Attaques en Russie: fin des affrontements armés, 19 personnes tuées

Cette capture d'écran tirée d'une vidéo publiée le 23 juin 2024 par l'agence de presse officielle russe RIA Novosti montre une zone bouclée par la police à la suite d'attaques meurtrières contre des églises et une synagogue dans la région russe de Daghesta, dans le Caucase du Nord (Photo, AFP).
Cette capture d'écran tirée d'une vidéo publiée le 23 juin 2024 par l'agence de presse officielle russe RIA Novosti montre une zone bouclée par la police à la suite d'attaques meurtrières contre des églises et une synagogue dans la région russe de Daghesta, dans le Caucase du Nord (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 24 juin 2024

Attaques en Russie: fin des affrontements armés, 19 personnes tuées

  • Région russe à majorité musulmane voisine de la Tchétchénie, le Daguestan a été le théâtre dans les années 2000 d'affrontements armés à répétition
  • En octobre, des émeutes hostiles à Israël avaient éclaté dans l'aéroport de Makhatchkala

MOSCOU: La Russie a annoncé lundi la fin des affrontements armés au Daguestan, dans le Caucase, où des attaques la veille au soir contre des églises orthodoxes et au moins une synagogue ont fait 19 morts, dont 15 policiers et quatre civils.

L'opération "antiterroriste" menée  dans la région s'est terminée lundi matin et cinq assaillants ont été "liquidés", a annoncé le Comité antiterroriste russe. "Leur identité a été établie".

Il n'était toutefois pas clair dans l'immédiat si d'autres assaillants avaient pu s'échapper. Aucun élément sur leurs motivations ou leur identité n'a filtré et le Kremlin n'a pas encore réagi.

Cette série d'attaques qualifiées de "terroristes" par les autorités russes intervient trois mois après l'attentat revendiqué par l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) commis au Crocus City Hall, une salle de concert de la banlieue de Moscou, et qui avait fait plus de 140 morts, ravivant la menace du terrorisme islamiste dans le pays.

Les attaques de dimanche, qui n'ont pas été revendiquées dans l'immédiat, ont eu lieu à Makhatchkala, capitale du Daguestan, et dans la ville côtière de Derbent.

Région russe à majorité musulmane voisine de la Tchétchénie, le Daguestan a été le théâtre dans les années 2000 d'affrontements armés à répétition avec des jihadistes, comme une grande partie du Caucase. Cette insurrection islamiste a été matée par les forces russes après de longues années de combat, et la Russie n'avait plus l'habitude de ce type d'attentats.

Les attaques ont visé dimanche "deux églises orthodoxes, une synagogue et un check-point de la police", d'après le Comité d'enquête russe, qui a ouvert une enquête pour "actes terroristes".

"Quinze agents des forces de l'ordre ont été tués, ainsi que quatre civils, dont un prêtre orthodoxe", ont annoncé les enquêteurs, revoyant le bilan précédent à la hausse.

Le grand rabbin de Russie, Berl Lazar, a dénoncé un "crime ignoble", guidé par la volonté de "tuer le plus grand nombre possible d'innocents".

«La guerre arrive»

Lundi, le dirigeant du Daguestan, Sergueï Melikov, s'est rendu dans la synagogue de Derbent, prise pour cible par les attaquants. Sur une vidéo publiée par ses services sur les réseaux sociaux, on le voit déambuler à l'intérieur de l'édifice, des traces de sang étant encore visibles au sol.

Des représentants juifs, dont le Congrès juif russe, ont affirmé qu'une deuxième synagogue avait aussi été incendiée lors des attaques.

"Nous savons qui est derrière ces attaques terroristes et quel objectif ils poursuivent", a dit Melikov assuré sur Telegram, sans plus de précisions.

"La guerre arrive dans nos maisons aussi. Nous le sentions, mais aujourd'hui nous l'affrontons", a-t-il ajouté, semblant vouloir établir un lien avec l'Ukraine.

Les autorités russes, sans jamais avancer de preuves, ont déjà accusé Kiev d'avoir joué un rôle dans l'attaque sanglante, revendiqué par l'EI, du Crocus City Hall.

Des individus armés ont également ouvert dimanche le feu contre un véhicule transportant des policiers, blessant l'un d'eux, à Sergokala, village situé entre Makhatchkala et Derbent, selon le ministère de l'Intérieur local.

Les autorités n'ont pas précisé si ces individus étaient les mêmes que ceux qui ont mené des attaques à Makhatchkala et Derbent ou non.

Trois jours de deuil 

Les autorités locales du Daguestan ont décrété trois jours de deuil, de lundi à mercredi.

En octobre, des émeutes hostiles à Israël avaient éclaté dans l'aéroport de Makhatchkala.

Une foule d'hommes avait envahi son tarmac, en pleines tensions à travers le monde liées au conflit entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, au moment de l'atterrissage d'un avion en provenance d'Israël.

La Russie a été visée à de multiples reprises par des attentats et attaques jihadistes, à l'image de l'attentat au Crocus City Hall et de la rébellion islamiste des années 2000 dans le Caucase, mouvement né du premier conflit contre la Tchétchénie séparatiste en 1994-1996.

Le week-end dernier, plusieurs membres de l'EI ont été tués après avoir pris en otage deux agents pénitentiaires dans une prison.

L'organisation jihadiste a aussi menacé Moscou du fait de son soutien au régime syrien de Bachar al-Assad.


Un pont s'effondre en Chine après des pluies torrentielles: 12 morts et 31 disparus

La télévision nationale a diffusé des images du pont partiellement effondré. (AFP).
La télévision nationale a diffusé des images du pont partiellement effondré. (AFP).
Short Url
  • Depuis mardi, de larges pans du nord et du centre du pays sont touchés par des pluies torrentielles, qui ont provoqué des inondations et d'importants dégâts matériels
  • Le pont autoroutier, qui surplombe une rivière, s'est effondré vendredi soir vers 20H40 (12H40 GMT) "en raison d'une averse brutale et de crues soudaines" à Shangluo dans la province du Shaanxi, a indiqué samedi l'agence Chine nouvelle

PEKIN: L'effondrement partiel d'un pont après des pluies diluviennes dans le nord de la Chine a fait au moins 12 morts et les secours sont mobilisés samedi pour tenter de retrouver une trentaine de personnes.

Depuis mardi, de larges pans du nord et du centre du pays sont touchés par des pluies torrentielles, qui ont provoqué des inondations et d'importants dégâts matériels.

Le pont autoroutier, qui surplombe une rivière, s'est effondré vendredi soir vers 20H40 (12H40 GMT) "en raison d'une averse brutale et de crues soudaines" à Shangluo dans la province du Shaanxi, a indiqué samedi l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Le bilan s'est alourdi dans l'après-midi à 12 morts et 31 disparus, selon Chine nouvelle.

Le précédent était de 11 morts, tandis que la télévision d'Etat CCTV avait fait état de "plus de 30 disparus".

Shangluo se situe à environ 900 kilomètres au sud-ouest de Pékin, à vol d'oiseau.

La télévision nationale a diffusé des images du pont partiellement effondré.

Une section à trois voies se trouve désormais dans les eaux d'une rivière, tandis que la structure semble avoir résisté dans l'autre sens de circulation. Un fort courant est visible.

D'après les premiers éléments d'enquête, 17 voitures et 8 camions sont tombés dans la rivière, a indiqué Chine nouvelle, ce qui fait craindre un bilan plus lourd dans les prochaines heures.

« Automobilistes hurlant »

En circulant, "j'ai remarqué que quelque chose n'était pas normal devant moi" sur le pont, a raconté un témoin à un média local. "Des automobilistes hurlaient pour que je freine et que j'arrête la voiture".

"Un camion devant ne s'est pas arrêté et est tombé" dans le vide, a ajouté ce témoin, M. Meng.

En mai déjà, l'effondrement d'une autoroute après de fortes pluies dans le sud de la Chine avait fait 48 morts.

Le président chinois Xi Jinping a appelé à concentrer "tous les efforts" sur les opérations de secours, "la priorité" du moment, selon des propos rapportés par CCTV.

La Chine souffre de conditions climatiques extrêmes cet été, avec localement des records de températures notamment dans le nord du pays, tandis que le sud est victime de pluies et d'inondations.

Le changement climatique, lié selon des scientifiques aux émissions de gaz à effet de serre, rend ce genre de phénomènes météorologiques extrêmes plus fréquents et plus intenses.

A l'autre bout du pays, un violent orage a entraîné samedi une brusque montée des eaux à Ya'an, une localité de la province montagneuse du Sichuan (sud-ouest). Plus de 30 personnes y sont également portées disparues, selon CCTV citant les autorités locales qui évoquent des communications et des axes routiers coupés.

Au Shaanxi, où le pont s'est effondré vendredi, les fortes pluies de ces derniers jours ont par ailleurs fait 5 morts et 8 disparus à Baoji, où vivent environ 3,2 millions d'habitants, selon un bilan diffusé vendredi par Chine nouvelle.

La télévision d'Etat a montré des images de quartiers totalement inondés par des eaux boueuses, où pelleteuses et habitants s'activaient pour déblayer les dégâts.

La province voisine semi-désertique du Gansu (nord-ouest) ainsi que celle du Henan (centre) ont également été touchées par de fortes pluies ces derniers jours. A Nanyang, il est tombé en début de semaine l'équivalent d'un an de pluie, selon CCTV.


Les compagnies aériennes reprennent leurs services après une panne informatique mondiale qui a fait des ravages

Les entreprises et les compagnies aériennes du monde entier continuent d'être affectées par une panne technologique mondiale attribuée à une mise à jour logicielle administrée par CrowdStrike, une société de cybersécurité dont les logiciels sont utilisés par diverses industries dans le monde entier. (AFP)
Les entreprises et les compagnies aériennes du monde entier continuent d'être affectées par une panne technologique mondiale attribuée à une mise à jour logicielle administrée par CrowdStrike, une société de cybersécurité dont les logiciels sont utilisés par diverses industries dans le monde entier. (AFP)
Short Url
  • L'aéroport international du roi Khalid de Riyad a mis en ligne une vidéo montrant le bon déroulement des opérations aéroportuaires peu après la réparation de la panne informatique
  • L'aéroport de Dubaï a déclaré que les opérations étaient revenues à la normale après que la panne a affecté le processus d'enregistrement pour certaines compagnies aériennes

PARIS : Les compagnies aériennes revenaient progressivement en ligne samedi après que les transporteurs, les banques et les institutions financières du monde entier aient été plongés dans la tourmente par l'une des plus grandes pannes informatiques de ces dernières années, causée par une mise à jour d'un programme antivirus.
L'aéroport international du roi Khalid de Riyad a mis en ligne une vidéo montrant le bon déroulement des opérations aéroportuaires peu après la réparation de la panne informatique.

La companie Dubai Airports a déclaré dans un communiqué que les opérations étaient revenues à la normale après que la panne ait affecté le processus d'enregistrement de certaines compagnies aériennes dans les terminaux 1 et 2.

“Les compagnies aériennes concernées sont rapidement passées à un système alternatif, ce qui a permis de reprendre rapidement les opérations d'enregistrement normales”, indique le communiqué.

De même, l'aéroport international du Koweït a signalé la reprise des opérations de vol et des systèmes techniques de toutes les compagnies aériennes. “La réponse rapide et l'activation du plan d'urgence, approuvé par l'aviation civile, ont permis d'atténuer l'impact négatif de cette panne”, précise le communiqué.

Des foules de passagers ont rempli les aéroports vendredi en attendant des nouvelles, alors que des douzaines de vols ont été annulés et les opérateurs se sont efforcés de maintenir les services sur la bonne voie, après qu'une mise à jour d'un programme fonctionnant sous Microsoft Windows a endommagé les systèmes dans le monde entier.

De nombreuses compagnies aériennes américaines et des aéroports asiatiques ont indiqué qu'ils reprenaient leurs activités. Les services d'enregistrement ont été rétablis à Hong Kong, en Corée du Sud et en Thaïlande, et la situation est revenue à la normale en Inde, en Indonésie et à l'aéroport Changi de Singapour à partir de samedi après-midi.

“Les systèmes d'enregistrement sont revenus à la normale (dans les cinq principaux aéroports de Thaïlande). Il n'y a pas de longues files d'attente dans les aéroports comme nous l'avons connu hier”, a déclaré le président de la companie Airports of Thailand, Keerati Kitmanawat, à des journalistes à l'aéroport Don Mueang de Bangkok.

Microsoft a déclaré que le problème a commencé à 1900 GMT jeudi, affectant les utilisateurs de Windows utilisant le logiciel de cybersécurité CrowdStrike Falcon.

CrowdStrike a déclaré avoir mis en place un correctif pour le problème et le chef de la société, George Kurtz, a déclaré à la chaîne d'information américaine CNBC qu'il souhaitait “s'excuser personnellement auprès de toutes les organisations, de tous les groupes et de toutes les personnes qui ont été affectées”.

Il a également indiqué que le retour à la normale pourrait prendre quelques jours.
L'équipe du président américain Joe Biden s'est entretenue avec CrowdStrike et les personnes affectées par le problème “et se tient prête à fournir toute assistance si nécessaire”, a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

“Selon nos informations, les vols ont repris dans tout le pays, même si certains encombrements subsistent”, a déclaré un haut fonctionnaire de l'administration américaine.

Des rapports en provenance des Pays-Bas et de Grande-Bretagne suggèrent que les services de santé pourraient avoir été affectés par la perturbation, ce qui signifie que l'impact total n'est peut-être pas encore connu.

Les entreprises de médias ont également été affectées, la chaîne britannique Sky News indiquant que le problème avait mis fin à ses émissions d'information du vendredi matin, et la chaîne australienne ABC signalant elle aussi des difficultés majeures.

Samedi, les services australiens étaient pour la plupart revenus à la normale, mais l'aéroport de Sydney signalait encore des retards de vols.

Les autorités australiennes ont mis en garde contre une augmentation des tentatives d'escroquerie et d'hameçonnage à la suite de la panne, notamment par des personnes proposant d'aider à redémarrer les ordinateurs et demandant des informations personnelles ou des détails de carte de crédit.

Des banques au Kenya et en Ukraine ont signalé des problèmes avec leurs services numériques, tandis que certains opérateurs de téléphonie mobile ont été perturbés et que les services à la clientèle d'un certain nombre d'entreprises ont été interrompus.

“L'ampleur de cette panne est sans précédent et entrera sans aucun doute dans l'histoire”, a déclaré Junade Ali, de l’ Institut d'ingénierie et de technologie (Institution of Engineering and Technology) de Grande-Bretagne, ajoutant que le dernier incident d'une telle ampleur remontait à 2017.

Enregistrements manuels

Alors que certains aéroports ont interrompu tous les vols, dans d'autres, le personnel des compagnies aériennes a eu recours à l'enregistrement manuel des passagers, ce qui a entraîné de longues files d'attente et la frustration des voyageurs.

L'administration fédérale américaine de l'aviation (FAA) a d'abord ordonné l'immobilisation de tous les vols “quelle que soit leur destination”, mais les compagnies aériennes ont ensuite déclaré qu'elles rétablissaient leurs services et qu'elles s'efforçaient de rattraper le retard accumulé.

La plus grande compagnie aérienne indienne, Indigo, a déclaré que les opérations avaient été “résolues”, dans un communiqué publié sur X.

“Alors que la panne a été résolue et que nos systèmes sont de nouveau en ligne, nous travaillons avec diligence pour reprendre des opérations normales, et nous nous attendons à ce que ce processus se prolonge jusqu'au week-end”, a déclaré le transporteur samedi.

Un passager a déclaré à l'AFP que la situation était revenue à la normale à l'aéroport de Delhi vers minuit samedi, avec seulement de légers retards dans les vols internationaux.

La compagnie low-cost AirAsia a déclaré qu'elle essayait toujours de se remettre en ligne et qu'elle avait “travaillé 24 heures sur 24 pour récupérer ses systèmes de contrôle des départs (DCS)” après la panne générale. Elle a recommandé aux passagers d'arriver tôt dans les aéroports et d'être prêts pour un “enregistrement manuel” aux comptoirs des compagnies aériennes.

Les médias d'État chinois ont déclaré que les aéroports de Pékin n'avaient pas été affectés.

En Europe, les principaux aéroports, dont celui de Berlin, qui avait suspendu tous les vols plus tôt dans la journée de vendredi, ont indiqué que les départs et les arrivées reprenaient.

Les entreprises subissent des perturbations

Les entreprises ont dû réparer leurs systèmes et tenter d'évaluer les dégâts, alors même que les autorités tentaient d'apaiser la panique en écartant toute hypothèse d'acte criminel.

Kurtz, de CrowdStrike, a déclaré dans un communiqué que ses équipes étaient “entièrement mobilisées” pour aider les clients concernés et qu'un correctif avait été déployé.

Mais Oli Buckley, professeur à l'université britannique de Loughborough, est l'un des nombreux experts à avoir mis en doute la facilité de déploiement d'un correctif adéquat.

“Si les utilisateurs expérimentés peuvent mettre en œuvre la solution de contournement, il n'est pas réaliste de s'attendre à ce que des millions de personnes le fassent”, a-t-il déclaré.

D'autres experts ont déclaré que l'incident devrait inciter à reconsidérer à grande échelle la dépendance des sociétés à l'égard d’un nombre d'entreprises technologiques pour un tel éventail de services.

“Nous devons être conscients que de tels logiciels peuvent être une cause commune de défaillance pour plusieurs systèmes en même temps”, a déclaré John McDermid, professeur à l'université de York, en Grande-Bretagne.

Selon lui, les infrastructures devraient être conçues “pour résister à de tels problèmes de cause commune”.

Avec AFP

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


La Turquie annonce une mission d'exploration d'hydrocarbures au large de la Somalie

A l'été 2020, la Turquie avait voulu explorer des gisements d'hydrocarbures en Méditérannée orientale, suscitant des tensions avec la Grèce et l'Union européenne. (AFP)
A l'été 2020, la Turquie avait voulu explorer des gisements d'hydrocarbures en Méditérannée orientale, suscitant des tensions avec la Grèce et l'Union européenne. (AFP)
Short Url
  • A l'été 2020, la Turquie avait voulu explorer des gisements d'hydrocarbures en Méditérannée orientale, suscitant des tensions avec la Grèce et l'Union européenne
  • En août 2020, la France avait dépêché deux chasseurs Rafale et deux bâtiments de la Marine nationale en Méditerranée orientale, au côté de la Grèce, après le déploiement du navire Oruç Reis dans une zone disputée entre Ankara et Athènes

ANKARA: La Turquie va mener des missions d'exploration de gaz naturel et de pétrole dans les eaux de la Somalie, en déployant "fin septembre ou début octobre" son navire de recherche Oruç Reis, a annoncé jeudi soir le ministre turc de l'Energie.

"Nous envoyons notre navire Oruç Reis dans cette région autour de fin septembre ou début octobre", a affirmé le ministre Alparslan Bayraktar.

Un accord "d'exploration et de production d'hydrocarbures" a été été signé entre les deux pays, prévoyant des forages dans trois zones de 5000 km2 chacune.

"La Turquie aura une licence exclusive pour explorer et produire du pétrole ici, lorsque, inchallah, nous le trouverons", a ajouté le ministre.

A l'été 2020, la Turquie avait voulu explorer des gisements d'hydrocarbures en Méditérannée orientale, suscitant des tensions avec la Grèce et l'Union européenne.

En août 2020, la France avait dépêché deux chasseurs Rafale et deux bâtiments de la Marine nationale en Méditerranée orientale, au côté de la Grèce, après le déploiement du navire Oruç Reis dans une zone disputée entre Ankara et Athènes.