Les problèmes de Boeing éclaboussent aussi le régulateur aérien FAA

Le régulateur américain de l'aviation civile (FAA), très critiqué après le crash de deux avions Boeing en 2019 et 2018, semble une nouvelle fois pris dans le tourbillon des problèmes de qualité qui gangrènent le constructeur américain (Photo, AFP).
Le régulateur américain de l'aviation civile (FAA), très critiqué après le crash de deux avions Boeing en 2019 et 2018, semble une nouvelle fois pris dans le tourbillon des problèmes de qualité qui gangrènent le constructeur américain (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 12 mai 2024

Les problèmes de Boeing éclaboussent aussi le régulateur aérien FAA

  • La FAA, qui a vu se succéder quatre patrons depuis août 2019, n'est pas parvenue à l'esquiver
  • L'avionneur cumule, depuis début 2023, des problèmes de production, liés à un contrôle qualité déficient

NEW YORK: Le régulateur américain de l'aviation civile (FAA), très critiqué après le crash de deux avions Boeing en 2019 et en 2018, semble de nouveau être entraîné dans le maelström des problèmes de qualité du constructeur américain.

Visé par moult enquêtes et audits aux Etats-Unis et à l'étranger, Boeing rappelle à l'envi qu'il travaille "en toute transparence et sous la supervision de la FAA".

L'avionneur cumule, depuis début 2023, des problèmes de production, liés à un contrôle qualité déficient, affectant son avion-vedette, le 737 MAX, et le 787 Dreamliner.

La perte en vol d'une porte-bouchon le 5 janvier sur un avion neuf d'Alaska Airlines a initié un jeu de dominos ayant déjà provoqué la chute de plusieurs responsables de Boeing --dont son patron Dave Calhoun, dont le départ est prévu fin 2024-- et la limitation de sa production de 737 MAX.

La FAA, qui a vu se succéder quatre patrons depuis août 2019, n'est pas parvenue à l'esquiver.

Le sénateur démocrate Richard Blumenthal, président d'une commission d'enquête sur la sécurité des Boeing, estime que "la FAA doit également rendre des comptes".

Après l'incident de janvier, le régulateur a dispatché des inspecteurs dans les usines et a donné 90 jours au constructeur pour élaborer un "plan d'action complet" visant à remédier aux nombreux problèmes de non-conformité identifiés.

Amélioration

"Je pense que la FAA fait du mieux qu'elle peut, qu'elle a grandement amélioré sa surveillance de Boeing depuis les deux accidents" du 737 MAX 8, qui ont fait 346 morts, souligne à l'AFP Jeff Guzzetti, consultant en sécurité aérienne ayant travaillé pour la FAA et l'agence d'enquête NTSB.

"Mais, effectivement, elle n'a pas repéré les problèmes de production de Boeing", constate-t-il, soulignant que depuis plusieurs décennies le dispositif de surveillance repose sur un "auto-contrôle" des fabricants.

En effet, faute de moyens financiers et humains suffisants, la FAA délègue à des employés des constructeurs --qu'elle a préalablement approuvés-- le soin de contrôler la conformité et la qualité des avions.

"Il y a conflit d'intérêts", estime Hassan Shahidi, président de la Fondation pour la sécurité du transport aérien. Le système "doit évoluer pour que la FAA ait une responsabilité plus directe de la supervision".

A l'instar de Jeff Guzzetti, il constate un accroissement de la surveillance mais estime que le régulateur doit envoyer "davantage" de ses propres inspecteurs et réduire encore la délégation d'autorité.

"Cela va prendre du temps, et nécessiter de la vigilance" d'ici là, poursuit M. Shahidi.

L'organisme est "sur la bonne voie" en termes de réorganisation, estime Richard Aboulafia, directeur du cabinet de conseil AeroDynamic Advisory. "Il n'y a rien qui ne puisse être corrigé avec une supervision et des ressources supplémentaires".

Financements «records»

Ces financements dépendent directement du Congrès. Hasard du calendrier, le Sénat a adopté jeudi la loi de financement pour cinq ans de la FAA, lui octroyant une enveloppe "record".

Ce texte "fournit à la FAA la stabilité dont elle a besoin pour accomplir sa mission première --faire progresser la sécurité aérienne", a déclaré jeudi la sénatrice démocrate Maria Cantwell, présidente de la Commission sur le Commerce et le Transport.

Selon elle, le régulateur doit incarner la "norme de référence en matière de sécurité" et cette loi, qui doit passer par la Chambre des représentants, va "booster" ses inspections dans les usines.

La pénurie de personnel qualifié, du mécanicien à l'ingénieur, a été aggravée par la pandémie et affecte toute la filière aérienne (chaîne d'approvisionnement, production, maintenance).

Et la FAA ne fait guère le poids face aux industriels, avec ses salaires et conditions bien moins alléchants.

"C'est un gros problème de recruter et de conserver les techniciens talentueux, même pour Boeing", souligne M. Guzzetti.

L'enquête sur les deux crashes a démontré que Boeing avait sciemment dissimulé à la FAA des problèmes de conception du logiciel MCAS, à l'origine des accidents, a rappelé mi-avril Joe Jacobsen, un lanceur d'alerte, devant la Commission de Richard Blumenthal.

M. Jacobsen, qui a travaillé 25 ans à la FAA après onze ans chez Boeing, a estimé que le régulateur était "trop captif" du constructeur.

Le régulateur est rattaché au ministère des Transports, dont l'inspecteur général (OIG) mène depuis juin 2022 un audit sur la supervision par la FAA de la production du 737 et du 787 --le rapport final est attendu cet été.

L'OIG avait conclu en 2021 que les "faiblesses" dans la certification et la délégation d'autorité avaient nui à la supervision du 737 MAX 8.


Les systèmes des marchés financiers saoudiens ont résisté à la panne technologique mondiale

Selon l'AMC, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet. (Fournie)
Selon l'AMC, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet. (Fournie)
Short Url
  • L'Autorité saoudienne du marché des capitaux a déclaré qu'elle s'était rapidement coordonnée avec les acteurs du marché pour atténuer les effets de l'interruption et veiller à ce que les opérations ne soient pas affectées.  
  • Selon la CMA, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet.

RIYADH : Les systèmes du marché des capitaux de l'Arabie saoudite ont bien résisté à la panne technique mondiale du 19 juillet, qui a perturbé les vols, les services de radiodiffusion et les services essentiels dans le monde entier. 

L'Autorité saoudienne du marché des capitaux a déclaré qu'elle s'était rapidement coordonnée avec les acteurs du marché pour atténuer les effets de l'interruption et veiller à ce que les opérations ne soient pas affectées.  

Selon la CMA, ses systèmes étaient pleinement opérationnels et prêts à soutenir les investisseurs pendant les séances de négociation du 21 juillet.

La panne, déclenchée par une mise à jour logicielle de la société de cybersécurité CrowdStrike, a provoqué des perturbations généralisées dans divers secteurs. 

En réponse, la CMA a demandé aux sociétés cotées sur le marché financier saoudien de divulguer tout développement significatif lié à l'incident. L'autorité de régulation du marché a souligné que ses équipes techniques surveillaient les systèmes 24 heures sur 24 afin d'assurer la stabilité et la continuité des activités. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Grâce à AlUla, les liens culturels entre l'Arabie saoudite et la Chine sortent renforcés

Cet événement souligne le rôle de premier plan joué par AlUla au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays, le long d'anciennes routes commerciales.  (Fournie)
Cet événement souligne le rôle de premier plan joué par AlUla au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays, le long d'anciennes routes commerciales. (Fournie)
Short Url
  • Ces événements ont souligné le rôle prépondérant d'Al-Ula au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie.
  • Ce partenariat vise à renforcer les connaissances et les ressources partagées, en mettant l'accent sur l'archéologie, la préservation du patrimoine culturel, les musées.

RIYADH : L'Arabie saoudite et la Chine ont approfondi leurs liens culturels grâce à la participation de la Commission royale pour AlUla à des forums mondiaux importants à Istanbul et à Luoyang.  

La CRU a participé au Dialogue de la Route de la Soie et au Forum international des anciennes capitales afin de renforcer la collaboration et de présenter AlUla comme le « plus grand musée vivant » du monde. 

Ces événements, qui se sont déroulés du 27 au 30 juin, ont souligné le rôle prépondérant d'Al-Ula au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays le long des anciennes routes commerciales.  

Les forums ont permis de développer les partenariats culturels entre la Chine et l'Arabie saoudite et d'organiser des visites officielles à AlUla. 

La stratégie de l'Arabie saoudite en matière de tourisme, axée sur le riche patrimoine d'Al-Ula, est devenue la pierre angulaire du renforcement des liens culturels et économiques avec la Chine, illustrant l'engagement du Royaume à tirer parti de ses atouts historiques pour favoriser les partenariats internationaux. 

Lors du Forum international des anciennes capitales, des réunions de haut niveau ont été organisées avec des responsables de Luoyang sur le tourisme, l'agriculture, la conservation et le développement urbain, ce qui a permis d'explorer de nouveaux domaines de coopération entre les deux nations. 

« La Commission royale pour Al-Ula continue de s'appuyer sur les fondements profondément ancrés du partenariat culturel qui existe entre la Chine, le Royaume et l'Arabie du Nord-Ouest », a déclaré un porte-parole de la Commission royale pour Al-Ula dans un communiqué. 

Le porte-parole a ajouté : « Le dialogue sur la route de la soie et le forum international des anciennes capitales ont représenté des occasions passionnantes de développer de nouvelles voies de collaboration, en mettant l'accent sur le développement de l'échange de connaissances et la promotion du tourisme, avec diverses initiatives fondées sur notre statut commun de destinations anciennes et de points de repère en développement rapide pour le patrimoine humain ». 

Le forum a été lancé pour favoriser le dialogue et la collaboration entre des villes à l'histoire millénaire. Il facilite également un accord signé plus tôt cette année entre AlUla et ses partenaires chinois de l'administration provinciale du patrimoine culturel du Henan.  

Ce partenariat vise à renforcer les connaissances et les ressources partagées, en mettant l'accent sur l'archéologie, la préservation du patrimoine culturel, les musées et la collaboration en matière de recherche, ainsi que sur le développement des talents, le tourisme et d'autres échanges culturels. 

Il comprend également la création d'un laboratoire archéologique axé sur la technologie, la réalisation d'activités de fouilles, la recherche et la promotion des liens entre les sites patrimoniaux d'AlUla et du Henan. 

L'accord prévoit également la mise en œuvre de programmes d'échange collaboratifs, la participation à des expositions et à des événements, et l'utilisation de technologies muséales telles que la réalité virtuelle et la réalité augmentée. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le diverstissement, un secteur de pointe en Arabie saoudite grâce à la Vision 2030

L'Autorité générale pour le divertissement a fait progresser le secteur en organisant une série d'événements dans tout le Royaume, notamment les célébrations de la “Saison du Riyad”. Autorité générale pour le divertissement
L'Autorité générale pour le divertissement a fait progresser le secteur en organisant une série d'événements dans tout le Royaume, notamment les célébrations de la “Saison du Riyad”. Autorité générale pour le divertissement
Short Url
  • Aujourd'hui, l'Arabie saoudite est à l'avant-garde des loisirs et du divertissement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, sous l'impulsion d'investissements ambitieux et d'initiatives stratégiques dans le cadre de la Vision 2030
  • Depuis l'ouverture de la première salle de cinéma dans le Royaume en 2018, le secteur n'a cessé d'évoluer, l'industrie générant environ 240 millions de dollars en 2023

RIYAD : Lorsque l'Arabie saoudite a lancé l'Autorité générale pour le divertissement en 2016, les personnes sceptiques doutaient de son résultat, car le Royaume n'en était qu'à ses premiers pas dans le secteur.

Aujourd'hui, l'Arabie saoudite est à l'avant-garde des loisirs et du divertissement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, sous l'impulsion d'investissements ambitieux et d'initiatives stratégiques dans le cadre de la Vision 2030.

Dans le cadre de ce programme, le Royaume vise à investir 64 milliards de dollars dans l'industrie d'ici la fin de la décennie, accompagnés de la création de plus de 100 000 emplois.

Des complexes de divertissement partout dans les grandes villes, au secteur cinématographique florissant, l'Arabie saoudite illustre comment des politiques réglementaires déterminées peuvent transformer une industrie naissante en un pilier de la croissance économique et du développement culturel. 

“Sous l'impulsion du lancement de Vision 2030, le domaine du divertissement en Arabie saoudite s'est rapidement développé”, a déclaré Devanshu Mathur, directeur général et associé du Boston Consulting Group. 

“Cette transformation a été initiée par la réouverture des cinémas à travers le Royaume en 2018, suivie par l'établissement de diverses offres de divertissement en 2019, telles que Saudi Seasons et Boulevard Riyadh City, et l'introduction d'événements annuels de musique en direct tels que MDL Beast”.

L'expansion de SEVEN

seven
Des centres de divertissement sur le thème de Play-Doh seront déployés dans tout le Royaume. Fichier/fourni

La création de Saudi Entertainment Ventures, également connue sous le nom de SEVEN, en 2017, a marqué une étape décisive dans le parcours de l'Arabie saoudite en matière de divertissement.

Soutenue par le Fonds d'investissement public du Royaume, la société est prête à investir 13,3 milliards de dollars avec des partenaires internationaux pour développer 21 destinations de divertissement complètes comprenant plus de 150 attractions dans 14 villes saoudiennes d'ici la fin de la décennie.

En 2023, SEVEN a acquis les 85 écrans de cinéma d'AMC Entertainment Holdings en Arabie saoudite, renforçant ainsi son engagement à améliorer le paysage cinématographique du Royaume.

“L'acquisition de la participation d'AMC en Arabie saoudite reflète la stratégie à long terme de SEVEN visant à offrir des expériences inégalées aux habitants et aux visiteurs du Royaume et à contribuer aux objectifs de la Vision 2030”, a déclaré Abdullah Al-Dawood, président de SEVEN, à l'époque.

La même année, la société a également signé un accord historique avec Hasbro Inc. pour introduire des centres de divertissement sur le thème de Play-Doh dans tout le pays, dans le but d'encourager la créativité chez les enfants tout en offrant des expériences familiales attrayantes.

Al-Dawood a ajouté : “Les enfants pourront apprendre tout en s'amusant dans nos centres Play-Doh situés dans SEPT destinations de divertissement”.

Les centres comprendront des espaces de jeu à plusieurs niveaux, des stations de créativité et des espaces de découverte sensorielle, ainsi qu'un café pour permettre aux parents de passer le temps.

“SEVEN est actuellement à un stade avancé de développement. Cette initiative se centre sur le développement d'expériences de divertissement innovantes dans plusieurs régions de l'Arabie saoudite, ciblant les résidents et les touristes nationaux”, a déclaré Mathur du Boston Consulting Group. 

En mai, la société Qiddiya Investment Co., détenue par PIF, a fusionné avec SEVEN dans le cadre de la stratégie plus large de l'Arabie saoudite visant à améliorer son écosystème de divertissement et à accélérer la construction du projet de plusieurs milliards de dollars. 

Commentant l'incorporation, Al-Dawood a déclaré à l'époque que cette mesure soutenait leurs efforts visant à promouvoir une culture du jeu et de la joie parmi tous les membres de la société, y compris les citoyens, les résidents et les visiteurs, contribuant ainsi de manière positive au bien-être de la société. 

Il a ajouté : “Cette démarche vise également à cultiver les connaissances, les compétences et la créativité des individus, dans le but de créer un nouveau concept d'amusement et d'améliorer la qualité de vie grâce au développement d'un système de divertissement nouveau et intégré”.

seven
Devanshu Mathur, directeur général et associé du Boston Consulting Group. Fourni

Évolution cinématographique

Depuis l'ouverture de la première salle de cinéma dans le Royaume en 2018, le secteur n'a cessé d'évoluer, l'industrie générant environ 240 millions de dollars en 2023. 

Mathur explique : “Le nombre d'écrans de cinéma en Arabie saoudite a bondi de zéro à plus de 600, reflétant une croissance substantielle des infrastructures. Le marché du cinéma a vu l'entrée de nombreux acteurs mondiaux et régionaux dans le Royaume”.

Il a ajouté : “Le marché du box-office en Arabie saoudite est le 15e au monde”.

En outre, en 2020, l'Arabie saoudite a été le seul marché cinématographique au monde à enregistrer des gains au box-office, en doublant avec succès le nombre de salles de cinéma malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19.

“L'expansion des cinémas s'étend au-delà des grandes villes pour inclure 22 villes à travers le Royaume. Ces développements soulignent les progrès rapides de l'Arabie saoudite dans l'établissement d'une industrie cinématographique robuste et prospère”, a ajouté Mathur.  

En février, MEFIC Capital a lancé le Fonds cinématographique saoudien avec une injection de capital de 100 millions de dollars, dont 40 pour cent proviennent du Fonds de développement culturel de l'Arabie saoudite. 

Cette initiative vise à élever les productions locales au niveau des normes internationales et constitue le premier investissement du Fonds culturel.

Opportunités mondiales

Selon une analyse du Boston Consulting Group, les entreprises étrangères qui cherchent à entrer dans le secteur du divertissement en Arabie saoudite ont de vastes possibilités en raison du stade naissant de l'industrie.

Le cabinet de conseil a mis en évidence des opportunités sur l'ensemble de la chaîne de valeur du marché du divertissement du Royaume, de la conception et du développement à l'exploitation. 

“Certaines entreprises ont importé leurs marques et concepts de divertissement existants sur le marché saoudien, en tirant parti de leur réputation et de leur expertise opérationnelle”, a déclaré Mathur.  

Parmi les exemples notables, citons les cinémas VOX et les centres de divertissement Magic Planet de Majid Al Futtaim, qui ont introduit avec succès leurs marques renommées dans le Royaume.

Il a ajouté : “Certaines entreprises et marques cherchent à s'associer à des sociétés de développement locales et à obtenir des licences pour leurs propriétés intellectuelles afin de tirer parti de leur popularité tout en élargissant leur marché. Un exemple serait ce que nous observons avec Dragon Ball à Qiddiya City ou Mattel avec SEVEN”.

Le Boston Consulting Group a noté que le secteur du divertissement en Arabie saoudite est prêt à connaître une croissance significative avec des projets majeurs tels que Qiddiya City, une vaste destination de divertissement, de sport et de culture près de Riyad. 

Cette destination comprendra des atouts tels que les parcs à thème Dragon Ball et Six Flags, le plus grand parc aquatique du Moyen-Orient et de nombreuses autres attractions de classe mondiale. 

“Ces sites devraient attirer des millions de visiteurs chaque année, y compris des résidents et des touristes nationaux et internationaux, faisant de l'Arabie saoudite un centre de divertissement mondial”, a conclu le Boston Consulting Group.

La transformation rapide de l'Arabie saoudite en un centre mondial du divertissement souligne son engagement en faveur de la diversification économique et de la croissance culturelle.

Avec des projets ambitieux tels que Qiddiya City et les développements étendus de SEVEN, le Royaume est prêt à attirer des millions de visiteurs, renforçant ainsi sa position de leader dans l'industrie du divertissement.

Cette vision stratégique améliore non seulement la qualité de vie de ses citoyens, mais positionne également l'Arabie saoudite comme une destination de choix pour les divertissements et les loisirs à l'échelle mondiale.