La canicule écrase le nord de la Chine, 40°C près de Pékin

Une femme s'évente en se reposant à l'ombre dans une allée pendant une vague de chaleur à Pékin le 23 juin 2023. La Chine a émis une alerte à la chaleur de niveau maximal pour les régions du nord du pays le 23 juin, alors que la capitale cuit sous des températures avoisinant les 40 degrés Celsius (104 Fahrenheit). (Photo de Greg Baker AFP)
Une femme s'évente en se reposant à l'ombre dans une allée pendant une vague de chaleur à Pékin le 23 juin 2023. La Chine a émis une alerte à la chaleur de niveau maximal pour les régions du nord du pays le 23 juin, alors que la capitale cuit sous des températures avoisinant les 40 degrés Celsius (104 Fahrenheit). (Photo de Greg Baker AFP)
Short Url
Publié le Mardi 11 juin 2024

La canicule écrase le nord de la Chine, 40°C près de Pékin

  • L'an dernier, Pékin avait battu un record absolu de chaleur en juin avec 41,1°C, sa plus chaude journée pour ce mois depuis le début des relevés météorologiques en 1961. La ville avait alors été placée en alerte rouge
  • La Chine n'est pas le seul pays touché par de fortes chaleurs. Le mois dernier en Inde, un record avait été battu avec 52,3°C relevés à New Delhi

PÉKIN, Chine : Une alerte pour forte chaleur est en vigueur mardi en Chine sur une large partie nord du pays, dont la capitale Pékin où les températures ont dépassé localement les 40°C.

Des températures élevées en Chine ne sont pas inhabituelles à l'approche de l'été, en particulier dans l'ouest aride et le sud du pays.

Dans le nord, les habitants de Pékin sont également coutumiers de la chaleur à cette période de l'année.

Mais le pays fait face ces derniers mois à des conditions météorologiques extrêmes et à des températures localement inhabituelles, exacerbées par le changement climatique selon des scientifiques.

A Pékin, une alerte orange pour forte chaleur a été émise jusqu'à jeudi. Il s'agit du deuxième niveau le plus élevé des services météorologiques chinois.

Selon les médias locaux, la plus haute température relevée mardi dans la capitale chinoise a été de 40,3°C, dans la grande banlieue ouest à 50 kilomètres du centre-ville.

L'an dernier, Pékin avait battu un record absolu de chaleur en juin avec 41,1°C, sa plus chaude journée pour ce mois depuis le début des relevés météorologiques en 1961. La ville avait alors été placée en alerte rouge.

Mardi après-midi, certains habitants se promenaient dans les rues avec un ventilateur de poche, tandis que d'autres privilégiaient ombrelles et masques faciaux pour se protéger des rayons du soleil.

En soirée, le temps a brusquement viré à l'orage. De puissantes rafales de vent accompagnées de pluie et de grêlons par endroits ont balayé la capitale chinoise.

- Canicule et fortes pluies -

La forte chaleur actuelle devrait persister jusqu'à vendredi dans le nord et l'est de la Chine, ont averti les services météorologiques.

La métropole portuaire de Tianjin (nord), proche de Pékin, ainsi que les provinces du Hebei (nord) et du Shandong (est) sont notamment concernées.

Dans ces provinces, une vingtaine de stations météo ont enregistré des records de températures pour un début juin, a rapporté la radio nationale CNR.

Au Shandong, une alerte rouge est d'ailleurs en vigueur pour des températures qui pourraient atteindre localement 42°C, ont averti les services météorologiques.

Dans le Hebei, limitrophe de Pékin, le mercure a atteint mardi après-midi 42,9°C.

A l'autre bout du pays, de fortes précipitations sont attendues dans le sud de la Chine, en particulier dans la région montagneuse du Guizhou et dans le Yunnan, frontalier de la Birmanie et du Laos.

Jusqu'à 70 millimètres de pluie y sont attendus.

La Chine n'est pas le seul pays touché par de fortes chaleurs. Le mois dernier en Inde, un record avait été battu avec 52,3°C relevés à New Delhi.

Le mois de mai 2024 a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon l'observatoire européen Copernicus.


Joe Biden annonce renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024 

Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale. (AFP)
Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale. (AFP)
Short Url
  • Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin
  • "Je pense qu'il est dans l'intérêt de mon parti et du pays que je me retire et que je me concentre uniquement sur l'exercice de mes fonctions de président jusqu'à la fin de mon mandat"

WASHINGTON: Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale.

"Je pense qu'il est dans l'intérêt de mon parti et du pays que je me retire et que je me concentre uniquement sur l'exercice de mes fonctions de président jusqu'à la fin de mon mandat", a déclaré le démocrate de 81 ans dans un communiqué, annonçant qu'il s'exprimerait à la nation dans la soirée.

 


Yémen: Guterres exprime sa préoccupation et appelle à la retenue après l'attaque israélienne

Short Url
  • M. Guterres a exhorté toutes les parties à « éviter les attaques qui pourraient mettre en danger les civils et endommager les infrastructures civiles »
  • Dans un communiqué, le secrétaire général a déclaré qu'il « demeure profondément préoccupé par le risque d'une nouvelle escalade dans la région et continue d'exhorter tout le monde à faire preuve de la plus grande retenue »

DUBAI : Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit profondément préoccupé par les frappes aériennes menées samedi par Israël dans le port de Hodeidah et ses environs, au Yémen.

M. Guterres a exhorté toutes les parties à « éviter les attaques qui pourraient mettre en danger les civils et endommager les infrastructures civiles ».

Dans un communiqué, le secrétaire général a déclaré qu'il « demeure profondément préoccupé par le risque d'une nouvelle escalade dans la région et continue d'exhorter tout le monde à faire preuve de la plus grande retenue ».

L'attaque israélienne sur Hodeidah, apparemment en représailles à l'attaque d'un drone houthi sur Tel Aviv au début de la semaine, a causé plusieurs morts et plus de 80 blessés.

Selon la chaîne de télévision Al-Masirah, dirigée par les Houthis, les avions israéliens ont frappé une centrale électrique et une installation de stockage de carburant


Le Premier ministre israélien à Washington pour un numéro d'équilibriste

Lors de sa visite, d'une durée encore incertaine, le Premier ministre israélien pourrait également rencontrer le président Joe Biden. (AFP)
Lors de sa visite, d'une durée encore incertaine, le Premier ministre israélien pourrait également rencontrer le président Joe Biden. (AFP)
Short Url
  • Avec le Qatar et l'Egypte, Washington tente également de relancer ces derniers jours les négociations pour un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas
  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se rend en début de semaine à Washington, où il doit prononcer mercredi un discours devant le Congrès

JERUSALEM: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se rend en début de semaine à Washington, où il doit prononcer mercredi un discours devant le Congrès et tenter de resserrer les liens entre Israël et les Etats-Unis, mis à mal par les hostilités à Gaza.

La visite intervient après plus de neuf mois d'une guerre entre Israël et les Palestiniens de Gaza qui ont crispé les relations entre l'Etat hébreu et les Etats-Unis, son premier allié et soutien indéfectible.

Washington s'est agacé ces derniers mois des conséquences de la riposte d'Israël à l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre sur son sol, insistant régulièrement sur la protection des civils à Gaza et l'entrée de l'aide humanitaire.

Avec le Qatar et l'Egypte, Washington tente également de relancer ces derniers jours les négociations pour un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

"Il est essentiel de s'assurer qu'on a un plan en place, ce sur quoi on travaille chaque jour, avec les partenaires arabes, avec Israël, (...) pour la gouvernance, la sécurité, l'aide humanitaire, la reconstruction" de Gaza, a expliqué vendredi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

"Et j'imagine que les discussions avec le Premier ministre (israélien) vont se concentrer autour de ça", a-t-il ajouté lors d'un forum sur la sécurité à Aspen, aux Etats-Unis.

Lors de sa visite, d'une durée encore incertaine, le Premier ministre israélien pourrait également rencontrer le président Joe Biden.

"L'atmosphère n'a jamais été aussi tendue (...) en particulier entre la Maison Blanche et le Premier ministre israélien", commente Steven Cook, spécialiste du Moyen-Orient au cercle de réflexion américain Council on Foreign Relations.

« Nous sommes avec Israël »

Ce n'est d'ailleurs pas à l'invitation de la Maison Blanche mais à celle des chefs parlementaires républicains et démocrates que M. Netanyahu se rend à Washington, où il doit s'exprimer devant les élus du Congrès le 24 juillet.

"Je suis ravi du privilège de représenter Israël devant les deux chambres du Congrès et de leur dire la vérité sur notre guerre juste contre ceux qui cherchent à nous tuer", avait-il déclaré début juin après avoir été convié.

Dans leur invitation, les quatre chefs de la Chambre des Représentants et du Sénat ont écrit: "Nous sommes avec l'Etat d'Israël dans sa lutte contre le terrorisme, notamment en ce moment où le Hamas retient toujours captifs des citoyens américains et israéliens et que ses chefs mettent en danger la stabilité régionale".

En pleine campagne présidentielle aux Etats-Unis, "les Républicains tentent de gagner des points à peu de frais auprès des électeurs en montrant qu'ils sont plus favorables à Israël que M. Biden", observe pour l'AFP Yossi Mekelberg, spécialiste des relations israélo-américaines et membre du cercle de réflexion londonien Chatham House.

Le déplacement intervient alors que la pression internationale s'accentue sur Israël, en raison du bilan humain de la guerre (plus de 38.900 morts dans la bande de Gaza, dont une majorité de civils, selon des chiffres du ministère de la Santé du Hamas pour Gaza), mais aussi sur la poursuite de la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée.

Vendredi, la Cour internationale de justice (CIJ), plus haute juridiction de l'ONU, a jugé "illicite" la présence continue d'Israël dans le Territoire palestinien occupé (Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est), estimant que celle-ci devait cesser "dans les plus brefs délais".

Le 20 mai, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) avait demandé des mandats d'arrêt, notamment contre M. Netanyahu, pour des crimes de guerre et crimes contre l'humanité présumés dans la bande de Gaza.

« Pas de voyage sans accord »

Sur le conflit à Gaza, Washington met l'accent sur l'après-guerre.

"Ce qui sera important lorsqu'on l'aura (un cessez-le-feu), ce sera de s'assurer qu'il y a un plan clair pour l'après", a encore déclaré M. Blinken vendredi.

"Ce dont on ne veut pas, c'est un accord suivi d'une sorte de vide", qui finira par être rempli "soit par un retour du Hamas, ce qui est inacceptable, soit par la prolongation par Israël de l'occupation ce qui (...) est inacceptable" aussi, a-t-il ajouté.

Le déplacement sera scruté en Israël, où les familles des otages toujours détenus à Gaza lui réclament un accord en vue de leur retour lors de manifestations quasi-quotidiennes.

"Pas de voyage (à Washington) sans accord préalable", ont encore crié des centaines de proches lors d'un rassemblement mercredi à Tel-Aviv.

"C’est une visite que Netanyahu voit avant tout comme un moyen de redorer son blason auprès des Israéliens, en se montrant comme le seul leader capable de s'adresser au Congrès américain", estime Michael Horowitz, expert en géopolitique pour la société de conseil en sécurité Le Beck.