Aux Etats-Unis, les étudiants propalestiniens cherchent un nouveau souffle après des arrestations massives

Des étudiants et des militants pro-palestiniens dansent lors d'un rassemblement dans un campement sur le campus de l'université Brown à Providence, Rhode Island, le 29 avril 2024. La Maison Blanche a insisté le 28 avril sur le fait que les manifestations pro-palestiniennes qui ont secoué les universités américaines ces dernières semaines devaient rester pacifiques, après que la police a arrêté environ 275 personnes sur quatre campus différents au cours du week-end. (Photo : Joseph Prezioso / AFP)
Des étudiants et des militants pro-palestiniens dansent lors d'un rassemblement dans un campement sur le campus de l'université Brown à Providence, Rhode Island, le 29 avril 2024. La Maison Blanche a insisté le 28 avril sur le fait que les manifestations pro-palestiniennes qui ont secoué les universités américaines ces dernières semaines devaient rester pacifiques, après que la police a arrêté environ 275 personnes sur quatre campus différents au cours du week-end. (Photo : Joseph Prezioso / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 04 mai 2024

Aux Etats-Unis, les étudiants propalestiniens cherchent un nouveau souffle après des arrestations massives

  • A l'Université de Chicago, l'administration a indiqué dans un communiqué que faute d'un accord avec les protestataires, le moment était venu de disperser le rassemblement
  • Depuis le 17 avril, une nouvelle vague de mobilisation pour Gaza déferle sur les campus américains, évoquant, dans une moindre ampleur, les manifestations contre la guerre du Vietnam dans les années 1960-70

NEW YORK : Les manifestations propalestiniennes qui secouent les campus américains depuis quelques semaines cherchent un nouveau souffle, après des dispersions par la police, des arrestations massives et un sévère rappel à l'ordre par la Maison Blanche.

Tôt vendredi, la police a démantelé sans heurts un campement à l'université de New York (NYU), à la demande de l'établissement.

A l'Université de Chicago, l'administration, qui a fait état sur X d'«informations sur des altercations physiques» sur son campus, a indiqué dans un communiqué que faute d'un accord avec les protestataires, le moment était venu de disperser le rassemblement.

Les protestataires à l'université de Riverside, en Californie (ouest), sont parvenus à un accord avec l'administration et devaient mettre fin à leur mouvement avant 00H00 samedi (07H00 GMT). Des compromis similaires avaient permis l'évacuation sans heurts des universités Rutgers (New Jersey, est) et Brown (Rhode Island, est).

Sur d'autres campus, les forces de l'ordre sont intervenues manu militari ces derniers jours, comme à Columbia à New York et à UCLA à Los Angeles.

Près de 2.000 personnes en tout ont été interpellées, selon un bilan établi par plusieurs médias américains.

Très critiquée par des étudiants et au sein du corps enseignant pour avoir deux fois appelé la police à intervenir - des images qui ont fait le tour du monde - la présidente de Columbia, Minouche Shafik, a évoqué la «tourmente» dans son établissement.

«Ces deux dernières semaines ont été parmi les plus difficiles de l'histoire de Columbia», a-t-elle dit dans une vidéo publiée vendredi sur les réseaux sociaux, affirmant que l'occupation d'un bâtiment par des étudiants avait été «un acte violent».

«Nous avons beaucoup à faire, mais je m'engage à oeuvrer chaque jour et avec chacun d'entre vous pour reconstruire la communauté sur notre campus», a-t-elle ajouté.

Depuis le 17 avril, une nouvelle vague de mobilisation pour Gaza déferle sur les campus américains, évoquant, dans une moindre ampleur, les manifestations contre la guerre du Vietnam dans les années 1960-70.

En plus de réclamer la fin du conflit à Gaza, ces étudiants appellent les universités à rompre leurs relations avec Israël et à se désengager de leurs investissements en lien avec ce pays.

Ils dénoncent aussi l'appui quasi inconditionnel des Etats-Unis à leur allié.

Israël est engagé dans une offensive massive dans la bande de Gaza, en représailles à l'attaque du Hamas le 7 octobre sur son sol.

- Vietnam -

Jeudi, lors d'une courte allocution, le président démocrate Joe Biden, longtemps muet sur les manifestations, a martelé que «l'ordre devait prévaloir».

Cela lui a valu à la fois les critiques de la droite, qui l'a jugé trop complaisant, et l'indignation des partisans des manifestants.

«Il existe un droit à manifester, pas un droit à provoquer le chaos», a lancé l'octogénaire, candidat face au républicain Donald Trump à la présidentielle de novembre.

Son ministre de l'Education, Miguel Cardona, a envoyé selon la chaîne CNN une lettre à des dirigeants d'universités dans laquelle il se dit «incroyablement préoccupé par les informations sur de la haine antisémite à l'encontre d'étudiants sur certains campus».

Les manifestations ont ravivé le débat aux Etats-Unis, déjà tendu voire violent depuis l'attaque du Hamas, sur la liberté d'expression, l'antisionisme et ce qui constitue de l'antisémitisme.

D'un côté, des étudiants et enseignants accusent leurs universités de chercher à censurer un discours politique, de l'autre plusieurs personnalités, dont des élus du Congrès, affirment que les militants attisent l'antisémitisme.

La question pourrait plomber la course de M. Biden à la Maison Blanche.

«Cela pourrait être le Vietnam de Biden», a averti sur CNN le sénateur de gauche Bernie Sanders.

«Je crains vraiment que le président Biden ne se mette dans une position où il s'aliène non seulement les jeunes, mais une grande partie de la base démocrate», a-t-il ajouté.

Côté républicain, Donald Trump a qualifié les manifestants de «tarés de la gauche radicale», qu'il faut «arrêter maintenant».

La mobilisation a inspiré les militants propalestiniens à travers le monde, en France, comme dans la prestigieuse école parisienne Sciences Po, ou à l'université McGill au Canada et à l'UNAM à Mexico.

A rebours d'autres institutions, l'université Brown, dans l'Etat américain du Rhode Island, s'est accordée avec les manifestants sur le démantèlement de leur campement en échange d'un vote sur un éventuel «désinvestissement».


Donald Trump blessé lors d'une apparente tentative d'assassinat et le tireur est tué par des agents des services secrets

Le candidat républicain Donald Trump est vu avec du sang sur le visage, entouré d'agents des services secrets, alors qu'il est évacué de la scène lors d'un événement de campagne à Butler Farm Show Inc. à Butler, en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Photo: AFP)
Le candidat républicain Donald Trump est vu avec du sang sur le visage, entouré d'agents des services secrets, alors qu'il est évacué de la scène lors d'un événement de campagne à Butler Farm Show Inc. à Butler, en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Photo: AFP)
Short Url
  • Un participant au rassemblement a été tué et deux autres spectateurs ont été blessés, selon les autorités
  • Le président Biden a condamné la violence en déclarant : "Il n'y a pas de place pour ce genre de violence en Amérique" : Il n'y a pas de place pour ce genre de violence en Amérique"

BUTLER, Pennsylvanie : Donald Trump a été touché à l'oreille lors d'une apparente tentative d'assassinat par un homme armé lors d'un rassemblement de campagne samedi, dans un incident chaotique et choquant qui alimentera les craintes d'instabilité à l'approche de l'élection présidentielle américaine de 2024.

L'ancien président, âgé de 78 ans, a été évacué d'urgence, le visage maculé de sang, après la fusillade survenue à Butler, en Pennsylvanie, tandis que le tireur et un passant ont été tués et que deux spectateurs ont été grièvement blessés.

Le candidat républicain a levé un poing de défi vers la foule alors qu'il était emmené en sécurité et a déclaré par la suite : "J'ai reçu une balle qui a transpercé la partie supérieure de mon oreille droite".

Le président Joe Biden, qui devrait affronter M. Trump lors des élections très polarisées de novembre, a déclaré que l'incident était "malsain" et qu'il n'y avait "pas de place en Amérique pour ce genre de violence".

"Nous ne pouvons pas être comme ça", a déclaré M. Biden.

Lorsque les bangs se sont éteints, M. Trump, qui portait une casquette rouge "Make America Great Again", a grimacé et s'est porté la main à l'oreille, du sang étant visible sur son oreille et sa joue.

Il s'est écroulé sur le sol et les agents des services secrets ont envahi l'estrade, l'ont entouré et l'ont escorté brutalement hors de la scène jusqu'à un véhicule proche.

"Il est incroyable qu'un tel acte puisse avoir lieu dans notre pays", a déclaré M. Trump sur son réseau TruthSocial dans les heures qui ont suivi, dans des propos qui ne manqueront pas d'attiser les tensions politiques qui engloutissent déjà les États-Unis.

"J'ai tout de suite su que quelque chose n'allait pas car j'ai entendu un sifflement, des coups de feu, et j'ai immédiatement senti la balle déchirer la peau", a déclaré M. Trump.

"Je me suis rendu compte à ce moment-là de ce qui se passait.

Les services secrets américains ont déclaré dans un communiqué que le tireur présumé avait "tiré plusieurs coups de feu en direction de la scène depuis une position élevée à l'extérieur du rassemblement" avant d'être "neutralisé" par les agents.

Il a ajouté que M. Trump était "en sécurité et faisait l'objet d'une évaluation", tout en confirmant la mort d'un spectateur et les blessures graves de deux autres.

Le tireur n'a pas encore été identifié.

M. Trump a déclaré dans son communiqué : "Je tiens à présenter mes condoléances à la famille de la personne du rassemblement qui a été tuée".

L'attentat ayant provoqué une onde de choc dans le monde entier, Joe Biden a déclaré qu'il espérait s'entretenir bientôt avec M. Trump.

La fusillade s'est produite peu après que M. Trump a pris la parole lors de son dernier meeting de campagne avant la Convention nationale républicaine qui se tiendra à Milwaukee la semaine prochaine.

Signe de l'enjeu politique, J.D. Vance, possible candidat de Trump à la vice-présidence, a rapidement accusé la "rhétorique" de Biden d'être à l'origine de la fusillade.

Le rassemblement a sombré dans la panique après que des coups de feu ont été entendus et que des cris et des hurlements ont retenti.

On a entendu M. Trump dire au micro : "Laissez-moi prendre mes chaussures", alors que des agents de sécurité l'aidaient à se remettre debout.

Il s'est retourné vers la foule et a levé le poing à plusieurs reprises, tout en prononçant des mots qui n'étaient pas immédiatement discernables, dans ce qui est appelé à devenir une image emblématique.

Des agents ont fait monter le magnat dans un SUV, alors qu'il levait à nouveau le poing vers la foule.

"Nous avons vu beaucoup de gens s'effondrer, l'air confus. J'ai entendu les coups de feu", a déclaré John Yeykal, originaire de Franklin, en Pennsylvanie, qui assistait à son premier rassemblement de Trump.

Républicains et démocrates dénoncent les violences

L'ancien président Barack Obama a déclaré que la violence politique n'avait "absolument pas sa place dans notre démocratie".

Le chef de la minorité républicaine, Mitch McConnell, a ajouté : "Ce soir, tous les Américains sont reconnaissants que le président Trump semble aller bien après une attaque ignoble contre un rassemblement pacifique. La violence n'a pas sa place dans notre politique".

Le milliardaire Elon Musk a réagi en soutenant rapidement M. Trump.

"Je soutiens pleinement le président Trump et j'espère qu'il se rétablira rapidement", a écrit M. Musk sur le site X, qu'il possède avec le constructeur automobile Tesla, en partageant une vidéo de M. Trump frappant du poing alors qu'il est escorté à l'extérieur.

Les États-Unis ont un passé de violence politique, et les présidents, les anciens présidents et les candidats bénéficient d'une sécurité renforcée.

Le président John F. Kennedy a été assassiné en 1963 alors qu'il se trouvait dans son cortège, et son frère Bobby Kennedy a été abattu en 1968. Le président Ronald Reagan a survécu à une tentative d'assassinat en 1981.

M. Trump devrait recevoir l'investiture officielle de son parti lors de la convention nationale républicaine, qui débute lundi à Milwaukee.

"Cet acte horrible de violence politique lors d'un rassemblement de campagne pacifique n'a pas sa place dans ce pays et doit être unanimement et fermement condamné", a déclaré le président républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, sur les réseaux sociaux.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, s'est dit horrifié par ce qui s'est passé et soulagé que M. Trump soit sain et sauf. "La violence politique n'a pas sa place dans notre pays", a-t-il déclaré.

Un porte-parole des services secrets a déclaré sur les médias sociaux : "Le Secret Service a mis en place des mesures de protection et l'ancien président est en sécurité... Il s'agit maintenant d'une enquête active des services secrets et de plus amples informations seront communiquées dès qu'elles seront disponibles".

CNN a rapporté que M. Trump avait été blessé, mais n'a pas donné d'autres détails. On ne sait pas comment ni quelles blessures il a pu subir.

Un témoin a vu le tireur sur le toit

Ron Moose, un partisan de Trump qui se trouvait dans la foule, a décrit le chaos : "J'ai entendu environ quatre coups de feu et j'ai vu la foule s'effondrer, puis Trump s'est esquivé très rapidement. Les membres du Secret Service ont alors sauté et l'ont protégé dès qu'ils l'ont pu. En moins d'une seconde, ils étaient tous en train de le protéger".

M. Moose a déclaré avoir ensuite vu un homme courir et être poursuivi par des officiers en uniforme militaire. Il a déclaré avoir entendu d'autres coups de feu, mais ne pas savoir qui les avait tirés. Il a noté qu'à ce moment-là, des tireurs d'élite s'étaient installés sur le toit d'un entrepôt situé derrière la scène.

La BBC a interrogé un homme qui s'est décrit comme un témoin oculaire, affirmant avoir vu un homme armé d'un fusil ramper sur un toit près de l'événement. Cette personne, que la BBC n'a pas identifiée, a déclaré que lui et les personnes avec lesquelles il se trouvait ont commencé à pointer l'homme du doigt, essayant d'alerter la sécurité.

"Je me suis demandé pourquoi Trump continuait à parler. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait sortir de scène ?", a déclaré l'homme, qui portait un chapeau rouge à l'effigie de Trump. "L'instant d'après, cinq coups de feu ont retenti.

La salle a été abandonnée, des chaises renversées et du ruban jaune de police autour de la scène. Un hélicoptère a survolé la salle et des agents des forces de l'ordre ont traversé la zone, comme l'a montré la vidéo. Des policiers armés ont également été vus sur un toit près de la scène où se tenait M. Trump.

La campagne de Joe Biden s'efforce de mettre en pause ses publicités télévisées et d'arrêter toute autre communication sortante, a déclaré un responsable de la campagne samedi.

M. Trump, qui a été président de 2017 à 2021, a facilement surpassé ses rivaux pour l'investiture républicaine au début de la campagne et a largement unifié autour de lui le parti qui avait brièvement vacillé dans son soutien après que ses partisans ont attaqué le Capitole américain le 6 janvier 2021, tentant de renverser sa défaite électorale de 2020.

L'homme d'affaires et ancienne star de la téléréalité a entamé l'année en faisant face à une série de soucis juridiques, dont quatre poursuites pénales distinctes. Fin mai, il a été reconnu coupable d'avoir tenté de dissimuler des paiements occultes à une star du porno, mais les trois autres poursuites dont il fait l'objet - dont deux pour avoir tenté de renverser sa défaite - ont été interrompues par divers facteurs, notamment une décision de la Cour suprême au début du mois, qui l'a déclaré partiellement immunisé contre les poursuites.


Zelensky qualifie la gaffe de Biden d'"erreur" qu'il peut "oublier"

Short Url
  • "C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien.
  • Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

DUBLIN : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié la gaffe de Joe Biden, qui l'a présenté jeudi comme le "président Poutine" lors du sommet de l'Otan à Washington, d'"erreur" qu'il peut "oublier".

"C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Shannon, dans l'ouest de l'Irlande.

Volodymyr Zelensky est de passage en Irlande avant de retourner en Ukraine après le sommet de l'Otan à Washington.

Jeudi, Joe Biden a annoncé le "président Poutine" alors qu'il accueillait sur scène Volodymyr Zelensky.

"Et maintenant je veux passer la parole au président de l'Ukraine, qui a autant de courage qu'il a de détermination. Mesdames et messieurs, le président Poutine", a déclaré le président américain.

Joe Biden, qui a orchestré la réponse occidentale à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, s'est aussitôt repris.

Il s'est écarté du micro avant de réaliser son erreur et d'y revenir pour dire: "Il va battre le président Poutine. Le président Zelensky. Je suis tellement concentré sur le fait de battre Poutine".

Volodymyr Zelensky s'est entretenu avec le Premier ministre irlandais Simon Harris à l'aéroport de Shannon.

"Merci beaucoup pour votre soutien, merci à l'Irlande d'avoir accueilli de nombreux réfugiés ukrainiens, vous étiez avec nous dès le début de l'invasion russe", a salué le président ukrainien.

Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

Lors de leur entretien bilatéral, les deux dirigeants ont discuté d'un possible accord sur le déminage, l'énergie, l'aide humanitaire et la sécurité alimentaire, a indiqué Simon Harris.


Iran: le président élu se dit prêt à un "dialogue constructif" avec l'UE

Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Short Url
  • Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens
  • Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions

TEHERAN: Le président élu iranien Massoud Pezeshkia s'est déclaré prêt à entamer "un dialogue constructif" avec les pays européens, tout en leur reprochant d'être revenus sur leurs engagements dans le dossier nucléaire, dans une tribune parue samedi.

Elu au second tour de la présidentielle le 5 juillet, ce réformateur de 69 ans doit prêter serment fin juillet pour débuter un mandat de quatre ans.

L'élection était suivie avec attention à l'étranger alors que l'Iran est au coeur de plusieurs crises géopolitiques, de la guerre à Gaza au dossier nucléaire, dans lesquelles il s'oppose aux Occidentaux.

Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens.

Dans un article publié samedi par le quotidien anglophone Tehran Times, il a critiqué le retrait en 2018 des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu trois ans auparavant et qui visait à restreindre l'activité nucléaire de l'Iran en échange d'un allègement des sanctions. Washington avait dans la foulée rétabli de lourdes sanctions sur la République islamique.

Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions.

Mais "les pays européens ont renié tous ces engagements", a-t-il déploré.

"Malgré ces faux pas, j'ai hâte d’engager un dialogue constructif avec les pays européens pour mettre nos relations sur la bonne voie", a-t-il dit.

Il a déclaré que les deux parties pourraient explorer "de nombreux domaines de coopération" si les Européens "mettaient de côté la suprématie morale qu'ils s'attribuent et les crises créées de toute pièce qui ont miné nos relations pendant si longtemps".

La porte-parole de la commission européenne Nabila Massrali avait auparavant félicité M. Pezeshkian pour son élection, déclarant que les 27 membres de l'UE étaient "prêts à s'engager avec le nouveau gouvernement conformément à la politique d'engagement critique de l'UE".

M. Pezeshkian s'en est pris par ailleurs aux Etats-Unis dont les sanctions affectent durement l'économie iranienne.

"Les Etats-Unis doivent reconnaître la réalité et comprendre, une fois pour toutes, que l'Iran ne répond pas – et ne répondra pas – aux pressions", a-t-il dit.

Durant la campagne, M. Pezeshkian avait promis de négocier avec le gouvernement américain pour relancer les pourparlers sur le nucléaire iranien et lever les sanctions.

Lundi, les Etats-Unis ont affirmé ne s'attendre à aucun changement dans leurs relations avec l'Iran après l'élection de Massoud Pezeshkian, minimisant également les chances de reprise du dialogue.

M. Pezeshkian a en outre qualifié la Russie d'"allié stratégique précieux" et s'est dit prêt à "collaborer davantage" avec la Chine.

Concernant les pays voisins, il a appelé la Turquie, l'Arabie saoudite, Oman, l'Irak, Bahreïn, le Qatar, le Koweït et les Emirats arabes unis à "renforcer les relations commerciales" avec l'Iran et "relever les défis communs" dans la région.

M. Pezeshkian va succéder à Ebrahim Raïssi, mort dans un accident d'hélicoptère en mai.

"Le peuple iranien m’a confié un mandat fort pour poursuivre vigoureusement un engagement constructif sur la scène internationale (...) tout en insistant sur nos droits et notre rôle mérité dans la région et dans le monde", a-t-il dit dans la tribune.

Ses pouvoirs seront cependant limités: en Iran, le président est chargé d'appliquer, à la tête du gouvernement, les grandes lignes politiques fixées par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui est chef de l'Etat et ultime décideur sur les dossiers stratégiques.

Le président doit aussi tenir compte de la forte influence des grandes institutions comme les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du pouvoir.