits et 20 salles d'opération, l'hôpital "a pour objectif de soutenir les politiques régionale et nationale en matière de santé" et "ambitionne de devenir une référence pour les CHU marocains de demain que ce soit en termes d’architecture, de qualité de soin ou d’enseignement".

"Le projet mobilisera 3.500 compagnons (sous-traitants compris) en période de pointe", détaille le communiqué.

L'hôpital universitaire international Mohammed VI de Rabat sera le troisième projet hospitalier réalisé par Bymaro au cours des cinq dernières années, après la livraison de l'hôpital universitaire Mohammed VI à Bouskoura en 2019 et à la construction en cours de Smart Health Care City à Benguérir, rappelle Bouygues Construction, filiale du groupe Bouygues, présente dans 60 pays.

 


Ludovic Pouille: «Plus de cent soixante entreprises françaises sont implantées en Arabie saoudite»

L'ambassadeur de France auprès du royaume d'Arabie saoudite, Ludovic Pouille (Photo, Ludovic Pouille).
L'ambassadeur de France auprès du royaume d'Arabie saoudite, Ludovic Pouille (Photo, Ludovic Pouille).
Short Url
  • L'ambassadeur a exprimé sa confiance dans l'augmentation exponentielle des investissements entre la France et l'Arabie saoudite
  • Il a également rappelé que la France «est le deuxième plus grand investisseur étranger dans plusieurs secteurs, notamment celui de l'énergie et de l'aéronautique» en Arabie saoudite

ALGER: L'ambassadeur de France auprès du royaume d'Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a récemment participé au pavillon de Business France lors du salon Saudi Food Show, un événement majeur accueillant pour la première fois plus de vingt entreprises françaises.

Dans ses déclarations, le diplomate a souligné l'engagement croissant des entreprises françaises à rejoindre la Vision 2030, une initiative ambitieuse visant à diversifier l'économie saoudienne et à stimuler la croissance dans divers secteurs.

 

L'ambassadeur a exprimé sa confiance dans l'augmentation exponentielle des investissements entre la France et l'Arabie saoudite, soulignant que la présence croissante de sociétés françaises au salon Saudi Food Show en est un indicateur clair.

Deuxième investisseur étranger

Ajoutant qu’à l'heure actuelle, «près de cent soixante entreprises françaises sont implantées en Arabie saoudite», témoignant de la forte présence et de l'engagement continu des entreprises françaises sur ce marché dynamique.

Il a également rappelé que la France «est le deuxième plus grand investisseur étranger dans plusieurs secteurs, notamment celui de l'énergie et de l'aéronautique» en Arabie saoudite.

Le Saudi Food Show, qui se tient au Riyad Front jusqu'au 23 mai, offre une plate-forme unique pour les entreprises françaises et saoudiennes afin d'explorer de nouvelles opportunités de collaboration dans le secteur alimentaire et des boissons.