Il y a 30 ans, l’Irak envahissait le Koweït, déclenchant la “Tempête du Désert”

Le 2 aout 1990, Saddam Hussein envoyait ses troupes envahir le Koweït (Pascal Guyot/AFP)
Le 2 aout 1990, Saddam Hussein envoyait ses troupes envahir le Koweït (Pascal Guyot/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 02 août 2020

Il y a 30 ans, l’Irak envahissait le Koweït, déclenchant la “Tempête du Désert”

  • Douze résolutions onusiennes exigent le retrait immédiat et inconditionnel des forces irakiennes du Koweït, et les condamnations des grandes puissances sont unanimes, en vain
  • Le 16 janvier 1991, une coalition menée par les États-Unis frappe l’Irak, ciblant des sites militaires

KOWEÏT: Le 2 aout 1990, à 2h du matin, l’armée irakienne de Saddam Hussein entre par surprise dans le territoire koweitien. Elle déploie hélicoptères et forces navales qui attaquent la capitale Koweït city et contrôlent l’aéroport. Le palais Dasman, résidence de l’émir Jaber Al-Ahmad Al-Sabbah est occupé, mais le gouverneur a été évacué dès les premières heures de combat. Saddam Hussein qui considère le Koweït comme une région de l’Irak, y installe un gouvernement fantoche composé de dignitaires irakiens du parti Baas, dont le tristement célèbre « Ali le Chimique », son cousin Ali Hassan al-Majid al-Tikriti, accusé du gazage de Halabja. La famille royale part en exil. Un millier de civils koweitiens sont tués et le sort de plus de 600 restera inconnu. Douze résolutions onusiennes exigent le retrait immédiat et inconditionnel des forces irakiennes du Koweït, et les condamnations des grandes puissances sont unanimes, en vain. Les États-Unis lancent alors un ultimatum à l’Irak. Si ses troupes ne sont pas retirées avant le 15 janvier 1991, Saddam Hussein devra se préparer à une guerre. Le président irakien fait la sourde-oreille, et le 16 janvier une coalition réunie autour des États-Unis lance l’opération “Tempête du Désert”, et frappe l’Irak ciblant des sites militaires ainsi que la flotte de l’armée de l’air irakienne qui est entièrement détruite. A la fin de février 1991, près de sept mois d’occupation et de combats plus tard, Koweït est enfin libérée.

« Cela ne tiendra pas »

À l’occasion de la trentième commémoration de cet épisode tragique de l’histoire de l’émirat, l’ambassadrice des États-Unis au Koweït, Alina Romanowski, rappelait les propos de Georges H.W. Bush, président américain de cette époque, s’adressant au Congrès lors du vote de l’intervention militaire : « Cela ne tiendra pas, cette agression contre le Koweït ». L’ambassadrice a également rappelé les multiples résolutions du Conseil de sécurité des Nations-Unies en amont de cette intervention, notamment la résolution 678 de l’ultimatum de novembre 1990, soulignant l’unanimité de la communauté internationale autour du rejet des principes d’agression et d’occupation. Romanowski soulignait par ailleurs le renforcement des liens entre le Koweït et les États-Unis tant aux plans stratégique et commercial qu’éducatif et social, médical et sanitaire. L’ambassadrice a ajouté que son pays encourage le renforcement des relations du Koweït avec l’Irak, notamment à travers son soutien au gouvernement irakien.

« Bataille entre ciel et terre »

Sur un autre plan, le réalisateur Ali Hassan, cité par l’agence nationale Kuna, a annoncé la diffusion, le 2 aout, par la télévision koweïtienne, de son film « Bataille entre ciel et terre- la tempête et le bouclier » qui retrace les prouesses des chasseurs koweïtiens soutenus par les forces saoudiennes contre l’armée de l’air irakienne. Le film accueille plusieurs témoins éminents, parmi lesquels l’ancien secrétaire d’État américain Colin Powell, le commandant des forces spéciales américaines James Johnson, l’ancien commandant de l’US Air Force Chuck Horner et l’ancien secrétaire de la Ligue des États arabes Amr Moussa. Douze pilotes de chasse koweïtiens, ainsi que des officiers de haut rang témoignent également dans ce film tourné en deux ans entre le Koweït, l’Arabie saoudite, les États-Unis et l’Égypte et qui se veut un documentaire de référence sur cette guerre dont le peuple koweïtien garde encore les cicatrices.

Kuwait Movie


Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique

L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
Short Url
  • L'ex-Premier ministre et principal leader sunnite libanais Saad Hariri a annoncé lundi son retrait de la vie politique et a appelé son parti à ne pas présenter de candidats aux élections législatives prévues au printemps
  • Le quinqagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth

BEYROUTH: L'ex-Premier ministre et principal leader sunnite libanais Saad Hariri a annoncé lundi son retrait de la vie politique et a appelé son parti à ne pas présenter de candidats aux élections législatives prévues au printemps, après une série de revers financiers et politiques. 

Le quinqagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth. 


L’Arabie saoudite condamne les attaques par missiles menées par la milice houthie contre Abu Dhabi et Jazan

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Short Url
  • Le ministère saoudien des Affaires étrangères déclare aujourd’hui dans un communiqué que la milice sème la corruption au Yémen et tue des civils
  • De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice

DUBAÏ: Le ministre saoudien des Affaires étrangères a condamné les attaques «répétées» de la milice houthie contre des civils et des infrastructures vitales au sud du Royaume et à Abu Dhabi.

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis lancés contre le pays, mais qui n’ont cependant pas fait de victimes, rapporte l’agence de presse officielle WAM.

Un F-16 a détruit un lanceur de missiles balistiques dans la province d’Al-Jawf, au Yémen, immédiatement après l'attaque.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères déclare aujourd’hui dans un communiqué que la milice sème la corruption au Yémen et tue des civils.

Il souligne également la nécessité pour la communauté internationale d’agir immédiatement pour contrer les attaques répétées des Houthis.

Par ailleurs, le Royaume appelle le Conseil de sécurité des nations unies à mettre fin au comportement agressif de la milice.

En Arabie saoudite, deux habitants ont été légèrement blessés après que les Houthis ont tiré un missile balistique dimanche sur la zone industrielle d’Ahad al-Masarihah, à Jazan, peu de temps avant l’attaque contre Abu Dhabi.

Le royaume de Bahreïn a dénoncé ces attaques menées par les Houthis contre des civils.

De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice.

Le ministère turc des Affaires étrangères a, quant à lui, déclaré que les attaques contre les deux pays constituent une violation flagrante du droit international.

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a en outre indiqué que la poursuite des attaques des Houthis reflète le rejet par la milice de tous les efforts de paix au Yémen.

 

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Zubala, point de rencontre des caravanes commerciales et des pèlerins du Hajj

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)
Short Url
  • Le village de Zubala a été mentionné par plusieurs explorateurs occidentaux tels que Charles Huber, Alois Musil et Leachman, alors que de nombreux poètes en ont également fait l’éloge
  • L’Autorité du patrimoine continue de fouiller plusieurs sites majeurs du village, après la découverte de vestiges historiques

L’Histoire du village de Zubala date d’avant l’ère abbasside. Il a été largement mentionné dans les sources historiques comme point de rencontre pour les caravanes commerciales et les pèlerins. Zubala a également été décrit comme l’une des étapes les plus importantes sur le chemin du Hajj et le village a conservé son nom jusqu’à ce jour.

Situé à 25 kilomètres au sud du gouvernorat de Rafha, dans la région de la frontière nord, Zubala est riche en monuments antiques. Il abrite le puits le plus profond du chemin du Hajj, de forme carrée et d’une profondeur de 250 mètres. Le village de Zubala a été mentionné par plusieurs explorateurs occidentaux tels que Charles Huber, Alois Musil et Leachman. De nombreux poètes en ont également fait l’éloge.

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)

Le président du club littéraire de la région de la frontière nord, Majid al-Mutlaq, souligne que Zubala abrite de nombreux vestiges, notamment son puits carré sculpté de manière unique. On y trouve encore un palais historique et une cité résidentielle voisine. Zubala est également célèbre pour ses trois étangs: Al-Shahouf, Umm al-Assafir et Al-Shihiyat.

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)

Le chercheur en Histoire Matar ben Ayed al-Anzi indique que le village porte le nom de Zubala ben al-Harith.

Zubala a fait l’objet de plusieurs fouilles archéologiques depuis 2015. L’Autorité du patrimoine continue d’explorer plusieurs sites majeurs du village, selon une nouvelle méthodologie en conformité avec les objectifs du programme Darb Zubaida. Ce programme a été initié après la découverte de vestiges historiques au nord-ouest du village.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com