Ces Marocains qui ont combattu pour la France et sont restés au Vietnam après Diên Biên Phu

Cette photo prise le 11 avril 2024 montre la porte du Maroc dans le quartier Ba Vi à Hanoï. (AFP)
Cette photo prise le 11 avril 2024 montre la porte du Maroc dans le quartier Ba Vi à Hanoï. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 01 mai 2024

Ces Marocains qui ont combattu pour la France et sont restés au Vietnam après Diên Biên Phu

  • Entre 1947 et 1954, plus de 120 000 Maghrébins, dont la moitié originaires du Maroc, pas encore indépendant, ont garni les rangs de l'armée française en Indochine
  • Dans les années 1990, période économique difficile au Vietnam, des vendeurs de ferraille frappaient à la porte pour récupérer le métal

PHU THO: Des dizaines de milliers de Nord-Africains ont combattu pour la France en Indochine : la majorité est repartie après la guerre, mais certains ont refait leur vie au Vietnam, où leurs descendants défendent aujourd'hui leur mémoire oubliée des livres d'histoire.

"C'est beaucoup d'émotions pour moi", concède Le Tuan Binh, 64 ans, en portant la pierre tombale de son père Mohammed, ou Mzid Ben Ali selon l'inscription, décédé en 1968.

Faute de funérailles à l'époque, le corps a été perdu, mais Binh a conservé chez lui la dalle, qui précise la nationalité du défunt: "Marocain".

Entre 1947 et 1954, plus de 120.000 Maghrébins, dont la moitié originaires du Maroc, pas encore indépendant, ont garni les rangs de l'armée française en Indochine.

Parmi eux, une infime fraction, environ 150 Marocains, déserteurs ou prisonniers, est restée au Vietnam communiste pendant plus d'une décennie après l'armistice, dont le père de Binh.

Son histoire offre une perspective méconnue sur la guerre qui continue de travailler l'imaginaire vietnamien comme français, 70 ans après la bataille de Diên Biên Phu et la fin de la guerre.

En métropole, "l'histoire de l'héroïsme à Diên Biên Phu a longtemps été l'apanage des Blancs, largement majoritaires dans l'encadrement des troupes", explique Pierre Journoud, professeur d'histoire contemporaine à l'université Paul Valéry-Montpellier.

"Mais après 1947, c'est vers les tirailleurs coloniaux qu'on se tourne pour alimenter l'effort de guerre. Les soldats colonisés seront ensuite majoritaires", développe-t-il.

"On a perdu une partie de cette mémoire" des soldats colonisés, concède le spécialiste.

La ferme des ralliés

Le Tuan Binh reçoit chez lui, dans la province de Phu Tho, à deux heures de route de la capitale Hanoï (nord), avec du thé noir, agrémenté de feuilles de menthe du jardin. "A la marocaine mais sans le sucre", plaisante-t-il.

Au village, il est surnommé "l'étranger" en raison de sa peau foncée, mais ses proches l'appellent Ali, le prénom donné par son père.

La guerre contre les Américains et le développement économique ont dispersé les quelques familles maroco-vietnamiennes qui habitaient la région il y a plusieurs décennies.

Certaines sont rentrées au Maroc dans les années 1970, mais pas lui, parce qu'il voulait rester auprès de sa mère vietnamienne et de ses deux frères.

"Mon père évitait de parler de la guerre. C'était un homme de peu de mots", se souvient Binh.

Le mystère continue d'envelopper une partie de la vie de son père, qui aurait changé de camp en 1953 ou 1954.

La propagande vietnamienne présente les déserteurs étrangers comme des camarades de la lutte des peuples opprimés, mais selon des chercheurs français, leurs motivations étaient éloignées de l'idéologie, comme une meilleure solde ou la peur d'une sanction à la suite d'une faute.

Après la guerre, environ 300 soldats africains et européens "qui se sont rendus", selon Hanoï, ont été installés dans une ferme collective du district de Ba Vi, à une heure de la capitale.

C'est là que le père de Binh a rencontré sa femme vietnamienne, et que Binh est né, en 1959.

Reconnaissance 

Le site a été démantelé dans les années 1970, mais aujourd'hui subsiste sur place une porte de plusieurs mètres de haut d'inspiration mauresque, construite par des ouvriers marocains en mémoire de leur pays d'origine.

Le curieux monument se trouve dans le jardin d'une famille vietnamienne. Quelques visiteurs, dont des étrangers, vont la visiter chaque mois.

Dans les années 1990, période économique difficile au Vietnam, des vendeurs de ferraille frappaient à la porte pour récupérer le métal, se souvient une membre de la famille.

Endommagée par un demi-siècle de quasi-oubli, la porte a retrouvé de l'allure après des travaux de rénovation en 2009 et 2018, à une période où des travaux de recherche ont aussi commencé à éclairer le recours aux combattants colonisés en Indochine.

C'est à ce moment-là que Le Tuan Binh se démenait pour une reconnaissance de son passé.

Après des années d'imbroglio administratif, il a obtenu un passeport marocain en 2016, ainsi que pour ses deux enfants, nés d'une mère vietnamienne, sous un nom de famille choisi par l'ambassade : El Mekki.

Sa fille Leïla, 36 ans, vit aujourd'hui à Casablanca. "Mon père m'a encouragée à partir. Il parlait du Maroc depuis que je suis toute petite", explique-t-elle.

Binh, lui, n'a jamais mis les pieds au Maroc : "Maintenant je suis trop vieux. J'ai laissé l'opportunité à ma fille", explique-t-il. "Je suis content maintenant. Certains de mes rêves sont devenus réalité."


G7: les agences de l'Onu, dont l'Unrwa, doivent opérer sans entraves à Gaza

Des Palestiniens marchent près d'une flaque d'eau stagnante à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 14 juin 2024, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo d'Eyad BABA / AFP)
Des Palestiniens marchent près d'une flaque d'eau stagnante à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 14 juin 2024, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo d'Eyad BABA / AFP)
Short Url
  • Les agences de l'Onu, dont l'Unrwa, doivent opérer sans entraves dans la bande de Gaza, théâtre de la guerre entre Israël et le Hamas source d'une grave crise humanitaire, ont déclaré les dirigeants
  • L'Unrwa, qui coordonne la quasi-totalité de l'aide à Gaza, s'est retrouvée au cœur d'une tempête diplomatique et au bord de la rupture

BARI: Les agences de l'Onu, dont l'Unrwa, doivent opérer sans entraves dans la bande de Gaza, théâtre de la guerre entre Israël et le Hamas source d'une grave crise humanitaire, ont déclaré les dirigeants du G7 réunis en sommet dans leur déclaration finale publiée vendredi soir.

"Nous exhortons toutes les parties à faciliter un passage rapide et sans entraves de l'aide humanitaire destinée aux civils qui en ont besoin, particulièrement les femmes et les enfants", et ce par toutes les voies d'acheminement terrestres et maritimes possibles, ont souligné les chefs d'Etat et de gouvernement du G7.

Ils jugent "essentiel que les réseaux de distribution de l'Unrwa (l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, NDLR) et des autres organisations et agences des Nations unies soient pleinement en mesure d'acheminer l'aide à ceux qui en ont le plus besoin, afin de remplir leur mandat de manière efficace".

L'Unrwa, qui coordonne la quasi-totalité de l'aide à Gaza, s'est retrouvée au cœur d'une tempête diplomatique et au bord de la rupture après qu'Israël a accusé en janvier une douzaine de ses 13.000 employés de Gaza d'être impliqués dans l'attaque meurtrière du mouvement islamiste palestinien Hamas ayant déclenché la guerre en cours, le 7 octobre.

Cela a conduit de nombreux pays, dont les Etats-Unis, principal bailleur de fonds, à suspendre brusquement le financement de l'agence, menaçant ainsi ses efforts d'acheminement de l'aide à Gaza, bien que plusieurs Etats aient depuis repris leurs versements.

Le président américain Joe Biden et ses alliés du "Groupe des 7" (Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Canada, Japon) déplorent le "nombre inacceptable" de civils tués "des deux côtés" depuis le 7 octobre.

A cet égard, ils se disent "profondément préoccupés par les conséquences sur la population civile des opérations terrestres en cours à Rafah" (sud), où l'armée israélienne a lancé le 7 mai son offensive au sol indispensable selon elle pour éliminer le Hamas.

Ils demandent à Israël de "s'abstenir" de lancer une opération à grande échelle sur cette ville frontalière de l'Egypte.

Le G7 réitère par ailleurs sont "soutien plein et entier" au plan de cessez-le-feu mis sur la table le 31 mai par Joe Biden, principal allié d'Israël qui devrait permettre la libération de tous otages israéliens retenus à Gaza et "une augmentation significative du flot d'aide humanitaire".

Il renouvelle son "appel au Hamas à accepter et mettre en œuvre pleinement et sans ambiguïté" ce plan jusque-là resté lettre morte, le gouvernement israélien et le Hamas campant sur leurs positions.

La guerre a été déclenchée le 7 octobre par l'attaque lancée par le Hamas depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes enlevées, 116 sont toujours retenues en otages à Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive de grande envergure à Gaza qui a fait 37.266 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.


Une ambulance aérienne du ministère saoudien de la Défense prête à transporter les pèlerins en cas d’urgence

L’Arabie saoudite a lancé un service d’ambulance aérienne afin d’améliorer les soins de santé pour les pèlerins qui effectuent le Hajj cette saison. (SPA)
L’Arabie saoudite a lancé un service d’ambulance aérienne afin d’améliorer les soins de santé pour les pèlerins qui effectuent le Hajj cette saison. (SPA)
Short Url
  • Le premier cas d’urgence a déjà été transporté dans cette ambulance, a indiqué le ministère vendredi
  • Les avions disposent notamment d’une machine à oxygène qui peut fonctionner à bord pendant quatre heures

RIYAD: Le ministère saoudien de la Défense est prêt à fournir des services de sûreté et de sécurité, y compris une ambulance aérienne, aux pèlerins rassemblés dans la cité des tentes de Mina. 

Le Royaume a lancé un service d’ambulance aérienne afin d’améliorer les soins de santé pour les pèlerins qui effectuent le Hajj cette saison. 

Le premier cas d’urgence a déjà été transporté dans cette ambulance, a indiqué le ministère vendredi. 

Après avoir reçu un rapport de la salle de commandement, les équipes d’ambulanciers de l’Autorité du Croissant-Rouge saoudien (SRCA) ont secouru le pèlerin, un Africain d’une soixantaine d’années qui souffrait de douleurs à la poitrine. Il se trouvait dans la zone de la Grande Mosquée. 

Le personnel médical a examiné le patient et lui a fait passer un électrocardiogramme avant de le transporter par avion de la plate-forme d’atterrissage de la Tour de l’horloge de La Mecque, dans la Cité médicale du roi Abdallah. 

Les services de santé du ministère de la Défense continueront à fournir des services d’ambulance aérienne tout au long de la saison du Hajj de cette année, en coopération avec la SRCA et la présidence de la sécurité de l’État, représentée par la Direction générale de la sécurité aérienne. 

Le commandant adjoint de la mission, le général de brigade Bandar ben Mohammed al-Jaïd, a déclaré à l’agence de presse saoudienne (SPA) que, cette année, des avions d’évacuation médicale à décollage vertical et à réaction qui appartiennent aux services médicaux des forces armées seraient prêts à intervenir vingt-quatre heures sur vingt-quatre en cas de situations d’urgence. L’objectif est de transporter à l’hôpital les personnes qui ont besoin de recevoir des soins supplémentaires. 

Les avions sont dotés des équipements les plus récents pour assurer les meilleurs soins aux pèlerins qui en ont besoin. Ils disposent notamment d’une machine à oxygène qui peut fonctionner à bord pendant quatre heures. 

L’objectif est de soutenir les efforts déployés par les services de sécurité et les agences gouvernementales en vue de fournir toutes les installations nécessaires pour servir les pèlerins et réaliser les directives et les aspirations des dirigeants saoudiens. Les pèlerins pourront ainsi accomplir les rituels du Hajj en toute facilité, sécurité et sûreté. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Au Liban, des habitants découvrent les dégâts d'une frappe israélienne sur leur village

De la fumée s'échappe des bombardements militaires israéliens qui ont balayé les champs près du village de Shebaa, près de la frontière sud du Liban avec Israël, le 14 juin 2024, au milieu d'affrontements transfrontaliers en cours entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah. (Photo de RABIH DAHER / AFP)
De la fumée s'échappe des bombardements militaires israéliens qui ont balayé les champs près du village de Shebaa, près de la frontière sud du Liban avec Israël, le 14 juin 2024, au milieu d'affrontements transfrontaliers en cours entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah. (Photo de RABIH DAHER / AFP)
Short Url
  • Un bâtiment de trois étages tout proche, visé dans la nuit de jeudi à vendredi par une frappe attribuée à Israël, a été entièrement détruit
  • Le vice-président de la municipalité du village, Hassan Chour, affirme à l'AFP que la frappe a provoqué la mort de deux femmes et des dégâts dans un immeuble voisin

JENNATA: A Jennata, un village du sud du Liban jusque-là épargné par les affrontements transfrontaliers quotidiens entre Israël et le Hezbollah, les habitants découvrent vendredi les dégâts causés par une frappe nocturne israélienne qui a fait deux morts et plusieurs blessés civils.

Khadija Husseini a trouvé la devanture de sa boutique pulvérisée. "Il y a des éclats de verre partout", dit-elle en retirant les débris des robes sur les mannequins.

Un bâtiment de trois étages tout proche, visé dans la nuit de jeudi à vendredi par une frappe attribuée à Israël, a été entièrement détruit, a constaté un correspondant de l'AFP.

"On était assis jeudi soir sur le balcon, quand un obus est passé au-dessus de nos têtes (...) tout a tremblé autour de nous", raconte Mme Husseini.

De la fumée s'élevait toujours vendredi matin du bâtiment, qui était inhabité et dans lequel se trouvait un entrepôt de bois selon des habitants.

A 200 mètres à la ronde, des appartements dans un immeuble résidentiel voisin, des boutiques et des voitures ont été endommagés.

Le vice-président de la municipalité du village, Hassan Chour, affirme à l'AFP que la frappe a provoqué la mort de deux femmes et des dégâts dans un immeuble voisin.

Selon des secouristes locaux, neuf civils, dont trois enfants au moins, ont été blessés.

Israël mène régulièrement des frappes ciblées contre des responsables du Hezbollah pro-iranien, mais il n'a pas été possible de savoir si l'un d'eux était visé par ce raid.

Mardi soir, un haut responsable militaire de la formation libanaise, Taleb Sami Abdallah, a été tué avec trois autres combattants du Hezbollah dans une frappe sur une maison dans le village tout proche de Jouaiyya.

«Nous resterons»

La puissante formation islamiste a répliqué à cette frappe en lançant les plus importantes attaques simultanées contre des positions militaires israéliennes de l'autre côté de la frontière en huit mois.

Mercredi, le chef du comité exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine, a prévenu que son mouvement allait "intensifier (ses) opérations" à la suite de cette frappe ciblée.

Le Hezbollah affirme que ses attaques contre Israël sont lancées en soutien au Hamas palestinien en guerre contre l'armée israélienne dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Plus de huit mois de violences transfrontalières ont fait au moins 470 morts au Liban, dont environ 91 civils et plus de 307 combattants du Hezbollah, selon un décompte de l'AFP basé sur les données du mouvement et des sources officielles libanaises.

Côté israélien, au moins 15 soldats et 11 civils ont été tués, selon les autorités.

Jannata est située à 21 km à vol d'oiseau de la frontière, et les bombardements ne l'avaient pas encore rattrapé.

"Les dégâts matériels ne nous importent pas (...) et les raids contre les civils ne nous font pas peur", dit Houda Chour, qui retire les débris de verre des vêtements d'enfants dans son magasin.

"Nous n'avons pas l'intention de partir, nous resterons sur notre terre", assure-t-elle avec détermination.