Gaza : la «pause» israélienne n'a eu «aucun impact» sur l'aide humanitaire selon l’OMS

Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire alors qu'il traverse la bande de Gaza à Rafah, le dimanche 17 décembre 2023. (AP)
Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire alors qu'il traverse la bande de Gaza à Rafah, le dimanche 17 décembre 2023. (AP)
Short Url
Publié le Vendredi 21 juin 2024

Gaza : la «pause» israélienne n'a eu «aucun impact» sur l'aide humanitaire selon l’OMS

  • «Nous, les Nations unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique», a déclaré le docteur Richard Peeperkorn
  • L'entrée de l'aide humanitaire «a été minime», a renchéri Jens Laerke, le porte-parole de l'Office de coordination des situations d'urgence (OCHA)

GENÈVE  : La «pause» quotidienne annoncée par l'armée israélienne dans ses opérations dans le sud de la bande Gaza n'a eu «aucun impact» sur l'arrivée de l'aide humanitaire qui est restée «minime», a affirmé vendredi un responsable de l'OMS pour les territoires palestiniens occupés.

«Nous, les Nations unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique», a déclaré le docteur Richard Peeperkorn, lors du briefing régulier de l'ONU à Genève.

De son côté Médecins sans frontières prévient que «sans un réapprovisionnement significatif en fournitures médicales dans les prochains jours», l'ONG pourrait devoir «arrêter ou réduire considérablement» ses activités médicales à Gaza, selon un communiqué.

L'armée israélienne a annoncé dimanche une pause «de 08H00 à 19H00 (05H00 à 16H00 GMT) tous les jours et jusqu'à nouvel ordre», sur un tronçon routier d'une dizaine de kilomètres allant du point de passage israélien de Kerem Shalom, à l'extrémité sud de la bande de Gaza, jusqu'à l'Hôpital européen de Rafah, plus au nord.

L'entrée de l'aide humanitaire «a été minime», a renchéri Jens Laerke, le porte-parole de l'Office de coordination des situations d'urgence (OCHA).

La situation humanitaire et sanitaire est catastrophique dans l'ensemble de l'étroit territoire palestinien.

«Les Nations unies tentent d'opérer dans un environnement où il est impossible de travailler», a déclaré le Dr Thanos Gargavanis, chirurgien traumatologue et responsable des urgences à l'OMS.

Récupérer l'aide humanitaire à Kerem Shalom est dangereux.

Toutefois du carburant a pu rentrer en quantité limitée, a expliqué M. Laerke. Il est indispensable pour produire de l'électricité.

- Evacuations médicales -

La guerre à Gaza a éclaté le 7 octobre, quand des commandos du Hamas ont mené une attaque dans le sud d'Israël qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a promis de détruire le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, et ses bombardements incessants ainsi que les combats au sol ont fait jusqu'à présent 37.431 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

Selon l'OMS, il ne restait plus en date du 17 mai que 750 personnes dans la ville de Rafah et entre 60.000 et 75.000 personnes dans la zone d'Al-Mawasi, zone dans le sud de la bande de Gaza, où nombre de Palestiniens s'étaient réfugiés depuis le début de l'offensive israélienne sur Rafah.

«Nous avons des patients souffrant de brûlures graves, de fractures ouvertes, et nous n’avons même pas assez d’analgésiques pour soulager leurs souffrances», explique Guillemette Thomas, coordinatrice médicale de MSF dans les territoires palestiniens.

«Dans les hôpitaux Nasser et Al Aqsa, nos équipes ont dû réduire la fréquence des changements de pansements pour les patients gravement brûlés en raison du manque de compresses stériles, ce qui pourrait entraîner davantage d'infections des plaies», a-t-elle ajouté, décrivant aussi la multiplication des cas de gale, faute d'hygiène.

MSF opère avec 400 employés palestiniens locaux et entre 20 et 30 employés internationaux dans la bande de Gaza.

L'ONG et l'ONU réclament la réouverture du point de passage de Rafah pour l'aide humanitaire.

«Nous avons six camions, remplis de 37 tonnes de fournitures» médicales qui attendent depuis le 14 juin du côté égyptien du point de passage de Kerem Shalom, s'indigne Mme Thomas.

L'OMS réclame aussi des évacuations médicales. Une autre «alternative» pour les évacuations médicales serait le point de passage de Kerem Shalom, vers l'international ou bien, et ce serait «le plus logique», vers Jérusalem ou la Cisjordanie occupée, a expliqué le Dr Peeperkorn.

Selon l'OMS, seulement 17 des 36 hôpitaux à Gaza sont opérationnels, mais partiellement.

Environ 4.900 patients ont été évacués de Gaza pour des raisons médicales, liées à la guerre ou pour des maladies chroniques, depuis le 7 octobre, et l'OMS estime actuellement qu'il faut en sortir au moins 10.000 autres.

Mais aucun patient n'a pu être évacué depuis la fermeture du point de passage de Rafah le 7 mai, indique l'OMS.


Des diplomates au Liban évaluent l'ampleur des dégâts dans le sud du pays

De la fumée s'échappe d'un site visé par des tirs israéliens dans le village frontalier de Tayr Harfa, au sud du Liban, le 24 juillet 2024. (AFP)
De la fumée s'échappe d'un site visé par des tirs israéliens dans le village frontalier de Tayr Harfa, au sud du Liban, le 24 juillet 2024. (AFP)
Une roquette tirée depuis le sud du Liban est interceptée par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus de la région de la Haute Galilée, dans le nord d'Israël, le 23 juillet 2024. (AFP)
Une roquette tirée depuis le sud du Liban est interceptée par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus de la région de la Haute Galilée, dans le nord d'Israël, le 23 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • La commission des affaires étrangères a rencontré les ambassadeurs de l'UE, de la Suisse, de la Norvège, de la Grande-Bretagne et du Canada pour leur présenter les résultats des attaques israéliennes en cours sur le Sud-Liban.
  • Le Hezbollah a publié une nouvelle vidéo enregistrée par le drone Hudhud en Israël, montrant des images de l'intérieur de la base aérienne de Ramat David.

BEYROUTH : Le chef de la commission des affaires étrangères du Parlement libanais, le député Fadi Alama, a révélé que "le nombre d'attaques contre le Sud-Liban a dépassé 5 736 jusqu'au 15 juillet, faisant 538 martyrs et 1 850 blessés".

La commission des affaires étrangères a rencontré mercredi plusieurs ambassadeurs de l'Union européenne, de Suisse, de Norvège, de Grande-Bretagne et du Canada pour leur présenter les résultats des attaques israéliennes en cours contre le Sud-Liban, dans le cadre des préparatifs pour "le travail du gouvernement dans la phase postérieure au cessez-le-feu".

Le député Alama a déclaré que "les représentants des missions diplomatiques et des organisations internationales ont été surpris lorsque nous avons parlé de 1 800 hectares brûlés intentionnellement par l'ennemi israélien. Ils ont également été surpris par le nombre d'écoles qui ont été ciblées et le nombre d'étudiants qui n'ont pas pu terminer leurs études et qui ont déménagé dans d'autres endroits. En outre, elles ont été informées des 28 000 nouvelles familles qui ont été déplacées des zones ciblées chaque jour".

Le parlementaire a déclaré qu'il était urgent que le gouvernement élabore un plan et une feuille de route dans les plus brefs délais.

Le député Wael Abu Faour, membre de la commission parlementaire des affaires étrangères, a déclaré que "les pertes humaines, sanitaires, urbaines, agricoles et environnementales résultant des attaques israéliennes sont devenues énormes. Les premières estimations des institutions libanaises font état d'un coût d'environ deux milliards de dollars à ce jour, en plus d'autres dommages et pertes".

M. Abu Faour a ajouté : "Il s'agit d'un nouveau défi pour le Liban : "Il s'agit d'un nouveau défi pour l'État libanais qui doit être relevé dans le cadre des relations arabes et internationales du Liban. L'État est en faillite et incapable d'assumer de telles responsabilités, mais en même temps, il ne peut pas abandonner ses responsabilités envers ses citoyens, quelles que soient les considérations politiques locales controversées concernant la faisabilité de la guerre ou ses justifications parmi certaines parties."

Les hostilités entre le Hezbollah et l'armée israélienne se sont poursuivies mercredi. Selon les médias israéliens, "43 colonies ont été évacuées dans le nord, (et) plus de 1 500 bâtiments, voitures et infrastructures ont été endommagés dans le nord. En outre, six zones industrielles ont été touchées et des centaines d'entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes en raison des frappes du Hezbollah".

Israël a pris pour cible les villes de Kafr Shuba, Tayr Harfa et Hula mercredi avec des frappes aériennes et des tirs d'artillerie. Un raid a également visé une maison dans la ville de Kfar Hammam, entraînant sa destruction. Ce petit village est situé dans le district de Hasbaya, à l'est du gouvernorat de Nabatieh.

Le Hezbollah a publié une nouvelle vidéo enregistrée par le drone Hudhud en Israël, montrant des images de l'intérieur de la base aérienne de Ramat David, située à environ 50 km de la frontière libanaise.

Selon le Hezbollah, "les images ont été filmées mardi à l'aide d'un drone".

La nouvelle vidéo de huit minutes publiée par le Hezbollah montre plusieurs zones sensibles de la base, notamment des réservoirs de carburant pour avions, le quartier général de l'escadron 109, une plateforme de défense antimissile Iron Dome et des dépôts de munitions. Il révèle également l'emplacement des quartiers généraux de l'escadron 157 et de l'escadron 105. Le Hezbollah a inclus une image du bureau du commandant de la base, révélant des détails complexes de l'installation.

Ce n'est pas la première fois que le Hezbollah utilise de telles tactiques. Auparavant, le groupe avait diffusé des images aériennes d'installations critiques capturées par des drones similaires à Haïfa et sur le plateau du Golan.

Les médias israéliens ont réagi vivement, l'un d'entre eux déclarant : "Plus de huit minutes de vidéo du Hezbollah exposant notre vulnérabilité, c'est une honte".

L'armée israélienne a toutefois minimisé l'incident, affirmant que les images avaient été capturées par un drone conçu uniquement pour la photographie et qu'elles n'avaient pas affecté les opérations de la base.

Une source du Hezbollah a établi un lien entre la diffusion de la vidéo et la visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington.

Dans ce contexte, l'armée israélienne a annoncé mercredi que sa "brigade de réserve a terminé un exercice simulant des scénarios de guerre au Liban".

Le ministre israélien de la sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a exprimé son soutien à une guerre globale contre le Hezbollah, déclarant : "Le plus tôt sera le mieux : "Le plus tôt sera le mieux".

Toutefois, l'ambassadrice d'Israël en Russie, Simona Halperin, a maintenu que si Tel-Aviv était prêt à une confrontation militaire avec le Liban, il préférait toujours une solution diplomatique.

Elle a souligné qu'Israël n'était pas intéressé par une guerre à grande échelle. "Nous ne pouvons pas écarter un scénario dans lequel Israël pourrait être contraint de s'engager dans une guerre de grande envergure sur le front nord", a-t-elle ajouté.

Parallèlement à la rhétorique guerrière d'Israël, l'ambassade du Canada au Liban a émis un nouvel avis à l'intention de ses citoyens.

Elle a appelé "les Canadiens, les résidents permanents, leurs conjoints et les enfants à leur charge à tenir compte des conseils aux voyageurs et à quitter le pays tant que des vols commerciaux sont disponibles".

L'ambassade a souligné qu'elle s'efforçait d'aider les personnes à obtenir les documents de voyage nécessaires et à garder les familles unies pendant ce processus.

Cette escalade survient alors que des milliers d'expatriés libanais ayant la double nationalité canadienne, américaine et européenne sont arrivés au Liban pour les vacances d'été.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: report de l'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne pour les pourparlers de trêve

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Short Url
  • Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.
  • La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes.

DOHA : L'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne dans le cadre des efforts destinés à relancer les négociations pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza associé à une libération des otages a été reportée, a indiqué mercredi une source proche des discussions.

Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.

Le Qatar, avec l'Egypte et les Etats-Unis, mène depuis des mois des efforts discrets pour négocier une trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas, associée à un échange d'otages retenus dans la bande de Gaza et de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

De récentes discussions ont porté sur un cadre présenté fin mai par le président américain Joe Biden, qui avait indiqué qu'il s'agissait d'une proposition israélienne.

La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes, avait indiqué lundi la même source, citant notamment le contrôle du retour dans le nord de la bande de Gaza des civils déplacés.

Arrivé lundi à Washington, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, prononce mercredi un discours devant le Congrès américain.

Il doit s'entretenir jeudi avec Joe Biden au moment où les relations entre Israël et le gouvernement américain sont relativement tendues, les Etats-Unis faisant pression pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, dévastée par plus de neuf mois de guerre.

Le Premier ministre du Qatar a eu un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon un communiqué officiel publié mercredi à Doha.

Ils ont discuté des "derniers développements à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, ainsi que des efforts de médiation conjoints pour mettre fin à la guerre dans la région", selon le texte.


Un protocole d'accord pour stimuler la création d'emplois et la formation dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration en Arabie saoudite

Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Short Url
  • Le protocole d'accord porte sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique d'Al-Balad à Djeddah.
  • La collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

RIYADH : Le ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co, une filiale du Fonds d'investissement public, ont signé mercredi un protocole d'accord pour collaborer à la valorisation du capital humain national dans le secteur du tourisme.

Le protocole d'accord se concentre sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique de Jeddah, Al-Balad, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Cette collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

L'accord, signé par Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co. Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co., et Hind Al-Zahid, sous-secrétaire par intérim au développement des ressources humaines dans le secteur du tourisme, en présence du ministre du tourisme, Ahmed Al-Khateeb, stipule un effort de collaboration visant à exploiter les ressources et l'expertise partagées.

Le partenariat vise à renforcer les capacités des ressortissants saoudiens par le biais d'une formation complète, d'un enseignement et d'opportunités d'emploi.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du Royaume en matière de tourisme, qui vise à attirer 150 millions de visiteurs par an d'ici à 2030 et à créer 1,6 million d'emplois liés au tourisme.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com