Au Texas, une «mine» de bitcoins qui tourne à l'énergie solaire

Un panneau indiquant que Bitcoin va atteindre la lune est visible dans le hall d'exposition lors de la conférence Bitcoin 2022 au Miami Beach Convention Center le 8 avril 2022 à Miami, en Floride. (Marco Bello / Getty Images Amérique Du Nord / Getty Images via AFP)
Un panneau indiquant que Bitcoin va atteindre la lune est visible dans le hall d'exposition lors de la conférence Bitcoin 2022 au Miami Beach Convention Center le 8 avril 2022 à Miami, en Floride. (Marco Bello / Getty Images Amérique Du Nord / Getty Images via AFP)
Short Url
Publié le Samedi 09 avril 2022

Au Texas, une «mine» de bitcoins qui tourne à l'énergie solaire

  • Le groupe de paiement dématérialisé Block et le spécialiste de la «blockchain» Blockstream ont investi chacun six millions de dollars dans ce projet pilote qui devrait produire, au départ, environ 0,1 bitcoin par jour
  • La logique, selon Adam Back, est que le centre de création du bitcoin peut n'utiliser que les capacités excédentaires d'installations générant de l'énergie renouvelable, l'essentiel de l'électricité allant à la consommation ordinaire

NEW YORK : Deux entreprises technologiques, Block (ex-Square) et Blockstream, préparent le lancement, en juin, d'un centre de création de bitcoins, ou «mine», entièrement alimenté à l'énergie solaire, un nouvel effort pour rendre les cryptomonnaies moins polluantes.

Le groupe de paiement dématérialisé Block et le spécialiste de la «blockchain» Blockstream ont investi chacun six millions de dollars dans ce projet pilote qui devrait produire, au départ, environ 0,1 bitcoin par jour, a expliqué vendredi à l'AFP le directeur général de Blockstream, Adam Back.

Blockstream a annoncé vendredi que le centre serait situé dans l'ouest du Texas et équipé de panneaux solaires et batteries Tesla.

«Beaucoup de gens parlent de la théorie et nous avons voulu la mettre en pratique, pour avoir une base observable», a décrit le dirigeant.

Plus que le fait de créer des bitcoins, «le but est de prouver que le +minage+ peut aider à financer des infrastructures» d'énergie renouvelables.

La logique, selon Adam Back, est que le centre de création du bitcoin peut n'utiliser que les capacités excédentaires d'installations générant de l'énergie renouvelable, l'essentiel de l'électricité allant à la consommation ordinaire des particuliers et des entreprises.

L'activité de création lisserait donc la consommation liée à une source d'énergie renouvelable, évitant les pics et les creux. Les données de consommation du site seront accessibles au grand public.

La création d'un bitcoin requiert une série de calculs informatiques complexes, qui nécessitent une quantité sans cesse croissante d'électricité.

Adam Back indique que les deux partenaires du projet songent déjà à en augmenter la taille, jusqu'à 100 fois, sur le même site, si l'essai se révélait concluant.

Il ne s'agit pas du premier projet de cryptomonnaie entièrement appuyé sur de l'énergie renouvelable.

Au Salvador, où le bitcoin est désormais une devise officielle, le «minage» utilise, par exemple, une centrale géothermique mettant à profit l'énergie des volcans alentours.

Critiqué pour sa consommation faramineuse d'électricité, le secteur des cryptomonnaies a vu naître, ces dernières années, plusieurs initiatives pour parvenir à un modèle plus vertueux écologiquement.

L'an dernier, des dizaines d'entreprises réunies sous l'égide de l'Accord crypto climat (Crypto climate accord) se sont engagées à atteindre la neutralité carbone d'ici 2030.


Jodi: les exportations saoudiennes de brut atteignent leur plus haut niveau en neuf mois

Le ministère de l’Énergie a indiqué que la production du Royaume sera d’environ neuf millions de b/j jusqu’à fin juin. (Shutterstock)
Le ministère de l’Énergie a indiqué que la production du Royaume sera d’environ neuf millions de b/j jusqu’à fin juin. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministère de l’Énergie vise à renforcer les contributions du gaz naturel et des sources renouvelables
  • L’objectif du Royaume est de parvenir à un mix énergétique optimal, hautement efficace et rentable

RIYAD: Les exportations de pétrole brut de l’Arabie saoudite ont atteint 6,41 millions de barils par jour en mars, selon une analyse de la Joint Organisations Data Initiative (Jodi).

Ce chiffre a augmenté de 96 000 b/j, soit 1,52%, par rapport au mois précédent – une envolée au sommet en neuf mois.

En outre, les données indiquent que la production de brut du Royaume est tombée à 8,97 millions de b/j, reflétant une baisse mensuelle de 0,42%.

Cela découle sans doute des réductions volontaires de la production pétrolière adoptées par les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, connue sous le nom d’Opep+. L’Arabie saoudite a annoncé, en mars dernier, la prolongation de sa réduction d’un million de b/j, initialement mise en œuvre en juillet 2023, jusqu’à la fin du deuxième trimestre de 2024.

Le ministère de l’Énergie a indiqué que la production du Royaume sera d’environ neuf millions de b/j jusqu’à la fin du mois de juin.

Par ailleurs, la production de brut des raffineries, représentant le volume traité de pétrole brut produisant de l’essence, du diesel, du carburéacteur et du fioul, a chuté de 4% par rapport au mois précédent, atteignant 2,56 millions de b/j, selon les données de la Jodi.

La consommation directe de pétrole brut par l’Arabie saoudite, qui implique l’utilisation de pétrole sans processus de raffinage substantiel, a diminué de 53 000 b/j en mars, soit une baisse de 14,7% par rapport au mois précédent. La consommation directe totale pour le mois s’est élevée à 307 000 b/j.

Le ministère de l’Énergie a pour objectif de renforcer les contributions du gaz naturel et des sources renouvelables dans le cadre du projet du Royaume de parvenir à un mix énergétique optimal, hautement efficace et rentable.

Ce qui suppose de remplacer le combustible liquide par du gaz naturel et d’intégrer les énergies renouvelables pour constituer environ 50% du mix énergétique de production d’électricité d’ici à 2030.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Bouygues va construire un hôpital universitaire à Rabat pour près de 450 M EUR

La société Bymaro, filiale marocaine de Bouygues Construction, va construire un hôpital universitaire international à Rabat, qui sera livré en septembre 2025. (AFP).
La société Bymaro, filiale marocaine de Bouygues Construction, va construire un hôpital universitaire international à Rabat, qui sera livré en septembre 2025. (AFP).
Short Url
  • Situé au cœur de la capitale marocaine, l’hôpital universitaire international Mohammed VI "sera composé de quatre bâtiments de six étages et une tour de vingt-cinq étages
  • Il regroupera des infrastructures de soins et d’enseignement de premier plan sur une superficie totale de plus 275.000 m2", est-il précisé

PARIS: La société Bymaro, filiale marocaine de Bouygues Construction, va construire un hôpital universitaire international à Rabat, qui sera livré en septembre 2025, pour un montant de près de 450 millions d'euros, selon un communiqué publié mercredi.

Situé au cœur de la capitale marocaine, l’hôpital universitaire international Mohammed VI "sera composé de quatre bâtiments de six étages et une tour de vingt-cinq étages. Il regroupera des infrastructures de soins et d’enseignement de premier plan sur une superficie totale de plus 275.000 m2", est-il précisé.

Avec 553 lits et 20 salles d'opération, l'hôpital "a pour objectif de soutenir les politiques régionale et nationale en matière de santé" et "ambitionne de devenir une référence pour les CHU marocains de demain que ce soit en termes d’architecture, de qualité de soin ou d’enseignement".

"Le projet mobilisera 3.500 compagnons (sous-traitants compris) en période de pointe", détaille le communiqué.

L'hôpital universitaire international Mohammed VI de Rabat sera le troisième projet hospitalier réalisé par Bymaro au cours des cinq dernières années, après la livraison de l'hôpital universitaire Mohammed VI à Bouskoura en 2019 et à la construction en cours de Smart Health Care City à Benguérir, rappelle Bouygues Construction, filiale du groupe Bouygues, présente dans 60 pays.

 


Ludovic Pouille: «Plus de cent soixante entreprises françaises sont implantées en Arabie saoudite»

L'ambassadeur de France auprès du royaume d'Arabie saoudite, Ludovic Pouille (Photo, Ludovic Pouille).
L'ambassadeur de France auprès du royaume d'Arabie saoudite, Ludovic Pouille (Photo, Ludovic Pouille).
Short Url
  • L'ambassadeur a exprimé sa confiance dans l'augmentation exponentielle des investissements entre la France et l'Arabie saoudite
  • Il a également rappelé que la France «est le deuxième plus grand investisseur étranger dans plusieurs secteurs, notamment celui de l'énergie et de l'aéronautique» en Arabie saoudite

ALGER: L'ambassadeur de France auprès du royaume d'Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a récemment participé au pavillon de Business France lors du salon Saudi Food Show, un événement majeur accueillant pour la première fois plus de vingt entreprises françaises.

Dans ses déclarations, le diplomate a souligné l'engagement croissant des entreprises françaises à rejoindre la Vision 2030, une initiative ambitieuse visant à diversifier l'économie saoudienne et à stimuler la croissance dans divers secteurs.

 

L'ambassadeur a exprimé sa confiance dans l'augmentation exponentielle des investissements entre la France et l'Arabie saoudite, soulignant que la présence croissante de sociétés françaises au salon Saudi Food Show en est un indicateur clair.

Deuxième investisseur étranger

Ajoutant qu’à l'heure actuelle, «près de cent soixante entreprises françaises sont implantées en Arabie saoudite», témoignant de la forte présence et de l'engagement continu des entreprises françaises sur ce marché dynamique.

Il a également rappelé que la France «est le deuxième plus grand investisseur étranger dans plusieurs secteurs, notamment celui de l'énergie et de l'aéronautique» en Arabie saoudite.

Le Saudi Food Show, qui se tient au Riyad Front jusqu'au 23 mai, offre une plate-forme unique pour les entreprises françaises et saoudiennes afin d'explorer de nouvelles opportunités de collaboration dans le secteur alimentaire et des boissons.