Macron et Xi dans les Pyrénées pour une escapade «personnelle»

Le président chinois Xi Jinping est accueilli par le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte à son arrivée à l'aéroport de Tarbes (Photo, AFP).
Le président chinois Xi Jinping est accueilli par le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte à son arrivée à l'aéroport de Tarbes (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 20 mai 2024

Macron et Xi dans les Pyrénées pour une escapade «personnelle»

  • L'étape pyrénéenne pourrait, dans l'esprit de la délégation française, favoriser «un échange franc et amical»
  • Ce coin de montagne est «directement lié à l'histoire très personnelle» d'Emmanuel Macron, explique son entourage

TARBES: Après les ors de l'Elysée, la neige des cimes: Emmanuel Macron et Xi Jinping sont arrivés mardi dans les Pyrénées au second jour de la visite d'Etat du président chinois, pour une escapade "personnelle" censée permettre un dialogue plus direct sur la guerre en Ukraine ou les désaccords commerciaux.

"Nos montagnes françaises", "j'espère, continueront de nous inspirer", a lancé lundi, lyrique, le président français en accueillant son homologue chinois à Paris pour la première fois depuis 2019. Il a dit s'attendre, dans les Hautes-Pyrénées, à des "discussions fructueuses et amicales".

L'avion du chef de l'Etat et celui du président chinois ont atterri à Tarbes en fin de matinée, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les deux dirigeants sont attendus au col du Tourmalet, mythique ascension du Tour de France, où la météo est encore hivernale même si la saison est finie à la station de ski de La Mongie.

Une centaine de personnes sont venues apporter leur soutien au dirigeant chinois et des dizaines de drapeaux rouges aux cinq étoiles jaunes coloraient les abords de la route menant au col, dans la commune de Sainte-Marie-de-Campan.

"C'est vraiment étrange de voir ça ici", sourit Jean-Michel Garem, un villageois retraité.

Emmanuel Macron et Xi Jinping, accompagnés de leurs épouses, déjeuneront dans le restaurant d'altitude d'Eric Abadie, éleveur et ami du président français. Une sorte de réponse à la cérémonie du thé qu'ils avaient partagée l'an dernier à Canton dans la résidence officielle où le père du président chinois avait vécu quand il était gouverneur de la province du Guangdong.

Un cadre qui contraste avec celui du palais présidentiel où, entre un accueil en grande pompe et un banquet fastueux, ils n'ont pas cherché à dissimuler les différends sur le commerce entre l'Europe et la Chine.

Emmanuel Macron a appelé à un "cadre de concurrence loyale", se félicitant à l'issue des discussions d'avoir préservé le cognac français de la menace de taxes douanières chinoises "provisoires".

Conviée pour afficher un front continental uni, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a prévenu que l'Union européenne prendrait "des décisions fermes" pour "protéger son économie", dénonçant l'afflux de véhicules électriques chinois massivement subventionnés.

"Le soi-disant +problème de la surcapacité de la Chine+ n'existe pas", leur a répondu sèchement Xi Jinping.

Sur l'Ukraine, il s'est voulu plus consensuel, réaffirmant sa volonté d'œuvrer à une solution politique.

Et il a apporté son soutien à une "trêve olympique" à l'occasion des Jeux de Paris cet été, poussée également par Emmanuel Macron. Selon une source diplomatique française, cette trêve pourrait servir, s'agissant de l'Ukraine, à enclencher un processus plus politique après plus de deux ans de conflit.

Mais Paris, qui insiste depuis un an pour que Pékin fasse pression sur la Russie pour contribuer à mettre fin à la guerre, se veut "lucide" sur les chances limitées d'une percée rapide. D'autant que le président chinois reste le principal allié de son homologue russe Vladimir Poutine, qu'il doit recevoir prochainement.

Séduction 

L'étape pyrénéenne pourrait, dans l'esprit de la délégation française, favoriser "un échange franc et amical" sur ces sujets épineux. L'idée est de casser l'imposant protocole qui accompagne le moindre déplacement du numéro un chinois.

Ce coin de montagne est "directement lié à l'histoire très personnelle" d'Emmanuel Macron, explique son entourage. Celui qui fête mardi les 7 ans de sa première élection, a passé de nombreuses vacances entre le bourg de Bagnères-de-Bigorre et La Mongie avec ses grands-parents auxquels il était très attaché.

"La diplomatie d'Emmanuel Macron a toujours misé, de manière peut-être excessive, sur le pouvoir de séduction", analyse Bertrand Badie, spécialiste des relations internationales à Sciences Po. "Il y a toujours eu chez lui l'idée que ses relations personnelles pouvaient renverser les structures", ajoute-t-il.

Le cadre intimiste du Tourmalet participe de cette volonté.

"Mais c'est mal connaître Xi Jinping qui n'est pas vraiment un grand sentimental", prévient le chercheur.

Le candidat des socialistes aux élections européennes de juin Raphaël Glucksmann a dénoncé la "tonalité amicale" de cette visite officielle. "L'homme qui déporte les Ouïghours, qui réprime les Hongkongais et les Tibétains n'est pas notre ami", a-t-il déclaré sur RTL.

Son adversaire de droite François-Xavier Bellamy (Les Républicains) a également pointé sur LCI les "ingérences" de Pékin et sa "stratégie agressive pour mettre à terre notre économie". La tête de liste macroniste Valérie Hayer a néanmoins défendu la volonté du chef de l'Etat de parler à son homologue chinois, souhaitant sur France 2 "un dialogue direct et franc sur l'ensemble des sujets".

Le politiste Bertrand Badie acquiesce: avec la Chine de Xi Jinping, "il y a un vrai travail à faire" car personne, jusqu'ici, "n'a trouvé la clé des relations euro-chinoises".


JO-2024: les premiers athlètes débarquent jeudi au Village olympique

Cette photographie montre un panneau Paris 2024 sur le site du village olympique où seront logés les athlètes à Saint-Denis, en proche banlieue de Paris, le 2 juillet 2024. (Photo Emmanuel Dunand / AFP)
Cette photographie montre un panneau Paris 2024 sur le site du village olympique où seront logés les athlètes à Saint-Denis, en proche banlieue de Paris, le 2 juillet 2024. (Photo Emmanuel Dunand / AFP)
Short Url
  • Le Village olympique a officiellement ouvert ses portes aux athlètes jeudi matin: à huit jours du début des JO, les premières délégations sont attendues
  • Les 573 athlètes de la délégation française et les 51 remplaçants (624 au total) ne logeront pas tous dans le nord de la capitale: 25% d'entre eux seront sur les sites décentralisés ou à l'INSEP

PARIS: Le Village olympique a officiellement ouvert ses portes aux athlètes jeudi matin: à huit jours du début des JO, les premières délégations sont attendues, top départ d'une vague d'arrivées culminant à plus de 14.000 personnes au plus fort des Jeux.

Une ouverture de Village avec l'arrivée des athlètes est toujours un moment symbolique fort pendant les Jeux. "C'est un moment spécial, c'est là que le Village va vraiment prendre vie", explique à l'AFP le chef-adjoint de la délégation française, André-Pierre Goubert.

Depuis une semaine, le Village olympique a été investi par une partie des chefs de délégations et de leur encadrement chargés de préparer l'accueil de leurs équipes respectives.

"Il y a un peu de monde depuis une semaine, oui, mais c'est effectivement à partir de jeudi que le village va réellement se remplir", assure André-Pierre Goubert.

- "Les grosses nations vont arriver" -

Lors de la journée de jeudi, "plusieurs centaines de personnes, sans doute entre un et deux mille", athlètes et staff compris, devraient franchir les portes du village au nord de Paris, à cheval entre Saint-Denis, Saint-Ouen et l'île Saint-Denis, a indiqué à l'AFP une source au sein du comité d'organisation,

"Les grosses nations vont arriver le premier jour de l'ouverture (...) donc de mémoire l'Angleterre, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, le Brésil, la Suisse", a assuré André-Pierre Goubert.

Et à quelques heures de ce moment symbolique, les équipes du comité d'organisation se sont affairées pour que tout soit fin prêt. "Nous sommes prêts", a assuré jeudi matin sur France Info le directeur adjoint du Village Augustin Tran Van Chau.

Au pic, le Village, qui s'étend sur 52 hectares, va accueillir près de 14.500 personnes, dont 9.000 athlètes.

"Cela devrait être une vraie fourmilière", anticipe un cadre du mouvement olympique français. Car la population ne sera pas composée que de sportifs ou de leur staff.

"Nous aurons 4.000 employés dans le village: ceux de Paris 2024, ceux des entreprises avec lesquelles nous avons des contrats - et il y en a beaucoup bien sûr pour faire fonctionner le Village, principalement pour le ménage et la restauration - et nous avons aussi 1.500 volontaires qui travailleront ici dans le village, principalement pour accompagner les délégations au quotidien", détaille Laurent Michaud, le directeur du village.

Côté français, seule l'équipe de water-polo féminine va ouvrir le bal jeudi, soit au total "une trentaine de personnes avec leur staff", les premiers à découvrir le bâtiment réservé aux Bleus, assure André-Pierre Goubert.

Avantage du pays-hôte, la France a pu choisir son bâtiment, non loin du restaurant installé dans la Cité du cinéma, et proche de la polyclinique du village. Et depuis le début du mois de juin, les équipes du Comité olympique français (CNOSF) s'affairent à équiper au mieux les lieux.

- "J'ai vraiment hâte" -

Les 573 athlètes de la délégation française et les 51 remplaçants (624 au total) ne logeront pas tous dans le nord de la capitale: 25% d'entre eux seront sur les sites décentralisés ou à l'INSEP.

Ceux qui seront au Village bénéficieront d'une salle de fitness privative de 170 m2 - le village en offre une collective -  une salle de convivialité avec un écran TV de 5x3m, du snacking en plus du restaurant, de jeux de société et d'un baby-foot.

"Il y a aussi un roof-top... En terme d'aménagement, c'est le meilleur bâtiment France qu'on ait eu", assure André-Pierre Goubert. "On est à domicile, il n'y a pas de décalage horaire ni d'acclimatation nécessaire, donc les gens vont venir le plus près (possible) du jour de leur compétition", prévient-il.

"Franchement, j'ai vraiment hâte, a reconnu la judoka Amandine Buchard, je n'ai vu aucune photo, je ne sais même pas où le situer. Ça va être une vraie découverte."

L'équipe de France dispose de 485 lits et plus de 900 m2 d'espaces communs.

"On y dort très bien", assure André-Pierre Goubert. Et pour l'instant pas besoin de climatiseurs, "on a la géothermie inversée (garantissant 6 degrés de moins que l'extérieur, ndlr), et ça fonctionne très bien, j'ai même rajouté une couverture", assure-t-il.


Von der Leyen face aux eurodéputés pour décrocher un second mandat

Ursula von der Leyen, nouvellement nommée pour un second mandat à la présidence de la Commission européenne, s'adresse à la presse à l'issue du sommet du Conseil européen au siège de l'UE à Bruxelles, le 28 juin 2024. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Ursula von der Leyen, nouvellement nommée pour un second mandat à la présidence de la Commission européenne, s'adresse à la presse à l'issue du sommet du Conseil européen au siège de l'UE à Bruxelles, le 28 juin 2024. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Short Url
  • Les eurodéputés votent jeudi sur la reconduction comme présidente de la Commission européenne d'Ursula von der Leyen, qui tentera de s'assurer une majorité allant potentiellement des Verts au parti de Giorgia Meloni
  • L'issue du scrutin, qui aura lieu à bulletins secrets à partir de 13H00 (11H00 GMT), s'annonce serrée après la poussée de l'extrême droite aux élections de juin, même si la conservatrice allemande semble en bonne position

STRASBOURG: Les eurodéputés votent jeudi sur la reconduction comme présidente de la Commission européenne d'Ursula von der Leyen, qui tentera de s'assurer une majorité allant potentiellement des Verts au parti de Giorgia Meloni en présentant sa feuille de route pour les cinq ans à venir.

L'issue du scrutin, qui aura lieu à bulletins secrets à partir de 13H00 (11H00 GMT), s'annonce serrée après la poussée de l'extrême droite aux élections de juin, même si la conservatrice allemande semble en bonne position après d'intenses pourparlers avec les groupes politiques.

Les Vingt-Sept s'étaient entendus fin juin pour lui accorder un nouveau mandat de cinq ans à la tête de l'exécutif européen, où elle s'est imposée depuis 2019 à travers les crises, du Covid à la guerre en Ukraine, tout en élaborant des législations majeures: Pacte vert, règles numériques, pacte asile et migration...

Mme von der Leyen, 65 ans, doit désormais s'assurer le feu vert d'au moins 361 des 719 eurodéputés réunis en plénière à Strasbourg, où elle présentera, avant le vote, son projet politique de sorte à répondre aux attentes --parfois contradictoires-- des divers groupes.

Le Parti populaire européen (PPE, droite), dont la responsable allemande est issue, reste la première force du Parlement (188 élus). Les sociaux-démocrates (S&D) occupent 136 sièges et les libéraux (Renew) 77. La grande coalition réunissant ces trois partis serait ainsi suffisante.

Mais ces groupes attendent des défections dans leurs rangs: une partie du PPE (dont les Républicains français) n'avait pas soutenu son choix, les libéraux allemands ou irlandais ont affiché leurs réticences...

En cas d'échec, les Etats membres devront proposer dans un délai d'un mois un nouveau candidat --au risque d'une grave crise politique alors qu'aucune alternative n'est envisagée.

"On est conscient des risques, avec d'autres candidats qui nous correspondraient encore moins. Pour autant, on ne veut pas lui donner un blanc-seing, on veut qu'elle continue à agir en cohérence avec notre agenda: industrie de défense, numérique, investissements...", insiste l'élue française Marie-Pierre Vedrenne (Renew).

-"A quelques dizaines de voix"-

Lors d'auditions à huis clos, l'ex-ministre allemande s'est attachée à rassurer tous azimuts.

"Elle a répondu à beaucoup (de questions), parfois de manière vague. On vérifiera dans son discours" si elle reprend les éléments réclamés, "mais je ne pars pas du principe qu'on est là pour lui créer des difficultés", indique à l'AFP Elio Di Rupo, eurodéputé socialiste et ex-Premier ministre belge.

Autre incertitude: l'impact pour l'image de Mme von der Leyen du verdict de la justice de l'UE épinglant mercredi Bruxelles pour son manque de transparence dans les achats de vaccins anti-Covid négociés avec les laboratoires.

Pour parer aux défections dans la coalition centriste, Ursula von der Leyen lorgne le soutien des écologistes (53 sièges) --qui exigent en échange qu'elle s'engage à poursuivre les législations environnementales.

"Nous attendons sa promesse à refuser tout recul sur le Pacte vert, et des mesures sur les problèmes laissés en suspens: adaptation climatique, océans...", a souligné le codirigeant des Verts, le Néerlandais Bas Eickhout.

Mais Mme von der Leyen pourrait aussi compter sur une partie des 78 élus du groupe d'extrême droite ECR, associé à la dirigeante italienne Giorgia Meloni. Le Premier ministre tchèque Petr Fiala a appelé les élus ECR à la soutenir.

Toute ouverture assumée à ECR reste cependant une ligne rouge pour les libéraux, socialistes et Verts, qui appellent à construire "une majorité stable avec des partis pro-démocratie, pro-UE" sans l'extrême droite.

Ursula von der Leyen "pourrait s'assurer 30 à 40 voix des Verts, une vingtaine chez d'ECR, de quoi largement compenser les pertes dans les trois groupes (de la majorité centrale), c'est le scénario le plus probable", calcule un eurodéputé au fait des équilibres.

Avant de tempérer: "Evidemment, tout se jouera à quelques dizaines de voix". En 2019, l'ancienne ministre allemande avait été élue avec seulement 9 voix d'avance.

Alberto Alemanno, professeur à HEC Paris, met en garde contre la tentation pour la dirigeante allemande  de "se disperser trop en promettant quelque chose à tout le monde, sans satisfaire pleinement" chaque délégation.

"Un vote inédit de rejet manifesterait la nature démocratique du système parlementaire embryonnaire de l'UE, où le candidat à la tête de la Commission doit incarner une majorité capable de définir un ensemble clairement défini de politiques partagées", estime-t-il.


Présidence de l'Assemblée: le communiste André Chassaigne candidat du Nouveau Front populaire

André Chassaigne, député français nouvellement élu pour le Parti communiste (PC) de la coalition de gauche « Nouveau Front Populaire » (NFP), arrive pour une journée d'accueil à l'Assemblée nationale à Paris, le 9 juillet 2024.
André Chassaigne, député français nouvellement élu pour le Parti communiste (PC) de la coalition de gauche « Nouveau Front Populaire » (NFP), arrive pour une journée d'accueil à l'Assemblée nationale à Paris, le 9 juillet 2024.
Short Url
  • Âgé de 74 ans, André Chassaigne est l'un des piliers du Palais Bourbon où il siège depuis 2002 et préside le groupe communiste depuis 2012. Il s'y est notamment investi en faveur de la revalorisation des petites retraites agricoles.
  • Cyrielle Chatelain a estimé que la candidature d'André Chassaigne était la "plus à même de gagner" à gauche, après avoir retiré la sienne pour "ne pas faire durer une situation de blocage".

PARIS :Le communiste André Chassaigne a été choisi mercredi comme candidat unique du Nouveau Front populaire pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale, ont indiqué les groupes de la coalition de gauche à la veille du scrutin.

Après de longues tractations, le député du Puy-de-Dôme a bénéficié du désistement de la candidate écologiste Cyrielle Chatelain. Il affrontera notamment la présidente sortante macroniste Yaël Braun-Pivet et le centriste Charles de Courson, du groupe indépendant Liot.

Âgé de 74 ans, André Chassaigne est l'un des piliers du Palais Bourbon où il siège depuis 2002 et préside le groupe communiste depuis 2012. Il s'y est notamment investi en faveur de la revalorisation des petites retraites agricoles.

Devant la presse avec les autres chefs de groupe de gauche, le parlementaire a insisté sur la "légitimité collective" du Nouveau Front populaire pour "présider l'Assemblée" et la volonté de la gauche de "répondre aux difficultés du quotidien".

"Elu de la ruralité", il a également plaidé pour une "forme de pacification" dans une France "abîmée", alors que les députés de LFI ont souvent été critiqués pour leur attitude dans l'hémicycle.

Il a également affirmé à plusieurs reprises qu'il maintiendrait sa candidature jusqu'au bout du scrutin, qui peut durer jusqu'à trois tours, et qu'il ne se retirerait pas au profit d'un autre candidat.

Cyrielle Chatelain a estimé que la candidature d'André Chassaigne était la "plus à même de gagner" à gauche, après avoir retiré la sienne pour "ne pas faire durer une situation de blocage".

La cheffe des députés insoumis Mathilde Panot s'est "réjouie qu'une étape ait été franchie", estimant qu'il n'était "pas possible que Yaël Braun-Pivet redevienne présidente de cette Assemblée comme si rien ne s'était passé".

Le président du groupe PS, Boris Vallaud, a lui lancé un message aux autres forces politiques de l'Assemblée, les appelant à faire élire André Chassaigne plutôt qu'un candidat du camp présidentiel, au vu des résultats des législatives.

"Je sais qu'il y a au-delà de nous-mêmes dans cet hémicycle des gens qui ont bien compris qu'il y avait la volonté de faire obstacle à l'arrivée de l’extrême droite au pouvoir, mais aussi la disqualification de la politique du président de la République qui en réalité n’a pas les clés, et nous allons en faire la démonstration", a-t-il insisté.

Le Nouveau Front populaire - LFI, socialistes, écologistes et communistes - a eu besoin de plusieurs heures de réunions pour trancher. Et le choix s'est fait alors que les discussions sont complètement interrompues pour proposer un candidat au poste de Premier ministre.

Les Insoumis s'opposent à la personnalité avancée par le PS pour Matignon, la spécialiste du climat Laurence Tubiana, que LFI juge trop "Macron-compatible".

Mercredi, la patronne des écologistes Marine Tondelier s'est dite "en colère" et "écoeurée" par la guerre de leadership entre insoumis et socialistes pour proposer un nom pour Matignon, lançant un appel à la reprise immédiate des négociations.